Antagoniste


25 novembre 2014

Le sentiment de supériorité Canada En Vidéos Environnement Québec

Au Québec, les défenseurs du modèle aiment bien se donner un air de supériorité, notamment avec l’Alberta. Par exemple, on aime bien dire que le Québec, contrairement à l’Alberta, a fait le choix de l’énergie propre avec son hydro-électricité…

Voici maintenant ce qu’il faut savoir et ce que les défenseurs du modèle ne disent jamais.

Pour le moment, l’exploitation des sables bitumineux en Alberta a nécessité le déboisement de moins de 1 000 km2 de forêt.  Pour exploiter la totalité des sables bitumineux en Alberta, on estime qu’il faudrait couper 4 800 km2 de forêt. À titre indicatif, à lui seul, le projet hydro-électrique de la Baie Jame a entraîné la destruction de 9 715 km2 de forêt !

Pour ceux qui pensent que les barrages restent quand même un moindre mal puisqu’une fois construits, contrairement aux sites d’exploitation des sables bitumineux, ils sont « propres », il faut savoir que la décomposition de la matière végétale dans les réservoirs entraîne une importante contamination au mercure de la faune locale.  Encore aujourd’hui, on recommande de ne pas consommer des poissons de la Baie James plus d’une fois par semaine.

De plus, il est impossible de restaurer les zones affectées par les barrages, une fois le lac artificiel créé, il sera là tant et aussi longtemps que le barrage existera.  Pour les sables bitumineux, c’est tout le contraire. Une fois le pétrole extrait, il est possible de replanter une forêt, vidéo à voir absolument:

Et que penser des gaz à effet de serre ?

Selon les calculs d’Andrew Weaver, un climatologue spécialisé dans la modélisation du climat qui collabore avec le GIEC, si demain matin on extrayait et consommait les 170 milliards de barils de pétrole commercialement disponibles dans les réserves de sable bitumineux de l’Alberta, la température augmentait de 0,03°C. À titre indicatif, selon cette étude, l’utilisation de la totalité des réserves de charbon pourrait faire augmenter la température de 14,8°C. Andrew Weaver conclu donc que l’exploitation des sables bitumineux aura un impact négligeable sur réchauffement climatique.

Cet air de supériorité que se donnent les défenseurs du modèle par rapport à l’Alberta sert surtout à cacher le bilan économique médiocre du Québec. Les péquistes, et la gauche en général, haïssent le pétrole, car ce liquide symbolise la réussite de l’Alberta là où le Québec a lamentablement échoué. L’Alberta a confié le développement de son secteur énergétique (pétrole) au secteur privé tout en misant sur un petit gouvernement. Le Québec a nationalisé son secteur énergétique (électricité) tout en misant sur un gros gouvernement. Le Québec est devenu une terre de pauvreté et l’Alberta une terre d’abondance… Pour les péquistes, le pétrole albertain transitant par le Québec, c’est l’équivalent de frotter du gros sel dans la plaie ouverte qu’est devenue le modèle québécois…


24 novembre 2014

Changement climatique: l’Allemagne quitte ne navire Économie Environnement Europe Revue de presse

Der Spiegel

-

Germany to Abandon Strict ‘2020’ Climate Change Targets
Der Spiegel

Germany’s Vice Chancellor, Sigmar Gabriel, has indicated that the country will abandon its commitment to reducing CO2 emissions by 40 percent by 2020, from a 1990 base level. In doing so he has won the ongoing clash with his own environmental minister Barbara Hendricks over energy policy, telling her that he will tolerate no further resistance to the change of direction, according to Der Speigel.

The target has been in doubt for some time, not least because Gabriel, a former environment minister himself and current minister for economic affairs and energy, is known to be supportive of the coal industry. According to the Environment Ministry, Germany would have to find a way of cutting emissions by between 62 and 100 million tonnes of CO2 every year for the next sixteen years in order to reach the target. Shutting down coal power stations would only contribute 40 million tonnes to that target.

« It’s clear that the target is no longer viable, » Gabriel said, adding: « We cannot exit from coal power overnight. » Earlier this year Gabriel told Spiegel: « It is an illusion to believe that Germany could simultaneously move away from both nuclear and coal energy ».

Il n’y a pas que Stephen Harper qui pense que la lutte aux supposés changements climatiques n’est rien d’autre qu’un projet pour ruiner l’économie des pays occidentaux.


