Antagoniste


7 avril 2014

Je me croise les doigts Coup de gueule Élection 2014 En Vidéos Québec

Je me croise les doigts en espérant que c’est la dernière élection où on pourra voir ce genre de démonstration pathétique…

Petits artistes pour un petit Québec…


7 avril 2014

Les temps sont durs au Québec Canada Économie Élection 2014 En Chiffres Québec

Lundi dernier, le Bureau du surintendant des faillites du Canada a publié ces chiffres finaux pour l’année 2013, la première année complète avec un gouvernement péquiste. Il est légitime de parler d’un film d’horreur…

Tout d’accord, voici dans quelles mesures l’insolvabilité (faillites et propositions concordataires) a augmenté au Québec dans chacune des provinces:

Faillite Québec

C’est le Québec qui a enregistré la pire performance.  Pendant que la majorité des provinces réduisaient leurs problèmes d’insolvabilité, au Québec ils ont bondi de 11,2% !  En 2013, 34% des faillites et propositions concordataires sont survenues au Québec même si la province ne représente que 24% de la population canadienne.

Toujours en 2013, voici qu’elle était le taux d’insolvabilité dans chacune des provinces:

Faillite Québec

Le Québec est uniquement devancé par la Nouveau-Brunswick, mais au rythme où vont les choses, nous risquons de finir sur la première marche du podium…  Si le Québec avait eu un taux d’insolvabilité comparable à la moyenne canadienne, il y aurait eu 12 053 faillites et proposition concordataire de moins dans la province en 2013…

N.B. Les chiffres sur l’insolvabilité au Canada pour l’année 2013 ont été publiés le 31 mars dernier.  Malgré la campagne électorale, aucun grand média n’a jugé bon en parler.

Industrie Canada
Bureau du surintendant des faillites Canada


7 avril 2014

Fin de cycle Élection 2014 France Québec Revue de presse

Le Monde

-

La crédibilité du Parti québécois s’effrite
Le Monde

Une question hante le Parti québécois : comment être indépendantiste sans parler d’indépendance ? Son premier objectif reste toujours la réalisation de la « souveraineté » du Québec en quittant le Canada, mais, par crainte d’une nouvelle défaite, il refuse de fixer un calendrier précis. Il est déchiré entre son désir de gouverner la province et son ambition de fonder un pays.

La campagne en vue des élections générales du 7 avril a cruellement rappelé aux péquistes leur paradoxe. Dès qu’il a été question d’indépendance, leur avance dans les sondages a fondu comme neige au soleil. La dissolution de l’Assemblée s’est pourtant faite à l’initiative du Parti québécois, qui croyait que le printemps lui serait favorable.

Si l’indépendance était hors de portée pour le moment, elle entendait poser des gestes d’affirmation nationale et déployer une « gouvernance souverainiste ». Mesure emblématique de ce programme, le gouvernement de Mme Marois avait avancé un projet audacieux, avec l’adoption d’une charte de la laïcité.

Depuis 2006, le Québec débat de son modèle d’intégration, et les discussions orageuses sur l’immigration, le communautarisme, réel ou présumé, ont donné cours à certains débordements. En 2012, Québecor, l’empire médiatique dirigé encore récemment par M. Péladeau, s’est inquiété – comme le fit en France le Front national –, de voir de la viande hallal vendue sans que le consommateur en soit informé, laissant entendre que le rite musulman s’était imposé dans les abattoirs. Ni le groupe Québecor ni M. Péladeau ne partagent les idées de Marine Le Pen, mais une partie de la population s’est sentie stigmatisée.

Même vu de la France, le PQ à l’air d’un parti politique qui a perdu sa raison d’être.

On a aussi parlé de l’élection au Québec dans le magazine britannique The Economist et dans le Wall Street Journal. Les termes ne sont pas très élogieux, la charte ne donne pas une belle image du Québec à l’étranger…


3 avril 2014

Mon vote Élection 2014 Québec

PéCul

Qui a fait la meilleure campagne ?  François Legault.

Qui est le meilleur chef ?  François Legault.

