Antagoniste


16 avril 2014

Les élections ont des conséquences Canada Économie Élection 2014 En Chiffres Québec

Dans la foulée du déclenchement des élections, je vous avais parlé de l’augmentation très inquiétante du coût d’emprunt pour le Québec (i.e. le service de la dette). À cette époque, les marchés financiers anticipaient une victoire du PQ.

Provenant directement d’un terminal bloomberg d’un de mes contacts, voici comment le coût d’emprunt pour le Québec et l’Ontario a évolué durant la dernière campagne électorale. Dans le premier graphique, on peut voir l’évolution des taux depuis le 2 janvier 2014 jusqu’au 14 avril 2014. Le second graphique correspond à l’écart (spread) entre les taux ontariens et québécois.

Dette Québec

Dette Québec

Au déclenchement des élections, l’écart avec l’Ontario a bondi de manière inquiétante, à ce moment, la plupart des gens donnaient la victoire au PQ avec un gouvernement majoritaire.  Par contre, la publication d’un premier sondage CROP qui donnait une courte victoire au PLQ a renversé cette tendance.  Cette diminution des taux s’est accélérée quand un sondage Léger a évoqué la possibilité d’un gouvernement libéral majoritaire.  Quand le PLQ a officiellement été élu le 7 avril dernier, nous avons presque retrouvé l’écart qui avait été observé en début d’année.

Même si on aime souvent dire que le PLQ et le PQ c’est blanc bonnet, bonnet blanc, il faut réaliser que les marchés financiers et les investisseurs ne voient pas les choses du même oeil. S’il est vrai que les programmes se ressemblent, il y a des « adultes » au PLQ qui sont capables de réassurer les marchés financiers en réduisant les possibilités de dérapages.

Je ne dis pas que le salut économique du Québec passe obligatoirement par le parti libéral, la CAQ aurait sans doute fait aussi bien, peut-être même mieux. Par contre, je dis que le PQ est devenu un parti qui a un effet délétère sur l’économie du Québec.


16 avril 2014

Pas de panique Économie Environnement International Revue de presse

Financial Times

-

Bogus prophecies of doom will not fix the climate
Financial Times

According to Monday’s report by the Intergovernmental Panel on Climate Change, a further warming of 2C could cause losses equivalent to 0.2-2 per cent of world gross domestic product. On current trends, that level of warming would happen some time in the second half of the 21st century. In other words, half a century of climate change is about as bad as losing one year of economic growth.

Since the start of the crisis in the eurozone, the income of the average Greek has fallen more than 20 per cent. Climate change is not, then, the biggest problem facing humankind. It is not even its biggest environmental problem. The World Health Organisation estimates that about 7m people are now dying each year as a result of air pollution. Even on the most pessimistic estimates, climate change is not expected to cause loss of life on that scale for another 100 years.

The writer is a professor at the University of Sussex and Vrije Universiteit in Amsterdam, and has served on the IPCC since 1994

Adopter des mesures coûteuses et inefficaces en prétextant qu’il est urgeant d’agir pour contrer un possible réchauffement climatique est probablement la pire des attitudes…


15 avril 2014

Qu’est-ce que la justice sociale Économie En Vidéos Philosophie

« Social Justice » is a term you hear almost every day. But did you ever hear anybody define what it actually means? Jonah Goldberg of the American Enterprise Institute tries to pin this catchall phrase to the wall. In doing so, he exposes the not-so-hidden agenda of those who use it. What sounds so caring and noble turns out to be something very different.


15 avril 2014

La loi du moindre effort Coup de gueule Économie France Revue de presse

The Guardian

-

When the French clock off at 6pm, they really mean it
The Guardian

Just in case you weren’t jealous enough of the French already, what with their effortless style, lovely accents and collective will to calorie control, they have now just banned bosses from bothering them once the working day is done.

Well, sort of. Après noticing that the ability of bosses to invade their employees’ home lives via smartphone at any heure of the day or night was enabling real work hours to extend further and further beyond the 35-hour week the country famously introduced in 1999, workers’ unions have been fighting back. Now employers’ federations and unions have signed a new, legally binding labour agreement that will require employers to make sure staff « disconnect » outside of working hours.

