Antagoniste


26 février 2015

Fanatisme religieux Gauchistan Québec Revue de presse Terrorisme

Montreal Gazette

-

UQAM profs worry student protests ‘threaten university life’
Montreal Gazette

A group of professors at the Université du Québec à Montréal has gone public with a plea calling for an end to the enduring acts of protest and intimidation that have plagued the university in recent years — and which they say threaten UQAM’s future.

Blaming a small minority of militant students, 14 political science professors wrote an open letter outlining continuing acts by a small group of “sometimes masked commandos” who have poisoned the atmosphere on campus with acts of “intimidation, harassment, shoving, vandalism, looting and repeated strikes.”

“These acts threaten university life itself,” says the letter, which goes on to say that the climate of intimidation and harassment must stop, that it impedes learning and makes teaching difficult, has forced the university to spend thousands of dollars on repairs and has made the professors worried for its future.

The letter was published by Le Devoir just as a week of anti-austerity protests are planned for the city and as the militant student organization ASSÉ promises increasing actions to protest the provincial government’s austerity measures. They are calling for a province-wide protest on April 2.

Si c’était des islamistes qui bloquaient le fonctionnement d’une université, est-ce que les autorités auraient fait preuve du même laxisme ?

À Montréal, on a fermé une mosquée sous prétexte qu’un imam était un « agent de radicalisation » et un « fomenteur de tensions sociales »… L’UQAM est devenue un nid pour des « agents de radicalisation » et des « fomenteurs de tensions sociales », on attend quoi pour agir ?


23 février 2015

Une autre erreur des réchauffistes Environnement International Revue de presse

Science

-

Constrained work output of the moist atmospheric heat engine in a warming climate
Science

Incoming and outgoing solar radiation couple with heat exchange at Earth’s surface to drive weather patterns that redistribute heat and moisture around the globe, creating an atmospheric heat engine. Here, we investigate the engine’s work output using thermodynamic diagrams computed from reanalyzed observations and from a climate model simulation with anthropogenic forcing. We show that the work output is always less than that of an equivalent Carnot cycle and that it is constrained by the power necessary to maintain the hydrological cycle. In the climate simulation, the hydrological cycle increases more rapidly than the equivalent Carnot cycle. We conclude that the intensification of the hydrological cycle in warmer climates might limit the heat engine’s ability to generate work.

Pour ceux qui se sont perdus dans le jargon scientifique, cette étude montre que le réchauffement climatique devrait avoir comme effet de réduire le nombre de tempêtes violentes et de phénomènes météorologiques extrêmes.

Pourtant, des réchauffistes ont gagné un prix Nobel pour avoir dit exactement l’inverse !

On nous disait pourtant que le débat était clos et que la science était définitive…


19 février 2015

Punir le travail Coup de gueule Économie France Gauchistan Revue de presse

Le Figaro

-

Un boulanger poursuivi en justice pour être ouvert 7 jours sur 7
Le Figaro

Le site internet de la boulangerie de Stéphane Cazenave l’annonce fièrement: il a reçu le prix de la meilleure baguette tradition de France en 2014, récompense suprême d’années de travail et de savoir-faire. Des baguettes qu’il vend sept jours sur sept dans sa boutique ouverte il y a trois ans à Saint-Paul-lès-Dax, dans les Landes. Ses 22 salariés bénéficient bien de leurs deux jours de repos hebdomadaires, mais le boulanger a reçu une convocation devant le tribunal.

Un arrêté préfectoral datant du 25 mars 1999 impose en effet aux boulangeries du département des Landes de fermer au public au moins un jour par semaine.

Devant les caméras de France 3, Stéphane Cazenave admet être «très en colère», et a l’impression d’être «pris comme un petit voyou». «Je demande juste à travailler. Je pense que travailler n’est pas un délit en France». Selon lui, le jour de fermeture qui lui est imposé pourrait lui coûter autour de 250.000 euros, et l’obligerait à se séparer de plusieurs salariés.

