Antagoniste


18 décembre 2014

Il nous faut Angela Merkel ! Économie En Citations Europe

Ronald Reagan

-

Cette année, l’Allemagne est revenue au déficit zéro après s’être imposé l’austérité. Voici comment la chancelière Angela Merkel a décrit cet accomplissement lors du congrès de son parti qui s’est tenu à Cologne la semaine dernière.  Au Québec en 2015, on se souhaite des politiciens avec le même courage qu’Angela Merkel (son taux d’approbation en Allemagne est de 67%).

« L’État a vécu au-dessus de ses moyens pendant des décennies et nous avons décidé d’y mettre un terme. Nous avons cessé de vivre à crédit, car nous pensons à nos enfants et petits-enfants. »


18 décembre 2014

Un Noël pauvre Canada Économie En Chiffres Québec

À la fois anecdotique et révélatrice, cette étude de la BMO réalisée le mois dernier montre à quel point l’économie du Québec est mal en point.

Dans un sondage pancanadien, on a demandé aux gens quel montant il prévoyait dépenser durant la période des Fêtes. Voici le résultat:

Noël Québec

Quand on sait que le revenu disponible des Québécois, qui a affiché son premier recul depuis 1996, est de 26 774$/habitant contre 30 746$/habitant pour le Canada, une différence de 3 9712$/habitant (15 888$ pour une famille de 2 adultes et 2 enfants), on comprend mieux pourquoi le Québec est malheureusement en queue de peloton…

Il y a des conséquences à dire non au gaz de schiste, aux pipelines, à l’uranium, à l’apatite et à l’exploitation forestière pour des raisons idéologiques; quand on prend ce genre de décisions, on accepte d’être pauvre.

Source:

Perspectives 2014 de BMO sur les dépenses du temps des Fêtes


18 décembre 2014

Les rigolos du BAPE Économie En Images En Vidéos Environnement États-Unis Québec

Selon les rigolos du BAPE, il est impossible de faire de l’argent avec le gaz de schiste au Québec.

Vraiment ?

Voici ce qu’en pensent les gens qui savent compter, par opposition aux activistes diplômés en philosophie

Schiste Dakota du Nord

Vivre à côté d’un puits qui fait l’extraction d’hydrocarbures de schiste c’est payant, très payant ! Ce n’est pas moi qui le dis, mais plutôt une étude réalisée par la Réserve fédérale américaine, division Minneapolis !

Selon cette étude, dans un rayon de 160 km autour du dépôt d’hydrocarbures de schiste de Bakken dans le Dakota du Nord, les salaires sont 25% plus élevés.  Encore mieux, on observe aussi que le taux de chômage est réduit dans un rayon de 645 km autour du dépôt !  Dans un rayon de 160 km, le taux de chômage est réduit de 50% alors que dans un rayon de 645 km on parle d’une réduction de 31%.

Voici ce que ça pourrait donner pour le Québec (à titre indicatif seulement, puisque dans le Dakota du Nord on exploite surtout le pétrole de schiste alors que dans les basse terres du St-Laurent c’est surtout du gaz de schiste):

Schiste Québec

L’exploitation du gaz de schiste aurait pu aussi stimuler l’économie du Québec. Malheureusement, les activistes du BAPE ont décidé que les Québécois allaient rester pauvres. Le BAPE croit-il que le schiste ne peut être exploité au Québec, car nous sommes moins intelligents que les Américains ?

En passant, pour ceux qui n’ont jamais vu, voici à quoi ressemble le processus de forage d’un puits de gaz de schiste (ne comptez pas sur les médias québécois pour vous montrer ça…)

Une fois le processus de fracturation hydraulique complété, le puits disparaît presque !

Source:
Federal Reserve Bank of Minneapolis
Bakken activity: How wide is the ripple effect?

MISE-À-JOUR

Voici les raisons utilisées par les rigolos du BAPE pour interdire l’exploitation du gaz de schiste. Si le Québec n’était pas une république de bananes, le premier ministre aurait dû exiger la démission des membres du BAPE pour avoir produit un document qui est une insulte à l’intelligence des gens qui en ont une…

Hopital Psychiatrique
Les enjeux liés à l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste dans le shale d’Utica des basses-terres du Saint-Laurent

Les impacts potentiels des activités d’exploration et d’exploitation du gaz de schiste, soit l’augmentation du niveau de bruit ambiant, de la quantité de poussière en suspension, de la pollution lumineuse nocturne et de l’achalandage sur les routes rurales ainsi que les impacts sur les paysages affecteraient le secteur agrotouristique au même titre qu’elles auraient des effets sur le secteur touristique en général. Les activités de l’industrie gazière sont susceptibles de ternir, aux yeux des clients d’agrotourisme, l’image d’authenticité associée au milieu rural et villageois et de nuire à l’agrément qui accompagne les visites à la campagne.

