Antagoniste


7 janvier 2015

La procrastination Économie Québec Récession

Racaille

Voici ce qu’on pouvait lire dans La Presse le 20 octobre 2008:

La Presse
Malgré la crise, Charest promet un déficit zéro

Les mauvaises nouvelles économiques s’accumulent, mais le gouvernement du Québec s’accroche à un budget équilibré au printemps prochain.

À son arrivée à la conférence spéciale des provinces pour discuter de la crise financière ce matin, Jean Charest a soutenu qu’il n’était pas question pour le Québec de retourner en déficit.Un déficit, «on n’en est pas là du tout» de répliquer M. Charest. «Du côté québécois, on a planifié, on a fait des réserves, on a tout fait pour assurer l’équilibre budgétaire. C’est au Québec qu’on a le mieux contrôlé la croissance des dépenses», a soutenu le premier ministre.

C’était en octobre 2008, il y a presque 7 ans !

Depuis le gouvernement a reporté une première fois, en 2009, l’atteinte du déficit zéro de 4 ans, puis une seconde fois de 2 ans en 2013.  Bref, on a déjà repoussé l’atteinte de l’équilibre budgétaire de 6 ans et malgré tout, la bonne gogauche syndicale demande que le gouvernement repousse encore une fois ce passage obligatoire pour nos finances publiques !

Pour vous donner une idée de la procrastination du gouvernement en matière budgétaire, la dernière fois que le Québec a eu un budget équilibré l’ADQ existait encore et Mario Dumont était le chef de l’opposition officielle…  Ça fait longtemps.  Et on connaît déjà la chanson, si le gouvernement cède et repousse encore le déficit zéro, quand nous arriverons à la nouvelle date butoir, les groupes de pression vont une fois de plus demander une extension et jamais on n’équilibrera le budget…  Le Québec a déjà repoussé de 6 ans le déficit zéro, assez c’est assez…


7 janvier 2015

Le remède universel Économie International Récession

Bloomberg BusinessWeek

Japan’s Amari Wants Corporate Taxes Cut as Quickly as Possible
Bloomberg BusinessWeek

Japan’s corporate income tax may be cut by more than 2 percentage points next year and reduced to less than 30 percent within five, Economy Minister Akira Amari said.

“Reports of a cut of 2.4 percent or 2.5 percent aren’t far from the truth,” Amari said today in Tokyo, referring to reductions in the company tax rate for next fiscal year. “We want it done in as few years as possible, and to have an impact.”

After a landslide election win this week, Prime Minister Shinzo Abe’s government is looking to pull the economy out of a mid-year recession. Company tax cuts are the centerpiece of efforts aimed at revitalizing growth and making the nation more appealing to invest in.

Abe’s government said in June that it would reduce the effective corporate tax rate to less than 30 percent over a few years, beginning in the fiscal year starting in April. Japan’s tax rate is about 35 percent, the second highest among Group of Seven nations, according to the finance ministry. “I’ve said before that a few years basically means within five years,” Amari said today at a seminar held by Bloomberg in Tokyo. “If we could shorten that, it’d be good, but considering Japan’s fiscal situation, it’ll be difficult to do in 2 or 3 years.”

Il y a quelques mois, on a appris que la simple perspective d’une hausse de la taxe sur la consommation menaçait le Japon d’une récession… Par contre, des Japonais ont été assez brillants pour enfin comprendre qu’une économie se relance en allégeant la fiscalité, pas en l’alourdissant. Les baisses de taxes et d’impôts sont des remèdes économiques universels.

Étrangement au Québec, peu de personnes ne semblent comprendre un fait aussi élémentaire, même pas un prétendu « homme d’affaires » qui veut devenir chef de parti pour faire un « pays »… Même que si on écoute nos médias, on voudrait que le gouvernement fasse exactement l’inverse du bon sens.


2 octobre 2014

La prochaine tempête Économie International Récession Revue de presse

Financial Times

Geneva Report warns record debt and slow growth point to crisis
Financial Times

A “poisonous combination” of record debt and slowing growth suggest the global economy could be heading for another crisis, a hard-hitting report will warn on Monday.

The 16th annual Geneva Report, commissioned by the International Centre for Monetary and Banking Studies and written by a panel of senior economists including three former senior central bankers, predicts interest rates across the world will have to stay low for a “very, very long” time to enable households, companies and governments to service their debts and avoid another crash.