Normalement quand la gauche veut punir le travail elle préfère des moyens subtils comme l’impôt sur le revenu. Par contre, il lui arrive d’être plus directe…


17 février 2015

Le pays imaginaire de la gauche Économie France Gauchistan Revue de presse

Le Figaro

-

Contre le chômage, la présidente du MJS préconise une année sabbatique
Le Figaro

Permettre le travail du dimanche ou faciliter les heures supplémentaires, très peu pour Laura Slimani. La présidente du « mouvement des jeunes socialistes », invitée sur Sud Radio, avance des pistes assez divergentes de celles étudiées par le gouvernement de Manuel Valls. «La seule manière pour créer massivement de l’emploi ces dix dernières années, ce sont les 35 heures de Martine Aubry», estime la militante du parti socualiste. Une mesure visionnaire à ses yeux: «Je suis de ceux qui pensent, aujourd’hui, en 2015, au XXIème siècle, qu’il faut réduire le temps de travail. Pas uniquement en France, mais partout en Europe».

Et la réduction du temps de travail peut se concrétiser de plusieurs différentes explique-t-elle. «On peut le faire dans la semaine, mais on peut aussi le faire dans l’année. Par exemple, en proposant une année sabbatique à chaque salarié», propose la chef de file des jeunes socialistes. Au Lab, cette dernière détaille sa proposition en proposant qu’une année de repos soit permise tous les 10 ou 20 ans «dans le cadre, évidemment, d’accords avec les partenaires sociaux». Une mesure de bon sens selon elle: «On est dans un dogme qui est de dire qu’il faut travailler plus alors qu’en fait, de fait, la société travaille moins. Ce n’est pas parce qu’elle ne veut pas travailler, mais c’est parce qu’on a des gains de productivité qui augmentent tellement que, finalement, on ne peut pas continuer à travailler autant», juge-t-elle au micro de Sud Radio.

Soupir…


16 février 2015

Athéegrisme États-Unis Revue de presse Terrorisme

The Independent

-

Chapel Hill shooting: Craig Stephen Hicks condemned all religions on Facebook prior to arrest for murder of three young Muslims
The Independent

The man arrested on suspicion of killing three young Muslims in North Carolina described himself as an “anti-theist” and criticised all religions online.

Police said 46-year-old Craig Stephen Hicks handed himself in to officers in Chapel Hill overnight in the wake of the deaths of 23-year-old Deah Shaddy Barakat, his wife Yusor Mohammad, 21, and her sister, Razan Mohammad Abu-Salha, 19. He has been arrested and charged with three counts of first-degree murder.

A regular social media user, his last three posts were a cute dog video about the Pavlov effect, a viral advert for Air New Zealand involving mountain bikes, and a picture from United Atheists of America asking “why radical Christians and radical Muslims are so opposed to each others’ influence when they agree about so many ideological issues”.

TV programmes liked by Hicks include The Atheist Experience, Criminal Minds and Friends, while he describes himself as a fan of Thomas Paine’s The Age of Reason and Richard Dawkins’ The God Delusion. Hicks’ pictures largely consist of images with text mocking religion and supporting atheism.

On a aussi appris que Craig Stephen Hicks, l’athée qui a tué 3 musulmans, se décrivait comme un progressiste. Il appréciait beaucoup le travail de gens comme Rachel Maddow (gauche radicale) et du Southern Poverty Law Center (think tank de gauche).

Avec un pareil CV, on comprend pourquoi les médias d’ici ont très peu parlé de cette affaire… Cette histoire va à l’encontre de leur narratif.

Par contre, si Craig Stephen Hicks avait été un membre du Tea Party, cette histoire aurait fait la une des journaux et des bulletins de nouvelles…


12 février 2015

Donner l’exemple Canada Économie Revue de presse

Acadie Nouvelle

-

Régime minceur pour Brian Gallant et les ministres
Acadie Nouvelle

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick et ses ministres s’imposeront une baisse de salaire à compter du 1er avril. Brian Gallant en a fait l’annonce, lundi matin, dans la capitale. Les députés néo-brunswickois reçoivent tous un salaire de base de 85 000 $. Cette somme ne diminuera pas. Ce sont plutôt les primes versées aux membres du conseil des ministres qui seront touchées par la mesure.

La prime de 52 614 $ versée aux ministres sera réduite de 10 %. Les 12 ministres recevront donc 5261 $ en moins. Le premier ministre verra sa prime de 79 000 $ diminuer de 15 %, soit une baisse de 11 850 $. En tout et partout, cela permettra d’économiser 74 982 $ par année.

