Antagoniste


3 septembre 2015

Le mirage Tesla Coup de gueule Économie En Chiffres Environnement

La Tesla, cette voiture merveilleuse qui fonctionne en utilisant le carburant produit par des arc-en-ciels…

Tesla

M’enfin, j’imagine que quand t’as les moyens d’acheter une Tesla, t’as les moyens d’être toujours au garage…

Source:
TrueDelta
Car reliability by brand


3 septembre 2015

Légende urbaine réchauffiste Environnement International Revue de presse

Irish Examiner

Conflicts over water leading to war ‘a myth’
Le Figaro

The doom and gloom predictions of increasing battles around the world over water are a myth, with only a handful of disagreements over shared waters leading to armed conflict, an expert said.

Competition over water has often been cited as having a potential for turning into conflicts between countries fighting to secure the limited resource.

While water is fundamental to development and national security and can contribute to hostile situations, “very few” disagreements have led to conflict, said Therese Sjomander Magnusson of the Stockholm International Water Institute (SIWI).

“It is a myth that water leads to war,” Sjomander Magnusson, SIWI’s director of transboundary water management, said on the sidelines of a global water conference in Stockholm.

She said that over the last 50 years, there have been more than 1,800 interactions on transboundary basins, including both conflict and cooperation. “Only seven disputes have involved violence,” she said. “During the same time, more than 200 agreements and treaties on transboundary waters have been signed.”

La prochaine fois qu’un bon médias d’ici vous dira que l’eau c’est de l’or et qu’il y aura des guerres pour en avoir, vous pourrez rire un bon coup.


2 septembre 2015

Dangereux les pipelines ? Économie Environnement Québec Revue de presse

Pipeline QuébecBillet qui reprend un excellent commentaire fait par Bernard.

Depuis 2004, au Canada, les fuites de pétrole provenant d’un pipeline ont provoqué seulement 1 évacuation; 250 personnes à Burnaby en 2007 (un déversement de 1 500 barils causé par des travaux routiers).

Toujours au niveau des fuites de pétrole depuis 2004, celles-ci sont responsables d’avoir fait 1 blessé grave (2006), on ne dénombre aucune mortalité.

Seulement, 1,6% des fuites de pétrole ont causé des dommages environnementaux et/ou à la propriété et seulement 0,2% des déversements de pétrole ont affecté un plan d’eau.

En 2014 au Québec, il y a eu 1 573 blessés graves sur les routes du Québec et 336 décès…

Vu autrement : depuis 2004, il y a eu moins de personnes évacuées pour des fuites de pétrole des pipelines dans tout le Canada, qu’il y a eu de décès sur les routes du Québec en 2014.

Malgré les blessés et les décès, on n’a pas interdit la construction de route au Québec, alors pourquoi devrait-on interdire la construction de pipeline, pourtant beaucoup plus sécuritaires que les routes ?

Bureau de la sécurité des transports du Canada
Données sur les événements de pipeline à partir de janvier 2004


27 août 2015

La sécurité des pipelines Canada Économie En Chiffres Environnement

Quand on parle des pipelines, il est facile de faire de la démagogie.  Par exemple, si je vous dis que depuis 10 ans, il y a eu 1 027 accidents & incidents impliquant un pipeline, vous allez sans doute penser que c’est un bilan absolument désastreux; c’est presque 2 accidents & incidents par semaines !

Mais si on met la démagogie de côté et qu’on analyse sérieusement les chiffres, la situation devient soudainement moins effrayante:

Pipeline Canada

L’immense majorité des déversements, 84,7%, déverse une quantité de pétrole ou de gaz inférieure à 1 m³ (1 m³=6,3 barils).  Les déversements majeurs, ceux de plus de 1000 m³, ne représentent que 2,3% des accidents & incidents !

Les médias ont beaucoup parlé de la fuite d’un pipeline qui a rependu ~30 000 barils de pétrole cet été en Alberta,  mais quand on prend connaissance des statistiques, on réalise que ce genre d’événement est trop rare pour justifier une opposition systématique à la construction de pipelines.

Bureau de la sécurité des transports du Canada
Statistiques pipelines


27 août 2015

Une fraude écologique Économie Environnement International Revue de presse

The Guardian

Kyoto protocol’s carbon credit scheme ‘increased emissions by 600m tonnes’
The Guardian

A key carbon offsetting scheme was so open to abuse that three quarters of its allowances lacked environmental integrity, a new report says.

