Antagoniste


12 mai 2015

La gauche, des mauvais perdants Coup de gueule Europe Revue de presse Terrorisme

The Guardian

Anti-austerity protesters take to UK streets after Tory election victory
The Guardian

Anti-austerity campaigners launched impromptu protests across Britain, less than 48 hours after David Cameron was returned to power with a parliamentary majority.

Fifteen people were arrested and the Metropolitan police said that four officers and a member of police staff had been injured during the protests.

Activists used Twitter and other social media to arrange the meeting on Saturday afternoon in Whitehall outside Tory party headquarters. Police officers shut Whitehall for several hours while they tried to contain the demonstrators.

A Met spokesman said they were investigating claims that some of the protesters had sprayed anti-Tory graffiti on the the monument to the women of the second world war on Whitehall.

Singer Charlotte Church announced her involvement with a tweet that said: “If you still have fire in your belly over yesterday’s result come and join us in an anti-austerity rally!” In an interview with Wales Online, Church said: “This week the UK masochistically condemned itself to five years of Tory rule.”

Quand la gauche perd une élection ou une bataille politique sur un enjeu précis, il n’est plus rare de voir des extrémistes poser des gestes de violence… Je vous signale qu’on ne voit jamais ce genre de chose à droite. Quand la droite perd, il n’y a pas d’émeutes, on accepte le verdict.

Pourtant, la gauche aime bien dire que la droite est faite de « jeunes hommes en colère »…


29 avril 2015

Une histoire de violence Coup de gueule Gauchistan Québec Terrorisme

UQAM

À entendre parler nos bons médias, la violence, la haine, l’intimidation, les arrestations et les injonctions sont des fléaux relativement nouveaux à l’UQAM et au cégep du Vieux-Montréal.

Vraiment ? Notre devise n’est-elle pas « je me souviens » ? Dans les faits, ces deux institutions traînent une longue histoire de violence… Une histoire si longue qu’il est surprenant que rien n’ait été fait pour réprimer ces deux maisons d’enseignement qui ont institutionnalisé la violence. Voyez par vous-même:

Vendredi 4 novembre 1988:

La Presse
La grève à l’UQAM tourne à la bagarre

La bagarre a éclaté hier matin devant les portes de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) alors que des étudiants voulant se rendre à leurs cours se sont heurtés à d’autres étudiants qui y font la grève depuis mercredi. […]

Tout a commencé un peu avant 10 heures, heure du début des cours à l’UQAM. Plusieurs dizaines de membres de l’Association générale des étudiants en sciences humaines, arts et lettres se sont massés devant les portes du campus principal de l’université, empêchant qui que ce soit d’entrer. Ces étudiants étaient pourtant depuis la veille sous le coup d’une injonction leur ordonnant de «cesser tout forme d’obstruction que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur des pavillons de l’UQAM». […]

C’est à ce moment-là que les policiers, qu’on avait vu plus tôt aux abords de l’université mais qui avaient disparu, sont arrivés. En les apercevant, les piqueteurs ont libéré les portes. Les agents ont pris place devant deux des entrées de l’université. A partir de ce moment-là, étudiants, employés et professeurs ont pu entrer sans être ennuyés.

Jeudi 29 mars 1990:

La Presse
33 étudiants sont arrêtés: la grève tourne au vinaigre au cégep du Vieux-Montréal

Deux étudiants ont été légèrement blessés et 33 autres ont été arrêtés, hier, alors que la police est intervenue à plusieurs reprises pour disperser les étudiants qui manifestaient devant le cégep du Vieux-Montréal.

Les étudiants du cégep sont en grève depuis une semaine pour protester contre le dégel des frais de scolarité universitaire. La direction du collège a obtenu mardi soir une injonction interdisant tout piquetage ou manifestation à moins de huit mètres des entrées, et limitant le nombre de piqueteurs à dix.

