Antagoniste


15 avril 2014

Qu’est-ce que la justice sociale Économie En Vidéos Philosophie

« Social Justice » is a term you hear almost every day. But did you ever hear anybody define what it actually means? Jonah Goldberg of the American Enterprise Institute tries to pin this catchall phrase to the wall. In doing so, he exposes the not-so-hidden agenda of those who use it. What sounds so caring and noble turns out to be something very different.


2 avril 2014

La corruption Économie Élection 2014 En Citations Philosophie Québec

Commission Charbonneau

-

Il y a près de deux milles ans, le sénateur et historien romain Tacitus écrivait le rapport de la commission Charbonneau.  Le voici dans son intégralité:

« Plus il y a de lois, plus l’État est corrompu. »


20 mars 2014

Nationalisme et identité Élection 2014 En Citations Philosophie Québec

Pascal Salin

-

L’économiste français Pascal Salin à propos de la nationalisation de l’identité par des politiciens sans scrupule:

« Qu’est-ce qu’une nation ? Elle est pour moi un ensemble de sentiments d’appartenance à une tradition, à une histoire, à une aire culturelle, etc. Sentiments assez variables d’un individu à un autre. Or, le sens de ce mot a aujourd’hui changé : l’État a en quelque sorte nationalisé la nation en prétendant en être le défenseur. C’est absurde et inadmissible, puisque c’est une question de sentiments personnels. On en arrive à cette notion d’intérêt économique national, tout aussi absurde, que l’État prétend prendre en main. Il n’existe en réalité que des intérêts particuliers qui entrent en contact les uns avec les autres. »


19 mars 2014

La gauche nationaliste Économie Élection 2014 Gauchistan Philosophie Québec

GauchistesL’indépendance ce n’est ni à gauche ni à droite, c’est en avant… C’est ce qu’on essaye de nous faire croire…

Quand Pierre-Karl Péladeau s’est amené avec le PQ, certaines personnes ont naïvement cru que cette nomination signalait que le PQ allait devenir une véritable coalition de gens de gauche et de droite. Ces personnes ont dû rapidement déchanter, car moins d’une semaine plus tard, il était clair que PKP appartenait à l’aile gauche du parti.

Pourtant, la chose ne devrait surprendre personne. PKP est un indépendantiste, les indépendantistes sont, par définition, des nationalistes et le nationalisme est, par définition, une idéologie gauchiste. L’indépendance sera toujours à gauche, il est impossible qu’il en soit autrement.

Pourquoi ?

Parce que le nationalisme est une idéologie collectiviste i.e. une idéologie qui a comme prémisse de départ qu’aucun individu n’est plus important que la société à laquelle il appartient.

Les nationalistes parlent toujours au « nous ». Nos industries, nos exportations, notre économie, nos entrepreneurs, nos ressources, notre savoir-faire, nos travailleurs, etc. Pour les nationalistes, rien ne peut exister en dehors de la sphère collective. Pour les nationalistes, toute la société doit graviter autour de l’entité qui représente et sert la nation et cette entité c’est… le gouvernement !

L’indépendance n’est ni à droite ni en avant, elle est de gauche et sera toujours de gauche. Le nationaliste ne souhaite pas l’indépendance pour retirer des pouvoirs au gouvernement central pour ensuite les redonner au peuple. Le nationaliste veut l’indépendance pour retirer des pouvoirs au gouvernement central pour ensuite les redonner au gouvernement qui incarne sa nation.

Pour l’idéologie nationaliste, ce n’est pas l’émancipation des individus qui prime, mais la création d’une entité centrale forte qui se réservera le droit d’intervenir dans la vie des citoyens sous prétexte qu’il faut protéger la nation.


13 mars 2014

Le nationalisme ennemi du libre-marché Économie Élection 2014 En Citations Philosophie Québec

Friedrich Hayek

Friedrich Hayek explique pourquoi les nationalistes comme Pierre-Karl Péladeau finissent toujours par défendre des politiques étatistes:

« C’est ce préjugé nationaliste qui fournit souvent la passerelle qui permet de passer du conservatisme au collectivisme : le discours parlant de ‘notre industrie’ ou de ‘nos ressources’ n’est pas très éloigné du discours exigeant que ces ‘atouts nationaux’ soient gérés [par les gouvernements] dans l’intérêt national. »


12 mars 2014

Les intellos, les hommes d’affaires et le libre-marché Économie Élection 2014 En Vidéos Philosophie Québec

Il y avait déjà beaucoup « d’intellos » au PQ, cette fin de semaine s’y est ajouté un « homme d’affaires »… Et vous pensez pouvoir construire une coalition gauche/droite avec ça ?

