Antagoniste


5 mars 2015

La voiture et la liberté Économie En Citations Philosophie

P.J. O'Rourke

-

Citation de P. J. O’Rourke, journaliste iconoclaste américain, à propos de la voiture…  Une citation qui prend tout son sens cette semaine avec l’annonce par Régis ‘le sociologue’ Labeaume d’un SRB à un milliard de dollars

« Les politiciens aiment les trains. Pourquoi? Parce qu’ils peuvent décider où passent les rails; ils peuvent choisir où les gens vont se déplacer. Pour les politiciens, c’est une question de contrôle et de puissance. Les politiciens détestent les voitures parce que les voitures rendent les gens libres, libres de se déplacer où et quand ils le veulent. »


5 mars 2015

Bolduc avait raison… Économie En Chiffres Québec

Quelques chiffres sur la vente de livre, qui ont été publiés cette semaine par l’institut de la statistique du Québec:

Livre Québec

Entre 2009 et 2013, les dépenses par habitant pour des livres ont reculé de 1,4%.

Yves Bolduc a été crucifié pour avoir dit que personne ne mourrait quand on n’achetait pas de livre.  Force est de constater que beaucoup de Québécois étaient du même avis, ils ont juste été trop hypocrites pour le dire tout haut…

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Les ventes de livres de 2009 à 2013


5 mars 2015

Quand l’austérité est nécessaire Coup de gueule Économie Europe Revue de presse

Les Echos

-

Faute de financement rapide, le mur de la dette menace la Grèce
Les Echos

Dix jours après le compromis avec l’Eurogroupe , qui a prolongé de quatre mois le plan d’aide à la Grèce, cet accord ressemble à tout sauf au «?répit?» financier qu’escomptait le gouvernement d’Aléxis Tsípras. Les échéances se rapprochent à grands pas et Athènes a toutes les difficultés à trouver les financements nécessaires pour les honorer. Ce vendredi, le Trésor doit rembourser près de 300 millions d’euros au FMI, la première d’une série de quatre tombées de dette échelonnées tout au long du mois de mars pour un total de 1,5 milliard d’euros.

Les Européens, eux, ont adopté la stratégie inverse consistant à maintenir la pression maximum sur le gouvernement grec. Le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a déclaré, lundi, qu’une première tranche des 7,2 milliards de prêts en attente de paiement depuis le mois de septembre pourrait être versée dès ce mois-ci?à condition qu’Athènes adopte rapidement les réformes attendues. Si ce n’est pas le cas, le ministre des Finances sera contraint de faire les fonds de tiroir de l’Etat et des entreprises nationales pour y grappiller 1 ou 2 milliards de trésorerie. Il pourrait aussi retarder le paiement des factures à ses fournisseurs ou encore emprunter à la sécurité sociale ce qui lui reste des fonds de retraite.

Racaille communiste grecque, je te présente la réalité…

Réalité, je te présente la racaille communiste grecque…


4 mars 2015

Le cochon payeur de taxes Coup de gueule Économie En Images États-Unis Québec

La semaine dernière, on a finalement appris le coût de construction du nouvel échangeur Turcot.  Le portefeuille des contribuables québécois sera délesté de 3,67 milliards de dollars…

Quelques chiffres à méditer…

Échangeur Turcot
Structure: Échangeur Turcot (Montréal)
Année: 2015
Coût: 3,67 milliards de dollars

Marquette Interchange
Source: Marquette Interchange (Milwaukee)
Année: 2008
Coût: 1,1 milliard de dollars (devise canadienne ajustée à l’inflation)

Dallas High-Five Interchange
Structure: Dallas High-Five Interchange (Dallas)
Année: 2002
Coût: 425 millions de dollars (devise canadienne ajustée à l’inflation)

Mais je suis persuadé que la différence de coût avec l’échangeur Turcot est entièrement imputable à nos hivers rigoureux, il est impossible qu’on paye trop cher…

P.-S. Les gens de Québec sont aussi passés à la caisse cette semaine.  À Québec, on a pris un projet de tramway de 1,5 milliard de dollars et gonflé la facture à 2,4 milliards pour ensuite faire croire aux gens qu’une dépense de 1,3 milliard pour un service rapide par bus était une dépense raisonnable…

Le Québec, terre de Caïn…


4 mars 2015

Les rigolos de l’IRIS Arguing with Idiots Économie En Chiffres Québec Revue de presse

Cette semaine, les rigolos de l’institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) ont affirmé sans rire que depuis novembre 2008, les politiques économiques du gouvernement avaient systématiquement avantagé les hommes aux dépens des femmes.