Under the deal, which affects around 250,000 employees in the technology and consultancy sectors (including the French arms of Google, Facebook, Deloitte and PwC), employees will also have to resist the temptation to look at work-related material on their computers or smartphones – or any other kind of malevolent intrusion into the time they have been nationally mandated to spend on whatever the French call la dolce vita. And companies must ensure that their employees come under no pressure to do so.

Rendons à César ce qui appartient à César… Quand on leur demande de trouver des moyens pour rendre des travailleurs non productifs, les syndicats sont capables d’une grande efficacité…


14 avril 2014

Les taxes et la légalisation Économie États-Unis Revue de presse

The Washington Times

-

Marijuana black market still thrives in Colorado, where pot is legal
The Washington Times

Just because marijuana is legal in Colorado doesn’t mean the black market for the drug has disappeared. Rather, the opposite, police officials said.

“[Legalization] has done nothing more than enhance the opportunity for the black market,” said Lt. Mark Comte of the Colorado Springs police vice and narcotics unit, in The Associated Press. “If you can get it tax-free on the corner, you’re going to get it on the corner.”

Police are concerned that recent escalations in violence are tied to the legal recreational pot sales market. But their fears are only based on anecdotal evidence; nobody in state or federal government agencies is tracking the numbers of violent crimes that are tied to the marijuana market, AP reported.

Yet Washington police say they’re prepping for similar black market impacts in their state.

“There’s going to be a black market here,” said Cmdr. Pat Slack of the Snohomish Regional Drug/Gang Task Force, outside Seattle, in the AP report. “There will be drug rip-offs and the drug debts that haven’t been paid. All of that is going to stay.”

Bref, il ne sert à rien de légaliser la marijuana si c’est pour la taxer puisque le crime organisé aura toujours la possibilité d’écouler une marchandise moins chère, puisque… non taxée.


10 avril 2014

La valeur refuge Économie Élection 2014 Québec Revue de presse

The Globe And Mail

-

Decisive Liberal win brings economic ‘stability’ to Quebec: economists
The Globe And Mail

The election of a majority Liberal government in Quebec and the decisive defeat of the separatist Parti Québécois signal a turn to greater economic stability and enhanced credibility on the fiscal front in the province, observers say.

“Suffice it to say that the sovereignty issue was all but put to bed last night,” BMO Nesbitt Burns chief economist Douglas Porter said in a note Tuesday. “From an economic perspective, a majority government (and silencing of referendum talk) returns some political stability back to Quebec, which is a clear positive for the flagging economy,” he said, pointing out that the Canadian dollar is modestly stronger Tuesday morning at $1.092 (U.S.).

“Certainly from a foreign investor perspective, they are more comfortable with the idea of the separation issue fading into the background,” said David Watt, chief economist with HSBC Canada. “We still need foreign investment having a strong confidence in Canada.”

“You’ve got four years of stability,” Mr. Mack said about Quebec. But he added that a key driver of market sentiment will be the first Liberal government budget and how determined it is about putting the province’s fiscal house in order. Mr. Porter said to expect the Liberal government of Philippe Couillard to target a budget surplus by 2015-16, mostly through a freeze on spending.”

The “election of a strong majority government increases certainty surrounding government policy since budgets and other key legislation can be passed without support from opposition parties,” Toronto-Dominion Bank economic analyst Sonny Scarfone said in a note Tuesday.

Même si on aime souvent dire que le PLQ et le PQ c’est blanc bonnet, bonnet blanc, il faut réaliser que les marchés financiers et les investisseurs ne voient pas les choses sous cet oeil. S’il est vrai que les programmes se ressemblent, il y a des « adultes » au PLQ qui sont capables de réassurer les acteurs économiques. Contrairement au PQ, vous pouvez être certains que le PLQ n’oubliera pas de nommer un ministre du revenu


9 avril 2014

Les années Couillard Économie Élection 2014 Québec

Charest réingénierie
YGRECK

Est-ce qu’il aurait été préférable d’élire un gouvernement libéral minoritaire lundi dernier ?

