Antagoniste


14 octobre 2015

La transparence climatique Environnement International Revue de presse

Nature

UN climate reports are increasingly unreadable
Nature

The climate summary findings of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) are becoming increasingly unreadable, a linguistics analysis suggests.

IPCC summaries are intended for non-scientific audiences. Yet their readability has dropped over the past two decades, and reached a low point with the fifth and latest summary published in 2014, according to a study published in Nature Climate Change.

The study used the Flesch Reading Ease test, which assumes that texts with longer sentences and more complex words are harder to read. Reports from the IPCC’s Working Group III, which focuses on what can be done to mitigate climate change by cutting carbon dioxide emissions, received the lowest marks for readability.

Confusion created by the writing style of the summaries could hamper political progress on tackling greenhouse-gas emissions, thinks Ralf Barkemeyer, who led the analysis and works on sustainable business management at the KEDGE Business School in Bordeaux, France. The readability scores “are not just low but exceptionally low”, he says. (For comparison, Barkemeyer says that the team analysed a few seminal physics papers by Albert Einstein and Stephen Hawking, all of which ranked significantly higher than the IPCC documents on readability.)

C’est comme…

C’est comme si on voulait nous cacher quelque chose…


13 octobre 2015

Les routes à deux vitesses… Coup de gueule Économie Environnement Gauchistan Québec

GouvermanmanAux États-Unis, il a été déterminé que les ménages qui achètent une voiture électrique sont beaucoup plus riches que la moyenne des gens… On parle d’un revenu de 108 624$ contre 51 914$ pour le reste de la population.

Pour ce qui est des véhicules hybrides, on observe la même tendance. Les ménages qui achètent une voiture hybride gagnent en moyenne plus de 100 000$.  De plus, l’âge joue aussi un rôle, ceux qui achètent une voiture hybride avaient en moyenne 50 ans contre 40 ans pour les autres.

Bref, on peut dire sans se tromper que les voitures électriques et hybrides intéressent surtout les boomers qui ont de l’argent.

Pourquoi je vous parle de ça ?

Parce que vendredi dernier, le gouvernement libéral a décidé de gaspiller 420 millions de dollars dans un stupide projet d’électrification des transports !  Ce projet prévoit donner une subvention pouvant aller jusqu’à 8 000$ pour l’achat d’un véhicule électrique/hybride.  De plus, il est aussi prévu que ces  voitures vertes seront exemptées de péages et pourront circuler sur les voies réservées !

Autrement dit, au Québec, les pauvres et la classe moyenne vont payer des taxes et des impôts pour subventionner les riches boomers qui s’achètent une « voiture verte » et pour ajouter l’insulte à la blessure, ces mêmes riches boomers vont profiter de la gratuité et de voies réservées sur les routes du Québec !

La gauche, qui a  toujours eu une crainte maladive de la médecine à deux vitesses ne semble pas se formaliser de la création d’un système routier à deux vitesses…

L’écologie est une chose formidable. Avec le sport professionnel, c’est la seule idéologie sur la planète Terre qui fait en sorte que les pauvres et la classe moyenne sont heureux de payer des taxes et des impôts pour subventionner des gens plus riches qu’eux… Même que souvent les pauvres et la classe moyenne votent pour avoir des programmes verts encore plus généreux !

N.B. Comment l’opposition a-t-elle réagi à ce gaspillage de 420 millions ?  En disant que 420 millions c’est pas assez…  On est foutu…


13 octobre 2015

Malaise Arguing with Idiots Canada Election 2015 En Chiffres Environnement Québec

Eaux Usées

J’ai un malaise…  Un énorme malaise…

Cette semaine, quand Stephen Harper a appris que Montréal devait déverser 8 milliards de litres d’eaux usées dans le St-Laurent, il a décidé d’être un enverdeur.  Pourtant, il a clairement été démontré par les ingénieurs de polytechnique spécialisés en eau potable et par le groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et en environnement aquatique que cette opération ponctuelle, quoique non idéale, était nécessaire, inévitable et surtout sans danger pour la faune, la flore et la santé publique.

