Antagoniste


15 septembre 2014

L’argent du public Coup de gueule Économie Gaspillage Québec

Argent publicHier, le PQ a annoncé qu’Alexandre Cloutier se rendra en Écosse en « mission officielle » pour observer la tenue du référendum sur l’indépendance qui aura lieu cette semaine (autrement dit, il va avoir des vacances payées en Écosse).

La première fois que le PQ avait évoqué cette « mission officielle », à la fin du mois d’août, on nous avait dit que les contribuables n’avaient rien à craindre puisque c’était le PQ qui allait payer ce voyage avec l’argent du parti…

Rien à craindre, vraiment ?

Depuis 2013, les dons du public aux partis politiques sont limités à 100$. Pour compenser, la baisse des dons, il est désormais prévu que les partis politiques soient généreusement subventionnés avec des fonds publics.

Donc, quand le PQ dit que c’est l’argent du parti qui va servir à payer le voyage d’Alexandre Cloutier, il omet de préciser qu’une part non négligeable de l’argent dans les coffres du PQ vient du portefeuille des contribuables ! Autrement dit, c’est l’argent des contribuables québécois qui va servir à payer une partie de la « mission officielle » du PQ en Écosse. Que le PQ décide de jouer à avoir un pays, c’est une chose, mais qu’il utilise des fonds publics pour le faire, c’est autre chose…

Les partis politiques au Québec désiraient s’affranchir des dons des électeurs pour plutôt être subventionnés par le gouvernement. Fort bien, mais la contrepartie à ce changement devrait faire en sorte que désormais on limite l’argent que les partis peuvent dépenser pour des activités partisanes. Quand on dépense l’argent des contribuables, on n’est plus libre de ses choix et aller faire la fête en Écosse devrait faire partie des choses qui désormais ne sont plus permises.

De plus, si le système de subvention aux partis politiques mis en place est assez généreux pour permettre aux partis politiques de payer des vacances outre-Atlantique à des députés, c’est peut-être un signe qu’on devrait diminuer le montant de cette subvention, car manifestement, les partis ont trop d’argent en leur possession.


20 mai 2014

Lac-Mégantic: I told you so ! Coup de gueule Gaspillage Québec

Péquiste au travail

Dans la foulée de la tragédie de Lac-Mégantic, voici ce que j’ai écrit sur ma page Facebook le 22 août 2013 à propos des millions qui étaient dépensés par les gouvernements:

Voici ce qu’on pouvait lire dans La Presse le 16 mai 2014:

La Presse
Combien de millions dépensés à Lac-Mégantic?

Au moment où l’Unité permanente anticorruption (UPAC) mène une enquête sur la reconstruction de Lac-Mégantic et les contrats qui en découlent, ni la municipalité ni le gouvernement provincial ne sont en mesure de dresser un bilan précis des sommes dépensées depuis la catastrophe ferroviaire du 6 juillet dernier.

Selon des informations obtenues par La Presse, le ministère de la Sécurité publique du Québec (MSPQ), qui chapeaute le rétablissement de la petite communauté, a injecté 55,8 millions de dollars depuis la tragédie. Plusieurs autres ministères participent à l’effort de reconstruction – dont les Affaires municipales, l’Environnement, le Transport -, mais il est impossible à l’heure actuelle d’avoir un portrait global des sommes promises ou déjà engagées.

Maintenant, on comprend mieux pourquoi le gouvernement fédéral a fait preuve de plus de retenue dans la distribution de son aide. Le régime péquiste a-t-il dépensé sans compter à Lac-Mégantic pour des motifs électoraux ? La question se pose…

Sur mon compte Twitter, voici ce que j’avais écrit le 10 juillet 2013 au sujet de l’aide du gouvernement et des compagnies d’assurances. J’évoquais la possibilité que les millions distribués aveuglément à Lac-Mégantic pouvaient avoir comme conséquence de déresponsabiliser les assureurs:

Voici ce qu’on pouvait lire dans La Presse le 17 mai 2014:

La Presse
Lac-Mégantic: un demi-milliard de fonds publics pour régler la facture

Assureurs privés

Mais ces chiffres ne tiennent pas compte des réclamations faites par les sinistrés auprès de leurs assureurs privés. Plus de 2000 personnes avaient été évacuées. Ces compagnies, a-t-on appris, tardent à répondre à leurs clients de Mégantic; l’intervention du gouvernement tend, selon elles, à démontrer qu’il ne s’agit pas d’un séisme naturel assurable, mais bien d’une erreur humaine, dont elles estiment ne pas devoir être tenues responsables.

