Antagoniste


26 février 2015

L’utilité des médias En Citations Philosophie Québec

Thomas Jefferson

-

La semaine dernière, nos bons journaleux ont fait une crise de vedette quand ils ont appris que les ministres allaient répondre à leurs questions après le caucus des députés.  Citation de Thomas Jefferson qui nous rappelle que de toute façon, la profession de journaliste n’a pas grand-chose de respectable:

« Actuellement, on ne peut plus rien croire de ce qu’on lit dans un journal. La vérité elle-même devient suspecte en étant transmise par un organe aussi impur. J’ajouterais que la personne qui ne lit rien est plus instruite que la personne qui ne lit que des journaux. »


26 février 2015

Fanatisme religieux Gauchistan Québec Revue de presse Terrorisme

Montreal Gazette

-

UQAM profs worry student protests ‘threaten university life’
Montreal Gazette

A group of professors at the Université du Québec à Montréal has gone public with a plea calling for an end to the enduring acts of protest and intimidation that have plagued the university in recent years — and which they say threaten UQAM’s future.

Blaming a small minority of militant students, 14 political science professors wrote an open letter outlining continuing acts by a small group of “sometimes masked commandos” who have poisoned the atmosphere on campus with acts of “intimidation, harassment, shoving, vandalism, looting and repeated strikes.”

“These acts threaten university life itself,” says the letter, which goes on to say that the climate of intimidation and harassment must stop, that it impedes learning and makes teaching difficult, has forced the university to spend thousands of dollars on repairs and has made the professors worried for its future.

The letter was published by Le Devoir just as a week of anti-austerity protests are planned for the city and as the militant student organization ASSÉ promises increasing actions to protest the provincial government’s austerity measures. They are calling for a province-wide protest on April 2.

Si c’était des islamistes qui bloquaient le fonctionnement d’une université, est-ce que les autorités auraient fait preuve du même laxisme ?

À Montréal, on a fermé une mosquée sous prétexte qu’un imam était un « agent de radicalisation » et un « fomenteur de tensions sociales »… L’UQAM est devenue un nid pour des « agents de radicalisation » et des « fomenteurs de tensions sociales », on attend quoi pour agir ?


25 février 2015

Arnaque en éducation Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Depuis quelques semaines déjà, on peut entendre les pleureuses du mouvement syndical dénoncer les « coupures » en éducation. Pourtant, comme je disais en début d’année, même si on gèle le salaire des profs, ceux-ci vont quand même continuer de gagner plus à cause de leur échelle salariale.

Mais il existe une arnaque bien pire dans notre réseau de l’éducation…

Depuis plusieurs années, même si le nombre d’élèves dans les écoles est en baisse constante, les budgets eux ne cessent d’augmenter.  Voyez par vous-même:

Éducation Québec
Statistique Canada a des chiffres à partir de l’année 1997/1998

Personne ne s’en vante, surtout pas nos bons syndicats, mais depuis 1997/1998, les dépenses du gouvernement dans les écoles primaires et secondaires ont fortement augmenté même si le nombre d’élèves qui fréquentent ces écoles diminue constamment.  Globalement, on observe une hausse de 31,6% des dépenses (en dollars constants) même si le nombre d’élèves a été réduit de 16,3%.   Autrement dit, depuis près de quinze ans, les dépenses par élève ont explosé !

Éducation Québec

Les dépenses par élève en dollars constants sont passées de 8 793$ en 1997/1998 à 13 828$ en 2011/2012, soit une augmentation considérable de 57,3% !

Chaque fois qu’un gouvernement veut revoir les dépenses en éducation, les syndicalleux accusent les politiciens de ne pas aimer les enfants.  Résultat: les gouvernements reculent et dépensent toujours plus sans se demander si cet argent permet d’améliorer la qualité de l’enseignement…

Si on ramenait le niveau de dépense au niveau de 2000/2001, le gouvernement pourrait économiser 3,4 milliards de dollars.  Et pour ceux qui pense que couper 3,4 milliards de dollars en éducation aurait des effets catastrophiques poser vous la question suivante: les écoles en 2011/2012 sont-elles réellement mieux qu’en 2000/2001 ?

