Antagoniste


24 octobre 2014

Les grands et les petits… Canada En Images En Vidéos Québec Terrorisme

Hier, nos députés étaient de retour à la chambre des communes après l’attentat terroriste du 22 octobre.  J’ai été très fier de nos politiciens fédéraux hier; ils étaient grands, dignes et forts. Le pays avait besoin de voir des gens fraternels, ils ont été plus que ça, ils ont été touchants…

Chambre Des Communes

Mais pendant qu’à Ottawa nos politiciens étaient grands, à Québec certains avaient décidé d’être petits… Incapable de se retenir, Bernard Landry a utilisé un attentat terroriste qui a choqué tout un pays pour faire du Harper-bashing

Cliquez ici pour lire la suite »


22 octobre 2014

Donner son maximum Canada Économie En Images États-Unis Québec

Au Canada, le NPD voudrait imposer un salaire minimum de 15$/h aux secteurs sous juridiction fédérale.

Au Québec, Québec Solidaire souhaiterait que le salaire minimum s’élève à 11,37$/h.

Dans le Dakota du Nord, le salaire minimum n’est que de 7,25$/h, pourtant voici une affiche que l’on retrouve à l’entrée du Walmart de Williston:

Walmart

Au Dakota du Nord, contrairement au Québec, les gens ont été assez intelligents pour dire « oui » à l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste, ce qui a causé un boom économique.  Les gens n’ont pas besoin d’un salaire minimum pour éviter la pauvreté, mais plutôt d’une économie qui roule !

P.-S. Le Dakota du Nord est l’État américain avec la meilleure qualité de vie aux États-Unis.


22 octobre 2014

La pétrophobie Coup de gueule Économie En Chiffres Environnement Québec

Quelle est l’importance des déversements de pétrole causés par les pipelines au Canada ?

Pour bien comprendre, faisons une analogie. En termes relatifs, la quantité de pétrole déversée par les pipelines au Canada par rapport à la quantité de pétrole transportée représente l’équivalent de 1/20 de cuillère à thé que vous échapperiez sur le sol lors d’un plein de 50 litres à la station-service.  Les pétrophobes du PQ grimpent dans les rideaux pour bien peu…

Mais pour voir à quel point la pétrophobie du PQ est devenue maladive, comparons le projet de cimenterie de Port-Daniel à celui de la construction d’un pipeline traversant le Québec jusqu’à Cacouna. Rappelons que le PQ était favorable à la cimenterie alors qu’il s’oppose farouchement au pipeline.

Pétrophobe
Sources: ici, ici, ici & ici

La cimenterie de Port-Daniel va créer moins d’emplois, générer moins de retombées, émettre plus de gaz à effet de serre et exigera une plus grande contribution financière du gouvernement que le pipeline Énergie Est.  À ceci, ajouter que la cimenterie n’est pas encore construite que déjà elle tombe en ruine… Pourtant, le PQ est favorable à la cimenterie et ne veut rien savoir du pipeline. Dans le cas du PQ, on peut vraiment parler de pétrophobie…

En fait, je soupçonne les péquistes, et la gauche en général, de haïr le pétrole, car ce liquide symbolise la réussite de l’Alberta là où le Québec a lamentablement échoué.  L’Alberta a confié le développement de son secteur énergétique (pétrole) au secteur privé tout en misant sur un petit gouvernement. Le Québec a nationalisé son secteur énergétique (électricité) tout en misant sur un gros gouvernement.  Le Québec est devenu une terre de pauvreté et l’Alberta une terre d’abondance… Pour les péquistes, le pétrole albertain transitant par le Québec, c’est l’équivalent de frotter du gros sel dans la plaie ouverte qu’est devenue le modèle québécois…


21 octobre 2014

La générosité des Québécois Économie Gaspillage Gauchistan Québec

Politique PoubelleLa semaine dernière, notre bon gouvernement était tout fier d’annoncer que l’entreprise CGI allait s’installer à Shawinigan pour créer 300 emplois. Cette annonce a été rendue possible par l’octroi d’un crédit d’impôt remboursable (i.e. une subvention) de 25 000$ par emplois durant 13 ans pour un grand total de 97,5 millions de dollars.  Un petit calcul rapide nous informe que le gouvernement va flamber par emplois créés !

