Antagoniste


4 septembre 2015

Coup de pouce Économie

Antagoniste

C’est le moment de l’année où je sollicite votre aide…

Les plus observateurs ont peut-être remarqué la bannière paypal dans le coin supérieur droit du site; maintenir ce site n’est pas gratuit, c’est pourquoi je sollicite bien humblement un petit coup de pouce de votre part.

Pour faire un don sécurisé via paypal, cliquez ici.

P.-S. Toujours via paypal, ll est aussi possible de faire un don récurrent sur une base mensuelle.

Merci !


3 septembre 2015

La gratuité Économie En Citations Philosophie

Margaret Thatcher

Margaret Thatcher à propos de la gratuité:

« N’oublions jamais cette vérité fondamentale: l’État n’a aucune autre source d’argent que l’argent que les gens gagnent eux-mêmes. Si l’État souhaite dépenser plus, il ne peut le faire qu’en empruntant votre épargne ou en vous taxant davantage. Il n’y a rien de bon à ce que quelqu’un d’autre paie; cette autre personne, ce sera vous. Les gens parlent de service ‘gratuit’, ce n’est pas gratuit, vous devez payer pour! »


3 septembre 2015

Le mirage Tesla Coup de gueule Économie En Chiffres Environnement

La Tesla, cette voiture merveilleuse qui fonctionne en utilisant le carburant produit par des arc-en-ciels…

Tesla

M’enfin, j’imagine que quand t’as les moyens d’acheter une Tesla, t’as les moyens d’être toujours au garage…

Source:
TrueDelta
Car reliability by brand


3 septembre 2015

Légende urbaine réchauffiste Environnement International Revue de presse

Irish Examiner

Conflicts over water leading to war ‘a myth’
Le Figaro

The doom and gloom predictions of increasing battles around the world over water are a myth, with only a handful of disagreements over shared waters leading to armed conflict, an expert said.

Competition over water has often been cited as having a potential for turning into conflicts between countries fighting to secure the limited resource.

While water is fundamental to development and national security and can contribute to hostile situations, “very few” disagreements have led to conflict, said Therese Sjomander Magnusson of the Stockholm International Water Institute (SIWI).

“It is a myth that water leads to war,” Sjomander Magnusson, SIWI’s director of transboundary water management, said on the sidelines of a global water conference in Stockholm.

She said that over the last 50 years, there have been more than 1,800 interactions on transboundary basins, including both conflict and cooperation. “Only seven disputes have involved violence,” she said. “During the same time, more than 200 agreements and treaties on transboundary waters have been signed.”

La prochaine fois qu’un bon médias d’ici vous dira que l’eau c’est de l’or et qu’il y aura des guerres pour en avoir, vous pourrez rire un bon coup.


2 septembre 2015

Dangereux les pipelines ? Économie Environnement Québec Revue de presse

Pipeline QuébecBillet qui reprend un excellent commentaire fait par Bernard.

Depuis 2004, au Canada, les fuites de pétrole provenant d’un pipeline ont provoqué seulement 1 évacuation; 250 personnes à Burnaby en 2007 (un déversement de 1 500 barils causé par des travaux routiers).

Toujours au niveau des fuites de pétrole depuis 2004, celles-ci sont responsables d’avoir fait 1 blessé grave (2006), on ne dénombre aucune mortalité.

Seulement, 1,6% des fuites de pétrole ont causé des dommages environnementaux et/ou à la propriété et seulement 0,2% des déversements de pétrole ont affecté un plan d’eau.

En 2014 au Québec, il y a eu 1 573 blessés graves sur les routes du Québec et 336 décès…

Vu autrement : depuis 2004, il y a eu moins de personnes évacuées pour des fuites de pétrole des pipelines dans tout le Canada, qu’il y a eu de décès sur les routes du Québec en 2014.

Malgré les blessés et les décès, on n’a pas interdit la construction de route au Québec, alors pourquoi devrait-on interdire la construction de pipeline, pourtant beaucoup plus sécuritaires que les routes ?

Bureau de la sécurité des transports du Canada
Données sur les événements de pipeline à partir de janvier 2004


2 septembre 2015

Vive le Québec libre ! Économie En Chiffres Québec

Les médias en ont abondamment parlé, mais je pense qu’il est utile de revenir sur le sujet.

Je fais référence au deuxième rapport Robillard qui prône une libéralisation de la vente d’alcool au Québec.  Pour les péquistes qui ne connaissent rien à l’économie, je précise immédiatement qu’une libéralisation ce n’est pas une privatisation.  La libéralisation de la vente d’alcool ne signifie pas la vente de la SAQ à des intérêts privés, mais plutôt l’arrivée de nouveaux joueurs dans le marché qui pourront concurrencer la société d’État.