En bref, tous ces chiffres montrent que les syndicats crient au loup en disant que d’éventuelles coupures pourraient avoir des conséquences catastrophiques sur les enfants. Depuis près de quinze ans, on dépense toujours plus sans que l’on voie une amélioration concrète de la qualité de l’éducation dans le réseau.  Il est plus que temps que le gouvernement cesse de dépenser sans compter à cause du chantage des syndicats.

P.-S. Le gouvernement a prévu augmenter les dépenses en éducation de 1,9% pour l’année 2015-2016.

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 477-0025 & 478-0014


24 février 2015

Les lignes du jours Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

Hier a débuté la semaine nationale d’actions dérangeantes, le coup d’envoi des manifestations contre la fausse austérité du gouvernement libéral. Benoit Dutrizac a souligné l’occasion en donnant la parole aux pleureuses de la bonne gauche pour leur poser quelques questions softballs. Jugez par vous-même:

La même question complaisante et partisane qui revient inlassablement au fil des entrevues…

La semaine dernière, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec a dénoncé « les lignes du jour » des ministres libéraux. Moi je constate que si les ministres ont « leurs lignes du jour », il y a des journalistes « leurs questions du jour ». Des questions tellement grossières qu’il s’agit plus d’un propos éditorial que d’une question.

En passant, tout au long des entrevues, les pleureuses de la bonne gauche ont fait valoir que le gouvernement n’avait pas un problème de dépenses, mais un problème de revenu (les pleureuses ont aussi « leurs lignes du jour »).

Vraiment ?

Pour l’année fiscale en cours, qui a débuté au même moment que l’arrivée au pouvoir des libéraux, les revenus autonomes du gouvernement ont augmenté de 834 millions de dollars ! De plus, les dépenses ont augmenté de 462 millions de dollars ! Autrement dit, le gouvernement n’a pas un problème de revenu et il a continué de dépenser encore plus; l’austérité existe seulement dans la tête des pleureuses de la bonne gauche.


24 février 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (17-23 février) selon Influence Communication.

Le ministre de l’Éducation Yves Bolduc s’est à nouveau fait remarquer cette semaine en raison d’une remarque plutôt controversée sur les fouilles à nu dans les écoles. En déclarant que c’était acceptable si c’était fait de « façon respectueuse », le ministre Bolduc a relancé le débat autour de cette pratique au Québec. La déclaration du ministre a généré une couverture imposante dans les médias du Québec, mais elle a aussi été fortement relayée dans les médias sociaux d’ici et d’ailleurs. Sur Twitter, l’histoire a eu une portée auprès de 11,8 millions d’abonnés à travers le monde. La cérémonie des Oscars 2015 vient au second rang au Québec, mais elle trône au sommet du palmarès dans les médias du Canada. C’est le film Birdman qui a remporté la statuette la plus convoitée, soit celle du meilleur film. Enfin, mentionnons la présence dans le top 5 au Québec du tournoi de hockey pee-wee de Québec. À l’instar des Jeux du Québec qui avaient percé le palmarès au début du mois d’août 2014, le tournoi pee-wee de Québec s’est notamment imposé dans les médias de la Capitale nationale, ainsi que dans de nombreuses publications régionales. La présence d’équipes de toutes les régions du Québec et de l’international permet à un tel événement de rayonner au-delà de la ville où se tient l’événement.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: nos bons médias ont fait d’une fausse fouille à nu le sujet le plus discuté de la semaine. Mais jamais ces mêmes médias ne feront de la drogue dans nos écoles le sujet le plus discuté de la semaine. C’est ça le Québec…

Source:
Influence Communication


24 février 2015

Les oilers de l’Alberta… Canada Économie Québec

National Post

-

Low loonie could kill NHL expansion into Canada, says economist
National Post

A new report from Moody’s Analytics suggests our currency woes may soon impact our ability to land expansion teams in Canada.

The current Canadian teams aren’t in danger of moving to the United States because of the loonie, says the author of the report, Alexander Lowy, an associate economist with Moody’s. But Mr. Lowy wonders whether at least some of the seven Canadian teams will have trouble competing for the Stanley Cup because they collect revenue mostly in Canadian dollars while their expenses, like salaries for players, are in greenbacks.

