Antagoniste


26 août 2013

Le capitalisme et l’impéralisme Économie En Vidéos International Mondialisation

Pour les gauchistes, capitalisme et impérialisme sont deux synonymes.  Les gens avec quelques notions d’économie ont compris que ces deux termes étaient des antonymes.


26 août 2013

On n’arrête pas le progrès Canada Économie Environnement Revue de presse

Calgary Herald

Eye in the sky detects even smallest pipeline leak
Calgary Herald

Edmonton-based Synodon Inc., which has used its helicopter-mounted detection system to check natural gas pipelines for 15 companies over the past three years, is starting to add oil pipelines to its repertoire.

The realSens device was built to detect vapour plumes, which are tiny emissions of gases. Earlier this year, the firm completed field trials in Alberta and Arizona to perfect the detection of pentanes, gasoline and condensates used in bitumen. And Synodon just signed a contract with Suncor Energy to survey the oilsands pipeline that was built in 1966 to carry synthetic oil from Fort McMurray to Edmonton.

Natural gas firms are content with annual line inspections, but Banica said oil firms are now very sensitive about any spill. “No spill is acceptable, so there is the impetus for oil pipeline firms to buy our service more frequently, to fly over their line once a month or perhaps once every three months at the most,” he said, adding that this will change the business outlook for his firm.

Synodon has one $800,000 detector, and has the material to construct a second. Its helicopter will fly between 500 and 600 kilometres per day, at 100 km/h and an altitude of 300 metres. Their helicopter is inspecting pipelines all over Canada and the U.S.

Quand Stephen Guilbault fait sa propagande anti-pipeline dans le Bas-St-Laurent (taux de chômage de 8,9%), je me demande s’il parle des avancées technologiques qui rendent les pipelines encore plus sécuritaires.


20 août 2013

Arguing with Idiots: les fonctionnaires Arguing with Idiots Canada Économie

Fonfon QuébécoisLa semaine dernière, Thomas Mulcair est allé à Chicago pour casser du sucre sur le dos du Canada devant un syndicat américain…  Selon le colérique chef de l’opposition, les coupures dans la fonction publique, orchestrées par le méchant Stephen Harper, seraient responsables de tous les malheurs affligeant le Canada, en passant de la tragédie de Lac-Mégantic par le boeuf contaminé.  Pour l’irascible barbu, la protection du public repose entièrement sur les épaules d’une large fonction publique syndiquée.

Vraiment ?

Quand les conservateurs sont arrivés au pouvoir, il y avait 5 413 fonctionnaires sur la liste de paye de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. En 2008, au moment de la crise de la listériose, ils étaient 6 331, une hausse de 17%.  En 2012, lors de la contamination de l’usine XL Foods, ils étaient 6 580, une hausse de 3,9% par rapport à 2008 et de 21,6% par rapport à l’arrivée au pouvoir des conservateurs !

Du côté du ministère, des agences et des offices réglementant le transport au Canada, le nombre d’employés est passé de 5 040 à 5 601 au moment de la tragédie de Lac-Méganic, une hausse de 11,1% !

Malgré le fait le gouvernement a grossi au moment de ces tragédies, Mulcair a tout de même invoqué ces incidents comme étant des exemples de l’échec d’un État plus petit.  M’enfin, selon un vieux proverbe gauchiste, il ne faut jamais laisser les faits gâcher une bonne histoire…

Signalons aussi au passage que l’Agence canadienne d’évaluation environnementale et l’Agence de la santé publique du Canada ont augmenté leurs effectifs de 89,0% et 47,5% respectivement.  Globalement, le nombre de fonctionnaires a augmenté de 14% depuis que Stephen Harper dirige le Canada.

Rappelons aussi que les employés de Maple Leaf Foods (l.monocytogenes), XL Foods (e.coli) et de la MMA (Lac-Mégantic) étaient tous syndiqués.  Cela n’a pas empêché les catastrophes.

Je termine en vous signalant que les fonctionnaires fédéraux s’opposent farouchement aux processus d’évaluation de leur performance…  Je suis certain que Thomas Mulcair va condamner cette position syndicale puisque la sécurité du public passe obligatoirement par des fonctionnaires compétents…

P.-S. Qu’est-ce qui est le plus facile à congédier: un employé incompétent syndiqué ou un employé incompétent non syndiqué ?  Voilà une question qui doit déranger nos camarades du NPD, car contrairement à ce qu’ils affirment, la syndicalisation ne rime pas nécessairement avec protection du public, elle peut même constituer une entrave !

