Antagoniste


28 juillet 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (21-27 juillet) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: Au sujet de retour des Expos à Montréal… Si Québec a eu 200 millions pour construire son aréna, Montréal devrait normalement recevoir 640 millions pour construire son stade de baseball (règle de 3 avec la population).

Source:
Influence Communication


27 juillet 2015

Bienvenue au PKPistan Arguing with Idiots Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

PKP

Voici ce que déclarait l’ineffable PKP le 16 juillet 2015:

« Nous devons réfléchir comme collectivité afin de baliser les fermetures d’usines afin qu’elles ne puissent pas s’effectuer sans condition préalable, au préjudice des travailleurs, des citoyens et de la nation. Il existe de nombreuses législations dans les pays européens qui pourraient nous servir de canevas pour cette réflexion. »

Avoir l’Europe comme modèle économique…  ça va tellement bien l’économie en Europe…  M’enfin, voici ce qu’on pouvait lire le 19 mars 2009:

« Quebecor World n’a pas pris des gants blancs après avoir décidé de fermer son usine de Magog, pourtant la plus ancienne du groupe. Presque un an après l’annonce de cette fermeture, survenue le 1er avril 2008, plusieurs se souviennent avec amertume du geste posé par l’entreprise. ‘Je considère toujours que l’entreprise a procédé de manière sauvage, affirme le maire de Magog et président du Centre local de développement de la MRC de Memphrémagog, Marc Poulin. On a perdu le joyau de M. Péladeau père. On a payé comme milieu pour une décision d’affaires.' »

On dirait que les bottines ont oublié de suivre les babines…

Une autre déclaration de l’amusant PKP, toujours le 16 juillet 2015:

« Québec doit se doter d’une véritable politique industrielle et d’investissement pour éviter de nouvelles délocalisations, plaide Pierre Karl Péladeau, dénonçant du même souffle la stratégie du ‘laisser-faire’ du gouvernement libéral. […] ‘Ça prend des prises de participation pour s’assurer d’avoir une influence sur les éventuelles délocalisations. »

Le 27 juillet 2015, PKP renchérissait en déclarant:

« Souhaitons-nous véritablement nous mettre en concurrence avec des entreprises qui opèrent dans des pays qui n’ont pas la même législation progressiste que le Québec s’est donnée depuis plusieurs décennies en ce qui concerne la santé et la sécurité au travail, le salaire minimum, la qualité de la prestation, la viabilité du recours pour l’exercice de la garantie du prestataire et tant d’autres critères dont également l’empreinte écologique de la fabrication du produit ? Nous devons réfléchir sur notre rôle comme citoyen du monde et comme nation, plutôt que de nous précipiter vers le moins cher et le plus idiot. »

Le 17 juillet 2015, on apprenait ceci à propos de Quebecor, la compagnie de PKP:

« Le président des cols blancs de la Ville de Québec, Jean Gagnon, en a remis jeudi contre Québecor qu’il accuse d’avoir vendu l’amphithéâtre à des intérêts étrangers et de ‘cracher sur le Québec’. La décision de Québecor de tout sous-traiter à l’extérieur en disant que ça nous prend une expertise, que ça nous prend les meilleurs, ça c’est de cracher sur le Québec.’ […] Le syndicaliste reproche au gestionnaire de l’amphithéâtre d’avoir ‘tout donné à contrat à des firmes étrangères’ dans le Centre Vidéotron, qui a pourtant été payé entièrement par des fonds publics. »

Encore une fois, les bottines ont oublié de suivre les babines…

Finalement, l’impayable PKP a aussi déclaré cette semaine qu’il aimerait bien avoir une loi qui oblige les entreprises à partager ses profits avec ses employés…  Si PKP veut rendre obligatoire le partage des profits, j’imagine qu’il considère aussi que les pertes devraient être partagées, c’est une question d’équité.  C’est intéressant puisqu’une telle mesure aurait signifié que les employés de Bombardier n’auraient pas été payés cette année…  Mais surtout, si le partage des profits avec les employés est une si bonne idée, pourquoi Quebecor ne le fait pas déjà ?