UN officials confirm the findings by the Stockholm Environment Institute that around 600m tonnes of carbon were wrongly emitted as a result, under the UNFCCC’s Joint Implementation (JI) scheme.

An estimated 80% of JI projects were of low environmental quality, according to the paper, parts of which were published on Monday in Nature Climate Change.

“Many of them didn’t observe the requirements of JI on ‘additionality’ as they would probably have happened anyway, and I would even doubt the physical existence of some of these projects,” said Vladyslav Zhezherin, one of the report’s authors. “I would say that many of them were fake.” A senior UN official speaking on condition of anonymity told the Guardian that the new report was “thoroughly researched and probably correct.”

JI had been beset by “significant criminal energy” in Russia and Ukraine, after the EU banned the trading of credits from an industrial gas scam on the Emissions Trading System (ETS) from April 2013, he explained. This led to a flood of what he called “almost completely bogus” credits in 2012.

“It was an outstretched middle finger to the EU saying ‘You’re shutting out our credits, we’re flooding your markets,’ a mix of retaliation and crime,” he said.

Bourse du carbone, énergie verte… Des combines gouvernementales pour permettre à une petite clique de s’enrichir…

J’espère que personne n’est surpris, c’est le genre de chose qui arrive que le gouvernement dispose d’un plat de bonbons valant plusieurs milliards de dollars.


25 août 2015

Une autre erreur des réchauffistes Environnement International Revue de presse

Earth and Space Science

Variability and trends in global drought
Earth and Space Science

Monthly precipitation (P) and potential evapotranspiration (PET) from the CRUTS3.1 data set are used to compute monthly P minus PET (PMPE) for the land areas of the globe. The percent of the global land area with annual sums of PMPE less than zero are used as an index of global drought (%drought) for 1901 through 2009. Results indicate that for the past century %drought has not changed, even though global PET and temperature (T) have increased. Although annual global PET and T have increased, annual global P also has increased and has mitigated the effects of increased PET on %drought.

The objectives of this paper are to answer two basic questions regarding global drought occurrence: (1) are interannual changes in drought occurrence controlled mostly by changes in PET, P, or both equally? and (2) given global warming and associated increases in PET, has the occurrence of drought increased during the past century?

Analysis of the global land area with annual PMPE less than zero for the 1901 through 2009 period indicates that %drought has not changed, even though global T and PET have increased during this period. On a global basis the variability in annual %drought is related to variability in P, and increases in annual global P have mitigated the effects of increases in PET (and T) on %drought.

Pour ceux qui se sont perdus dans le jargon scientifique, cette étude montre que le réchauffement climatique n’a pas été associé à une augmentation du nombre de sécheresses. Bref, la prochaine fois vous dira qu’il y a plus de sécheresses à cause du réchauffement, vous pourrez lui répondre que c’est faux.


17 août 2015

Les extra-terrestre existent ! Arguing with Idiots Coup de gueule Économie Environnement Gauchistan International

Jabba the hutt

Vous l’ignorez peut-être, mais depuis jeudi dernier il n’y a plus d’air, d’eau et de nourriture sur la planète Terre !

Ne riez pas, c’est écrit noir sur blanc dans le très sérieux Devoir« ce jeudi, l’humanité vient d’épuiser la totalité des ressources que la Terre était en mesure de produire en 2015 ».

Mais j’entends quelques petits malins dire que c’est impossible puisqu’ils ne sont toujours pas privés d’air, d’eau et de nourriture dans leur vie quotidienne.  En fait, si l’humanité a encore de l’air, de l’eau et de la nourriture c’est parce que nous avons mis ces ressources sur la dette, c’est écrit dans Le Devoir, c’est un « endettement écologique ».

Mais pour s’endetter, il faut un créditeur i.e. pour s’endetter il faut qu’une tierce personne accepte de nous prêter de l’argent, logique non…  Donc, sachant que la Terre a épuisé ses ressources, nous devons nous rendre à l’évidence: le créditeur qui nous prête l’air, l’eau et la nourriture que nous consommons actuellement doit obligatoirement être… d’origine extra-terrestre !