19 novembre 2014

L’argent et les relations publiques Coup de gueule Économie Environnement Gauchistan Québec

Al Gore

Depuis plus d’un an, Équiterre travaille activement à bloquer la construction du pipeline Énergie Est de TransCanada, de même que la construction d’un port pétrolier à Cacouna. Ce battage médiatique n’est pas gratuit, il est donc intéressant de savoir qui participe au financement d’Équiterre pour tenter de paralyser le développement économique du Bas-St-Laurent, une région qui doit composer avec un taux d’emploi de 48,5% (contre 61,6% pour le Canada).

Voici la liste des organismes publics qui ont financé/commandité les activités d’Équiterre, selon leur dernier rapport annuel

  • Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, Direction de santé publique de Montréal
  • Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec
  • Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport
  • Ministère des Ressources naturelles
  • Ministère des Transports du Québec
  • Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs
  • Secrétariat à l’action communautaire autonome et aux initiatives sociales
  • Société d’habitation du Québec
  • Ministère des Ressources humaines et Développement des compétences
  • Office nationale de l’énergie
  • Agence métropolitaine de transport
  • Conférence régionale des élus de l’agglomération de Longueuil
  • Conférence régionale des élus de la Montérégie Est
  • Conférence régionale des élus de Laval
  • Conférence régionale des élus Vallée-du-Haut-Saint-Laurent
  • Conférence régionale des élus de Laval
  • Société de transport de Montréal
  • Ville de Laval
  • Ville de Longueuil
  • Ville de Montréal
  • Ville de Québec
  • Hydro-Québec
  • Ivanhoé Cambridge
  • Regroupement national des Conseils régionaux de l’environnement
  • Société des alcools du Québec
  • Société des établissements de plein air du Québec

En tout et partout, Équiterre reçoit 1 541 469$ des différents paliers de gouvernements, ce qui correspond à 36% de son financement.  La masse salariale d’Équiterre est de 1 797 545$ pour 23 employés à temps plein et 35 employés à temps partiel.  À ceci, il faut ajouter 344 238$ en honoraires de professionnels ou de consultants.

Selon vous, quelle serait la réaction du public si un gouvernement ou organisme public avait commandité ou financé les activités de relations publiques d’une pétrolière ? Probablement que cette histoire aurait fait un gros scandale… Pourtant, quand c’est pour un groupuscule écologiste, tout passe comme du beurre dans une poêle chaude.

Vous avouerez qu’il est particulier de voir des gouvernements et organismes publics utiliser l’argent des contribuables pour aider un groupuscule écologiste qui entrave le développement économique d’une région avec un taux d’emploi qui n’est que de  48,5%. C’est comme si on utilisait l’argent des contribuables, y compris ceux du Bas-St-Laurent, pour subventionner la création de chômeurs dans le Bas-St-Laurent. Il est également ridicule de voir des villes comme Montréal, Longueuil Laval ou Québec verser leurs deniers publics à un organisme qui va nuire aux intérêts économiques de petits villages dans le Bas-St-Laurent…

En passant, pourquoi Équiterre a été très discret sur le projet de cimenterie ? Ce projet est pourtant plus polluant et coûteux pour les contribuables que le pipeline de TransCanada?


19 novembre 2014

Obama ne fait plus partie de l’équation Économie Environnement États-Unis Hétu Watch Revue de presse

Bloomberg BusinessWeek

-

Poll: Americans Want GOP Congress, Not Obama, to Set National Agenda
Bloomberg BusinessWeek

Times have changed. A new Gallup poll finds that a large majority of Americans would like the Republican-controlled Congress, rather than President Obama, to set the direction for the country in the coming year, a marked change from 2012, when a slim majority said they preferred for Obama to guide the agenda.

« Who do you want to have more influence over the direction the nation takes in the next year—Barack Obama or the Republicans in Congress? » Gallup asked 828 U.S. adults.

Fifty-three percent of those surveyed said they wanted Republicans in Congress to have the greater influence, 36 percent said Obama, and 8 percent, well, didn’t seem to care, answering « same/neither. » In 2012, by contrast, 46 percent of Americans said they wanted Obama to have more influence.

Lorsque les nouveaux sénateurs républicains, élus le 4 novembre dernier, seront assermentés le 20 janvier 2015 et que le sénat deviendra enfin républicain, j’espère que le président Obama en prendra bonne note, spécialement quand le vote pour le pipeline Keystone gagné par le nouveau parti au pouvoir.