Bref, quand on compile toutes ces contradictions on arrive à la conclusion suivante: PKP, le type dont les idées sont assez bonnes pour le Québec…  mais pas assez bonnes pour sa compagnie…


21 juillet 2015

L’uranium enrichit Canada Économie Environnement Québec

Uranium

La Saskatchewan est l’un des plus gros producteurs d’uranium de la planète.  Dans cette province, on exploite l’uranium depuis plus de 60 ans et cette province compte près d’une dizaine de sites actuellement en exploitation.  Quelques chiffres:

  • En 2012, les producteurs d’uranium ont investi 612 millions de dollars en prospection en Saskatchewan.
  • Les mines d’uranium créent 5 000 emplois directs et 10 000 emplois indirects en Saskatchewan.
  • En Saskatchewan, les industries impliquées dans l’exploitation de l’uranium ont versé 632 millions de dollars en salaire et avantages sociaux.
  • L’impôt sur le revenu versé au nom des employés directs de l’industrie uranifère était 91,2 millions de dollars.
  • Les compagnies uranifères ont versé 172 millions de dollars en taxes et impôts au gouvernement provincial et aux municipalités.
  • La valeur des biens et services achetés par l’industrie uranifère en Saskatchewan s’élève à 1,24 milliard de dollars.

Pourquoi je vous parle de tout ça ?

Parce que la semaine dernière le BAPE a rendu public un rapport qui recommande que le Québec interdise l’exploitation de l’uranium pour faire plaisir à quelques hippies en régions…   Une région existe uniquement pour que l’on puisse exploiter les ressources naturelles; s’il est devenu impossible d’exploiter les ressources naturelles aux Québec, alors qu’on ferme les régions.

Il y a des pipelines partout dans le monde, mais on n’en veut pas au Québec… Il y a des pétroliers partout dans le monde, mais on n’en veut pas au Québec… Il y a des mines d’uranium partout dans le monde, mais on n’en veut pas au Québec… Que faut-il en déduire, que les Québécois sont trop stupides ou peureux pour réaliser des projets qui sont réalisables ailleurs sur la planète ? M’enfin, on dirait bien qu’au Québec on est pauvre et on aime ça…

En passant, le vice-président du BAPE est un diplômé en sciences politiques et en philosophie qui a gagné sa vie comme chroniqueur-activiste pour Le Devoir.  Ceci explique cela…

Source:

Uranium in Saskatchewan


21 juillet 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (14-20 juillet) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: Au Québec, les nouvelles sur les vacances de la construction, quelque chose qui arrivent tous les ans à la même date, ont plus de poids média qu’une modification du taux directeur de la Banque du Canada… Ceci explique cela…

Source:
Influence Communication


20 juillet 2015

Les « plusse » pires Coup de gueule Économie Québec

ENFIN!!!!!

Il y a deux semaines, les médias ont fait une grosse histoire avec le bilan catastrophique de l’emploi en juin, une perte de 33 300 emplois dont 33 700 à temps partiel (il y avait eu la création de 400 emplois à temps plein).  Dans les médias de PKP, on a déclaré haut et fort que c’était le pire mois depuis dix ans, rien de moins.

S’il est vrai qu’il faut se préoccuper de cette baisse soudaine de l’emploi, cette histoire nous rappelle que chez les journaleux, la mémoire est une faculté qui oublie…

En juin,  le PLQ a perdu 33 700 emplois à temps partiel.  Par contre, en juillet 2013, le PQ avait perdu 32 900 emplois à temps plein !  Désolé, mais la saignée de l’emploi à temps plein des péquistes me semble plus catastrophique que la saignée des emplois à temps partiel des libéraux.

D’ailleurs, depuis 2005, quand on fait le top 10 des mois avec les plus grosses pertes d’emplois à temps plein, 4 des 10 positions au classement sont occupées par des mois où Pauline Marois était la première ministre !  Considérant que le PQ a été au pouvoir seulement pendant 18 mois durant une période de prospérité économique pour le Canada, c’est un bilan désastreux !

Et pendant ce temps, quand on fait le top 10 des mois avec les plus gros gains d’emplois à temps plein, 2 des 10 positions sont occupées par des mois où Phillipe Couillard était le premier ministre.  Pas mal pour un gouvernement qui vient à peine d’être élu et qui a dû composer avec une économie en lambeau !

P.S. Vous savez ce qui est drôle avec les chiffres sur l’emploi ? Si on utilise la méthode de calcul que Marceau utilisait quand il était ministre des Finances, pour le mois de juin, au lieu d’avoir une perte de 33 300 emplois on arrive plutôt à la conclusion qu’il s’est créé 39 567 emplois.  Étrangement, le PQ semble avoir mis sa méthode de calcul de côté.