La gestion de la tragédie de Lac-Mégantic par le régime péquiste aura été, à l’image de tout le reste, un échec sur toute la ligne… I tould you so…


29 avril 2014

Massacre à la tronçonneuse Économie Gaspillage Québec

Leviathan

Tel que mentionné hier, les temps seront durs au Québec. Pour l’année 2014-2015, le déficit prévu est de 3,7 milliards de dollars, le PQ avait pourtant annoncé un manque à gagner de 1,75 milliard

Quand on parle en termes de milliards, les gens ont de la difficulté à imaginer les montants qui sont réellement en jeux.  Par exemple, si le gouvernement décidait d’aller chercher 3,7 milliards uniquement en taxant l’essence, il faudrait augmenter le prix du litre de près de 30¢ !  Ça vous dirait de payer l’essence 1,80$/litre cet été ?

Un autre moyen pour prendre conscience de l’ampleur de cette somme consiste à déterminer le nombre de contribuables qu’il faut réunir pour générer 3,7 milliards en impôts sur le revenu. Sachant que dans le budget on prévoit que les contribuables (imposables ou non), au nombre de 6 500 000, vont payer 20 500 000 000$ en impôt sur le revenu, pour une moyenne de 3 154$/contribuable, cela signifie que l’impôt de 1 471 932 contribuables est nécessaire pour mettre la main sur 3,7 milliards de dollars. Sachant que l’ensemble des contribuables représente grosso modo 79% de la population, il faudrait réunir tous les impôts payés  par les travailleurs des villes de Québec, Laval, Sherbrooke, Saguenay, Lévis, Drummondville et Granby pour mettre la main sur une pareille somme !

Concrètement, que devrait-on couper dans les ministères pour réaliser des économies de 3,7 milliards ?  J’ai réalisé cet exercice en analysant la pieuvre publiée dans le Journal de Montréal il y a quelques années.  Certes, l’exercice n’est pas parfait puisque cette pieuvre a été réalisée pour le budget 2011-2012, mais ça donne quand même une idée de l’ordre de grandeur du défi qui attend les libéraux:

  • Fermeture du ministère de l’Environnement: 244 750 200$ d’économie;
  • Fermeture du ministère Culture, Communications et Condition féminine (incluant Télé-Québec): 693 339 100$ d’économie;
  • Fermeture du ministère des Relations internationales: 126 767 900$ d’économie;
  • Fermeture du ministère du Tourisme: 138 622 700$ d’économie;
  • Fermeture du ministère de l’Immigration: 313 229 500$ d’économie;
  • Fermeture de la Financière agricole du Québec: 630 000 000$ d’économie;
  • Fermeture du Secrétariat aux Affaires autochtones: 227 881 700$ d’économie;
  • Fermeture de l’Aide juridique:  233 627 200$ d’économie;
  • Fermeture de la Société d’habitation du Québec (incluant le logement social): 454 369 300$ d’économie;
  • Fin de l’Aide financière aux études (Prêts et bourses): 683 771 700$ d’économie.

L’ensemble de ces mesures permet de réduire les dépenses de 3,7 milliards de dollars.  Encore une fois, il s’agit d’une approximation puisque ces montants réfèrent à l’année 2011-2012, mais peu importe les combinaisons qu’on décide de faire, on a un aperçu de l’effort à fournir…

Au lendemain des élections, tant le PLQ que la CAQ ont dit que les coupures ne devaient pas affecter les services à la population.  Penser de la sorte c’est se bercer d’illusions.  Il y a encore cette pensée magique chez les gens que si on coupe dans des petits comptes de dépenses ici et là, on pourra régler le déficit. Que si on monte les impôts des deux ou trois riches du Québec, le party va pouvoir continuer. Les gens doivent comprendre que c’est tout le modèle québécois avec ses programmes sociaux qui nous ont mis dans le trouble et qu’il faut changer.