Source:
Parliamentary budget officer
Ensemble de données de classification du personnel fédérale


20 août 2013

Du berceau jusqu’à la tombe… Canada Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Quelques chiffres intéressants sur le soin des personnes âgées au Canada, plus particulièrement au Québec…

Dans un premier temps, voici la proportion des gens qui déclarent qu’ils devront compter sur le système public s’ils ont besoin de soins à domicile ou de longue durée durant leur retraite:

Étatisme Québec

C’est au Québec où les gens misent le plus sur le secteur public pour prendre soin d’eux pour leurs vieux jours…

Ce n’est pas tout, ce n’est qu’au Québec que la majorité des gens croient que les hôpitaux et les établissements de soins de longue durée de leur région sont suffisants pour répondre aux besoins des aînés…

Étatisme Québec

C’est dans la province la plus endettée que les gens se fient le plus au gouvernement pour prendre soin d’eux et où on pense le plus que ce même gouvernement sera capable de livrer la marchandise…  Au Québec, le gouvernement s’occupe de nous du berceau jusqu’à la tombe…

Et pendant ce temps, on a appris qu’au Québec de nombreuses résidences pour personnes âgées vont fermer leurs portes parce que la réglementation est devenue trop coûteuse…

Les Québécois vivent dans une grande illusion

Source:
Canadian Medical Association
Le soin des personnes âgées, un enjeu prédominant au Canada, révèle un sondage de l’AMC


20 août 2013

Les éoliennes… au diésel ! Économie Environnement Europe Revue de presse

Le Figaro

Quand l’Allemagne fait tourner un champ d’éoliennes au diésel
Le Figaro

C’est une version moderne de l’usine à gaz, «made in Germany». Le parc offshore Riffgat devait être inauguré samedi dernier au large de Borkum, une île de la mer du Nord située à la frontière des Pays-Bas. Trente majestueuses éoliennes de 150 mètres au-dessus des vagues ne demandent qu’à produire de l’électricité. Las. Une erreur dans la planification repousse leur inauguration à l’an prochain.

Pour l’instant, le parc ne peut fonctionner. Mais comme l’on craint que les turbines ne soient attaquées par le sel des embruns, il faut faire tournoyer les pales coûte que coûte. Le casse-tête vire au burlesque: des groupes électrogènes doivent en effet apporter l’alimentation nécessaire au refroidissement des turbines et à l’éclairage aérien du parc… Gourmandes, les éoliennes consomment 22.000 litres de diesel par mois. Ces éoliennes ne peuvent pas utiliser le courant qu’elles produisent pour leur propre consommation. Cette énergie est normalement fournie par le continent, mais il manque 15 km de câble à haute tension pour être relié à la terre ferme. Lors des plongées exploratoires, des bombes britanniques ont été découvertes au fond de l’eau. Elles rouillent là depuis la Seconde Guerre mondiale et il faut les désamorcer avant de commencer les travaux. Or, il y a très peu de sous-marins capables d’accomplir ce travail délicat, et tous sont réservés jusqu’au mois de février 2014.

Ces mésaventures illustrent les accrocs de la révolution énergétique décidée par Berlin en 2011. Les installations sont opérationnelles, mais le réseau fait défaut. Du coup, l’énergie verte tourne grâce au bleu pétrole…

Peut importe où on se trouve, il y a toujours quelques choses qui fait en sorte que les éoliennes ça ne marche pas…


14 août 2013

Les exagérations réchauffistes Environnement International

En 2007, on disait que l’Arctique serait libre de glaces quelque part entre 2010 et 2015:

Global Warming

The Arctic Ocean could be free of ice in the summer as soon as 2010 or 2015 – something that hasn’t happened for more than a million years, according to a leading polar researcher. Louis Fortier, scientific director of ArcticNet, a Canadian research network, said the sea ice is melting faster than predicted by models created by international teams of scientists, such as the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC).

En 2013, on disait que l’Arctique serait libre de glaces quelque part entre 2054 et 2058:

In one approach, Liu and colleagues selected results of nine models from a group of 30 that best represent the Arctic sea ice loss observed since 1979. Another used a statistical method to constrain the models to fit with the known relationship between present and future sea ice conditions. « These two techniques give us similar ice-free timing, » Liu said. « That is, under a high-emissions scenario, they reach the ice-free state in 2054 to 2058. »

Global Warming

En 2007, quand les sceptiques disaient que les prédictions des réchauffistes étaient alarmistes et sans grande valeur scientifiques, ils étaient traités de négationnistes et on leur rappelait que les conclusions scientifiques étaient définitives et que le débat était clos… Quelques années plus tard on dirait bien que ce sont les sceptiques qui avaient raison…

P.-S. Garder en tête que chaque dollar dépensé pour étudier le réchauffement climatique n’est plus disponible pour financer la recherche sur le cancer, une maladie qui tue 75 700 Canadiens tous les ans.