Merci au Devoir d’avoir, sans le vouloir, révélé l’existence des extra-terrestres…  Reste à savoir si Jabba the hutt va relever son taux directeur le mois prochain…


7 août 2015

Autopsie d’une manipulation Arguing with Idiots Canada Coup de gueule Économie En Chiffres En Vidéos Environnement Gauchistan Québec

Enverdeur

Dans le journal à PKP, voici ce que raconte Camil Bouchard, un ancien député du PQ diplôme en psychologie, à propos du projet Old Harry, un gisement pétrolier dans le golf du St-Laurent:

« Alors que les immigrés climatiques se comptent désormais par dizaines de millions, que les océans s’acidifient à une vitesse folle, que le réchauffement de la Planète, déjà inquiétant, risque de s’emballer au-delà de tout ce qu’on peut imaginer si nous dépassons une augmentation ultime de 2Cº, que les catastrophes naturelles se multiplient dans le monde, le Québec se convertirait à l’exploitation du pétrole et contribuerait à la dégradation de notre environnement? Alors que Barack Obama ose enfin confronter les magnats américains de l’énergie fossile et nous rappelle que nous n’avons qu’une planète, le Québec se rangerait lui du côté des mécréants ? Alors que même le Pape produit une encyclique appelant à la sauvegarde de la Terre, le Québec se convertirait à l’exploitation et à l’exportation du pétrole ? Ne devons-nous pas plutôt choisir d’être du côté de la vie ? […]

Aller vers le pétrole, c’est carrément noircir, brûler cette carte identitaire. »

Si on m’avait demandé d’écrire un discours grandiloquent pour parodier les enverdeurs, j’aurais aimé pouvoir écrire quelque chose d’aussi drôle et ridicule.

Question de s’amuser un peu, analysons chacune des affirmations…

1- « Alors que les immigrés climatiques se comptent désormais par dizaines de millions »

Il n’y a pas de dizaines de millions de réfugiés climatiques, on sait aujourd’hui que cette prédiction de l’ONU était une exagération (ici & ici).  En fait, pas plus tard que le mois dernier, la Nouvelle-Zélande a refusé de décerner le tout premier statut de réfugié climatique de la planète (ici). Bref,  les réfugiés climatiques, ça n’existe pas.

2- « les océans s’acidifient à une vitesse folle »

Non, les océans ne s’acidifient pas à une vitesse folle.  Même que selon la littérature scientifique, cette acidification est remise en question (ici, ici, ici & ici).

3- « le réchauffement de la Planète, déjà inquiétant, risque de s’emballer au-delà de tout ce qu’on peut imaginer si nous dépassons une augmentation ultime de 2Cº »

Non, il n’y a pas d’emballement, on observe plutôt une pause qui n’avait pas été prédite par les modèles scientifiques (ici & ici)…

4- « les catastrophes naturelles se multiplient dans le monde »

On voit plutôt une réduction des catastrophes naturelles dans le monde (ici):

Réchauffement Climatique

Réchauffement Climatique

Réchauffement Climatique

Les émissions de gaz à effets de serre augmentent, mais le nombre de désastres climatiques diminue…

5- « Alors que Barack Obama ose enfin confronter les magnats américains de l’énergie fossile et nous rappelle que nous n’avons qu’une planète, le Québec se rangerait lui du côté des mécréants ? »

Voici comment a évolué la production de pétrole et de gaz aux États-Unis depuis qu’Obama est devenu président (ici & ici):

Obama Pétrole

Sous Obama, la production de pétrole et de gaz à connu un boom sans précédent…

6- « Ne devons-nous pas plutôt choisir d’être du côté de la vie ? »

N’en déplaise à Camil Bouchard, le pétrole c’est la vie (ici & ici) !

À ceci, ajoutons:

  • Chaque année aux États-Unis on estime qu’il faut 14,4 millions de litres d’essence pour transporter le personnel médical.
  • Chaque année aux États-Unis les hôpitaux américains utilisent 3,4 milliards de tonnes de matériel à base de plastique, un produit dérivé du pétrole.
  • On estime que 99% des médicaments consommés aux États-Unis contiennent un produit dérivé du pétrole.

