Antagoniste


13 octobre 2015

Les routes à deux vitesses… Coup de gueule Économie Environnement Gauchistan Québec

GouvermanmanAux États-Unis, il a été déterminé que les ménages qui achètent une voiture électrique sont beaucoup plus riches que la moyenne des gens… On parle d’un revenu de 108 624$ contre 51 914$ pour le reste de la population.

Pour ce qui est des véhicules hybrides, on observe la même tendance. Les ménages qui achètent une voiture hybride gagnent en moyenne plus de 100 000$.  De plus, l’âge joue aussi un rôle, ceux qui achètent une voiture hybride avaient en moyenne 50 ans contre 40 ans pour les autres.

Bref, on peut dire sans se tromper que les voitures électriques et hybrides intéressent surtout les boomers qui ont de l’argent.

Pourquoi je vous parle de ça ?

Parce que vendredi dernier, le gouvernement libéral a décidé de gaspiller 420 millions de dollars dans un stupide projet d’électrification des transports !  Ce projet prévoit donner une subvention pouvant aller jusqu’à 8 000$ pour l’achat d’un véhicule électrique/hybride.  De plus, il est aussi prévu que ces  voitures vertes seront exemptées de péages et pourront circuler sur les voies réservées !

Autrement dit, au Québec, les pauvres et la classe moyenne vont payer des taxes et des impôts pour subventionner les riches boomers qui s’achètent une « voiture verte » et pour ajouter l’insulte à la blessure, ces mêmes riches boomers vont profiter de la gratuité et de voies réservées sur les routes du Québec !

La gauche, qui a  toujours eu une crainte maladive de la médecine à deux vitesses ne semble pas se formaliser de la création d’un système routier à deux vitesses…

L’écologie est une chose formidable. Avec le sport professionnel, c’est la seule idéologie sur la planète Terre qui fait en sorte que les pauvres et la classe moyenne sont heureux de payer des taxes et des impôts pour subventionner des gens plus riches qu’eux… Même que souvent les pauvres et la classe moyenne votent pour avoir des programmes verts encore plus généreux !

N.B. Comment l’opposition a-t-elle réagi à ce gaspillage de 420 millions ?  En disant que 420 millions c’est pas assez…  On est foutu…


8 octobre 2015

Désavantage numérique Canada Économie En Chiffres États-Unis Gauchistan Québec

Puisque c’est le début d’une nouvelle saison dans la NHL, un graphique à saveur sportive…

Cette semaine, la Fédération canadienne des contribuables et l’Americans for Tax Reform ont publié conjointement une étude sur les impôts que doivent payer les joueurs de hockey dans chacune des villes de la NHL.

Une statistique a attiré mon attention, celle sur le plafond salarial réel pour chaque équipe. Le plafond salarial dans la NHL pour la saison 2015-2016 est fixé à 69 millions de dollars. Par contre, ce plafond ne tient pas compte de la rémunération des joueurs qui finit dans les poches des gouvernements. Ces sommes, bien que versées en salaire, ne servent pas vraiment à payer les joueurs. Autrement dit, quand un joueur sait qu’il est fortement imposé, risque fort bien de demander un plus gros contrat, ce qui réduit la marge de manœuvre d’une équipe.

Voici donc les vrais plafonds salariaux dans la NHL i.e. l’argent qu’une équipe peut vraiment dépenser pour rémunérer les joueurs (le plafond salarial de 69 millions duquel on retire ce qui est payé par les joueurs en impôts):

NHL

Le plafond salarial réel est le plus élevé à Dallas, en Floride, à Nashville et à Tampa Bay; presque 41 millions de dollars pour ces villes sans impôts d’État.  À l’opposé du spectre, on retrouve Montréal avec un plafond salarial réel qui n’est que de 31,6 millions de dollars, c’est un écart de 9,4 millions de dollars par rapport aux équipes de tête.  Avec 9,4 millions de dollars, on peut se payer un joueur comme Sidney Crosby ou Alex Ovechkin…

Source:
Canadian Taxpayers Federation
Major Penalty for High Taxes: CTF Study Examines Impact of Personal Income Taxes on NHL Players, Teams and the Salary Cap


28 septembre 2015

C’était la faute du gouvernement Économie États-Unis Gauchistan

PharmaceutiqueLa semaine dernière, vous avez peut-être entendu parler de Martin Shkreli.

