Antagoniste


21 mai 2015

En français ! Économie France Mondialisation Revue de presse

The Washington Post

Filmmakers defend a language switch at English-heavy Cannes
The Washington Post

The Cannes Film Festival is as close to the movies’ answer to the United Nations. The filmmakers and media of the world are usually represented in one way or the other. The Croisette, Cannes’ seaside promenade, is usually a babble of tongues.

So this year’s festival slate of films was greeted with consternation in some corners when a commonality was noticed across many of the festival’s in-competition selections: the English language.

Though there are only two American filmmakers in competition for Cannes’ Palme d’Or and no British directors, this year’s festival is littered with Europe’s elite filmmakers working in a language not their own. On a continent that has warily watched English become a kind of de facto common language, fears flared that contemporary European cinema was being lost in translation.

Italy’s Paolo Sorrentino will on Wednesday premiere his second English language film, “Youth,” with Michael Cain and Harvey Keitel. Four other notable names in international film — Norway’s Joachim Trier, Italy’s Matteo Garrone, Greece’s Yorgos Lanthimos and Mexico’s Michel Franco — are all making their English language debuts. And Quebecois filmmaker Denis Villenueve, an Oscar-nominee for his French language “Incendies,” premiered his English language drug war thriller “Sicario” on Tuesday.

As the festival has unspooled, many directors have defended their decision to switch languages for the sake of creative curiosity and for the greater opportunities it affords them.

À Cannes, des réalisateurs qui ne sont pas des anglophones décident de présenter des films tournés en anglais. La raison: ces réalisateurs veulent s’assurer qu’un plus grand nombre de gens puisse voir et apprécier leurs films.

Message aux réactionnaires du PQ: l’anglais ce n’est pas seulement la langue des affaires, c’est aussi celle de la culture! Get over it !


20 mai 2015

La résistance conservatrice Économie Europe Revue de presse

Courrier International

Royaume-Uni. Les tories déclarent la guerre à la BBC
Courrier international

La BBC est dans le collimateur du nouveau gouvernement conservateur de David Cameron. Jugée biaisée, la chaîne risque de perdre une partie de ses financements et d’être soumise à une surveillance plus stricte. La nomination de John Whittingdale en tant que ministre de la Culture est considérée par la presse conservatrice comme une attaque ouverte contre la BBC, en ajoutant que la chaîne le mérite bien.

La nomination de ce féroce critique de la chaîne est vue comme une contre-attaque de la part des conservateurs à la suite de la couverture de la campagne électorale de la BBC, explique The Times. Selon le journal, les conservateurs sont “en colère”, car la manière de traiter la campagne aurait été biaisée et clairement en faveur des travaillistes. De plus, en amont du référendum sur l’adhérence du Royaume-Uni à l’Union européenne (UE), qui devrait avoir lieu avant 2017, les conservateurs craignent que la couleur de la chaîne ne soit en faveur de l’UE, note le journal.

The Daily Telegraph salue cette nomination qui, espère le journal, mènera à un traitement de l’information plus équilibré. Dans un éditorial, le titre note que “la BBC n’arrête pas de diffuser des reportages et des commentaires qui suggèrent que la politique d’austérité est négative, que les dépenses publiques sont raisonnables, que l’Europe est une bonne chose et qu’il ne faut pas s’inquiéter de l’immigration et de l’Etat providence. Pourtant, il ne semble pas y avoir un vrai débat au sein de la BBC sur ces sujets. Or cela devrait changer.

Au Royaume-Uni, les conservateurs ont compris qu’une chaîne publique avec un biais idéologique représentait une menace pour la démocratie. Le gouvernement de David Cameron, fort de sa majorité, semble avoir décidé de crever l’abcès une fois pour toutes.

Dommage qu’au Canada les conservateurs n’ont pas eu le même courage au lendemain de leur élection en 2011…


19 mai 2015

Le crédo des gens nés pour un p’tit pain Économie Europe Revue de presse

Le Figaro

L’AC Milan sous pavillon chinois ?
Le Figaro

Après la Thaïlande, la Chine. Le futur de l’AC Milan semble s’écrire à l’Est. Le propriétaire du club lombard, Silvio Berlusconi, négocie en effet avec des émissaires du gouvernement chinois pour la vente du club, a-t-il assuré samedi dans une interview à La Gazzetta dello sport. «Au-delà du rapport créé à l’époque sur la scène politique, (le président chinois) Xi (Jinping) a montré un grand respect pour le foot italien», a dit l’ex-président du Conseil italien. Il a ajouté qu’il ne savait «pas comment allait se développer» les négociations entre les candidats chinois et thaïlandais à l’entrée dans le capital du club rossonero.