Cela n’a pas empêché une centaine de grévistes de se masser devant les portes du collège, hier matin, puis d’aller manifester à l’intérieur de l’institution. L’escouade anti-émeute de la police de la CUM est intervenue une première fois pour vider le collège.

Jeudi 25 novembre 1999:

La Presse
Manif contre Coke: 70 arrestations

Environ 150 étudiants de l’UQAM ont manifesté hier après-midi dans la rue Saint-Denis et sur le boulevard René-Lévesque pour dénoncer l’entente d’exclusivité entre Coca-Cola et l’université.

Le porte-parole de cette manifestation, Philippe Boucher, a indiqué que les étudiants voulaient sensibiliser la population à cette intrusion du secteur privé dans l’éducation et aux besoins financiers du système d’éducation. « On parle de baisses d’impôts, mais nous croyons que le gouvernement devrait plutôt réinjecter de l’argent dans l’éducation », a-t-il déclaré.

La police de la CUM a procédé à l’arrestation de 70 participants qui auraient bousculé des automobilistes et ignoré les avertissements des policiers. « Je crois qu’il s’agit de gestes isolés. Je peux vous dire que les étudiants de l’Association étudiante du module de science politique de l’UQAM que je représente voulaient que ça reste pacifique. C’est immoral d’enfermer 70 étudiants simplement pour avoir manifesté », a commenté M. Boucher.

Samedi 19 octobre 2002:

Le Devoir
Cette fois, les profs ont peur

Une grève des étudiants du département d’histoire de l’UQAM indispose les professeurs au point où ils jugent leur sécurité menacée, se disant victimes de violence verbale, d’intimidation et de menaces.

La grève étudiante à l’Université du Québec à Montréal est presque chose courante, mais celle-ci, aux dires du Syndicat des professeurs de l’UQAM et de l’administration de l’université, ne se fait pas « dans le respect des personnes, y compris de leur sécurité », tel que l’a expliqué hier le doyen de la faculté des sciences humaines, Robert Proulx, incapable toutefois de chiffrer le nombre de plaintes formulées par des professeurs ou des étudiants autour de ce conflit particulier.

« Le SPUQ ne peut demeurer indifférent à la situation de violence verbale, d’intimidation et de menaces dont ont fait l’objet plusieurs de ses membres depuis quelque temps », écrivait cette semaine le comité exécutif du syndicat à la communauté universitaire. « On a déjà connu ça, les grèves mais il faut que ce soit fait dans le respect des personnes, ce qui n’est clairement pas le cas ici », explique Marc Lagana, président du SPUQ, joint hier au téléphone.

Lundi 17 mars 2008:

Le Devoir
Une injonction inacceptable: Collectif de professeurs de l’UQAM

Depuis plusieurs semaines, des associations étudiantes de l’UQAM sont en grève et pratiquent diverses formes d’actions militantes pour exprimer leur inquiétude devant la crise financière que traverse l’université et les dérives qu’impliquerait la mise en oeuvre d’un plan de redressement irréaliste.

Dans un coup de force sans précédent, l’UQAM a obtenu, vendredi dernier, un jugement de la Cour supérieure du Québec qui ordonne «aux membres des associations [étudiantes] défenderesses, à leurs représentants, officiers et à toute autre personne agissant ou non sous leurs instructions, direction, contrôle et participant ou non à leurs activités de cesser immédiatement tout attroupement ou manifestation aux accès, sorties et à l’intérieur des pavillons et résidences […] et dans un rayon de 100 mètres de ceux-ci».

Cette ordonnance est la version temporaire d’une injonction demandée par l’UQAM. L’injonction est assortie d’une peine constituée d’une amende de 50 000 $ avec ou sans emprisonnement jusqu’à un an pour qui la transgresserait. Elle fait suite à de très nombreuses interventions du Service de police de la Ville de Montréal, dont les agents ont régulièrement investi l’établissement d’enseignement depuis quelques semaines.

