Antagoniste


21 juillet 2014

Le Québec défocussé Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Depuis le début du mois de juillet, deux histoires ont monopolisé l’attention des médias: la prime du docteur Bolduc et les voyages de Jean-François Lisée.

La prime reçue par Yves Bolduc s’élève à 215 000$ et les voyages de Jean-François Lisée ont totalisé 214 894$. Au moment d’écrire ce billet, depuis le début du mois, la dette du Québec a augmenté de 500 000 000$ (25 000 000$ par jour):

Niaisage Médiatique

Bolduc et Lisée, des petits points d’une totale insignifiance dans une mer d’encre rouge…  Mais la dette, tout le monde s’en fiche, ça ne fait pas de bonnes « clips » pour les médias, alors on s’attarde sur les points insignifiants…

Certains diront que cette mer d’encre rouge est constituée d’une myriade de petits points insignifiants.  Ce n’est pas faux, mais c’est passer à côté du problème que personnaliser le débat autour de Lisée et Bolduc (par exemple). Pendant qu’on focus sur le petit point vert de Bolduc et le petit point bleu de Lisée, des dizaines de milliers de petits points rigolent parce que personne ne leur porte la moindre attention. Focusser sur un seul point, c’est l’arbre qui cache la forêt.

Le problème ce n’est pas la prime de Bolduc ou les voyages de Lisée.  Ces deux personnages sont insignifiants dans le grand ordre des choses.  Le problème c’est notre système de santé rendu si inefficace qu’il faut donner des primes aux médecins qu’ils soignent les gens.  Le problème c’est l’existence du Ministère des Relations internationales, une structure bureaucratique inutile et coûteuse qui existe seulement pour que le Québec puisse faire semblant d’être un pays.

Mais pour nos médias, il est tellement plus facile de personnaliser le débat au lieu de débattre des vrais enjeux. Au lieu de parler du privé en santé ou d’abolir un ministère inutile, on invite Éric Caire au téléphone pour remplir dix minutes de radio avec un chamaillage puéril qui ne mène nulle part. Bref, même si la CAQ a remplacé le PQ, le travail de l’opposition ça reste du gros niaisage (et quand le PLQ retournera à l’opposition, ce sera aussi du gros niaisage) parce que les médias aiment ça le niaisage (d’où leur passion pour la commission Charbonneau).

Le Québec est défocussé, on se scandalise pour des peccadilles au lieu de voir la situation dans son ensemble. Au Québec, gaspiller 1 million de dollars est un crime abominable.  Mais gaspiller 100 millions de dollars pour nourrir un modèle dépassé, c’est une statistique.


15 juillet 2014

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (8-14 juillet) selon Influence Communication.

L’été bat son plein et pourtant, la classe politique québécoise a réussi à se faufiler au premier rang de l’actualité de la province avec l’histoire de la prime reçue par Yves Bolduc pour avoir pris en charge des patients lorsqu’il était dans l’opposition. Claude Castonguay a réclamé sa démission et Gaétan Barrette a pour sa part réclamé la retraite de Claude Castonguay. Il a fallu l’intervention du premier ministre Philippe Couillard qui a réclamé un peu de calme. Au second rang se trouve la nouvelle offensive d’Israël sur la bande de Gaza. Notons que mardi dernier, cette nouvelle était #1 dans le monde au Canada et dans le monde, mais ne perçait même pas le top 20 des nouvelles au Québec selon l’importance de la couverture.

Au Canada, c’est la Coupe du monde de soccer de la FIFA qui a dominé l’actualité de la dernière semaine. Fait à noter, le Canada n’avait pas d’équipe à cette compétition, mais le pays a été le 11e plus grand acheteur de billets pour l’événement et le premier au niveau des pays non représentés à la Coupe du Monde. Le même constat avait été constaté lors de la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: Avant la victoire de l’Allemagne en finale de coupe du monde ce dimanche, le dernier pays avec des finances publiques acceptables à avoir gagné était… l’Allemagne de l’Ouest en 1990.

Source:
Influence Communication


14 juillet 2014

L’effet Labeaume Canada Économie En Chiffres Québec

La ville de Québec a toujours été une locomotive économique pour la province, notamment depuis le début des années 2000. Très souvent dans le passé, cette ville a été à l’abri des soubresauts économiques de la province.

