Antagoniste


15 avril 2014

La loi du moindre effort Coup de gueule Économie France Revue de presse

The Guardian

-

When the French clock off at 6pm, they really mean it
The Guardian

Just in case you weren’t jealous enough of the French already, what with their effortless style, lovely accents and collective will to calorie control, they have now just banned bosses from bothering them once the working day is done.

Well, sort of. Après noticing that the ability of bosses to invade their employees’ home lives via smartphone at any heure of the day or night was enabling real work hours to extend further and further beyond the 35-hour week the country famously introduced in 1999, workers’ unions have been fighting back. Now employers’ federations and unions have signed a new, legally binding labour agreement that will require employers to make sure staff « disconnect » outside of working hours.

Under the deal, which affects around 250,000 employees in the technology and consultancy sectors (including the French arms of Google, Facebook, Deloitte and PwC), employees will also have to resist the temptation to look at work-related material on their computers or smartphones – or any other kind of malevolent intrusion into the time they have been nationally mandated to spend on whatever the French call la dolce vita. And companies must ensure that their employees come under no pressure to do so.

Rendons à César ce qui appartient à César… Quand on leur demande de trouver des moyens pour rendre des travailleurs non productifs, les syndicats sont capables d’une grande efficacité…


14 avril 2014

Les petits politiciens Coup de gueule Québec

indigneGhislain Bolduc était le député libéral de Mégantic lors de l’été 2013, soit au moment de la tragédie de Lac-Mégantic. Lundi dernier, Ghislain Bolduc a été réélu avec une plus forte majorité qu’en 2012.

Dans les jours qui ont suivi sa réélection, Ghislain Bolduc, qui était pourtant le député de cette circonscription au moment de la tragédie, a déclaré que le PQ l’avait délibérément écarté des processus de consultation et de prise de décisions suite au déraillement tragique à Lac-Mégantic. Cette situation a bien évidemment choqué le député libéral.

La mairesse Colette Roy Laroche de son côté a trouvé normal qu’on tienne le député libéral à l’écart. Celle-ci a déclaré:

« Je pense sincèrement que le PQ a agi comme bien d’autres gouvernements auraient agi dans les circonstances. Dans d’autres dossiers que le nôtre et dans d’autres régions, je crois que c’est habituel de voir un député adverse être un peu mis de côté par le gouvernement au pouvoir ».

Est-ce habituel de voir un député adverse être mis de côté suite à une tragédie ?  Est-ce que les autres gouvernements agissent de cette manière ?

Lors du printemps 2011, de graves inondations ont frappé la Montérégie.  Voici comment Jean Charest, le premier ministre libéral, s’est comporté à l’époque:

M. Charest rencontrait samedi à Saint-Jean-sur-Richelieu une dizaine de maires de la région affectée depuis plusieurs semaines par de graves inondations. Le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, était à ses côtés. Les députés péquistes de Saint-Jean, Dave Turcotte, et d’Iberville, Marie Bouillé, étaient également présents.

Contrairement à ce que certains racontent, il est anormal de tenir un député adverse à l’écart durant une tragédie.  Confronté à un drame, Jean Charest avait refusé de faire de la petite politique…

La question que l’on peut se poser: le PQ a-t-il essayé de se faire du capital politique en utilisant la tragédie de Lac-Mégantic pour tenir un député adverse à l’écart?  La petite politique, ultimement, c’est ce qui a coulé le PQ lors de la dernière élection…


7 avril 2014

Je me croise les doigts Coup de gueule Élection 2014 En Vidéos Québec

Je me croise les doigts en espérant que c’est la dernière élection où on pourra voir ce genre de démonstration pathétique…

Petits artistes pour un petit Québec…


3 avril 2014

Les régions… Coup de gueule Économie Élection 2014 Gauchistan Québec

Le Nord-Est

-

«Rambo» votera pour le PQ
Le Nord-Est

«En tant que père de famille nord-côtier qui ne veut pas voir ses beaux villages de la Côte disparaître et ses villageois se déchirer, je me dois impérativement de voter pour le Parti québécois par chez nous! Nous n’avons pas le choix si nous voulons garder une petite chance de sauver notre région du capitalisme qui est en train de s’y installer», a écrit Bernard Gauthier, en fin d’après-midi sur sa page Facebook, dans un long statut truffé de fautes.