Aux États-Unis, ce n’est pas l’agrotouristique qui a sorti le pays de la crise économique, mais le gaz de schiste… M’enfin, au Québec ce qui compte ce n’est pas de faire travailler les gens, mais « l’agrément qui accompagne les visites à la campagne »…


17 décembre 2014

Une nation de peureux Coup de gueule Économie En Images Environnement États-Unis Gauchistan Québec

Hier, le premier ministre Philippe Couillard, dit le peureux,  a insulté les Québécois pourvus d’une activité cérébrale en rejetant catégoriquement l’exploitation du gaz de schiste au Québec. Cette décision, qui condamne un peu plus le Québec à rester pauvre, est basée sur un rapport idéologique/dogmatique du BAPE qui est arrivé à la conclusion loufoque que le Québec ne pourrait jamais faire d’argent avec cette ressource naturelle.  Qu’importe si en Pennsylvanie l’exploitation des gaz de schiste a fait augmenter l’emploi de 250% et les salaires de 111% dans ce secteur d’activité, au Québec on est jamais capable de faire les choses comme les autres…

Notre courageux premier ministre a aussi fait valoir que nous ne pouvions pas exploiter les gaz de schiste dans les basses terres du St-Laurent, car cette zone était…  trop densément peuple !  Sans blague, voici dans quelle mesure on a creusé des puits de gaz de schiste dans la formation de Barnett au Texas, notez l’apparition des puits en zone urbaine de Fort Worth (835 habitants/km²):

Schiste Québec

Depuis le milieu des années 2000, des milliers de puits ont été creusés en zone urbaine et en banlieue de Forth Worth et malgré tout, aucun désastre écologique, aucun accident industriel et aucune mortalité…  Voulez-vous me dire de quoi les Québécois ont peur ?  Si les Texans peuvent exploiter de manière sécuritaire leur gaz de schiste, pourquoi les Québécois ne pourraient-ils pas faire de même ?  Le BAPE et Philippe Couillard pensent-ils que nous sommes moins intelligents que les Américains ?

En passant, le vice-président du BAPE est un diplômé en sciences politiques et en philosophie qui a gagné sa vie comme chroniqueur-activiste pour Le Devoir, une feuille de chou nationalo-étatiste.  Ceci explique cela…

Au fait, pourquoi au Québec on élit des députés et on nomme un ministre de l’environnement et des ressources naturelles quand les décisions sont prises par des gens non élus comme les activistes du BAPE et de la colonie artistique ?  Qu’on ferme ces deux ministères maintenant devenus inutiles, on va sauver de l’argent…

Source:
EIA
Technology drives natural gas production growth from shale gas formations


16 décembre 2014

Qui suis-je ? Économie Environnement

Invité mystèreQui suis-je ?

-J’ai permis une réduction des pesticides de 37% sur les fermes.

-J’ai augmenté les rendements agricoles de 22%.

-J’ai augmenté de 68% les profits des fermiers, principalement ceux dans les pays en voie de développement.

Est-ce le commerce équitable ? L’agriculture biologique ? L’achat local ?

Pas du tout ! Toutes ces avancées ont été rendues possibles par l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés !

Mais, idéologie anticapitaliste oblige, les écologistes sont contre les OGMs

Source:
PLOSone
A Meta-Analysis of the Impacts of Genetically Modified Crops


16 décembre 2014

Toujours plus pauvre Économie En Chiffres Environnement États-Unis Québec

Hier, on a appris que le Québec avait fracassé un autre record peu enviable, celui du plus gros chèque de péréquation. Pour l’année 2015-2016, nous aurons droit à un chèque de BS de 9,5 milliards de dollars; une hausse de 235 millions par rapport à l’année précédente.

Voyez comment la péréquation a augmenté depuis 10 ans:

Péréquation Québec

Au Québec la péréquation augmente et le seul moyen de faire augmenter la péréquation c’est en devenant plus pauvre que les autres provinces.

