Antagoniste


20 août 2015

Le libre marché contre la corruption Canada Économie Mondialisation Revue de presse

The Globe And Mail

Ukraine PM calls on Canadian investors to help displace oligarchs
The Globe And Mail

Ukraine’s Prime Minister is calling on Canadian investors to take part in a massive privatization of state assets organized by Kiev as a way of weakening the power of wealthy oligarchs blamed for spreading corruption in his country.

Arseniy Yatsenyuk cited, for instance, Ukrainian businessmen who have been “sitting like vampires” on the country’s publicly owned energy sector.

Mr. Yatsenyuk spoke to The Globe and Mail Tuesday after he joined Prime Minister Stephen Harper in Chelsea, Que., to announce that Ukraine and Canada had struck a free-trade deal.

Ukraine is preparing to spin off billions of dollars of government enterprises – including power generation and distribution assets and chemical plants – and the government wants Western investors to bring more orderly business methods to the Eastern European country.

“I don’t want Ukrainian tycoons to buy these state-owned enterprises,” Mr. Yatsenyuk said. “We would be happy to see Canadian folks buying Ukrainian assets and bringing into Ukraine good corporate governance, new investment and new jobs.

“That is what I asked the Canadian Prime Minister: ‘Please tell your investors and your businesses to jump into Ukraine.’”

Je vous parle de cette nouvelle, qui date déjà de quelques semaines, parce que le commie qui écrit dans le journal à PKP avait écrit que l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Ukraine était mauvais, puisque l’Ukraine était un pays corrompu. Le pauvre homme n’a pas encore compris que le libre marché, et la compétition qui en découle, est le remède le plus puissant pour combattre la corruption.

Notez aussi que les politiciens ukrainiens semblent beaucoup plus intelligents que les nôtres, ils ont réalisé qu’une économie se développe avec des investissements étrangers et ils veulent que les Canadiens participent à la privatisation de leurs infrastructures. Ici, tous nos politiciens sont trop arriérés pour comprendre ce principe économique de base, surtout les nationaleux du PQ qui sont allergiques à tout investissement étranger dans notre économie.


22 janvier 2015

La gauche et la corruption En Citations Philosophie

Revel

L’immortel Jean-François Revel à propos de l’idéologie socialiste…

« Les socialistes ont une si haute idée de leur propre moralité qu’on croirait presque, à les entendre, qu’ils rendent la corruption honnête en s’y livrant. »


3 juillet 2014

Corruption et obésité Canada Économie En Chiffres Québec

Résultat très intéressant d’une étude conjointe de l’Université de l’Indiana et de l’Université de Hong Kong sur la corruption étatique. Cette étude, publiée dans le journal Public Administration Review, montre que plus un État est corrompu, plus son gouvernement sera gros i.e. plus il aura tendance à dépenser sans compter l’argent des contribuables.

Au Canada, devinez qu’elle est la province avec le plus gros gouvernement ?

Corruption Québec

Contrairement à ce que claironne la gauche, un gros gouvernement n’est pas un antidote à la corruption.  Au contraire, l’obésité gouvernementale est plutôt un symptôme de corruption rampante !

Mais vous voulez savoir ce qui est le plus amusant avec cette étude ?  On y montre que plus les États sont corrompus, plus ils lancent de grands projets d’infrastructure et plus les fonctionnaires ont tendance à être payés grassement…. Vive le Québec !

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 385-0001 & 384-0002


2 avril 2014

La corruption Économie Élection 2014 En Citations Philosophie Québec

Commission Charbonneau

Il y a près de deux milles ans, le sénateur et historien romain Tacitus écrivait le rapport de la commission Charbonneau.  Le voici dans son intégralité:

« Plus il y a de lois, plus l’État est corrompu. »


25 novembre 2013

Les tricheurs, les fonctionnaires et la corruption Économie International Revue de presse

Los Angeles Times

Cheating students more likely to want government jobs, study finds
Los Angeles Times

College students who cheated on a simple task were more likely to want government jobs, researchers from Harvard University and the University of Pennsylvania found in a study of hundreds of students in Bangalore, India. Their results, recently released as a working paper by the National Bureau of Economic Research, suggest that one of the contributing forces behind government corruption could be who gets into government work in the first place.

For instance, “if people have the view that jobs in government are corrupt, people who are honest might not want to get into that system,” said Rema Hanna, an associate professor at the Kennedy School of Government at Harvard. To combat that problem, governments may need to find new ways to screen people seeking jobs, she said.

Cheating seemed to be rampant: More than a third of students had scores that fell in the top 1% of the predicted distribution, researchers found. Students who apparently cheated were 6.3% more likely to say they wanted to work in government, the researchers found.

“Overall, we find that dishonest individuals prefer to enter government service,” wrote Hanna and coauthor Shing-yi Wang, an assistant professor at the University of Pennsylvania’s Wharton School. They added, “Importantly, we show that cheating on this task is also predictive of fraudulent behaviors by real government officials.”

« One of the contributing forces behind government corruption could be who gets into government work in the first place »… Je lis ça et je pense au Québec…


2 juillet 2013

À l’origine de la corruption… Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Dans une société, plus un gouvernement distribue de permis et d’autorisations, plus les gens auront un incitatif à recourir aux pots-de-vin pour obtenir un permis ou une autorisation.

Dans une société, plus un gouvernement distribue de contrats, plus les gens auront un incitatif à recourir aux pots-de-vin pour obtenir un contrat.

Dans une société, plus un gouvernement distribue de subventions, plus les gens auront un incitatif à recourir aux pots-de-vin pour obtenir une subvention.