Il affirme «que la chasse au représentant syndical est ouverte sur la Côte-Nord». Il critique la Loi 33 sur le placement syndical «qui est en train de nous faire crever chez nous». «En deux ans, le gouvernement libéral, Lise Thériault en tête et Diane Lemieux, ont réussi à tout démolir de façon à donner à tous les entrepreneurs le pouvoir d’abuser de nos travailleurs de l’industrie […] C’est pas compliqué, ce gouvernement (libéral) a voulu abolir toutes formes de syndicalisation au Québec», poursuit le syndicaliste.

Sans commentaire…


1 avril 2014

La (trépa)nation québécoise Coup de gueule Élection 2014 Québec

Mur Québec

Bienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

Oh for F-bomb’s sake !!!

Philippe Couillard a consterné ses interlocuteurs lors du débat à TVA en suggérant que le bilinguisme pouvait être utile, même pour un ouvrier travaillant sur une chaîne de montage.  Ici il ne s’agit pas de dire que l’on devrait forcer un ouvrier de cinquante-cinq ans à apprendre l’anglais, mais plutôt de réaliser qu’une personne de dix-huit ans qui entre à l’usine après avoir obtenu son secondaire cinq devrait être bilingue. Pas tant à cause de son travail, mais plutôt parce que 56,1% de l’internet est en anglais contre 3,9% pour le français. Pouvoir naviguer sur internet à sa guise est une activité qui devrait être accessible à tous, y compris aux ouvriers.

L’impôt sans frontière

Selon Bernard Drainville, un Québécois qui quitte le Québec pour aller travailler dans un autre pays, devrait continuer de payer ses impôts au Québec puisque cette personne a déjà reçu des services du gouvernement québécois. Est-ce à dire que Bernard Drainville pense que les Québécois devraient continuer à payer des impôts au Canada si le Québec devient indépendant?

Les zarables

En fin de semaine, le PQ a reproché à Philippe Couillard d’avoir travaillé en Arabie Saoudite sous prétexte que ce pays torture les poètes et sa minorité homosexuelle.  Pourquoi ai-je la désagréable impression que si Philippe Couillard avait travaillé pour le Hamas en Palestine, le sort des poètes et des homosexuels palestiniens, qui n’est pas très différent de leur contrepartie saoudienne, aurait laissé le PQ indifférent…

Métaphore politique

Écoutez ceci (extrait qui date du 16 août 2012):

Regardez cela:


31 mars 2014

Le code PQ Coup de gueule Élection 2014 En Images Québec

Les 36 cordes sensibles des Québécois est un essai de Jacques Bouchard, publié en 1978. Destiné aux publicitaires, cet ouvrage porte sur les caractéristiques ethnologiques et démographiques des comportements des Québécois.

Voici les « cordes sensibles » visées par le PQ (et sa charte).

Charte PQ


27 mars 2014

Les vraies affaires Coup de gueule Élection 2014 Québec

Après avoir accordé, cette entrevue, le Parti Québécois a envoyé une mise en demeure à Jacques Duchesneau, l’exhortant à ne plus commenter l’intégrité de leur parti.

Pourquoi le Parti Québécois veut-il faire taire le citoyen Duchesneau, un rouage essentiel dans la création de la commission Charbonneau?

Dans un tout autre ordre d’idée, voici ce qu’on a pu lire dans La Presse du 26 mars:

L’enquête de l’UPAC sur le financement illégal des partis politiques, baptisée projet Joug, cible non seulement le Parti libéral du Québec, mais également le Parti québécois. Des «actions policières» ont même été planifiées à l’égard du parti de Pauline Marois, mais la campagne électorale a freiné, pour l’instant, l’élan de la police, a appris La Presse de trois sources proches du dossier.