Pour équilibrer le budget, les choix sont simples et limités.  Soit le gouvernement donne moins de service à la population ou encore le gouvernement offre les mêmes services, mais avec une tarification supplémentaire; le tout en conservant le niveau d’imposition et de taxation actuel (si en plus on veut réduire le fardeau fiscal, il faudra aussi faire des choix en conséquence).

Vous pensiez que plus de plus de cinquante années de gestion de cabochon pouvaient se régler sans douleur ?

Pour sauver le Québec de la faillite, il devra y avoir un massacre à tronçonneuse de notre social-démocratie, on peut essayer de dorer la pilule, mais quand on laisse tomber la langue de bois, c’est la dure réalité.


2 décembre 2013

La pièce de théatre la plus dispendieuse de l’histoire ! Gaspillage Québec

Attention, politicien au travail !Entre le 19 août et le 20 novembre 2013, le gouvernement péquiste s’est livré à une véritable orgie de dépenses dans le but de créer un climat propice au déclenchement d’une élection. Selon les chiffres recensés par la CAQ, Pauline Marois a engagé son gouvernement à dépenser 10,6 milliards de dollars durant cette période, espérant probablement que cela suffirait pour ouvrir une fenêtre électorale.

Mais 10,6 milliards de dollars, ça représente quoi concrètement ?

Sachant que dans le budget de Nicolas Marceau, on prévoit que les contribuables imposables, au nombre de 4 200 000, vont payer 19 379 000 000$ en impôt sur le revenu, pour une moyenne de 4 614$/contribuable imposable, cela signifie que l’impôt de 2 297 332 contribuables imposables sera nécessaire pour payer les engagements qui ont été pris depuis 3 mois !

Vous avez bien lu, en 3 mois, le gouvernement a claqué l’équivalent de ½ de l’impôt sur le revenu amassé durant 1 an.

Sachant que les contribuables imposables représentent grosso modo 52% de la population totale, c’est un peu comme si tous les impôts payés cette année par les travailleurs des 20 plus grandes villes du Québec étaient utilisés uniquement pour payer la tentative du PQ d’aller en élection.

Donc, si vous habitez une de ces villes et si vous payez de l’impôt, vous pouvez vous dire que tous les impôts que vous envoyez au gouvernement cette année ne serviront pas à soigner les malades, réparer les routes, payer des professeurs ou rembourser la dette; mais à payer 3 mois de promesses pré-électorales:

  • Montréal
  • Québec
  • Laval
  • Gatineau
  • Longueuil
  • Sherbrooke
  • Saguenay
  • Lévis
  • Trois-Rivières
  • Terrebonne
  • Saint-Jean-sur-Richelieu
  • Repentigny
  • Brossard
  • Drummondville
  • Saint-Jérôme
  • Granby
  • Blainville
  • Saint-Hyacinthe
  • Dollard-des-Ormeaux
  • Shawinigan

Et le plus beau dans cette histoire ? Puisque le PQ s’est dégonflé à la dernière minute et a décidé de ne pas aller en élection, on devra se taper une nouvelle orgie de dépenses quand des élections seront véritablement à nos portes (probablement ce printemps).


29 octobre 2013

Le prix d’un coït interrompu Gaspillage Québec

Attention, politicien au travail !Depuis le retour des députés à l’Assemblée nationale au début du mois de septembre, les millions, voire les milliards, coulent à flots dans les différentes régions du Québec.  Les péquistes, ne reculant devant rien pour ouvrir une fenêtre électorale, ont dépensé comme des marins en cavale en espérant sans doute pouvoir acheter les résultats de la prochaine élection; dans nos démocraties, s’il est illégal pour un entrepreneur d’acheter un politicien, un politicien peut acheter des électeurs en toute légalité…

Les dépenses annoncées par le PQ sont si nombreuses qu’il est difficile d’en faire un recensement exhaustif, mais l’annonce d’un nouveau programme de stimulation économique de 2 milliards de dollars représente probablement la mesure phare.  Notre économie est devenue accro aux programmes de stimulation du gouvernement…

Mais 2 milliards de dollars, ça représente quoi concrètement ?

Sachant que dans le budget de Nicolas Marceau on prévoit que les contribuables, au nombre de 6 298 799, vont payer 20 400 000 000$ en impôt sur le revenu, pour une moyenne de 3 239$/contribuable, cela signifie que l’impôt de 617 529 contribuables sera nécessaire, uniquement pour payer ce nouveau programme péquiste.

