Antagoniste


7 mai 2014

Pauvreté climatique Coup de gueule Économie Environnement Gauchistan International Revue de presse

The Australian

-

Renewables pave path to poverty
The Australian

A Salvation Army report from last year found 58 per cent of low-income households were unable to pay their electricity bills on time. Lynne Chester of the University of Sydney estimated last year that 20 per cent of households are now energy poor: “Parents are going without food, families are sitting around the kitchen table using one light, putting extra clothes on and sleeping in one room to keep warm, and this is Australia 2013.”

What is true in Australia is true globally. According to the UN Secretary-General Ban Ki-moon, “Climate change harms the poor first and worst.” But we often forget that current policies to address global warming harm the world’s poor much more.

Solar and wind power was subsidised by $65 billion in 2012. And because the total climate benefit was a paltry $1.5bn, the subsidies essentially wasted $63.5bn. Biofuels were subsidised by another $20bn, with ­essentially no climate benefit. All of that money could have been spent on healthcare, education, better roads or lower taxes.

Forcing everyone to buy more expensive, less-reliable energy pushes up costs throughout the economy, leaving less for other public goods. The average of macroeconomic models indicates the total cost of the EU’s climate policy will be $US310bn a year from 2020 until the end of the century.

On voit la même chose au Québec. Pour faire plaisir aux lobbys écolos, le Québec a stupidement installé des éoliennes qui ont fait augmenter le prix de l’électricité. Aux États-Unis, Barack Obama veut faire la même chose en voulant faire peur au monde avec des histoires imaginaires de réchauffement climatique…


5 mai 2014

Quand l’État s’en mêle…. Économie États-Unis Gauchistan Hétu Watch Revue de presse

Washington Examiner

-

Health care spending spikes at fastest rate since 1980 in first quarter of Obamacare
Washington Examiner

With millions of Americans gaining coverage through President Obama’s health care law, health care spending spiked by a staggering 9.9 percent in the first quarter of 2014 – the fastest rate since 1980 – according to data released Wednesday by the Bureau of Economic Analysis.

Obamacare was pitched as a plan to reduce health care spending, and formally titled the « Patient Protection and Affordable Care Act. » In 2009, Obama called the status quo – in which health care spending was accelerating toward becoming one-fifth of the economy – « unsustainable. »

As I reported earlier this month, there were already signs of growing health care spending in the fourth quarter of 2013, when it jumped 5.6 percent, which had been the fastest clip since 2004.

But the 9.9 percent jump (on an annualized basis) came in the quarter from January through March, which was the first three months in which individuals who gaining coverage through the law were able to use it. That was the fastest rate recorded since health care spending grew at a 10 percent rate in the third quarter of 1980.

Dès 2010, j’avais prévu que la réforme du système de santé du président Obama allait faire augmenter les coûts au lieu de les faire diminuer… L’histoire est en train de me donner raison, quand l’État s’en mêle tout le monde est perdant…


1 mai 2014

Camarades prolétaires, c’est la fête ! Économie Gauchistan International

Communiste !

C’est le 1er mai, autrement dit c’est la journée où les « sciences humaines sans math » font la fête !!!

Pour souligner l’occasion, voici un numéro du Camarade Coluche à la gloire du communisme !

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Ce qui me rappelle une petite blague…

Trois prisonniers cubains discutent :

- Pourquoi t’es là ?
- Je suis arrivé en retard à l’usine. J’ai été condamné pour sabotage industriel au profit des puissances capitalistes.
- Et toi ?
- Je suis arrivé en avance au travail. J’ai été condamné pour espionnage au profit des puissances capitalistes.
- Et toi, camarade ?
- Ben moi, je suis arrivé à l’heure à l’usine…
- Ah ! Et alors ?
- J’ai été condamné pour conformisme petit bourgeois…


30 avril 2014

C’est de votre faute ! Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Depuis 2010, chaque année, je finis par faire un billet sur le prix de l’essence suite à une hausse qui a été qualifiée de scandaleuse par les médias.  Chaque année, je radote la même chose, mais certaines choses doivent être souvent répétées avant d’être comprises…

Aux États-Unis, les prix de l’essence font ou défont des présidents. Quand le prix de l’essence augmente aux États-Unis, c’est aux politiciens qu’on demande des comptes.  Au Québec, la mentalité communiste fait en sorte qu’on préfère stupidement blâmer les grosses compagnies pétrolières…

Quelques chiffres sur le prix de l’essence la semaine dernière dans les plus grandes villes du Canada.