Qui a été le meilleur en débat ?  François Legault.

Qui a le meilleur programme ?  François Legault.

Par contre, je suis assez réaliste pour admettre que les chances de voir la CAQ former le prochain gouvernement sont minces.  À ceci, ajoutons qu’en 18 mois le PQ a été capable de devenir l’un des pires gouvernements de l’histoire du Québec.  En moins de deux ans, ils ont saccagé l’économie.  Donc, puisque le choix est entre le parti libéral et le parti québécois, mon vote ira au parti libéral.  Même si la campagne de François Legault a été excellente, je ne peux me résoudre à voter pour la CAQ, ce qui aurait pour conséquence de diviser le vote anti-péquiste permettant ainsi à Pauline Marois de se faufiler en tête.  N’oublions pas que le 4 septembre 2012, Pauline Marois est devenue première ministre grâce à la division de ce vote.

Donc, lundi prochain, je vais voter « stratégique », c’est un vote que j’assume puisqu’en refusant de mettre en place un système proportionnel, les politiciens nous obligent à avoir recours à ce type de vote.  Dans ce contexte, le vote stratégique n’a rien de honteux.  Quand les temps sont durs, les investisseurs protègent leur investissement en achetant de l’or, une valeur refuge.  En ce moment, le parti de Philippe Couillard fait office de valeur refuge.

Certaines personnes pourraient par contre se dire qu’entre le PQ et le PLQ c’est blanc bonnet et bonnet blanc.  Les marchés financiers ne sont pas d’accord avec cette analyse puisqu’au moment de déclencher les élections, quand ceux-ci ont anticipé une victoire de Pauline Marois, les taux obligataire sur la dette du Québec ont explosé.  Quand les sondages sont devenus favorables à Philippe Couillard, ces taux ont diminué. Clairement, les créanciers du Québec redoutent plus l’élection d’un autre gouvernement péquiste que d’un gouvernement libéral.

N’oublions pas non plus la menace référendaire. Le PQ a beau promettre qu’il n’y aura pas de référendum tant que les Québécois ne seront pas prêts, la question n’est pas de savoir s’il y aura un référendum, mais quels seront les moyens utilisés pour convaincre les Québécois d’en faire un.  J’imagine un gouvernement dont la priorité ne sera pas l’économie, mais l’utilisation de fonds publics pour créer des chicanes qui profiteront à leur option.

Par contre, je dois être honnête, les idées économiques du PLQ ne sont guère plus enthousiasmantes que celles du PQ.  Dans un cas comme dans l’autre, on peut prévoir un déclin de la province. Par contre, il existe une différence fondamentale entre ces deux partis: avec le PLQ, on peut espérer un soft landing alors qu’avec le PQ c’est un référendum et un hard landing assuré.  Il est vrai qu’avec la CAQ on pourrait éviter un landing, mais encore une fois, diviser le vote anti-péquiste c’est l’équivalent de jouer à la roulette russe, le risque est tout simplement trop grand pour moi.

S’il est ridicule de subventionner des cimenteries, donner un autre mandat au PQ l’est encore plus.  Ultimement, malgré des engagements électoraux ridicules, souvent calqués sur ceux du PQ, avec le PLQ on peut tenir pour acquis qu’il y a des « adultes » dans la pièce; quand la décote sera réalité, je fais plus confiance à Martin Coiteux qu’à Nicolas Marceau pour prendre les bonnes décisions.  Le PQ serait assez populiste, démagogue et idéologue pour utiliser une décote du Québec pour faire la promotion d’un référendum (qui permettrait à la nation s’affranchir des pouvoirs financiers de Wall Street, vous voyez le genre).

Il ne faudrait pas oublier non plus que François Legault est un peu l’artisan de son propre malheur. En 2012, François Legault a fait campagne en martelant le thème de la gauche efficace et du nationalisme. Il ne fallait pas moins d’État, il fallait un État plus efficace pour nous protéger.  Son virage à droite, encore tout récent, semble plus avoir été motivé par des sondages catastrophiques que par des convictions profondes.  Je n’ai pas oublié le François Legault qui, lors de la campagne de 2012, avait proposé de compenser financièrement les syndicats pour les coupes dans la fonction publique. Même en 2014, la récente embellie dans les sondages a réveillé le côté « gauche efficace » du chef caquiste.