Pendant ce temps, les médias ont plutôt décidé de créer un faux scandale impliquant Philippe Couillard.


27 mars 2014

Douze mois de régime péquiste Coup de gueule Économie Élection 2014 En Chiffres Québec

Hier, étaient publiées par l’Institut de la statistique du Québec les données finales sur la croissance du PIB en 2013. Si personne n’a jugé bon en parler dans les médias, le bilan est néanmoins catastrophique.

Pour l’année 2013, la croissance réelle de l’économie québécoise s’établit à 1,1%.  Au Canada, durant la même période, le PIB réel a augmenté de 2,0%.  Vous avez bien lu, en 2013 l’économie québécoise a crû 2 fois moins rapidement que l’économie canadienne.  Cette nouvelle est passée inaperçue durant la campagne électorale…  Dans le cas du Québec la situation est d’autant plus troublante qu’en 2012, la croissance du PIB avait été de 1,5%.  Autrement dit, le PQ gère actuellement une décroissance tranquille…

Mais le plus dramatique, préoccupant, affligeant et désespérant c’est ceci:

Économie Québec
N.B. En valeur nominale

Vous avez bien vu, en 2013, sous le régime péquiste, la dette du secteur public a augmenté plus rapidement que le PIB !  En 2013, chaque fois que le PIB a augmenté de 1$, la dette du secteur public a augmenté de 1,32$.

Ai-je besoin d’en dire plus ?

Sources:
Institut de la statistiques du Québec
Comptes économiques du Québec – Trimestriels
Produit intérieur brut aux prix du marché (désaisonnalisé au taux annuel), Québec

Source:
Statistique Canada
Comptes économiques canadiens, quatrième trimestre de 2013 et décembre 2013

Ministère des finances du Québec
Budget 2012-2013
Budget 2013-2014


26 mars 2014

La traversée du Rubicon Coup de gueule Élection 2014 En Images Québec

22 janvier 2014: la une du Journal de Montréal, le lendemain de la divulgation devant la commission Charbonneau, d’écoutes électroniques parlant d’un possible deal entre la FTQ et le mari de Pauline Marois.

26 mars 2014: la une du Journal de Montréal, le lendemain d’un sondage catastrophique pour le PQ et de la divulgation d’une rencontre des enquêteurs de l’UPAC avec deux dirigeants du PQ.

Boulechite

Got it ?

Mais le plus dérangeant dans cette histoire, le fameux « scoop » de l’empire Quebecor est, dans la réalité, une vieille histoire qui a été publiée originalement dans La Presse le 8 mai 2013 !!!

Un faux « scoop » qui arrive quelques jours après que le PQ ait décidé de faire campagne contre Jean Charest et au lendemain de révélations très embarrassantes sur le PQ.

Autre question, la personne à l’UPAC et/ou la Commission Charbonneau qui coule des documents d’enquête aux médias a-t-elle des motivations politiques ?


26 mars 2014

La taxe hypocrite Canada Coup de gueule Économie Élection 2014 En Chiffres Québec

Dans son dernier budget, le régime péquiste a prévu d’imposer l’installation d’un module d’enregistrement des ventes (MEV) dans les bars. Le MEV, présent dans les restaurants depuis 2010, est un système de facturation obligatoire qui a été imposé par le gouvernement pour réduire l’évasion fiscale. Avec un MEV, il devient impossible pour un restaurateur de travailler au noir.

L’obligation d’installer un MEV dans les bars répond aux mêmes impératifs.  Facturation obligatoire et élimination d’une possibilité de travailler au noir. La majorité des gens vont probablement se réjouir de cette mesure en s’imaginant que le gouvernement prend enfin les moyens nécessaires pour que tout le monde paye sa juste part d’impôts et de taxes. Malheureusement, les gens qui ont raisonné de cette façon n’ont pas pris le temps de réfléchir à la question. Ils n’ont pas réalisé que les bars (ou les restaurants) ne payent pas d’impôts ou de taxes, ce sont leurs consommateurs qui héritent toujours de cette facture.

