Antagoniste


28 juin 2008

Bush n’a pas menti États-Unis Hétu Watch Irak Terrorisme

"But dive into Rockefeller's report, in search of where exactly President Bush lied about what his intelligence agencies were telling him about the threat posed by Saddam Hussein, and you may be surprised by what you find."

Washington Post
'Bush Lied'? If Only It Were That Simple.

George BushSearch the Internet for "Bush Lied" products, and you will find sites that offer more than a thousand designs. The basic "Bush Lied, People Died" bumper sticker is only the beginning.

Sen. John D. Rockefeller IV (D-W.Va.), chairman of the Select Committee on Intelligence, set out to provide the official foundation for what has become not only a thriving business but, more important, an article of faith among millions of Americans. And in releasing a committee report Thursday, he claimed to have accomplished his mission, though he did not use the L-word.

"In making the case for war, the administration repeatedly presented intelligence as fact when it was unsubstantiated, contradicted or even nonexistent," he said.

There's no question that the administration, and particularly Vice President Cheney, spoke with too much certainty at times and failed to anticipate or prepare the American people for the enormous undertaking in Iraq.

But dive into Rockefeller's report, in search of where exactly President Bush lied about what his intelligence agencies were telling him about the threat posed by Saddam Hussein, and you may be surprised by what you find.

On Iraq's nuclear weapons program? The president's statements "were generally substantiated by intelligence community estimates."

On biological weapons, production capability and those infamous mobile laboratories? The president's statements "were substantiated by intelligence information."

On chemical weapons, then? "Substantiated by intelligence information."

On weapons of mass destruction overall (a separate section of the intelligence committee report)? "Generally substantiated by intelligence information." Delivery vehicles such as ballistic missiles? "Generally substantiated by available intelligence." Unmanned aerial vehicles that could be used to deliver WMDs? "Generally substantiated by intelligence information."

As you read through the report, you begin to think maybe you've mistakenly picked up the minority dissent. But, no, this is the Rockefeller indictment. So, you think, the smoking gun must appear in the section on Bush's claims about Saddam Hussein's alleged ties to terrorism.

But statements regarding Iraq's support for terrorist groups other than al-Qaeda "were substantiated by intelligence information." Statements that Iraq provided safe haven for Abu Musab al-Zarqawi and other terrorists with ties to al-Qaeda "were substantiated by the intelligence assessments," and statements regarding Iraq's contacts with al-Qaeda "were substantiated by intelligence information." The report is left to complain about "implications" and statements that "left the impression" that those contacts led to substantive Iraqi cooperation.

In the report's final section, the committee takes issue with Bush's statements about Saddam Hussein's intentions and what the future might have held. But was that really a question of misrepresenting intelligence, or was it a question of judgment that politicians are expected to make?

After all, it was not Bush, but Rockefeller, who said in October 2002: "There has been some debate over how 'imminent' a threat Iraq poses. I do believe Iraq poses an imminent threat. I also believe after September 11, that question is increasingly outdated. . . . To insist on further evidence could put some of our fellow Americans at risk. Can we afford to take that chance? I do not think we can."

Rockefeller was reminded of that statement by the committee's vice chairman, Sen. Christopher S. Bond (R-Mo.), who with three other Republican senators filed a minority dissent that includes many other such statements from Democratic senators who had access to the intelligence reports that Bush read. The dissenters assert that they were cut out of the report's preparation, allowing for a great deal of skewing and partisanship, but that even so, "the reports essentially validate what we have been saying all along: that policymakers' statements were substantiated by the intelligence."

Why does it matter, at this late date? The Rockefeller report will not cause a spike in "Bush Lied" mug sales, and the Bond dissent will not lead anyone to scrape the "Bush Lied" bumper sticker off his or her car.

But the phony "Bush lied" story line distracts from the biggest prewar failure: the fact that so much of the intelligence upon which Bush and Rockefeller and everyone else relied turned out to be tragically, catastrophically wrong.