Par contre, depuis le début de l’année, les choses ne tournent plus aussi rondement à Labeaumegrad… Voici l’évolution du taux de chômage depuis janvier 2013, remarquer la tendance inquiétante depuis quelques mois…

Chômage Québec

Certes, la ville de Québec se tire encore très bien d’affaire quand on regarde uniquement le taux de chômage.  En juin, celui-ci était de 5,4% contre 8,3% et 7,9% pour la ville de Montréal et la province de Québec respectivement.  Ce qui est inquiétant c’est la tendance depuis quelques mois, le taux de chômage augmente beaucoup plus rapidement dans la ville de Québec qu’a Montréal ou dans la province. En bref, l’économie semble se dégrader très rapidement dans la Capitale nationale, et ce, malgré la présence de la fonction publique qui normalement agit comme un tampon quand l’économie est difficile.

D’ailleurs, la ville de Québec a longtemps été la championne canadienne du plus bas taux de chômage, au début de l’année, elle revendiquait toujours ce titre.  Voici qu’elle est la situation maintenant:

Chômage Québec

Québec, qui a déjà été confortablement en première position doit maintenant se contenter d’une 4e position, à égalité avec Calgary.

Mauvaise passe ou mouvement de fond, seul l’avenir nous le dira. Chose certaine, avoir un maire qui fait exploser le compte de taxes, les dépenses de la ville et dont le travail à temps partiel consiste à insulter les hommes d’affaires ne doit pas aider…

Source:
Statistique Canada
Tableau 282-0116


10 juillet 2014

Gaétan Barrette a raison Canada Économie En Chiffres Québec

Le ministre Gaétan Barrette ne s’est pas fait d’amis, hier, quand il a déclaré que les jeunes médecins, contrairement à ceux de sa génération, n’étaient pas les plus travaillants…

Joseph Dahine, le président de la Fédération des médecins résidents du Québec, a déclaré que les propos du ministre pouvaient être qualifiés de « stéréotypes » et de « clichés ».

Vraiment ?

Quand on demande aux médecins de famille québécois combien de patients leur pratique compte-t-elle, voici le résultat en fonction de l’âge:

Santé Québec

Toujours en fonction de l’âge, voici le nombre de patients vu par les médecins québécois durant une semaine type (en dehors des heures de garde):

Santé Québec

Les chiffres sont clairs et le verdict est sans appel: les « vieux » médecins travaillent plus que les « jeunes » (et ce, même si on tient compte des heures de garde). N’en déplaise aux médias, le ministre Barette avait raison.

Question de s’amuser un peu, regardons les mêmes indicateurs, mais pour chaque province…

Santé Québec

Le Québec, confortablement en dernière position…

Santé Québec

Encore une fois, une confortable dernière position…  Et cette médiocre performance ne peut pas être expliquée par les heures de garde puisque le Québec est la deuxième province où les médecins ont le moins d’heures de garde !

Bref, si au Québec avoir 1 500 patients c’est un travail à temps plein pour un médecin de famille, dans le reste du Canada c’est plus un boulot à temps partiel…

Source:
Sondage National Des Médecins
Sondage national des médecins


9 juillet 2014

Et si le gouvernement était une famille… Économie En Chiffres Québec

Lundi, j’ai présenté les chiffres pour l’année financière qui vient de se terminer. Cette année correspond à la dernière du PQ au pouvoir.

Mais dans tout ce capharnaüm de chiffres où les millions et les milliards fusent de partout, il est parfois difficile de prendre toute la mesure des sommes qui sont impliquées. C’est pourquoi j’ai décidé de reprendre les chiffres de l’année financière qui vient de se terminer et de l’appliquer à une famille qui aurait un revenu de 60 000$. Voici ce que ça donne:

Budget Québec

Les « gains à la loterie » font référence aux transferts du fédéral, les « revenus de placements » aux revenus des entités consolidés, les « dépenses courantes » aux dépenses de programme, le « REER » au versement dans le fonds des générations et les « intérêts sur la carte de crédit » au service de la dette.  Notez que le « bilan de l’année » ne contient que des « dépenses d’épicerie » i.e. ce n’est pas de l’endettement pour s’acheter un actif comme une maison.  De la même manière, le « total sur la carte de crédit » contient uniquement de la mauvaise dette (c’est la somme des déficits cumulés), ce chiffre représente uniquement du crédit à la consommation.