Ce n’est pas un hasard si l’augmentation de l’espérance et de la qualité de vie chez l’homme a été accompagnée par une utilisation plus intensive du pétrole. Certes, il y a des inconvénients à utiliser cette forme d’énergie, mais il est bon de se rappeler que les avantages sont infiniment plus nombreux !

Pour affirmer sans gêne qu’il n’existe aucun aspect positif à l’exploitation du pétrole, il faut être un fondamentaliste environnemental. D’ailleurs, puisque Camil Bouchard considère que le pétrole c’est « le mal » (rien de moins), je l’invite à s’en passer durant une semaine, il pourrait commencer en se débarrassant de son ordinateur; ainsi il pourra contribuer à sauver la planète et nous épargner sa propagande.


28 juillet 2015

Pas de péréquation en Colombie-Britannique Canada Économie Environnement Revue de presse

The Daily Courier

B.C. finance minister heads to Malaysia to discuss Petronas LNG deal
The Daily Courier

British Columbia’s finance minister is travelling to Malaysia to discuss a $36 billion liquefied natural gas project in the province’s northwest.

Michael de Jong will meet with officials over the next six days to discuss the ratification of a project agreement with Pacific Northwest LNG, a consortium led by Malaysia energy giant Petronas.

The province passed legislation this week that allowed it to enter into an agreement with the consortium to build an LNG export terminal near Prince Rupert. The Opposition New Democrats voted against the legislation, which protects Pacific Northwest LNG from targeted tax increases for 25 years.

The project would be the largest private investment in B.C. history, creating 4,500 construction jobs and generating $8.6 billion in taxes and revenues by 2030.

The B.C. government estimates that travel and accommodation for the minister and his chief of staff will cost about $7,900.

« Now that the province has met its obligations, we are an important step closer to the company’s final investment decision and the start of an LNG industry in B.C., » says de Jong in a statement. « We will keep moving forward to make this incredible opportunity a reality so we can build our economic portfolio, and create jobs and opportunities for British Columbians now and in the future. »

Pendant qu’en Colombie-Britannique on annonce des investissements de 36 milliards de dollars de capitaux étrangers (ce qui va créer 4 500 jobs et générer des retombées fiscales de 8,6 milliards de dollars d’ici 2030) pour la construction d’un port méthanier, au Québec on a dit non au gaz de schiste ET au port méthanier…

Et pendant que le Québec s’imagine être plus intelligent que tout le monde, nous recevons de la péréquation alors que la Colombie-Britannique en paye…

P.-S. Quand Labeaume va en Californie pour faire on ne sait trop quoi, ses dépenses de voyages s’élèvent à près de 19 000 dollars. La délégation britanno-colombienne qui se rendra en Malaisie pour officialiser le deal de 36 milliards avec Petronas va coûter 7 900 dollars.


27 juillet 2015

Une autre erreur des réchauffistes Environnement International Revue de presse

The Wall Street Journal

Sea Ice Might Be More Resilient Than Thought
The Wall Street Journal

Arctic sea ice is so sensitive to changing temperatures that a single cool summer briefly reversed the decline in the ice cap around the North Pole, says a new study released Monday.

Using new satellite data, researchers at University College London reported in Nature Geoscience on Monday that the total volume of sea ice in the Northern Hemisphere was well above average in the autumn of 2013, traditionally the end of the annual melt season, after an unusually cool summer when temperatures dropped to levels not seen since the 1990s.

“We now know it can recover by a significant amount if the melting season is cut short,” said the study’s lead author Rachel Tilling, a researcher who studies satellite observations of the Arctic. “The sea ice might be a little more resilient than we thought.”

Miss Tilling and her colleagues used new data from the European Space Agency’s Cryosat-2 radar satellite, launched in 2010. For the first time, they measured changes in the overall volume of seasonal sea ice across the Arctic and Greenland. Until now, researchers have been able to track the extent of ice, but not its thickness.

In 2013, summer temperatures were about 5% cooler than the previous year and the volume of autumn ice jumped 41%, they said.

Les glaces du pôle Nord plus résilientes qu’on le croyait… Voilà qui contraste avec ce que déclaraient des scientifiques canadiens en 2007, ceux-ci avaient annoncé que l’Arctique serait libre de glace en 2015.