Comment ?

Selon les rigolos de l’IRIS, les programmes de relance des gouvernements auraient avantagé les hommes puisqu’ils ont stimulé les emplois dans la construction, un domaine à prédominance masculine.  Parallèlement, les programmes d’austérité auraient désavantagé les femmes parce que la fonction publique est majoritairement féminine.

C’est une bien belle histoire, mais allons voir ce que disent les faits. Débutons avec l’évolution du taux de chômage:

Emploi Québec

Depuis novembre 2008, le taux de chômage des hommes a toujours été supérieur à celui de femmes.  Nulle part sur ce graphique on ne peut voir une augmentation significative du taux de chômage chez les femmes qui serait imputable à des politiques d’austérité.  Par contre du côté des hommes c’est le yo-yo.

Voici maintenant comment a évolué l’emploi à temps plein:

Emplois Québec

En aucun moment, on ne peut voir que les hommes auraient été significativement avantagés par rapport aux femmes.  Au contraire, c’est du côté des femmes où on voit les embellis les plus importantes. Depuis novembre 2008, l’emploi à temps plein chez les femmes a progressé de 4,4% contre seulement 2,3% chez les hommes.

Les rigolos de l’IRIS affirment aussi que l’austérité a été particulièrement nuisible pour les femmes puisque les emplois dans le secteur public sont surtout occupés par des femmes, donc elles seraient les premières victimes des coupures.  Vraiment ?

Emplois Québec

Depuis novembre 2012, il n’y a eu aucune austérité, aucune réduction significative de la taille du secteur public.  On a plutôt observé une croissance nette de 85 500 emplois, soit une augmentation de 10,8%.

Bref, vous aurez compris que les rigolos de l’IRIS ont raconté absolument n’importe quoi. Mais ça n’a pas empêché nos bons médias de répéter le gospel de l’IRIS sans se poser de questions. Que voulez-vous; nos bons journalistes sont des gens bien trop occupés pour faire du fact checking, cette tâche ingrate et inutile est désormais laissée aux blogueurs sans importance…

Sources:
Statistique Canada
Tableau 282-0087
Tableau 282-0089


4 mars 2015

L’austérité, ça marche Économie Europe France Revue de presse

La Tribune

-

Dépenses publiques : comment l’Allemagne a creusé l’écart avec la France
La Tribune

La France atteindrait un nouveau record de dépenses publiques, alors que l’Allemagne continue de les diminuer. L’écart entre les deux pays s’est fortement accru depuis le début des années 2000. Principalement en raison d’économies sur la protection sociale en Allemagne. Notamment en matière de retraites

La France a échappé mercredi à des sanctions à Bruxelles. Les commissaires lui reprochent bien sûr de ne pas tenir ses promesses en matière de réduction des déficits publics, mais aussi et surtout de ne pas couper dans ses dépenses. Les dépenses publiques représenteraient en France près de 58% du PIB. Telle est en tous cas la dernière estimation de la commission européenne. Pour les experts de Bruxelles, les crédits publics ont probablement atteint un nouveau record en France, avec précisément 57,7% de la richesse nationale en 2014, contre 57,1% en 2013.

Rien à voir avec l’Allemagne, par exemple, où ce ratio ne cesse de diminuer (il serait tombé à 44,1%). L’écart entre les deux pays atteint 14 points de PIB, soit presque trois fois plus qu’au début des années 2000 !

Bref, l’Allemagne est un autre exemple que l’austérité ça fonctionne.