Martin Shkreli est un gestionnaire de hedge fund qui a acquis les droits du daraprim, un médicament prescrit aux sidéens pour combattre les infections parasitaires. Aux États-Unis, le daraprim est un médicament qui se vendait 13,50$ par comprimé, après s’en être porté acquéreur, Martin Shkreli a fait passer le prix à 750$.  Il va sans dire que nos bons médias ont été scandalisés, si bien que Martin Shkreli a décidé de reconsidérer sa décision.

Le problème avec cette histoire ?

Les médias, toujours aussi ignorant et/ou idéologique, n’ont pas identifié le bon coupable.

Le daraprim est un médicament vieux de 62 ans, autrement dit, aucun brevet ne limite sa fabrication. Demain matin, votre beau-frère pourrait produire et vendre du daraprim et faire compétition à Martin Shkreli.  Par contre, pour ce faire votre beau-frère devra se soumettre à un processus réglementaire si long et si coûteux qu’il risque d’abandonner en cour de route.  Martin Shkreli n’a pas vraiment acheté les droits du daraprim, ce qu’il a acheté c’est surtout la licence de la FDA pour produire ce composé.  Martin Shkreli a profité de la réglementation en place qui fait en sorte que l’obtention de licence de production est si difficile, que le gouvernement crée des monopoles !

À titre indicatif, en Inde le daraprim est vendu par comprimé !2828

Bref, la réglementation de la FDA c’est un autre cas où qui veut faire l’ange fait la bête !


22 septembre 2015

Les CPE c’est de la merde Coup de gueule Économie Gauchistan Québec Revue de presse

The Globe And Mail

Study raises questions about NDP’s proposed universal child-care system
The Globe And Mail

Newly released research on Quebec’s low-cost child-care system suggests children who go through it may do well academically, but have worse outcomes when it comes to health, life satisfaction and crime rates.

In a paper released Monday, a group of university researchers say that children exposed to the province’s child-care system were more likely to have higher crime rates, worse health and lower levels of life satisfaction as they have aged than their counterparts in other provinces who didn’t have access to the same type of system. The new research is likely throw a political wrench into the federal election, where the New Democrats have made bringing Quebec-style child care to the rest of the country a key plank in their platform.

In their paper made public Monday through the National Bureau of Economic Research, Kevin Milligan from the University of British Columbia, Michael Baker from the University of Toronto, and Jonathan Gruber from MIT in Cambridge, Mass., update work from 2008 to see if children in the Quebec care system kicked their troubling behaviours over time.

What the trio found instead was “striking evidence” that exposure to the program was associated with higher crime rates, with the effects most acutely seen in boys. Boys were more likely to have higher levels of hyperactivity and aggression, the researchers wrote, while girls showed declines in prosocial behaviour, which captures many altruistic activities like donating and volunteering. All of those behaviours fall under the heading of “non-cognitive” abilities, such as impulsiveness and emotional stability.

Exposure to the program was also associated with “worsened health and life satisfaction,” the study says. There was no such lasting effects on math, science and reading abilities, the researchers write.

Dire qu’au Québec on se fait croire que le monde envie nos CPE… On devrait en avoir honte de nos CPE !

Mais continuons à parler du niqab… Un débat qui ne sert à rien, mais qui semble divertir la plèbe…


21 septembre 2015

Quand l’État veut votre bien Économie France Gauchistan Revue de presse

Challenges

« Uberisation » de l’économie: le Sénat contre-attaque
Nature

Il n’y a pas que les taxis, les hôteliers et les loueurs de voitures à avoir peur de la concurrence des particuliers. L’essor des plateformes collaboratives, sur le modèle de l’ex-UberPOP et ses chauffeurs non professionnels, inquiète également l’Etat, qui craint de voir ses recettes fiscales s’éroder. Blablacar, Airbnb, VizEat, Ornikar… De plus en plus de secteurs sont bousculés par des sites internet permettant aux particuliers de s’échanger des biens ou des services. Un bouleversement pour les professionnels concernés, mais aussi pour l’administration, quelque peu démunie face à ces changements.