And it trivializes a double dilemma that President Bill Clinton faced before Bush and that President Obama or McCain may well face after: when to act on a threat in the inevitable absence of perfect intelligence and how to mobilize popular support for such action, if deemed essential for national security, in a democracy that will always, and rightly, be reluctant.

For the next president, it may be Iran's nuclear program, or al-Qaeda sanctuaries in Pakistan, or, more likely, some potential horror that today no one even imagines. When that time comes, there will be plenty of warnings to heed from the Iraq experience, without the need to fictionalize more.


9 novembre 2012

Arguing with Idiots: les médias Arguing with Idiots Élection 2012 En Chiffres En Vidéos États-Unis

Dans ce billet, je vais reprendre quelques passages d’un « article » du « journaliste » Alexandre Sirois de La Presse, mais en réalité c’est à tous les médias du monde que je pourrais faire référence; aussi bien ceux du Québec, du Canada, des États-Unis ou d’Europe… Alexandre Sirois n’est qu’un parmi tant d’autres…

La Presse
Mitt Romney et les contorsions du Cirque du Soleil

C’est l’intransigeance des républicains radicaux en matière d’immigration qui a forcé Mitt Romney à s’associer à ceux qui souhaitent compliquer la vie aux immigrés illégaux. Pour les pousser sur la voie de «l’auto-expulsion».

La haine des républicains pour les immigrants, voilà un talking point qui est souvent ressorti durant la campagne et qui a sûrement eu un effet déterminant sur le résultat de l’élection. Mais, trop occupés à salir Mitt Romney, les journalistes n’ont pas trouvé le temps de répondre à une question essentielle, à savoir comment l’Administration Obama a-t-elle traité les latinos? Voici la réponse que les journalistes, trop paresseux, ne vous ont pas donnée:

Obama Immigration
*Projection. Petit conseil à ceux qui voudraient me dire qu’il est normal que les déportations soient moins élevées dans les années qui ont précédé l’arrivée au pouvoir d’Obama parce qu’il y avait moins d’illégaux aux États-Unis, allez lire le document source avant de faire votre commentaire…

Avec Obama, on ne parle pas d’auto-déportation, mais de déportation tout court ! Jamais un président n’a autant déporté d’immigrants que Barack Obama, pourtant, les médias n’en ont jamais parlé…  La situation aurait-elle été la même avec un républicain ?

La Presse
Mitt Romney et les contorsions du Cirque du Soleil

Parlant de George W. Bush, c’est justement la dérive des membres plus radicaux du parti qui fait de lui aujourd’hui l’un des républicains les plus toxiques du pays. Notamment celle des néoconservateurs en politique étrangère.

Ce qui est le plus drôle quand on parle des politiques néoconservatrices de Bush c’est qu’Obama s’inscrit dans leur continuité…  Qu’on pense, par exemple, aux campagnes d’assassinats ciblés menées avec des drones

Si c’était un républicain qui avait mené ces campagnes d’assassinats, mon petit doigt me dit que les journalistes en auraient parlé…

Mention spéciale à Jean-Charles Lajoie qui, en plus d’avoir laissé entendre que le 11 septembre pourrait être un complot, a aussi qualifié les gens du Midwest de « sans-dessin, retardés mentaux, reculés, judéo-crétins et fascistes ». Pourtant les gens du Midwest ont voté pour Obama à 51%… J’oubliais, il a aussi dit qu’Obama était un gardien de la paix…

Source:
Department of Homeland Security
Yearbook of Immigration Statistics


12 janvier 2011

Univers alternatif Coup de gueule En Vidéos États-Unis Gauchistan Québec

PropagandisteDe la tragédie de Tucson en Arizona, François Cardinal (La Presse) a dit au sujet du rôle des ténors de la droite: « Dans le cas de la fusillade de Tucson, le lien n’est pas aussi évident, mais il existe néanmoins, ne serait-ce qu’indirectement ».

Traduction: « je n’ai aucune preuve pour accuser la droite, si ces preuves existent elles seront discutables, mais c’est pas grave, c’est quand même la faute de la droite ».