Sachant que les contribuables représentent grosso modo 78% de la population, c’est un peu comme si tous les impôts payés cette année par les travailleurs des villes de Saguenay, Sherbrooke, Longueuil et Gatineau étaient utilisés uniquement pour payer la tentative du PQ d’aller en élection.

Et le plus beau dans cette histoire ? Puisque le PQ s’est dégonflé à la dernière minute et a décidé de ne pas aller en élection, on devra se taper une nouvelle orgie de dépenses quand des élections seront véritablement à nos portes (probablement dans six mois).


25 juin 2013

Autant en emporte le vent… Coup de gueule Économie Gaspillage Gauchistan Québec

Attention, politicien au travail ! La semaine dernière, l’IEDM nous a appris qu’il en coûtera 695 millions de dollars par an, jusqu’en 2020, pour produire 3 119 MW d’énergie éolienne dont le Québec n’a pas besoin.  Cela représente une somme totale de 5 560 millions de dollars…

Histoire de mettre ces chiffres en perspective, considérons qu’il s’agit d’une subvention du gouvernement payé à même nos impôts (c’est un peu le cas…).

Sachant que dans le budget de Nicolas Marceau on prévoit que les contribuables, au nombre de 6 298 799, vont payer 20 400 000 000$ en impôt sur le revenu, pour une moyenne de 3 239$/contribuable, cela signifie que l’impôt de 214 591 contribuables sera nécessaire, uniquement pour cette subvention de 695 millions de dollars.

Sachant que les contribuables représentent grosso modo 78% de la population, c’est un peu comme si tous les impôts payés chaque année, jusqu’en 2020, par les travailleurs des villes de Trois-Rivières et Lévis étaient utilisés uniquement pour payer des éoliennes produisant une électricité dont nous n’avons pas besoin !  Encore pire, cette donnée n’inclut pas la nouvelle annonce de 800 MW du 10 mai 2013 !

Désolé, mais quand je vois ça, j’ai de la difficulté à m’indigner contre un pot-de-vin de 50 000$ qu’aurait reçu l’ex-maire Michael Applebaum.

Au Québec, voler quelques millions de dollars est un crime. Volez-en des centaines et ça devient une statistique…


26 février 2013

Les contribuables de la semaine: Deux-Montagnes, L’Ancienne-Lorette et Beauceville Gaspillage Québec

Attention, politicien au travail !Entre le 16 et le 22 février 2013, le gouvernement du Québec a annoncé des dépenses de 100 846 329$ en subventions, prêts et programmes de financements.

Sachant que dans le budget de Nicolas Marceau on prévoit que les contribuables, au nombre de 6 298 799, vont payer 20 400 000 000$ en impôt sur le revenu, pour une moyenne de 3 239$/contribuable, cela signifie que l’impôt de 40 116 contribuables sera nécessaire, uniquement pour payer les annonces faites entre le 16 et le 22 février 2013.

Sachant que les contribuables représentent grosso modo 78% de la population, c’est un peu comme si tous les impôts payés cette année par les travailleurs des villes de Deux-Montagnes, L’Ancienne-Lorette et Beauceville avaient été utilisés uniquement pour payer les subventions, prêts et programmes de financements du gouvernement annoncés la semaine dernière.

Depuis le début de l’année, 526 414 contribuables ont casqué, l’équivalant des villes d’Alma, Roberval, Dolbeau-Mistassini, Saint-Félicien, Chambord, Lac-Beauport, Asbestos, Saint-Hyacinthe, Blainville, Granby, Saint-Jérôme, Drummondville, Brossard, Montmagny, Mont-Joli, Deux-Montagnes, L’Ancienne-Lorette et Beauceville.


19 février 2013

Les contribuables de la semaine: Montmagny et Mont-Joli Gaspillage Québec

Attention, politicien au travail !Entre le 9 et le 15 février 2013, le gouvernement du Québec a annoncé des dépenses de 45 488 000$ en subventions, prêts et programmes de financements.

Sachant que dans le budget de Nicolas Marceau on prévoit que les contribuables, au nombre de 6 298 799, vont payer 20 400 000 000$ en impôt sur le revenu, pour une moyenne de 3 239$/contribuable, cela signifie que l’impôt de 18 079 contribuables sera nécessaire, uniquement pour payer les annonces faites entre le 9 et le 15 février 2013.