Mais nous sommes en campagne électorale et au Québec il est toujours payant pour les politiciens de chier sur Montréal (Harper ne s’est jamais scandalisé des 48 milliards de litres d’eaux usées déversées chaque année par Victoria).

Bref, tout comme Harper, beaucoup de militants conservateurs se sont découvert un côté enverdeur cette semaine.  On pouvait les entendre dire: « Yé tu bon Harper de protéger l’environnement en plantant le gros Coderre ».

Mon malaise dans tout ça ?

Imaginons qu’une ville plus conservatrice et moins méprisée que Montréal ait eu besoin de déverser des eaux usées dans un cours d’eau, Saguenay par exemple. J’imagine facilement les conservateurs dire: « Cette situation n’est pas idéale, mais il faut mettre les émotions de côté et s’arrêter aux faits. L’option privilégiée par Saguenay est la seule qui est réaliste tant sur le plan technique que financier.  De plus, ce déversement ponctuel et exceptionnel ne devrait pas endommager l’environnement ».

Après ce genre de déclaration, les mêmes militants conservateurs qui se sont découvert un côté enverdeur cette semaine auraient applaudi le pragmatisme et le raisonnement rigoureux de Stephen Harper.

Il est là mon malaise.  Je constate, malheureusement, que depuis le début de la campagne électorale de plus en plus de militants conservateurs se comportent comme des péquistes i.e. peu importe ce que dit le chef, le chef a toujours raison. Plus besoin de réfléchir, le parti le fait à notre place.  Une fois qu’on a reçu la ligne de parti, on s’empresse de rependre le gospel sur les réseaux sociaux.  Cette partisanerie primaire m’écœure de plus en plus.

P.-S. 1: Quelqu’un pourrait dire aux villageois comme Dominic Maurais, Gilles Parent, Roby Moreault ou Sylvain Bouchard qu’à Québec on envoie de la merde 2 fois plus souvent dans les cours d’eau qu’à Montréal…

De plus, ces mêmes villageois s’inquiètent de la charge bactérienne et des rejets toxiques qu’ils pourraient recevoir lors du déversement. Quelqu’un pourrait aussi leur dire que l’usine d’épuration de Montréal, comme l’écrasante majorité des installations au Québec, ne désinfecte pas les eaux usées et ne retire pas les rejets toxiques.  Bref, les bactéries et la pollution ils la reçoivent déjà (et personne n’en meure).  Si ces villageois s’informaient un peu plus avant de se faire aller la gueule sur Montréal, ils auraient pu facilement apprendre ça.  Pour désinfecter les eaux usées, il faut un système de traitement tertiaire, ils sont rares aux Québec:

Eaux Usées

Ceci dit, Montréal a accordé un contrat de 99 millions de dollars en mars dernier pour installer un ozonateur à son usine d’épuration. Cet équipement permettra d’éliminer les produits pharmaceutiques et les bactéries dees eaux usées que Montréal rejette au fleuve.

P.-S. 2: En passant, j’espère que les militants qui ont défendu la décision des conservateurs dans ce dossier ont donné des arguments à ceux qui s’opposent aux pipelines et aux pétroliers.

Sources:
Polytechnique Montréal
Position d’experts de Polytechnique Montréal sur les déversements planifiés d’eaux usées de l’intercepteur sud-est à la Ville de Montréal

GRIL
Le Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et en environnement aquatique (GRIL) réagit au « déversement de la Ville de Montréal »

Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
Évaluation de performance des ouvrages municipaux d’assainissement des eaux pour l’année 2013

Environnement Canada
Rapport de 2011 sur l’utilisation de l’eau par les municipalités – Utilisation de l’eau par les municipalités


8 octobre 2015

La vieille économie, une espèce (heureusement) menacée ! Économie Environnement International Revue de presse

The Irish Times

How synthetic milk may put cows out of business
The Irish Times

Amid all the post-milk quota hoopla, there is one firm whose production ambition would barely stretch to a bowl of cornflakes.

US start-up Muufri may be sitting on the biggest dairy market disruptor in decades, however – milk, but without the cow or the carbon footprint. The company has worked out a relatively cost-effective way of synthesising milk in the lab.