Pour preuve, voici comment a évolué l’indice des prix dans les restaurants et dans l’ensemble de l’économie depuis l’arrivée des MEV dans les restaurants:

Taxe Québec

Comme on peut le voir, depuis l’installation des MEV dans les restaurants, c’est au Québec où le prix d’une sortie au restaurant a le plus augmenté, 9,18% contre 6,94% pour l’ensemble du Canada.  Mais ces chiffres ne disent pas tout.  Pour avoir un portrait plus juste de la situation, il faut comparer cette inflation à celle de l’ensemble de l’économie.  En effet, si le Québec a connu la plus importante progression des prix dans la restauration, l’inflation dans l’ensemble de l’économie est restée relativement modeste.

Donc, si on calcule le rapport de l’inflation chez les restaurants et dans l’ensemble de l’économie, voici ce qu’on obtient (plus le chiffre est élevé, plus cela indique une augmentation rapide des prix dans les restaurants par rapport au reste de l’économie):

Taxe Québec

Toutes les provinces ont un indice relativement similaire sauf…  le Québec !

Quelle conclusion peut-on tirer de tout ceci ?

Ces deux graphiques tendent à démontrer que les dollars récupérés par l’installation du MEV dans les restaurants n’ont pas été absorbés par les restaurateurs, la facture a plutôt été refilée aux consommateurs qui doivent désormais payer plus cher.  L’argent vient toujours de la même poche, la nôtre.

Voilà qui nous rappelle, comme je l’écrivais plus tôt, que les compagnies ne payent ni impôt ni taxes, ce sont leurs clients qui doivent acquitter la facture.  Quand des gens exigent que l’on augmente les taux d’imposition des corporations, ils militent en fait pour une augmentation sournoise de la fiscalité des particuliers, le cas des restaurants québécois est un excellent exemple.  On pensait éliminer de l’évasion fiscale alors qu’en réalité on a augmenté la fiscalité des citoyens ordinaires.

Avec l’installation du MEV dans les restaurants et éventuellement dans les bars, le gouvernement ne tente pas de combattre le travail au noir ou l’évasion fiscale, il met plutôt en place une taxe hypocrite qui vise l’ensemble de la population.  Au lieu d’installer des MEV, pourquoi ne pas baisser les taxes tout simplement !

Source:
Statistique Canada
Tableau 326-0021


26 mars 2014

L’alliance Coup de gueule Élection 2014 France Québec Revue de presse

Le Figaro

-

FN : du poujadisme au socialo-communisme
Le Figaro

En ce lendemain d’élections municipales, nous ne pouvons que constater, une fois encore, «la montée des extrêmes».

Ce qui a été déjà remarqué, mais à mon sens pas assez martelé, est que les extrêmes se rejoignent, bien sûr dans leur rhétorique anti-système, mais surtout dans leur vision dirigiste de la société. La comparaison entre les programmes économiques du Front de Gauche et du Front National est sans appel: planification centrale, renforcement de la fonction publique, planche à billets, tarifs réglementés, etc. C’est le grand retour de l’ «Etat fort», si tant est qu’il ait jamais disparu dans un pays où la dépense publique n’a pas cessé de croître depuis quarante ans.

Hélas, ce phénomène n’est pas nouveau. Dans un livre publié en 1944, Omnipotent Government, Ludwig von Mises, figure tutélaire des économistes dits «autrichiens» (Hayek, Rothbard, etc), dressait déjà la comparaison entre les politiques économiques et sociales de l’Allemagne nationale-socialiste et de la Russie communiste. «Les systèmes de socialisme allemands et russes partagent le fait que le gouvernement possède totalement les moyens de production», explique-t-il, et que la dépense publique quasi illimitée y permet une réduction artificielle du chômage. Seule différence (de forme), l’URSS se montrait parfaitement explicite dans sa démarche de nationalisation totale, tandis que le Reich conservait une apparence de propriété privée, quoique vidée de sa substance par la détermination gouvernementale des prix, des salaires et des taux d’intérêt. Mais fondamentalement, extrême-gauche et extrême-droite partagent le rêve d’un contrôle total.