Le 7 avril, je vais voter le nez débouché, je vais voter pour sortir le parti qui gangrène le Québec, avec son option séparatiste, depuis près de 40 ans.  Après PKP promettant, le poing en l’air, de donner un pays à ses enfants, une défaite du PQ le 7 avril signifiera la mort définitive de l’option souverainiste, un passage obligatoire pour reconstruire le Québec.  Un tel scénario est uniquement possible si le vote anti-péquiste n’est pas divisé par la CAQ car, quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, un vote pour la CAQ c’est un vote pour le PQ.

Pour espérer un jour prendre le pouvoir, la CAQ a besoin qu’un des deux vieux partis lève les feutres, seul le PQ est dans une telle position de vulnérabilité. Une fois débarrassés du PQ, les 2 frontrunner de la prochaine élection seront le PLQ et la CAQ; quand le choix sera entre ces 2 partis, je pourrai voter pour François Legault. L’étape 1 pour l’élection d’un gouvernement caquiste, c’est de voter contre le PQ. Après, on pourra passer à l’étape 2.

Je termine en laissant la parole à Denis Julien, le meilleur chroniqueur politique au Québec !

P.-S. Je vous invite à aller lire les commentaires, plusieurs discussions très intéressantes donc la vision que j’ai du PCQ sur l’échiquier électoral.


3 avril 2014

Éducation et économie Canada Économie Élection 2014 En Chiffres Québec

Pour faire suite à mon billet d’hier sur l’éducation et l’indépendance, voici un billet sur l’éducation et l’économie, deux autres oubliées de la campagne électorale…

On oublie trop souvent que les dons de charités représentent un rouage important de tout système d’éducation efficace et performant…

Éducation Québec

Dernier…

Selon la « boussole électorale » de Radio-Canada, 79% des Québécois veulent augmenter le taux d’imposition des entreprises (alors que nous sommes déjà la province la plus imposée).  Si on impose plus les entreprises, ces dernières auront encore moins d’argent pour faire des dons aux universités et vous pouvez parier que l’argent qui sera confisqué par le gouvernement se retrouvera partout, sauf dans notre système d’éducation…

Sources:
Statistique Canada
Tableau 477-0058
Tableau 477-0019


3 avril 2014

Les régions… Coup de gueule Économie Élection 2014 Gauchistan Québec

Le Nord-Est

-

«Rambo» votera pour le PQ
Le Nord-Est

«En tant que père de famille nord-côtier qui ne veut pas voir ses beaux villages de la Côte disparaître et ses villageois se déchirer, je me dois impérativement de voter pour le Parti québécois par chez nous! Nous n’avons pas le choix si nous voulons garder une petite chance de sauver notre région du capitalisme qui est en train de s’y installer», a écrit Bernard Gauthier, en fin d’après-midi sur sa page Facebook, dans un long statut truffé de fautes.

Il affirme «que la chasse au représentant syndical est ouverte sur la Côte-Nord». Il critique la Loi 33 sur le placement syndical «qui est en train de nous faire crever chez nous». «En deux ans, le gouvernement libéral, Lise Thériault en tête et Diane Lemieux, ont réussi à tout démolir de façon à donner à tous les entrepreneurs le pouvoir d’abuser de nos travailleurs de l’industrie […] C’est pas compliqué, ce gouvernement (libéral) a voulu abolir toutes formes de syndicalisation au Québec», poursuit le syndicaliste.

Sans commentaire…


2 avril 2014

La corruption Économie Élection 2014 En Citations Philosophie Québec

Commission Charbonneau

-

Il y a près de deux milles ans, le sénateur et historien romain Tacitus écrivait le rapport de la commission Charbonneau.  Le voici dans son intégralité:

« Plus il y a de lois, plus l’État est corrompu. »


2 avril 2014

Éducation et indépendance Canada Économie Élection 2014 En Chiffres Québec

Pourquoi ne pas parler d’éducation et d’indépendance; un mélange d’un des sujets les moins présents avec l’un des sujets les plus présents dans la campagne électorale !