11 novembre 2014

Réchauffement climatique, tout et son contraire Coup de gueule Environnement International

Le 3 février 2014, un groupe d’éminents climatologues s’est réuni à Québec pour nous dire que l’hiver était menacé par le réchauffement climatique:

Global Warming

-

Nos hivers rigoureux sont mis à mal par les changements climatiques. Et le hockey classique joué sur une patinoire extérieure s’avère l’occasion par excellence pour le rappeler, selon d’anciens joueurs de la LNH, des artistes et des écologistes. En danger, le hockey sur glace? Oui, selon la Fondation David Suzuki. Nos hivers sont plus chauds, plus courts. Les variations extrêmes plus fréquentes endommagent les glaces. D’ici la fin du siècle, des patinoires extérieures seront impossibles à maintenir dans plusieurs régions du Québec, selon la Fondation.

Le 27 octobre 2014, des chercheurs japonais ont affirmé que les hivers allaient devenir plus rigoureux à cause du réchauffement climatique:

Climate sceptics often claim that recent icy winters show that global warming is not happening. New research suggests the opposite is true. Research at Tokyo University and Japan’s national Institute of Polar Research – published in the current issue of the journal Nature Geoscience – has linked the cold winters with the “rapid decline of Arctic sea ice”, caused by warming, over the past decade.

-

Global Warming

Donc, l’hiver quand il fait chaud c’est la faute du réchauffement climatique, mais quand il fait froid c’est aussi la faute du réchauffement climatique…

À lire aussi:


10 novembre 2014

Acheter une élection Environnement États-Unis Hétu Watch Revue de presse

Los Angeles Times

-

Tom Steyer gets little payoff for millions spent on green issues
Los Angeles Times

Environmentalists had something in their arsenal for Tuesday’s election they never did before: a billionaire benefactor willing to empty his pockets of tens of millions of dollars to bring climate change to the forefront of political debate and elect candidates committed to fighting global warming.

But California hedge fund titan Tom Steyer’s $74-million bet — most of it from his own wallet — yielded little payoff. On Tuesday, voters elected the most hostile Congress environmentalists have faced in years.

The Republicans who won control are already making plans to roll back President Obama’s signature emission reduction efforts, green-light the controversial Keystone XL pipeline that would transport Canadian tar sands oil to the U.S. Gulf Coast, and cancel subsidies for renewable energy.

Even Steyer’s strategists acknowledge that climate change is not a top-tier issue now. The question is whether it ever will be. Advocates such as Freed say the push seems to be futile, and well-funded green political groups should shift their strategy to more narrowly focused efforts with bipartisan appeal. They might start, he said, by being more open to such GOP-favored options as nuclear energy.

Avez-vous remarqué que lorsqu’il est question d’argent en politique américaine, nos bons médias font immédiatement référence au parti républicain, surtout aux méchants frères Koch

Pourtant, lors des dernières élections de mi-mandat aux États-Unis, ce sont les réchauffistes qui ont dépensé des dizaines de millions pour changer le cours de l’élection. Notez que tous ces millions ont été complètement inutiles puisque les candidats réchauffistes ont mordu la poussière presque partout. Voilà qui confirme ce que j’ai toujours dit, l’argent à lui seul ne fera jamais gagner une élection.

Terminons en disant qu’il est rassurant que les écolos aient été tassés du pouvoir lors de la dernière élection, une excellente nouvelle pour l’économie canadienne.


5 novembre 2014

L’éternel dernier de classe Économie Environnement États-Unis Revue de presse

The Globe And Mail

-

Marathon’s pipeline reversal would reduce need for Keystone XL
The Globe And Mail

Marathon Petroleum Corp. is considering a potential reversal of a major U.S. pipeline that could dramatically boost exports of Alberta’s heavy oil to the Louisiana Gulf Coast, as the energy industry moves beyond the long-delayed Keystone XL pipeline project.

Marathon, BP PLC and Plains All American LP are assessing “potential commercial opportunities” for their Capline pipeline system from Louisiana to the U.S. Midwest that could see the line repurposed to ship fast-growing production from North Dakota’s shale patch and the Alberta oil sands to the eastern Gulf Coast region..

It’s the latest sign that market players are moving past TransCanada Corp.’s $10-billion (U.S.) Keystone XL project, which has been sidelined for years by environmental opposition and U.S. politics.

A reversed Capline would open a significant new route for Canadian oil to the key Gulf Coast processing hub, experts say, adding as much as 1.2-million barrels a day (b/d) of new transport capacity to a market already buoyed by increased crude-by-rail shipments and major additions along established pipeline corridors. Capline currently ships crude north about 1,020 kilometres from St. James, La., to Patoka, Ill. Keystone XL, by contrast, plans to ship 830,000 bpd.