Dans le même article, François Cardinal affirme aussi que les gens comme Glenn Beck ont déjà fait un « appel aux armes ».  Vraiment ?  Discours de Glenn Beck qui date de 2009 et qui a été répété mainte fois depuis:

Avant d’être éditorialiste, François Cardinal était un « journaliste » spécialisé dans les questions environnementales. Si son rôle au sein de La Presse a changé, la méthode est toujours la même: « Never let the facts get in the way of a good story ».

Je voudrais aussi mentionner un billet de Jean-François Lisée qui, au lendemain de la fusillade, n’a rien trouvé de mieux à faire que de désigner qui serait les gagnants et les perdants de la tragédie. Des gens sont morts et Jean-François Lisée ne trouve rien de mieux à faire que de décerner les « étoiles du match » tout en se frottant les mains à la vue de possibles retombées électorales positives pour les démocrates… Aucune compassion pour les victimes… Des gens sont morts, who care, c’est bon pour Obama !

Quelqu’un peut me dire si le 12 septembre 2001 il y a eu des commentateurs politiques qui se sont réjouis à l’idée que Bush allait avoir un gain de popularité ?


4 octobre 2010

Arguing with Idiots: Jean-François Lisée Arguing with Idiots Économie En Chiffres Québec

Jean-François Lisée, un habitué de cette chronique, est un homme en colère.  Il n’a toujours pas digéré l’article du Maclean’s à propos du phénomène de corruption endémique au Québec.  Malheureusement pour Jean-François Lisée, la colère est mauvaise conseillère…  Everyone is entitled to his own opinion, but not his own facts ! Explorons donc les erreurs factuelles dans le texte de Jean-François Lisée, qui se voulait une réponse au Maclean’s.

L'Actualité
Bonhomme strikes back / La réplique

Let’s deal with the voodoo economics first. According to Maclean’s, the bigger the size of government in the economy, the badder, and the sleazier. Quebec being the most left-of-centre government on the continent it should, of course, be the most corrupt. Am I allowed to use comparative figures in this rebuttal? Transparency International tracks corruption in the world. People are asked if they had to pay a bribe or if they feel that private companies have to. The last report, like the previous ones, does show correlation between size of government and graft: reverse correlation. European governments and the greatest spenders, Scandinavian governments, are deemed significantly cleaner than North American governments, who leave more of the economy to the private sector.

N’en déplaise à Jean-François Lisée, le lien entre la corruption et la taille de l’État est un fait et pas simplement du voodoo economics.  Mais avant d’aller plus loin, je tiens à souligner l’extraordinaire malhonnêteté intellectuelle de l’ancien conseiller de Lucien Bouchard.  Selon Jean-Francois Lisée, le classement de Transparency International montre qu’il y a une corrélation inverse entre la taille de l’État et la corruption.  Mais pour arriver à cette conclusion, Jean-François Lisée a décidé de prendre les pays qui prouvaient son point de vue et d’ignorer les autres.  Autrement dit, il a fait du cherry-picking dans la liste de Transparency International et il OSE appeler ça une corrélation.

Quand on analyse la totalité des pays présents dans le classement de Transparency International, voici ce qu’on obtient:

Corruption
Un « groupe cinquième » correspond à une tranche de 20% de l’échantillon: le premier groupe représente les 20% de pays les plus interventionnistes et le cinquième groupe représente les 20% de pays les moins interventionnistes.

Explication de Dan Mitchell:

Dans une société, plus un gouvernement distribue de permis et d’autorisations, plus les gens auront un incitatif à recourir aux pots-de-vin pour obtenir un permis ou une autorisation.

Dans une société, plus un gouvernement distribue de contrats, plus les gens auront un incitatif à recourir aux pots-de-vin pour obtenir un contrat.

Dans une société, plus un gouvernement distribue de subventions, plus les gens auront un incitatif à recourir aux pots-de-vin pour obtenir une subvention.