Cette libéralisation permettrait au gouvernement d’aller cherchez les mêmes revenus tout en rendant possible une diminution des prix pour les consommateurs. Comment est-ce possible ?  Voici la réponse:

Société Des Alcools Du Québec

Société Des Alcools Du Québec

Contrairement à ce que pensent les péquistes, le gouvernement réglemente la vente d’alcool pour donner des revenus au gouvernement, pas pour créer des jobs syndiquées et trop payées.  En libéralisant ce marché, le gouvernement pourra taxer l’alcool, ce qui lui permettra de conserver ses revenus, mais les nouveaux joueurs du secteur privé pourront vendre moins cher aux consommateurs en ayant des frais administratifs et des salaires plus faibles que la SAQ. Bref, le gouvernement ne perd rien, mais le consommateur y gagne !

Vivre le Québec libre, libre de vendre de l’alcool !

En conclusion, je tiens à rassurer les péquistes.  Même si on libéralise la vente d’alcool, la SAQ existera toujours et vous serez libre d’y aller pour vous faire fourrer, mais de grâce n’empêchez pas les gens qui savent compter de pouvoir payer le juste prix pour leur vin.

Source:
Commission de révision permanente des programmes
Volume 2 – La révision de certains programmes : quelques pistes


2 septembre 2015

Une bonne idée française ! Économie France Revue de presse

Le Figaro

L’État emploie près de 50.000 personnes «au noir»
Le Figaro

Un rapport épingle le service public et en particulier le ministère de la Justice qui emploie 40.000 personnes non déclarées. Une pratique ancienne.

Le ministère de la Justice est durement épinglé par un rapport d’inspection interministérielle pour l’emploi de 40.000 personnes non déclarées, une situation en cours de régularisation, assure mardi la chancellerie.

Le rapport de l’Inspection générale des Finances, des Services judiciaires et des Affaires sociales, dont l’AFP a obtenu une copie, évalue à près de 50.000 le nombre de ces «collaborateurs occasionnels du service public» employés par différents ministères, dont «40.500 pour le seul ministère de la Justice».

Ces employés – interprètes, experts, médiateurs… – qui sont souvent amenés à intervenir quotidiennement, sont considérés comme des prestataires, rémunérés à l’heure: «le ministère de la Justice n’applique aucun assujettissement aux cotisations sociales et assimile les indemnités de ses collaborateurs à des prestations sans pour autant mettre en place les conditions de leur assujettissement à la TVA», selon le rapport, rendu à l’été 2014 et révélé par le Canard enchaîné.

Embaucher des fonfons au noir pour économiser… Enfin une bonne idée de la France que le Québec devrait importer !


1 septembre 2015

Un Tony Blair canadien ? Canada Économie Election 2015 En Vidéos

Quand Tony Blair est devenu chef du parti travailliste britannique en 1994, il a hérité d’un parti de gauche, ouvertement socialiste, qui était enraciné dans le paysage britannique depuis près de 100 ans… Bref, une grosse machine socialiste mue par sa propre inertie…

Portant, Tony Blair est passé à l’histoire en réformant le parti travailliste, ce qui a permis du même coup de réformer la société britannique. Court extrait d’un documentaire sur le règne de Tony Blair à la tête des travaillistes:

Tony Blair croyait aux services publics, mais contrairement à ces prédécesseurs il croyait aussi au libre marché, à la concurrence et à une saine gestion des affaires publiques…

Je pose la question: Thomas Mulcair peut-il être un « Tony Blair » canadien ?

Depuis le début de la campagne, Mulcair a imposé au NPD une migration au centre. Mulcair est favorable à l’exploitation de ressources naturelles, sensible à la lourdeur du fardeau fiscal, comprend l’importance d’équilibrer le budget

De plus, quand on lui a demandé de commenter ses propos sur Margaret Thatcher, Mulcair n’a pas répondu qu’il répudiait le secteur privé, mais plutôt en disant que sa priorité numéro 1 demeurait de fournir des services de qualités aux citoyens; il aurait pu désavouer le secteur privé dans sa réponse, il ne l’a pas fait… Une réponse qu’aurait pu aussi avoir Tony Blair…

Je repose la question: Thomas Mulcair peut-il être un « Tony Blair » canadien ?


1 septembre 2015

L’avarice Économie États-Unis Revue de presse

The Washington Times

Texas emerges as top destination for Californians fleeing state
The Washington Times

Californians are fleeing the state in unprecedented numbers, and their primary destination is Texas, according to an analysis issued Monday.

About 5 million Californians departed the Golden State between 2004 and 2013, while 3.9 million arrived from other states for a net population loss of roughly 1.1 million, The Sacramento Bee reported Monday, using tax return data from the Internal Revenue Service.