Le plus ironique dans cette histoire c’est que la même journée où le Québec a été humilié par ce chèque record, le BAPE nous a dit sans rire que l’exploitation du gaz de schiste au Québec ne pourrait pas nous enrichir…

Vraiment ?

En Pennsylvanie, on retrouve la formation de Marcellus qui est très riche en gaz de schiste. Voici comment a évolué l’emploi en Pennsylvanie depuis qu’on exploite cette ressource naturelle (2008):

Péréquation Québec

L’extraction du pétrole et du gaz est l’un des rares secteurs de l’économie en Pennsylvanie qui est en croissance.  Au Québec, pour des raisons purement idéologiques, le BAPE a fait un trait sur ce secteur.

Voici maintenant l’évolution des salaires:

Péréquation Québec

Depuis 2001, les salaires ont augmenté de 111% dans l’industrie du pétrole et du gaz en Pennsylvanie contre seulement 41% pour le reste de l’économie.  Les travailleurs qui exploitent les gaz de schiste gagnent près de 110 000$ par année !

Donc en Pennsylvanie, le gaz de schiste à créer des emplois à 100 000$ par année, mais au Québec, le même gaz de schiste ne pourrait pas enrichir les Québécois…  Pour parvenir à une telle conclusion, les gens du BAPE doivent s’imaginer que les Québécois sont moins intelligents que les Américains, il n’y a pas d’autre explication possible…

Au Québec, on se soucie de l’écosystème des bélugas, des couleuvres brunes, du chevalier cuivré, mais dans cette province de fou il n’y a personne pour se préoccuper de l’écosystème du travailleur québécois…

M’enfin, pourquoi exploiter le gaz de schiste quand on peut encaisser un chèque de BS de la part des provinces qui ont décidé d’exploiter leur hydrocarbure…

Sources:
Ministère Des Finances Du Canada
Soutien fédéral aux provinces et aux territoires

U.S. Bureau of Labor Statistics
Quarterly Census of Employment and Wages


15 décembre 2014

La (trépa)nation québécoise Arguing with Idiots Économie Québec

Modèle québécoisBienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

La scientologie

Quand Merck a fermé son laboratoire de recherche à Montréal, les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand Pfizer a fermé son laboratoire de recherche à Montréal,  les médias québécois ont haussé les épaules… Quand AstraZeneca a fermé son laboratoire de recherche à Montréal,  les médias québécois ont haussé les épaules… Quand Sanofi a fermé son laboratoire de recherche à Laval,  les médias québécois ont haussé les épaules… Quand Johnson & Johnson a fermé son laboratoire de recherche à Montréal,  les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand DSM Pharmaceutical a abandonné son projet de 300 millions à Montréal, les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand Boehringer Ingelheim a fermé son laboratoire de recherche à Laval,  les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand Bristol-Myers-Squibb a fermé son laboratoire de recherche à Montréal, les médias québécois ont haussé les épaules…  Quand le ministre péquiste Pierre Duchesne a coupé 36,5 millions de dollars dans la recherche universitaire, les médias québécois ont haussé les épaules…

Mais quand les méchants libéraux ont décidé de couper une subvention de 175 000 dollars à une revue pour enfant parlant de science, un produit devenu obsolète à l’ère de l’internet, nos bons médias ont fait une crise d’apoplexie sans précédent.  On nous a annoncé la fin de la science au Québec, une nouvelle grande noirceur et le retour de l’inquisition espagnol… La perte de milliers d’emplois dans des laboratoires de recherche de multinationales pharmaceutiques dans la régions de Montréal ont laissé les médias indifférents, mais la subvention pour « Les Débrouillards » c’est la fin du monde…  Nos médias sont-ils simplement de mauvaise foi ou juste pas intelligents ?

L’arbre et ses fruits

Selon l’étude internationale PISA, qui évalue les compétences et les connaissances des élèves de quinze ans, en science, le Québec arrive au 18e rang avec un score de 516, loin derrière la moyenne canadienne qui fait osciller la balance à 525.  De plus la tendance est négative, depuis trois ans, le Québec a perdu 8 points.  Bref, si l’objectif des « débrouillards » est d’éveiller les jeunes à la science, c’est complètement raté. Mais continuons de les subventionner. Après tout, au Québec ce qui compte ce ne sont pas les résultats, mais les intentions.