Dans une société, plus l’État est gros et omniprésent, plus il y a de possibilités de corruption.

Pour ceux qui veulent d’autres preuves, voici un aperçu de la littérature qui démontre le lien entre la corruption et la taille du gouvernement:

Regarding the primary focus of the paper, our results show that government size, in particular spending by state governments, does indeed have a strong positive influence on corruption. […]

Several other interesting results emerge from our analysis. Given the positive relationship between corruption and the size of state-local governments and a negative relationship between government salaries and corruption, it turns out that policy makers looking to reduce corruption by cutting government spending should be reducing expenditures other than those on employee salaries. Further, it appears from our analysis that corruption increases in periods of economic downturns.

Source: Corruption and government size: A disaggregated analysis (Public Choice Volume 97, Numbers 1-2) H/T: Vincent Geloso

Using a well-known index of corruption, this paper examines the determinants of corruption for a large sample of countries. Specifically, we are interested in determining whether greater economic freedom or greater political freedom contributes more to corruption abatement. The previous literature has studied some related aspects, but the present study is unique in using broad-consistent indices for economic and political freedom. Our results show that greater economic freedom, rather than greater political freedom, seems to be a more effective deterrent to corrupt activities. […]

Our findings can have useful implications for public policy. In the context of internal policy, while both greater economic freedom and greater political freedom contribute to corruption reduction, there are relatively greater benefits in terms of less corruption when economic controls are relaxed.

Source: Economic Freedom Versus Political Freedom: Cross-Country Influences On Corruption (Australian Economic Papers  Volume 44, Issue 2)

Le prochain extrait de l’article de Lisée laisse planer de grand doute sur son niveau de connaissance de la politique américaine…

L'Actualité
Bonhomme strikes back / La réplique

Haliburton, anyone ? (A contender in my “best quote ever” file is from David Frum’s recent report on a major Republican consultant commenting on the last small-government Republican administration: “I thought we would get more done before becoming completely corrupt!”)

Vous avez bien lu, selon Jean-François Lisée, le Directeur exécutif du CÉRIUM, l’Administration Bush a réduit la taille du gouvernement !!! Dans la réalité, George Bush a présidé l’une des plus fortes augmentations de la taille du gouvernement en plus de 40 ans:

Bush Socialist

Sous le règne de W. Bush, les dépenses du gouvernement ont augmenté de 30%, seule l’Administration Kennedy/Johnson a fait pire avec une augmentation de 51%.  À titre indicatif, sous Bill Clinton, les dépenses du gouvernement ont augmenté de seulement 13%.

De plus, Bill Clinton a réduit les dépenses sociales du gouvernement de 15,3% à 14,5% du PIB.  Selon les chiffres les plus récents, George Bush a augmenté les dépenses sociales du gouvernement de 14,5% à 15,9% du PIB.

Pour terminer, voici donc comment ont évolué les sommes consacrées à la régulation de l’économie (gardez en tête que l’on accuse Bush d’avoir réduit l’intervention de l’État dans l’économie, provoquant ainsi la crise actuelle):

Mercatus Center

Voici l’évolution des dépenses de réglementation de l’économie en fonction des présidences:

Mercatus Center

Depuis le milieu des années 80, les budgets consacrés aux agences de réglementation de l’économie ont constamment augmenté, notamment avec Bush Jr. On ne peut donc pas accuser le dernier président républicain d’avoir travaillé pour réduire la taille du gouvernement.

Bref, je me serais attendu à ce que le Directeur exécutif du CÉRIUM sache que Bush a toujours milité en faveur d’un gros gouvernement.  C’est plutôt basic comme chose à savoir quand on se spécialise dans la politique internationale.