Source:
Statistique Canada
Tableau 282-0087


20 juillet 2015

Les faits et la fiction Canada Coup de gueule Économie En Chiffres International Québec

La semaine dernière, dans le journal à PKP, un spin doctor du PQ a tenté de convaincre ses moutons du bien fait du projet séparatiste.  Selon ce champion de l’économie, faire la souveraineté serait une bonne chose puisqu’il n’y a aucun avantage pour nos entreprises et notre économie à gérer la forte instabilité du dollar canadien, par conséquent il faut se séparer pour se débarrasser de l’instabilité systémique de la monnaie canadienne.

Vraiment ?

Voici comment la valeur du dollar a fluctué par rapport aux principales monnaies étrangères:

Dollar Canadien

N’en déplaise aux péquistes, mais leurs belles théories sur la fluctuation du dollar canadien ne passe pas le test de la réalité, comme on peut le voir, depuis dix ans, le dollar canadien est l’une des devises les plus stables dans les pays industrialisés.  Bref, si les fluctuations d’une devise ont des effets délétères sur l’économie, c’est au Canada où les entrepreneurs ont été le plus à l’abri de ces effets.

Il faut dire que la politique monétaire n’a jamais été l’apanage des péquistes.  Lors du référendum de 1995, Bernard Landry et Lucien Bouchard avaient déclaré qu’un Québec souverain pourrait adopter la devise américaine…  C’est ironique puisque plus d’une décennie plus tard, quand le dollar canadien est arrivé à parité avec le dollar américain, ces mêmes péquistes ont raconté que la force du dollar canadien détruisait l’économie du Québec.  Si la parité est mauvaise pour l’économie du Québec, imaginez le désastre si nous avions décidé d’adopter le dollar américain !

Source:
Federal Reserve Bank of St. Louis
H.10 Foreign Exchange Rates


20 juillet 2015

Les ingrats Canada Coup de gueule Économie Environnement Québec Revue de presse

Leader-Post

Saskatchewan premier Brad Wall “categorically” rejects Energy East comments
Leader-Post

Premier Brad Wall came out swinging on Wednesday at suggestions eastern provinces could block the Energy East pipeline if they don’t like western environmental policies. Speaking with reporters before flying to the premiers’ meeting in Newfoundland and Labrador, with evident frustration about the pipeline issue, Wall said “I categorically reject” the idea as a “principle of confederation.”

His comments stem from discussions between Alberta premier Rachel Notley and her Quebec counterpart Philippe Couillard on Tuesday. According to The Canadian Press, they talked about Couillard’s view that climate change policies need to improve for Quebec to get behind Energy East. That did not sit well with Wall.

As he likes to at every available opportunity, the premier reiterated that Energy East is three-quarters a conversion — not a new pipeline — and will benefit the whole country, freeing up Canada’s reliance on “foreign oil.”

Wall said there is a “growing sense of frustration” in the West, “because our economies … have been creating significant opportunities for all Canadians.”

“We’ve been contributing mightily to equalization, and I just don’t think this kind of talk is welcome, frankly,” he said.

“In terms of a licence … to build a pipeline, or in this case to simply convert a pipeline to move western Canadian energy across the country, how about $10 billion in equalization? That’s a pretty good licence. How about the massive jobs we’ve created here for all Canadians? That’s also a pretty good licence.”

In a parting shot, Wall said, “Maybe we need to have equalization payments start paying through a pipeline to finally get one approved through Central Canada.”

Si tu veux avoir le droit de dire non à un pipeline, assure-toi de ne pas recevoir de la péréquation à la province qui le demande…

Parce que tant et aussi longtemps que tu reçois de la péréquation, la seule chose que tu as le droit de dire c’est « oui monsieur » et « merci monsieur »…


15 juillet 2015

Langue universelle Économie En Images Europe Québec

Voici une carte qui va donner des boutons aux péquistes qui rêvent de faire du Québec un petit pays fermé sur le monde…

Péquiste Raciste

Dans la majorité des pays en Europe ce n’est pas une, mais bien deux langues étrangères que l’on enseigne dans les écoles. Fait à noter, dans la majorité des pays l’enseignement des langues étrangères débute dès la première année du primaire et la langue la plus enseignée est l’anglais.  En fait, en Europe, c’est 73% des élèves de niveau primaire qui apprennent l’anglais.

