Antagoniste


20 juillet 2015

Les faits et la fiction Canada Coup de gueule Économie En Chiffres International Québec

La semaine dernière, dans le journal à PKP, un spin doctor du PQ a tenté de convaincre ses moutons du bien fait du projet séparatiste.  Selon ce champion de l’économie, faire la souveraineté serait une bonne chose puisqu’il n’y a aucun avantage pour nos entreprises et notre économie à gérer la forte instabilité du dollar canadien, par conséquent il faut se séparer pour se débarrasser de l’instabilité systémique de la monnaie canadienne.

Vraiment ?

Voici comment la valeur du dollar a fluctué par rapport aux principales monnaies étrangères:

Dollar Canadien

N’en déplaise aux péquistes, mais leurs belles théories sur la fluctuation du dollar canadien ne passe pas le test de la réalité, comme on peut le voir, depuis dix ans, le dollar canadien est l’une des devises les plus stables dans les pays industrialisés.  Bref, si les fluctuations d’une devise ont des effets délétères sur l’économie, c’est au Canada où les entrepreneurs ont été le plus à l’abri de ces effets.

Il faut dire que la politique monétaire n’a jamais été l’apanage des péquistes.  Lors du référendum de 1995, Bernard Landry et Lucien Bouchard avaient déclaré qu’un Québec souverain pourrait adopter la devise américaine…  C’est ironique puisque plus d’une décennie plus tard, quand le dollar canadien est arrivé à parité avec le dollar américain, ces mêmes péquistes ont raconté que la force du dollar canadien détruisait l’économie du Québec.  Si la parité est mauvaise pour l’économie du Québec, imaginez le désastre si nous avions décidé d’adopter le dollar américain !

Source:
Federal Reserve Bank of St. Louis
H.10 Foreign Exchange Rates


20 juillet 2015

Les ingrats Canada Coup de gueule Économie Environnement Québec Revue de presse

Leader-Post

Saskatchewan premier Brad Wall “categorically” rejects Energy East comments
Leader-Post

Premier Brad Wall came out swinging on Wednesday at suggestions eastern provinces could block the Energy East pipeline if they don’t like western environmental policies. Speaking with reporters before flying to the premiers’ meeting in Newfoundland and Labrador, with evident frustration about the pipeline issue, Wall said “I categorically reject” the idea as a “principle of confederation.”

His comments stem from discussions between Alberta premier Rachel Notley and her Quebec counterpart Philippe Couillard on Tuesday. According to The Canadian Press, they talked about Couillard’s view that climate change policies need to improve for Quebec to get behind Energy East. That did not sit well with Wall.

As he likes to at every available opportunity, the premier reiterated that Energy East is three-quarters a conversion — not a new pipeline — and will benefit the whole country, freeing up Canada’s reliance on “foreign oil.”

Wall said there is a “growing sense of frustration” in the West, “because our economies … have been creating significant opportunities for all Canadians.”

“We’ve been contributing mightily to equalization, and I just don’t think this kind of talk is welcome, frankly,” he said.

“In terms of a licence … to build a pipeline, or in this case to simply convert a pipeline to move western Canadian energy across the country, how about $10 billion in equalization? That’s a pretty good licence. How about the massive jobs we’ve created here for all Canadians? That’s also a pretty good licence.”

In a parting shot, Wall said, “Maybe we need to have equalization payments start paying through a pipeline to finally get one approved through Central Canada.”

Si tu veux avoir le droit de dire non à un pipeline, assure-toi de ne pas recevoir de la péréquation à la province qui le demande…

Parce que tant et aussi longtemps que tu reçois de la péréquation, la seule chose que tu as le droit de dire c’est « oui monsieur » et « merci monsieur »…


16 juillet 2015

Ni Marx ni Jésus Économie En Citations International Philosophie

Revel

La semaine dernière, le Pape s’est rendu en Bolivie, pour livrer une série de discours communistes; bref, le pape a jugé bon utile de nous rappeler que la gauche est une religion…  Cet épisode m’a rappelé le livre « Ni Marx ni Jésus ».  Écrit par Jean-François Revel en 1970, il y explique pourquoi il défroquait du socialisme pour embrasser le libéralisme économique, un mouvement qui tournait le dos à la religion et au communisme.  Quarante-cinq ans plus tard, la racaille communiste du Vatican a dit à ses moutons « Avec Marx et avec Jésus »…  Extrait du livre « Ni Marx ni Jésus »:

« L’excommunication dédaigneuse de toute forme de capitalisme évolutif, de la révolution industrielle et du progrès technique, au nom d’un socialisme de placard, équivaut à choisir le sous-développement pour ne pas réviser un dogme. »


16 juillet 2015

Quand le marché évolue Économie En Chiffres Environnement États-Unis

Deux chiffres intéressants sur lesquels je suis tombé cette semaine:

Essence Voiture

Depuis 1996, le nombre de voitures a augmenté de 21%, mais le nombre de stations-service a diminué de 18% !