On nous disait pourtant que le débat était clos et que la science était définitive…


23 juillet 2015

Le sable bitumineux… américain ! Économie Environnement États-Unis Revue de presse

National Post

Utah set to be home of first oilsands mine project in U.S. by end of 2015
National Post

Despite fierce opposition from American environmental groups, the first commercial oilsands mine in the United States is just months away from starting up after receiving final regulatory approvals from officials in Utah late last week.

“We’ll be in production later in the fall with commercial production before the end of the year,” U.S. Oil Sands Inc. chief executive Cameron Todd said in a phone interview Tuesday. Calgary-based U.S. Oil Sands is working through the summer to complete a 2,000-barrel-per-day oilsands mine in eastern Utah, which would make it the first commercial oilsands mine in the United States when it begins producing later this year.

Todd noted that oilsands deposits have been used in the U.S. in the past, including in the construction of the first roads in Utah, but have never been mined on a commercial scale. The Uinta basin in the northeastern and central southeastern of the state has more than 50 identified oil sands deposits, with an estimated total of 20 to 32 billion barrels of oil in place.

The company is using a solvent derived from citrus in oranges to extract the oil from the oilsands ore, which Todd said, helps eliminate the need for large tailings ponds like those in northern Alberta. If it’s successful, the company may seek to monetize its technology through licensing agreements with oilsands mine operators around Fort McMurray, he said.

At a cost of $60 million, the capital cost of the mine in Utah will be roughly $30,000 per barrel of new capacity and will likely operate at a cost under $30 per barrel. Once U.S. Oil Sands proves that the company’s extraction method can work, Todd said the company could increase the size of the mine by 10,000 bpd and potentially build other oilsands mines on bitumen deposits in the States and around the world.

Une compagnie de Calgary qui va contribuer à la création d’une industrie exploitant les sables bitumineux aux États-Unis en utilisant une technologie qui réduit la pollution et qui permet de produire à 30$ le baril !

Temps dur pour les alter-mondialistes, les technophobes et les enverdeurs !


21 juillet 2015

L’uranium enrichit Canada Économie Environnement Québec

Uranium

La Saskatchewan est l’un des plus gros producteurs d’uranium de la planète.  Dans cette province, on exploite l’uranium depuis plus de 60 ans et cette province compte près d’une dizaine de sites actuellement en exploitation.  Quelques chiffres:

  • En 2012, les producteurs d’uranium ont investi 612 millions de dollars en prospection en Saskatchewan.
  • Les mines d’uranium créent 5 000 emplois directs et 10 000 emplois indirects en Saskatchewan.
  • En Saskatchewan, les industries impliquées dans l’exploitation de l’uranium ont versé 632 millions de dollars en salaire et avantages sociaux.
  • L’impôt sur le revenu versé au nom des employés directs de l’industrie uranifère était 91,2 millions de dollars.
  • Les compagnies uranifères ont versé 172 millions de dollars en taxes et impôts au gouvernement provincial et aux municipalités.
  • La valeur des biens et services achetés par l’industrie uranifère en Saskatchewan s’élève à 1,24 milliard de dollars.

Pourquoi je vous parle de tout ça ?

Parce que la semaine dernière le BAPE a rendu public un rapport qui recommande que le Québec interdise l’exploitation de l’uranium pour faire plaisir à quelques hippies en régions…   Une région existe uniquement pour que l’on puisse exploiter les ressources naturelles; s’il est devenu impossible d’exploiter les ressources naturelles aux Québec, alors qu’on ferme les régions.

Il y a des pipelines partout dans le monde, mais on n’en veut pas au Québec… Il y a des pétroliers partout dans le monde, mais on n’en veut pas au Québec… Il y a des mines d’uranium partout dans le monde, mais on n’en veut pas au Québec… Que faut-il en déduire, que les Québécois sont trop stupides ou peureux pour réaliser des projets qui sont réalisables ailleurs sur la planète ? M’enfin, on dirait bien qu’au Québec on est pauvre et on aime ça…

En passant, le vice-président du BAPE est un diplômé en sciences politiques et en philosophie qui a gagné sa vie comme chroniqueur-activiste pour Le Devoir.  Ceci explique cela…

Source:

Uranium in Saskatchewan


20 juillet 2015

Les ingrats Canada Coup de gueule Économie Environnement Québec Revue de presse

Leader-Post

Saskatchewan premier Brad Wall “categorically” rejects Energy East comments
Leader-Post

Premier Brad Wall came out swinging on Wednesday at suggestions eastern provinces could block the Energy East pipeline if they don’t like western environmental policies. Speaking with reporters before flying to the premiers’ meeting in Newfoundland and Labrador, with evident frustration about the pipeline issue, Wall said “I categorically reject” the idea as a “principle of confederation.”

