Antagoniste


21 septembre 2015

L’effet libéral Canada Économie En Chiffres Québec

Est-ce que l’économie du Québec s’est améliorée depuis l’élection de Philippe Couillard ? Voilà une question à laquelle il faudra répondre lors du prochain scrutin, il est néanmoins intéressant de prendre un peu d’avance et d’analyser la situation plus d’un an après l’arrivée au pouvoir des libéraux, histoire de constater si l’opposition a raison de pleurnicher.

Pour répondre à cette question, on peut regarder l’humeur des PME, le moteur économique au Québec. Or, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante publie chaque mois le « baromètre des affaires », un indice qui évalue la confiance des PME. Voici comment cet indice a évolué depuis septembre 2008 (début des statistiques):

PME Quebec

Tout d’abord, on constate que le score du Québec est presque toujours inférieur à celui du Canada…  Une autre conséquence du stupide modèle québécois, un modèle qui n’est bon qu’à créer des pauvres et de la misère humaine…

De manière plus spécifique, on peut constater que sous Jean Charest, la performance du Québec n’était pas très éloignée de celle du Canada.  Quand Pauline Marois est devenue première ministre, ce fut l’hécatombe pour le Québec, l’écart avec le Canada n’a jamais été aussi grand.  Finalement, lorsque Philippe Couillard a pris les rênes du gouvernement, cet écart s’est rétréci.

Fait intéressant, l’indice de confiance des PME sous Philippe Couillard est resté relativement stable.  Par contre, au Canada, la récession a frappé très durement et leur indice a plongé sensiblement. Autrement dit, Philippe Couillard a fait du bon travail compte tenu du contexte économique difficile et Pierre Karl Péladeau, le boss de Quebecor et François Legault, le péquiste de garde-robe, sont complètement dans le champ quand ils disent que l’économie du Québec doit être relancée en dépensant massivement l’argent durement gagné par les contribuables.

Question de mieux apprécier les performances du PQ et du PLQ, voici l’écart moyen entre l’indice du Québec et du Canada pour chaque premier ministre (la durée des mandats est fixée selon la date du discours inaugural).

PME Québec

Est-ce que l’effet libéral existe?

Ce qu’on observe c’est peut-être tout simplement l’effet de ne pas avoir les cabochons au PQ au pouvoir…

Source:
Fédération canadienne de l'entreprise indépendante
Baromètre des affaires: la confiance des PME s’érode encore en août


16 septembre 2015

Québec contre Montréal Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Faites le test…

Demander à un enfant gâté pourri de lui décrire son quotidien…  Il vous répondra invariablement qu’il est la cible des pires privations, qu’il est victime d’une négligence quasi criminelle et que ses parents lui empoisonnent la vie sans raison précise…  Plus l’enfant est gâté, plus il dressera un portrait sombre de sa situation…

Cette semaine, Richard Martineau s’est comporté comme un enfant gâté.  Voici ce qu’il écrivait le dimanche dernier dans le Journal à PKP:

« Depuis le temps que les résidents de Québec voient passer le plat de bonbons sous leur nez sans pouvoir piger dedans («Un stade pour Montréal, une Grande Bibliothèque pour Montréal, une Maison symphonique pour Montréal…»), c’est maintenant à leur tour de plonger. »

La belle ville de Québec, l’éternelle victime des sales Montréalais…  La ritournelle est connue, on peut l’entendre presque à tous les jours dans certaines radios de Québec qui aiment jouer à la victime pour mieux casser du sucre sur le dos de Montréal…  Cette activité puérile semble les rassurer…

Mais est-ce vrai ?  Est-ce que Montréal a pigé dans le plat de bonbon obligeant Québec à se contenter d’une assiette vide ? Il est facile de répondre à cette question, les chiffres existent depuis 1998:

Québec Montréal

Il y a les faits, et il y a la fiction. Dire que Montréal a pigé dans le plat de bonbon aux dépens de Québec c’est de la fiction. La réalité c’est que depuis 1999, Québec a toujours reçu plus d’argent que Montréal, une tendance lourde depuis 2007. En 2014, les dépenses provinciales en infrastructures représentaient 3 294$/habitant dans la région de Québec contre 2 122$/habitant à Montréal, un écart considérable de 1 172$/habitant.

Voici le portrait global depuis 1998 (année à partir de laquelle les statistiques sont disponibles):

Québec Montréal

Depuis 1998, si le gouvernement provincial avait dépensé autant par habitant dans la Métropole que dans la région de Québec, Montréal aurait reçu 21,5 milliards de plus ce qui représente une dépense moyenne de 1,3 milliard, chaque année, depuis 1998.  Pour vous donner une idée de la magnitude de cette somme, avec 1,3 milliard on peut construire 3,6 centres Videotron.  Si le gouvernement avait fait construire 3,6 centres Videotron chaque année depuis 1998, je pense que Montréal aurait aussi un des taux de chômage les plus bas au Canada.