The expanded export routes have contributed to reduced discounts for Western Canada select (WCS) heavy oil, analysts say, helping to offset the steep decline in world and U.S. crude prices to two-year lows.

Le projet de construction de pipeline au Québec par TransCanada est uniquement sur la table parce que le pipeline Keystone XL n’a pas encore été construit.

J’ai l’impression que TransCanada va faire comme d’autres avant eux et quitter le Québec tout simplement parce que dans cette province de débile, il est impossible de faire du développement économique; le pétrole de l’Alberta va tout simplement se trouver un autre chemin.

En quittant le Québec, ce sont des milliards de dollars et des milliers d’emplois qui ne seront pas créés par TransCanada. Et pendant ce temps, un politicien qui nous a déjà été vendu comme étant un brillant homme d’affaires s’imagine que l’on peut gérer le St-Laurent comme le canal de Panama


4 novembre 2014

Histoire de peur Économie Environnement Revue de presse

The Daily Telegraph

-

Lloyd’s of London profits jump despite airline disaster payouts
The Daily Telegraph

The Lloyd’s of London insurance market has posted a leap in profits despite warning of a sudden escalation in airline disaster costs.

During one of the quietest periods in its history for natural catastrophes, a string of airline tragedies including the downing of flight MH17 in Ukraine is expected to make this year the most expensive for aviation insurers since the 9/11 attacks in 2001, Lloyds said.

Losses in the aviation segment are estimated at $600m in the first six months of the year, according to Lloyd’s. However, thanks to a dearth of large natural disasters/span>, total claims were down 12% and pre-tax profit rose 21pc to £1.67bn during the period, Lloyd’s said.

“It’s been a relatively benign period for natural catastrophes so we have a lot of capital stored up coming into the US storm season,” Nelson said.

Après Warren Buffett, c’est au tour de la Lloyd’s de dire que les catastrophes naturelles n’ont pas affecté les profits des compagnies d’assurance. Pourtant, tous les réchauffistes nous annoncent la fin du monde depuis plusieurs années… Une autre de leur prédiction qui ne s’est pas matérialisée…


30 octobre 2014

La démagogie verte Économie En Images Environnement Europe Québec

Dimanche dernier a eu lieu à Sorel-Tracy une manifestation pour dénoncer le passage de « superpétroliers » sur le fleuve. Comme c’est souvent le cas quand les écolos se rassemblent en troupeau, ce fut un festival de la démagogie…

Premièrement, ce que les médias d’ici appellent des « superpétroliers » sont en réalité de petits « aframax », des bateaux qui font 245 mètres de long par 44 mètres de large.  Les vrais superpétroliers, nommés « Ultra Large Crude oil Carriers » (ULCC) font plus de 415 mètres de long par plus de 68 mètres de large. Bref, contrairement à ce que racontent les médias et les écolos, il n’y a pas de « superpétroliers » sur le fleuve.

Superpétrolier

Ensuite, les écolos ont voulu nous faire croire que le Québec risquait de connaître un désastre écologique, car de 20 à 30 « aframax » pourraient sillonner le St-Laurent tous les ans.  Imaginer, les gens de Greenpeace étaient tellement hystériques durant le dernier week-end qu’on a été jusqu’à dire que les 6 pétroliers qui circulaient sur le St-Laurent (tous plus petits que les « aframax ») causaient un embouteillage pétrolier sur le fleuve…

Six pétroliers font un embouteillage ?  Vraiment ?

Laissez-moi vous parler du port de Rotterdam aux Pays-Bas.  Cette infrastructure construite sur le Rhin couvre une superficie équivalente à près de 20 000 terrains de football et fait partie intégrante d’une ville qui compte plus de 1 million d’habitants.  Le port de Rotterdam est un monument au génie humain, si vous avez quelques minutes prenez le temps de faire quelques recherche sur Google, le gigantisme de ce port est tout simplement spectaculaire.

Superpétrolier

Superpétrolier

Superpétrolier

Combien de pétroliers accostent au port de Rotterdam tous les ans ?

  • 1 366 « coastal »
  • 739 « aframax »
  • 258 « suezmax »
  • 126 « VLCC »
  • 3 « ULCC »

Donc, c’est 1 126 pétroliers qui sont au moins de dimension « aframax » qui sillonnent les eaux bordant la ville de Rotterdam. Pourtant, aucune marée noire, aucun décès, aucun xénocide…  Le port de Rotterdam voit plus de pétroliers « afamax » en 2 semaines qu’il y en aura sur le St-Laurent en 1 an ! Et on voudrait nous faire croire que 20 à 30 « aframax » sur le fleuve St-Laurent représentent quelques chose d’extraordinairement dangereux ?