“One of the things that’s interesting looking forward is expansion. Two of the top markets for expansion are a second team in Toronto or moving a team back to Quebec City,” said Mr. Lowy, who is based in Westchester, Pennsylvania, about 40 kilometres west of Philadelphia. “With a weaker currency, it’s possible the league could favour teams in the U.S. with the higher dollar and more purchasing power. Places like Seattle and Las Vegas are always talked about and a weaker loonie hurts the Canadian wing of the league.”

Mr. Lowy notes in his report that a similar phenomenon occurred in the mid-1990s. “As the loonie started trading at 75 cents to the U.S. dollar, financial constraints forced the Winnipeg Jets and Quebec Nordiques to flee south of the border. The reverse of this trend occurred as recently as 2011, when a loonie trading above parity helped bring the Jets back to Winnipeg,” he wrote in the report.

Le Québec reçoit déjà de la péréquation de l’Alberta et il semble que si jamais les Nordiques reviennent, ce sera aussi grâce à leur pétrole…


23 février 2015

La (trépa)nation québécoise Arguing with Idiots Économie En Images Québec

Bienvenue en Absurdistan ! Quelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

Erratum

Cette semaine, une caricature du Soleil a abondamment circulé sur les réseaux sociaux.  Malheureusement, cette dernière contenait une erreur, je me permets donc de publier une version corrigée que vous pourrez à votre tour faire circuler:

Austérité Québec

Ces médias qui aiment trop

Le 21 mai 2013, 28 élèves (pas 1, mais 28!) ont été fouillés à nu pour retrouver un téléphone cellulaire (pas de la drogue, mais un téléphone cellulaire!).  Pourtant, à l’époque, il n’y a eu aucun scandale, un simple et banal fait divers qui n’a indigné personne…  Il faut dire qu’à l’époque c’était le Parti québécois qui était au pouvoir et que les médias aiment beaucoup le PQ; ceci explique probablement cela…  En passant, on dit que les trafiquants de drogue présents dans les écoles du Québec aimeraient remercier chaleureusement les politicailleux l’Assemblée nationale.  Grâce à eux, ils savent maintenant où cacher leur drogue sans risque de se faire prendre.

La langue avant l’excellence

La semaine dernière, sur sa page Facebook, Pierre Karl Péladeau a déclaré quelque chose qui fait passer Yves Bolduc pour un prix Nobel de littérature…  Mais puisque PKP est un bon péquiste, nos bons médias n’ont pas jugé bon dénoncer ses propos.  Réagissant à une nouvelle à propos des universités McGill et Concordia qui désiraient un assouplissement linguistique, voici ce que PKP a déclaré:

Karl comme Karl Marx

-

« Certes nous recherchons au Québec l’excellence mais nous avons aussi et surtout une culture et une langue à respecter et à protéger. Notre histoire également. Avec un peu plus d’imagination et de bonne volonté, nos universités, étant largement subventionnées par l’État, devraient être plus attentives à ces considérations davantage importantes que jouer dans le pseudo palmarès des meilleures universités du monde. L’accessibilité au plus grand nombre devrait toujours demeurer la règle cardinale de nos investissements incontournables en éducation. »

L’anglais est le langage international du savoir, mais ça, PKP s’en fout. PKP préfère avoir des universités cheaps, et surtout unilingues, qui donnent des diplômes sans valeur, plutôt que d’avoir des universités qui utiliseraient l’anglais pour faire briller le Québec parmi les meilleurs sur la scène internationale. On retrouve dans cette déclaration la mentalité typique du péquiste né pour un p’tit pain et fermé sur le monde. Il ne faudrait surtout pas donner de l’importance au « pseudo palmarès des meilleures universités du monde », l’important c’est que nos universités soient en français et gratis !

En passant, PKP sera heureux d’apprendre que depuis l’année 2012-2013, l’Université McGill et l’Université de Montréal sont passées respectivement du 34e et 84e rang international, au 39e et 113e rang. M’enfin, les classements internationaux ce n’est pas important, c’est l’institut de recherche scientifique et appliquée sur l’indépendance du Québec qui le dit


23 février 2015

Le Québec profond… Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Quelques chiffres sur les taux de vaccination dans les différentes régions du Québec… Tout d’abord, la proportion des élèves vaccinés contre la rougeole dans les différentes régions du Québec:

Vaccin Québec

Ensuite, voici la proportion des écoles dans chaque région ou le taux de vaccination contre la rougeole dépasse 95%. Ce nombre est important, car il représente le seuil pour avoir un effet de troupeau pour éradiquer la maladie.

