Antagoniste


28 juillet 2015

Harperphobie Arguing with Idiots Canada Coup de gueule Gauchistan

La semaine dernière, dans le journal à PKP, on nous a parlé d’un « humoriste intelligent », un certain Fred Dubé…  Parmi les blagues considérées comme « intelligentes » par la journaliste on peut lire ceci:

« Ce n’est pas la job des terroristes de mettre notre démocratie en danger, c’est la job d’Ottawa, de notre ignorance, des médias de masse, du Parti conservateur. Stephen Harper qui défend notre démocratie, c’est comme nettoyer de la marde en pissant dessus. »

Si vous ne trouvez pas ça drôle, c’est probablement parce que vous n’êtes pas intelligent puisque je vous le rappelle, la journaliste a fait un article sur un humour qu’elle décrit comme « intelligent »…

M’enfin, il y a les faits et il y a la fiction.  Donc pendant que les « humoristes intelligents » essayent de se convaincre que le Canada est une dictature, voici comment le Canada figure dans quelques palmarès internationaux:

Canada

C’est quand même un score fort respectable pour un premier ministre qui « défend notre démocratie comme en nettoyant de la marde en pissant dessus »

M’enfin, Fred Dubé est un « humoriste intelligent », donc il a peut-être raison.  D’ailleurs, on peut voir toute son intelligence dans le gag suivant:

« Moi, personnellement, si j’étais né en Irak, pour ma fête de 18 ans, je me serais tapé 18 bâtons de dynamite autour de la taille et je serais allé donner un gros câlin à un soldat américain. »

Source:

Canada regains title as most reputable nation in the world despite Harper derangement frenzy


28 juillet 2015

Pas de péréquation en Colombie-Britannique Canada Économie Environnement Revue de presse

The Daily Courier

B.C. finance minister heads to Malaysia to discuss Petronas LNG deal
The Daily Courier

British Columbia’s finance minister is travelling to Malaysia to discuss a $36 billion liquefied natural gas project in the province’s northwest.

Michael de Jong will meet with officials over the next six days to discuss the ratification of a project agreement with Pacific Northwest LNG, a consortium led by Malaysia energy giant Petronas.

The province passed legislation this week that allowed it to enter into an agreement with the consortium to build an LNG export terminal near Prince Rupert. The Opposition New Democrats voted against the legislation, which protects Pacific Northwest LNG from targeted tax increases for 25 years.

The project would be the largest private investment in B.C. history, creating 4,500 construction jobs and generating $8.6 billion in taxes and revenues by 2030.

The B.C. government estimates that travel and accommodation for the minister and his chief of staff will cost about $7,900.

« Now that the province has met its obligations, we are an important step closer to the company’s final investment decision and the start of an LNG industry in B.C., » says de Jong in a statement. « We will keep moving forward to make this incredible opportunity a reality so we can build our economic portfolio, and create jobs and opportunities for British Columbians now and in the future. »

Pendant qu’en Colombie-Britannique on annonce des investissements de 36 milliards de dollars de capitaux étrangers (ce qui va créer 4 500 jobs et générer des retombées fiscales de 8,6 milliards de dollars d’ici 2030) pour la construction d’un port méthanier, au Québec on a dit non au gaz de schiste ET au port méthanier…

Et pendant que le Québec s’imagine être plus intelligent que tout le monde, nous recevons de la péréquation alors que la Colombie-Britannique en paye…

P.-S. Quand Labeaume va en Californie pour faire on ne sait trop quoi, ses dépenses de voyages s’élèvent à près de 19 000 dollars. La délégation britanno-colombienne qui se rendra en Malaisie pour officialiser le deal de 36 milliards avec Petronas va coûter 7 900 dollars.


27 juillet 2015

Bienvenue au PKPistan Arguing with Idiots Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

PKP

Voici ce que déclarait l’ineffable PKP le 16 juillet 2015:

« Nous devons réfléchir comme collectivité afin de baliser les fermetures d’usines afin qu’elles ne puissent pas s’effectuer sans condition préalable, au préjudice des travailleurs, des citoyens et de la nation. Il existe de nombreuses législations dans les pays européens qui pourraient nous servir de canevas pour cette réflexion. »

Avoir l’Europe comme modèle économique…  ça va tellement bien l’économie en Europe…  M’enfin, voici ce qu’on pouvait lire le 19 mars 2009:

« Quebecor World n’a pas pris des gants blancs après avoir décidé de fermer son usine de Magog, pourtant la plus ancienne du groupe. Presque un an après l’annonce de cette fermeture, survenue le 1er avril 2008, plusieurs se souviennent avec amertume du geste posé par l’entreprise. ‘Je considère toujours que l’entreprise a procédé de manière sauvage, affirme le maire de Magog et président du Centre local de développement de la MRC de Memphrémagog, Marc Poulin. On a perdu le joyau de M. Péladeau père. On a payé comme milieu pour une décision d’affaires.' »

On dirait que les bottines ont oublié de suivre les babines…

Une autre déclaration de l’amusant PKP, toujours le 16 juillet 2015:

« Québec doit se doter d’une véritable politique industrielle et d’investissement pour éviter de nouvelles délocalisations, plaide Pierre Karl Péladeau, dénonçant du même souffle la stratégie du ‘laisser-faire’ du gouvernement libéral. […] ‘Ça prend des prises de participation pour s’assurer d’avoir une influence sur les éventuelles délocalisations. »

Le 27 juillet 2015, PKP renchérissait en déclarant:

« Souhaitons-nous véritablement nous mettre en concurrence avec des entreprises qui opèrent dans des pays qui n’ont pas la même législation progressiste que le Québec s’est donnée depuis plusieurs décennies en ce qui concerne la santé et la sécurité au travail, le salaire minimum, la qualité de la prestation, la viabilité du recours pour l’exercice de la garantie du prestataire et tant d’autres critères dont également l’empreinte écologique de la fabrication du produit ? Nous devons réfléchir sur notre rôle comme citoyen du monde et comme nation, plutôt que de nous précipiter vers le moins cher et le plus idiot. »

Le 17 juillet 2015, on apprenait ceci à propos de Quebecor, la compagnie de PKP:

« Le président des cols blancs de la Ville de Québec, Jean Gagnon, en a remis jeudi contre Québecor qu’il accuse d’avoir vendu l’amphithéâtre à des intérêts étrangers et de ‘cracher sur le Québec’. La décision de Québecor de tout sous-traiter à l’extérieur en disant que ça nous prend une expertise, que ça nous prend les meilleurs, ça c’est de cracher sur le Québec.’ […] Le syndicaliste reproche au gestionnaire de l’amphithéâtre d’avoir ‘tout donné à contrat à des firmes étrangères’ dans le Centre Vidéotron, qui a pourtant été payé entièrement par des fonds publics. »

Encore une fois, les bottines ont oublié de suivre les babines…

Finalement, l’impayable PKP a aussi déclaré cette semaine qu’il aimerait bien avoir une loi qui oblige les entreprises à partager ses profits avec ses employés…  Si PKP veut rendre obligatoire le partage des profits, j’imagine qu’il considère aussi que les pertes devraient être partagées, c’est une question d’équité.  C’est intéressant puisqu’une telle mesure aurait signifié que les employés de Bombardier n’auraient pas été payés cette année…  Mais surtout, si le partage des profits avec les employés est une si bonne idée, pourquoi Quebecor ne le fait pas déjà ?

Bref, quand on compile toutes ces contradictions on arrive à la conclusion suivante: PKP, le type dont les idées sont assez bonnes pour le Québec…  mais pas assez bonnes pour sa compagnie…


27 juillet 2015

Une autre erreur des réchauffistes Environnement International Revue de presse

The Wall Street Journal

Sea Ice Might Be More Resilient Than Thought
The Wall Street Journal

Arctic sea ice is so sensitive to changing temperatures that a single cool summer briefly reversed the decline in the ice cap around the North Pole, says a new study released Monday.

Using new satellite data, researchers at University College London reported in Nature Geoscience on Monday that the total volume of sea ice in the Northern Hemisphere was well above average in the autumn of 2013, traditionally the end of the annual melt season, after an unusually cool summer when temperatures dropped to levels not seen since the 1990s.

“We now know it can recover by a significant amount if the melting season is cut short,” said the study’s lead author Rachel Tilling, a researcher who studies satellite observations of the Arctic. “The sea ice might be a little more resilient than we thought.”

Miss Tilling and her colleagues used new data from the European Space Agency’s Cryosat-2 radar satellite, launched in 2010. For the first time, they measured changes in the overall volume of seasonal sea ice across the Arctic and Greenland. Until now, researchers have been able to track the extent of ice, but not its thickness.