3 mars 2015

Pendant ce temps dans le ROC… Canada Économie Revue de presse

The StarPhoenix

-

Two-thirds back liquor in grocery stores
The StarPhoenix

The Saskatchewan government will consider allowing liquor sales in outlets like grocery stores after its survey showed support for the idea.

The government’s online survey was completed by 6,604 people over three months; more than 65 per cent of respondents said they support expanding liquor sales to establishments like grocery stores, while 34 per cent said they oppose the idea. « That’s a possibility, » Don McMorris, minister responsible for the Saskatchewan Liquor and Gaming Authority (SLGA), told reporters earlier this month. « There were some people that were certainly in favour of that. »

McMorris said the Saskatchewan Party government intends to produce a policy based on the survey responses to become part of its platform for the 2016 provincial election.

Keri Scobie, communications manager for Sobeys West, said the supermarket chain would consider working with the government to expand sales to grocery stores if that’s what its customers in Saskatchewan want. « Obviously, there seems to be a public demand for it, » Scobie said.

56.7 per cent agree private liquor stores should have a greater role in the province. Five per cent somewhat agree, while 30.1 per cent disagree.

73.7 per cent rank « cost competitiveness » as important or very important when considering changes to the retail liquor landscape.

Au Québec, vous ne verrez JAMAIS des politiciens organiser une consultation sur internet pour savoir si les gens veulent la privatisation de la SAQ. Nos politicos auraient beaucoup trop peur de la réponse…


2 mars 2015

La (trépa)nation québécoise Arguing with Idiots Économie Québec

Parti Québecor

Bienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

Do you speak anglais ?

L’automne dernier, les journaleux québécois se sont surpassés en fabriquant un scandale de toutes pièces pour déstabiliser Philippe Couillard. À l’époque, on avait stupidement reproché au premier ministre d’avoir fait un discours uniquement en anglais en…  Islande !  Pourtant, en Islande, on a plus de chance de se faire comprendre en parlant anglais qu’en parlant français.

M’enfin…  La semaine dernière, c’était au tour du président de l’Islande de venir visiter le Québec. Selon vous dans quelle langue Olafur Ragnar Grimmsson s’est-il adressé aux médias ?  En islandais ou en anglais ?  Non seulement le président s’est adressé aux médias, mais quand un journaliste unilingue francophone a voulu poser une question à monsieur Grimmsson, Philippe Couillard a été obligé de la traduire en anglais pour son homologue (le vidéo est disponible ici) !

Bref, malgré ce que les journalistes ont pu raconter l’automne dernier, quand le Québec rencontre l’Islande, l’anglais est la langue de la diplomatie !

P.-S. Sans surprise, la question du journaliste unilingue portait sur…  la séparation du Québec !  Au fait, c’est quand même étrange qu’on puisse devenir journaliste au Québec sans être capable de maîtriser l’anglais.

PKPerle

La semaine dernière, Pierre Karl Péladeau a pris la parole à l’Assemblée nationale pour demander à son vis-à-vis si le gouvernement libéral prévoyait faire quelque chose pour venir en aide à bombardier qui est malmenée sur les marchés boursiers depuis quelques semaines.

Petite information amusante… Au moment d’écrire ces lignes, depuis six mois, l’action de Bombardier a perdu 31,2% de sa valeur. L’action du Groupe TVA de son côté a perdu 34,8% de sa valeur !  Vous avez bien lu, PKP s’inquiète de la situation financière de Bombardier, mais le Groupe TVA, sa propre entreprise, va encore plus mal !  On va bien se marrer si un jour PKP demande aux libéraux ce qu’ils comptent faire pour venir en aide au Groupe TVA !

P.-S. Vendredi dernier, le Groupe TVA a publié ses états financiers. D’octobre à décembre 2014, le Groupe TVA a perdu 4,4 millions de dollars. Pour la même période en 2013 le profit était de 8,3 millions de dollars. Plusieurs facteurs peuvent expliquer la situation, mais pour le moment le pari de la NHL ne semble pas très payant. En 2014, le Groupe TVA a perdu 41,0 millions contre un profit de 15,7 millions en 2013. Austérité en vue dans l’entreprise de PKP?