Milton Friedman explique, de manière passionnée et convaincante, pourquoi, chacun à leur manière, les intellos et les hommes d’affaires sont, dans la plupart des cas, des ennemies du libre-marché:

C’est un peu comme être pour le capitalisme quand on achète un média étranger, mais être contre le capitalisme et demander l’aide de l’État quand un étranger veut acheter nos médias

Le retour de la grande coalition péquiste, c’est un slogan publicitaire, rien de plus.

P.S. Pour comprendre à quel point le corporatisme fait parti de l’ADN de PKP, il faut lire ce texte publié… dans le National Post.


5 mars 2014

Élection 2014: mode d’emploi Économie Élection 2014 En Citations Philosophie Québec

Kevin O'Leary

-

Le prospère homme d’affaires montréalais Kevin O’Leary, résume de manière brillante ce que les électeurs québécois devront garder en tête lors du prochain scrutin:

« On peut faire mieux au Québec. À la prochaine élection posez-vous cette question: ‘parlent-ils d’emploi ou de quelque chose d’autre?’ S’ils parlent de quelque chose d’autre, votez pour l’autre personne »

P.-S. Le régime péquiste a annoncé hier qu’il misait sur sa charte pour gagner les élections.


20 février 2014

Les vaches sacrées En Citations Philosophie Québec

Ayn Rand

-

Comment le modèle québécois a-t-il pu créer autant de vaches sacrées ? Ayn Rand a une réponse (qui sera aussi valable advenant une élection du PQ)…

« The uncontested absurdities of today are the accepted slogans of tomorrow. They come to be accepted by degrees, by precedent, by implication, by erosion, by default, by dint of constant pressure on one side and constant retreat on the other – until the day when they are suddenly declared to be the country’s official ideology. »


13 février 2014

L’histoire de la Russie Économie En Vidéos Gauchistan International Philosophie

Entre 2 compétitions à Sochi, l’histoire de la Russie en 6 minutes 48 secondes sur un air de Tétris !

To Moscow I came seeking fortune
But they’re making me work til I’m dead
The bourgeoisie have it so easy
The Tsar’s putting gold on his bread
The people of Moscow are hungry
But think what a feast there could be
If we could create a socialist state
That cared for the people like me:

I am the man who arranges the blocks
That descend upon me from up above.
They come down and I spin them around
Til they fit in the ground like hand in glove.
Sometimes it seems that to move blocks is fine
And the lines will be formed as they fall -
Then I see that I have misjudged it!
I should not have nudged it after all.
Can I have a long one please?
Why must these infernal blocks tease?

I am the man who arranges the blocks
That continue to fall from up above.
Come Muscovite! Let the workers unite!
A collective regime of peace and love.
I work so hard in arranging the blocks
But the landlord and taxman bleed me dry
But the workers will rise! We will not compromise
For we know that the old regime must die.
Long live Lenin, kill the tsar!
We salute the sickle and star!

I am the man who arranges the blocks
That continue to fall from up above.
The food on your plate now belongs to the state
A collective regime of peace and love.
I have no choice in arranging the blocks
Under Bolshevik rule, what they say goes.
The rule of the game is we all are the same
And my blocks must create unbroken rows.
Long live Stalin! He loves you!
Sing these words, or you know what he’ll do…

I am the man who arranges the blocks
That are made by the men in Kazakhstan.
They come two weeks late and they don’t tessellate
But we’re working to Stalin’s five year plan.
I am the man who arranges the tanks
That will make all the Nazis keep away
The Fuhrer is dead, and Europe is Red!
Let us point all our guns at the USA.
We shall live forever more!
We can start a nuclear war!

I am the man who arranges the blocks
That are building a highly secret base.
Hip hip hurrah for the USSR!
We are sending our men to outer space.
I work so hard in arranging the blocks
But each night I go home to my wife in tears -
What’s the point of it all, when you’re building a wall
And in front of your eyes it disappears?
Pointless work for pointless pay
This is one game I shall not play.

I am the man who arranges the blocks!
But tomorrow I think I’ll stay in bed.
The winter is cold, I’ve got plenty of gold
And I’m standing in line for a loaf of bread
Maybe we’d be better off
If we brought down Gorbachev

I am the man who arranges the blocks
That continue to fall from up above.
The markets are free! So much money for me!
Tell me, why should I care for peace and love?
The markets are free! So much money for me!
Tell me, why should I care for peace and love?
Peace and love, peace and love!

And now the wall is down, the Marxists frown
There’s foreign shops all over town
When in Red Square, well don’t despair
There’s Levi’s and McDonald’s there
The US gave us crystal meth
And Yeltsin drank himself to death
But now that Putin’s put the boot in,
Who’ll get in our way?