Brian Gallant explique que son gouvernement souhaite équilibrer le budget et que des décisions difficiles sont à prévoir. Selon lui, les ministres ont voulu montrer qu’ils sont prêts à mettre l’épaule à la roue. «Il est très important, je pense, que nous, les élus, on démontre que nous aussi, on fait partie de ces décisions, qu’on est des leaders, qu’on montre l’exemple et qu’on démontre que nous allons aussi être affectés par des décisions difficiles.»

Au Québec, un député gagne 2,64 fois le salaire moyen d’un Québécois, ce qui fait de nos politiciens les mieux payés au Canada. C’est cher payé pour des gens qui, au fils des ans, n’ont jamais été capable de nous démontrer leurs compétences…

Avant leur baisse de salaire, les élus du Nouveau-Brunswick se situaient en milieu de peloton.


11 février 2015

Des artistes indépendants Économie États-Unis Revue de presse

The Wall Street Journal

-

Grammys: How to Turn a Kickstarter Project Into a Nomination
The Wall Street Journal

It’s easy to take shots at the Grammys as a celebration of the pop industrial complex, but behind the Beyoncés and the Pharrells, and the big record labels that promote them, there’s a scrappy contingent of ultra independent nominees. This year, seven of the Grammy-nominated recordings were financed through Kickstarter, including a release by Jamaican dub legend Lee “Scratch” Perry, whose “Back on the Controls” is up for best reggae album.

Don’t expect these crowdfunded nominees to upset Iggy Azalea or Sam Smith in the record of the year race — they’re mostly sprinkled among the secondary and tertiary categories, including best roots gospel album (Mike Farris’s “Shine For All the People”) and best children’s album (Brady Rymer’s “Just Say Hi!”). But having them in the mix at Sunday’s ceremony serves as yet another reminder that DIY is the new default in the music industry.

“This year, in terms of institutional acknowledgement, we’re definitely on a new level,” says Yancey Strickler, chief executive and co-founder of Kickstarter, citing the Grammy nominees, along with Kickstarters by such legacy artists as TLC. Music has more successfully funded projects (more than 18,500) than any other category on Kickstarter, with a total of $135 million.

Still, it’s not like a winning Kickstarter is a guarantee of broader music success–let alone a Grammy nomination. “We are one piece of a larger puzzle,” Strickler says.

Kickstarter est un site de financement participatif (crowdfunding). Des gens soumettent un projet via le site et ensuite ceux qui aiment le projet peuvent faire une contribution monétaire. C’est devenu un mode de financement plus en plus populaire après des artistes.

Message aux artistes québécois: si vous voulez vraiment être indépendantiste, c’est-à-dire si vous ne voulez plus dépendre d’un gouvernement, vous pouvez financer vos albums en utilisant Kickstarter au lieu de parasiter le portefeuille des contribuables québécois. Après tout, aux Grammys, 7 albums avaient été financés avec Kickstarter.

En 2014, c’est 135 millions qui ont été amassés avec Kickstarter pour financer des albums.


10 février 2015

Une société en évolution Économie International Revue de presse

Le Monde

-

Japon : et si c’était la fin de la rémunération à l’ancienneté ?
Le Monde

Et si le Japon était à la veille d’une « révolution » sociale, en tout cas prêt à tourner une page historique en ce qui concerne les relations entre les salariés et leurs entreprises ? Une chose est sûre : confronté à la baisse de la population active, le pays est en passe de repenser la rémunération du travail. Le toujours dominant système de rémunération à l’ancienneté est ainsi peut-être en train de vivre ses derniers jours. L’annonce faite, le 27 janvier, par Toyota en atteste.

Le constructeur automobile a dévoilé un projet prévoyant de réduire le poids de l’ancienneté et d’intégrer plus de mérite dans les salaires de son personnel, tout en mettant aussi en place des avantages pour les employés ayant des enfants. 60 % des salariés devraient être concernés.

Dès janvier 2016, ces employés devraient passer deux fois par an un entretien d’évaluation, suivis d’ajustements salariaux. L’objectif est d’attirer de jeunes talents, alors que la part des plus de 50 ans devrait passer à 30 % en 2035, contre 20 % aujourd’hui.

Je me demande si un jour le Québec sera assez mature pour avoir ce genre de débat…


9 février 2015

Marche ou crève Canada Économie Québec Revue de presse

Montreal Gazette

-

Group angered over Quebec’s rejection of new cancer drugs
Montreal Gazette

A local cancer support network is accusing the provincial government of trying to save money at the expense of Quebecers’ lives by refusing to approve new drug treatments for public health coverage.