Les incinérateurs municipaux

Dans les municipalités du Québec, entre 2009 et 2012, les dépenses par habitant, ajustées à l’inflation, sont passées de 1 576$ à 1 653 $.  C’est une hausse de 4,9% au-dessus de l’inflation.  Les municipalités veulent recevoir des milliards du gouvernement tout en pouvant gaspiller sans rendre de compte à personne; nos villes sont devenues des incinérateurs dans lesquels on brûle l’argent des contribuables.  Le gras dans les municipalités n’est pas difficile à trouver, qu’on ramène les niveaux de dépenses à ceux de 2009.  Après tout, en 2009, personne ne mourrait dans les rues parce que les municipalités ne dépensaient pas assez… De plus, il faudrait rappeler à cette bande de gaspilleurs que 55% des maires et conseillers municipaux ont été élus sans opposition lors de l’élection de 2013. C’est du jolie la démocratie municipale…


15 décembre 2014

Le Québec pauvre Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Les médias en ont peu parlé, mais la semaine dernière c’était la première diffusion des données de la nouvelle Enquête canadienne sur le revenu de Statistique Canada.

Voici comment se classe le Québec au chapitre du revenu médian après impôt…

Pauvreté Québec

Le Québec est presque dernier, devançant à peine la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick… Nous accusons un retard spectaculaire de 22 600$ sur l’Alberta et de 6 200$ sur la moyenne canadienne…  Cette situation est particulièrement honteuse quand on tient compte du fait que notre capital humain et nos ressources naturelles auraient dû faire du Québec une province capable de se battre avec les meilleurs…  Mais voilà, le modèle québécois a tout gâché…

Mais certains diront que si le revenu médias après impôt est si faible, c’est parce que le Québec redistribue efficacement la richesse pour combattre la pauvreté.  Malheureusement, ce n’est pas le cas…

Pauvreté Québec

Malheureusement, même si le modèle québécois pige allègrement dans nos portefeuilles, le Québec fait piètre figure dans la lutte contre la pauvreté. Encore une fois, le Québec est dans le fond du classement, incapable de faire aussi bien que la moyenne canadienne…

Un rappel que dans le modèle québécois on ne paye pas des impôts pour faire reculer la pauvreté ou pour le « bien commun ».  Ici on paye des impôts pour engraisser la machine gouvernementale.

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 206-0002 & 206-0003


15 décembre 2014

L’austérité, ça fonctionne ! Économie Europe Revue de presse

La Libre Belgique

-

Fitch abaisse la note de la France et maintient celle du Royaume-Uni
La Libre Belgique

L’agence de notation Fitch Ratings a abaissé vendredi la note de la France de « AA+ » à « AA » en l’assortissant d’une perspective stable, en raison notamment du dérapage budgétaire. Fitch a également qualifié de « faibles » les perspectives économiques du pays et affirmé que celles-ci pesaient sur la consolidation des finances publiques et la stabilisation du ratio de la dette.

« L’économie française devrait croître moins que la moyenne des pays de la zone euro pour la première fois en quatre ans », a souligné Fitch. L’agence estime que le programme de réformes structurelles du gouvernement « n’apparaît pas suffisant pour renverser les tendances négatives qui pèsent sur la croissance à long terme et la compétitivité ».

L’agence de notation financière Fitch a confirmé vendredi la note « AA+ » de la Grande-Bretagne en l’assortissant d’une perspective stable, citant à l’appui de sa décision la bonne reprise économique dans ce pays.

« Le Royaume-Uni bénéficie d’une reprise économique stable et solide. La forte croissance trimestrielle du PIB –en moyenne 0,8% d’un trimestre sur l’autre depuis le deuxième trimestre 2013– s’est poursuivie depuis le dernier examen en juin 2014 et a été la moins volatile parmi celle des principales économies industrialisées », souligne Fitch.

La France qui refuse l’austérité est décotée par les agences de crédit alors que le Royaume-Uni, qui a mis en place des politiques d’austérité, conserve sa cote de crédit.

Mais cela n’empêchera pas nos journalistes de dire que l’austérité c’est mauvais…


11 décembre 2014

Hommage au pétrole ! Économie En Citations Environnement International

Alex Epstein

-

L’auteur Alex Epstein à propos des combustibles fossiles.