Dans une société, plus l’État est gros et omniprésent, plus il y a de possibilités de corruption…

Cette relation entre la taille de l’État et la corruption n’est pas que théorique.  Dans la réalité, il est possible de mesurer objectivement ce phénomène.

La Banque Mondiale publie chaque année le classement « Doing Business » qui détermine dans quelle mesure l’intervention de l’État et la réglementation entravent le développement du secteur privé. Voici ce qu’on obtient quand on met en relation cet indice avec un second indice qui mesure le niveau de corruption (l’indice de corruption provient de Transparency International):

Corruption Québec

On observe une relation positive relativement forte entre le niveau de corruption et le niveau de réglementation d’un pays i.e. plus il y a de réglementation, plus les niveaux de corruption augmentent.

On peut aussi faire le même exercice avec l’indice de liberté économique calculé par le Heritage Foundation:

Corruption Québec

On peut observer une forte relation négative entre le niveau de corruption et le niveau de liberté économique i.e. moins le gouvernement intervient dans l’économie, moins il y a de corruption.

Désormais, vous saurez quoi répondre à un gauchiste qui remet en doute la relation qui existe entre la taille de l’état et le niveau de corruption.

Pourquoi je vous parle de tout ceci ?

La semaine dernière, on a appris que la firme Dessau était menacée de fermeture puisqu’elle avait été mise sur une liste noire par l’Autorité des marchés financiers.   Pour les cinq prochaines années, Dessau ne pourra pas obtenir de contrat du gouvernement…  Or, les contrats gouvernementaux représentent 75% des activités de Dessau !  Le problème ce n’est pas Dessau, mais bien la place démesurée que prend le gouvernement dans notre économie ! Dans une société, plus un gouvernement distribue de contrats, plus les gens auront un incitatif à recourir aux pots-de-vin pour obtenir un contrat…

En ce moment, en s’en prenant aux firmes comme Dessau, le gouvernement ne fait que traiter les symptômes de la corruption.  Si les politiciens veulent s’attaquer à la source du problème, ils devront réaliser qu’ils ont trop de pouvoir et que trop d’argent circule dans leurs mains…

Sources:
Doing Business
Doing Business Ranking

Heritage Foundation
Index of Economic Freedom

Transparency International
http://cpi.transparency.org/cpi2012/


22 avril 2013

La corruption ? Quelle corruption ! Coup de gueule Économie Québec

CorruptionLe 24 septembre 2010: le ministre de la Santé, Yves Bolduc annonce la construction d’un nouvel hôpital à Baie-Saint-Paul au coût de 120 millions de dollars.

Le 16 mai 2012: on annonce que la construction d’un nouvel hôpital à Baie-Saint-Paul s’accompagnera d’une facture de 260 millions de dollars.

Le 12 novembre 2012: le gouvernement péquiste, nouvellement élu, annonce que la construction d’un nouvel hôpital à Baie-Saint-Paul va coûter 320 millions de dollars.

Le 20 avril 2013: Pauline Marois donne le feu vert à la construction du nouvel hôpital à Baie-Saint-Paul, un projet de 376 millions de dollars.

La commission Charbonneau a été créée le 19 octobre 2011 pour faire le ménage dans les contrats publics de l’industrie de la construction… Depuis la création de cette commission, le prix de l’hôpital de Baie-Saint-Paul a augmenté de 256 millions de dollars (+213%). Ceux qui pensaient que la commission Charbonneau allait se traduire par des économies et une réduction du fardeau fiscal des contribuables feraient mieux de ne pas retenir leur souffle…


6 décembre 2012

Culture de corruption Canada Économie États-Unis

Corruption

Publication l’indice de corruption de Transparency International hier. Deux constats…

1- Quand Barack Obama est devenu président, les États-Unis occupait le 18e rang dans le classement. En 2012, les États-Unis doivent se contenter de la 19e position…

2- Quand Stephen Harper est devenu premier ministre, le Canada occupait le 14e rang dans le classement. En 2012, le Canada a rebondi en 9e position (et ce malgré la performance atroce du Québec)…

Source:
Transparency International
Corruption Perceptions Index


4 septembre 2012

La corruption, je me souviens (en supplémentaire)… Élection 2012 Québec

Si vous êtes comme Jean-François Lisée, vous pensez probablement que la corruption au Québec a débuté il y a 9 ans, avec l’arrivée de Jean Charest. Les gens un peu plus intelligents auront sans doute déjà compris que la corruption est aussi vieille que le Québec… Voici une série de billets sur des histoires de corruption qui ont été oubliées… et qui aident à comprendre les événements actuels…

CorruptionJe n’avais pas prévu faire un autre billet sur la corruption et le PQ, mais puisque Guy Chevrette, ancien ministre péquiste, a décidé de faire campagne aux côtés de Pauline Marois ce dimanche, j’ai pensé que ceci pourrait vous intéresser…

Voici ce qu’on pouvait lire dans Le Devoir le 26 mars 2009:

L’ancien ministre péquiste Guy Chevrette connaît M. Accurso, qui est un ami de Marcel Melançon, un ancien collecteur de fonds pour le Parti québécois et qui a présidé l’entreprise Constructions Marton («Mar» pour Marcel et «Ton» pour Tony). Souvent responsable des campagnes annuelles de financement de son parti, M. Chevrette a maintes fois croisé M. Accurso dans les cocktails de financement et a soupé quelques fois avec lui, sans discuter, assure-t-il, des projets de l’entrepreneur. «Il donne à tous les partis politiques. Comme ministre, je rencontrais tout le monde. On dit bonjour, bonjour, mais ce n’est pas toi qui récolte l’argent, qui voit le chèque», a expliqué M. Chevrette au Devoir.

J’ai aussi parlé de Constructions Marton dans ce billet.

À lire aussi: