Antagoniste


15 septembre 2015

Une autre catastrophe imaginaire Environnement International Revue de presse

Nature

Mapping tree density at a global scale
Nature

The global extent and distribution of forest trees is central to our understanding of the terrestrial biosphere. We provide the first spatially continuous map of forest tree density at a global scale.

This map reveals that the global number of trees is approximately 3.04 trillion, an order of magnitude higher than the previous estimate. Of these trees, approximately 1.39 trillion exist in tropical and subtropical forests, with 0.74 trillion in boreal regions and 0.61 trillion in temperate regions. Biome-level trends in tree density demonstrate the importance of climate and topography in controlling local tree densities at finer scales, as well as the overwhelming effect of humans across most of the world.

Based on our projected tree densities, we estimate that over 15 billion trees are cut down each year, and the global number of trees has fallen by approximately 46% since the start of human civilization.

La prochaine fois qu’un enverdeur vous dira qu’on est en train de raser toutes les forêts de la planète, vous pourrez rire de lui en lui disant que la plus récente étude publiée à ce sujet montre qu’il y a sur terre 10 fois plus d’arbres que l’on croyait.


10 septembre 2015

L’écologie, du « BS » pour les riches Économie En Chiffres Environnement États-Unis

Aux États-Unis, les différents paliers de gouvernement offrent trois grandes classes de subventions pour faire la promotion de l’idéologie verte. Il y a les subventions résidentielles qui visent à encourager les rénovations éco-énergétiques, les subventions pour les véhicules hybrides et les subventions pour les véhicules électriques.

Des chercheurs de l’Université Berkeley ont analysé ces différents programmes pour savoir qui en profitait le plus.  Voici qui profite le plus de ces subventions en fonction du quintile de revenus des individus (un quintile divise la population en cinq tranches de vingt pour cent. Le premier quintile représentent la tranche la plus pauvre et le cinquième quintile représentent la tranche la plus riche).

Enverdeur

De 2006 à 2012 aux États-Unis, on a distribué 18 milliards de dollars en subventions pour des programmes verts. Où est allé cet argent ?  L’immense majorité a abouti dans les poches des plus riches, les gens du quintile V qui gagnent plus de 75 000 dollars !  Dans cette classe de revenus, on monopolise de 58% à 89% des subventions !

L’écologie est une chose formidable.  C’est la seule idéologie qui existe sur la planète Terre qui fait en sorte que les pauvres et la classe moyenne sont heureux de payer des taxes et des impôts pour aider des gens plus riches qu’eux…  Même que souvent les pauvres et la classe moyenne votent pour avoir de programmes verts encore plus généreux !

Source:
University of California Berkeley
The Distributional Effects of U.S. Clean Energy Tax Credits


3 septembre 2015

Le mirage Tesla Coup de gueule Économie En Chiffres Environnement

La Tesla, cette voiture merveilleuse qui fonctionne en utilisant le carburant produit par des arc-en-ciels…

Tesla

M’enfin, j’imagine que quand t’as les moyens d’acheter une Tesla, t’as les moyens d’être toujours au garage…

Source:
TrueDelta
Car reliability by brand


3 septembre 2015

Légende urbaine réchauffiste Environnement International Revue de presse

Irish Examiner

Conflicts over water leading to war ‘a myth’
Le Figaro

The doom and gloom predictions of increasing battles around the world over water are a myth, with only a handful of disagreements over shared waters leading to armed conflict, an expert said.

Competition over water has often been cited as having a potential for turning into conflicts between countries fighting to secure the limited resource.

While water is fundamental to development and national security and can contribute to hostile situations, “very few” disagreements have led to conflict, said Therese Sjomander Magnusson of the Stockholm International Water Institute (SIWI).

“It is a myth that water leads to war,” Sjomander Magnusson, SIWI’s director of transboundary water management, said on the sidelines of a global water conference in Stockholm.

She said that over the last 50 years, there have been more than 1,800 interactions on transboundary basins, including both conflict and cooperation. “Only seven disputes have involved violence,” she said. “During the same time, more than 200 agreements and treaties on transboundary waters have been signed.”

La prochaine fois qu’un bon médias d’ici vous dira que l’eau c’est de l’or et qu’il y aura des guerres pour en avoir, vous pourrez rire un bon coup.


2 septembre 2015

Dangereux les pipelines ? Économie Environnement Québec

Pipeline QuébecBillet qui reprend un excellent commentaire fait par Bernard.

Depuis 2004, au Canada, les fuites de pétrole provenant d’un pipeline ont provoqué seulement 1 évacuation; 250 personnes à Burnaby en 2007 (un déversement de 1 500 barils causé par des travaux routiers).

Toujours au niveau des fuites de pétrole depuis 2004, celles-ci sont responsables d’avoir fait 1 blessé grave (2006), on ne dénombre aucune mortalité.

Seulement, 1,6% des fuites de pétrole ont causé des dommages environnementaux et/ou à la propriété et seulement 0,2% des déversements de pétrole ont affecté un plan d’eau.

En 2014 au Québec, il y a eu 1 573 blessés graves sur les routes du Québec et 336 décès…

Vu autrement : depuis 2004, il y a eu moins de personnes évacuées pour des fuites de pétrole des pipelines dans tout le Canada, qu’il y a eu de décès sur les routes du Québec en 2014.

Malgré les blessés et les décès, on n’a pas interdit la construction de route au Québec, alors pourquoi devrait-on interdire la construction de pipeline, pourtant beaucoup plus sécuritaires que les routes ?