Notez aussi le cas de l’Irlande et de l’Écosse, chez ces deux petites peuplades nationaleuses, l’enseignement d’une langue étrangère n’est pas obligatoire…

Et pendant ce temps au Québec, on apprend que l’Office de la langue française a ouvert une enquête sur un food truck qui a commis le crime de s’appeler « Le Cheese »…  Quand je vois des gens penser que ce genre de chose pourrait menacer la survie du français, je me dis qu’il y a beaucoup de maladie mentale au Québec…

P.-S. Et je me dis aussi qu’on devrait mettre la clé dans la porte de l’Office de la langue française, un organisme de fonfons dont l’inutilité n’a d’égal que sa stupidité.

Source:
Eurostats
Key Data on Teaching Languages at School in Europe


15 juillet 2015

Reprise économique Économie En Chiffres Québec

Voici mon troisième et dernier billet relatif à la publication du dernier rapport mensuel des opérations financières du Québec pour l’année financière 2014-2015 (mes deux autres billets sont ici et ici).

L’impôt des compagnies du Québec est un élément très intéressant présent dans ces rapports. J’aime cet indicateur puisque l’impôt des sociétés représente un peu un baromètre économique, quand l’économie va bien, les entreprises font des profits et payent des impôts. Dans le cas contraire, les revenus du gouvernement diminuent, une compagnie ne peut pas payer d’impôt si elle ne fait pas de profit.  Bref, cet impôt est un excellent proxy pour juger de la vitalité de l’économie.

Voici comment se compare l’année 2013-2014 (dernière année du PQ au pouvoir) et 2014-2015 (première année du PLQ au pouvoir):

Finance Québec

Pour la première année au pouvoir du PLQ, l’impôt des sociétés a rapporté 3 506 millions de dollars. L’année financière précédente (la dernière du PQ au pouvoir), l’impôt des sociétés avait rapporté 3 254 millions de dollars. Donc, par rapport au PQ, c’est 252 millions de dollars de plus qui sont entrés dans les coffres du gouvernement, un écart significatif de 7,7% !

Bref, sous les libéraux, l’économie du Québec c’est nettement améliorée. Depuis le mois d’avril, l’économie du Québec a produit 8 mois où les impôts des sociétés ont augmenté par rapport à l’année précédant; autrement dit, pour faire une analogie sportive, on pourrait dire que le PLQ a remporté le duel économique sur le PQ avec un score de 8 victoires et 4 défaites.

Source:
Ministère des finances du Québec
Rapport mensuel des opérations financières


14 juillet 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (7-13 juillet) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


13 juillet 2015

Marceau Vs. Leitão Économie En Chiffres Québec

Dans chaque budget, le ministre des finances fait des prévisions de revenus et de dépenses, la justesse de ces prédictions nous permet d’apprécier la compétence ou l’incompétence d’un ministre des finances…

Avec la publication, la semaine dernière, du rapport mensuel des opérations financières du Québec pour l’année financière 2014-2015, on peut évaluer le travail du ministre Carlos Leitão…  Mais avant d’aller au ministre Leitão, analysons le travail de Nicolas Marceau pour son dernier budget, cela nous permettra de le comparer à son successeur:

Budget Québec

Le PQ s’est complètement planté dans ses prévisions de revenus autonomes et dans ses dépenses de programmes.  En fait, les péquistes ont dépensé 2 fois plus d’argent que ce qui était prévu dans les dépenses de programme !

Je résume le bilan du ministre Marceau: le gouvernement est moins riche que prévu, il dépense plus que prévu et il a pu éviter la catastrophe en recevant plus d’argent que prévu de Stephen Harper. Un bilan honteux pour un gouvernement qui se veut indépendantiste.

Est-ce que Carlos Leitão a mieux fait ?

Budget Québec

Tout comme Nicolas Marceau, Carlos Leitão a surestimé les revenus du gouvernent.  Par contre, le libéral s’est moins planté, une différence de 36% contre 68% pour le péquiste.  Au niveau des dépenses de programmes, Leitão est arrivé directement sur sa cible, tout le contraire de Marceau qui lui a défoncé le budget en dépensant 2 fois plus que ce qui était prévu !

Bref, dans un duel opposant les deux ministres des Finances, sans être parfait, Carlos Leitão obtient une victoire facile sur Nicolas Marceau.