In 2013, summer temperatures were about 5% cooler than the previous year and the volume of autumn ice jumped 41%, they said.

Les glaces du pôle Nord plus résilientes qu’on le croyait… Voilà qui contraste avec ce que déclaraient des scientifiques canadiens en 2007, ceux-ci avaient annoncé que l’Arctique serait libre de glace en 2015.

On nous disait pourtant que le débat était clos et que la science était définitive…


23 juillet 2015

Censeurs dénués de scrupules Économie En Citations Philosophie

Revel

Tiré du livre « La grande parade – Essai sur la survie de l’utopie socialiste » de Jean-François Revel (1924-2006).

« Aucune des justifications avancées depuis 1917 en faveur du communisme réel n’a résisté à l’expérience; aucun des objectifs qu’il se targuait d’atteindre n’a été atteint: ni la liberté, ni la prospérité, ni l’égalité, ni la paix. Si bien qu’il a disparu, sous le poids de ses propres vices plus que sous les coups de ses adversaires. Et pourtant, il n’a peut-être jamais été aussi farouchement protégé par autant de censeurs aussi dénués de scrupules que depuis son naufrage. »


23 juillet 2015

La mondialisation sauvage Arguing with Idiots Économie En Chiffres International Mondialisation

Les nationaleux et la gauche n’aiment pas la mondialisation, la mondialisation retire des pouvoirs aux gouvernements pour les redonner au peuple, affaiblir la toute-puissance du gouvernement c’est un sacrilège pour la gauche et les nationaleux.

La semaine dernière, on a découvert que la mondialisation était aussi détestée par l’Église catholique.  Le pape, qui est devenu un vulgaire communiste en soutane reproche sans doute au capitalisme mondialisé d’avoir sorti des millions de gens de la pauvreté, les pauvres c’est le public cible du nouveau pape…

Voyez par vous-même:

Mondialisation

Depuis 2000, le nombre de pauvres s’est réduit de 48% et la classe moyenne a augmenté de 86% !  Du côté des riches, l’augmentation n’est que de 17%, autrement dit, ce ne sont pas les riches qui ont le plus profité de la croissance économique.

En chiffres absolus, c’est 700 millions de personnes qui sont sorties de la pauvreté depuis 2001, un accomplissement remarquable du méchant capitalisme mondialisé.

Source:
Pew Research Center
Population Distribution by Income Tiers, 2001 and 2011


23 juillet 2015

Le sable bitumineux… américain ! Économie Environnement États-Unis Revue de presse

National Post

Utah set to be home of first oilsands mine project in U.S. by end of 2015
National Post

Despite fierce opposition from American environmental groups, the first commercial oilsands mine in the United States is just months away from starting up after receiving final regulatory approvals from officials in Utah late last week.

“We’ll be in production later in the fall with commercial production before the end of the year,” U.S. Oil Sands Inc. chief executive Cameron Todd said in a phone interview Tuesday. Calgary-based U.S. Oil Sands is working through the summer to complete a 2,000-barrel-per-day oilsands mine in eastern Utah, which would make it the first commercial oilsands mine in the United States when it begins producing later this year.

Todd noted that oilsands deposits have been used in the U.S. in the past, including in the construction of the first roads in Utah, but have never been mined on a commercial scale. The Uinta basin in the northeastern and central southeastern of the state has more than 50 identified oil sands deposits, with an estimated total of 20 to 32 billion barrels of oil in place.

The company is using a solvent derived from citrus in oranges to extract the oil from the oilsands ore, which Todd said, helps eliminate the need for large tailings ponds like those in northern Alberta. If it’s successful, the company may seek to monetize its technology through licensing agreements with oilsands mine operators around Fort McMurray, he said.

At a cost of $60 million, the capital cost of the mine in Utah will be roughly $30,000 per barrel of new capacity and will likely operate at a cost under $30 per barrel. Once U.S. Oil Sands proves that the company’s extraction method can work, Todd said the company could increase the size of the mine by 10,000 bpd and potentially build other oilsands mines on bitumen deposits in the States and around the world.

Une compagnie de Calgary qui va contribuer à la création d’une industrie exploitant les sables bitumineux aux États-Unis en utilisant une technologie qui réduit la pollution et qui permet de produire à 30$ le baril !

Temps dur pour les alter-mondialistes, les technophobes et les enverdeurs !