« The ‘experts’ almost always focus on the risks of a technology but never the benefits– and on top of that, those who predict the most risk get the most attention from the media and from politicians who want to ‘do something.’ But there is little to no focus on the benefits of cheap, reliable energy from fossil fuels. This is a failure to think big picture, to consider all the benefits and all the risks. And the benefits of cheap, reliable energy to power the machines that civilization runs on are enormous. They are just as fundamental to life as food, clothing, shelter, and medical care – indeed, all of these require cheap, reliable energy. By failing to consider the benefits of fossil fuel energy, the experts didn’t anticipate the spectacular benefits that energy brought about in the last thirty years. »


11 décembre 2014

Le problème avec le Québec Canada Économie Québec

On pourrait résumer tout ce qui ne va pas au Québec avec le graphique suivant:

Québec Politicien

Le Québec est, et de loin, la province qui fait le plus confiance à ses politiciens.  Une province qui fait autant confiance à ses politicos, peu importe le parti, ne pourra jamais connaître la prospérité.  Notez aussi que plus les gens sont pauvres, plus ils font confiance aux politiciens; 16% des gens gagnant moins de 50 000$ contre 6% des gens gagnant plus de 150 000$.

Source:
Ryerson University
Public Perceptions of the Ethics of Political Leadership


10 décembre 2014

La statistique inutile Coup de gueule Économie International

Canadiens de MontréalLes gauchistes aiment beaucoup nous parler des inégalités de richesse.  Pour les gauchistes, les inégalités sont synonymes de pauvreté et de misère, ça fait partie de leur petit catéchisme, c’est le dogme central de leur idéologie…

Pourtant, quand on met de côté ses émotions et qu’on décide de réfléchir à tête reposée, on réalise rapidement que toutes les statistiques sur les écarts de richesses sont complètement inutiles.  Une société peut être très riche, mais inégalitaire; ou très pauvre, mais égalitaire.

Pour s’en convaincre, il suffit d’utiliser l’indice gini. L’indice gini est une mesure du degré d’inégalité de la distribution des revenus. Ce coefficient est un nombre variant de 0 à 1, où 0 signifie l’égalité parfaite (tout le monde a le même revenu) et 1 signifie l’inégalité parfaite (une personne a tout le revenu, les autres n’ont rien).  Voyons ce que donne l’indice gini du club de hockey des Canadiens…

L’indice gini du Canadien est de 41,9.  À titre indicatif, l’indice gini du Canada est de 32,1 i.e. le Canada est plus égalitaire que le Canadien. En fait, le niveau d’inégalité chez le Canadien est comparable à celui du Nigéria.  Pourtant, au Nigéria, 82% de la population gagne moins de 2$ par jour; du côté du Canadien, le joueur le plus pauvre, Dustin Tokarski, a plus peur de la fin du monde que de la fin du mois avec son salaire de 562 500$ par année.  Malgré les écarts de richesses chez le Canadien, personne ne se nourrit dans les soupes populaires ou ne s’habille à l’armée du salut.

Comme vous pouvez le constater, toutes les statistiques se rapportant aux inégalités sont inutiles, car le niveau d’inégalités ne nous apprend rien sur la pauvreté ou la misère d’un pays.  Mieux vaut l’inégalité dans la richesse que l’égalité dans la misère.

P.-S. Ce sont peut-être ces écarts de richesses qui expliquent la violence au hockey, les tensions sociales font en sorte que les pauvres s’en prennent aux riches…


10 décembre 2014

Sauve qui peut ! Économie Gauchistan Québec

Hier, l’institut de la statistique du Québec a publié son bilan démographique pour l’année 2013. Mauvaise nouvelle pour le Québec, le taux d’accroissement de la population est passé de 9,1‰ en 2012 à 7,7‰ en 2013.  Cette baisse relativement importante est le résultat d’une immigration internationale moins abondante, un recul de 3 050 personnes, mais surtout d’un exode massif des Québécois vers les autres provinces canadiennes.  Jugez par vous-même.