Sachant que les contribuables représentent grosso modo 78% de la population, c’est un peu comme si tous les impôts payés cette année par les travailleurs des villes de Montmagny et Mont-Joli avaient été utilisés uniquement pour payer les subventions, prêts et programmes de financements du gouvernement annoncés la semaine dernière.

Depuis le début de l’année, 486 299 contribuables ont casqué, l’équivalant des villes d’Alma, Roberval, Dolbeau-Mistassini, Saint-Félicien, Chambord, Lac-Beauport, Asbestos, Saint-Hyacinthe, Blainville, Granby, Saint-Jérôme, Drummondville, Brossard, Montmagny et Mont-Joli.


12 février 2013

Les contribuables de la semaine: Saint-Hyacinthe, Blainville, Granby, Saint-Jérôme, Drummondville & Brossard Gaspillage Québec

Attention, politicien au travail !Entre le 2 et le 8 février 2013, le gouvernement du Québec a annoncé des dépenses de 977 955 728$ en subventions, prêts et programmes de financements (ouch…).

Sachant que dans le budget de Nicolas Marceau on prévoit que les contribuables, au nombre de 6 298 799, vont payer 20 400 000 000$ en impôt sur le revenu, pour une moyenne de 3 239$/contribuable, cela signifie que l’impôt de 389 020 contribuables sera nécessaire, uniquement pour payer les annonces faites entre le 2 et le 8 février 2013.

Sachant que les contribuables représentent grosso modo 78% de la population, c’est un peu comme si tous les impôts payés cette année par les travailleurs des villes de Saint-Hyacinthe, Blainville, Granby, Saint-Jérôme, Drummondville et Brossard avaient été utilisés uniquement pour payer les subventions, prêts et programmes de financements du gouvernement annoncés la semaine dernière.

Depuis le début de l’année, 468 220 contribuables ont casqué, l’équivalant des villes d’Alma, Roberval, Dolbeau-Mistassini, Saint-Félicien, Chambord, Lac-Beauport, Asbestos, Saint-Hyacinthe, Blainville, Granby, Saint-Jérôme, Drummondville et Brossard.


5 février 2013

Les contribuables de la semaine: Lac-Beauport et Asbestos Gaspillage Québec

Attention, politicien au travail !Entre le 26 janvier et le 1er février 2013, le gouvernement du Québec a annoncé des dépenses de 35 161 032$ en subventions, prêts et programmes de financements.

Sachant que dans le budget de Nicolas Marceau on prévoit que les contribuables, au nombre de 6 298 799, vont payer 20 400 000 000$ en impôt sur le revenu, pour une moyenne de 3 239$/contribuable, cela signifie que l’impôt de 13 987 contribuables sera nécessaire, uniquement pour payer les annonces faites entre le 26 janvier et le 1er février 2013.

Sachant que les contribuables représentent grosso modo 78% de la population, c’est un peu comme si tous les impôts payés cette année par les travailleurs des villes Lac-Beauport et Asbestos avaient été utilisés uniquement pour payer les subventions, prêts et programmes de financements du gouvernement annoncés la semaine dernière.

Depuis le début de l’année, 79 200 contribuables ont casqué, l’équivalant des villes d’Alma, Roberval, Dolbeau-Mistassini, Saint-Félicien, Chambord, Lac-Beauport et Asbestos.


29 janvier 2013

Les contribuables de la semaine: Saguenay–Lac-Saint-Jean Gaspillage Québec

Attention, politicien au travail !Entre le 19 et le 25 janvier 2013, le gouvernement du Québec a annoncé des dépenses de 163 938 664$ en subventions, prêts et programmes de financements.

Sachant que dans le budget de Nicolas Marceau on prévoit que les contribuables, au nombre de 6 298 799, vont payer 20 400 000 000$ en impôt sur le revenu, pour une moyenne de 3 239$/contribuable, cela signifie que l’impôt de 65 213 contribuables sera nécessaire, uniquement pour payer les annonces faites entre le 19 et le 25 janvier 2013.