Premièrement, le prix avec taxe:

Prix Essence Québec

Sans surprise, Montréal et Québec se retrouvent en tête de classement, devancé uniquement par Vancouver.

Maintenant, le prix sans taxe:

Prix Essence Québec

Sans les taxes, Québec se classe au niveau de la moyenne canadienne et Montréal est l’une des grandes villes canadiennes où l’essence est la moins chère !

La conclusion est sans appel: avant les taxes, Montréal est l’une des villes où l’essence est la plus abordable, après taxe, Montréal est l’une des villes où l’essence est la moins abordable. Si les Québécois se font avoir à la pompe, on doit d’abord blâmer le gouvernement, pas les pétrolières !

Voici le montant de la taxe qui doit être acquitté sur chaque litre d’essence vendu:

Prix Essence Québec

Montréal et Québec sont confortablement installés dans le peloton de tête…  Dans ces deux villes, la taxe sur l’essence est 2 fois plus élevée que dans les deux villes albertaines !

Si l’essence est si dispendieuse au Québec, ce n’est pas de la faute des pétrolières.  C’est plutôt de la faute des Québécois bonasses qui implorent à genoux les politiciens de taxer l’essence quand un type comme Steven Guilbault leur fait croire que la fin du monde est proche à cause du réchauffement climatique.  Le gouvernement devrait continuer à se graisser la patte dans les années à venir puisque la taxe sur le carbone en vigueur au Québec devrait faire grimper le prix encore plus.

Vous aimez les écolos comme Steven Guilbault?  Alors payez !

Source:
Kent Group
Petroleum Price Data


3 avril 2014

Les régions… Coup de gueule Économie Élection 2014 Gauchistan Québec

Le Nord-Est

-

«Rambo» votera pour le PQ
Le Nord-Est

«En tant que père de famille nord-côtier qui ne veut pas voir ses beaux villages de la Côte disparaître et ses villageois se déchirer, je me dois impérativement de voter pour le Parti québécois par chez nous! Nous n’avons pas le choix si nous voulons garder une petite chance de sauver notre région du capitalisme qui est en train de s’y installer», a écrit Bernard Gauthier, en fin d’après-midi sur sa page Facebook, dans un long statut truffé de fautes.

Il affirme «que la chasse au représentant syndical est ouverte sur la Côte-Nord». Il critique la Loi 33 sur le placement syndical «qui est en train de nous faire crever chez nous». «En deux ans, le gouvernement libéral, Lise Thériault en tête et Diane Lemieux, ont réussi à tout démolir de façon à donner à tous les entrepreneurs le pouvoir d’abuser de nos travailleurs de l’industrie […] C’est pas compliqué, ce gouvernement (libéral) a voulu abolir toutes formes de syndicalisation au Québec», poursuit le syndicaliste.

Sans commentaire…


24 mars 2014

L’entrepreneuriat au pays des péquistes Canada Économie Élection 2014 En Chiffres Gauchistan Québec

Sondage très intéressant, publié en février 2014, par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante auprès des entrepreneurs dans les dix provinces canadiennes. Voici comment se positionne le Québec…

Entrepreneuriat Québec

Entrepreneuriat Québec

Entrepreneuriat Québec

Entrepreneuriat Québec

Entrepreneuriat Québec

On comprend mieux maintenant pourquoi la création d’emploi au Québec est devenue presque entièrement dépendante du secteur public… Le secteur privé a été asphyxié par le modèle québécois…

Quand on prend conscience que seulement 31% des entrepreneurs québécois recommanderait à une autre personne de se lancer en affaire, il faut y voir une véritable tragédie.