The Coalition priorite? cancer au Que?bec released a statement earlier this week condemning the recent rejection of four new drugs by the provincial health agency (INESSS) charged with evaluating and approving new medications for coverage. The drugs are Abraxane (pancreatic cancer) Jevtana (prostate cancer), Giotrif (lung cancer) and Yervoy (advanced melanoma). They are among 10 cancer-fighting medications that have been rejected for coverage since last June. Two other drugs were approved.

According to the coalition’s president, Nathalie Rodrigue, the INESSS’s latest rejections were “purely economic” decisions that should be immediately overturned by provincial Health Minister Gaétan Barrette.

According to the Pan-Canadian Oncology Drug Review, Abraxane has already been accepted for funding in British Columbia. The governments of every other province except Quebec are currently negotiating with the drug’s manufacturer for a lower price, pending approval. As of 2013, Jevtana had been funded in Alberta, Saskatchewan, Manitoba and Ontario, and Yervoy is now funded in every province except Quebec. Giotrif is also funded in every other province, except Newfoundland and Prince Edward Island, which are still considering whether to add the drug to their provincial formularies.

La semaine dernière, les politicos québécois étaient bien fiers de la décision de la Cour suprême d’approuver l’aide médicale à mourir…

Mais 24 heures avant la décision du plus haut tribunal du pays, on apprenait que le Québec demeurait la province canadienne où, pour des raisons économiques, on approuve le moins de nouveaux médicaments pour lutter contre le cancer.

Bref, le Québec semble avoir trouvé un moyen pour réduire les coûts du système de santé. Ici, on va soigner les gens avec du stock cheap en se disant que quand la personne va trop souffrir, on pourra l’aider à mourir…

Les politicos québécois parlent de « mourir dans la dignité », mais dans la réalité ça semble plus être « laissé mourir pour épargner » (et ce, même si nous sommes les plus taxés et imposés)…


5 février 2015

La gauche et les vaccins États-Unis Gauchistan Revue de presse

Science

-

Why the ‘Prius Driving, Composting’ Set Fears Vaccines
Science

Journalist Seth Mnookin’s new book, The Panic Virus: A True Story of Medicine, Science, and Fear, explores the public health scare over vaccines and autism.Mnookin warns of grave consequences. Vaccine rates are falling below the level needed to prevent an outbreak in a growing number of communities, including ones with wealthy, educated populations. Last week, Mnookin spoke with ScienceInsider about why.

Q: There’s a perception that vaccine refusal is especially common among affluent, well-educated, politically liberal parents—is there any truth to that?

S.M.: I think it taps into the organic natural movement in a lot of ways.

I talked to a public health official and asked him what’s the best way to anticipate where there might be higher than normal rates of vaccine noncompliance, and he said take a map and put a pin wherever there’s a Whole Foods. I sort of laughed, and he said, « No, really, I’m not joking. » It’s those communities with the Prius driving, composting, organic food-eating people.

On a beaucoup parlé du mouvement anti-vaccin dans l’actualité américaine depuis une semaine.

Il est important de rappeler que ce dangereux mouvement est surtout composé de gauchistes (anti-capitaliste, anti-pharmaceutique, anti-OGM…).

P.-S. Un « Whole Food » est une épicerie qui ne vend que des aliments bios.


4 février 2015

Vision économique Économie Europe Revue de presse

IEEE Spectrum

-

Germany’s Autobahns Say « Willkommen » To Robocars
IEEE Spectrum

It must be unnerving for a new driver to prepare to enter the passing lane only to see, at the last possible moment, a metallic monster streaking by. How much more nerve-wracking would it be if the monster had no driver at the wheel?

For some, that would be the true test of robocar reliability. And, if Germany’s government has its way, it’ll happen first on that country’s autobahn system, famous for its speed-limit-free stretches.

In an announcement earlier this week, the government said that it would soon allow robocars onto autobahn A9, which runs from Berlin straight down to Munich. In the beginning, at least, it will involve experimental cars, such as those now in development at Mercedes-Benz, Audi and BMW.

Not all of A9 allows unlimited speed, and it’s unclear whether the early test cars will be given free rein on the parts that do. But the pavement-burning prospect is obviously part of the appeal.