Sachant que les contribuables représentent grosso modo 78% de la population, c’est un peu comme si tous les impôts payés cette année par les travailleurs des villes d’Alma, Roberval, Dolbeau-Mistassini, Saint-Félicien et Chambord avaient été utilisés uniquement pour payer les subventions, prêts et programmes de financements du gouvernement annoncés la semaine dernière.


18 décembre 2012

Les contribuables de la semaine: L’Ancienne-Lorette & Saint-Thuribe Gaspillage Québec

Attention, politicien au travail !Entre le 8 et le 14 décembre 2012, le gouvernement du Québec a annoncé des dépenses de 42 809 430$ en subventions, prêts et programmes de financements.

Sachant que dans le budget de Nicolas Marceau on prévoit que les contribuables, au nombre de 6 298 799, vont payer 20 400 000 000$ en impôt sur le revenu, pour une moyenne de 3 239$/contribuable, cela signifie qu’en moyenne, l’impôt de 17 029 contribuables sera nécessaire, uniquement pour payer les annonces faites entre le 8 et le 15 décembre 2012.

Sachant que les contribuables représentent grosso modo 78% de la population, c’est un peu comme si tous les impôts des contribuables des villes de L’Ancienne-Lorette et Saint-Thuribe avaient été utilisés uniquement pour payer les subventions, prêts et programmes de financements du gouvernement réalisés entre le 8 et le 14 décembre 2012.

L’Ancienne-Lorette et Saint-Thuribe rejoignent Drummondville et Parisville.


11 décembre 2012

Les contribuables de la semaine: Drummondville & Parisville Gaspillage Québec

Attention, politicien au travail !Entre le 1er et le 7 décembre 2012, le gouvernement du Québec a annoncé des dépenses de 186 547 900$ en subventions, prêts et programmes de financements.

Sachant que dans le budget de Nicolas Marceau on prévoit que les contribuables, au nombre de 6 298 799, vont payer 20 400 000 000$ en impôt sur le revenu, pour une moyenne de 3 239$/contribuable, cela signifie qu’en moyenne, l’impôt de 57 599 contribuables sera nécessaire, uniquement pour payer les annonces faites entre le 1er et le 7 décembre 2012.

Sachant que les contribuables représentent grosso modo 78% de la population, c’est un peu comme si tous les impôts des contribuables des villes de Drummondville et Parisville avaient été utilisés uniquement pour payer les subventions, prêts et programmes de financements du gouvernement réalisés entre le 1er et le 7 décembre 2012.


18 mars 2012

L’amassement compulsif Économie Gaspillage Québec

Leviathan

Pour éviter que l’on augmente les droits de scolarité, les casseurs de la CLASSE ont proposé une solution vieille comme le monde: augmenter les impôts et les taxes pour garnir les coffres de l’État de 1,2 milliard de dollars supplémentaires…

De mon côté, j’ai plutôt décidé de voir s’il était possible de récupérer une somme équivalente en coupant de 20% les dépenses dans certains ministères du gouvernement.  Pour ce faire, je me suis basé sur la pieuvre publiée dans le Journal de Montréal qui schématise l’ensemble des dépenses du gouvernement.

Voici donc le résultat de mes calculs…

  • Assemblée Nationale: 118 202 600$, ce qui représente des dépenses de 95 000$ par député… Une coupure de 20% représente une économie de 23 640 520$.
  • Culture, Communications et Condition féminine: 693 339 100$,  une coupure de 20% représente une économie de 138 667 820$.  Sachez que Télé-Québec représente une dépense de 59 279 600$
  • Relations internationales: 126 767 900$,  une coupure de 20% représente une économie de 25 353 580$. La Représentation du Québec à l’étranger représente une dépense de 63 457 700$.  Le Québec est la seule province avec un réseau de représentation diplomatique.
  • Tourisme: 138 622 700$, une coupure de 20% représente une économie de 27 724 540$. Le Palais des congrès de Montréal représente une dépense de 42 794 500$.
  • Développement durable, Environnement et Parcs: 244 750 200$, une coupure de 20% représente une économie de 48 950 040$.  Le Centre d’expertise hydrique représente une dépense de 41 796 900$.
  • Agriculture, Pêcheries et Alimentation: 1 098 652 600$, une coupure de 20% représente une économie de 219 730 520$.  La Financière agricole du Québec représente une dépense de 630 000 000$.  On compte environ 31 000 fermes au Québec.
  • Développement économique, Innovation et Exportation: 893 808 300$, une coupure de 20% représente une économie de 178 761 660$. Le Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture représente une dépense de 49 105 700$.
  • Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire: 3 696 326 700$, une coupure de 20% représente une économie de 178 761 660$.  La promotion et le développement de la métropole et des régions rurales représentent des dépenses de 245 234 600$.