C’est la première question qui se pose quand on pense à l’élection de Philippe Couillard au poste de premier ministre. Un gouvernement minoritaire aurait eu des avantages certains. La balance du pouvoir appartenant à la CAQ, le parti de François Legault aurait pu tempérer les élans dépensiers qui nous ont si souvent déçus chez les libéraux.

Par contre, dans le contexte de la commission Charbonneau, un gouvernement minoritaire aurait tenu tout au plus 12 mois. Autrement dit, le Québec aurait dû passer au travers une autre campagne électorale portant sur l’intégrité, les prête-noms, Arthur Porter et probablement la charte. Une autre année complète à tourner en rond. En ce sens, un gouvernement majoritaire apportera une stabilité qui fera du bien à tout le monde.  Sans compter que François Legault pourra utiliser les 4 prochaines pour faire de la CAQ l’alternative naturelle au PLQ.  En 2007, l’élection d’un gouvernement minoritaire a eu pour conséquence que l’équipe de Mario Dumont a manqué de temps pour préparer l’élection qui allait suivre.

Mais avant d’aller plus loin au sujet du gouvernement de Philippe Couillard, je veux faire un détour en 2003, lors de l’élection de Jean Charest…

En 2003, l’un des premiers gestes du PLQ au lendemain de son élection avait été de demander une vérification des états financiers du gouvernement à Guy Breton, l’ancien vérificateur général. Lors de cette vérification, on découvre un trou de 4,3 milliards de dollars dans le budget du gouvernement précédent…

C’est suite à la découverte de ce manque à gagner que Jean Charest parle pour la première fois de la nécessité de procéder à une « réingénierie de l’État » pour sauver le Québec de la faillite (contrairement à la croyance populaire, la promesse de réingénierie n’a jamais été faite durant la campagne électorale, elle est venue après l’élection du gouvernement).

L’opération est lancée par Jean Charest le 4 juin 2003 lors de son discours inaugural dans lequel il déclare:

« Le Québec est à l’heure des décisions. Nous sommes arrivés au bout d’un modèle de fonctionnement. Ce modèle a été créé il y a une quarantaine d’années par de grands Québécois. Il nous a permis d’aller loin. Mais nous devons maintenant le revoir pour continuer à progresser. [...]

L’État québécois, qui a donné le signal de notre émergence parmi les sociétés les plus modernes du monde, a vieilli. Il se trouve aujourd’hui en décalage face aux citoyens. Il ne parvient plus à répondre efficacement à leurs besoins. Et les Québécois en font les frais tous les jours. Il fait de nous les citoyens les plus taxés du continent. Il place notre niveau de vie au 52e rang sur 60 États et provinces du nord du continent. Cet État mal adapté nous coûte 37 % plus cher qu’en Ontario et 25 % plus cher que dans le reste du Canada.

Il s’en trouvera peut-être pour dire que c’est là le prix de notre différence. Nous refusons cette analyse. Notre différence n’est pas une taxe. Je pense plutôt que c’est le prix payé par les Québécois pour des gouvernements qui ont manqué à leur devoir; à leur devoir de réviser périodiquement leurs façons de faire, comme tous les citoyens ont dû le faire, que ce soit dans leur travail, leur entreprise, dans leur foyer et leur famille.[...]

Pendant combien de temps l’État québécois peut-il exiger davantage de sacrifices de ses citoyens que de lui-même? Pendant combien de temps l’État québécois peut-il continuer à tout taxer et à se mêler de tout avec, pour résultat, de souvent faire les choses à moitié?

C’est sur la base de ces principes de gestion que nous inaugurerons six grands travaux qui seront le coeur de la réingénierie de l’État québécois. »

On connaît la suite des choses… La réingénierie a été le plus grand flop de la carrière politique de Jean Charest.