Début mai, Berlusconi semblait prêt à céder de 49 à 51% de ses parts à l’homme d’affaires thaïlandais Bee Taechaubol. La piste semble s’être refroidie depuis, bien que le dirigeant italien ait appelé M. Bee son «ami». Plusieurs médias italiens évoquaient à l’époque une négociation autour de 500 millions d’euros. Berlusconi, qui avait racheté l’«Associazione Calcio Milan» le 20 février 1986, a évoqué le 10 mai «trois coalitions» d’hommes d’affaires chinois intéressées par son club.

De plus en plus de millionnaires étrangers s’intéressent aux clubs italiens. L’Inter, l’autre grand club de Milan, est propriété de l’homme d’affaires indonésien Erick Thohir depuis novembre 2013. L’AS Rome appartient à l’Américain James Pallotta depuis juillet 2011. Plus bas dans la hiérarchie du calcio, Bologne (2e division) a été racheté en octobre par l’Américain Joe Tacopina, et le club de Venise, (4e div.) est aux mains du Russe Youri Korabline depuis mars 2011.

Au Québec, pendant que nos nationaleux font un caca nerveux autour de la disparition du nom « Alcan », un enjeu complètement stupide, en Europe on est ouvert sur le monde et on fait du business avec le reste de la planète. Là-bas, même si le soccer fait partie de l’ADN des Italiens, personne ne se scandalise de voir des étrangers acheter des clubs. Le nationalisme est en train de mourir partout sur le globe, sauf au Québec semble-t-il…

Le nationalisme économique a fait du Québec une petite province, peuplée par une petite nation qui brasse une petite économie. Le nationalisme, c’est le crédo des gens nés pour un p’tit pain.


14 mai 2015

J’avais raison et les gauchistes avaient tort… Économie Europe Gauchistan Revue de presse

The Wall Street Journal

Greece Falls Back Into Recession
The Wall Street Journal

Greece slipped back into recession in the first quarter, European Union data confirmed on Wednesday, showing how the confrontation between the Athens government and its creditors and uncertainty about the country’s ability to pay its debts is taking a fresh toll on its battered economy.

Political uncertainty has been weighing on Greece’s economy since late 2014, reversing a tentative recovery that began early last year.

Greece’s snap elections in January, which resulted in the election of a new government led by the radical-left Syriza party, have led to a monthslong standoff between Athens and its lenders—the rest of the eurozone and the International Monetary Fund—about the conditions of fresh bailout aid.

Uncertainty about whether Greece’s government might default on its debts this summer, potentially leading to the country’s exit from the euro, has unnerved businesses, consumers and bank depositors. The country now finds itself back in the downturn that has wiped out a quarter of its economic output since 2008.

The EU’s executive arm, the European Commission, recently reduced its forecast for Greek GDP growth in 2015, saying it now expects the economy to expand 0.5%, instead of an earlier, more optimistic forecast of 2.5% growth.

Quand les Grecs ont élu des gauchistes en début d’années, j’ai dit que ce serait une autre occasion de démontrer que la gauche, ça ne fonctionne jamais.

Résultat ?

Les Grecs ont élu des gauchistes, les gauchistes ont mis fin à l’austérité et la fin de l’austérité a signifié un retour en récession du pays.

Amis gauchistes, comme d’habitude vous aviez tort et comme d’habitude j’accepte vos excuses.


13 mai 2015

Les communistes ont chaud Environnement France Gauchistan Revue de presse

Le Monde

François Hollande décrit un Fidel Castro « très informé » et « très alerte »
Le Monde

Le suspense aura duré jusqu’au dernier moment, ou presque. Le staff de François Hollande ne se montrait pas particulièrement optimiste quant à une rencontre à La Havane entre le président français et Fidel Castro, eu égard à l’état de santé de ce dernier et à d’éventuels agacements de son frère Raul Castro, le président du Conseil d’Etat cubain, qui lui a succédé en 2008.