J’aurais pu poursuivre longtemps, il existe des dizaines d’exemples de ce type…

La violence gratuite et la haine aveugle c’est vieux comme le monde à l’UQAM et au cégep du Vieux-Montréal, ça fait partie de leur ADN.  Si les Québécois étaient un peu plus fiers, on fermerait ces deux incubateurs d’intolérance pour ensuite faire comme s’ils n’avaient jamais existé…


26 février 2015

Fanatisme religieux Gauchistan Québec Revue de presse Terrorisme

Montreal Gazette

UQAM profs worry student protests ‘threaten university life’
Montreal Gazette

A group of professors at the Université du Québec à Montréal has gone public with a plea calling for an end to the enduring acts of protest and intimidation that have plagued the university in recent years — and which they say threaten UQAM’s future.

Blaming a small minority of militant students, 14 political science professors wrote an open letter outlining continuing acts by a small group of “sometimes masked commandos” who have poisoned the atmosphere on campus with acts of “intimidation, harassment, shoving, vandalism, looting and repeated strikes.”

“These acts threaten university life itself,” says the letter, which goes on to say that the climate of intimidation and harassment must stop, that it impedes learning and makes teaching difficult, has forced the university to spend thousands of dollars on repairs and has made the professors worried for its future.

The letter was published by Le Devoir just as a week of anti-austerity protests are planned for the city and as the militant student organization ASSÉ promises increasing actions to protest the provincial government’s austerity measures. They are calling for a province-wide protest on April 2.

Si c’était des islamistes qui bloquaient le fonctionnement d’une université, est-ce que les autorités auraient fait preuve du même laxisme ?

À Montréal, on a fermé une mosquée sous prétexte qu’un imam était un « agent de radicalisation » et un « fomenteur de tensions sociales »… L’UQAM est devenue un nid pour des « agents de radicalisation » et des « fomenteurs de tensions sociales », on attend quoi pour agir ?


16 février 2015

Athéegrisme États-Unis Revue de presse Terrorisme

The Independent

Chapel Hill shooting: Craig Stephen Hicks condemned all religions on Facebook prior to arrest for murder of three young Muslims
The Independent

The man arrested on suspicion of killing three young Muslims in North Carolina described himself as an “anti-theist” and criticised all religions online.

Police said 46-year-old Craig Stephen Hicks handed himself in to officers in Chapel Hill overnight in the wake of the deaths of 23-year-old Deah Shaddy Barakat, his wife Yusor Mohammad, 21, and her sister, Razan Mohammad Abu-Salha, 19. He has been arrested and charged with three counts of first-degree murder.

A regular social media user, his last three posts were a cute dog video about the Pavlov effect, a viral advert for Air New Zealand involving mountain bikes, and a picture from United Atheists of America asking “why radical Christians and radical Muslims are so opposed to each others’ influence when they agree about so many ideological issues”.

TV programmes liked by Hicks include The Atheist Experience, Criminal Minds and Friends, while he describes himself as a fan of Thomas Paine’s The Age of Reason and Richard Dawkins’ The God Delusion. Hicks’ pictures largely consist of images with text mocking religion and supporting atheism.

On a aussi appris que Craig Stephen Hicks, l’athée qui a tué 3 musulmans, se décrivait comme un progressiste. Il appréciait beaucoup le travail de gens comme Rachel Maddow (gauche radicale) et du Southern Poverty Law Center (think tank de gauche).

Avec un pareil CV, on comprend pourquoi les médias d’ici ont très peu parlé de cette affaire… Cette histoire va à l’encontre de leur narratif.

Par contre, si Craig Stephen Hicks avait été un membre du Tea Party, cette histoire aurait fait la une des journaux et des bulletins de nouvelles…


21 janvier 2015

Les Charlots Israël Palestine Revue de presse Terrorisme

Haaretz

Gaza jihadist supporters rally against France, praise ISIS
Haaretz

Hamas security forces allowed a rare rally on Monday by rival jihadist Salafi activists in the Gaza Strip in support of Islamic State and the deadly attacks by three Islamist gunmen in France.