Le p’tit Québec

Aux États-Unis, au plus fort de la controverse sur la mosquée de Ground Zero, un moment où les émotions étaient à fleur de peau, 52% des Américains considéraient que les musulmans avaient le droit de construire une mosquée n’importe où aux États-Unis, seulement 14% pensait que la construction de mosquées devait être interdite. La semaine dernière au Québec, un sondage similaire a montré que c’était 66% de la population qui était contre la construction de mosquées !

Bref, aux États-Unis, quand deux personnes du Tea Party parlent du Québec c’est probablement pour se dire « non, mais as-tu vu cette gang de racistes »…


2 mars 2015

Ceux qui haïssent les pauvres Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan

Au Canada, la production de lait, de volailles et d’oeufs est contrôlée par le gouvernement via un système de gestion de l’offre. Ce système permet au gouvernement de limiter la quantité de lait, de volailles et d’oeufs produite dans les fermes de manière à créer une rareté. Cette rareté permet d’éviter les guerres de prix entre les producteurs et de garder le prix des aliments artificiellement élevé.

Quand le gouvernement empêche la libre concurrence entre les producteurs, quelqu’un doit forcément payer la note, dans le cas qui nous concerne, ce sont les consommateurs. Vincent Géloso a écrit un excellent article à ce sujet, je me permets de détailler quelques faits saillants qui montrent à quel point le système de gestion de l’offre est régressif.

Premièrement, voici le prix de la gestion de l’offre pour les familles canadiennes en fonction de leur revenu:

Gestion Offre Canada

Le système de gestion de l’offre coûte aux familles pauvres 339$ par année contre 554$ pour les familles riches.  Quand on met ces sommes en fonction du revenu familial, voici ce qu’on obtient:

Gestion Offre Canada

Pour les familles pauvres, qui gagnent en moyenne 14 788$ par année, la gestion de l’offre représente l’équivalent d’une taxe de 2,29% sur leurs revenus !  Pour une famille riche, revenus moyens de 118 189$, cette taxe n’est que de 0,47%.  Bref, la gestion de l’offre représente une taxe régressive, une taxe qui affecte de manière disproportionnée ceux qui sont déjà dans la misère.

De deux choses l’une: si vous êtes en faveur du système de gestion de l’offre soit vous êtes un analphabète économique ou soit vous haïssez les pauvres au point de vouloir les affamer.  Pick your poison

Source:
Canadian Public Policy
The Regressive Welfare Effects of Canada’s Supply Management Regime


26 février 2015

À beau mentir qui vient de loin Arguing with Idiots Coup de gueule Économie En Chiffres Environnement États-Unis Gauchistan

Puisque Radio-Canada nage littéralement dans l’argent, la société d’État a jugé bon utiliser l’argent de nos taxes pour envoyer un « journaliste » au Dakota du Nord pour raconter absolument n’importe quoi sur l’exploitation du pétrole de schiste.

Par exemple, dans un texte d’un ridicule consommé ayant pour titre « L’emprise du pétrole: le vrai prix du pétrole au Dakota du Nord » on peut lire:

« Une dame explique qu’elle ne veut plus marcher autour de son village, de crainte d’être renversée par un camion. »

Avoir peur d’être renversé par un camion à cause du dynamisme de l’économie, voilà un problème de riche.  Il n’y a pas à dire, notre argent est bien dépensé par Radio-Canada.

Plus sérieusement, voici ce que Radio-Canada ne vous dira jamais sur le Dakota du Nord.  Voyez par vous-même comment a évolué le revenu personnel de ses habitants:

Dakota Du Nord

De 2000 à 2006, période de stagnation.  La production de pétrole est stagnante, les revenus personnels sont stagnants et le Dakota du Nord a oscillé entre la 39e et la 34e position (sur 50 états) en ce qui concerne les revenus personnels par habitant.  Par contre, en 2007, les choses s’emballent.  C’est le début de l’exploitation du pétrole de schiste et avec l’augmentation de la production on peut voir une augmentation importante, malgré la récession, des revenus personnels.  En 2013 la production d’hydrocarbure de schiste s’est élevée à 966% par rapport à 2000 et le revenu personnel a plus que doublé pour atteindre 206% du niveau de 2000.