Source:
Fédération canadienne de l'entreprise indépendante
Les gouvernements doivent adopter une vision entrepreneuriale


20 mars 2014

Hors de l’État point de salut Canada Économie Élection 2014 En Chiffres Gauchistan Québec

En 2014, on estime qu’au Québec il y aura 46 365,80 millions de dollars en investissements privés et 22 181,70 millions de dollars en investissement public.  Autrement dit, au Québec, chaque fois que le gouvernement dépensera 1,00$ en investissement dans les immobilisations, le secteur privé va dépenser 2,09$.  Est-ce une performance respectable ou médiocre?  Jugez par vous-même:

Investissement Québec

Dernier…

Pour rejoindre la moyenne du reste du Canada, le Québec devrait augmenter les investissements privés de 42 422,37 millions de dollars, presque le double de la somme actuelle…

Mais je suis convaincu qu’un référendum et une charte vont régler tout ça

Source:
Statistique Canada
Tableau 032-0002


19 mars 2014

La gauche nationaliste Économie Élection 2014 Gauchistan Philosophie Québec

GauchistesL’indépendance ce n’est ni à gauche ni à droite, c’est en avant… C’est ce qu’on essaye de nous faire croire…

Quand Pierre-Karl Péladeau s’est amené avec le PQ, certaines personnes ont naïvement cru que cette nomination signalait que le PQ allait devenir une véritable coalition de gens de gauche et de droite. Ces personnes ont dû rapidement déchanter, car moins d’une semaine plus tard, il était clair que PKP appartenait à l’aile gauche du parti.

Pourtant, la chose ne devrait surprendre personne. PKP est un indépendantiste, les indépendantistes sont, par définition, des nationalistes et le nationalisme est, par définition, une idéologie gauchiste. L’indépendance sera toujours à gauche, il est impossible qu’il en soit autrement.

Pourquoi ?

Parce que le nationalisme est une idéologie collectiviste i.e. une idéologie qui a comme prémisse de départ qu’aucun individu n’est plus important que la société à laquelle il appartient.

Les nationalistes parlent toujours au « nous ». Nos industries, nos exportations, notre économie, nos entrepreneurs, nos ressources, notre savoir-faire, nos travailleurs, etc. Pour les nationalistes, rien ne peut exister en dehors de la sphère collective. Pour les nationalistes, toute la société doit graviter autour de l’entité qui représente et sert la nation et cette entité c’est… le gouvernement !

L’indépendance n’est ni à droite ni en avant, elle est de gauche et sera toujours de gauche. Le nationaliste ne souhaite pas l’indépendance pour retirer des pouvoirs au gouvernement central pour ensuite les redonner au peuple. Le nationaliste veut l’indépendance pour retirer des pouvoirs au gouvernement central pour ensuite les redonner au gouvernement qui incarne sa nation.

Pour l’idéologie nationaliste, ce n’est pas l’émancipation des individus qui prime, mais la création d’une entité centrale forte qui se réservera le droit d’intervenir dans la vie des citoyens sous prétexte qu’il faut protéger la nation.


17 mars 2014

Pancarte électorale: suggestion pour le PQ Économie Élection 2014 En Images France Gauchistan Mondialisation Québec

Voici une affiche électorale, utilisée en France durant les années 90, qui devrait plaire à nos nationalistes, qu’ils soient pro-chartes ou ouvriers de la construction sur la Côte-Nord…

Front National, PQ

Et pour plaire à sa clientèle sur le Plateau, le PQ pourrait bonifier cette affiche en mentionnant ses politiques d’achat local ou de souveraineté alimentaire.  Le spin est différent, mais le principe est le même…


17 mars 2014

L’héritage de la révolution tranquille Économie Élection 2014 En Chiffres États-Unis Gauchistan Québec

La Révolution tranquille nous a donné le modèle québécois. Le modèle québécois nous a donné un « panier de services ». Trop souvent, les Québécois s’imaginent que ce panier de services est gratuit puisque c’est le gouvernement qui… paye. Voici donc la facture de ce fameux/fumeux panier de services…

On savait déjà que le Québec est la province la plus endettée au Canada, voici maintenant ce qu’on obtient quand on se compare aux États-Unis:

Dette Québec
Dette obligataire: dette publique représentée par des obligations. Les États américains choisis sont les 10 plus populeux, les 10 plus endettés et les 5 les moins endettés.

Le Québec est très confortablement installé en première position avec un endettement plus de 2 fois supérieur à l’Alaska, le plus proche poursuivant.