Mais la nouvelle est finalement tombée dans la matinée : le « commandant en chef » recevrait bien le président. L’entretien a donc eu lieu lundi 11 mai en début d’après midi, dans la résidence de Fidel Castro, en présence de sa femme et de deux de ses enfants. A en croire M. Hollande, qui était accompagné de Jean-Pierre Bel, ex-président du Sénat et amoureux de Cuba, ainsi que de son conseiller diplomatique Jacques Audibert, « il y avait une part de curiosité. Un président de la République était là, il voulait le rencontrer… ».

Agriculture, alimentation, climat, avec le sommet climat de Paris, en décembre prochain : telles sont les préoccupations actuelles de Fidel Castro, qui les a longuement évoquées avec le président français. « On devinait ce qu’il pouvait faire dans des discours de plusieurs heures », commentait après la rencontre ce dernier, ravi de ce joli coup. François Hollande a néanmoins nié, pour sa part toute visée de politique nationale.

Un bon rappel que les réchauffistes sont des melons d’eau: des gens verts écologistes à l’extérieur, mais rouges communistes à l’intérieur…


12 mai 2015

La gauche, des mauvais perdants Coup de gueule Europe Revue de presse Terrorisme

The Guardian

Anti-austerity protesters take to UK streets after Tory election victory
The Guardian

Anti-austerity campaigners launched impromptu protests across Britain, less than 48 hours after David Cameron was returned to power with a parliamentary majority.

Fifteen people were arrested and the Metropolitan police said that four officers and a member of police staff had been injured during the protests.

Activists used Twitter and other social media to arrange the meeting on Saturday afternoon in Whitehall outside Tory party headquarters. Police officers shut Whitehall for several hours while they tried to contain the demonstrators.

A Met spokesman said they were investigating claims that some of the protesters had sprayed anti-Tory graffiti on the the monument to the women of the second world war on Whitehall.

Singer Charlotte Church announced her involvement with a tweet that said: “If you still have fire in your belly over yesterday’s result come and join us in an anti-austerity rally!” In an interview with Wales Online, Church said: “This week the UK masochistically condemned itself to five years of Tory rule.”

Quand la gauche perd une élection ou une bataille politique sur un enjeu précis, il n’est plus rare de voir des extrémistes poser des gestes de violence… Je vous signale qu’on ne voit jamais ce genre de chose à droite. Quand la droite perd, il n’y a pas d’émeutes, on accepte le verdict.

Pourtant, la gauche aime bien dire que la droite est faite de « jeunes hommes en colère »…


11 mai 2015

Mauvaises nouvelle pour la gauche Canada Économie Environnement Revue de presse

Edmonton Journal

Oil pipeline operators collaborating on airborne leak-detection research
Edmonton Journal

C-FER Technologies of Edmonton will conduct lab and field testing of instruments that can be flown over buried pipelines to detect small leaks of crude oil and other hydrocarbon liquids.

The testing is on behalf of Enbridge Pipelines, TransCanada Corporation and Kinder Morgan Canada.

The pipeline operators announced this week they are collaborating on the safety initiative, with each contributing $200,000. The companies are already jointly funding other leak-detection research at C-FER.

The goal of the new project is to identify aircraft-mounted technologies that are best suited to detecting small leaks from liquid petroleum pipelines. “The whole intent is to detect the leaks before they reach the surface,” Brian Wagg, C-FER’s director of business development and planning, said Thursday.

“It’s not so much can you see an oil leak, but how small of a leak can you actually see — how fast can we catch these things.”Infrared camera-based systems, laser-based spectroscopy systems and flame ionization detection systems are among the technologies to be tested.

Mauvaise nouvelle pour les gauchistes, le transport de pétrole par pipeline va devenir encore plus sécuritaire !