The estimated loss in annual income to California? Roughly $26 billion.

Nearly 600,000 Californians wound up in Texas, while about 348,000 Texans moved to California. The other top net recipients of Californians were Arizona, Nevada, Oregon and Washington, the analysis found. The graphic also shows that the people leaving California earn more overall than those entering California.

For example, those leaving California for Texas had a combined income of $15 billion, while those leaving Texas for California earned $9.7 billion, meaning that Texas received a windfall of $5.3 billion. Analysts blame a host of factors for the migration, starting with California’s high tax rate and cost of living.

Un autre bel exemple d’avarice fiscale d’un gouvernement…

Au lieu d’imposer raisonnablement ses citoyens, la Californie a voulu se remplir les poches. Résultat: les gens ont quitté la Californie en masse pour aller vivre au Texas, un État qui impose peu les gens. Au Final, la Californie a donc perdu 26 milliards en impôts sur le revenu alors que le Texas a pu augmenter ses recettes fiscales grâce aux nouveaux venus.

Les gouvernements qui imposent trop devraient lire La Fontaine: « l’avarice perd tout en voulant tout gagner ».


31 août 2015

Qui veut faire la bête fait… l’ange ?!? Économie États-Unis

Katrina

Le 28 août 2005, l’ouragan Katrina a frappé de plein fouet La Nouvelle-Orléans.  Dans son sillage, il prendra la vie de  près de 2 000 personnes et faisant plus de 100 milliards en dégâts.

La dévastation causée par l’ouragan Katrina a été telle que dans bien des cas, au lieu de reconstruire on a tout simplement décidé de délocaliser les sinistrés dans une autre ville puisqu’ils puissent se refaire une nouvelle vie.  Des victimes de Katrina ont été relocalisées aussi loin qu’à Salt Lake City dans l’Utah.  La majorité des gens qui ont ainsi été délocalisés était des Afro-Américains.  À l’époque, cela avait scandalisé la gauche qui y a vu une manifestation de racisme, je me rappelle la Bazzo à Radio-Canada qui parlait d’une seconde tragédie…

Dix ans plus tard, des chercheurs se sont intéressés au sort des gens qui ont été délocalisés par Katrina, voici les grandes conclusions:

  • On estime que la délocalisation a permis d’augmenter le revenu médian des familles de 4 400$.
  • Les familles délocalisées se sont retrouvé dans des quartiers avec une plus grande diversité ethnique i.e. ils ne vivaient plus dans un ghetto.
  • Le taux d’emploi a aussi augmenté de manière importante.
  • On a aussi observé une diminution significative d’un indice qui sert à mesurer la prédisposition d’une famille à la pauvreté chronique.
  • La mobilité sociale a aussi été augmentée; des gens qui étaient sous le seul de la pauvreté en Nouvelle-Orléans ont pu accéder à la classe moyenne.

L’ouragan Katrina a été une tragédie, mais les gens qui ont survécu au désastre peuvent aujourd’hui se consoler en se disant que cet ouragan leur a permis de briser les chaînes de leur pauvreté.


31 août 2015

La haine des gros Canada Économie Election 2015 En Chiffres

Depuis le début de la campagne, deux des trois partis qui se disputent le pouvoir, soit le PLC et le NPD, ont annoncé que s’ils étaient élus, il y aurait peut-être une augmentation de l’impôt des grandes entreprises.

Mais pourquoi la gauche déteste-t-elle autant les grosses entreprises ? Selon la gauche, les grandes entreprises sont sales et machiavéliques alors que les petites et moyennes entreprises sont porteuses de toutes les vertus. C’est comme si pour la gauche, si une entreprise est grosse c’est forcément parce qu’elle exploite ses travailleurs.

Vraiment ? Voici la réalité:

Grandes Entreprises Canada

Grandes Entreprises Canada

Les grandes entreprises versent les plus gros salaires et en plus, leur taux de syndicalisation est nettement supérieur i.e. en plus des salaires élevés, on peut parier que les conditions de travail sont aussi supérieures à celles des PME.

Bref, bigger is better ! On est loin du cliché voulant que les grosses entreprises soient des machines servant à exploiter le prolétariat.  Donc je repose ma question: pourquoi la gauche déteste-t-elle les grosses entreprises ? D’autant plus qu’une société s’enrichit quand une PME devient une grande entreprise, pas quand une grande entreprise devient une PME !

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 281-0044 & 281-0224


31 août 2015

L’austérité allemande Économie Europe Revue de presse

La Libre Belgique

L’Allemagne engrange de copieux excédents budgétaires
The Guardian

Aubaine pour les ministres des Finances et trésoriers municipaux allemands : au premier semestre, les excédents budgétaires de l’Etat fédéral, des Etats régionaux, des communes et de la sécurité sociale ont atteint la somme record de 21 milliards d’euros, soit 1,4 % du produit intérieur brut (PIB).