Not only would the cars drive themselves, they’d communicate with other cars and with roadside infrastructure. That means cars that think would be running on roads that think—a technological double-header.

En ouvrant ses autoroutes aux compagnies travaillant au développement des voitures sans conducteur, l’Allemagne prend des mesures pour devenir un chef de file mondial dans le domaine. De manière collatérale, c’est tout le secteur des « routes intelligentes » que l’Allemagne pourra développer.

Pourquoi ce genre d’annonce n’est jamais fait au Québec ?

Pourquoi, par exemple, le Québec n’aurait pas pu ouvrir ses routes pour que des compagnies puissent développer des voitures sans conducteurs en condition hivernale ?

Mais non, ici on préfère demander au gouvernement de sauver des papetières, de faire du subventionnage de PME ou gaspiller de l’argent dans des régions sans avenir

Pour sauver les emplois du passé, le Québec est en train de sacrifier ceux du futur…


3 février 2015

Les hypocrites Coup de gueule États-Unis Québec Revue de presse

New York Post

-

Imam terror error
New York Post (June 19, 2010)

The imam behind plans to build a controversial Ground Zero mosque yesterday refused to describe Hamas as a terrorist organization.

According to the State Department’s assessment, “Hamas terrorists, especially those in the Izz al-Din al-Qassam Brigades, have conducted many attacks, including large-scale suicide bombings, against Israeli civilian and military targets.”

Asked if he agreed with the State Department’s assessment, Imam Faisal Abdul Rauf told WABC radio, “Look, I’m not a politician. Rauf also would not answer a question about Egypt’s outlawed Muslim Brotherhood.

“I have nothing to do with the Muslim Brotherhood. My father was never a member of the Muslim Brotherhood,” he said, disputing a rumor.
Rauf’s position has come under a microscope as he leads an effort to build a $100 million mosque and community center at 45 Park Place, near Ground Zero.

Pour ma revue de presse aujourd’hui, j’ai dépoussiéré une vielle nouvelle qui date de juin 2010.

À l’époque, il y avait eu une énorme polémique sur la construction d’une mosquée sur le site de Ground Zero, polémique qui avait été amplifiée quand on avait découvert que l’imam responsable du projet avait des liens avec des groupes radicaux.

À l’époque, la bonne gauche québécoise avait eu un jugement sans appel: les Américains qui étaient contre la construction de cette mosquée étaient des racistes et des islamophobes finis (exemple ici et ici).

Ironiquement, les péquistes, qui en 2010, ont crié le plus fort pour traiter de raciste les Américains qui étaient contre la mosquée de Ground Zero, étaient probablement aussi ceux qui ont crié le plus fort en 2015 pour qu’un islamiste ne puisse pas ouvrir un centre communautaire dans Hochelaga-Maisonneuve

Le grand bal des hypocrites…


2 février 2015

Les valeurs russes Économie Environnement International Revue de presse

Investors Business Daily

-

Green Groups Go Red, Team With Putin To Fight Fracking
Investor’s Business Daily

Green groups frequently tar opponents as paid puppets of the fossil fuel industry. It’s a hollow, ad hominem attack that’s often wrong. Worse, these groups accuse others of corruption their partners are guilty of.

It’s a routine charge: Climate change deniers are funded by Big Oil — they’re mercenaries whose work should be ignored because of their deep conflict of interest.

As it turns out, though, the anti-fracking movement has received funding from the fossil fuel industry. But the source of funds isn’t a U.S.-based company. The money is from fossil fuel concerns linked to a country that is emerging as an enemy of America.

« A shadowy Bermudan company that has funneled tens of millions of dollars to anti-fracking environmentalist groups in the United States is run by executives with deep ties to Russian oil interests and offshore money laundering schemes involving members of President Vladimir Putin’s inner circle, » the Free Beacon reported Tuesday.

Russia and U.S. environmentalist groups have a common goal: They both want to see fracking shut down in the U.S. Russia wants to stop it because it’s hurting that country’s oil and gas industry.
The green groups oppose fracking simply because they loathe fossil fuels and the benefits they bring — though, apparently, not enough to stop taking Russian oil money, a fact that calls into question their integrity.