7 mai 2015

C’est con un gauchiste… Coup de gueule Économie France Gauchistan Revue de presse

Marianne

Pour Rebsamen, reconnaître les mauvais chiffres du chômage, c’est « faire le lit de l’extrême droite »
Marianne

Invité ce matin au micro de France Info, le ministre du Travail et de l’Emploi a avancé une bien curieuse justification pour persuader les auditeurs que les nouveaux mauvais chiffres du chômage étaient, en fait, un signe « encourageant » : prétendre le contraire, donc dire la vérité, ce serait faire « le lit de l’extrême droite »…

Le journaliste se demande alors comment le ministre peut trouver là le moindre indicateur de réjouissance. « François Rebsamen, vous avez fait preuve de… Allez on va dire de créativité… Pour nous faire avaler la pilule du chômage : vous avez vu un signe « encourageant » dans le record du mois de mars (la barre des 3,5 millions de chômeurs franchie). Pourquoi ne pas dire tout simplement : « C’est pas bon », « Ca ne va pas » ? »

Ben oui tiens, pourquoi ? Attention, le réponse de François Rebsamen vaut sont pesant de cacahuètes : « On peut toujours se complaire dans une sorte de défaitisme, de déclinisme, de pessimisme… Et faire ainsi – c’est le cas de ceux qui le font, souvent – le lit de l’extrême droite. » Accordons au ministre de l’emploi qu’il possède une bonne dose de créativité dans cette façon de justifier la nécessité de systématiquement nier la réalité.

J’ai l’impression d’entendre un péquiste défendre le modèle québécois…


6 mai 2015

Le Québec ne fait pas partie de l’équation Canada Économie Revue de presse

The Daily Telegraph

Snow storms and ice hockey: Billionaires flock to the world’s new luxury homes hotspot
The Daily Telegraph

Toronto is towering above the rest of the world’s luxury property markets, as the only city to record an acceleration in the sales rate of high-end homes from 2013 to 2014.

The Canadian city, well known for its economic stability, experienced a 37pc increase in the sale of luxury penthouses, apartments and houses in the 12 months to the end of December, after just a 4pc rise in the previous year, outstripping San Francisco, Sydney and Miami, according to a report from Christie’s international real estate group.

The study, which ranks the top 10 urban centres by the growth in sales of exclusive properties, found that the rate also slowed in Los Angeles, New York and Paris, while transactions declined in London, Dubai and Hong Kong last year.

Sales growth has now steadied in all cities, apart from Toronto. “This was Toronto’s second best year on record, but it wasn’t just a function of supply and demand,” said Mr Conn.

“This is one of the most stable financial and governmental systems in the world. It’s the major economic hub in Canada, with a net influx of people and an incredible rate of growth. The perception is it’s a safe place to invest, still relatively cheap, with an attractive rate of return.”

Rappelons que le parti politique qui a le plus contribué au développement économique de Toronto est le… PQ !

Toronto est devenue la métropole du Canada, déclassant Montréal, quand le PQ a été élu en 1976, ce qui a provoqué un exode massif de capitaux vers la ville reine. Toronto devrait avoir une statue pour rendre hommage à René Lévesque…

Bref, les riches n’achètent pas de maison au Québec, mais en Ontario… M’enfin, j’imagine que ça plaît aux communistes du PQ et de Québec Solidaire.


5 mai 2015

La relance par l’austérité Économie États-Unis Revue de presse

StarTribune

McDonald’s maps out revival plan: Simplified structure, more choices
Star Tribune

CEO Steve Easterbrook said Monday that he will strip away the bureaucracy at McDonald’s so the company can move more nimbly to keep up with changing tastes. The overhaul comes after McDonald’s saw its profit drop 15 percent last year, with sales dipping in regions around the world.

« The reality is our recent performance has been poor. The numbers don’t lie, » said Easterbrook, who took charge of the world’s biggest hamburger chain on March 1.

To help make the right changes more quickly, McDonald’s said it’s restructuring its business into four units led by lean management teams. The U.S. market, which accounts for more than 40 percent of operating profit, recently stripped away a level of field oversight and will be its own unit.

Another unit will be made up of established international markets such as Australia and the United Kingdom, and another with high-growth markets such as China and Russia. The countries where McDonald’s has a smaller presence will be grouped separately. Previously, the units were segmented by geography rather than market type.

McDonald’s CEO Steve Easterbrook laid out a restructuring plan that calls for selling some of its company restaurants to franchisees and cut about $300 million, around 1%, in expenses.

Pour relancer leur entreprise, les dirigeants de McDonald’s ont décidé de couper dans la bureaucratie et les dépenses. Autrement dit, McDonald’s a décidé de miser sur l’austérité !