So we reject free enterprise
And once again the left will rise.
Prepare the flags to be unfurled
For we’re seceding from the world:
We shall regain the Georgian soil
We shall obtain the Arctic oil
We shall arrange the blocks and toil
Forever and a day.


6 février 2014

Liberté et tyrannie En Citations États-Unis Philosophie

Abraham Lincoln

-

Abraham Lincoln, 16e président des États-Unis, répond aux gauchistes utilisant le terme « libââârté » à toutes les sauces…

« We all declare for liberty; but in using the same word we do not all mean the same thing. With some the word liberty may mean for each man to do as he pleases with himself, and the product of his labor; while with others, the same word may mean for some men to do as they please with other men, and the product of other men’s labor. Here are two, not only different, but incompatible things, called by the same name — liberty. And it follows that each of the things is, by the respective parties, called by two different and incompatible names — liberty and tyranny. »


30 janvier 2014

Déficit démocratique En Citations Philosophie

Lippmann

-

Citation de Walter Lippmann, un intellectuel progressiste s’étant converti au libéralisme à l’approche de la Seconde Guerre mondiale.

« Les progressistes demandent que le peuple confie le soin de planifier son existence à des ‘ingénieurs’, des ‘experts’, des ‘techniciens’, à des chefs, à des sauveurs, à des héros. C’est là la prémisse politique de toute la philosophie collectiviste. Mais il est évident que plus la réglementation devient complexe et étendue, plus l’Etat devient despotique à l’égard de l’individu. Car la fraction de contrôle que ce dernier exerce sur le gouvernement par son suffrage n’est en aucun sens proportionnée à l’autorité que le gouvernement exerce sur lui. »


27 janvier 2014

Les Américains En Vidéos États-Unis Philosophie

Je serais curieux de voir le résultats d’une pareille expérience, mais au Québec…


20 janvier 2014

Terre de liberté États-Unis Philosophie Revue de presse

Observer-Dispatch

-

Assembly Passes Religious Garb Bill
Observer-Dispatch

The New York state Assembly has passed legislation sponsored by Assemblyman David Weprin, D-Fresh Meadows, that prohibits workplace discrimination against attire worn for religious purposes.

“People should not have to make a choice between working to provide for their families or observing their religion,” the assemblyman said. “It is unacceptable that workers have faced discrimination for wearing their religious attire or facial hair because it is an infringement on their civil liberties.”

He said the bill would allow for persons to wear hijabs, turbans, kippahs and beards at their workplaces without fear of persecution.

The legislation passed by a vote of 112-1 on Jan. 14.

“We enthusiastically support the religious garb bill calling for equal employment opportunities for all New Yorkers, regardless of religious attire and facial grooming,” said Rabbi Israel Rubin, who is the regional director of Chabad of the Capital District. “This religious observance issue confronts many Orthodox Jewish New Yorkers, who ought to be protected against discrimination at their worksites.”

La même semaine, Jean-François Lisée faisait l’apologie de l’intolérance religieuse dans le New York Times. Merci au PQ de faire passer le Québécois pour des colons…


18 décembre 2013

Le vivre ensemble Économie En Citations Mondialisation Philosophie

The Life of Greece

Si pour les politiciens nationalo-socialistes, le vivre ensemble passe par des mesures liberticides; pour les gens civilisés, le vivre ensemble passe par le libéralisme économique. Du libéralisme économique est né: la raison, le dialogue et la fraternité entre les peuples*. Voici comment le libre-échange a contribué à la création de la civilisation grecque (extrait du livre « The Life of Greece » de l’historien Will Durant, écrit en 1939):

« The crossroads of trade are the meeting place of ideas, the attrition ground of rival customs and beliefs; diversities beget conflict, comparison, thought; superstitions cancel one another, and reason begins »

*Faut-il préciser que les nationalo-socialistes sont contre le libéralisme économique, même quand cela concerne une chose aussi banale que le fromage… Si le libéralisme engendre la raison, alors le protectionnisme engendre l’ignorance.


17 décembre 2013

Le pouvoir et l’État Économie En Vidéos France Philosophie

De passage dans les studios de Radio-Canada, l’immortel Jean-François Revel utilise le prétexte de la privation des postes pour parler du pouvoir de l’État français. Probablement sans le savoir, Revel décrit aussi le pouvoir de l’appareil politique québécois.

Des décennies plus tard, le discours n’a pas pris une seule ride. Au Québec, comme en France, la population ne perçoit pas le pouvoir politique comme une entité qui doit être à son service, mais plutôt comme une autorité sacrée qui doit diriger la plèbe dans le chemin choisi par une bureaucratie toute puissante. En bref, ce n’est pas l’État au service du peuple, c’est le peuple au service de l’État…