Notez qu’avec ce budget, les grands-parents de notre famille ont été placés dans un établissement qui sert uniquement des repas à 2$; la famille est trop pauvre pour leur offrir quelque chose de mieux…

Bref, même en étant très chanceuse à la loterie, notre famille est incapable de boucler son budget…  Vous en connaissez beaucoup des familles qui pourraient soutenir ce rythme de vie?  Si le gouvernement était une famille, ça fait longtemps que l’huissier serait passé pour partir avec les meubles…

Source:
Ministère des finances du Québec
Rapport mensuel des opérations financières


8 juillet 2014

Le travail de député Coup de gueule Économie Québec

Politicien au travailAu Québec, comme c’est souvent le cas, les journalistes se posent les mauvaises questions…

Je fais référence à ce qui est devenu le Bolduc-gate, un député qui décide de pratiquer la médecine et qui au passage se met 215 000$ de prime dans les poches pour avoir pris en charge 1 500 patients pendant 18 mois de travail…

Disons tout d’abord que la prime est injustifiable, odieuse et scandaleuse. D’ailleurs quelle idée saugrenue que de donner une prime à un médecin pour qu’il puisse se constituer une clientèle !

Mon problème avec le traitement médiatique de cette affaire vient de ceux qui considèrent qu’Yves Bolduc ne pouvait pas exercer la médecine, puisqu’il était déjà un député à temps plein. En fait, on devrait plutôt se demander pourquoi le travail de député n’est pas plutôt considéré comme un travail à temps partiel !

Prenons le Texas…

Au Texas, l’Assemblée législative siège uniquement 140 jours tous les 2 ans ! En moyenne, un politicien au Texas gagne un salaire de 17 700$ par année. Autrement dit, au Texas, le travail de politicien doit obligatoirement se faire à temps partiel. Si vous étiez un mécanicien avant de devenir politicien, vous devrez continuer à être un mécanicien si vous voulez nourrir votre famille.

Les avantages de la politique à temps partiel sont multiples:

  • Le politicien garde contact avec le réel, les « vraies affaires ».  Il est si facile de s’isoler dans une tour d’ivoire quand on devient un député à temps plein…
  • Le gouvernement le meilleur est celui qui gouverne le moins.  Quand un député siège uniquement à temps partiel (140 jours tous les 2 ans) on va à l’essentiel.  Pas le temps de mettre en place une réglementation complexe et des lois inutiles…

Si Yves Bolduc a négligé son rôle de député pour exercer un vrai métier, c’est une excellente chose.  Tous nos députés devraient négliger leur travail de députés pour continuer à exercer leur profession d’origine.  Même que pour s’en assurer, on devrait, comme au Texas, leur verser un salaire qui correspond à un emploi à temps partiel.

En passant, grâce à ce système le Texas à l’une des économies les plus prospères et les moins corrompues aux États-Unis.


8 juillet 2014

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (1-7 juillet) selon Influence Communication.

L’impressionnant parcours des athlètes canadiens au prestigieux tournoi de tennis de Wimbledon n’est pas passé inaperçu dans les médias, alors que cette nouvelle trône au sommet autant au Québec qu’au Canada. En effet, la jeune Eugénie Bouchard s’est rendue jusqu’en finale, où elle s’est inclinée contre Petra Kvitova, alors que le parcours de Milos Raonic chez les hommes se terminait contre Roger Federer en demi-finale. Généralement moins suivie, l’épreuve du double a vu le Canadien Vasek Pospisil l’emporter tandis que Daniel Nestor s’inclinait en demi-finale du double mixte. Wimbledon dépasse même la commémoration du premier anniversaire de la triste tragédie de Lac-Mégantic dans le top 5 au Québec, dans lequel le Festival d’été de Québec se permet même une courte avance sur le Festival de jazz de Montréal. Enfin, fait cocasse, alors que sur Twitter, Canadiens et Américains semblent s’être échangé les vœux de bonne fête du pays, « Happy 4th of July » étant 1er au Canada et « Happy Canada Day » 3e aux États-Unis.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


7 juillet 2014

Le régime péquiste: bulletin final Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Le ministère des Finances du Québec ayant finalement publié le rapport des opérations financières du mois de mars 2014, il est maintenant possible de faire un bilan final du régime péquiste pour l’année financière 2013-2014 (l’année financière du gouvernement s’étant d’avril 2013 à mars 2014).

Premièrement, voici l’évolution mensuelle du déficit pour la présente année financière et la précédente (2012-2013), ce n’est pas joli…

Budget Québec
Notez que le PLQ a été au pouvoir d’avril à septembre 2012.