The process uses bioengineered yeast to produce real milk protein. This is done by adding cow DNA to yeast cells, which are then combined in vats with fatty acids and water to produce milk.

The product is no milk substitute either; it is said to taste exactly like the real thing. The ingredients can also be tweaked to be lower in cholesterol or lactose-free, a significant marketing potential in today’s fat-conscious marketplace.

Muufri, which recently availed of an accelerator programme for start-ups in Cork, is currently perfecting a final prototype, with a plan to go to market in 2017. When it hits the shelves, the product is expected to cost twice the price of normal milk. Its milk is just one of a string of synthetic or value-added dairy products being developed for the global market. Population growth; rising disposable income; more women in the workforce; urbanisation; the adoption of Western dietary habits are all fuelling strong demand for dairy across Asia, Africa and the Middle East.

Rabobank predicts global demand will eclipse supply by 25 billion litres by 2020 – a trade gap that exporting countries, like Ireland, will be keen to exploit.

Quotas de taxis, quotas de musique francophone à la radio, quotas de lait… L’évolution technologique est en train de venir à bout de cette veille économie sclérosée !


7 octobre 2015

La recyclage, une religion Économie Environnement Revue de presse

The New York Times

The Reign of Recycling
The New York Times

Then why do so many public officials keep vowing to do more of it? Special-interest politics is one reason — pressure from green groups — but it’s also because recycling intuitively appeals to many voters: It makes people feel virtuous, especially affluent people who feel guilty about their enormous environmental footprint. It is less an ethical activity than a religious ritual, like the ones performed by Catholics to obtain indulgences for their sins.

Religious rituals don’t need any practical justification for the believers who perform them voluntarily. But many recyclers want more than just the freedom to practice their religion. They want to make these rituals mandatory for everyone else, too, with stiff fines for sinners who don’t sort properly. Seattle has become so aggressive that the city is being sued by residents who maintain that the inspectors rooting through their trash are violating their constitutional right to privacy.

It would take legions of garbage police to enforce a zero-waste society, but true believers insist that’s the future. When Mayor de Blasio promised to eliminate garbage in New York, he said it was “ludicrous” and “outdated” to keep sending garbage to landfills. Recycling, he declared, was the only way for New York to become “a truly sustainable city.”

But cities have been burying garbage for thousands of years, and it’s still the easiest and cheapest solution for trash. The recycling movement is floundering, and its survival depends on continual subsidies, sermons and policing. How can you build a sustainable city with a strategy that can’t even sustain itself?

Le recyclage est une religion et moi je suis fier de dire que je suis laïque. J’ajoute aussi que le politicien qui va me forcer à faire du compostage n’est pas encore né…

P.-S. Je vous invite à lire le texte complet, il est bourré d’informations qui montrent à quel point le recyclage c’est de l’arnaque. C’est publié dans le New York Times, jamais on ne pourrait lire une telle chose dans un média québécois.


30 septembre 2015

Réfugiés imaginaires Environnement International Revue de presse

The Daily Telegraph

New Zealand deports would-be first ever ‘climate change refugee’
The Daily Telegraph

Ioane Teitiota argued for four years he should stay in New Zealand because of rising seas that threaten to deluge Kiribati, making it unsafe for him and his family

New Zealand has deported a Pacific islander who launched a failed bid to become the world’s first climate change refugee, the man’s supporters said Thursday.

Ioane Teitiota was sent to Kiribati on Wednesday after exhausting all avenues of appeal in his four-year battle to stay in New Zealand. Mr Teitiota, 39, had argued that he should not be sent back to Kiribati as rising seas threaten to deluge the island nation of 100,000 people, making it unsafe for him and his family. His pastor, Reverend Iosefa Suamalie, confirmed Mr Teitiota’s departure after the expatriate Kiribati community’s last-minute pleas were turned down.

Rev Suamalie said the future was uncertain for Mr Teitiota’s wife and three New Zealand-born children, who are expected to follow him to Kiribati next week.

John Key, the prime minister, this week said Teitiota’s argument lacked credibility and he had to abide by New Zealand’s laws.

« I’m sure people feel for the guy… (but) in my eyes, he’s not a refugee, he’s an overstayer, » he said.