Vaccin Québec

La première chose qui saute aux yeux est le faible taux de vaccination dans de nombreuses régions. Rappelons pour les besoins de la cause qu’aux États-Unis, le taux de vaccination contre la rougeole est de 91% et qu’il est de 100% dans 16 pays africains…

Les gens les plus observateurs auront aussi remarqué qu’au Québec on retrouve un taux de vaccination beaucoup plus élevé dans les régions rurales que dans les régions urbaines.  Les taux sont particulièrement faibles pour Montréal et ses couronnes, dans la région de Québec et en Outaouais.

Comment peut-on expliquer cette résistance à la vaccination en zone urbaine ?

Règle générale, la gauchiasse prolifère abondamment dans les villes et le mouvement anti-vaccin est surtout un mouvement anti-capitaliste.  Pour ces gens, la logique est simple; puisque des entreprises pharmaceutiques privées font de l’argent avec des vaccins, alors les vaccins sont à proscrire.  C’est de cette manière que « pense » un gauchiste.  D’ailleurs, la gauchiasse déteste les OGM et le pétrole pour la même raison.

La résistance aux vaccins est aussi le résultat de la constante campagne de diabolisation des entreprises pharmaceutique par les médias.  Qu’on pense par exemple au documentaire ridicule, dogmatique et idéologique de Paul Arcand (ici, ici & ici).

En bref, si les vaccins sont plus populaires dans le Québec profond, c’est en partie parce que le virus de la gauchiasse n’a pas encore atteint une proportion endémique dans ces régions.

Source:
Ministère de la Santé et des Services sociaux
Opération de vaccination contre la rougeole en milieu scolaire


19 février 2015

Les valeurs familiales Canada Coup de gueule En Chiffres Québec

Est-ce que la famille fait partie des sacro-saintes valeurs québécoises ?

Quand on voit ces chiffres, il est permis d’en douter…  Porter attention au classement des régions québécoises, en bleu:

Famille Québec

Quand la famille fout le camp, tout finit par foutre le camp.  C’est un peu ce qui se passe au Québec. On a eu un autre bon exemple cette semaine quand on a vu des gens être plus indignés par la fouille d’une élève que par la présence de drogue dans les écoles

Et dire qu’on se permet de faire la leçon au reste de l’humanité en parlant des « valeurs québécoises ».

P.-S. Seulement 2 minutes de voiture séparent Ottawa et Gatineau, la première et la dernière ville au classement…

Source:
Statistique Canada
La violence familiale au Canada : un profil statistique, 2013


18 février 2015

Le médicament gouvernemental Canada Économie En Chiffres Québec

Cette semaine, le prix des médicaments a défrayé la manchette dans nos médias. Tout d’abord, le Journal de Montréal nous a appris (rappelé) que les médicaments au Québec coûtent plus cher. Ensuite, ce fut au tour d’Amir Khadir d’aborder le sujet en rappelant à notre mémoire son projet, d’un ridicule absolu, de créer Pharma-Québec.

Bref, beaucoup de gens ont parlé du prix des médicaments cette semaine dans nos bons médias.  Mais comme c’est souvent le cas au Québec, il n’y a eu personne d’assez allumé pour poser les bonnes questions…

Le problème avec les médicaments c’est…  le gouvernement…  Voici comment ont évolué les dépenses en médicaments par habitant, au Québec et dans le reste du Canada, depuis 1985:

Médicament Québec

De 1985 à 1997, les dépenses au Québec étaient légèrement inférieures à celle du reste du Canada, mais à partir de 1997 elles ont soudainement explosé par rapport aux autres provinces. Que s’est-il passé en 1997 ? Cette année a marqué l’entrée en vigueur du régime public d’assurance médicament… un cadeau de Grec du gouvernement péquiste de Lucien Bouchard…

Entre 1997 et 2014, l’écart des dépenses par habitant avec le reste du Canada est passé de +3,43$ à +166,33$, l’écart avec le reste du Canada a été a son niveau le plus élevé en 2014. Toujours durant cette période, les dépenses en médicaments par habitant ont augmenté de 144,7% au Québec contre 106,4% pour les autres provinces. Somme toute, quand l’État a décidé de s’en mêler, la facture a été plus salée.