Par contre, à la défense de premier ministre, on pourrait dire qu’il a été en avance sur ton temps.  En 2003, les Québécois faisaient leurs tout premiers pas sur l’axe gauche-droite et ils n’étaient pas outillés pour recevoir et comprendre un tel discours.  Leur attention ayant été monopolisée par les questions constitutionnelles depuis plusieurs décennies, on oublie que sur les questions de politiques publiques les Québécois sont partis de très loin.  Un énorme travail de pédagogie a été réalisé depuis et 11 ans plus tard, la réception à ce genre de discours serait probablement tout autre.

Pourquoi je vous parle de ça ?

Parce que tout comme Jean Charest, Philippe Couillard a débuté son mandat en demandant une vérification des états financiers du gouvernement précédent.  Qui sait, avec un peu de chance on trouvera peut-être un trou dans le budget et Philippe Couillard aura peut-être le courage de faire la réingénierie promise par Jean Charest…

P.-S. Dans un an presque jour pour jour, les conventions collectives du secteur public arriveront à échéance…


7 avril 2014

Les temps sont durs au Québec Canada Économie Élection 2014 En Chiffres Québec

Lundi dernier, le Bureau du surintendant des faillites du Canada a publié ces chiffres finaux pour l’année 2013, la première année complète avec un gouvernement péquiste. Il est légitime de parler d’un film d’horreur…

Tout d’accord, voici dans quelles mesures l’insolvabilité (faillites et propositions concordataires) a augmenté au Québec dans chacune des provinces:

Faillite Québec

C’est le Québec qui a enregistré la pire performance.  Pendant que la majorité des provinces réduisaient leurs problèmes d’insolvabilité, au Québec ils ont bondi de 11,2% !  En 2013, 34% des faillites et propositions concordataires sont survenues au Québec même si la province ne représente que 24% de la population canadienne.

Toujours en 2013, voici qu’elle était le taux d’insolvabilité dans chacune des provinces:

Faillite Québec

Le Québec est uniquement devancé par la Nouveau-Brunswick, mais au rythme où vont les choses, nous risquons de finir sur la première marche du podium…  Si le Québec avait eu un taux d’insolvabilité comparable à la moyenne canadienne, il y aurait eu 12 053 faillites et proposition concordataire de moins dans la province en 2013…

N.B. Les chiffres sur l’insolvabilité au Canada pour l’année 2013 ont été publiés le 31 mars dernier.  Malgré la campagne électorale, aucun grand média n’a jugé bon en parler.

Industrie Canada
Bureau du surintendant des faillites Canada


3 avril 2014

Éducation et économie Canada Économie Élection 2014 En Chiffres Québec

Pour faire suite à mon billet d’hier sur l’éducation et l’indépendance, voici un billet sur l’éducation et l’économie, deux autres oubliées de la campagne électorale…

On oublie trop souvent que les dons de charités représentent un rouage important de tout système d’éducation efficace et performant…

Éducation Québec

Dernier…

Selon la « boussole électorale » de Radio-Canada, 79% des Québécois veulent augmenter le taux d’imposition des entreprises (alors que nous sommes déjà la province la plus imposée).  Si on impose plus les entreprises, ces dernières auront encore moins d’argent pour faire des dons aux universités et vous pouvez parier que l’argent qui sera confisqué par le gouvernement se retrouvera partout, sauf dans notre système d’éducation…

Sources:
Statistique Canada
Tableau 477-0058
Tableau 477-0019


3 avril 2014

Les régions… Coup de gueule Économie Élection 2014 Gauchistan Québec

Le Nord-Est

-

«Rambo» votera pour le PQ
Le Nord-Est

«En tant que père de famille nord-côtier qui ne veut pas voir ses beaux villages de la Côte disparaître et ses villageois se déchirer, je me dois impérativement de voter pour le Parti québécois par chez nous! Nous n’avons pas le choix si nous voulons garder une petite chance de sauver notre région du capitalisme qui est en train de s’y installer», a écrit Bernard Gauthier, en fin d’après-midi sur sa page Facebook, dans un long statut truffé de fautes.