One of the Geneva Report’s main contributions is to document the continued rise of debt at a time when most talk is about how the global economy is deleveraging, reducing the burden of debts. Although the burden of financial sector debt has fallen, particularly in the US, and household debts have stopped rising as a share of income in advanced economies, the report documents the continued rapid rise of public sector debt in rich countries and private debt in emerging markets, especially China.

The total burden of world debt, private and public, has risen from 160 per cent of national income in 2001 to almost 200 per cent after the crisis struck in 2009 and 215 per cent in 2013.

Si la dette n’est pas un sujet important PKP, elle semble être sur le radar des économistes sérieux. M’enfin…

Lors de la dernière récession, le Québec a mieux encaissé le coup que beaucoup d’autres provinces et état puisque quelques mois avant l’éclatement de la bulle immobilière, un viaduc s’est effondré ce qui a obligé le gouvernement à dépenser sans compter pour sécuriser les infrastructures. Cet afflux d’argent nous a donné l’impression que l’économie du Québec était très résiliente.

Près de sept ans plus tard, les finances du Québec sont dans la dèche, le gouvernement n’a plus de marge de manoeuvre et nous devons impérativement couper plusieurs milliards simplement pour équilibrer le budget. Autrement dit, lors de la prochaine récession, le gouvernement risque de ne pas avoir un sou en poche pour doper temporairement l’économie… Avez-vous réalisé à quel point la province pourrait être dévastée si cette prochaine récession arrive plus tôt que tard…


20 juin 2013

Le pouvoir de l’austérité Canada Économie En Chiffres Récession

Il est toujours amusant de voir des analphabètes économiques prétendre que l’austérité* ne fonctionne pas, surtout quand les analphabètes économiques en question viennent du Canada.

Pourquoi ?

Parce que le Canada est probablement un des meilleurs exemples pour démontrer à quel point une vigoureuse politique d’austérité peut relancer une économie en déroute !

Au début des années 90, le Canada a fait face à une crise budgétaire majeure, le magazine The Economist parlait même de faillite. En bref, à cette époque notre situation était comparable à celle de la Grèce.  Mais en 1993, Paul Martin est devenu le ministre des Finances du Canada et un grand ménage a été fait, jugé par vous-même:

Austérité Canada

De 1995 à 1997, les dépenses ont été coupées de 796$/habitant, passant de 6 725$ à 5929$, une baisse de 11,8%.

Et qu’est-il advenu du PIB ?

Austérité Canada

Durant la période de coupure, le PIB par habitant est passé de 30 689$ à 31 898$, une hausse de 1 209$, soit une augmentation de 3,9%.  Donc, contrairement à ce que racontent les keynésiens, la réduction draconienne des dépenses publiques ne s’est pas traduite par une chute du PIB.

L’austérité* fonctionne, le Canada l’a prouvé !

*La vraie austérité, celle qui consiste à couper les dépenses, pas augmenter les impôts…

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 380-0034, 051-0005, 326-0021 et 380-0017


18 juin 2013

La main invisible Économie États-Unis Récession

La main invisible

Durant la dernière récession (2007-2009), la valeur des 500 plus grosses corporations aux États-Unis a baissé de 17% et le salaire des CEO dirigeant ces corporations a quant à lui chuté de 28%. Durant la reprise économique (2009-2011), la valeur de ces corporations a augmenté de 19%, mais le salaire des CEO n’a augmenté que de 22%.

Donc, de 2007 à 2011, si la valeur des corporations américaines a reculé de 1,2%, le salaire des CEO a subi un recul relativement important de 13%.

Sur une période de temps plus longue (1980-2011), la valeur des 500 plus grosses corporations aux États-Unis a augmenté de 425% et le salaire des CEO dirigeant ces corporations a bondi de 405%.

Source:
National Bureau of Economic Research
CEO Pay and Firm Size: an Update after the Crisis


21 mai 2013

La fin de la récréation ? Canada Économie En Chiffres Récession

Voici l’évolution des coûts reliés à la propriété au Canada depuis la fin de la dernière récession…

Bulle Immobilière

Presque toutes les dépenses reliées à la propriété ont augmenté plus rapidement que l’inflation depuis la fin de la récession.  Dans le cas des impôts fonciers, cette croissance a été presque 2 fois supérieure !