Les médias, les artistes et les écolos, de vrais pros de la démago !


30 octobre 2014

La province imaginaire Canada Économie En Chiffres Environnement Québec

On doit favoriser les économies vertes, comme celle du Québec, et mettre un frein à la croissance des économies sales, comme celle de l’Alberta. C’est une idée, largement répandue chez la gauche anti-albertaine qui a en sainte horreur le pétrole de l’Ouest canadien, un liquide qui symbolise la réussite de l’Alberta là où le Québec a lamentablement échoué…

Mais le Québec peut-il être un donneur de leçon, notre économie est-elle réellement plus verte, peut-on regarder de haut les Albertains et leur pétrole ?

Voici quelles sont les économies au Canada qui utilise le moins de produits pétroliers raffinés pour faire rouler son économie:

Économie Verte
1 terajoule représente l’équivalent de 163 barils de pétrole

Le Québec s’en tire plutôt bien, nous sommes devancés par l’Ontario et la Colombie-Britannique, nous sommes aussi légèrement au-dessus de la moyenne canadienne, mais c’est tout de même bon pour une 3e position. Par contre, on peut dire exactement la même chose sur l’Alberta !  Eh oui, cette province tant haïe par la bonne gauche québécoise fait aussi bien que nous en ce qui concerne l’utilisation de produits pétroliers raffinés.

Bref, le Québec n’est pas en position pour faire la morale à l’Alberta et nous sommes encore moins bien placés pour refuser de donner un coup de main à cette province pour l’aider à exporter son pétrole.  Les écolos qui parlent du Québec comme d’un el dorado écologique parle d’une province qui existe uniquement dans leur imagination.

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 128-0016 & 384-0037


30 octobre 2014

Quand le vert vire au noir Économie Environnement Europe France Revue de presse

Science & Vie

-

La France risque le black-out électrique dès l’année prochaine
Science & Vie

Deux rapports mettent en garde certains pays européens, dont la France, contre le risque de black-out électrique durant les prochains hivers. Concrètement, si l’hiver 2015-2016 est rude, il n’y aura peut-être pas assez d’électricité pour tout le monde en France (et dans d’autres pays européens).

Les deux rapports, la 16e édition annuelle de l’Observatoire européen des marchés de l’énergie publiée le 27 octobre par la société Capgemini, l’un des leaders mondiaux du conseil, et le Bilan 2014 publié en septembre par le Réseau de transport d’électricité (RTE, filiale d’EDF), parviennent en effet aux mêmes conclusions alarmistes. Notamment, dès l’hiver 2016-2017, en cas de pic de consommation, il pourrait manquer à la France environ 2000 méga-watts (MW), soit l’équivalent de la production de deux réacteurs nucléaires comme ceux de la centrale de Tricastin. Des coupures sont donc à craindre dont l’étendue et la durée dépendraient du manque net d’électricité mais aussi de son effet déstabilisateur sur l’ensemble de réseaux électriques interconnectés.

Mais peut-être les facteurs les plus importants du manque à venir sont la crise économique et, paradoxalement, l’exigence européenne de monter la part des énergies renouvelables à 20 % dans la production d’électricité en 2020 (et 27% en 2030).

Montrez-moi un politicien qui soutient les énergies vertes et je vais montrer un politicien qui ne sait pas compter…


29 octobre 2014

Les cabochons Coup de gueule Économie En Images Environnement Gauchistan Québec

Pancarte (faite de pétrole) aperçue dimanche dernier dans une manifestation à Sorel-Tracy visant à dénoncer le transport du pétrole…

Sauteux de douche

On pourrait en dire long sur cette pancarte…

Je me limiterai à dire ceci…

Les cabochons qui brandissent fièrement cette pancarte (et leur stupidité) sont-ils en train de nous dire que nous devrions prendre les armes et combattre les compagnies pétrolières de la même manière que nous avons combattu le nazisme il y a 75 ans ?

Le Québec, une terre de Caïn où les gens aiment la misère et la pauvreté.