21 juillet 2015

L’uranium enrichit Canada Économie Environnement Québec

Uranium

La Saskatchewan est l’un des plus gros producteurs d’uranium de la planète.  Dans cette province, on exploite l’uranium depuis plus de 60 ans et cette province compte près d’une dizaine de sites actuellement en exploitation.  Quelques chiffres:

  • En 2012, les producteurs d’uranium ont investi 612 millions de dollars en prospection en Saskatchewan.
  • Les mines d’uranium créent 5 000 emplois directs et 10 000 emplois indirects en Saskatchewan.
  • En Saskatchewan, les industries impliquées dans l’exploitation de l’uranium ont versé 632 millions de dollars en salaire et avantages sociaux.
  • L’impôt sur le revenu versé au nom des employés directs de l’industrie uranifère était 91,2 millions de dollars.
  • Les compagnies uranifères ont versé 172 millions de dollars en taxes et impôts au gouvernement provincial et aux municipalités.
  • La valeur des biens et services achetés par l’industrie uranifère en Saskatchewan s’élève à 1,24 milliard de dollars.

Pourquoi je vous parle de tout ça ?

Parce que la semaine dernière le BAPE a rendu public un rapport qui recommande que le Québec interdise l’exploitation de l’uranium pour faire plaisir à quelques hippies en régions…   Une région existe uniquement pour que l’on puisse exploiter les ressources naturelles; s’il est devenu impossible d’exploiter les ressources naturelles aux Québec, alors qu’on ferme les régions.

Il y a des pipelines partout dans le monde, mais on n’en veut pas au Québec… Il y a des pétroliers partout dans le monde, mais on n’en veut pas au Québec… Il y a des mines d’uranium partout dans le monde, mais on n’en veut pas au Québec… Que faut-il en déduire, que les Québécois sont trop stupides ou peureux pour réaliser des projets qui sont réalisables ailleurs sur la planète ? M’enfin, on dirait bien qu’au Québec on est pauvre et on aime ça…

En passant, le vice-président du BAPE est un diplômé en sciences politiques et en philosophie qui a gagné sa vie comme chroniqueur-activiste pour Le Devoir.  Ceci explique cela…

Source:

Uranium in Saskatchewan


21 juillet 2015

La dette et les actifs Économie Europe Revue de presse

The Guardian

Welcome to Don Quixote airport: cost €1bn – now it could sell to China for €10,000
The Guardian

It cost €1bn (£694m) to build and was on sale for a knockdown price of €40m, but now looks set to be sold for just €10,000. Ciudad Real airport, one of the most notorious emblems of Spain’s economic crash, has found a buyer.

A Chinese-led consortium has emerged as the only bidder for the deserted site 100 miles south of Madrid, for an apparent bargain price after no one met the much reduced valuation. Its facilities include a runway long enough to land an Airbus A380, the world’s largest passenger plane, along with a passenger terminal that could handle 10m travellers per year. It is also in pristine condition because it has barely been used, having opened to international flights in 2010 as the eurozone crisis raged, only to shut two years later.

Appropriately for such a vainglorious project, the La Mancha airport was previously named after the region’s most famous, and deluded, literary export: Don Quixote.

The town and the surrounding region need the investment. Unemployment in the Castilla La-Mancha region stands at 28.5% and at 22% in Ciudad Real. The town of 75,000 people was founded in the 14th century and is of little economic importance. It is about two hours’ drive from Madrid, although a high-speed rail connection has reduced the journey time to 50 minutes, putting it within range of a commute to the capital. However, the high-speed line does not have a station connecting to the airport, an oversight symbolised on the site by an incomplete walkway for rail passengers.

J’ai trouvé cette nouvelle amusante puisqu’au Québec on aime bien dire que la dette n’est pas un problème puisque nous avons des « actifs »…

L’exemple de l’aéroport de Ciudad Real, construit pour 1 milliard d’euros et vendu 10 000 euros, nous rappelle qu’on peut uniquement connaître la valeur d’un actif lorsqu’on essaye de le vendre… Les surprises peuvent parfois être mauvaises…


20 juillet 2015

Les « plusse » pires Coup de gueule Économie Québec

ENFIN!!!!!

Il y a deux semaines, les médias ont fait une grosse histoire avec le bilan catastrophique de l’emploi en juin, une perte de 33 300 emplois dont 33 700 à temps partiel (il y avait eu la création de 400 emplois à temps plein).  Dans les médias de PKP, on a déclaré haut et fort que c’était le pire mois depuis dix ans, rien de moins.