His comments stem from discussions between Alberta premier Rachel Notley and her Quebec counterpart Philippe Couillard on Tuesday. According to The Canadian Press, they talked about Couillard’s view that climate change policies need to improve for Quebec to get behind Energy East. That did not sit well with Wall.

As he likes to at every available opportunity, the premier reiterated that Energy East is three-quarters a conversion — not a new pipeline — and will benefit the whole country, freeing up Canada’s reliance on “foreign oil.”

Wall said there is a “growing sense of frustration” in the West, “because our economies … have been creating significant opportunities for all Canadians.”

“We’ve been contributing mightily to equalization, and I just don’t think this kind of talk is welcome, frankly,” he said.

“In terms of a licence … to build a pipeline, or in this case to simply convert a pipeline to move western Canadian energy across the country, how about $10 billion in equalization? That’s a pretty good licence. How about the massive jobs we’ve created here for all Canadians? That’s also a pretty good licence.”

In a parting shot, Wall said, “Maybe we need to have equalization payments start paying through a pipeline to finally get one approved through Central Canada.”

Si tu veux avoir le droit de dire non à un pipeline, assure-toi de ne pas recevoir de la péréquation à la province qui le demande…

Parce que tant et aussi longtemps que tu reçois de la péréquation, la seule chose que tu as le droit de dire c’est « oui monsieur » et « merci monsieur »…


16 juillet 2015

Quand le marché évolue Économie En Chiffres Environnement États-Unis

Deux chiffres intéressants sur lesquels je suis tombé cette semaine:

Essence Voiture

Depuis 1996, le nombre de voitures a augmenté de 21%, mais le nombre de stations-service a diminué de 18% !

Ces chiffres semblent contradictoires, mais quand on sait que la consommation en essence des voitures est passée de 8,25L/100 km en 1996 à 6,53 L/100 km en 2012 (une diminution de 21%) on peut comprendre pourquoi le nombre de stations-service diminue même si le nombre de voitures augmente !

Source:
U.S. Department of Energy
Maps and Data


16 juillet 2015

La réputation du Canada Canada Économie Environnement International Revue de presse

Forbes

The World’s Most Reputable Countries, 2015
Forbes

Which countries have the best reputations? What does that even mean? Reputation Institute, a global private consulting firm based in Boston and Copenhagen, has just released its sixth annual “Country RepTrak” of what it calls “The World’s Most Reputable Countries,” a tool the firm uses to help it advise countries on how to bolster their reputations around the globe. It also counsels companies that want to know how their country of origin influences their reputation overseas, and companies interested in doing businesses abroad.

The list ranks the 55 countries with the highest GDPs. In the No. 1 slot this year: Canada, which has been the winner four out of six times. The other two years, in 2014 and 2010, it was No. 2. This year Norway moved up to second place from sixth in 2014 and Sweden is third, as it was last year. The Scandinavian countries and Finland have ranked in the top 10 all six years, as have Switzerland, Australia and the Netherlands. The U.S. is down in 22nd place, behind Thailand and just above Poland (more on the U.S. below).

To compile its data, RI ran online surveys of 48,000 consumers in G8 countries from February through April of this year. To flesh out the data, it interviewed 30,000 additional people in the 12 non-G8 countries with the biggest economies, including China, India and Brazil.

Sable bitumineux, retraits de conventions internationales de l’ONU, rejet du protocole de Kyoto, support inconditionnel à Israël, restructuration de l’aide étrangère, guerre contre les syndicats… À lire nos bons chroniqueurs québécois, le Canada de Stephen Harper serait devenu la lie de l’humanité, un pays infréquentable, universellement détesté et une source inépuisable de honte pour ses citoyens…

Bref, encore une fois, nos bons chroniqueurs gauchistes se sont couverts de ridicule…