Ces chiffres semblent contradictoires, mais quand on sait que la consommation en essence des voitures est passée de 8,25L/100 km en 1996 à 6,53 L/100 km en 2012 (une diminution de 21%) on peut comprendre pourquoi le nombre de stations-service diminue même si le nombre de voitures augmente !

Source:
U.S. Department of Energy
Maps and Data


16 juillet 2015

La réputation du Canada Canada Économie Environnement International Revue de presse

Forbes

The World’s Most Reputable Countries, 2015
Forbes

Which countries have the best reputations? What does that even mean? Reputation Institute, a global private consulting firm based in Boston and Copenhagen, has just released its sixth annual “Country RepTrak” of what it calls “The World’s Most Reputable Countries,” a tool the firm uses to help it advise countries on how to bolster their reputations around the globe. It also counsels companies that want to know how their country of origin influences their reputation overseas, and companies interested in doing businesses abroad.

The list ranks the 55 countries with the highest GDPs. In the No. 1 slot this year: Canada, which has been the winner four out of six times. The other two years, in 2014 and 2010, it was No. 2. This year Norway moved up to second place from sixth in 2014 and Sweden is third, as it was last year. The Scandinavian countries and Finland have ranked in the top 10 all six years, as have Switzerland, Australia and the Netherlands. The U.S. is down in 22nd place, behind Thailand and just above Poland (more on the U.S. below).

To compile its data, RI ran online surveys of 48,000 consumers in G8 countries from February through April of this year. To flesh out the data, it interviewed 30,000 additional people in the 12 non-G8 countries with the biggest economies, including China, India and Brazil.

Sable bitumineux, retraits de conventions internationales de l’ONU, rejet du protocole de Kyoto, support inconditionnel à Israël, restructuration de l’aide étrangère, guerre contre les syndicats… À lire nos bons chroniqueurs québécois, le Canada de Stephen Harper serait devenu la lie de l’humanité, un pays infréquentable, universellement détesté et une source inépuisable de honte pour ses citoyens…

Bref, encore une fois, nos bons chroniqueurs gauchistes se sont couverts de ridicule…


15 juillet 2015

Langue universelle Économie En Images Europe Québec

Voici une carte qui va donner des boutons aux péquistes qui rêvent de faire du Québec un petit pays fermé sur le monde…

Péquiste Raciste

Dans la majorité des pays en Europe ce n’est pas une, mais bien deux langues étrangères que l’on enseigne dans les écoles. Fait à noter, dans la majorité des pays l’enseignement des langues étrangères débute dès la première année du primaire et la langue la plus enseignée est l’anglais.  En fait, en Europe, c’est 73% des élèves de niveau primaire qui apprennent l’anglais.

Notez aussi le cas de l’Irlande et de l’Écosse, chez ces deux petites peuplades nationaleuses, l’enseignement d’une langue étrangère n’est pas obligatoire…

Et pendant ce temps au Québec, on apprend que l’Office de la langue française a ouvert une enquête sur un food truck qui a commis le crime de s’appeler « Le Cheese »…  Quand je vois des gens penser que ce genre de chose pourrait menacer la survie du français, je me dis qu’il y a beaucoup de maladie mentale au Québec…

P.-S. Et je me dis aussi qu’on devrait mettre la clé dans la porte de l’Office de la langue française, un organisme de fonfons dont l’inutilité n’a d’égal que sa stupidité.

Source:
Eurostats
Key Data on Teaching Languages at School in Europe


15 juillet 2015

Reprise économique Économie En Chiffres Québec

Voici mon troisième et dernier billet relatif à la publication du dernier rapport mensuel des opérations financières du Québec pour l’année financière 2014-2015 (mes deux autres billets sont ici et ici).