Hier, l’entreprise CGI a annoncé qu’elle allait créer 620 emplois au Royaume-Uni.  Ce projet va bénéficier d’une subvention directe de 5,8 millions de dollars. De plus, le gouvernement va donner accès aux nouveaux employés au programme « Skills Growth Wales » qui prévoit une subvention de 4 549$ par année pendant 3 ans pour la formation de la main-d’oeuvre. Si on suppose que les 620 nouveaux employés de CGI vont profiter de ce programme tous les ans pendant 3 ans (le scénario le plus coûteux et le moins probable), c’est 8,5 millions de subventions qui s’ajoutent pour un grand total de 14,3 millions en subventions. Un petit calcul rapide nous informe que ce gouvernement va flamber 23 065$ par emplois créés !

Je résume.

Au Québec, CGI a besoin d’une subvention de 325 000$ pour créer un emploi.  En Angleterre, CGI a besoin d’une subvention de 23 065$ pour créer un emploi. En bref, créer une job au Québec coûte 14 fois plus cher aux contribuables qu’en Angleterre.

On peut expliquer cette différence de deux manières: soit les Québécois sont extrêmement généreux, soit le Québec est une terre de Caïn.


21 octobre 2014

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (14-20 octobre) selon Influence Communication.

Pendant que les médias du monde entier nous parlent de l’épidémie d’Ebola à tous les jours, ici au Québec, la nouvelle qui a le plus fait jaser dans nos médias cette semaine, c’est la victoire du CH contre les Bruins de Boston. La rivalité entre le CH et ses rivaux de Boston est telle, que « Lucic » arrive au 8e rang au Canada sur Twitter lors de la dernière semaine. Rappelons que Lucic avait fait les manchettes au printemps dernier, alors qu’il avait menacé deux joueurs du CH de les tuer la saison suivante, à la suite de l’élimination de Boston des mains du CH. Consolons nous toutefois, la visite de Patrick Roy et de l’Avalanche du Colorado n’aura pas réussi à devancer elle aussi l’épidémie d’Ebola au palmarès hebdomadaire des nouvelles au Québec.

Au Canada, l’Ebola occupe les deux premières positions du classement. Les médias ont notamment beaucoup parlé du vaccin canadien qui poursuit ses étapes en vue d’être utilisé pour contrer le virus. Enfin, autant les médias du Québec que ceux du Canada ont rapporté la triste nouvelle de l’avalanche au Népal qui aura fauché la vie de près de 40 personnes. La présence de victimes canadiennes et québécoises a notamment contribué à hausser grandement le volume de couverture de nos médias vis-à-vis de ce triste événement.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: imaginez le cirque médiatique si le vaccin contre l’Ebola avait été développé au Québec… Mais comme c’est au Canada, nos journalistes s’en fichent…

Source:
Influence Communication


21 octobre 2014

La réputation du Québec Québec Revue de presse Terrorisme

The Washington Post

-

Driver shot dead after he hits 2 Canadian soldiers
The Washington Post

A man who was shot and killed by police after he struck two members of the Canadian military with his car Monday in a city near Montreal had become influenced by radical Islam, an official familiar with the case said.

Royal Canadian Mounted Police spokesman David Falls said the suspect “was known to Federal authorities” and “authorities were concerned that he had become radicalized.”

An official familiar with the case identified the suspect as Martin Couture Rouleau, 25, of Saint-Jean-sur-Richelieu, Quebec, and said he was influenced by radical Islamists. The official spoke on condition of anonymity because he was not authorized to speak publicly about the case.

Canadian Prime Minister Stephen Harper was briefed about the incident by the head of Canada’s national police force, the head of the military and his national security adviser. Harper said earlier Monday in Parliament that he was aware of the reports and called them “extremely troubling.”