« On parle de révolution numérique, mais il faudrait aussi parler de révolution fiscale », estime Bernard Lalande, parlementaire PS et membre de la commission des Finances du Sénat. Car si en théorie, les revenus réalisés par des particuliers sur Internet sont soumis aux prélèvements sociaux et à l’impôt sur le revenu, rares sont dans la pratique ceux qui sont déclarés… et donc imposés.

« C’est très facile avec ces sites de se faire des compléments de revenus qui échappent à l’impôt », souligne Vincent Drezet, secrétaire général de Solidaires Finances Publiques. « Comme l’économie collaborative est appelée à se développer, mécaniquement, les pertes pour l’Etat vont s’accroître », ajoute-t-il. Pour Michel Taly, avocat fiscaliste et ancien directeur de la législation fiscale à Bercy, « internet permet de revenir à une économie de troc sur une grande échelle ». « Si cela conduit à faire sortir des pans entiers de l’activité de l’économie traditionnelle, on peut se faire du souci », estime-t-il.

Au-delà des secteurs d’activité « uberisés », c’est l’essor dans son ensemble de l’économie numérique qui donne des sueurs froides au Trésor public.

La technophobie de la gauche s’explique, c’est une question d’argent, les gouvernements ont faim et pas question de donner aux citoyens la liberté de commercer sans être injustement taxés…

« L’uberisation de l’économie », attendez-vous à voir cette expression apparaître prochainement au Québec…


17 septembre 2015

Vieilleries marxistes coloriées en vert Canada Coup de gueule Économie Election 2015 En Chiffres Environnement Gauchistan

Plus tôt cette semaine, la bonne gauche a publié un manifeste dégoulinant dont elle a le secret, le manifeste un « grand bond vers l’avant »…  Un clin d’oeil au « grand Bond en avant » de Mao, qui a fait 30 et 55 millions de morts ?

Je vous épargne les détails, du manifeste, un y parle de nationaliser l’économie, de taxer les riches et de stopper l’exploitation des ressources naturelles. Bref, ce manifeste est constitué de vieilleries marxistes coloriées en vert…

Je me suis plutôt intéressé aux signataires de ce manifeste, ils sont une centaine, qui proposent de créer un nouveau modèle économique pour ensuite l’imposer à la population… Rien de très exhaustif, une simple classification à partir d’une recherche rapide sur Google. Le résultat est très drôle:

Gogauche

Qui voudrait construire un nouveau modèle économique avec ce monde là ! Voudriez-vous refaire le monde avec un groupe qui ne compte que 1,7% de gens d’affaires ?  Poser la question c’est y répondre.


9 septembre 2015

Honteux du début à la fin Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

Péquiste au travail

Décidément, la construction du Péladôme aura été une parfaite illustration de tout ce qui ne fonctionne pas au Québec…

Le tout a commencé avec des personnalités qui s’étaient bâties une carrière médiatique en se faisant aller la gueule sur l’importance de réduire les dépenses du gouvernement et de faire une plus grande place au privé. Finalement, à la première occasion ces gens ont trahi leurs principes puisque le cadeau gouvernemental leur était destiné… C’est un peu comme si un père de famille demandait à ses enfants de faire des sacrifices pour rembourser la carte de crédit, mais qu’à la première occasion il décidait d’utiliser l’argent ainsi économisé pour aller se saouler la gueule… Les sacrifices c’est bon pour les autres il faut croire…

Mais comme si ce n’était pas assez, hier, lors de l’inauguration, on a décidé d’ajouter l’insulte à la blessure. Voici ce qu’a raconté notre bon premier ministre:

Pour notre premier ministre, le courage c’est de dire « oui » quand on lui demande de dépenser l’argent des contribuables… Wow, tout un courage… Selon cette logique tordue, un parent qui dit toujours « oui » à ses enfants quand ils demandent des bonbons est plus courageux que celui qui apprend à dire « non »…

Désolé, mais le vrai courage ce n’est pas de dire « oui », mais de dire « non ». Et plus l’enfant est gâté pourri, plus il faudra du courage pour être capable de lui dire « non » et affronter sa crise du bacon.

Jean Charest a donné 200 millions de dollars de notre argent pour construire le Péladôme au moment où il était au plus bas, empêtré dans les scandales de la commission Charbonneau. Ce 200 millions de dollars c’était pour acheter des votes, c’était un pot de vin supérieur à tous ceux exposés par la commission Charbonneau. Ce 200 millions de dollars ce n’était pas un geste de courage, c’était un geste de désespoir.