« Today, we are telling France and world countries that while Islam orders us to respect all religions, it also orders us to punish and kill those who assault and offend Islam’s Prophet Mohammad, » said one of the protesters, Abu Abdallah Makdissi.

The demonstration was held five days after French satirical weekly Charlie Hebdo, in its first issue since two gunmen burst into its Paris office on Jan. 7 and shot dead 12 people, again published a cartoon of the Prophet Mohammad, sparking violent clashes in some Muslim countries.

Many of the activists in Gaza, an enclave dominated by the Hamas Islamist group, wore uniforms similar to those of Islamic State fighters and identified themselves as supporters of various jihadist Salafi factions.

Comme c’est ironique de voir les islamistes palestiniens, les chouchous de la bonne gauche québécoise, manifester contre la liberté d’expression du Charlie Hebdo…

M’enfin, les péquistes qui aujourd’hui condamnent les islamistes vont les défendre quand ils lanceront des roquettes sur Israël… Quand elle devra choisir, la bonne gauche dira « je suis islamiste » bien avant de dire « je suis juif ».


15 janvier 2015

Tout est pardonné… En Citations États-Unis Terrorisme

Norman Schwarzkopf

Le 8 février 2003, de passage dans les studios de l’émission Meet the press, un journaliste a demandé au général Norman Schwarzkopf, le cerceau de la guerre du golf, s’il fallait pardonner aux terroristes.  Voici qu’elle a été sa réponse:

« Je crois que c’est le rôle de Dieu de pardonner. Notre rôle est d’organiser la rencontre au plus vite ! »


24 octobre 2014

Les grands et les petits… Canada En Images En Vidéos Québec Terrorisme

Hier, nos députés étaient de retour à la chambre des communes après l’attentat terroriste du 22 octobre.  J’ai été très fier de nos politiciens fédéraux hier; ils étaient grands, dignes et forts. Le pays avait besoin de voir des gens fraternels, ils ont été plus que ça, ils ont été touchants…

Chambre Des Communes

Mais pendant qu’à Ottawa nos politiciens étaient grands, à Québec certains avaient décidé d’être petits… Incapable de se retenir, Bernard Landry a utilisé un attentat terroriste qui a choqué tout un pays pour faire du Harper-bashing

Cliquez ici pour lire la suite »


23 octobre 2014
21 octobre 2014

La réputation du Québec Québec Revue de presse Terrorisme

The Washington Post

Driver shot dead after he hits 2 Canadian soldiers
The Washington Post

A man who was shot and killed by police after he struck two members of the Canadian military with his car Monday in a city near Montreal had become influenced by radical Islam, an official familiar with the case said.

Royal Canadian Mounted Police spokesman David Falls said the suspect “was known to Federal authorities” and “authorities were concerned that he had become radicalized.”

An official familiar with the case identified the suspect as Martin Couture Rouleau, 25, of Saint-Jean-sur-Richelieu, Quebec, and said he was influenced by radical Islamists. The official spoke on condition of anonymity because he was not authorized to speak publicly about the case.

Canadian Prime Minister Stephen Harper was briefed about the incident by the head of Canada’s national police force, the head of the military and his national security adviser. Harper said earlier Monday in Parliament that he was aware of the reports and called them “extremely troubling.”

Je n’ai pas choisi cet article du Washington Post pour vous informer des faits entourant l’attaque terroriste à Saint-Jean-sur-Richelieu, vous êtes déjà probablement au courant de tous les détails.

J’ai sélectionné cet article parce que cette affaire risque de beaucoup intéresser la presse étrangère. Par conséquent, on risque de voir des images de nos policiers dans les médias hors Québec. Pour éviter que le Québec passe pour une république de bananes à l’étranger, je suggère aux policiers de ranger leur pantalon de clown et de mettre leur uniforme réglementaire…