Tout d’abord, voici l’argent dépensé par les provinces pour l’éducation post-secondaire:

Éducation Québec

Comment le Québec peut-il être simultanément une des provinces qui taxent le plus tout en étant une des provinces qui met le moins d’argent dans son système d’éducation post-secondaire…  Deux réalités difficilement conciliables…

Notons que les frais de scolarité ne sont pas inclus dans ces chiffres.  Quand on les prend en considération, l’Île-du-Prince-Édouard et l’Ontario passent devant le Québec. Autre fait intéressant, au début des années 2000, Terre-Neuve dépensait 8 001$ par étudiant temps plein. Aujourd’hui, cette somme est passée à 21 051$ par étudiant temps plein.  Ce bond spectaculaire (+163%) correspond avec le début de l’exploitation du pétrole par cette province.

Autre élément intéressant, voici la part du fédéral dans le financement de l’éducation post-secondaire:

Éducation Québec

La seule province avec un mouvement indépendantiste est aussi celle qui dépend le plus de l’argent du fédéral pour financer son éducation post-secondaire…  Encore une fois, deux réalités difficilement conciliables…

Sources:
Statistique Canada
Tableau 477-0058
Tableau 477-0019


2 avril 2014

L’intégrisme vert Élection 2014 Environnement Europe Québec Revue de presse

The Guardian

-

James Lovelock: environmentalism has become a religion
The Guardian

Environmentalism has « become a religion » and does not pay enough attention to facts, according to James Lovelock.

The 94 year-old scientist, famous for his Gaia hypothesis that Earth is a self-regulating, single organism, also said that he had been too certain about the rate of global warming in his past book, that « it’s just as silly to be a [climate] denier as it is to be a believer” and that fracking and nuclear power should power the UK, not renewable sources such as windfarms.

Speaking to the Guardian for an interview ahead of a landmark UN climate science report on Monday on the impacts of climate change, Lovelock said of the warnings of climate catastrophe in his 2006 book, Revenge of Gaia: « I was a little too certain in that book. You just can’t tell what’s going to happen. »

“It [the impact from climate change] could be terrible within a few years, though that’s very unlikely, or it could be hundreds of years before the climate becomes unbearable, » he said.

Talking about the environmental movement, Lovelock says: « It’s become a religion, and religions don’t worry too much about facts. » The retired scientist, who worked at the Medical Research Council, describes himself as an « old-fashioned green. »

L’intégrisme vert est la religion la plus dangereuse pour l’économie du Québec. C’est aussi la seule religion qui est n’est pas séparée de l’État et qui n’est pas ciblée par la charte du régime péquiste…


1 avril 2014

La (trépa)nation québécoise Coup de gueule Élection 2014 Québec

Mur Québec

Bienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

Oh for F-bomb’s sake !!!

Philippe Couillard a consterné ses interlocuteurs lors du débat à TVA en suggérant que le bilinguisme pouvait être utile, même pour un ouvrier travaillant sur une chaîne de montage.  Ici il ne s’agit pas de dire que l’on devrait forcer un ouvrier de cinquante-cinq ans à apprendre l’anglais, mais plutôt de réaliser qu’une personne de dix-huit ans qui entre à l’usine après avoir obtenu son secondaire cinq devrait être bilingue. Pas tant à cause de son travail, mais plutôt parce que 56,1% de l’internet est en anglais contre 3,9% pour le français. Pouvoir naviguer sur internet à sa guise est une activité qui devrait être accessible à tous, y compris aux ouvriers.

L’impôt sans frontière

Selon Bernard Drainville, un Québécois qui quitte le Québec pour aller travailler dans un autre pays, devrait continuer de payer ses impôts au Québec puisque cette personne a déjà reçu des services du gouvernement québécois. Est-ce à dire que Bernard Drainville pense que les Québécois devraient continuer à payer des impôts au Canada si le Québec devient indépendant?