On savait déjà que les écolos partageaient les valeurs saoudiennes, on sait maintenant qu’ils aiment aussi les valeurs russes…

On dirait bien que les droits des couleuvres brunes sont plus importants que les droits humains pour les écolos…


29 janvier 2015

Intervention divine Économie Gauchistan Revue de presse

Libération

-

Venezuela: Maduro s’en remet à Dieu pour résoudre la crise économique
Libération

«Le pétrole ne remontera jamais à 100 dollars, mais Dieu pourvoira» aux destinées du Venezuela : c’est par ces mots que le président socialiste Nicolas Maduro a tenu mercredi soir à rassurer ses concitoyens confrontés à une grave crise économique.

Invocation des mannes célestes, mais aussi modification de la politique de changes, éventuelle augmentation du prix de l’essence…: les mesures annoncées par M. Maduro pour lutter contre la crise que traverse ce pays pétrolier ont été jugées largement insuffisantes par des analystes économiques.

Et provoqué l’inquiétude de la population victime d’un taux d’inflation record (64% par an), de pénuries grandissantes de produits alimentaires, médicaux ou industriels, et d’un déficit budgétaire de 20% du PIB, essentiellement provoqué par la chute vertigineuse des cours du pétrole – qui représente 96% des revenus en devises de l’Etat.

Certains supermarchés d’Etat, expropriés à des groupes privés ces dernières années et dans lesquels sont vendus des produits subventionnés, ont commencé à limiter l’accès de la clientèle à certains jours de la semaine en fonction du numéro de la carte d’identité.

Les belles âmes gauchistes au Québec se sont réjouies plus tôt cette semaine de l’élection des intégristes de gauche en Grèce y voyant là un vent de fraîcheur.

Ces belles âmes oublient de nous dire qu’il y a quelques années, c’est le Venezuela qui était l’objet de leur admiration.

M’enfin, l’expérience vénézuélienne ayant mal tourné, aujourd’hui la bonne gauche fait comme si Chavez n’avait jamais existé. Qu’importe, parions que dans quelques années, si les fondamentalistes de gauche gardent le pouvoir en Grèce, les politiciens seront eux aussi obligés de s’en remettre à dieu pour boucler leur budget.


28 janvier 2015

Les valeurs saoudiennes Canada Économie Environnement Moyen-Orient Revue de presse

The Globe And Mail

-

‘Ethical oil’ ad sparks war of words between Ottawa, Saudis
The Globe And Mail (Sep. 20 2011)

A pro-industry group that promotes Canada’s “ethical” oil sands has sparked an international row with a television ad attacking Saudi Arabia’s record on women’s rights.

Immigration Minister Jason Kenney on Tuesday slammed the Saudi embassy’s apparent effort to kill a 30-second advocacy ad that argues U.S. reliance on Canada’s oil-sands production is more “ethical” than buying oil from the undemocratic Kingdom of Saudi Arabia.

The offending ad ran on the Oprah Winfrey Network in Canada, and is now appearing on SUN TV, but a planned run on CTV’s Newsnet was cancelled due to legal concerns after a lawyer for the Saudis wrote a letter of complaint.

Oil-industry executives and Conservative government ministers, including Environment Minister Peter Kent, have echoed the ethical-oil argument, popularized in Mr. Levant’s book, Ethical Oil: The Case for Canada’s Oil Sands. Environmental organizations, meanwhile, have mounted high-profile protests aimed at stopping the expansion of oil-sands imports to the U.S.

Bell Media, which owns CTV, confirmed it had been informed by the Saudis of a legal dispute over the commercial, and cancelled plans to run it. “As the ad in question is the subject of a legal dispute between Ethical Oil and the Kingdom of Saudi Arabia, at the advisement of our legal department we will not accept the order until the matter is resolved,” the company said in a statement.

Pour ma revue de presse aujourd’hui, j’ai dépoussiéré une vielle nouvelle qui date de septembre 2011.

Ironique de constater qu’en 2011, l’Arabie Saoudite a fait censurer au Canada une publicité mettant en vedette le pétrole éthique de l’Alberta et dénonçant le pétrole de la charia (je suis Charlie…).

Vous savez au Québec quel groupe met des bâtons dans les roues de l’exportation du pétrole éthique de l’Alberta, ce qui profite au pétrole de la charia des Saoudiens ? Nul autre que le parti québécois !  Amusant de constater que le PQ et l’Arabie Saoudite ont un point en commun: leur haine du pétrole éthique de l’Alberta !

Est-ce que les péquistes auraient été imprégnés par les valeurs saoudiennes ?  Je ne fais que poser la question…