Le seul poste budgétaire qui n’a pas augmenté est celui qui représente la plus grosse dépense pour les propriétaires, soit le coût de l’hypothèque. Non seulement les hypothèques, non pas augmentées, mais celles-ci ont connu une diminution relativement importante de près de 12%.

Selon vous, que va-t-il se produire quand les taux d’intérêt finiront invariablement par remonter ?  Le réveil pourrait être brutal pour certains…

Source:
Statistique Canada
Tableau 326-0020


6 mai 2013

Au pays de l’austérité imaginaire… Économie En Chiffres International Récession

En fin de semaine, le socialiste Pierre Moscovici, le ministre des Finances français, a déclaré la fin du « dogme de l’austérité ».

Vraiment…

Premièrement, on doit se demander si la France a vraiment appliqué des politiques d’austérité dans le passé. En fait, on devrait se poser la même question pour l’ensemble des pays industrialisés…

Voici ce que l’on obtient si on compare les dépenses gouvernementales (en % du PIB) pour la période 2003-2007 (cycle de croissance) et 2012…

Austérité

Espagne, France, Italie, Grèce, Portugal… Tous ces pays qui auraient été mis à genou par la méchante « austérité néolibérale », ont vu leurs dépenses augmentées en 2012 par rapport aux années 2003-2007! La supposée austérité dénoncée par les gauchistes n’existe que dans leur tête, ce qu’on voit c’est plutôt l’échec des politiques keynésiennes !

Il existe trois pays qui ont véritablement mis en place des mesures d’austérité: l’Allemagne, la Suède et la Suisse. Et comme par hasard, ces trois pays ont aussi passé relativement bien au travers de la crise ! Fait intéressant, la Suède a aussi réduit le fardeau fiscal de ses contribuables durant la même période.

La prochaine fois qu’un gauchiste vous dira que l’austérité ne fonctionne pas, demandez-lui de quelle austérité il parle !

Source:
International Monetary Fund
World Economic Outlook Databases


19 septembre 2012

L’économie selon les républicains Économie Élection 2012 États-Unis Récession

RécessionEn 2010, les élections de mi-mandat aux États-Unis ont permis à 37 États de se choisir un nouveau gouverneur, une fonction qui se rapproche de celle d’un premier ministre provincial au Canada.

Dans les États qui ont élu un gouverneur républicain en 2012, le chômage a reculé de 15,2% depuis.

Dans les États qui ont élu un gouverneur démocrate en 2012, le chômage n’a reculé que de 9,5% depuis.

Les républicains ont dû comprendre quelque chose qui échappe encore aux démocrates…

Source:
U.S. Bureau of Labor Statistics
Local Area Unemployment Statistics


19 septembre 2012

Le Québec, une économie au neutre… Canada Économie En Chiffres Québec Récession

La gauche aime bien dire que c’est grâce au « modèle québécois » que le Québec a pu s’en tirer mieux que le Canada lors de la dernière récession.  En effet, le Québec n’a pas été aussi malmené que les autres provinces durant la crise.

Mais qu’en est-il depuis la fin de la récession (juin 2009) ?  Comment se compare le « modèle québécois » aux autres provinces lorsque la situation économique redevient normale ?

Voici la réponse:

Modèle Québécois

Depuis la fin de la récession, l’économie canadienne s’est envolée alors que celle du Québec semble prise dans les blocs de départ.  Encore pire, depuis le début de l’année, l’économie canadienne a crû de 0,4% alors que celle du Québec a décru de 0,4% !

Voici comment on pourrait décrire le modèle québécois. En échange d’une économie résiliente pendant quelques mois lors d’une récession qui arrive tous les 20 ans, les gens ont droit à une économie faiblarde tout le reste du temps ! Quelle bonne affaire !

Imaginez que vous placez votre argent dans une compagnie. Durant 19 ans, votre placement obtient un rendement médiocre et finalement, à la 20e année, vous êtes en mesure d’avoir un rendement supérieur au marché. Toute personne normalement constituée considérerait que ce placement a été désastreux.  Mais selon les défenseurs du modèle québécois, le gain de la 20e année suffit à faire oublier les 19 années de vaches maigres.

Sources:
Statistique Canada
Tableau 379-0027

Institut de la statistiques du Québec
Produit intérieur brut par industrie au Québec