Dans le débat francophone, il paraît que la Dussault a dit qu’il y avait des milliers de réfugiés climatiques…


24 septembre 2015

Encore une erreur des réchauffistes Environnement Revue de presse

USA Today

The quiet Atlantic hurricane season could be the norm for years to come
USA Today

Quiet Atlantic hurricane seasons such as this year may become more commonplace, a new study says.

The study in the British journal Nature Geoscience said the Atlantic could be ending a 20-year stretch of unusually active hurricane seasons that began in 1995. This included 2004 and 2005, when Katrina battered the Gulf Coast.

Klotzbach, lead author of the study that came out Monday, said a natural cycle may be responsible for patterns of active or quiet hurricane seasons, and the Atlantic is now entering an off cycle. The cycles often last 25-35 years, he said, and go back and forth between salty, warm ocean water and less salty, cooler ocean water.

Warmer, saltier water helps spur hurricanes, while chillier, less salty water brings fewer and weaker storms, Klotzbach said. Weather scientists call it the thermohaline circulation (« thermo » means temperature and « haline » means salty).

Klotzbach said the U.S. could be entering a new, quieter period, similar to the one that lasted from 1970 to 1994. But he said it is too soon to know for certain that one has begun.

Bref, c’est tout le contraire de ce que la bande à Al Gore à dit (et qui leur a valu un prix Nobel). On nous disait pourtant que le débat était clos et que la science était définitive…


23 septembre 2015

Progressiste Économie Environnement Europe Revue de presse

The Daily Telegraph

First driverless pods to travel public roads arrive in the Netherlands
The Daily Telegraph

The first self-driving electric shuttle for use on public roads has been delivered to the Netherlands. The « WEpod » will take passengers between the two towns of Wageningen and Ede in the province of Gelderland from November.

Autonomous public transportation does exist in other parts of the world, such as the ParkShuttle bus in Rotterdam, the Heathrow Pod in London and the LUTZ Pathfinder in Milton Keynes, which run on special single trajectory lanes, or in pedestrianised areas. The WEpods in Gelderland will drive on regular roads amongst public traffic.

The WEpod team intend to equip the vehicle with additional technical equipment such as cameras, radar, laser and GPS to track the environment the vehicle will travel in. According to Joris Ijsselmuiden, a researcher at Wageningen University which is testing the pods, the vehicles will also be equipped with multiple cameras. The cameras are used to map landmarks, which is used as an alternative navigation tool when GPS accuracy is masked by road obstacles like trees.

The WEpod can be booked using an app which will allow passengers to reserve a seat and specify their starting points and their destinations. Vehicles are expected to select their itineraries independently.

The vehicles will initially ride on a fixed route, but it is expected to expand to more routes and other regions in the Netherlands from May 2016 onwards.

Pendant qu’ailleurs on est en train d’inventer une nouvelle forme de transport, ici un veut interdire Uber et on défend des technologies archaïques de transport en commun…


17 septembre 2015

Vieilleries marxistes coloriées en vert Canada Coup de gueule Économie Election 2015 En Chiffres Environnement Gauchistan

Plus tôt cette semaine, la bonne gauche a publié un manifeste dégoulinant dont elle a le secret, le manifeste un « grand bond vers l’avant »…  Un clin d’oeil au « grand Bond en avant » de Mao, qui a fait 30 et 55 millions de morts ?

Je vous épargne les détails, du manifeste, un y parle de nationaliser l’économie, de taxer les riches et de stopper l’exploitation des ressources naturelles. Bref, ce manifeste est constitué de vieilleries marxistes coloriées en vert…

Je me suis plutôt intéressé aux signataires de ce manifeste, ils sont une centaine, qui proposent de créer un nouveau modèle économique pour ensuite l’imposer à la population… Rien de très exhaustif, une simple classification à partir d’une recherche rapide sur Google. Le résultat est très drôle:

Gogauche

Qui voudrait construire un nouveau modèle économique avec ce monde là ! Voudriez-vous refaire le monde avec un groupe qui ne compte que 1,7% de gens d’affaires ?  Poser la question c’est y répondre.