C’est étrange, car au Québec la bonne gauche nous dit que l’austérité, ça ne fonctionne jamais…

Mais j’imagine que la bonne gauche va me dire que McDonald’s ce n’est pas comme notre bon gouvernement. C’est juste, contrairement à notre bon gouvernement, McDonald’s n’aurait pas pu avoir 36 déficits lors des 40 dernières années.


4 mai 2015

Les réchauffistes et les jeunes Environnement États-Unis Revue de presse

Harvard Political Review

For Young Voters, Climate Change Takes a Back Seat
Harvard Political Review

Only 55 percent of survey participants agreed with the statement, “Global warming is a proven fact and is mostly caused by emissions from cars and industrial facilities such as power plants.” Twenty percent held the belief that “Global warming is a proven fact, and is mostly caused by natural changes that have nothing to do with emissions from cars,” and the remaining 23 percent who answered the question believe that “Global warming is a theory that has not been proven yet.”

Even more surprising, these numbers are the same across the board for participants between 18 and 29 years old, with 51-56 percent agreeing that global warming is a fact and is caused by fuel emissions across age groups. In fact, the age group that least agreed with the first statement was that of 18 to 20-year-olds. The assumption that younger adults are more liberal when it comes to global warming does not hold up; if anything, they are even more skeptical.

Consequently, young Americans are often unsupportive of government measures to prevent climate change that might harm the economy. Less than a third of those surveyed agreed with the statement, “Government should do more to curb climate change, even at the expense of economic growth,” and only 12 percent strongly agreed with it.

Ce sondage de l’université Harvard est intéressant à plusieurs points de vue. Premièrement, il indique que seulement 55% des Américains sont des réchauffistes, les dissidents sont nombreux.

Mais le résultat le plus intéressant concerne les jeunes. De tous les groupes d’âge, c’est chez les jeunes qu’on trouve le plus de sceptiques et de gens qui refusent qu’on sacrifie l’économie pour combattre un possible réchauffement, à peine 12% des jeunes appuient fortement cette idée.

Bref, les jeunes Américains semblent avoir une pensée critique beaucoup plus affûtée que les jeunes Québécois qui eux, semblent gober sans trop se poser de questions les écrits de l’évangile réchauffiste.


30 avril 2015

La marginalisation des syndicats Économie France Revue de presse

Le Figaro

À peine un Français sur trois se sent proche d’un syndicat
Le Figaro

Selon les résultats de la vague 6 de l’EcoScope, le baromètre mensuel réalisé par OpinionWay pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business, 67% d’entre eux ne se reconnaissent en effet dans aucune organisation existante. À la veille du 1er Mai, la défiance est totale.

À la veille des traditionnelles mobilisations du 1er Mai pour la fête du Travail, la rupture entre les Français et les syndicats de salariés semble définitivement consommée. Selon la dernière vague de l’EcoScope, le baromètre mensuel réalisé par OpinionWay pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business, près de sept Français sur dix se disent en effet proches d’aucun syndicat: 67% exactement.

Cette défiance est particulièrement affirmée chez les femmes (73%), les 25-34 ans (73%), les classes populaires (71%), les indépendants (77%), les salariés du privé (69%), les chômeurs (89%) et les sympathisants UMP (78%). Une vraie claque. Parmi les militants politiques, seuls les partisans de la gauche radicale et du PS ont un taux d’éloignement inférieur à 50% (respectivement 35% et 44%).

La première étape pour se sortir de la misère et de la pauvreté, c’est la marginalisation des syndicats. En espérant que les Québécois marchent dans les pas des Français…


29 avril 2015

Police nulle part, justice partout ? Économie Revue de presse

Newsweek

Driverless Cars Will Put Half Our Cops Out of Work
Newsweek

Recently, the McKinsey Global Institute published an article that predicted self-driving cars will disrupt major parts of the economy. Positive numbers from the article, such as 90 percent of all accidents would be prevented and commuters would gain 50 minutes a day of free time, were trumpeted in the news.

The press also focused on industries that would be harmed by driverless cars. The two largest industries that McKinsey noted would be hurt are auto insurers and auto repair shops. McKinsey, however, missed one of the key ways in which self-driving cars will dramatically alter society: They will have a tremendous impact on police forces around the world, potentially cutting the need for them in half.

The most recent survey from 2011 shows that 31 million people were involuntarily stopped by the police during the year. More than 85 percent of those stops were traffic related.