Je n’ai pas choisi cet article du Washington Post pour vous informer des faits entourant l’attaque terroriste à Saint-Jean-sur-Richelieu, vous êtes déjà probablement au courant de tous les détails.

J’ai sélectionné cet article parce que cette affaire risque de beaucoup intéresser la presse étrangère. Par conséquent, on risque de voir des images de nos policiers dans les médias hors Québec. Pour éviter que le Québec passe pour une république de bananes à l’étranger, je suggère aux policiers de ranger leur pantalon de clown et de mettre leur uniforme réglementaire…


20 octobre 2014

Le dollar péquiste Coup de gueule Économie Québec

Propos aperçus sur le fil Twitter de Stéphane Bédard, chef intérimaire du PQ…

Sciences Humaines Sans Math

Vous aurez compris que le chef du PQ répète la marotte habituelle de la gauche selon laquelle le secteur manufacturier québécois est dans la dèche à cause de la hausse du dollar canadien provoqué par l’exploitation des sables bitumineux albertains. Par conséquent, la péréquation que nous recevons nous est due, car il s’agit d’un dédommagement qui nous revient de droit. On sait que cette théorie est complètement fausse et que le Québec recevait de la péréquation même quand le dollar canadien était à 65¢.

Mais qu’importe, jouons le jeu et supposons que les péquistes ont raison quand ils disent que nous ne recevons pas de la péréquation parce que le Québec est pauvre, mais plutôt pour dédommager notre secteur manufacturier.

  • On sait que dans un Québec indépendant, le Québec continuerait d’utiliser le dollar canadien (ici et ici).
  • On sait aussi que si le Québec devient indépendant, l’Alberta va fort probablement continuer d’exploiter ses ressources pétrolières.
  • Par contre, si le Québec devient indépendant, ce sera la fin de la péréquation.

Je résume: en devenant indépendant, notre secteur manufacturier serait encore malmené par le pétrodollar canadien, mais le Québec perdrait ce que les péquistes considèrent comme un dédommagement…  Autrement dit, selon la logique des péquistes, le projet d’indépendance du Québec consiste à choisir le pire des deux mondes i.e. on conserve le pétrodollar, mais on perd le dédommagement.  Sans le savoir, en faisant de la péréquation un programme de dédommagement, le PQ nous donne une raison de ne pas faire l’indépendance…

M’enfin, les chiffres, ça n’a jamais été le point fort des péquistes (sans quoi ils ne seraient pas péquistes).


20 octobre 2014

Fétichisme culturel Coup de gueule Économie Gaspillage Québec

Il y a quelques semaines se tenait dans la Ville de Québec l’événement « Vision Culture », une patente à gosse qui permet aux politiciens de se donner de l’importance…  Durant cet événement, le maire de Québec a fièrement déclaré que depuis 2009, sa ville avait flambé 252 millions de dollars en culture !  Vous avez bien lu: 252 millions de dollars !

Une dépense de 252 millions de dollars pour la Ville de Québec, c’est l’équivalent d’une dépense de 805 millions pour la ville de Montréal !  Avec 805 millions, la ville de Montréal aurait pu construire 3 salles de spectacle pour l’OSM ou encore 6 quartiers des spectacles. Étrangement, cette dépense du maire Labeaume n’a pas semblé indisposer certains médias de Québec qui pourtant grimpent dans les rideaux quand c’est Montréal qui gaspille l’argent des contribuables dans des projets culturels…  À croire que la construction d’un nouveau Colisée a émoussé le sens critique de certains…

M’enfin…  Il faut être honnête et reconnaître qu’il n’y a pas que Régis Labeaume qui aime gaspiller l’argent de ses contribuables dans la culture, ce mal semble être généralisé dans l’ensemble des villes du Québec.  Pour s’en convaincre, il suffit de voir l’évolution des dépenses culturelle des municipalités depuis 5 ans (les chiffres les plus récents remontent à 2012):

Culture Québec

En 2007, les municipalités avaient dépensé un grand total de 536,1 millions en culture, soit l’équivalent de 69,69$ par habitant (279$ pour une famille de quatre personnes). En 2012, le grand total a été de 843,1 millions ce qui représente une somme de 105,60$ par habitant (422$ pour une famille de quatre personnes).  Autrement dit, les dépenses en culture par habitant ont crû de 51,5% en l’espace de seulement 5 ans !