La sainte alliance du nationalisme et du socialisme… On a vu la même chose au Québec.


25 mars 2014

La (trépa)nation québécoise Coup de gueule Économie Élection 2014 Québec

Bienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

K comme dans Karl, Karl Marx…

Quand on demande à Pierre-Karl Péladeau si on aurait pu le voir avec un carré rouge en tapant sur des casseroles lors du printemps 2012, il ne répond pas par la négative…

La pédagogie de la souveraineté

Martine Desjardins a un argument massue en faveur de la souveraineté…

Circulez, il n’y a rien à voir…

Le « friday news dump » consiste à sortir une nouvelle que l’un juge embarrassante de manière à minimiser son impact médiatique. La fin de semaine, les gens s’informent moins et quand lundi arrive, le scandale est devenu une vieille histoire… L’entrevue de Radio-Canada avec Jacques Duchesneau a été publiée sur leur site vendredi 21 mars 2014 à 18h15. Voulait-on minimiser son impact? Voici un extrait:

Dans sa première entrevue depuis le début de la campagne, l’ex-député de la CAQ Jacques Duchesneau laisse entendre que Pauline Marois a déclenché des élections, notamment, pour éviter que le Parti québécois soit éclaboussé par la commission Charbonneau.

L’ancien chef de l’Unité anticollusion se dit convaincu que des informations auraient pu nuire au PQ si la commission n’avait pas été suspendue. « Qu’est-ce qui vous fait croire ça? », lui demande alors Radio-Canada. « Des témoignages qui ont été entendus, répond-il. Il y a des gens qui l’ont dit. Dites-moi, pourquoi les témoignages qui sont venus parler de gens du Parti québécois ont été occultés très rapidement? » [...]

Jacques Duchneseau veut qu’on cesse de blâmer seulement le Parti libéral du Québec. « C’est toujours de la faute des libéraux que j’ai entendu pendant 18 mois. Est-ce qu’on peut changer de disque? dit-il. Le PLQ, je les ai montrés du doigt, et je l’ai fait par acquit de conscience, mais ils ont changé. C’est toujours facile de pointer les autres pour éviter qu’on mette les projecteurs sur nous. »

Et pendant ce temps au PQ on essaye de faire croire aux gens que des étudiants ontariens sont sur le point de faire un coup d’État au Québec…


24 mars 2014

Le fleuron Canada Coup de gueule Économie Élection 2014 Québec

SocialismeEn 2000, Bernard Landry et la caisse de dépôt décident que Videotron est un fleuron trop important de notre économie pour être vendu à Rogers, une méchante compagnie ontarienne. La caisse de dépôt s’est donc associée à Pierre-Karl Péladeau pour mettre la main sur Videotron.

Cette transaction a coûté 3,2 milliards de dollars à la caisse de dépôt ce qui lui a permis de mettre la main sur ~134 millions d’actions (en tenant compte du split de 2013). Aujourd’hui, ce bloc d’action vaudrait ~3,5 milliards de dollars, un modeste gain de 0,3 milliard de dollars en 14 ans.

En mars 2000, si la caisse de dépôt avait décidé d’investir 3,2 milliards chez Rogers au lieu de Videotron, aujourd’hui cet investissement vaudrait ~6,3 milliards de dollars, un gain fort appréciable de 3,1 milliards de dollars en 14 ans.

Ça coûte cher le nationalisme économique…  Disons simplement que le « spécialiste » de l’économie au PQ aurait pu faire mieux…

Quand Pierre-Karl Péladeau a traité les économistes de nullards en fin de semaine, j’imagine qu’il faisait référence à ceux de la caisse de dépôt…

En bonus…

Quand on demande à PKP, la vedette économique du PQ, s’il pense qu’un Québec indépendant serait viable économiquement, il répond… qu’il ne sait pas puisqu’il n’est pas… économiste !