L’impôt des compagnies du Québec est un élément très intéressant présent dans ces rapports. J’aime cet indicateur puisque l’impôt des sociétés représente un peu un baromètre économique, quand l’économie va bien, les entreprises font des profits et payent des impôts. Dans le cas contraire, les revenus du gouvernement diminuent, une compagnie ne peut pas payer d’impôt si elle ne fait pas de profit.  Bref, cet impôt est un excellent proxy pour juger de la vitalité de l’économie.

Voici comment se compare l’année 2013-2014 (dernière année du PQ au pouvoir) et 2014-2015 (première année du PLQ au pouvoir):

Finance Québec

Pour la première année au pouvoir du PLQ, l’impôt des sociétés a rapporté 3 506 millions de dollars. L’année financière précédente (la dernière du PQ au pouvoir), l’impôt des sociétés avait rapporté 3 254 millions de dollars. Donc, par rapport au PQ, c’est 252 millions de dollars de plus qui sont entrés dans les coffres du gouvernement, un écart significatif de 7,7% !

Bref, sous les libéraux, l’économie du Québec c’est nettement améliorée. Depuis le mois d’avril, l’économie du Québec a produit 8 mois où les impôts des sociétés ont augmenté par rapport à l’année précédant; autrement dit, pour faire une analogie sportive, on pourrait dire que le PLQ a remporté le duel économique sur le PQ avec un score de 8 victoires et 4 défaites.

Source:
Ministère des finances du Québec
Rapport mensuel des opérations financières


15 juillet 2015

Quelqu’un doit payer Économie États-Unis Revue de presse

Chicago Tribune

Chipotle ties San Francisco price hike to minimum wage increase
Chicago Tribune

It San Francisco is any indication, Chipotle fans in Chicago might want to keep an eye on the price they’re paying for their burrito bowls, as the city’s minimum wage continues to climb in coming years.

In its weekly survey of 10 Chipotle markets, Chicago-based William Blair found that Chipotle raised prices in half of the markets that the investment firm surveyed — San Francisco, Chicago, Denver, Minneapolis and Orlando. In most markets, the price increases occurred due to the rising cost of beef.

The city by the bay, however, saw across-the-board price increases averaging 10.5 percent, and William Blair theorizes « the outsized San Francisco price hike was likely because of the increased minimum wages. » In contrast, prices in Chicago, Denver, Minneapolis and Orlando each rose about half a percentage point, nearly entirely due to higher beef prices.

San Francisco’s minimum wage was $10.74 an hour in 2014, rose to $11.05 at the start of the year, and increased again to $12.25 in May. Chipotle spokesman Chris Arnold says the chain’s pricing varies around the country due to the cost of doing business but that the price increases in San Francisco were « done in part to offset higher labor costs. »

« California, and San Francisco in particular, has a high cost of doing business, » he said. « In San Francisco, for example, our occupancy costs are about double the Chipotle average as a percentage of sales, and our menu prices there are right around the average for Chipotle restaurants around the country, so increases to wages can have a greater impact than they might elsewhere. » San Francisco’s minimum wage is due to rise gradually to $15 in 2018.

Un bon rappel que quand on augmente le salaire minimum, quelqu’un doit payer et ce quelqu’un, c’est toujours le consommateur puisque le salaire fait partie du coût de production…


14 juillet 2015

Le modèle scandinave Économie États-Unis Europe

RichesseRésultat très intéressant d’une étude à propos des immigrants d’origine scandinave qui habitent aux États-Unis depuis plusieurs générations.

Selon cette étude, le revenu médian des Américains d’origine scandinave est 20% plus élevé que le revenu médian de l’ensemble de la population.  De plus,  le taux de pauvreté chez les Américains d’origine scandinave est 50% inférieur à celui de l’ensemble de la population.  En fait, le taux de pauvreté chez les immigrants d’origine scandinave qui habitent aux États-Unis est inférieur aux taux de pauvreté des pays scandinaves !

Pour les auteurs de l’étude, ces résultats suggèrent que ce sont des normes culturelles préexistantes qui sont responsables des faibles niveaux de pauvreté en Scandinavie et non pas la présence de l’État-providence.  En bref, si le taux de pauvreté est si bas dans les pays scandinaves est si bas ce n’est pas parce que le gouvernement redistribue la richesse, mais parce que les scandinaves aiment travailler dur !


14 juillet 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (7-13 juillet) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


14 juillet 2015

Le progrès et la gauche Économie Environnement Europe Revue de presse

The Economist

Something fishy
The Economist

Those who fret about overfishing and those who fret about genetically modified (GM) food are often one and the same. Such people will soon be impaled on the horns of a dilemma if Johnathan Napier of Rothamsted Research, an agricultural establishment in southern England, has his way. As he and his colleagues describe this week in Metabolic Engineering Communications, they are working on technology that could reduce demand for wild-caught fish considerably. It will do so, though, by feeding farmed fish with GM chow.

Apart from the fact that they taste good, oily fish are also desirable because they are healthy fare. There are many things you can remove from your diet in order to improve cardiovascular fitness, but few that you can add. However DHA and EPA—two molecules often referred to as fish oils—buck this trend. They are known to lower blood pressure, to reduce the risk of heart arrhythmia and to slow the growth of fatty plaques that block arteries.

Dr Napier’s idea was to take an oil-generating plant (he chose Camelina sativa, a cousin of rape), add a few pertinent genes from creatures that make DHA and EPA naturally, and see what happened. It sounds easy. In fact, it proved quite hard. But after several false starts he and his team came up with the magic formula: a fatty-acid-elongase gene from a waterborne moss called Physcomitrella patens, a fatty-acid-desaturase gene from Emiliana huxleyi, a planktonic alga, and so on, all put together as a single DNA package and delivered by a messenger called Rhizobium radiobacter, a bacterium that is able to inject bits of its DNA into plant cells.

La gauche aime bien nous annoncer la fin du monde à la moindre peccadille… Elle l’a fait d’ailleurs avec la pêche commerciale. Cette bonne gauche est tout simplement incapable de concevoir que les progrès technologiques et scientifiques seront toujours là pour trouver une solution à nos problèmes.

Mais j’y pense, c’est peut-être pour ça que la bonne gauche est aussi technophobe, notamment avec les OGMs. Parce que grâce aux progrès on peut continuer de rester une société capitaliste au grand dam de la gauche qui rêve d’imposer un régime socialiste en utilisant de fausses considérations environnementales.


13 juillet 2015

Le communisme et l’environnement Coup de gueule Économie Environnement États-Unis Gauchistan

La bonne gauche du New York Times est très inquiète…

Avec l’annonce de la fin de l’embargo des États-Unis sur Cuba, cela signifie que les Américains pourront enfin commercer avec la petite île.  Cela inquiète beaucoup la bonne gauche du New York Times puisque cela signifie que le capitalisme risque aussi de débarquer sur les plages cubaines !

Gogauche

Il faudrait d’abord réaliser que le communisme « protège » l’environnement en rendant impossible toute forme de développement économique, ce qui condamne les gens à vivre dans la pauvreté la plus abjecte.

Mais si la gogauche se préoccupe vraiment de l’environnement à Cuba, elle devrait savoir que:

  • Seulement 87% des Cubains vivant dans les régions rurales ont un accès à l’eau potable, c’est 100% aux États-Unis.
  • Au niveau des installations sanitaires, elles sont disponibles seulement pour 94% de la population, c’est 100% aux États-Unis.

Avoir de l’eau potable et un réseau d’égout, il me semble que ces deux choses sont essentielles pour vivre dans un environnement propre.

Autre élément intéressant, seulement 7,6% des eaux territoriales à Cuba sont des aires protégées, cette proportion est de 30,4% aux États-Unis.

Au fait, est-ce que la bonne gauche considère que de rouler avec des automobiles qui ont plus de quarante ans est meilleur pour l’environnement que de rouler dans une voiture moderne ?

Enverdeurs

Enverdeurs

P.-S. le régime communisme en URSS a été une gigantesque catastrophe environnementale

Source:
World Bank
Data: Indicators


13 juillet 2015

Marceau Vs. Leitão Économie En Chiffres Québec

Dans chaque budget, le ministre des finances fait des prévisions de revenus et de dépenses, la justesse de ces prédictions nous permet d’apprécier la compétence ou l’incompétence d’un ministre des finances…

Avec la publication, la semaine dernière, du rapport mensuel des opérations financières du Québec pour l’année financière 2014-2015, on peut évaluer le travail du ministre Carlos Leitão…  Mais avant d’aller au ministre Leitão, analysons le travail de Nicolas Marceau pour son dernier budget, cela nous permettra de le comparer à son successeur:

Budget Québec

Le PQ s’est complètement planté dans ses prévisions de revenus autonomes et dans ses dépenses de programmes.  En fait, les péquistes ont dépensé 2 fois plus d’argent que ce qui était prévu dans les dépenses de programme !

Je résume le bilan du ministre Marceau: le gouvernement est moins riche que prévu, il dépense plus que prévu et il a pu éviter la catastrophe en recevant plus d’argent que prévu de Stephen Harper. Un bilan honteux pour un gouvernement qui se veut indépendantiste.

Est-ce que Carlos Leitão a mieux fait ?

Budget Québec

Tout comme Nicolas Marceau, Carlos Leitão a surestimé les revenus du gouvernent.  Par contre, le libéral s’est moins planté, une différence de 36% contre 68% pour le péquiste.  Au niveau des dépenses de programmes, Leitão est arrivé directement sur sa cible, tout le contraire de Marceau qui lui a défoncé le budget en dépensant 2 fois plus que ce qui était prévu !

Bref, dans un duel opposant les deux ministres des Finances, sans être parfait, Carlos Leitão obtient une victoire facile sur Nicolas Marceau.

Autre élément intéressant et important: la cible originale des dépenses du gouvernement péquiste était de 1,8%, c’est exactement la même cible que se sont donnée les libéraux.  On réalise donc que les péquistes font preuve d’une arrogance et/ou  d’une stupidité digne d’un prix Nobel quand ils accusent les libéraux de vouloir démolir le Québec avec leur austérité puisque leur gouvernement voulait faire exactement la même chose !  La seule différence: les libéraux ont été assez compétents pour atteindre leur cible…  Au fond, il est peut-être là le problème, les péquistes sont peut-être jaloux d’avoir vu les libéraux réussis là où ils ont échoué…

Sources:
Ministère des finances du Québec
Budgets 2013-2014 et 2014-2015
Rapport mensuel des opérations financières


13 juillet 2015

Obamacare: les conséquences Économie États-Unis Revue de presse

The New York Times

Health Insurance Companies Seek Big Rate Increases for 2016
The New York Times

Health insurance companies around the country are seeking rate increases of 20 percent to 40 percent or more, saying their new customers under the Affordable Care Act turned out to be sicker than expected. Federal officials say they are determined to see that the requests are scaled back.

Blue Cross and Blue Shield plans — market leaders in many states — are seeking rate increases that average 23 percent in Illinois, 25 percent in North Carolina, 31 percent in Oklahoma, 36 percent in Tennessee and 54 percent in Minnesota, according to documents posted online by the federal government and state insurance commissioners and interviews with insurance executives.

The Oregon insurance commissioner, Laura N. Cali, has just approved 2016 rate increases for companies that cover more than 220,000 people. Moda Health Plan, which has the largest enrollment in the state, received a 25 percent increase, and the second-largest plan, LifeWise, received a 33 percent increase.

Jesse Ellis O’Brien, a health advocate at the Oregon State Public Interest Research Group, said: “Rate increases will be bigger in 2016 than they have been for years and years and will have a profound effect on consumers here. Some may start wondering if insurance is affordable or if it’s worth the money.”

The rate requests, from some of the more popular health plans, suggest that insurance markets are still adjusting to shock waves set off by the Affordable Care Act.

Exactement ce qu’avaient prévu les gens qui ont dénoncé la ridicule réforme de la santé du président Obama…


9 juillet 2015

Le cancer grec Économie En Citations Europe Gauchistan

Revel

L’intellectuel Jean François Revel commentant la situation en Grèce en 1993. Oui, mille neuf cent quatre-vingt-treize…

« Pour la corruption et la dissipation, Athènes il est vrai n’a rien à envier à Paris, Madrid ou Rome. Mais ce qu’attend Papandréou de l’Europe, c’est qu’elle éponge les pertes d’une économie clientéliste qui, malgré les privatisations bien timides de la droite, reste pour 67% une économie d’État. Si indulgente soit la Commission pour les frasques de la ‘cohésion sociale’, pourra-t-elle continuer à les tolérer, alors que la Grèce vient de se voir allouer, pour les cinq prochaines années, un pactole de 175 milliards de francs de subventions? »