27 octobre 2014

Sans danger Économie Environnement États-Unis

Science News

-

No water contamination found in Ohio’s fracking epicenter
The Economist

Fracking in Carroll County, the heart of Ohio’s natural gas boom, hasn’t contaminated groundwater, new research shows. The study is the first in the country to evaluate drinking water quality before and after the local onset of hydraulic fracturing, better known as fracking.

Some residential water wells did contain high levels of methane, which is the core component of natural gas. But researchers reported October 19 at the Geological Society of America’s annual meeting that the contamination came from natural biological sources such as soil bacteria, not leaky gas wells.

Partout en Amérique on exploitent le gaz de schiste sans danger, sauf au Québec. Ici nous avons décidé d’être pauvre.

M’enfin, dans le p’tit Québec on trouve aussi des gens croient que les compteurs intelligents d’Hydro-Québec sont dangereux


22 octobre 2014

La pétrophobie Coup de gueule Économie En Chiffres Environnement Québec

Quelle est l’importance des déversements de pétrole causés par les pipelines au Canada ?

Pour bien comprendre, faisons une analogie. En termes relatifs, la quantité de pétrole déversée par les pipelines au Canada par rapport à la quantité de pétrole transportée représente l’équivalent de 1/20 de cuillère à thé que vous échapperiez sur le sol lors d’un plein de 50 litres à la station-service.  Les pétrophobes du PQ grimpent dans les rideaux pour bien peu…

Mais pour voir à quel point la pétrophobie du PQ est devenue maladive, comparons le projet de cimenterie de Port-Daniel à celui de la construction d’un pipeline traversant le Québec jusqu’à Cacouna. Rappelons que le PQ était favorable à la cimenterie alors qu’il s’oppose farouchement au pipeline.

Pétrophobe
Sources: ici, ici, ici & ici

La cimenterie de Port-Daniel va créer moins d’emplois, générer moins de retombées, émettre plus de gaz à effet de serre et exigera une plus grande contribution financière du gouvernement que le pipeline Énergie Est.  À ceci, ajouter que la cimenterie n’est pas encore construite que déjà elle tombe en ruine… Pourtant, le PQ est favorable à la cimenterie et ne veut rien savoir du pipeline. Dans le cas du PQ, on peut vraiment parler de pétrophobie…

En fait, je soupçonne les péquistes, et la gauche en général, de haïr le pétrole, car ce liquide symbolise la réussite de l’Alberta là où le Québec a lamentablement échoué.  L’Alberta a confié le développement de son secteur énergétique (pétrole) au secteur privé tout en misant sur un petit gouvernement. Le Québec a nationalisé son secteur énergétique (électricité) tout en misant sur un gros gouvernement.  Le Québec est devenu une terre de pauvreté et l’Alberta une terre d’abondance… Pour les péquistes, le pétrole albertain transitant par le Québec, c’est l’équivalent de frotter du gros sel dans la plaie ouverte qu’est devenue le modèle québécois…


20 octobre 2014

Le gros bon sens Canada Économie Environnement Revue de presse

Edmonton Journal

-

New Brunswick premier heading to Alberta to discuss Energy East Pipeline
Edmonton Journal

New Brunswick Premier Brian Gallant is scheduled to head to Alberta next week to discuss the proposed Energy East Pipeline project with Alberta Premier Jim Prentice. Gallant will spend four days in Alberta, where he will also meet senior TransCanada officials in Calgary.

He says he also wants to meet with Alberta business leaders to show his commitment to the $12-billion development and help secure opportunities for New Brunswick.

Former premiers David Alward and Alison Redford made similar trips to each other’s provinces when they were in office in support of the project.

If it proceeds, the Energy East Pipeline would ship oil from Alberta to refineries in Quebec, with a pipeline extension to be built to a refinery and export terminal in Saint John, N.B. TransCanada is expected to file a formal proposal with the national energy regulator within weeks.

À cause de la couverture médiatique un peu débile au Québec au sujet de la construction du pipeline Énergie Est, on en vient presque à croire que ce pipeline traversera uniquement notre province.

Il est bon de se rappeler que ce projet va s’étendre sur l’Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba, l’Ontario, le Québec et le Nouveau-Brunswick. Étrangement, le mouvement de contestation semble surtout se concentrer au Québec. Ailleurs au Canada, les gens sont capables de mettre leurs émotions de côté et d’avoir des discussions rationnelles sur les pipelines. À beaucoup d’endroits, comme au Nouveau-Brunswick on est même favorable au projet !

Il faudra que le Québec devienne une province mature un jour ou l’autre et qu’on arrête de faire un drame à propos de la moindre peccadille (genre un pipeline).