20 mars 2014

Athégrisme Coup de gueule France Revue de presse

Le Figaro

-

Profanations du Sacré-Cœur : les anarchistes pointés du doigt
Le Figaro

Sur les colonnes et le parvis de l’édifice, des inscriptions à la peinture rouge scandent notamment «Feux aux chapelles», «Ni Dieu, ni Maître». Une autre mention fait référence à deux militants incarcérés dans le cadre d’un attentat à la bombe visant une basilique espagnole. Le commissariat du XVIIIe arrondissement a été saisi d’une enquête après la découverte mardi d’inscriptions insultantes maculant le parvis de la basilique du Sacré-Cœur à Paris.

Sur les colonnes de l’édifice religieux, qui ferme ses portes de 23 heures à 6 heures du matin, un ou plusieurs inconnus ont inscrit, à l’aide de bombes de peinture rouge et sur une cinquantaine de centimètres de hauteur, divers slogans anarchistes et anticléricaux dont «Feux aux chapelles», «Ni Dieu, ni Maître», «À bas toutes les autorités» ou encore «Fuck le tourisme».

Une autre inscription appelle à la «solidarité Monica et Francisco», semble-t-il en référence à Monica Caballero et Francisco Solar, deux militants chiliens incarcérés en Espagne après un attentat à l’explosif commis le 2 octobre dernier contre la basilique del Pilar de Saragosse. Une bonbonne de gaz remplie de poudre noire avait causé d’importants dégâts à l’intérieur, faisant un blessé. L’attentat avait été revendiqué par le «Comando Insurreccional Mateo Morral», groupuscule qui avait signé l’attentat visant le 7 février 2013 la cathédrale de La Almudena, à Madrid. Depuis leur prison, «Monica et Francisco» ont rédigé un communiqué menaçant d’un «désastre général».

Nul besoin d’être une personne religieuse pour être un fanatique…


18 mars 2014

La (trépa)nation québécoise Coup de gueule Économie Élection 2014 Québec

No PQ

Bienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

Un Québécois errant…

S’imaginant probablement, au lendemain d’un référendum gagnant, que le Québec pourrait fixer unilatéralement les termes de sa séparation, Pauline Marois a annoncé la semaine dernière que dans un Québec indépendant, il n’y aurait pas de frontières entre le Québec et le Canada, les gens pourront ainsi circuler librement.  Les postes-frontières québécois qui avaient été prévus entre  Québec et l’Ontario seront plutôt utilisés au Québec pour combattre le néolibéralisme.  En effet, ces postes-frontières seront installés autour de la Côte-Nord pour mettre un terme définitif à la mobilité intraprovinciale des ouvriers de la construction.

La maladie…

Si le Québec est pauvre, c’est à cause de l’Alberta.  Ce n’est pas moi qui le dis, mais plutôt le brillant Jean-François Lisée.  Le raisonnement est simple, c’est celui de la fumeuse maladie hollandaise c.-à-d. l’exploitation du pétrole en Alberta a fait augmenter la valeur du dollar canadien ce qui aurait eu pour conséquence de décimer les exportations du secteur manufacturier québécois.  Pour résoudre ce grave problème, Pauline Marois a décidé de…  conserver le dollar canadien dans un Québec indépendant !  Il faudra attendre la pédagogie souverainiste pour comprendre tout le génie de cette démarche…

L’astrologie péquiste…

Le PQ c’est le parti de la gestion rigoureuse de l’État.  La preuve, la semaine dernière ils ont annoncé que dans 4 ans le Québec va commencer à rembourser sa dette.  Le PQ c’est le parti qui pensait encore, en septembre 2013, atteindre le déficit zéro durant l’année en cours pour finalement reporter cet objectif de 2 ans.  Le PQ c’est aussi le parti qui prévoit toujours un mystérieux « écart à résorber » de 530 millions en 2015-2016.  Donc, ce parti me dit qu’il va commencer à rembourser la dette en 2018-2019…  Le PQ aurait plutôt dû prévoir une victoire du CH en finale de la coupe Stanley, ça aurait été plus crédible.  Au fait, les péquistes qui reprochent au gouvernement Charest d’avoir endetté le Québec sont-ils en train de renier leur profond attachement pour les politiques keynésiennes ?