The most likely reason people were pulled over for a traffic violation was speeding. Autonomous cars, programmed to obey all traffic rules, would eliminate the need for enforcement of speed limits, illegal turns, running stop signs and lights and many other traffic infractions if cars drove themselves.

La voiture sans conducteur ferait disparaître les contraventions, puisque les voitures seraient programmées pour toujours obéir aux lois…

Maintenant, vous savez pourquoi le Québec n’autorisera jamais les voitures sans conducteur; quand le Code de la route sera respecté de manière infaillible par les voitures, comment les policiers pourront-ils remplir leurs quotas de contraventions ?


28 avril 2015

Quand il faut payer ses comptes… Économie Europe Revue de presse

The NewYork Times

As Cash Dwindles, Greece Negotiates With Gazprom on ‘Energy Cooperation’
The New York Times

With their country running desperately low on cash, Greek officials met on Tuesday with the head of the Russian energy giant Gazprom, spurring speculation about a possible multibillion-dollar pipeline deal between Athens and Moscow.

The talks, which officials cautioned were not expected to lead immediately to a deal, came at a crucial time. The European Union is expected on Wednesday to announce antitrust charges against Gazprom, while Greece is trying to negotiate a new debt deal with its European creditors that the country needs to avoid a default.

Prime Minister Alexis Tsipras of Greece met on Tuesday afternoon in Athens with the Gazprom chief, Aleksei B. Miller. The Greek energy minister, Panagiotis Lafazanis, met with Mr. Miller earlier in the day. A spokesman for the energy minister said only that the two discussed “matters of energy cooperation.” Mr. Tsipras’s office declined to comment.

But both Russia and Greece have financial and political reasons for holding such discussions. In Gazprom’s case, it would be an effort to continue seeking an entry point to Europe for natural gas that would bypass pipelines that run through Ukraine, which is now Russia’s enemy.

For Greece, a pipeline could in theory generate billions of euros a year in revenue. But shorter term, Mr. Tsipras’s government is continuing to signal that it could tilt toward Russia if Greece, which is perilously close to running out of money, cannot reach new terms with its European lenders. Greek officials are to meet with their creditors on Friday in Riga, Latvia.

En faillite, la Grèce devra laisser passer des pipelines russes sur son territoire pour espérer faire quelques dollars.

À méditer…


27 avril 2015

La désélectrification des transports Économie Environnement États-Unis Revue de presse

USA Today

Hybrid, electric vehicle owners shift to SUVs
USA Today

Owners of gas-electric hybrids and battery electric vehicles are less and less likely to trade for another one, according to data from auto buying and research site Edmunds.com. Even more surprising: they are increasingly likely to shift to SUVs.

The disenchantment with clean-air fuel savers appears to be the result mainly of relatively low fuel prices, though there also seems to be a decline in their being seen as « special. »

« For better or worse, it looks like many hybrid and EV owners are driven more by financial motives rather than a responsibility to the environment, » says Edmunds.com Director of Industry Analysis Jessica Caldwell. « Three years ago, when gas was at near-record highs, it was a lot easier to rationalize the price premiums on alternative fuel vehicles. But with today’s gas prices as low as they are, the math just doesn’t make a very compelling case. »

And it’s bad news for automakers, who need to sell more and more alternative-power vehicles to meet tightening federal fuel-economy rules. To avoid a backlog, General Motors recently cut the prices of its Spark EV and Cadillac ELR extended-range electric and temporarily halted production of its Chevrolet Volt plug-in car. Toyota’s Prius gas-electric hybrid is down 7.7%; the plug-in version, fell 61.4%, Autodata says.

Overall, only 45% of this year’s hybrid and EV trade-ins have involved the purchase of another alternative-power vehicle, Edmunds data show. That’s down from slightly more than 60% in 2012 and is the first time the rate has fallen below 50%. Too, the data show that 22% of people who traded in their hybrids and EVs so far this year bought new SUVs. That’s up from 18.8% last year and close to double the 11.9% rate three years ago, Edmunds.com says.

Donc, non seulement les gens qui avaient une voiture électrique ou hybride ne renouvellent pas leur contrat de location, en plus ils préfèrent se procurer un VUS…

Et dire que les cabochons du PQ essayent de faire croire au monde que le Québec va devenir riche avec « l’électrification des transports »…