L'Actualité
Bonhomme strikes back / La réplique

Then there is the “booty” paradigm. Here Quebec’s incessant requests combine with Canada’s victimization as the benevolent provider faced with ingrates. […]

The “bidding war” tenet is now entrenched into the Canadian psyche. It will stay there, I am sure. But let me explain why it is wrong. Equalisation: yes, Quebec gets more in the aggregate—and less per person—than any other province. But newsflash: for decades we told Ottawa that we would rather have jobs than dole. And we tired of explaining that if the federal investment in the economy (capital, purchases, research, grants) were distributed in proportion to the population, Quebec would instantaneously knock off one point of unemployment off the chart, more so over the years, and get less equalisation.

Take energy, for instance. According to Stéphane Dion’s count, the federal purse sank $40 billion into Alberta’s tar sands industry. Fourteen of these billions came from Quebec. Add in the billions for Ontario’s CANDUs and Newfoundland’s sweet deal on Hibernia and you get quite a tab, a quarter of which was paid by the booty-hunters. Now let’s compare that with federal investment in Quebec’s hydro-power in the last, say, hundred years. The answer is zilch. (But we got Mirabel. Don’t get me started.)

Encore une fois, Jean-François Lisée fait du cherry-picking.  Quand on observe la situation dans son ensemble, voici la différence, par habitant, entre les recettes et les dépenses du gouvernement fédéral au Québec et dans le reste du Canada:

Dépendance

Depuis 1997 (dernière année disponible dans les statistiques), sauf en 2000, le Québec a toujours eu un solde positif avec le fédéral c.-à-d. le Québec a toujours plus reçu qu’il a donné.  Dans le reste du Canada, plus souvent qu’autrement, ce solde a été négatif.  De plus, à tous les ans depuis 1997, la différence entre les recettes et les dépenses du fédéral a toujours été à l’avantage du Québec par rapport au reste du Canada.

De 1997 à 2007, chaque Canadien dans le reste du Canada a envoyé au fédéral 4 211$, pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants) cela représente -16 844$.

De 1997 à 2007, chaque Québécois a reçu au fédéral 4 906$, pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants) cela représente +19 624$.

N’en déplaise à Jean-François Lisée, le reste du Canada fait vivre le Québec, ce n’est pas le Québec qui fait vivre le reste du Canada.

Ensuite, Lisée trouve le moyen de chialer contre les Albertains malgré les millions de dollars que cette province envoie au Québec:

L'Actualité
Bonhomme strikes back / La réplique

There is an impact on Quebec. Call it blowback. According to a recent university study (not from a Quebec university), the loonie’s overvaluation, driven by oil gushing from Alberta and Newfoudland, has destroyed 55,000 jobs in Quebec manufacturing in just five years. A sign of things to come. But, not to worry, equalization growth has been capped for the future, so future oil damage to Quebec (and Ontario’s) manufacturing base will hardly be offset anymore.

L’interprétation de cette étude par Jean-François Lisée a été ridiculisée par René Vézina, un chroniqueur économique qu’on ne peut pas accuser de pencher à droite.  Dans sa réponse, René Vézina accuse carrément Jean-François Lisée d’avoir joué sur les faits.

Pour démontrer à quel point l’affirmation de Jean-François Lisée est boiteuse, comparons le secteur manufacturier québécois à celui de l’Alberta.  S’il est vrai que depuis 1997, l’industrie manufacturière québécoise a connu un déclin de 4,7%, durant la même période l’industrie manufacturière albertaine a crû de 28,7% !  Ce n’est pas l’exploitation des sables bitumineux qui afflige l’industrie manufacturière québécoise, mais c’est plutôt le modèle socialo-syndicaliste qui sclérose les entreprises manufacturières.

Pour terminer, la cerise sur le sunday:

L'Actualité
Bonhomme strikes back / La réplique

But we’ve still got the dole, right? Consider this: In the same period, Ottawa moved to rein-in the financial flow to Quebec, over and above the severe across-the-board cuts in health, education and welfare funding.

Un indépendantiste qui exige que le fédéral dépense de l’argent dans des domaines de compétence provinciale…  Peut-on trouver plus incohérent comme discours ?  C’est le genre de discours qui serait cohérent pour un enfant trop gâté par contre.