Pour l’année financière qui se termine, le déficit a été de 3 142 millions de dollars.  L’année financière précédente, ce déficit a été de 1 600 millions de dollars.  Donc, par rapport à l’année précédente, le déficit du Québec a augmenté de 1 541 millions de dollars, un bond spectaculaire et inquiétant de 96,3% !  Dire que jusqu’en septembre 2013, Nicolas Marceau jurait qu’il allait atteindre le déficit zéro…

Autres éléments extrêmement préoccupants, l’évolution de l’impôt des entreprises. Ceux-ci représentent un peu un baromètre économique, quand l’économie va bien, les entreprises font des profits, et payent des impôts.  Dans le cas contraire, les revenus du gouvernement diminuent, une compagnie ne peut pas payer d’impôt si elle ne fait pas de profit.  Voici comment se compare l’année 2012-2013 à 2013-2014:

Budget Québec
Notez que le PLQ a été au pouvoir d’avril à septembre 2012.

Pour l’année financière qui se termine, l’impôt des sociétés a rapporté 3 147 millions de dollars.  L’année financière précédant, ce déficit a été de 3 919 millions de dollars.  Donc, par rapport à l’année précédente, c’est 772 millions de dollars de moins qui se sont retrouvés dans les coffres du gouvernement, un écart significatif de 19,7% ! Cette diminution n’est pas imputable à une réduction de l’impôt des entreprises, mais plutôt au marasme économique dans lequel le Québec est plongé depuis plusieurs mois. Depuis le mois d’avril, l’économie du Québec a produit seulement un mois où les impôts des sociétés ont augmenté par rapport à l’année précédant.  Pour faire une analogie sportive, l’année dernière le Québec a une fiche de 1 victoire et de 11 défaites…

Pour terminer, voici la comparaison du bilan financier pour l’année 2013-204 et des cibles originales qui avait été fixé dans le budget du 20 novembre 2012:

Budget Québec

Devant ces chiffres, on peut prendre toute la mesure du désastre économique survenu lors du passage au pouvoir des péquistes.  Quelques faits saillants:

  • Revenus autonomes.  Dans son budget, le gouvernement avait prévu une croissance de 5,7%.  Au final, la croissance n’a été que de 1,8%, une erreur de -68%.
  • Transferts fédéraux.  Dans son budget, le gouvernement avait prévu une croissance de 2,8%.  Au final, la croissance a été de 6,3%, une erreur de +125%.
  • Dépenses de programmes.  Dans son budget, le gouvernement avait prévu une croissance de 1,8%. Au final, la croissance est de 3,6%, une erreur de +100%.

Je résume: le gouvernement est moins riche que prévu, il dépense plus que prévu et il a pu éviter la catastrophe en recevant plus d’argent que prévu de Stephen Harper.  Un bilan honteux pour un gouvernement qui se veut indépendantiste.

Dire que durant la dernière campagne électorale, les députés péquistes ont juré, la main sur le coeur, qu’ils faisaient une gestion à la cenne près des finances publiques…  Menteur ou incompétent ?  Chose certaine, la disparition du PQ du paysage politique fait partie des conditions gagnantes pour remettre le Québec sur ses rails.

Sources:
Ministère des finances du Québec
Budget 2013-2014
Rapport mensuel des opérations financières


3 juillet 2014

Corruption et obésité Canada Économie En Chiffres Québec

Résultat très intéressant d’une étude conjointe de l’Université de l’Indiana et de l’Université de Hong Kong sur la corruption étatique. Cette étude, publiée dans le journal Public Administration Review, montre que plus un État est corrompu, plus son gouvernement sera gros i.e. plus il aura tendance à dépenser sans compter l’argent des contribuables.

Au Canada, devinez qu’elle est la province avec le plus gros gouvernement ?

Corruption Québec

Contrairement à ce que claironne la gauche, un gros gouvernement n’est pas un antidote à la corruption.  Au contraire, l’obésité gouvernementale est plutôt un symptôme de corruption rampante !

Mais vous voulez savoir ce qui est le plus amusant avec cette étude ?  On y montre que plus les États sont corrompus, plus ils lancent de grands projets d’infrastructure et plus les fonctionnaires ont tendance à être payés grassement…. Vive le Québec !