S’il est vrai qu’il faut se préoccuper de cette baisse soudaine de l’emploi, cette histoire nous rappelle que chez les journaleux, la mémoire est une faculté qui oublie…

En juin,  le PLQ a perdu 33 700 emplois à temps partiel.  Par contre, en juillet 2013, le PQ avait perdu 32 900 emplois à temps plein !  Désolé, mais la saignée de l’emploi à temps plein des péquistes me semble plus catastrophique que la saignée des emplois à temps partiel des libéraux.

D’ailleurs, depuis 2005, quand on fait le top 10 des mois avec les plus grosses pertes d’emplois à temps plein, 4 des 10 positions au classement sont occupées par des mois où Pauline Marois était la première ministre !  Considérant que le PQ a été au pouvoir seulement pendant 18 mois durant une période de prospérité économique pour le Canada, c’est un bilan désastreux !

Et pendant ce temps, quand on fait le top 10 des mois avec les plus gros gains d’emplois à temps plein, 2 des 10 positions sont occupées par des mois où Phillipe Couillard était le premier ministre.  Pas mal pour un gouvernement qui vient à peine d’être élu et qui a dû composer avec une économie en lambeau !

P.S. Vous savez ce qui est drôle avec les chiffres sur l’emploi ? Si on utilise la méthode de calcul que Marceau utilisait quand il était ministre des Finances, pour le mois de juin, au lieu d’avoir une perte de 33 300 emplois on arrive plutôt à la conclusion qu’il s’est créé 39 567 emplois.  Étrangement, le PQ semble avoir mis sa méthode de calcul de côté.

Source:
Statistique Canada
Tableau 282-0087


20 juillet 2015

Les faits et la fiction Canada Coup de gueule Économie En Chiffres International Québec

La semaine dernière, dans le journal à PKP, un spin doctor du PQ a tenté de convaincre ses moutons du bien fait du projet séparatiste.  Selon ce champion de l’économie, faire la souveraineté serait une bonne chose puisqu’il n’y a aucun avantage pour nos entreprises et notre économie à gérer la forte instabilité du dollar canadien, par conséquent il faut se séparer pour se débarrasser de l’instabilité systémique de la monnaie canadienne.

Vraiment ?

Voici comment la valeur du dollar a fluctué par rapport aux principales monnaies étrangères:

Dollar Canadien

N’en déplaise aux péquistes, mais leurs belles théories sur la fluctuation du dollar canadien ne passe pas le test de la réalité, comme on peut le voir, depuis dix ans, le dollar canadien est l’une des devises les plus stables dans les pays industrialisés.  Bref, si les fluctuations d’une devise ont des effets délétères sur l’économie, c’est au Canada où les entrepreneurs ont été le plus à l’abri de ces effets.

Il faut dire que la politique monétaire n’a jamais été l’apanage des péquistes.  Lors du référendum de 1995, Bernard Landry et Lucien Bouchard avaient déclaré qu’un Québec souverain pourrait adopter la devise américaine…  C’est ironique puisque plus d’une décennie plus tard, quand le dollar canadien est arrivé à parité avec le dollar américain, ces mêmes péquistes ont raconté que la force du dollar canadien détruisait l’économie du Québec.  Si la parité est mauvaise pour l’économie du Québec, imaginez le désastre si nous avions décidé d’adopter le dollar américain !

Source:
Federal Reserve Bank of St. Louis
H.10 Foreign Exchange Rates


20 juillet 2015

Les ingrats Canada Coup de gueule Économie Environnement Québec Revue de presse

Leader-Post

Saskatchewan premier Brad Wall “categorically” rejects Energy East comments
Leader-Post

Premier Brad Wall came out swinging on Wednesday at suggestions eastern provinces could block the Energy East pipeline if they don’t like western environmental policies. Speaking with reporters before flying to the premiers’ meeting in Newfoundland and Labrador, with evident frustration about the pipeline issue, Wall said “I categorically reject” the idea as a “principle of confederation.”

His comments stem from discussions between Alberta premier Rachel Notley and her Quebec counterpart Philippe Couillard on Tuesday. According to The Canadian Press, they talked about Couillard’s view that climate change policies need to improve for Quebec to get behind Energy East. That did not sit well with Wall.