Les zarables

En fin de semaine, le PQ a reproché à Philippe Couillard d’avoir travaillé en Arabie Saoudite sous prétexte que ce pays torture les poètes et sa minorité homosexuelle.  Pourquoi ai-je la désagréable impression que si Philippe Couillard avait travaillé pour le Hamas en Palestine, le sort des poètes et des homosexuels palestiniens, qui n’est pas très différent de leur contrepartie saoudienne, aurait laissé le PQ indifférent…

Métaphore politique

Écoutez ceci (extrait qui date du 16 août 2012):

Regardez cela:


1 avril 2014

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (25-31 mars) selon Influence Communication.

La dernière semaine a vu le poids médiatique de la campagne électorale au Québec grimper de près de 3 points de pourcentage. Alors qu’on approche rapidement de la date du vote, les deux débats des chefs sont derrière nous et le vote par anticipation a débuté durant la fin de semaine. Près du quart de l’actualité au Québec touche à la campagne électorale. Au Canada, ce sont la fin de semaine de baseball à Montréal et l’imminent début de saison des Blue Jays de Toronto qui occupent le haut du classement hebdomadaire. Cette nouvelle a aussi été très importante au Québec, avec un poids médias de plus de 3 %. Sur Twitter au Québec, Miley Cyrus a retenu beaucoup l’attention pour son passage à Montréal, de même que le défenseur russe des Canadiens de Montréal Alexei Emelin et l’état américain du Delaware. Le Delaware est rapidement devenu populaire au Québec puisqu’il a été mentionné par Québec Solidaire dans le cadre de la campagne électorale actuelle.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


1 avril 2014

Rob Ford, un allié du Québec ? Canada Économie Québec Revue de presse

The Globe And Mail

-

Divisive Toronto Island Airport proposal packs council chamber
The Globe And Mail

A standing-room-only crowd packed Toronto’s city council chamber Tuesday to speak out on a controversial plan to expand the Island Airport.

In the lead-up to Tuesday’s debate, two leading challengers to Mayor Rob Ford urged the committee to take quick action – with John Tory asking for a fast deferral of the matter until more information is available and Olivia Chow pressing for a prompt rejection of the plan. Mr. Ford, for his part, continued to advocate for a speedy approval and Deputy Mayor Norm Kelly is working on his own airport motion to move up the decision on whether to allow jets at the Billy Bishop Toronto City Airport.

While the executive committee meeting is expected to go into the evening, Mr. Tory asked its members “to be brief” and not vote on the airport plan at all. “The Executive Council should immediately defer the debate on the Billy Bishop airport,” he said in a statement.

Ms. Chow urged members to turn down the plan. “We should leave it as it is,” she said in a statement.

On his way to the meeting, Mr. Ford told reporters he also wants quick action. “I support the Island Airport wholeheartedly. I’ve never changed my position on it,” he said as he headed to the special meeting. ? “We should get on with it. Stop playing the games.”

Pourquoi je vous parle du projet d’agrandissement d’un aéroport de Toronto qui est supporté par Rob Ford et dénoncé par Olivia Chow ? Parce que la prochaine élection municipale à Toronto risque de se jouer entre ces 2 là et que si le projet d’agrandissement se concrétise, Bombardier pourra espérer vendre jusqu’à 30 C-Series et 6 Q400, un deal de 2,3 milliards de dollars !


31 mars 2014

Le code PQ Coup de gueule Élection 2014 En Images Québec

Les 36 cordes sensibles des Québécois est un essai de Jacques Bouchard, publié en 1978. Destiné aux publicitaires, cet ouvrage porte sur les caractéristiques ethnologiques et démographiques des comportements des Québécois.

Voici les « cordes sensibles » visées par le PQ (et sa charte).