Il affirme «que la chasse au représentant syndical est ouverte sur la Côte-Nord». Il critique la Loi 33 sur le placement syndical «qui est en train de nous faire crever chez nous». «En deux ans, le gouvernement libéral, Lise Thériault en tête et Diane Lemieux, ont réussi à tout démolir de façon à donner à tous les entrepreneurs le pouvoir d’abuser de nos travailleurs de l’industrie […] C’est pas compliqué, ce gouvernement (libéral) a voulu abolir toutes formes de syndicalisation au Québec», poursuit le syndicaliste.

Sans commentaire…


2 avril 2014

La corruption Économie Élection 2014 En Citations Philosophie Québec

Commission Charbonneau

-

Il y a près de deux milles ans, le sénateur et historien romain Tacitus écrivait le rapport de la commission Charbonneau.  Le voici dans son intégralité:

« Plus il y a de lois, plus l’État est corrompu. »


2 avril 2014

Éducation et indépendance Canada Économie Élection 2014 En Chiffres Québec

Pourquoi ne pas parler d’éducation et d’indépendance; un mélange d’un des sujets les moins présents avec l’un des sujets les plus présents dans la campagne électorale !

Tout d’abord, voici l’argent dépensé par les provinces pour l’éducation post-secondaire:

Éducation Québec

Comment le Québec peut-il être simultanément une des provinces qui taxent le plus tout en étant une des provinces qui met le moins d’argent dans son système d’éducation post-secondaire…  Deux réalités difficilement conciliables…

Notons que les frais de scolarité ne sont pas inclus dans ces chiffres.  Quand on les prend en considération, l’Île-du-Prince-Édouard et l’Ontario passent devant le Québec. Autre fait intéressant, au début des années 2000, Terre-Neuve dépensait 8 001$ par étudiant temps plein. Aujourd’hui, cette somme est passée à 21 051$ par étudiant temps plein.  Ce bond spectaculaire (+163%) correspond avec le début de l’exploitation du pétrole par cette province.

Autre élément intéressant, voici la part du fédéral dans le financement de l’éducation post-secondaire:

Éducation Québec

La seule province avec un mouvement indépendantiste est aussi celle qui dépend le plus de l’argent du fédéral pour financer son éducation post-secondaire…  Encore une fois, deux réalités difficilement conciliables…

Sources:
Statistique Canada
Tableau 477-0058
Tableau 477-0019


1 avril 2014

Rob Ford, un allié du Québec ? Canada Économie Québec Revue de presse

The Globe And Mail

-

Divisive Toronto Island Airport proposal packs council chamber
The Globe And Mail

A standing-room-only crowd packed Toronto’s city council chamber Tuesday to speak out on a controversial plan to expand the Island Airport.

In the lead-up to Tuesday’s debate, two leading challengers to Mayor Rob Ford urged the committee to take quick action – with John Tory asking for a fast deferral of the matter until more information is available and Olivia Chow pressing for a prompt rejection of the plan. Mr. Ford, for his part, continued to advocate for a speedy approval and Deputy Mayor Norm Kelly is working on his own airport motion to move up the decision on whether to allow jets at the Billy Bishop Toronto City Airport.

While the executive committee meeting is expected to go into the evening, Mr. Tory asked its members “to be brief” and not vote on the airport plan at all. “The Executive Council should immediately defer the debate on the Billy Bishop airport,” he said in a statement.

Ms. Chow urged members to turn down the plan. “We should leave it as it is,” she said in a statement.

On his way to the meeting, Mr. Ford told reporters he also wants quick action. “I support the Island Airport wholeheartedly. I’ve never changed my position on it,” he said as he headed to the special meeting. ? “We should get on with it. Stop playing the games.”

Pourquoi je vous parle du projet d’agrandissement d’un aéroport de Toronto qui est supporté par Rob Ford et dénoncé par Olivia Chow ? Parce que la prochaine élection municipale à Toronto risque de se jouer entre ces 2 là et que si le projet d’agrandissement se concrétise, Bombardier pourra espérer vendre jusqu’à 30 C-Series et 6 Q400, un deal de 2,3 milliards de dollars !