Autre élément intéressant et important: la cible originale des dépenses du gouvernement péquiste était de 1,8%, c’est exactement la même cible que se sont donnée les libéraux.  On réalise donc que les péquistes font preuve d’une arrogance et/ou  d’une stupidité digne d’un prix Nobel quand ils accusent les libéraux de vouloir démolir le Québec avec leur austérité puisque leur gouvernement voulait faire exactement la même chose !  La seule différence: les libéraux ont été assez compétents pour atteindre leur cible…  Au fond, il est peut-être là le problème, les péquistes sont peut-être jaloux d’avoir vu les libéraux réussis là où ils ont échoué…

Sources:
Ministère des finances du Québec
Budgets 2013-2014 et 2014-2015
Rapport mensuel des opérations financières


8 juillet 2015

Bulletin de fin d’année Économie En Chiffres Québec

La semaine dernière, le ministère des Finances du Québec a publié le dernier rapport mensuel des opérations financières du Québec pour l’année financière 2014-2015 (l’année financière débute le 1er avril et se termine le 31 mars de l’année suivante).

Ce rapport coïncide aussi avec la première année au pouvoir des libéraux, ce qui permet l’inévitable comparaison avec le PQ qui était au pouvoir l’année précédente.  Voici donc comment le PLQ et le PQ se sont tirés d’affaire lorsqu’ils ont dirigé le Québec (surplus ou déficit pour chacun des mois de l’année financière):

Finance Québec

Globalement, on peut voir que les libéraux ont eu un contrôle beaucoup plus serré des finances publiques, pour 9 des 12 mois, le PLQ a un meilleur bilan que le PQ.

Si on reprend les données du graphique ci-dessus, mais en calculant le déficit cumulé à la fin de chaque mois, voici ce qu’on obtient:

Finance Québec

On peut voir que tant le PLQ que le PQ ont passé leur année « dans le rouge », mais encore une fois, la situation est moins catastrophique avec les libéraux. Au final, l’année financière 2014-2015 (PLQ) s’est terminée avec un déficit de 1,811 milliard de dollars.  Chez les péquistes, l’année financière 2013-2014 s’était terminée avec un déficit de 2,824 milliards de dollars, soit 1,013 milliard de plus que les libéraux !

Autre élément à considérer…  Même si la bonne gauche a braillé toutes les larmes de son corps pour dénoncer un supposé saccage des services publics, je vous rappelle que le Québec a quand même fait un déficit de 1,811 milliard de dollars cette année…

Source:
Ministère des finances du Québec
Rapport mensuel des opérations financières


7 juillet 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (30 juin-6 juillet) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


6 juillet 2015

La Grèce et le Québec Économie Europe Gauchistan Québec

Souvlaki & PoutineSi la Grèce était une province canadienne qui recevait autant de péréquation que le Québec, elle recevrait 12,6 milliards d’Ottawa par année. Ironiquement, la semaine dernière la Grèce a déclaré faillite pour n’avoir pu honorer le remboursement de 2,1 milliards de dollars de dette…

Voilà qui expose une réalité qui horripile la bonne gauche, la situation du Québec n’est pas très différente de la Grèce.

Au final, les Grecs ont reçu un bailout de 335 milliards de dollars canadiens.  Pour une population de 11 millions d’habitants, ce plan de sauvetage représente donc 30 455$/habitant.

Au Québec, nous avons la chance de profiter d’un bailout perpétuel du fédéral, soit les paiements de transferts et de péréquation.  Depuis 2000, le Québec a reçu du fédéral 213 milliards de dollars ce qui représente une somme de 26 562$/habitant !

En bref, uniquement depuis 2000, le Québec a presque reçu autant  d’argent d’Ottawa que les Grecs ont reçu avec leur bailout !

Certaines personnes seront sans doute tentées de me répondre que la comparaison est odieuse puisque le Québec envoie chaque année plusieurs milliards de dollars en taxes et impôts à Ottawa.  C’est juste.  Mais je réponds à cet argument en disant que non seulement le Québec reçoit plus du fédéral qu’il ne donne (15,8 milliards de plus en 2013), mais qu’en plus les Grecs devront rembourser, avec d’intérêt, l’intégralité des 335 milliards de dollars qu’ils ont reçus.  Le Québec est plus chanceux que la Grèce, puisque le fédéral n’a jamais demandé au Québec de rembourser les sommes excédentaires reçues.