Bref, avant de jouer à la victime et d’accuser Montréal d’être responsable de tous les maux de la planète, la région de Québec devrait se rappeler qu’elle a été extraordinairement choyée depuis plus d’une décennie et que maintenant, puisque le plat de bonbons est vide, Montréal devra se contenter des miettes.

La prochaine fois que les « vedettes » de radio de Québec trouveront une peccadille pour chier sur Montréal et traiter ses habitants de débiles légers, on pourrait leur rappeler ses chiffres ?

Sources:
Institut de la statistiques du Québec
Dépenses en immobilisation et en réparation du secteur public, par type d’organisme, régions administratives et ensemble du Québec
Estimation de la population des régions administratives selon le groupe d’âge et le sexe, au 1er juillet, Québec

Banque du Canada
Taux et statistiques


16 septembre 2015

Le joyau québécois Canada Économie International Québec Revue de presse

Montreal Gazette

McGill top Canadian university according to new international rankings
Montreal Gazette

McGill University maintained its position as the top-ranked Canadian university in the world even if it dropped down a few notches in the overall standings released in this year’s QS World University Rankings.

Three Canadian universities placed within the top 50 of the survey compiled by the service based in London. According to a statement it issued Monday, it bases its methodology on six indicators including academic reputation, employer reputation and faculty-to-student ratio.

McGill ranked 24th among the 3,539 institutions considered for inclusion this year, which actually represented a slight drop, from 21st last year. The University of Toronto finished 34th and the University of British Columbia placed 50th. Both of those universities dropped several spots in the rankings compared to last year. Université de Montréal also dropped, from 83rd last year to 115th this year. QS attributed a new methodology used for this year’s survey as the reason for the drop in the international rankings for Canada’s top universities. The change includes a modified approach in how it measures citations per faculty, a way of assessing research impact.

Despite the change in methodology, Concordia University’s place increased significantly. This year’s survey places it in a grouping ranked between 411 and 420. Last year it placed in a group rated between 461 and 470.

The top-ranked university in the world was the Massachusetts Institute of Technology, followed by Harvard University and the University of Cambridge.

L’université McGill est non seulement la meilleure université canadienne, c’est aussi la 24e meilleure université de la planète ! Pour retrouver une autre université québécoise dans le classement, il faut descendre en 115e position pour y voir l’Université de Montréal. Bref, l’université McGill fait partie des rares joyaux québécois qui font l’envie des autres pays sur la scène internationale. Si vous voyagez au Japon, vous risquez bien plus de tomber sur quelqu’un qui admire l’université McGill que les CPE québécois…

Pourtant, en début d’année, le boss de Quebecor a trouvé le moyen de dénigrer ce joyau en tenant les propos suivants: « l’État, devraient être plus attentives à ces considérations [de langue et culture] davantage importantes que jouer dans le pseudo palmarès des meilleures universités du monde ». Que ferait le boss de Quebecor avec ce joyau s’il devient premier ministre ?

P.-S. L’université Laval se classe en 324e position. Mais c’est pas grave, à Québec ils ont le plus bel aréna de la planète.


15 septembre 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (8-14 septembre) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: Le match des Remparts au Péladôme a été une cérémonie encore plus dégoulinante de politique que le mariage. À donner la nausée. Le centre Videotron et les Nordiques, c’est 100% politique, ça fait partie de la « machine de guerre » du PQ. D’ailleurs, existe-t-il un journaliste au Québec qui aurait le courage de demander à Quebecor si c’est eux qui ont invité PKP à la cérémonie d’ouverture ou si c’est PKP qui s’est invité… Chose certaine, l’omniprésence de PKP autour du centre Videotron suggère fortement que Quebecor est au service de PKP et du PQ.