31 mars 2014

La mine basse Canada Économie Élection 2014 En Chiffres Environnement Europe Québec

Il y a presque un mois, l’Institut Fraser a publié son indice de développement minier, une enquête menée auprès de 690 dirigeants de l’industrie minière pour savoir quels étaient les endroits dans le monde les plus ouverts aux investissements. J’avais prévu parler de cette étude bien avant, mais avec le déclenchement des élections, elle était tombée sous mon radar.

Mieux vaut tard que jamais, alors voici l’indice de développement minier, pour les provinces canadiennes et les pays scandinaves (pays souvent cités en exemple…) avec des ressources minérales. Pas de bonnes nouvelles pour le Québec…

Mine Québec

Quelques constatations plutôt troublantes:

  • Il y a 4 ans à peine, le Québec était confortablement installé en 1ere position, tant au Canada qu’à l’échelle mondiale.  Aujourd’hui, nous avons été relégués au 6e rang au Canada et 21e rang mondial.
  • Le Québec fait moins bien que l’ensemble des pays scandinaves, pourtant des modèles de social-démocraties par notre gauche.  La Suède occupe le 1er rang mondial.
  • Dans la majorité des provinces canadiennes et la totalité des pays scandinaves, l’indice s’est amélioré depuis 2009/2010. Le Québec est l’endroit qui a subi la chute la plus importante de son indice (-21,8%).

Si les provinces de l’Ouest et les pays scandinaves sont riches et que le Québec est pauvre, ce n’est pas à cause du pétrole, mais plutôt parce que le socialisme et l’éco-catastrophisme n’ont pas infecté l’économie leur économie.

Pour prendre la pleine mesure de la détérioration des conditions économiques au Québec pour les entreprises pétrolières, voici l’évolution de notre position dans le classement:

Mine Québec

Une chute vertigineuse. Certaines personnes pourraient croire que l’adoption de la nouvelle loi sur les mines en décembre 2013 pourrait redonner au Québec une place enviable au classement. Personnellement, j’en doute.  La nouvelle loi, fruit de la collaboration entre le régime péquiste et François Legault, représente une réglementation supplémentaire et un boulet économique pour les entreprises minières. Au mieux, on va stopper la chute, mais il sera difficile de remonter au haut de l’échelle.

Et à tous ceux qui se questionnent sur l’utilité d’avoir une industrie minière florissante, voyez par vous-même…

Québec mine

Les gens qui travaillent dans le domaine de l’extraction minière et pétrolière gagnent 1 683$/semaine, presque le double de la moyenne de tous les secteurs, qui se chiffre à 897$/semaine.

Voilà qui devrait être pris en considération dans l’éternel (et inutile) débat sur les redevances. Car les emplois créés et les salaires versés, c’est aussi des redevances !

Sources:
Fraser Institute
Survey of Mining Companies: 2013

Statistique Canada
Tableau 281-0027


31 mars 2014

Opportunité ratée Économie Environnement États-Unis Europe Mondialisation Revue de presse

The Guardian

-

European leaders ask Obama to allow increased exports of US shale gas
The Guardian

European leaders on Wednesday asked Barack Obama to share the US’s shale gas bonanza with Europe by facilitating gas exports to help counter the stranglehold Russia has on the continent’s energy needs.

With Russia’s gas monopoly, Gazprom, supplying a quarter of Europe’s gas needs, and almost all of the gas in parts of eastern Europe, the energy issue has soared to the top of Europe’s strategic agenda as a result of the Ukrainian crisis and the fear that the Kremlin will be able to blackmail Europe if a threatened trade war erupts.

Herman Van Rompuy and José Manuel Barroso, presidents of the European council and the European commission respectively, asked Obama to come up with measures that would favour European companies obtaining licences to export US shale gas in liquid form to Europe.

While European access to the US shale gas revolution is currently constrained by American licensing procedures, a successful conclusion of ongoing ambitious trade talks aimed at creating a transatlantic free trade area would also hasten European access to American gas.

Un rappel pour vous dire que personne n’a parlé gaz de schiste dans cette campagne électorale. Une autre opportunité d’enrichir le Québec qui a été ratée… Pendant ce temps, les Américains pourront s’enrichir en exportant leur gaz vers l’Europe…