Si le Québec ramenait ses dépenses par habitant au même niveau que celles du reste du Canada, les Québécois économiseraient 1,4 milliard de dollars.

Malgré ces chiffres accablants, n’allez surtout pas proposer d’abolir le régime public d’assurance médicament.  Voyez-vous, en l’espace d’une décennie ce programme est maintenant devenu une vache sacrée et si on y apporte des modifications, ce sera sans doute pour augmenter encore plus la présence de l’État.

Source:
Institut canadien d’information sur la santé
Dépenses nationales de santé


16 février 2015

Le paradis (fiscal) imaginaire Économie International Québec

Paradis fiscalLa semaine dernière, la bonne gauche québécoise à frétiller…

Cette bonne gauche a frétillé parce que les médias ont mis la main sur une liste de plusieurs milliers de noms, des gens qui auraient utilisé les services d’une banque en Suisse pour faire de l’évasion fiscale.  Ce « scandale » à même un nom, les SwissLeaks.

Dans le passé, on a souvent entendu notre bonne gauche affirmer que si ce n’était des paradis fiscaux, le Québec n’aurait aucun problème de finances publiques.

Vraiment ?

Selon les documents du SwissLeaks, les sommes déposées à l’abri du fisc par les clients canadiens totalisent 4,9 milliards de dollars. Soyons généreux et supposons que 30% de ces sommes proviennent de Québécois; une estimation généreuse puisque le Québec ne représente que 23% de la population canadienne et qu’il y a peu de riches ici.  On arrive donc à un montant de 1,47 milliard de dollars.

Supposons que toutes ces sommes auraient été cachées à l’impôt, ce qui ne semble pas être le cas, et que le gouvernement décide, en guise de punition, de saisir l’intégralité de cet argent.  Que pourrait-on faire avec 1,47 milliard de dollars ?  Dans son dernier budget, les libéraux prévoient dépenser 74,3 milliards de dollars, ce qui revient à dire que l’argent récupéré par les SwissLeaks pourrait faire fonctionner le gouvernement pendant… 7 jours !!!

Vous avez bien lu, même quand on fait une estimation très généreuse de l’argent qui aurait pu être caché au fisc québécois, les sommes rapatriées suffiraient à peine à faire fonctionner le gouvernement pour une toute petite semaine ! On pourrait aussi rembourser 0,5% de la dette du Québec… De plus, garder en tête que cette somme n’est pas récurrente, l’année suivante il n’y aura plus rien à prendre.

Bref, un gauchiste qui affirme que sans les paradis fiscaux le Québec pourrait se payer la lune est soit un menteur qui sait compter, ou soit une personne honnête qui ne sait pas compter.  Pick your poison

P.-S. S’il y a des paradis fiscaux, c’est parce qu’il y a des enfers fiscaux.  Au Québec, on devrait dénoncer notre enfer fiscal avant de se scandaliser du secret bancaire en Suisse.


16 février 2015

Déclin démographique Canada Économie En Chiffres Québec

La semaine dernière, l’Institut de la statistique du Québec a publié des chiffres sur la population des régions du Québec en 2014. Ces chiffres laissent entrevoir une situation difficile dans les années à venir, notamment pour les radicaux qui ne jurent que par « l’occupation du territoire »…

Voici les taux d’accroissement annuels moyens dans les régions du Québec pour la période 2006-2011 et 2011-2014:

Démographie Québec

Seulement deux régions ont augmenté leur taux d’accroissement pour la période 2011-2014. La région de Montréal qui est passée de 4,6‰ à 12,4‰ et l’Abitibi qui est passée de 2,5‰ à 2,7‰.  Ailleurs, on observe une réduction du taux de croissance, la population augmente toujours, mais moins rapidement que pour la période précédente.  Étonnamment, c’est le cas de la Capitale-Nationale, on dirait bien que Régis Labeaume a manqué son péril d’attirer dans sa ville « le couple de la Polytechnique ».