P.-S. Jean Charest risque bien d’avoir donné 200 millions de dollars à PKP pour subventionner ce qui sera l’arme la plus puissante dans l’arsenal du PQ lors de la prochaine élection…

Source:
Influence Communication


14 septembre 2015

L’éducation à rabais Canada Économie En Chiffres Québec

La semaine dernière, Statistique Canada a rendu publics ses chiffres sur les frais de scolarité au Canada pour l’année 2015-2016. Les médias ont abordé la question, on a appris que le Québec avait les frais de scolarité les plus bas au Canada avec Terre-Neuve.  Mais permettez-moi de revenir sur la question en vous donnant des chiffres qui sont passés sous le silence…

Tout d’abord, les frais de scolarité des étudiants canadiens en fonction de leur domaine d’étude:

Université Québec

Ce qui frappe, c’est d’abord à quel point l’université ne coûte rien au Québec, 3 392$ de mois en moyenne pour l’ensemble des programmes. Ensuite, on remarque qu’au Québec tout le monde paye à peu près la même chose, une personne en sciences humaines va payer 3 600$ par année contre 3 320$ pour un dentiste.  Au Canada une année en sciences humaines coûte 5 368$ contre 18 934$ pour un dentiste !

Bref, on constate aisément que l’éducation au Québec se fait à rabais, peu importe le domaine d’étude.  Le problème: les produits de qualité sont rarement vendus à rabais, même que c’est plutôt l’inverse qui prévaut. Et malheureusement pour les Québécois, à cause des violences de 2012, cette situation ne pourra que se détériorer.

Mais il y a plus, voici la situation avec les étudiants étrangers:

Université Québec

C’est toujours moins cher au Québec, en moyenne 2 966$ par année. Si quelquefois la différence est minime, elle peut être considérable, comme en dentisterie, un écart de 29 759$.  Encore une fois, c’est dommage pour le Québec puisque c’est de l’argent qui n’entre pas dans les coffres du gouvernement pour financer l’éducation…  M’enfin, il se peut aussi que le Québec ne puisse pas charger plus cher parce que nos diplômes ne valent pas grand-chose…

Source:
Statistique Canada
Tableaux Frais de scolarité universitaires, 2015-2016


9 septembre 2015

Honteux du début à la fin Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

Péquiste au travail

Décidément, la construction du Péladôme aura été une parfaite illustration de tout ce qui ne fonctionne pas au Québec…

Le tout a commencé avec des personnalités qui s’étaient bâties une carrière médiatique en se faisant aller la gueule sur l’importance de réduire les dépenses du gouvernement et de faire une plus grande place au privé. Finalement, à la première occasion ces gens ont trahi leurs principes puisque le cadeau gouvernemental leur était destiné… C’est un peu comme si un père de famille demandait à ses enfants de faire des sacrifices pour rembourser la carte de crédit, mais qu’à la première occasion il décidait d’utiliser l’argent ainsi économisé pour aller se saouler la gueule… Les sacrifices c’est bon pour les autres il faut croire…

Mais comme si ce n’était pas assez, hier, lors de l’inauguration, on a décidé d’ajouter l’insulte à la blessure. Voici ce qu’a raconté notre bon premier ministre:

Pour notre premier ministre, le courage c’est de dire « oui » quand on lui demande de dépenser l’argent des contribuables… Wow, tout un courage… Selon cette logique tordue, un parent qui dit toujours « oui » à ses enfants quand ils demandent des bonbons est plus courageux que celui qui apprend à dire « non »…

Désolé, mais le vrai courage ce n’est pas de dire « oui », mais de dire « non ». Et plus l’enfant est gâté pourri, plus il faudra du courage pour être capable de lui dire « non » et affronter sa crise du bacon.

Jean Charest a donné 200 millions de dollars de notre argent pour construire le Péladôme au moment où il était au plus bas, empêtré dans les scandales de la commission Charbonneau. Ce 200 millions de dollars c’était pour acheter des votes, c’était un pot de vin supérieur à tous ceux exposés par la commission Charbonneau. Ce 200 millions de dollars ce n’était pas un geste de courage, c’était un geste de désespoir.

La construction du Péladôme de Québec aura vraiment été une entreprise honteuse du début à la fin…

P.-S. Si dépenser l’argent des contribuables est un geste de courage, moi j’ai hâte d’avoir un politicien pissou qui va couper dans les dépenses et réduire les taxes & impôts.


9 septembre 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (1-7 septembre) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: c’est étonnant que la visite du Péladôme ne se retrouve pas dans le top 5 anglophones… Au lieu de parler de l’inauguration de la 8e merveille du monde, les incultes du Canada anglais ont plutôt préféré parler de la crise des migrants en Europe, un sujet insignifiant…

Source:
Influence Communication


8 septembre 2015

L’ostie de constitution… Coup de gueule Québec

Facepalm

Voici ce que racontait François Legault, le chef de la CAQ, le 15 mars 2014:

François Legault martèle les mêmes expressions : « vieux débats », « vieilles chicanes ». Quiconque aborde la question nationale vit sur « une autre planète » et est « complètement déconnecté ». « Ça n’intéresse pas les Québécois », qui « sont tannés » de cet enjeu.