Pour bien comprendre à quel point le Dakota du Nord a vécu une révolution, il faut réaliser qu’en 2006 cet état occupait le 38e rang au chapitre des revenus personnels. En 2012, seulement 6 ans plus tard, le Dakota du Nord occupait désormais la 6e place !  Concrêtment, le revenu personnel par habitant est passé de 25 872$ à 53 182$ en une décennie.  Un exploit remarquable !

Mais ce n’est pas tout.

L’an dernier, une étude réalisée par Gallup a classé le Dakota du Nord en 1ere position dans un classement des États avec la meilleure qualité de vie.  En fait, les résultats étaient si remarquables que Gallup les a qualifiés de « légendaires »:

Gallup
North Dakota: Legendary Among States

« Oil boom » is probably the first phrase that comes to mind when one thinks about North Dakota. Yet North Dakotans see their state as much more than oil. They are highly satisfied with their schools, their air quality, their ability to find a quality job, and their overall standard of living. In Gallup’s comprehensive survey of all 50 states, North Dakota ranks No. 1 on a variety of indicators spanning economics, public affairs, education, the environment, and well-being. In 2014, North Dakota is a complex, thriving state that is adapting rapidly to the economic and social factors that are transforming this population of roughly 725,000 people.

On est très loin du gospel gauchiste qui veut que l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste soit à l’origine d’une pestilence menant invariablement à la plus abjecte des misères.

Pendant ce temps au Québec, les gens ont une peur irrationnelle de la fracturation hydraulique… Au Québec, contrairement au Dakota du Nord, nous avons fait le choix d’écouter les niaiseries de Radio-Canada et d’être pauvre…

Sources:
Bureau of Economic Analysis
Personal income, per capita personal income, disposable personal income, and population (SA1-3, SA51-53)

EIA
North Dakota Field Production


25 février 2015

L’argent des riches et des vieux Canada Économie En Vidéos

Hier, la bonne gauche était dans tous ses émois…

Imaginez-vous que la bonne gauche a appris que le CELI profitait surtout aux Canadiens âgés et aux riches.  Quel scandale que d’apprendre qu’un outil facilitant l’épargne est surtout utilisé par des gens qui peuvent épargner…  Sans blague, la semaine prochaine va-t-on publier une grande étude démontrant que les baisses d’impôts sont surtout utiles aux gens qui payent de l’impôt ?

Avant de déchirer sa chemise à propos des CELI, il faudrait se poser la question suivante: que font les banques avec l’argent qui est déposé par des épargnants ?  Milton Friedman répond brillamment à cette question:

Les gens qui épargnent prennent la décision de reporter leur consommation alors que les gens qui empruntent prennent la décision de devancer leur consommation. Autrement dit, l’épargne des uns est l’investissement des autres. L’argent qui se retrouve dans les CELI ne dort pas dans la voûte d’une banque, il circule dans l’économie, il crée des emplois en étant investi dans une entreprise ce qui permet du même coup au déposant de faire profiter son épargne.

Bref, il est où le problème avec les CELI ?


25 février 2015

Arnaque en éducation Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Depuis quelques semaines déjà, on peut entendre les pleureuses du mouvement syndical dénoncer les « coupures » en éducation. Pourtant, comme je disais en début d’année, même si on gèle le salaire des profs, ceux-ci vont quand même continuer de gagner plus à cause de leur échelle salariale.