Faites le total, j’en suis à 1,4 milliard d’économies…

Le gouvernement me fait penser à un amasseur compulsif.  L’amasseur compulsif accumule des objets dont il est incapable de se débarrasser même s’ils sont devenus inutiles.  Le gouvernement québécois de son côté accumule des dépenses inutiles qu’il est incapable de couper…


10 avril 2011

La connerie écologiste Économie Environnement Gaspillage Québec

Voiture ÉlectriqueCette semaine, Jean Charest a montré une fois de plus que le gouvernement du Québec avait complètement perdu le contrôle de ses dépenses en annonçant un « investissement » de 95 millions de dollars pour qu’en 2020, 25% des véhicules légers vendus soient électriques.  L’opposition, pas plus intelligente, a qualifié ces « investissements » d’insuffisants au lieu de réclamer que le gouvernement cesse de dilapider l’argent des contribuables dans des projets d’un ridicule consommé.

Ironiquement, nos députés à l’intelligence inversement proportionnelle à leurs ambitions écologistes, ont voté unanimement pour une motion condamnant la garantie de prêt du gouvernement fédéral à Terre-Neuve pour la construction d’un câble sous-marin pour le transport d’électricité.  Pourtant, cette mesure qui ne coûte pas un seul sou aux Québécois, va permettre de retirer l’équivalent de 3,2 millions de voitures de la circulation en permettant la fermeture de centrales au charbon.

Nos politiciens nationalo-socialistes ont fait de l’écologie une « valeur québécoise », mais si ces mêmes politiciens ont le choix entre sauver la planète et faire des sparages à propos du gouvernement fédéral, le choix devient assez simple pour eux: au diable la planète.

Terminons avec un petit bilan sur la relation entre les politiciens québécois et la voiture électrique…

Le 16 juin 2008:

La Presse
Québec favorisera l’auto électrique
lundi, 16 juin 2008

La ministre des Transports, Julie Boulet, dévoilera une série de projets-pilotes qui permettront l’usage de véhicules à basse vitesse dans certaines municipalités québécoises.

Deux de ces véhicules sont construits au Québec: la Zenn (pour Zero Emission No Noise), qui coûte environ 15 000$, est assemblée à Saint-Jérôme, tandis que le « micro camion » Némo l’est à Sainte-Thérèse.

Samedi, la chef du Parti québécois, Pauline Marois, a présenté les engagements de sa formation en matière d’auto électrique. Le PQ propose notamment la création d’un fonds d’investissement – doté de 250 à 300 millions par année – visant à favoriser la commercialisation des véhicules construits au Québec, de même que l’électrification des stationnements.

Le 8 décembre 2009:

Le Soleil
ZENN ferme son usine de Saint-Jérôme
mardi, 8 décembre 2009

Le constructeur automobile et promoteur de solutions et technologies non polluantes ZENN Motor affirme que la cuvée 2010 de son véhicule électrique à basse vitesse sera la dernière. L’entreprise entend cesser la production du ZENN LSV (Low-Speed Vehicle) d’ici le 30 avril prochain et fermer l’usine de Saint-Jérôme, au Québec, où ce véhicule pour lequel elle s’était fait connaître est produit.

Le 9 décembre 2010:

Le Soleil
L’AMF fait dérailler Nemo
jeudi, 9 décembre 2010

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a sorti son plus gros bâton, hier, pour le mettre dans les roues du véhicule électrique Nemo. L’entreprise de Sainte-Thérèse et ses dirigeants font face à 260 chefs d’accusation et des amendes de 3,2 millions de dollars pour avoir sollicité illégalement des investisseurs. Il s’agit de l’aboutissement d’un des plus importants dossiers menés par l’AMF au cours des dernières années.

Selon les informations disponibles, Véhicules Nemo, entreprise à capital fermé, connaît des difficultés importantes et vivotait depuis un certain temps.

La voiture électrique, un autre « investissement » gouvernementale qui finira par augmenter la dette du Québec…