Charte PQ


31 mars 2014

La mine basse Canada Économie Élection 2014 En Chiffres Environnement Europe Québec

Il y a presque un mois, l’Institut Fraser a publié son indice de développement minier, une enquête menée auprès de 690 dirigeants de l’industrie minière pour savoir quels étaient les endroits dans le monde les plus ouverts aux investissements. J’avais prévu parler de cette étude bien avant, mais avec le déclenchement des élections, elle était tombée sous mon radar.

Mieux vaut tard que jamais, alors voici l’indice de développement minier, pour les provinces canadiennes et les pays scandinaves (pays souvent cités en exemple…) avec des ressources minérales. Pas de bonnes nouvelles pour le Québec…

Mine Québec

Quelques constatations plutôt troublantes:

  • Il y a 4 ans à peine, le Québec était confortablement installé en 1ere position, tant au Canada qu’à l’échelle mondiale.  Aujourd’hui, nous avons été relégués au 6e rang au Canada et 21e rang mondial.
  • Le Québec fait moins bien que l’ensemble des pays scandinaves, pourtant des modèles de social-démocraties par notre gauche.  La Suède occupe le 1er rang mondial.
  • Dans la majorité des provinces canadiennes et la totalité des pays scandinaves, l’indice s’est amélioré depuis 2009/2010. Le Québec est l’endroit qui a subi la chute la plus importante de son indice (-21,8%).

Si les provinces de l’Ouest et les pays scandinaves sont riches et que le Québec est pauvre, ce n’est pas à cause du pétrole, mais plutôt parce que le socialisme et l’éco-catastrophisme n’ont pas infecté l’économie leur économie.

Pour prendre la pleine mesure de la détérioration des conditions économiques au Québec pour les entreprises pétrolières, voici l’évolution de notre position dans le classement:

Mine Québec

Une chute vertigineuse. Certaines personnes pourraient croire que l’adoption de la nouvelle loi sur les mines en décembre 2013 pourrait redonner au Québec une place enviable au classement. Personnellement, j’en doute.  La nouvelle loi, fruit de la collaboration entre le régime péquiste et François Legault, représente une réglementation supplémentaire et un boulet économique pour les entreprises minières. Au mieux, on va stopper la chute, mais il sera difficile de remonter au haut de l’échelle.

Et à tous ceux qui se questionnent sur l’utilité d’avoir une industrie minière florissante, voyez par vous-même…

Québec mine

Les gens qui travaillent dans le domaine de l’extraction minière et pétrolière gagnent 1 683$/semaine, presque le double de la moyenne de tous les secteurs, qui se chiffre à 897$/semaine.

Voilà qui devrait être pris en considération dans l’éternel (et inutile) débat sur les redevances. Car les emplois créés et les salaires versés, c’est aussi des redevances !

Sources:
Fraser Institute
Survey of Mining Companies: 2013

Statistique Canada
Tableau 281-0027


31 mars 2014

Opportunité ratée Économie Environnement États-Unis Europe Mondialisation Revue de presse

The Guardian

-

European leaders ask Obama to allow increased exports of US shale gas
The Guardian

European leaders on Wednesday asked Barack Obama to share the US’s shale gas bonanza with Europe by facilitating gas exports to help counter the stranglehold Russia has on the continent’s energy needs.

With Russia’s gas monopoly, Gazprom, supplying a quarter of Europe’s gas needs, and almost all of the gas in parts of eastern Europe, the energy issue has soared to the top of Europe’s strategic agenda as a result of the Ukrainian crisis and the fear that the Kremlin will be able to blackmail Europe if a threatened trade war erupts.

Herman Van Rompuy and José Manuel Barroso, presidents of the European council and the European commission respectively, asked Obama to come up with measures that would favour European companies obtaining licences to export US shale gas in liquid form to Europe.

While European access to the US shale gas revolution is currently constrained by American licensing procedures, a successful conclusion of ongoing ambitious trade talks aimed at creating a transatlantic free trade area would also hasten European access to American gas.

Un rappel pour vous dire que personne n’a parlé gaz de schiste dans cette campagne électorale. Une autre opportunité d’enrichir le Québec qui a été ratée… Pendant ce temps, les Américains pourront s’enrichir en exportant leur gaz vers l’Europe…