Bureau de la sécurité des transports du Canada
Données sur les événements de pipeline à partir de janvier 2004


27 août 2015

La sécurité des pipelines Canada Économie En Chiffres Environnement

Quand on parle des pipelines, il est facile de faire de la démagogie.  Par exemple, si je vous dis que depuis 10 ans, il y a eu 1 027 accidents & incidents impliquant un pipeline, vous allez sans doute penser que c’est un bilan absolument désastreux; c’est presque 2 accidents & incidents par semaines !

Mais si on met la démagogie de côté et qu’on analyse sérieusement les chiffres, la situation devient soudainement moins effrayante:

Pipeline Canada

L’immense majorité des déversements, 84,7%, déverse une quantité de pétrole ou de gaz inférieure à 1 m³ (1 m³=6,3 barils).  Les déversements majeurs, ceux de plus de 1000 m³, ne représentent que 2,3% des accidents & incidents !

Les médias ont beaucoup parlé de la fuite d’un pipeline qui a rependu ~30 000 barils de pétrole cet été en Alberta,  mais quand on prend connaissance des statistiques, on réalise que ce genre d’événement est trop rare pour justifier une opposition systématique à la construction de pipelines.

Bureau de la sécurité des transports du Canada
Statistiques pipelines


27 août 2015

Une fraude écologique Économie Environnement International Revue de presse

The Guardian

Kyoto protocol’s carbon credit scheme ‘increased emissions by 600m tonnes’
The Guardian

A key carbon offsetting scheme was so open to abuse that three quarters of its allowances lacked environmental integrity, a new report says.

UN officials confirm the findings by the Stockholm Environment Institute that around 600m tonnes of carbon were wrongly emitted as a result, under the UNFCCC’s Joint Implementation (JI) scheme.

An estimated 80% of JI projects were of low environmental quality, according to the paper, parts of which were published on Monday in Nature Climate Change.

“Many of them didn’t observe the requirements of JI on ‘additionality’ as they would probably have happened anyway, and I would even doubt the physical existence of some of these projects,” said Vladyslav Zhezherin, one of the report’s authors. “I would say that many of them were fake.” A senior UN official speaking on condition of anonymity told the Guardian that the new report was “thoroughly researched and probably correct.”

JI had been beset by “significant criminal energy” in Russia and Ukraine, after the EU banned the trading of credits from an industrial gas scam on the Emissions Trading System (ETS) from April 2013, he explained. This led to a flood of what he called “almost completely bogus” credits in 2012.

“It was an outstretched middle finger to the EU saying ‘You’re shutting out our credits, we’re flooding your markets,’ a mix of retaliation and crime,” he said.

Bourse du carbone, énergie verte… Des combines gouvernementales pour permettre à une petite clique de s’enrichir…

J’espère que personne n’est surpris, c’est le genre de chose qui arrive que le gouvernement dispose d’un plat de bonbons valant plusieurs milliards de dollars.


25 août 2015

Une autre erreur des réchauffistes Environnement International Revue de presse

Earth and Space Science

Variability and trends in global drought
Earth and Space Science

Monthly precipitation (P) and potential evapotranspiration (PET) from the CRUTS3.1 data set are used to compute monthly P minus PET (PMPE) for the land areas of the globe. The percent of the global land area with annual sums of PMPE less than zero are used as an index of global drought (%drought) for 1901 through 2009. Results indicate that for the past century %drought has not changed, even though global PET and temperature (T) have increased. Although annual global PET and T have increased, annual global P also has increased and has mitigated the effects of increased PET on %drought.

The objectives of this paper are to answer two basic questions regarding global drought occurrence: (1) are interannual changes in drought occurrence controlled mostly by changes in PET, P, or both equally? and (2) given global warming and associated increases in PET, has the occurrence of drought increased during the past century?

Analysis of the global land area with annual PMPE less than zero for the 1901 through 2009 period indicates that %drought has not changed, even though global T and PET have increased during this period. On a global basis the variability in annual %drought is related to variability in P, and increases in annual global P have mitigated the effects of increases in PET (and T) on %drought.

Pour ceux qui se sont perdus dans le jargon scientifique, cette étude montre que le réchauffement climatique n’a pas été associé à une augmentation du nombre de sécheresses. Bref, la prochaine fois vous dira qu’il y a plus de sécheresses à cause du réchauffement, vous pourrez lui répondre que c’est faux.


17 août 2015

Les extra-terrestre existent ! Arguing with Idiots Coup de gueule Économie Environnement Gauchistan International

Jabba the hutt

Vous l’ignorez peut-être, mais depuis jeudi dernier il n’y a plus d’air, d’eau et de nourriture sur la planète Terre !

Ne riez pas, c’est écrit noir sur blanc dans le très sérieux Devoir« ce jeudi, l’humanité vient d’épuiser la totalité des ressources que la Terre était en mesure de produire en 2015 ».

Mais j’entends quelques petits malins dire que c’est impossible puisqu’ils ne sont toujours pas privés d’air, d’eau et de nourriture dans leur vie quotidienne.  En fait, si l’humanité a encore de l’air, de l’eau et de la nourriture c’est parce que nous avons mis ces ressources sur la dette, c’est écrit dans Le Devoir, c’est un « endettement écologique ».

Mais pour s’endetter, il faut un créditeur i.e. pour s’endetter il faut qu’une tierce personne accepte de nous prêter de l’argent, logique non…  Donc, sachant que la Terre a épuisé ses ressources, nous devons nous rendre à l’évidence: le créditeur qui nous prête l’air, l’eau et la nourriture que nous consommons actuellement doit obligatoirement être… d’origine extra-terrestre !

Merci au Devoir d’avoir, sans le vouloir, révélé l’existence des extra-terrestres…  Reste à savoir si Jabba the hutt va relever son taux directeur le mois prochain…