Toujours François Legault, le 18 mars 2014:

Le choix ne peut être plus clair pour les électeurs québécois le 7 avril, selon François Legault. « Si les gens veulent simplement trancher la question « oui ou non un référendum », bien qu’ils votent pour les deux autres partis. S’ils veulent qu’on travaille sur l’économie, […] ils voteront pour moi ». […]

« Je pense qu’on a besoin d’un redressement au Québec, on a besoin de plus d’investissement privé, on a besoin de plus d’emplois à valeur ajoutée avec l’innovation. Si c’est là-dessus que les Québécois veulent que le prochain gouvernement travaille, ils voteront pour moi. S’ils veulent voter pour ou contre un référendum, bien honnêtement, je préfère qu’ils votent pour un des deux autres partis », dit-il.

Le même François Legault, le 2 septembre 2015:

François Legault propose de tenir un référendum sur une réforme constitutionnelle, alors que la CAQ réclame plus de pouvoirs à Ottawa pour contrer la polarisation entre souverainistes et fédéralistes. […] Certaines de ses demandes pourraient être réglées par des ententes administratives, mais le chef caquiste a reconnu que cette «nouvelle entente» remplacerait la constitution de 1982. Elle devrait aussi être adoptée par un référendum.

Après avoir crié sur tous les toits qu’il ne voulait pas parler de constitution, voilà que François Legault veut avoir un référendum sur la constitution…  Parce que le Québec avait besoin d’un deuxième parti pour parler d’un ostie de référendum et des calvaires de niaiseries constitutionnelles…

François Legault, c’est le genre de politicien qui trouve ses convictions politiques dans un focus group.  Quand François Legault se lève le matin il ne se demande pas « comment je pourrais rendre mes idées plus populaires », mais « quelles idées je devrais avoir pour être plus populaire »…


8 septembre 2015

Les braillards en éducation Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

La semaine dernière, les braillards ont été très actifs au Québec…

Mardi dernier, cherchant à donner un sens à leur vie, les braillards se sont réunis devant les écoles pour former d’inutiles « chaînes humaines »; on a voulu nous faire croire qu’on voulait protéger l’école publique, mais en réalité on espérait probablement avoir la chance de jouer à la vedette et de passer à la télé…

Il n’y a pas d’autres explications, puisque l’école publique au Québec n’est pas en danger…

Éducation Québec

En 1997/1998, les dépenses s’élevaient à 9 024$/élève, en 2012/2013 celles-ci s’élevaient à 14 322$/élève!  C’est une augmentation sur 15 ans, après inflation, de 5 299$/élève (+59%) !

Chaque fois qu’un gouvernement veut revoir les dépenses en éducation, les syndicalleux accusent les politiciens de ne pas aimer les enfants.  Résultat: les gouvernements reculent et dépensent toujours plus sans se demander si cet argent permet d’améliorer la qualité de l’enseignement… Si on ramenait le niveau de dépense au niveau de 2000/2001, le gouvernement pourrait économiser 4,3 milliards de dollars ! Et pour ceux qui pensent que couper 4,3 milliards de dollars en éducation aurait des effets catastrophiques posez-vous la question suivante: les écoles en 2012/2013 sont-elles réellement mieux qu’en 2000/2001 ?

Voici maintenant comment on dépense dans les provinces canadiennes:

Éducation Québec

Le Québec se retrouve dans le groupe de tête des provinces qui dépense le plus, nous dépensons 1 085$/élève de plus que la moyenne canadienne ! Pourtant, le Québec a un des pire système éducatif au Canada

En bref, tous ces chiffres montrent que les syndicats crient au loup en disant que d’éventuelles coupures pourraient avoir des conséquences catastrophiques sur les enfants. Depuis près de quinze ans, on dépense toujours plus sans que l’on voie une amélioration concrète de la qualité de l’éducation dans le réseau.  Il est plus que temps que le gouvernement cesse de dépenser sans compter à cause du chantage des syndicats.

Ce n’est pas parce qu’on dit que l’éducation est la chose la plus précieuse dans une société qu’on peut dépenser l’argent des contribuables n’importe où et n’importe comment.

Ces chiffres démontrent qu’il est ridicule de prétendre que l’école publique est en danger; même qu’à force de dépenser sans compter, elle s’est probablement ankylosée.  Bref, à tous les cabochons de parents et de professeurs qui ont utilisé des enfants pour faire de la petite politique avec leurs « chaînes humaines » je dis: « shut the f*ck up and get back to work ». Ai-je besoin de traduire pour les unilingues du PQ ?

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 477-0025 & 478-0014

Banque du Canada
Taux et statistiques