Plus tôt cette semaine, la bonne gauche a publié un manifeste contre « l’invasion des pétrolières ».  On aurait plutôt dû parler de manifeste pour un Québec pauvre.  M’enfin, la gauche et les chiffres c’est comme l’eau et l’huile, insoluble l’un dans l’autre.

Dans ce manifeste remarquable, la bonne gauche écrit:

« Une noirceur nouvelle se répand sur le Québec. Elle a franchi les portes de notre pays. La pensée unique revient en force et s’empare de notre démocratie, elle impose une vision du monde qui colonise notre espérance. Nous nous dressons devant elle. Nous refusons. […] Nous avons le devoir de résister à l’invasion systématique de notre territoire par les pétrolières et par de puissants intérêts financiers. Le Québec a fondé sa modernité sur des valeurs fondamentales, dont l’énergie propre et le partage des richesses. C’est ce que nous sommes. C’est ce que nous voulons être. Nous exigeons le respect de cette identité. »

Si on m’avait demandé d’écrire un discours grandiloquent pour parodier les enverdeurs, j’aurais aimé pouvoir écrire quelque chose d’aussi drôle et ridicule.

Ce manifeste a été signé par quelque deux cents personnes…  Je me suis amusé à classer ces signataires; rien de très exhaustif, une simple classification à partir d’une recherche rapide sur Google.  Le résultat est très drôle:

Rigolo de la gogauche

Des artistes, des activistes et des universitaires (et dans les universitaires on retrouve en très grande majorité des trucs comme les sciences sociales, sciences politiques et littérature).

Normalement ce manifeste aurait dû être l’objet de moqueries dans nos médias, mais c’est exactement le contraire qui s’est produit, on a traité ce manifeste comme un texte d’évangile…