Antagoniste


25 mai 2015

Les inégalités Canada Économie En Chiffres Québec

La semaine dernière, l’Institut de la statistique du Québec a publié des chiffres très intéressants sur les heures hebdomadaires travaillées dans le secteur public et privé au Québec et en Ontario. Voici les résultats:

Travail Québec

Du premier coup d’oeil on remarque immédiatement que tant en Ontario qu’au Québec, on travaille plus dans le secteur privé que dans le secteur public. Par contre, il est intéressant de constater que les employés du secteur public ontarien travaillent presque autant que ceux du secteur privé québécois !  Bref, un rappel cruel qu’au Québec, on ne travaille pas assez…

Mais quand on regarde plus attentivement les chiffres, un autre élément nous saute aux yeux: les inégalités entre le secteur public et privé dans chaque province.  En Ontario, la différence est assez minime entre ces deux classes de travailleur alors qu’au Québec elle est substantielle:

Travail Québec

La différence entre le secteur privé et public au Québec est 2 fois plus grande que celle en Ontario !  Autrement dit, le secteur public au Québec est 2 fois plus inégalitaire que celui de l’Ontario !  Pourtant, nos bons syndicats nous répètent sans cesse qu’ils aiment ça l’égalité…

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Heures hebdomadaires habituelles moyennes pour l’ensemble des emplois, résultats selon le sexe pour diverses caractéristiques de la main-d’oeuvre et de l’emploi, Québec, Ontario et Canada


21 mai 2015

Le pays imaginaire Arguing with Idiots Canada Coup de gueule Économie En Chiffres International Québec

Mardi, nos bons médias ont fait un énorme spectacle avec la première question posée par PKP à l’Assemblée nationale à titre de chef de l’opposition, on était en breaking news pour ce que les journalistes avaient l’air de considérer comme un moment historique.

Qu’en est-il de la fameuse question posée par PKP ?  Disons simplement que cette dernière contenait un élément qui aurait dû faire du nouveau chef du PQ une risée aux quatre coins du Québec et qui aurait dû lui retirer toute crédibilité en économie.  Voici cet élément:

« Le Québec est un pays riche, il se classe 17e parmi les plus riches du monde. Il devance même la Suède et l’Allemagne ! « 

Non, le Québec n’est pas plus riche que l’Allemagne et la Suède…  Ce n’est même pas proche !

Moron

Le PIB par habitant du Québec à parité des pouvoirs d’achat est de 44 499$, c’est ~10 000$ de moins que l’Allemagne et la Suède !  Encore pire, le Québec accuse un retard de près de 8 000$ sur la moyenne des pays de l’OCDE.  Notons au passage que la déclaration de PKP représente un 180 degrés par rapport à ce qu’il disait en 2008; à l’époque il reprochait au syndicat de causer l’appauvrissement du Québec.

Bref, même si une tonne de journalistes couvraient la première question de PKP, il n’y a pas eu de grosse histoire sur cette erreur gigantesque. M’enfin, cela confirme que les journalistes sont des péquistes et/ou des analphabètes économiques. Notez que ces deux conditions sont rarement mutuellement exclusives…

Source:
Centre sur la productivité et la prospérité du Québec
Productivité et prospérité au Québec – Bilan 2014


20 mai 2015

La théorie du complot Coup de gueule Québec

Ptit Québec

Hier, le Journal de Montréal/Québec et Le Devoir ont publié un sondage Léger marketing qui met le PQ en tête des intentions de vote avec PKP comme chef; un sondage plutôt inhabituel considérant qu’il a été réalisé samedi et dimanche, alors que la couverture médiatique sur PKP battait son plein…

M’enfin, quelques petites observations amusantes:

  • Le Journal de Montréal/Québec est la propriété de PKP…
  • Le Devoir est imprimé dans des imprimeries qui sont la propriété de PKP…
  • Le président de la la firme de sondage Léger Marketing, Jean-Marc Léger siège sur le CA du Groupe TVA, qui est la propriété de PKP…
  • Jean-Marc Léger est aussi le frère de Nicole Léger, députée du PQ qui a donné son appui à PKP…

C’est petit le Québec quand on y pense…


20 mai 2015

La machine médiatique Coup de gueule En Chiffres Québec

Chiffres produits par Influence Communication à propos du poids médias des courses à la chefferie du PLQ et du PQ depuis dix ans. Pouvez-vous détecter la tendance ?

Médias Biaisés

Toutes les courses à la chefferie du PQ ont été plus médiatisées que celle du parti libéral, et par une marge très confortable. Le poids média de la campagne de PKP a été 6,2 fois plus élevé que celle de Couillard, pourtant la campagne libérale a été plus âprement disputée.

Depuis de nombreuses années, Influence Communication a remarqué que le pourcentage de vote reçu par un parti lors d’une élection correspondait assez fidèlement au poids média de sa campagne électorale.  Autrement dit, si en 2018 les médias portent encore une attention démesurée à PKP, ceci pourrait influencer le résultat de l’élection.  M’enfin, disons qu’il y avait quelque chose de pathétique à voir les médias hier faire de la première question de PKP comme chef du PQ un événement politique.  Rien de tel n’avait été observé quand Couillard avait posé sa première question à Pauline Marois.

Source:
Influence Communication
Course à la chefferie du PQ : Données et observations


19 mai 2015

Dis-moi qui te paie, je te dirai ce que tu penses… Coup de gueule Québec

Parti Québecor

Depuis que son patron a fait le saut en politique, elles ont été rares les semaines où J.-Jacques Samson, chroniqueur pour le Journal de Montréal/Québec, n’a pas défendu son patron Pierre Karl Péladeau (quelques exemples ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici & ici).

Ce qui est amusant avec J.-Jacques Samson c’est qu’avant de faire le saut avec Québecor, il était chroniqueur au Soleil !  Voici ce que pensait J.-Jacques Samson de PKP quand il écrivait pour le compétiteur…

Tout d’abord, J.-Jacques Samson ne voyait aucun problème avec l’achat de Vidéotron par Rogers, situé à Toronto.  Pour J.-Jacques Samson le temps du nationalisme économique était révolu (il a pourtant écrit le contraire dans les heures qui ont suivi l’élection de PKP comme chef du PQ):

Le Soleil (29 mars 2000):

Posons-nous alors la même question: Vidéotron, avant tout un transporteur et un fournisseur de services, fait-elle partie de notre patrimoine à protéger et sa propriété a-t-elle une influence sur notre avenir culturel? La réponse est évidemment non. Les Québécois n’ont en plus aucune attache particulière pour cette compagnie dont les pratiques commerciales et les relations avec les abonnés ont souvent été pour le moins discutables. La propriété des moyens de communication fait par ailleurs l’objet d’une vague de concentration qui se rit des frontières et même des continents. Des géants se battent pour des parts de marché, actuelles ou dans le secteur en devenir du commerce par Internet. Pour l’abonné québécois, que sa facture lui provienne de Toronto ou de Montréal a bien peu d’importance réelle.

Autre texte qui montre le danger d’avoir un politicien propriétaire de médias:

Le Soleil (21 février 2003):

La participation du premier ministre [Bernard Landry] cette semaine à une émission de Star Académie, à TVA, au château du fondateur de l’empire Péladeau où se déroule ce reality show sans originalité, copié sur une émission de la télévision française, est un nouveau sommet dans la bouffonnerie politique au Québec. Mario Dumont avait déjà accepté de faire la promotion de la télésérie navet Bunker, le cirque, Jean Charest fait celle d’Infoman, et les trois chefs multiplient les présences à toutes les émissions de papotage qui bouchent la grille horaire des réseaux. Bernard Landry est allé plus loin mercredi ; le chef du gouvernement s’est fait comédien pour servir les intérêts de l’animatrice Julie Snyder. Et cette dernière est en plus l’amie de Pierre KarlPéladeau, un puissant financier et président d’un empire de presse dont l’une des composantes, Vidéotron, a même été acquise grâce au support de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Ce n’est pas banal. Le premier ministre n’aurait certainement pas prêté son prestige pour un caméo quelconque ; qu’il l’ait fait pour une proche de M. Péladeau ne peut être attribué à un concours de circonstances. Il faudrait être bien naïf.

J.-Jacques Samson à propos de la « convergence », un texte qui laisse croire que PKP a déjà utilisé TVA pour venir en aide au PQ à l’aube d’une campagne électorale:

Le Soleil (13 mars 2003):

Cette convergence d’intérêts à court terme entre Pierre Karl Péladeau, Bernard Landry et Henri Massé menait à un règlement avant la campagne électorale [fin du conflit de travail chez Vidéotron]. Lucien Bouchard en aura été le « facilitateur » de la dernière heure, un art dans lequel il est un expert. Cette même convergence d’intérêts valait bien aussi, en petit extra, un passage de Bernard Landry à Star Académie, le show de télévision de Mme Julie Snyder, l’amie de M. Péladeau, pour lubrifier en quelque sorte le deal en voie d’être conclu.

À ire ces textes, on pourrait presque dire que J.-Jacques Samson est le père de l’expression « Parti Québecor »…


18 mai 2015

Génération Trompée Canada Économie Québec

Génération Trompée

À tous ceux qui ont déjà assisté à un événement du RLQ (ou qui aurait aimé le faire), vous devez réserver la date du 30 mai dans votre agenda.

Le 30 mai prochain à Montréal, la « Fédération Canadienne des Contribuables » et le mouvement « Génération Trompée »  tiendront une conférence sur les défis et solutions à mettre en place pour stopper la croissance constante de la dette publique.  Cet événement offrira aussi aussi une  contre-argumentation aux manifestations étudiantes ayant balayé le Québec et expliqueront comment un tout petit groupe de militants a pu s’accaparer le tout le système d’éducation.

Au total, plus de 15 conférenciers seront présents pour  donner la réplique à la gauche, parmi ceux-ci:

  • Vincent Geloso
  • Éric Duhaime
  • Tasha Kheiriddin
  • Youri Chassin

Pour obtenir plus d’information et vous inscrire, cliquez ici.

AJOUT: Et petite exclusivité pour le blogue Antagoniste, utilisez le code promotionnel suivant : liberteqc pour obtenir 15% de rabais.

Je vous invite aussi à consulter leur page Twitter et Facebook.


14 mai 2015

La ville festive Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Je reviens sur mon billet d’hier à propos des dépenses dans les dix plus grandes villes du Québec.

Selon certains médias, le bon Régis dépense comme un marin en cavale, mais ses dépenses seraient justifiées puisqu’elles ne sont pas « sexy ».  Bref, on voudrait nous faire croire que le bon Régis dépense uniquement l’argent de ses contribuables pour réparer des nids de poule, les égouts et l’aqueduc…

Vraiment?

Voici comment ont évolué les dépenses des grandes villes du Québec au chapitre des loisirs et de la culture:

Labeaume Gaspillage

Québec se retrouve dans le fond du classement avec une moyenne de +25,0% contre +17,9% pour la moyenne. La croissance n’est que de 7,0% pour Montréal, ce qui signifie que si la tendance se maintient, en 2016, les dépenses par habitant pour les loisirs et la culture de la ville de Québec vont surpasser celles de Montréal.

Source:
Centre sur la productivité et la prospérité du Québec
Palmarès des municipalités


13 mai 2015

Le modèle norvégien Économie Environnement Europe Québec

Cauchemar hippieLes péquistes aiment beaucoup la Norvège.

Quand vient le temps de citer un pays à imiter au niveau des politiques énergétiques, tant Pierre Karl Péladeau, qu’Alexandre Cloutier, que Martine Ouellet ou Bernard Drainville nous parle du modèle norvégien…  Bien sûr, on encense ainsi la Norvège pour mieux cracher sur les sables bitumineux de l’Alberta; les péquistes ont toujours été inconfortables avec les provinces anglophones plus riches que le Québec…

Petite anecdote amusante pour les bons péquistes au sujet de la Norvège…

Depuis 1990, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de +18,0% en Norvège.  Si on utilise 2000 comme année de référence, on observe plutôt une diminution de -0,3%.  Du côté du Canada, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de +17,1% depuis 1990 et elles ont diminué de -3,9% depuis 2000 !

Vous avez bien lu, le méchant Canada a mieux fait que la bonne Norvège !  Mais parions que les péquistes ne louangeront jamais le modèle canadien…

Source:
EIA
International Energy Statistics: Norway & Canada


13 mai 2015

La fête des maires Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Hier, le Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal a publié son analyse annuelle des dépenses des municipalités. Quelques chiffres qui ont attiré mon attention, je limite mon analyse aux 10 plus grandes villes du Québec (des villes de plus de 100 000 habitants)…

Tout d’abord, le niveau de taxation; voici les grandes villes qui taxent le plus leurs résidents:

Taxe Labeaume

Voilà des chiffres qui font voler en éclat de nombreux préjugés. Montréal est la grande ville la moins taxée au Québec alors que le royaume de Régis Labeaume fait partie des villes les plus taxées. Un résultat étonnant…

Mais une ville qui taxe peu peut quand même être une grande dépensière, ce qui aura pour conséquence d’endetter la ville. Voici le niveau d’endettement des grandes villes du Québec:

Taxe Labeaume

Le faible niveau de taxation n’a pas fait de Montréal une ville très endettée, celle-ci reste en deçà de la moyenne. Par contre, on remarque encore une fois que Québec est en queue de peloton, avec un taux d’endettement qui est au-dessus de la moyenne.

Québec, la ville de droite, est plus taxée et endettée que Montréal… Surprenant…

Mais à Québec, les médias, effrayés à l’idée de critiquer le maire, s’empresseront de dire que si Québec est devenue une championne de la taxation et de l’endettement, c’est parce que le bon Régis Labeaume a beaucoup investi dans les dépenses « pas sexy » comme les égouts et l’aqueduc. Ce qu’on ne dit pas c’est que le bon Régis est aussi un champion des dépenses « sexy »: colisée, horloge, art public, diamant, voyages, cyclotron, boule de neige, danse… la liste est longue… Bref, Québec c’est un peu comme le gars sans économie qui est obligé de refaire sa toiture, mais qui refuse en même temps d’annuler son voyage dans le sud l’hiver… Quand une ville est taxée et endettée, on peut toujours accepter les dépenses « pas sexy », mais à condition de couper dans le « sexy »…

Et quand on regarde la tendance, on constate que les choses ne sont pas sur le point de s’améliorer à Labeaumegrad:

Taxe Labeaume

Québec, la championne de l’augmentation des dépenses par habitant… Certaines personnalités de Québec prennent un malin plaisir à qualifier les autres villes de la province de « trou à marde »…  Avant de faire la leçon aux autres, il faudrait commencer par faire le ménage dans sa cour…

Source:
Centre sur la productivité et la prospérité du Québec
Palmarès des municipalités


12 mai 2015

Imaginez si… Coup de gueule Québec

QuébecorImaginer que Stephen Harper organise un gros rallye politique pour souligner une réalisation du parti conservateur.

Imaginer que dans ce rallye politique, abondamment publicisé par les conservateurs, une figure emblématique de la droite prononce un discours enflammé pendant lequel on qualifie les journalistes de « moron »…

Imaginer que dans ce rallye politique, on fait aussi venir un humoriste coiffé d’une perruque blonde pour se foutre de la gueule d’Anne-Marie Dussault…

J’ose imaginer que si ce genre de chose devait arriver, il y aurait un énorme scandale dans les médias.  On accuserait Harper de faire de l’intimidation, de piétiner la liberté de presse, d’être sexiste, rétrograde, tyrannique et indigne de sa fonction…  Après tout, quand il est question du parti conservateur, les médias imaginent facilement des scandales.

La situation que je viens de décrire s’est réellement déroulée, mais pas chez les conservateurs…  Cette situation s’est plutôt déroulée lors du rallye qui devrait être le point culminant de la course à la chefferie de PKP.  Durant cette course, la veuve de Pierre Falardeau a traité les journalistes de « moron » (ça inclus ceux de TVA et du Journal de Montréal/Québec ?)  et une personne coiffée d’une perruque blonde a ridiculisé Anne-Marie Dussault

Par contre, aucune histoire et aucun scandale…  C’est comme si une sorte d’omerta planait au dessus nos bons médias…  C’est à se demander si le « principe Lagacé » n’aurait pas frappé certains de nos bons journalistes…

P.-S. Lors du rallye organisé à la gloire de PKP, seulement 75% des 1 620 places disponibles ont trouvé preneur


12 mai 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (5-11 mai) selon Influence Communication.

Le CH continue son parcours en séries éliminatoires et tentera de passer à l’histoire en devenant le cinquième club de l’histoire de la LNH à remontrer d’un déficit de trois à zéro. Les médias du Québec continuent donc de s’intéresser à la Sainte-flanelle, qui occupe le premier rang de l’actualité pour une quatrième semaine consécutive. Au second rang se trouve la course à la direction du PQ avec notamment la présentation du dernier débat et le désistement de Pierre Céré, faute de financement nécessaire. Rappelons que le résultat du premier tour de vote sera dévoilé vendredi et qu’il reste trois candidats officiels : Pierre Karl Péladeau, Alexandre Cloutier et Martine Ouellet.

Au Canada, une vague orange a balayé l’Alberta et a propulsé l’élection 2015 dans la province au premier rang de l’actualité dans les médias du Canada, avec un poids médias de 7,94 %. Un tel pointage est très élevé et cela devrait être assez pour en faire une des nouvelles les plus médiatisées de l’année 2015. Rappelons que l’an dernier, l’élection en Ontario avait été la deuxième nouvelle la plus médiatisée au pays avec un poids médias de 8,56 %. Les séries éliminatoires de la LNH ne sont pas en reste, puisque trois séries pointent dans le top 5, entrecoupées au 3e rang de la libération d’Omar Khadr.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: au Québec, on s’intéresse uniquement à la série impliquant le CH… Dans le reste du Canada, on parle de 3 séries différentes…

Source:
Influence Communication


11 mai 2015

Angry white man… Coup de gueule Québec

La semaine dernière, les médias ont beaucoup parlé des excès de colère de celui qui va devenir le dernier chef du PQ (ici, ici & ici). Ces histoires m’ont rappelé un article du magazine Forbes écrit en 1999 que j’avais partagé sur mon compte Facebook en février.  Vu les circonstances, je pense qu’il est approprié d’en reparler…

Donc, voici donc le portait que le magazine Forbes avait fait de PKP en 1999.  Notons que depuis la publication de cet article, Québecor World (imprimerie), qui a résulté de la fusion de Quebecor Printing et World Color Press, a fait faillite…

Forbes
Angry son

He strides throught his U.S. offices blowing smoke from his Montecristo cigar and relishing the fact that no one dares to remind him of nonsmoking laws. He curses at his executives in French and English, throwing an occasional chair across the room to drive his point home. He punishes salesmen for extravagant spending by withholding their travel reimbursement checks for six weeks. Pierre Karl Pladeau, the new head of Quebecor Inc., is something of a terror. […]

The fighting in Quebecors 13th-floor executive offices hit fever pitch in 1994 while Pierre Karl was heading media operations. You dont know anything! he would yell at his executives. Six out of seven quit or were fired. The father was furious. The two stopped talking to each other.

La semaine dernière, des chroniqueurs du Journal de Montréal/Québec, des gens qui ultimement sont payés par PKP, nous ont raconté que les excès de colère de leur patron n’étaient pas un signe de manque de jugement, mais un signe de caractère (ici, iciici & ici).  Vraiment ?

Un joueur de hockey qui va donner une bonne mise en échec épaule à épaule pour aller chercher une rondelle le long de la bande fait preuve de caractère.  Un joueur de hockey qui sort le coude et vise la tête de son adversaire pour le mettre KO ne montre pas qu’il a du caractère, mais qu’il manque de jugement. De la même manière, quand PKP agrippe au collet un ex-collège venu le saluer, quand il engueule un journaliste lors de funérailles ou quand il lance du mobilier pour se faire comprendre, ce n’est pas une marque de caractère, c’est un manque de jugement.

P.-S. On a déjà dit de McCain qu’il était trop colérique pour être président…


11 mai 2015

Bilan de l’emploi: « l’austérité » ça fonctionne ! En Chiffres Québec

Vendredi dernier, Statistique Canada a publié le bilan de l’emploi pour le mois d’avril. D’excellentes nouvelles pour le Québec, puisque la province si la province a ajouté 400 emplois dans le secteur public, le secteur privé et les travailleurs autonomes se sont enrichis de 11 400 personnes ! Le mois dernier, le Québec a gagné 38 600 emplois à temps plein.

Voici comment l’emploi a évolué au Québec depuis 2012, des chiffres qui risquent de provoquer une crise d’urticaire chez les pékystes: (en rouge gouvernement PLQ et en bleu gouvernement PQ)

Emplois Québec

Au début de 2012 avec le PLQ, on peut voir une création d’emploi. Ensuite, on peut voir une longue période de stagnation économique qui correspond aux années du PQ au pouvoir.  Finalement, quand le PLQ a repris le pouvoir en avril 2014, on peut constater que la stagnation s’est terminée et que l’emploi est reparti en hausse ! D’avril 2014 à avril 2015, soit depuis que le PLQ a pris les commandes de la province, 49,4% des emplois créés au Canada l’ont été au Québec !

Et pour ceux qui pensent que les chiffres sur l’emploi à temps plein racontent une histoire différente:

Emplois Québec

On voit toujours l’augmentation du PLQ en 2012, mais au lieu de voir une stagnation avec le PQ, on voit plutôt une solide décroissance !  Par contre, depuis six mois, on voit que sous le PLQ la création d’emplois à temps plein est fortement en hausse.  Depuis le début de l’année, le Québec a créé 47 800 emplois à temps plein contre seulement 40 900 pour l’ensemble du Canada !

Bref, ces chiffres montrent une chose: le PQ et la bonne gauche avaient complètement tort quand ils ont dit que « l’austérité » libérale allait nuire à l’économie.  Ils avaient aussi complètement tort quand ils ont dit que le seul moyen de créer des emplois au Québec passait par un plan de relance économique.

Autrement dit, « l’effet libéral » existe bel et bien, à moins que ce soit simplement l’effet de ne pas avoir les péquistes au pouvoir…

Source:
Statistique Canada
Tableau 282-0087


6 mai 2015

Un communiste en colère Coup de gueule Économie En Vidéos Gauchistan Québec

En octobre 2014, on avait eu une première indication que Pierre Karl Péladeau était un personnage colérique capable d’intimider les gens. Cette impression a été confirmée cette semaine dans un article-choc de Martin Patriquin publié dans le Maclean’s.  Depuis l’histoire a fait boule de neige et d’autres témoins se sont manifestés pour raconter avoir été victime des excès de colère de PKP (ici, ici & ici).

Par contre, c’est autre chose qui a attiré mon attention dans les articles de Martin Patriquin sur PKP…

De « Carl » à « Karl »:

Though he was a philosophy major in his university years—he changed his name from “Carl” to “Karl” in homage to Karl Marx

Ses amis…

Much of the Parti Québécois old guard has lined up behind Péladeau. Writer and former member of the Front Libération du Québec terrorist group Jacques Lanctôt, whose written love affair with Castro’s Cuba is as long as it is profound, has publicly supported Péladeau. Strident separatist Andrée Ferretti, also a long-time communist, praised Péladeau’s “political instincts” and ability to “slake the communal thirst and rid [Quebec] of its federalist and internationalist capitalist vultures.”

Ses préférences musicales…

Soon the former capitalist bogeyman was singing L’internationale, that enduring musical staple of the global socialist movement, with his fans around a pool table.

Depuis son arrivée au PQ, plusieurs personnes ont dit que PKP était de droite et qu’il faisait semblant d’être de gauche pour augmenter ses chances de devenir chef… Et si c’était le contraire. Et si en réalité PKP était de la gauche radicale ? Et si PKP avait plutôt fait semblant d’être de droite lorsqu’il était à la tête de Québecor ?


5 mai 2015

Radios poubelles, secret de polichinelle Coup de gueule Gauchistan Québec

Vendredi dernier, la bonne CSN a annoncé qu’elle allait se mobiliser contre les méchantes « radios poubelles ».  Voici comment la bonne CSN a annoncé sa croisade:

« Leurs propos ne portent jamais à réfléchir, mais à susciter la réaction la plus primaire possible. Ils cherchent un bobo à gratter tous les jours. »

Ironiquement, ce même vendredi, le big boss de la CSN, Jacques Létourneau, est allé tailler le bout de gras avec Benoît Dutrizac.  Entre camarades, il fallait bien discuter de la fête communiste du 1er mai…  Voici le résultat:

Comment le big boss de la CSN, un syndicat en guerre contre la « radio poubelle » a réagi quand Benoît Dutrizac a traité les libéraux de « téteux, parasites et mouches à marde » ?  A-t-il dénoncé son interlocuteur en disant qu’utiliser des qualificatifs aussi orduriers pour décrire des politiciens libéraux était de la « radio poubelle » ?   Jacques Létourneau a-t-il reproché à Benoît Dutrizac « de tenir des propos qui ne portent jamais à réfléchir, mais plutôt à susciter la réaction la plus primaire possible » ?

Pas du tout, le big boss de la CSN a plutôt réagi en disant qu’il appréciait parler avec le bon Benoît !

Cet exemple plutôt banal expose assez clairement un secret de polichinelle à propos des « radios poubelles ».  Au Québec, une radio est dite poubelle non pas à cause de son langage, mais à cause des idées qu’elle exprime.

Autrement dit, une radio qui exprime des idées de droite sera toujours poubelle, peu importe les mots qui sont utilisés.  Inversement, une radio qui est de gauche ne sera jamais poubelle, peu importe les mots utilisés.

Traiter un politicien libéral de nazi ou de mouche à marde, vous ne serez jamais qualifié de « radio poubelle ». Par contre, si vous parlez de l’importance de réduire la taille de l’État vous allez devenir un éboueur des ondes qu’il faut censurer.