14 août 2013

Les slogans bon marché Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

Socialisme

Dans son discours devant les jeunes libéraux la fin de semaine dernière, le chef du parti libéral a déclaré:

« Le développement économique est l’instrument de notre solidarité. La prospérité, nous la voulons parce qu’elle permet de rendre notre société plus juste »

Traduction, Philippe Couillard dit: « pour redistribuer la richesse il faut d’abord la créer ».  Voilà une phrase que l’on entend souvent au Québec, mais quand on prend le temps de la décortiquer, on réalise qu’il s’agit d’un slogan bon marché dépourvu de cohérence.

Dans un premier temps, ce slogan reprend une légende urbaine largement rependue dans les cercles gauchistes, voulant que seuls les riches puissent s’enrichir.  Or, on sait que c’est faux, archi-faux.  Même qu’on semble observer l’inverse, par exemple au Canada, depuis le début des années 90, on remarque que la pauvreté a le plus diminué quand les écarts de richesses ont augmenté.

Mais plus fondamentalement, si on veut la création de la richesse, c’est précisément pour ne plus avoir à faire de redistribution!

À quoi bon redistribuer de l’argent à quelqu’un qui s’est enrichi ?  Quand un entrepreneur ouvre une usine, il embauchera de nouveaux travailleurs qui pourront ainsi s’enrichir sans être dépendant d’un quelconque chèque du gouvernement.

De plus, cette phrase envoie un message contre-productif. Elle dit aux patrons et aux travailleurs qui se dévouent pour créer cette nouvelle richesse que leurs efforts seront récompensés… en spoliant le capital qu’ils ont créé pour le redonner à ceux qui auront décidé de regarder passer la parade.

C’est comme si dans une famille de 2 enfants, un des rejetons décidait faire plus de travaux domestiques pour augmenter son argent de poche. Le jour de la paye arrive et le père décide de redistribuer le fruit du labeur de l’enfant travaillant avec celui qui n’a pas travaillé. Vous pensez que la semaine suivante notre petit travaillant sera disposé à trimer aussi durement ?

Dans les faits, quand un politicien parle de redistributions de la richesse dans ces discours, il pense à acheter des votes…  Si les politiciens étaient honnêtes, dans leurs discours ils ne diraient pas « pour redistribuer la richesse il faut d’abord la créer », mais plutôt « pour acheter des votes il faut augmenter les revenus du gouvernement ».


14 août 2013

Le schiste anglais Économie Environnement Europe Revue de presse

The Daily Telegraph

We cannot afford to miss out on shale gas
The Daily Telegraph (by DAVID CAMERON, Prime Minister of the United Kingdom)

Fracking has become a national debate in Britain – and it’s one that I’m determined to win. If we don’t back this technology, we will miss a massive opportunity to help families with their bills and make our country more competitive. Without it, we could lose ground in the tough global race.

This reservoir of untapped energy will help people across the country who work hard and want to get on: not just families but businesses, too, who are really struggling with the high costs of energy. Just look at the United States: they’ve got more than 10,000 fracking wells opening up each year and their gas prices are three-and-a-half times lower than here. Even if we only see a fraction of the impact shale gas has had in America, we can expect to see lower energy prices in this country.

Fracking will create jobs in Britain. In fact, one recent study predicted that 74,000 posts could be supported by a thriving shale-gas industry in this country. It’s not just those involved in the drilling. Just as with North Sea oil and gas, there would be a whole supply chain of new businesses, more investment and fresh expertise.

So my message to the country is clear – we cannot afford to miss out on fracking. For centuries, Britain has led the way in technological endeavour: an industrial revolution ahead of its time, many of the most vital scientific discoveries known to mankind, and a spirit of enterprise and innovation that has served us well down the decades. Fracking is part of this tradition, so let’s seize it.

Le premier ministre anglais veut faire baisser le prix de l’énergie en exploitant le gaz de schiste. La première ministre québécoise veut faire augmenter le prix de l’énergie en construisant des éoliennes

Le PQ croit-il que les gaz de schiste ne peuvent être exploités de manière sécuritaire au Québec, car nous sommes moins intelligents que les Anglais ?


13 août 2013

Vacance

Je suis en vacance pour les deux prochaines semaines, il y aura probablement quelques mises à jour, mais pas sur une base régulière.

Par contre, je serai toujours présent sur twitter et facebook.