Dans trois régions la situation, soit le Bas-St-Laurent, la Côte-Nord et la Gaspésie, la situation est catastrophique, car c’est une accélération de la décroissance qui est observée. Une autre preuve qu’il ne sert à rien d’enfouir des millions de dollars dans ses régions avec comme seule prétexte qu’il faut occuper le territoire.

Bref, on comprend avec ses chiffres que Montréal est la seule véritable locomotive démographique de la province.

Devant un tel bilan démographie, il ne faut pas se surprendre de voir que le Québec est vieux…

Démographie Québec

Seules les régions de Gatineau et Montréal font mieux que la moyenne Canadienne, toutes les autres régions québécoises se retrouvent dans le bas du classement.  Quand on constate que le dynamisme économique d’une région semble dépendre d’une population jeune, il y a de quoi s’inquiéter pour le Québec…

Sources:
Institut de la statistiques du Québec
Coup d’œil sociodémographique

Statistique Canada
Tableau 051-0056


12 février 2015

Une économie en déroute Coup de gueule Économie Québec

Vendredi dernier Statistique Canada a publié les chiffres de l’emploi au Canada et ceux-ci ont confirmé une tendance lourde. L’économie de la région de Québec se porte mal, très mal.

Juger par vous-même:

Économie Labeaume

Depuis six mois, c’est la région de Québec qui a perdu le plus d’emplois, tant en nombre absolu (-11 100) qu’en pourcentage (-2,5%).  Pendant ce temps dans la région de Montréal, que l’on décrit souvent comme un cancer économique, il s’est créé 22 700 emplois (+1,1%).

Le déclin d’un pays, d’une province ou d’une ville est toujours précédé par l’indifférence ou la complaisance des médias envers ses politiciens…  Il y a beaucoup de complaisance de la part de certains médias dans la région de Québec

Source:
Statistique Canada
Tableau 282-0116


11 février 2015
11 février 2015

La dépendance des Québécois Canada Économie En Chiffres Gauchistan Québec

La semaine dernière, j’ai écrit un billet sur l’indice de dépendance économique dans les régions du Québec. L’indice de dépendance économique mesure le pourcentage des revenus des gens qui viennent d’un chèque du gouvernement. Par exemple, en Gaspésie, c’est 47,9% des revenus de la population qui viennent du gouvernement.

Je reviens sur ce sujet pour vous présenter des chiffres extrêmement préoccupants pour le Québec.  Voici comment cet indice a évolué depuis 2000 dans les provinces canadiennes:

Économie Québec

Le Québec, avec un score de 22,3%, en 2012 (statistiques les plus récentes) fait moins bien que la moyenne canadienne (score de 17,1%).  Par contre, le Québec n’est pas dernier; en 2012 nous étions mieux que la Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve, le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard.

Mais les gens les plus observateurs auront remarqué une tendance inquiétante pour le Québec: l’augmentation de l’indice de dépendance économique ces douze dernières années. En effet, en 2000, 18,7% des revenus des Québécois venaient d’un chèque du gouvernement, en 2012 cette proportion est passée à 22,3%, pour une augmentation spectaculaire de 19,3%.  Voici comment a évolué l’indice de dépendance économique au Canada durant la même période.

Économie Québec

Depuis l’an 2002, le Québec est la 2e province à être devenue la plus dépendante du gouvernement. Seul l’Ontario a fait pire (+19,3% vs. +24,8%).  Par contre, la brusque augmentation de l’Ontario est due à la hausse spectaculaire du taux de chômage lors de la récession.  Depuis la fin de la récession, l’indice ontarien est en baisse alors que celui du Québec est toujours en hausse.

Dans les provinces de l’Atlantique, l’indice a diminué ou très légèrement augmenté.  Ce qui revient à dire qu’au rythme où vont les choses, les Québécois pourraient devenir les gens les plus dépendants du gouvernement d’ici quelques années.

Des Québécois de plus en plus dépendants du gouvernement, un autre héritage de la Révolution tranquille dont on aurait pu se passer…

Source:
Statistique Canada
Tableau 111-0025