Quitter Le Québec

En 2013, le solde migratoire a été de -13 086 personnes, des gens qui ont quitté le Québec pour surtout aller vivre en Ontario (7 100 personnes) et en Alberta (4 700 personnes).  Les pertes de l’année 2013 sont les pires en 15 ans…  À titre indicatif, une perte de 13 086 personnes, c’est un peu comme si la population de Matane se volatilisait dans une autre province…

On peut dire que les péquistes et le stupide débat sur la charte ont poussé plusieurs Québécois vers la sortie.  De plus, il est bon de rappeler que ce ne sont pas les pires qui quittent le Québec pour refaire leur vie dans une autre province, au contraire…  Quoique faire partir les meilleurs est peut-être une stratégie référendaire…

P.-S. Si le modèle québécois est une réussite qui fait l’envie du monde entier, pourquoi le Québec a un solde migratoire négatif avec les autres provinces?

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Le bilan démographique du Québec. Édition 2014


9 décembre 2014

Pourquoi j’appuie Pierre Karl Péladeau Économie Québec

Pierre Karl Peladeau

Le Québec est une province malade… très très très malade.

La maladie qui affecte le Québec a un nom: le « modèle québécois ».  Le « modèle québécois » est une forme de cancer très rare et incurable.  Quand ce cancer frappe, il finit toujours par consumer sa victime, il n’existe pas de traitement qui permette de survivre au « modèle québécois ».

Le parti libéral est un parti de médecins.  Par conséquent, lorsqu’ils sont portés au pouvoir, malgré l’absence de traitements,  les libéraux font tout pour prolonger la vie du malade. Doses massives de chimiothérapie, traitements intensifs de radiothérapie, injections multiples d’antidouleur, toute la pharmacopée libérale y passe (taxes, tarifs, fausse austérité).  Le PLQ sait qu’il ne guérira pas le malade, mais il espère ainsi prolonger la vie du patient de quelques années.  Évidemment, ces traitements-chocs réduisent considérablement la qualité de vie du patient, mais pour le PLQ, tout ce qui compte c’est que celui-ci reste en vie, qu’importe si cette dernière est misérable…

Bref, avec les libéraux, le cancer « modèle québécois » continue de ravager le Québec, mais sans le tuer…  On voit le patient dépérir, perdre sa qualité de vie, mais personne ne peut vraiment faire son deuil puisque la mort est retardée par un acharnement thérapeutique de tous les instants.

Voilà pourquoi j’appuie PKP.

Avec ses idées radicales et illogiques, c’est un peu comme si on voulait traiter le « modèle québécois », un cancer généralisé, avec des traitements d’homéopathie (nationalisme économique, subventions, négation de la dette). Avec l’homéopathie, un remède imaginaire, le cancer va rapidement venir à bout du patient; sans l’acharnement thérapeutique libéral, le « modèle québécois » aura rapidement raison du Québec…  Bref, en remplaçant la médecine moderne du PLQ par l’homéopathie de PKP, le patient pourra enfin quitter ce monde, on pourra finalement faire notre deuil et passer à autre chose…

Pour cette raison je dis vive PKP et vive l’homéopathie !


9 décembre 2014

Le miroir français Économie France Revue de presse

Expansion

-

Quand les entreprises françaises prennent le large
L’Expansion

C’est un mouvement à prendre au sérieux: de plus en plus de dirigeants français s’expatrient et de grandes sociétés se délocalisent à l’étranger. Les effets de la mondialisation, dira-t-on. Oui, mais aussi les lourdeurs administratives, les pesanteurs sociales et, bien sûr, la pression fiscale.

C’est un consultant, un des spécialistes de la gouvernance d’entreprise, qui l’assure, l’air entendu : « Abstraction faite des banques, il n’est pas aberrant de dire que 40% des sociétés du CAC 40 ont leurs dirigeants installés hors de France. Pas forcément les n°1. Je vous parle des cadres de haut niveau, membres des comités exécutifs ou de direction. »

Le propos est troublant, presque incroyable, et, une fois de plus, « off ». En France, en 2014, il est toujours aussi compliqué d’évoquer l’exil des dirigeants d’entreprises ou la délocalisation de centres de décision. Pis : personne n’est capable de mesurer précisément le phénomène! Une commission d’enquête parlementaire s’est attelée à la tâche en avril dernier : six mois de travaux et 34 auditions plus tard, son président, Luc Chatel (UMP), et son rapporteur, Yann Galut (PS), sont demeurés sur des convictions irréconciliables, interprétant, chacun de leur côté, chiffres et données. De quoi s’interroger sur la réalité du pouvoir de contrôle du Parlement.

Lire sur la France, c’est un peu comme lire sur ce que serait devenu un Québec souverain…