Si nous avons une dette, nous avons aussi des frais d’intérêt à payer. Le meilleur investissement qu’une personne peut faire est de payer sa carte de crédit, puisque chaque dollar utilisé pour payer des frais d’intérêt est jeté au feu. C’est de l’argent qui sort de votre portefeuille et qui ne peut augmenter votre niveau de vie.

Il en va de même pour une province. Peu importe comment on calcule la dette, la réalité est la même: l’argent dépensé pour payer les frais d’intérêt de la dette est gaspillé, car la population n’obtient strictement rien en retour.

Voici la situation du Québec à ce chapitre:

Dette Québec

Encore une confortable première position…

Le panier de services tant louanger par les politiciens québécois n’est pas gratuit, c’est plutôt achetez maintenant et payez plus tard

Source:
Fraser Institute
Quebec’s Government Indebtedness: Unnoticed, Uncontrolled


12 mars 2014

Québec, le pire est à venir… Canada Coup de gueule Économie Élection 2014 En Chiffres Gauchistan Québec

Lundi dernier, je vous ai parlé d’une nouvelle très inquiétante à l’effet que le coût d’emprunt pour le Québec (i.e. le service de la dette) a dramatiquement augmenté depuis quelques jours. Ce genre de nouvelle qui aurait dû avoir un impact majeur sur la campagne électorale, mais qui a fait rigoler la première ministre et nos journalistes ont rapidement oublié l’affaire.

Par l’intermédiaire des réseaux sociaux, j’ai pu dénicher quelqu’un ayant accès à un terminal bloomberg, ainsi j’ai pu avoir accès aux taux d’intérêt des emprunts du Québec et de l’Ontario depuis quelques semaines.  Ces chiffres sont pires que tout ce que vous pouvez imaginer…  Dans le premier graphique, on peut voir l’évolution des taux depuis le 1er novembre 2013 jusqu’au 10 mars 2014.  Le second graphique correspond à l’écart (spread) entre les taux ontariens et québécois.

Dette Québec

Dette Québec
Une seule obligation a été émise en décembre dernier, soit le 18-Déc-2013. C’est elle qui est utilisée aux fins de comparaison. Pour les données antérieures à cette date, Bloomberg fournit automatiquement le taux de l’obligation dont la maturité est la plus proche de 10 ans.

Règle générale, on peut voir que les tendances sont les mêmes en Ontario et au Québec i.e.  bien que les taux au Québec soient systématiquement plus élevés que ceux de l’Ontario en raison de la plus grande précarité de nos finances publiques, les mouvements sont similaires.  Les mouvements (et le spread) restent similaires similaire jusqu’au 4 mars.  À partir de cette date, les taux québécois explosent alors que ceux de l’Ontario demeurent relativement stables.

Comment expliquer tout ça ?

Le 5 mars, c’était le déclenchement officiel des élections et Wall Street craint l’élection d’un gouvernement péquiste majoritaire. Vous avez bien lu, la seule perpsctive d’un gouvernement péquiste majoritaire (et d’un référendum) a fait bondir le spread entre l’Ontario et le Québec de ~17 bps en l’espace de 24 hueres !!! Maintenant, imaginez si cette perspective se matérialise…

Fait à noter, quand les marchés ont ouvert le lundi 10 mars, le lendemain de l’annonce de la candidature de PKP au PQ, les taux sont restés élevés, signe que cette nomination n’a rassuré personne sur les marchés financiers.

Cette nouvelle aurait dû être partout dans nos médias, toute augmentation du service de la dette advenant l’élection d’un gouvernement péquiste majoritaire aura un impact majeur sur la santé financière de la province.  Cette situation est d’autant plus préoccupante compte tenu du fait que dans son budget, Nicolas Marceau a prévu que le service de la dette n’allait pas augmenté de manière significative.

L’élection du 7 avril sera d’une importance capitale pour le Québec, espérons que les gens en sont pleinement conscients. L’enjeu électoral est fort simple et se résume en peu de mots: êtes-vous assez extrémiste pour sacrifier l’économie du Québec, pour vous et vos enfants, en retour d’un référendum inutile ?