Mais il existe une arnaque bien pire dans notre réseau de l’éducation…

Depuis plusieurs années, même si le nombre d’élèves dans les écoles est en baisse constante, les budgets eux ne cessent d’augmenter.  Voyez par vous-même:

Éducation Québec
Statistique Canada a des chiffres à partir de l’année 1997/1998

Personne ne s’en vante, surtout pas nos bons syndicats, mais depuis 1997/1998, les dépenses du gouvernement dans les écoles primaires et secondaires ont fortement augmenté même si le nombre d’élèves qui fréquentent ces écoles diminue constamment.  Globalement, on observe une hausse de 31,6% des dépenses (en dollars constants) même si le nombre d’élèves a été réduit de 16,3%.   Autrement dit, depuis près de quinze ans, les dépenses par élève ont explosé !

Éducation Québec

Les dépenses par élève en dollars constants sont passées de 8 793$ en 1997/1998 à 13 828$ en 2011/2012, soit une augmentation considérable de 57,3% !

Chaque fois qu’un gouvernement veut revoir les dépenses en éducation, les syndicalleux accusent les politiciens de ne pas aimer les enfants.  Résultat: les gouvernements reculent et dépensent toujours plus sans se demander si cet argent permet d’améliorer la qualité de l’enseignement…

Si on ramenait le niveau de dépense au niveau de 2000/2001, le gouvernement pourrait économiser 3,4 milliards de dollars.  Et pour ceux qui pense que couper 3,4 milliards de dollars en éducation aurait des effets catastrophiques poser vous la question suivante: les écoles en 2011/2012 sont-elles réellement mieux qu’en 2000/2001 ?

En bref, tous ces chiffres montrent que les syndicats crient au loup en disant que d’éventuelles coupures pourraient avoir des conséquences catastrophiques sur les enfants. Depuis près de quinze ans, on dépense toujours plus sans que l’on voie une amélioration concrète de la qualité de l’éducation dans le réseau.  Il est plus que temps que le gouvernement cesse de dépenser sans compter à cause du chantage des syndicats.

P.-S. Le gouvernement a prévu augmenter les dépenses en éducation de 1,9% pour l’année 2015-2016.

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 477-0025 & 478-0014


24 février 2015

Les lignes du jours Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

Hier a débuté la semaine nationale d’actions dérangeantes, le coup d’envoi des manifestations contre la fausse austérité du gouvernement libéral. Benoit Dutrizac a souligné l’occasion en donnant la parole aux pleureuses de la bonne gauche pour leur poser quelques questions softballs. Jugez par vous-même:

La même question complaisante et partisane qui revient inlassablement au fil des entrevues…

La semaine dernière, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec a dénoncé « les lignes du jour » des ministres libéraux. Moi je constate que si les ministres ont « leurs lignes du jour », il y a des journalistes « leurs questions du jour ». Des questions tellement grossières qu’il s’agit plus d’un propos éditorial que d’une question.

En passant, tout au long des entrevues, les pleureuses de la bonne gauche ont fait valoir que le gouvernement n’avait pas un problème de dépenses, mais un problème de revenu (les pleureuses ont aussi « leurs lignes du jour »).

Vraiment ?

Pour l’année fiscale en cours, qui a débuté au même moment que l’arrivée au pouvoir des libéraux, les revenus autonomes du gouvernement ont augmenté de 834 millions de dollars ! De plus, les dépenses ont augmenté de 462 millions de dollars ! Autrement dit, le gouvernement n’a pas un problème de revenu et il a continué de dépenser encore plus; l’austérité existe seulement dans la tête des pleureuses de la bonne gauche.


24 février 2015

Les oilers de l’Alberta… Canada Économie Québec

National Post

-

Low loonie could kill NHL expansion into Canada, says economist
National Post

A new report from Moody’s Analytics suggests our currency woes may soon impact our ability to land expansion teams in Canada.

The current Canadian teams aren’t in danger of moving to the United States because of the loonie, says the author of the report, Alexander Lowy, an associate economist with Moody’s. But Mr. Lowy wonders whether at least some of the seven Canadian teams will have trouble competing for the Stanley Cup because they collect revenue mostly in Canadian dollars while their expenses, like salaries for players, are in greenbacks.