As he likes to at every available opportunity, the premier reiterated that Energy East is three-quarters a conversion — not a new pipeline — and will benefit the whole country, freeing up Canada’s reliance on “foreign oil.”

Wall said there is a “growing sense of frustration” in the West, “because our economies … have been creating significant opportunities for all Canadians.”

“We’ve been contributing mightily to equalization, and I just don’t think this kind of talk is welcome, frankly,” he said.

“In terms of a licence … to build a pipeline, or in this case to simply convert a pipeline to move western Canadian energy across the country, how about $10 billion in equalization? That’s a pretty good licence. How about the massive jobs we’ve created here for all Canadians? That’s also a pretty good licence.”

In a parting shot, Wall said, “Maybe we need to have equalization payments start paying through a pipeline to finally get one approved through Central Canada.”

Si tu veux avoir le droit de dire non à un pipeline, assure-toi de ne pas recevoir de la péréquation à la province qui le demande…

Parce que tant et aussi longtemps que tu reçois de la péréquation, la seule chose que tu as le droit de dire c’est « oui monsieur » et « merci monsieur »…


16 juillet 2015

Ni Marx ni Jésus Économie En Citations International Philosophie

Revel

La semaine dernière, le Pape s’est rendu en Bolivie, pour livrer une série de discours communistes; bref, le pape a jugé bon utile de nous rappeler que la gauche est une religion…  Cet épisode m’a rappelé le livre « Ni Marx ni Jésus ».  Écrit par Jean-François Revel en 1970, il y explique pourquoi il défroquait du socialisme pour embrasser le libéralisme économique, un mouvement qui tournait le dos à la religion et au communisme.  Quarante-cinq ans plus tard, la racaille communiste du Vatican a dit à ses moutons « Avec Marx et avec Jésus »…  Extrait du livre « Ni Marx ni Jésus »:

« L’excommunication dédaigneuse de toute forme de capitalisme évolutif, de la révolution industrielle et du progrès technique, au nom d’un socialisme de placard, équivaut à choisir le sous-développement pour ne pas réviser un dogme. »


16 juillet 2015

Quand le marché évolue Économie En Chiffres Environnement États-Unis

Deux chiffres intéressants sur lesquels je suis tombé cette semaine:

Essence Voiture

Depuis 1996, le nombre de voitures a augmenté de 21%, mais le nombre de stations-service a diminué de 18% !

Ces chiffres semblent contradictoires, mais quand on sait que la consommation en essence des voitures est passée de 8,25L/100 km en 1996 à 6,53 L/100 km en 2012 (une diminution de 21%) on peut comprendre pourquoi le nombre de stations-service diminue même si le nombre de voitures augmente !

Source:
U.S. Department of Energy
Maps and Data


16 juillet 2015

La réputation du Canada Canada Économie Environnement International Revue de presse

Forbes

The World’s Most Reputable Countries, 2015
Forbes

Which countries have the best reputations? What does that even mean? Reputation Institute, a global private consulting firm based in Boston and Copenhagen, has just released its sixth annual “Country RepTrak” of what it calls “The World’s Most Reputable Countries,” a tool the firm uses to help it advise countries on how to bolster their reputations around the globe. It also counsels companies that want to know how their country of origin influences their reputation overseas, and companies interested in doing businesses abroad.

The list ranks the 55 countries with the highest GDPs. In the No. 1 slot this year: Canada, which has been the winner four out of six times. The other two years, in 2014 and 2010, it was No. 2. This year Norway moved up to second place from sixth in 2014 and Sweden is third, as it was last year. The Scandinavian countries and Finland have ranked in the top 10 all six years, as have Switzerland, Australia and the Netherlands. The U.S. is down in 22nd place, behind Thailand and just above Poland (more on the U.S. below).

To compile its data, RI ran online surveys of 48,000 consumers in G8 countries from February through April of this year. To flesh out the data, it interviewed 30,000 additional people in the 12 non-G8 countries with the biggest economies, including China, India and Brazil.

Sable bitumineux, retraits de conventions internationales de l’ONU, rejet du protocole de Kyoto, support inconditionnel à Israël, restructuration de l’aide étrangère, guerre contre les syndicats… À lire nos bons chroniqueurs québécois, le Canada de Stephen Harper serait devenu la lie de l’humanité, un pays infréquentable, universellement détesté et une source inépuisable de honte pour ses citoyens…

Bref, encore une fois, nos bons chroniqueurs gauchistes se sont couverts de ridicule…