Les pouvoirs publics ont encore fait mieux qu’au cours de 2014, où pendant l’année entière, l’excédent budgétaire s’était inscrit à 0,3 % du PIB. Les budgets publics profitent d’une sorte de « cercle vertueux ». L’Office statistique fédéral de Wiesbaden Destatis énumère toute une série de facteurs favorables : le haut niveau de l’emploi, la croissance élevée, la baisse des taux de l’emprunt, ainsi que la modération des dépenses publiques. Le record de l’emploi, poursuit-il, galvanise l’impôt sur le revenu et les contributions à la sécurité sociale (assurances maladie, vieillesse, chômage).

Au niveau de l’ensemble des collectivités territoriales et de la sécurité sociale, la sagesse prédomine, la hausse des recettes (+3,7 %) l’emportant sur celle des dépenses (+2,1 %). Destatis a confirmé hier qu’au deuxième trimestre, le PIB a progressé de 0,4 %, après une augmentation de 0,3 % au premier trimestre. Pour 2015, Berlin et la plupart des économistes prévoient 2 % de croissance.

N’en déplaise au gauchiste dirigeant Quebecor et le PQ, l’austérité ça marche.


27 août 2015

L’argent public n’existe pas Économie En Citations Philosophie

Margaret Thatcher

Margaret Thatcher à propos des politiques économique de la gauche:

« L’argent public n’existe pas, il n’y a que l’argent des contribuables. La prospérité ne viendra pas de l’invention de programmes de dépenses publiques de plus en plus somptuaires. Vous ne devenez pas riches en commandant un carnet de chèques à votre banque et aucune nation n’est jamais devenue plus prospère en taxant ses citoyens au-delà de leur capacité. »


27 août 2015

La sécurité des pipelines Canada Économie En Chiffres Environnement

Quand on parle des pipelines, il est facile de faire de la démagogie.  Par exemple, si je vous dis que depuis 10 ans, il y a eu 1 027 accidents & incidents impliquant un pipeline, vous allez sans doute penser que c’est un bilan absolument désastreux; c’est presque 2 accidents & incidents par semaines !

Mais si on met la démagogie de côté et qu’on analyse sérieusement les chiffres, la situation devient soudainement moins effrayante:

Pipeline Canada

L’immense majorité des déversements, 84,7%, déverse une quantité de pétrole ou de gaz inférieure à 1 m³ (1 m³=6,3 barils).  Les déversements majeurs, ceux de plus de 1000 m³, ne représentent que 2,3% des accidents & incidents !

Les médias ont beaucoup parlé de la fuite d’un pipeline qui a rependu ~30 000 barils de pétrole cet été en Alberta,  mais quand on prend connaissance des statistiques, on réalise que ce genre d’événement est trop rare pour justifier une opposition systématique à la construction de pipelines.

Bureau de la sécurité des transports du Canada
Statistiques pipelines


27 août 2015

Une fraude écologique Économie Environnement International Revue de presse

The Guardian

Kyoto protocol’s carbon credit scheme ‘increased emissions by 600m tonnes’
The Guardian

A key carbon offsetting scheme was so open to abuse that three quarters of its allowances lacked environmental integrity, a new report says.

UN officials confirm the findings by the Stockholm Environment Institute that around 600m tonnes of carbon were wrongly emitted as a result, under the UNFCCC’s Joint Implementation (JI) scheme.

An estimated 80% of JI projects were of low environmental quality, according to the paper, parts of which were published on Monday in Nature Climate Change.

“Many of them didn’t observe the requirements of JI on ‘additionality’ as they would probably have happened anyway, and I would even doubt the physical existence of some of these projects,” said Vladyslav Zhezherin, one of the report’s authors. “I would say that many of them were fake.” A senior UN official speaking on condition of anonymity told the Guardian that the new report was “thoroughly researched and probably correct.”

JI had been beset by “significant criminal energy” in Russia and Ukraine, after the EU banned the trading of credits from an industrial gas scam on the Emissions Trading System (ETS) from April 2013, he explained. This led to a flood of what he called “almost completely bogus” credits in 2012.

“It was an outstretched middle finger to the EU saying ‘You’re shutting out our credits, we’re flooding your markets,’ a mix of retaliation and crime,” he said.

Bourse du carbone, énergie verte… Des combines gouvernementales pour permettre à une petite clique de s’enrichir…

J’espère que personne n’est surpris, c’est le genre de chose qui arrive que le gouvernement dispose d’un plat de bonbons valant plusieurs milliards de dollars.