“One of the things that’s interesting looking forward is expansion. Two of the top markets for expansion are a second team in Toronto or moving a team back to Quebec City,” said Mr. Lowy, who is based in Westchester, Pennsylvania, about 40 kilometres west of Philadelphia. “With a weaker currency, it’s possible the league could favour teams in the U.S. with the higher dollar and more purchasing power. Places like Seattle and Las Vegas are always talked about and a weaker loonie hurts the Canadian wing of the league.”

Mr. Lowy notes in his report that a similar phenomenon occurred in the mid-1990s. “As the loonie started trading at 75 cents to the U.S. dollar, financial constraints forced the Winnipeg Jets and Quebec Nordiques to flee south of the border. The reverse of this trend occurred as recently as 2011, when a loonie trading above parity helped bring the Jets back to Winnipeg,” he wrote in the report.

Le Québec reçoit déjà de la péréquation de l’Alberta et il semble que si jamais les Nordiques reviennent, ce sera aussi grâce à leur pétrole…


23 février 2015

La (trépa)nation québécoise Arguing with Idiots Économie En Images Québec

Bienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

Erratum

Cette semaine, une caricature du Soleil a abondamment circulé sur les réseaux sociaux.  Malheureusement, cette dernière contenait une erreur, je me permets donc de publier une version corrigée que vous pourrez à votre tour faire circuler:

Austérité Québec

Ces médias qui aiment trop

Le 21 mai 2013, 28 élèves (pas 1, mais 28!) ont été fouillés à nu pour retrouver un téléphone cellulaire (pas de la drogue, mais un téléphone cellulaire!).  Pourtant, à l’époque, il n’y a eu aucun scandale, un simple et banal fait divers qui n’a indigné personne…  Il faut dire qu’à l’époque c’était le Parti québécois qui était au pouvoir et que les médias aiment beaucoup le PQ; ceci explique probablement cela…  En passant, on dit que les trafiquants de drogue présents dans les écoles du Québec aimeraient remercier chaleureusement les politicailleux l’Assemblée nationale.  Grâce à eux, ils savent maintenant où cacher leur drogue sans risque de se faire prendre.

La langue avant l’excellence

La semaine dernière, sur sa page Facebook, Pierre Karl Péladeau a déclaré quelque chose qui fait passer Yves Bolduc pour un prix Nobel de littérature…  Mais puisque PKP est un bon péquiste, nos bons médias n’ont pas jugé bon dénoncer ses propos.  Réagissant à une nouvelle à propos des universités McGill et Concordia qui désiraient un assouplissement linguistique, voici ce que PKP a déclaré:

Karl comme Karl Marx

-

« Certes nous recherchons au Québec l’excellence mais nous avons aussi et surtout une culture et une langue à respecter et à protéger. Notre histoire également. Avec un peu plus d’imagination et de bonne volonté, nos universités, étant largement subventionnées par l’État, devraient être plus attentives à ces considérations davantage importantes que jouer dans le pseudo palmarès des meilleures universités du monde. L’accessibilité au plus grand nombre devrait toujours demeurer la règle cardinale de nos investissements incontournables en éducation. »

L’anglais est le langage international du savoir, mais ça, PKP s’en fout. PKP préfère avoir des universités cheaps, et surtout unilingues, qui donnent des diplômes sans valeur, plutôt que d’avoir des universités qui utiliseraient l’anglais pour faire briller le Québec parmi les meilleurs sur la scène internationale. On retrouve dans cette déclaration la mentalité typique du péquiste né pour un p’tit pain et fermé sur le monde. Il ne faudrait surtout pas donner de l’importance au « pseudo palmarès des meilleures universités du monde », l’important c’est que nos universités soient en français et gratis !

En passant, PKP sera heureux d’apprendre que depuis l’année 2012-2013, l’Université McGill et l’Université de Montréal sont passées respectivement du 34e et 84e rang international, au 39e et 113e rang. M’enfin, les classements internationaux ce n’est pas important, c’est l’institut de recherche scientifique et appliquée sur l’indépendance du Québec qui le dit