Voici comment ces dépenses ont évolué selon la taille des villes:

Culture Québec

Au Québec, la culture c’est du fétichisme pour nos politiciens. Nos maires ont toujours de la difficulté pour trouver de l’argent pour nettoyer les rues, ramasser les ordures, déneiger les routes, remplir les nids de poule ou pour réparer les égouts et l’aqueduc, mais quand c’est pour la culture, c’est bar ouvert, l’argent coule à flot…  Rappelons que la dette des municipalités s’élève à 22,6 milliards de dollars…

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Les dépenses culturelles des municipalités


15 octobre 2014

Le Colisée et l’économie Économie Gauchistan Québec

Éléphant BlancVendredi dernier, Statistique Canada a publié les chiffres sur l’emploi au Canada, y compris pour les villes.  Dans la région de Québec, le taux de chômage* s’élève à 5,7%.  Un taux fort respectable quand on sait que le taux provincial est de 7,8%.  Mais quand on fouille un peu, on réalise que tout n’est pas rose dans la Capitale-Nationale.

Depuis le début de l’année, le taux de chômage a augmenté de 33% dans la région de Québec. À l’échelle provinciale, cette augmentation n’a été que de 4% alors qu’à Montréal on observe un accroissement de 6%.  Clairement, la tendance est plus négative que dans l’ensemble du Québec.

En fait, le taux de chômage à Labeaumegrad est à son plus haut depuis un peu plus de 3 ans.  En janvier dernier, la région de Québec pouvait se vanter d’être celle avec le plus faible taux de chômage au Canada (4,3% à égalité avec Saskatoon). Selon le dernier relevé de Statistique Canada, la Vieille-Capitale a glissé de la 1ère à la 7e position (le taux de chômage à Saskatoon est tombé à 4,2%).  Encore une fois, on peut voir une tendance clairement négative.

De plus, garder en tête que la situation de l’emploi dans la région de Québec est probablement surévaluée à cause de la présence de la fonction publique.  En ce moment, on sait que le secteur public embauche beaucoup de gens et on sait aussi que 46% des fonctionnaires travaillent dans la région de Québec alors que son poids démographique n’est que de 9%.

Comment peut-on expliquer cette dégradation du marché de l’emploi dans la région de Québec ?  Une étude publiée en 2006 dans l’ouvrage The Business of Sports permet peut-être de répondre à cette question. Je cite un extrait révélateur:

EconBiz
Mega-Events: The effect of the world’s biggest sporting events on local, regional, and national economies

Public expenditures on sports infrastructure and event operations necessarily entail reductions in other government services, an expansion of government borrowing, or an increase in taxation, all of which produce a drag on the local economy. At best public expenditures on sports-related construction or operation have zero net impact on the economy as the employment benefits of the project are matched by employment losses associated with higher taxes or spending cuts elsewhere in the system.

Le nouvel amphithéâtre de Québec, construit pour Quebecor, est-il en train de devenir un boulet économique ?

*moyenne mobile 3 mois 

Source:
Statistique Canada
Tableau 282-0116


15 octobre 2014

La culture imaginaire Coup de gueule En Chiffres Gauchistan Québec

Dans quelques semaines se tiendra le gala de l’ADISQ. Une occasion pour la clique habituelle de se livrer à une séance intensive d’admiration mutuelle. Les médias profiteront de l’occasion pour se faire croire que le Québec est spécial, que nos artistes illuminent le monde et que la chanson française coule dans les veines de tous les Québécois. Bref, on voudra se convaincre que nos artistes sont importants et que le Québec ne pourrait pas être une nation sans nos chanteurs et chanteuses.

Allons au-delà de cette pensée unique, voici quelques chiffres sur la fréquentation des spectacles de chanson francophone et anglophone au Québec depuis 5 ans:

Chanson québécoise

Même si les spectacles anglophones sont 67% plus chers que les spectacles francophones, ils attirent 111% plus de spectateurs !  Remarquer aussi que dans les spectacles anglophones, on donne 2 fois moins de billets de faveur…  À se demander si le gala de l’ADISQ n’est pas devenu un show pour les journalistes; ils vont en parler pendant plusieurs jours, mais leurs nouvelles laisseront beaucoup de gens indifférents.

Maintenant, vous savez pourquoi nos artistes ont besoin d’un firewall culturel pour continuer d’exister…

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Statistiques des représentations payantes en arts de la scène selon la discipline, la provenance et la taille de la salle, régions administratives et ensemble du Québec


14 octobre 2014

Au pays de l’austérité imaginaire Canada Économie En Chiffres Québec

À première vue, le bulletin de l’emploi publié vendredi dernier semblait contenir une bonne nouvelle pour le Québec, soit la création de 6 500 emplois.  Mais on dit que le diable est souvent dans les détails, quand on analyse les chiffres de plus près, la bonne nouvelle s’assombrit rapidement…  Voici où ont été créés (et perdus) les emplois le mois dernier:

  • Secteur public: + 13 000 emplois
  • Secteur privé: + 2 100 emplois
  • Travailleurs autonomes: -9 100 emplois

Le bilan final montre la création de 6 500 emplois, mais ces emplois sont presque tous venus du secteur public, un secteur qui, contrairement au privé, dévore la richesse au lieu de la créer !

Et n’allez pas croire que cette situation est temporaire, il s’agit d’une tendance lourde au Québec depuis le début de l’année.  Voyez par vous-même:

Emplois Quebec

Contrairement au reste du Canada, le Québec est incapable de créer des emplois ailleurs que dans le secteur public.  Pourtant, c’est supposé être l’austérité au Québec.  Pour le moment l’austérité existe uniquement dans l’imagination de la gogauche.

Source:
Statistique Canada
Tableau 282-0089


9 octobre 2014

L’uranium enrichit Canada Économie En Images Environnement Québec

Cette semaine, le Journal de Montréal a encore fait peur au monde avec une histoire bidon sur les méchantes mines d’uranium qui pourrait voir le jour au Québec (au fait, je me demande bien ce que pense PKP des mines d’uranium…).

Pourtant…

La Saskatchewan exploite des mines d’uranium depuis 60 ans.  En 1954, la province a même créé une ville nommée Uranium City pour exploiter cette ressource. Voici la localisation des mines en Saskatchewan:

Uranium Canada

Donc la Saskatchewan est capable d’exploiter de manière complètement sécuritaire des mines d’uranium ultra concentrées. La Saskatchewan aime tellement ses mines d’uranium, que l’an dernier elle a diminué ses redevances pour attirer de nouveaux investisseurs.

Quelqu’un peut m’expliquer c’est quoi le problème avec l’exploitation de l’uranium au Québec ? Ce n’est pas comme si on devait ré-inventer la roue; pas besoin de s’embarrasser d’un BAPE aussi coûteux qu’inutile, il suffit de copier ce que la Saskatchewan fait depuis 60 ans !

Surtout que les mines d’uranium créent des emplois très bien rémunérés et non subventionnés. Quand on est pauvre comme le Québec, on n’a tout simplement pas les moyens de dire « non ».

Il y a des pipelines partout dans le monde, mais on n’en veut pas au Québec…  Il y a des pétroliers partout dans le monde, mais on n’en veut pas au Québec…  Il y a des mines d’uranium partout dans le monde, mais on n’en veut pas au Québec… Que faut-il en déduire, que les Québécois sont trop stupides ou peureux pour réaliser des projets qui sont banals ailleurs sur la planète ?


9 octobre 2014

Société distincte Canada Économie En Chiffres États-Unis Gauchistan Québec

Depuis le début de l’été, le prix du pétrole a diminué de manière constante malgré les tensions au Moyen-Orient; une situation imputable en partie à l’augmentation de l’offre découlant de l’exploitation du pétrole de schiste (aux États-Unis, contrairement au Québec, les gens ont été assez intelligents pour sauter sur cette manne pétrolière).

Voici comment cette baisse du prix du pétrole a influencé le prix de l’essence aux États-Unis, en Ontario et au Québec depuis le début de l’été…

Essence Québec

La ligne de l’Ontario suit de près celle des États-Unis, une baisse constante des prix.  Pour ce qui est du Québec…  Il semble que nous soyons une société distincte parce que la tendance ici semble être différente…  Ici, ça diminue beaucoup plus lentement…

Une chance qu’au Québec nous avons une Régie de l’énergie pour fixer un prix plancher sur l’essence et empêcher les guerres de prix, sinon les consommateurs se feraient avoir comme aux États-Unis et en Ontario…   Vive le modèle québécois !

En passant, pour prendre soin de nous, la Régie de l’énergie emploie 92 personnes et dépense 13 518 318$.  La Régie de l’énergie a fait un déficit de 265 294$ l’an dernier.

Sources:
EIA
Weekly U.S. Regular All Formulations Retail Gasoline Prices

Kent Group
Petroleum Price Data


8 octobre 2014

La productivité électorale Économie Élection 2014 En Chiffres Québec

J’attendais ces chiffres depuis quelque temps déjà, ils ont finalement été publiés hier, je fais bien sûr référence aux chiffres des dépenses électorales de la dernière campagne provinciale !

J’ai toujours trouvé un peu ridicules les gens qui paranoïent sur l’influence de l’argent en politique. Même si Québec Solidaire devait dépenser cent millions de dollars lors de la prochaine élection, on devrait me passer sur le corps avant que je vote pour ce parti d’illuminés.  Je doute que des publicités électorales ou des pancartes puissent faire gagner une élection, les idées et le traitement médiatique restent, selon moi, les principaux facteurs d’influence.  Cette hypothèse s’est vérifiée une fois de plus lors de la dernière élection, voyez par vous-même:

Élection Québec

Le PQ a dépensé 700 000$ de plus que les libéraux, pourtant il a obtenu l’un des pires résultats de son histoire. Au final, le PQ a dépensé 80% de la limite autorisé contre 71% pour le parti de Philippe Couillard.

Mais quel parti a dépensé le plus efficacement son argent ?  Autrement dit, quel parti a fait les dépenses électorales les plus productives, voici la réponse:

Élection Québec

Élection Québec

Au PLQ, on a dépensé l’équivalent de 3,34$ par vote reçu et faire élire un député a coûté 83 885$.  Au PQ, pour avoir un vote, on a dû dépenser 6,14$ et 219 845$ ont été dépensés par député élu.

Il est plutôt amusant de constater que les deux partis qui savent compter, le PLQ et la CAQ, ont eu une productivité électorale bien supérieure aux partis de la bonne gauche, la PQ et QS.

Source:
Directeur Général des Élections du Québec
Dépenses électorales de l’élection générale du 7 avril 2014


7 octobre 2014

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (30 septembre-6 octobre) selon Influence Communication.

Le camp d’entraînement du CH tire à sa fin et l’équipe montréalaise a continué sa domination dans l’actualité de la province. Au second rang se trouve le procès de Luka Rocco Magnotta, qui attire l’attention chez nous au Québec, mais aussi au Canada où il pointe au 4e rang des nouvelles les plus médiatisées de la semaine. Ce procès reçoit aussi une certaine couverture à l’international. Rappelons que la chasse à l’homme et l’arrestation de Magnotta est la deuxième nouvelle qui a fait le plus parler du Québec à l’étranger depuis janvier 2012. Enfin, les discussions sur la participation du Canada dans la lutte contre l’État Islamique (EI) s’intensifient au Canada et cette nouvelle est #1 au pays pour la dernière semaine. Au Québec, la possible participation canadienne n’arrive que 7e au palmarès, tout juste derrière les matchs du CH contre les Sénateurs d’Ottawa et l’échange de Peter Budaj aux Jets de Winnipeg.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: Au Québec, les médias attendent qu’un pure laine attrape l’ebola avant d’en parler…

Source:
Influence Communication