10 mars 2014

L’emploi au pays des péquistes Canada Coup de gueule Économie Élection 2014 En Chiffres Gauchistan Québec

Depuis les débuts de la campagne, on a pu voir des péquistes qui ont eu le culot de louanger leur bilan en matière d’emploi…  Ramenons tout ce beau monde sur terre en démolissant de manière systématique ces prétentions…

Tout d’abord, regardons la situation au niveau de l’emploi dans le secteur privé, c’est-à-dire le secteur qui crée la richesse par opposition au secteur public qui la dilapide (en rouge gouvernement libéral et en bleu gouvernement péquiste).  Prenez aussi le temps de comparer la situation du Québec avec celle dans le reste du Canada.

Emploi PQ

Emploi PQ

Au Québec, on peut observer une création d’emploi soutenu dans le secteur privé durant la période libérale.  Par contre, durant la période péquiste, l’électrocardiogramme est plat, au final l’économie a fait du surplace depuis que Marois est devenu première ministre.  Ce résultat est d’autant plus médiocre quand on considère qu’au même moment le secteur privé dans le reste du Canada était en pleine expansion:

  • Période libérale: création en moyenne de 8 510 emplois dans le secteur privé par mois. Dans le reste du Canada, durant la même période, ma moyenne mensuelle a été de 5 830.
  • Période péquiste: création en moyenne de 413 emplois dans le secteur privé par mois. Dans le reste du Canada, durant la même période, ma moyenne mensuelle a été de 14 375.

Maintenant, analysons la situation sous la lorgnette des emplois à temps plein. La situation n’est guère plus reluisante.

Emploi PQ

Emploi PQ

Création très respectable durant la période libérale et durant les premiers mois de la période péquiste. Par contre, l’augmentation observée au début du règne péquiste est en majeur parti dû à la création d’emplois dans le secteur public.  Mais ce qui frappe le plus durant la période péquiste, c’est le long déclin de l’emploi à temps plein, d’autant plus que pendant que le Québec déclinait, le reste du Canada était en expansion.

  • Période libérale: création en moyenne de 6 430 emplois dans le secteur privé par mois. Dans le reste du Canada, durant la même période, ma moyenne mensuelle a été de 14 450.
  • Période péquiste: création en moyenne de 706 emplois dans le secteur privé par mois. Dans le reste du Canada, durant la même période, ma moyenne mensuelle a été de 10 294.

Dorénavant, chaque fois que vous entendrez un péquiste louanger le bilan économique de son parti lors de la campagne, vous saurez quoi lui répondre…

L’enjeu électoral est fort simple et se résume en peu de mots: êtes-vous assez extrémiste pour sacrifier l’économie du Québec, pour vous et vos enfants, en retour d’une charte et d’un référendum inutiles qui ne pourront régler un problème imaginaire ?

Sources:
Statistique Canada
Tableau 282-0087
Tableau 282-0089


10 mars 2014

PQ majoritaire: le preview du film d’horreur… Économie Gauchistan Québec Revue de presse

Bloomberg BusinessWeek

-

Separatist Revival Raising Quebec Borrowing Costs
Bloomberg BusinessWeek

Quebec’s borrowing costs are rising as independence once again becomes an election issue in Canada’s second largest and most indebted province.

Quebec Premier Pauline Marois called this week for an election on April 7 in a bid to turn her minority government into a majority, renewing speculation she will press for a referendum on splitting from Canada. The spread, or extra yield demanded by investors, on Quebec’s 10-year bond over debt from neighboring Ontario has widened 7 basis points to 17 basis points since the Quebec bond was issued in December, data compiled by Bloomberg shows. The spread has widened three basis points since the start of last week.

Investors aren’t “necessarily comfortable with the added political risks on top of the risks that have been associated on an ongoing basis,” David Watt, chief economist at the Canadian unit of HSBC Holdings Plc., said by telephone yesterday from Toronto. “So they lighten up on Quebec a bit, and move into Ontario.”

It would be the third plebiscite on independence in the predominantly French-speaking province since 1980. Quebec came within 54,000 votes of a majority in favor of independence in a 1995 referendum. Separatist sentiment has since cooled and has been stalled in the 30 percent range in recent years.