La construction du Péladôme de Québec aura vraiment été une entreprise honteuse du début à la fin…

P.-S. Si dépenser l’argent des contribuables est un geste de courage, moi j’ai hâte d’avoir un politicien pissou qui va couper dans les dépenses et réduire les taxes & impôts.


26 août 2015

La colonne des revenus Arguing with Idiots Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

« Au lieu de couper dans les dépenses, le gouvernement devrait faire augmenter la colonne des revenus… »

C’est un spin constamment radoté par le boss de Quebecor pour critiquer la pseudo-austérité libérale…  Comme si le gouvernement, actuellement, n’allait pas chercher assez d’argent pour répondre aux besoins de la population…

M’enfin, pour les péquistes qui s’imaginent que l’on doit équilibrer un budget en augmentant les revenus au lieu de couper dans les dépenses, sachez que sous le PLQ, les revenus du gouvernement ont augmenté !  Voici la ventilation des revenus autonomes du gouvernement pour l’année financière qui vient de se terminer (PLQ au pouvoir) et pour l’année précédente (PQ au pouvoir):

Revenu Québec

Depuis que les libéraux sont au pouvoir, dans toutes les catégories, les revenus mensuels moyens du gouvernement ont augmenté !

Sous le régime péquiste, les revenus moyens du gouvernement étaient de 3 272 millions de dollars par mois.  Avec les libéraux, ce chiffre a augmenté à 3 370 millions de dollars par mois, une croissance de 3% (+97 millions par mois soit 1,2 milliard par année)!  Notez que cette croissance des revenus est imputable à une augmentation de l’activité économique puisque le fardeau fiscal est resté le même sous les libéraux.

Bref, quand les péquistes radotent qu’il faut se concentrer sur la colonne des revenus, ils semblent ignorer que c’est déjà le cas !  Avec des revenus autonomes de 3 370 millions de dollars par mois (auxquels il faut ajouter les transferts fédéraux), le gouvernement a déjà suffisamment d’argent. Même que moi j’ai hâte que la colonne de revenus du gouvernement commence à diminuer, histoire de laisser plus d’argent dans les poches des contribuables.

Le Québec est arrivé au point où il doit équilibrer son budget non pas en augmentant ses revenus, mais en coupant dans ses dépenses. Après tout, dans la compagnie du boss de Quebecor, quand on veut assainir les finances, c’est la colonne de dépenses qui est ciblée !

Source:
Ministère des finances du Québec
Rapport mensuel des opérations financières


19 août 2015

La radio de Montréal Arguing with Idiots Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

Voici ce qui arrive quand on demande à Martine Ouellet, députée péquiste, de commenter le congédiement de Nicolas Girard, qui a été nommé par le PQ au poste de président de l’Agence métropolitaine des transports (AMT) suite à sa défaite électorale en 2012:

Une députée du PQ affirme une chose complètement stupide, à savoir que Nicolas Girard a été mis dehors parce que Couillard a dit qu’il ne laisserait pas un pouce aux souverainistes (combien de pouces laisserait PKP aux fédéralistes…) pour ensuite affirmer que Nicolas Girard est victime d’intolérance et que le Québec est une dictature.   Pendant tout ce temps, l’animateur fait le béni-oui-oui.  Voilà l’état lamentable de la radio à Montréal…

Nicolas Girard n’a pas été mis dehors parce que c’était un séparatiste, mais plutôt parce qu’il était incompétent.  Voici ce qui est arrivé à l’AMT sous sa direction (2 ans):

  • Les coûts d’exploitation ont augmenté de 11,8%.
  • L’achalandage n’a augmenté que de 2,0%.
  • Les revenus autonomes ont baissé de 0,6%.
  • Le déficit accumulé a été de 95,2 millions de dollars.

Bref, comme beaucoup de péquistes, Nicolas Girard était nul avec les chiffres et c’est pour cette raison qu’il a enfin été dégommé.  Nicolas Girard n’a pas été victime de l’intolérance de Philippe Couillard, mais de sa propre incompétence.

Source:
AMT
Rapports annuels