La question n’est pas de savoir si le Québec risque un jour de connaître le même sort que la Grèce puisque le Québec est déjà comme la Grèce !  Mais, contrairement à la Grèce, le Québec a un sugar daddy beaucoup plus conciliant…


6 juillet 2015

La richesse des Québécois selon Luc Godbout Canada Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Il y a deux semaines,  Luc Godbout a publié des chiffres relativement intéressants sur l’évolution des revenus des ménages québécois depuis 1976.  Ces chiffres montrent que si pour l’ensemble des ménages le portrait n’est pas reluisant, chez plusieurs types de ménages la progression des revenus plutôt spectaculaire.

Étonnamment, cette étude a été froidement accueillie tant à gauche qu’à droite. Cela m’étonne puisque les chiffres de Luc Godbout sont bons, il n’y a rien à redire de ce côté.  Tout ce que Luc Godbout a fait, c’est de reprendre intégralement les données de Statistique Canada, ce que je fais plusieurs fois par semaine sur mon blogue (sauf que dans mon cas, quand je reprends les chiffres de Statistique Canada je n’ai pas la prétention d’appeler ça une étude…)

M’enfin, comme je disais, aussi bien à gauche qu’à droite, les gens ont été sceptiques face à « l’étude » de Luc Godbout, il ne pouvait concevoir que les Québécois se soient enrichis depuis 35 ans…  Par exemple, réagissant à cette « étude », j’ai entendu Dutrizac dire dans son émission qu’avec la facture du câble qui augmente les gens sont plus pauvres…  Le pauvre Benoit ne réalise pas qu’en 1976 beaucoup de Québécois étaient trop pauvres pour se payer le câble…

Voici donc les fameux chiffres de Statistique Canada qui ont été repris par Luc Godbout pour être transformés en « étude » (évolution du revenu médian en dollars constants entre 1976-2011):

  • Ensemble des ménages: -3,4%
  • Ménages de 2 personnes et plus: -10,3%
  • Ménages de personnes âgées:+25,8%
  • Couple sans enfant: +4,0%
  • Famille biparentale: +32,6%
  • Famille monoparentale: +60,7%
  • Personne seule: +25,1%

Comme j’ai dit, ces chiffres sont rigoureusement vrais et il n’est pas inutile de décomposer les ménages en différents types de famille pour analyser l’enrichissement des gens, puisque la composition des ménages a énormément changé depuis 1976 (les familles sont devenues plus petites, ce qui impacte grandement leurs revenus).

Par contre, cela ne signifie pas que « l’étude » de Luc Godbout est sans reproches, derrière ces chiffres j’ai l’impression qu’on veut surtout nous convaincre que le modèle québécois fonctionne puisque des gens se sont grandement enrichis depuis 35 ans.  Or, si on tient vraiment à analyser l’enrichissement des Québécois, il aurait fallu se comparer aux autres provinces au lieu d’uniquement se comparer à nous même comme le fait Luc Godbout.  Cette comparaison est facile à faire, ces chiffres existent déjà chez Statistique Canada !  Aucun média n’a jugé bon fouiller ces chiffres histoire de fournir un portrait encore plus complet de la situation…  Paresse, ignorance ou manque de curiosité…

M’enfin, j’ai pris le temps de sortir ces chiffres histoire de comparer le Québec aux autres provinces canadiennes pour chaque type de ménage, voici donc les résultats de mon « étude »:

Revenus Québec

Revenus Québec

Revenus Québec

Revenus Québec

Revenus Québec

Revenus Québec

Revenus Québec

Vous avez maintenant un portrait complet de la situation.

S’il est vrai de dire, comme Luc Godbout le fait, que beaucoup de ménages québécois se sont enrichis depuis 35 ans, il faut aussi dire que dans presque toutes les catégories le Québec s’est enrichi beaucoup moins vite que le Canada.  À l’exception des familles monoparentales, le Québec est dans le fond du classement dans toutes les catégories. Somme toute, la bonne nouvelle de Luc Godbout cachait une énorme mauvaise nouvelle.

Bref, pendant que le reste du Canada court, le Québec lui se contente de marcher.  Encore une fois, le modèle québécois tant aimé par nos politicos a eu des conséquences catastrophiques sur les Québécois…  C’est un modèle qui nous a rendus médiocres et qui continuera à nous rendre médiocres tant et aussi longtemps qu’on s’obstinera à l’appliquer.

Source:
Statistique Canada
Tableau 202-0702