La seule perspective d’un gouvernement péquiste majoritaire a fait augmenter de manière relativement considérable le taux d’intérêt sur la dette du Québec…

La réaction de Marois, elle a rigolé… Bienvenue au Québec…


6 mars 2014

Le modèle franco-québécois Économie France Gauchistan Revue de presse

Le Figaro

-

Bruxelles épingle une nouvelle fois la France sur son manque de compétitivité
Le Figaro

La Commission européenne a décidé de placer la France sous surveillance renforcée, après avoir une nouvelle fois épinglé son manque de compétitivité et le niveau élevé de sa dette. Paris promet de faire des efforts.

Pour l’exécutif européen, la France souffre de nombreux déséquilibres macroéconomiques qui n’ont pas été suffisamment corrigés et nécessitent désormais ce type de surveillance qui sera également appliquée à l’Espagne et à l’Irlande, deux pays qui viennent tout juste de sortir de leur plan d’assistance financière. Deuxième économie de la zone euro, la France se retrouve donc au côté de pays qui ont été en grande difficulté au plus fort de la crise de la zone euro et ont eu besoin d’un plan d’aide.

L’annonce de Bruxelles vient s’ajouter à une longue liste de griefs à l’encontre de la France, à qui est reproché un manque de compétitivité, un coût du travail trop élevé et une dette publique qui ne cesse d’enfler. «Le déficit commercial qui ne cesse de se creuser reflète la perte continue des parts de marché à l’exportation», analyse la Commission. «Malgré les mesures prises pour favoriser la compétitivité, jusqu’à présent, le rééquilibrage est limité. (…) Le coût du travail reste élevé et pèse sur les marges des entreprises», souligne-t-elle dans son rapport. Concernant le niveau de la dette, le risque est que la France se retrouve «exposée à des turbulences sur les marchés financiers, qui auraient des retombées sur l’économie réelle».

Est-ce que le Québec est devenu une petite France ou est-ce la France qui est devenue un gros Québec, difficile à dire. Chose certaine, ces 2 endroits sont gouvernés par des politiciens assez bêtes pour penser que le choix est entre la prospérité ou l’austérité.


26 février 2014

La (trépa)nation québécoise Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

Clown QuébecBienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

L’électricité québécoise…

Au Québec, pour « créer » des jobs en Gaspésie et dans le Bas-St-Laurent, on fait construire des éoliennes qui produiront de l’électricité au prix de 14¢/kWh. Ensuite, pour « consolider » des emplois ailleurs au Québec, on vend cette électricité produite par des éoliennes à des alumineries au prix de 3,3¢/kWh. Pendant ce temps, le ministre des Finances a déjà pris pour acquis dans son budget que le prix de l’électricité destinée à la plèbe allait augmenter de 5,8%. Ce n’est pas un hasard si le Québec est devenu une province pauvre. Mais vous voulez savoir le plus rôle? Lundi, Marois a promis de faire perdurer cette situation ridicule et ruineuse.

Sciences humaines sans math…

Devant la commission Charbonneau, Rambo Gauthier a justifié ses actions en voulant nous faire croire que la Côte-Nord est une région dévastée par la pauvreté. Rien n’est plus faux. Dans les faits, la Côte-Nord est la région la plus riche du Québec avec un revenu disponible de 28 582$/ménage (la moyenne québécoise est de 26 347$/ménage). Soulignons aussi que le taux de faible revenu des familles sur la Côte-Nord est de 8,5% contre 9,3% pour l’ensemble du Québec. Il faut aussi préciser que la Côte-Nord reçoit près de 9 000$/habitant en dépenses d’immobilisation du gouvernement contre moins de 2 000$/habitant pour l’ensemble du Québec. Bref, pourquoi l’ensemble des Québécois devrait-il payer des impôts pour subventionner des projets de construction sur la Côte-Nord, si seulement les gens de la Côte-Nord peuvent travailler sur ces projets ?

Le nationalisme…

Toujours devant la commission Charbonneau, Rambo Gauthier nous a appris que le nationalisme était tellement fort au Québec, qu’un Québécois pure laine venant du Saguenay-Lac-St-Jean était considéré comme un étranger voleur de job par les Québécois pures laines de la Côte-Nord. Quand on réalise que les Québécois sont capables d’être « xénophobes » entre eux, on comprend pourquoi la charte est si populaire…