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 385-0001 & 384-0002


30 juin 2014

L’autoroute de la misère Canada Coup de gueule Économie En Chiffres En Vidéos Environnement Québec

Un péquiste étant incapable d’être autre chose qu’un… péquiste, c’est sans surprise que Bernard Drainville a annoncé la semaine dernière que le PQ était contre le pipeline TransCanada… Pour le député de la formation moribonde, 200 jobs (bien payés) et 45 millions de retombés ce n’est pas assez:

Pour lever le nez sur 200 jobs et 45 millions, le Québec doit être très riche et sans déficit… À titre indicatif, le gouvernement doit imposer près de 15 000 contribuables pour mettre la main sur 45 millions de dollars…

Vous savez ce qui est le plus ridicule avec le raisonnement de Bernard « le pro de la démago » Drainville ? Il y a peine quelques mois, le PQ était disposé à prendre 450 millions de l’argent des contribuables pour construire une cimenterie à Port-Daniel. Cette cimenterie aurait donné de l’emploi à 200 personnes et entraîné des retombées fiscales de 6,5 millions de dollars par année. En plus, cette cimenterie risque de compétitionner celles qui existent déjà au Québec !

Le pipeline TransCanada ne va rien coûter aux contribuables, aura des retombées fiscales supérieures, créera autant d’emplois et ne nuira à aucune entreprise québécoise (au contraire). C’est un no brainer: le projet de pipeline est de loin plus intéressant pour le Québec que la foutue cimenterie ! Sans compter qu’il serait plus que temps que le Québec donne un coup de pouce à l’Alberta après avoir encaissé si longtemps des chèques de péréquation.

Et qu’en est-il des risques qui effraient autant le PQ ? Voici le nombre d’accidents et d’incidents qui ont entraîné le déversement de plus de 150 barils de pétrole depuis 10 ans:

Pipeline TransCanada

Les risques sont minimes et la tendance est à la baisse, et ce, malgré l’utilisation des pipelines qui augmente sans cesse au Canada.  En tout et partout, c’est 2% des accidents et d’incidents qui déverse plus de 150 barils de pétrole dans la nature; l’immense majorité, 94%, déverse moins de 5 barils de pétrole.  Rien dans ces chiffres n’est assez effrayant pour lever le nez sur le pipeline TransCanada. Notons aussi que le transport du pétrole par pipeline est infiniment plus sécuritaire que par train !

Refuser la construction du pipeline TransCanada, c’est un peu l’équivalent d’un chômeur qui refuse un travail payant… Bernard Drainville ne veut pas que le Québec devienne l’autoroute du pétrole bitumineux. Ce faisant, le PQ est en train de faire du Québec l’autoroute de la misère… Au Québec, nous n’avons plus les moyens de dire non à quoi que ce soit !

Bureau de la sécurité des transports du Canada
Statistiques pipeline


26 juin 2014

Propagande syndicale Canada Coup de gueule Économie En Chiffres En Vidéos Gauchistan Québec

Publicité de l’Alliance de la Fonction publique du Canada (division Québec), qui a roulé lors du printemps 2013 en marge de l’infâme campagne « Harper nous déteste »:

L’utilisation d’enfants pour faire peur au monde… Démagogue à souhait…

Selon nos indispensables syndicats, depuis 2010, les coupures du méchant gouvernement conservateur dans la sécurité aérienne auraient menacé la vie des Canadiens…

Vraiment ?

Allons voir les chiffres pour déterminer si les syndicats nous ont bullshités

Syndicalleux

Surprise: les syndicats ont raconté n’importe quoi… On ne voit aucune tendance à la hausse depuis 2010…

M’enfin, on ne s’attend pas à mieux des syndicats…

Bureau de la sécurité des transports du Canada
Statistiques aéronautiques


25 juin 2014

Pollution gouvernementale Coup de gueule Environnement Gauchistan Québec

ÉcologisteEn décembre 2012, le maire de Gaspé, François Roussy, est parti en croisade contre Pétrolia.

À l’époque, cette histoire avaiy fait beaucoup de bruit.  Pétrolia voulait faire un forage exploratoire dans les limites de la ville pour évaluer le potentiel pétrolier d’un site. La ville de Gaspé avait bloqué ce projet en adoptant un règlement municipal sur la protection de l’eau, et ce, même s’il n’existait pas de preuve que les activités de Pétrolia menaçaient la nappe phréatique.

Pourquoi je vous parle de ça ?

Cette semaine, on a appris que depuis 2007, le dépotoir municipal de Gaspé a pollué la rivière York, l’une des plus belles rivières à saumons en Amérique du Nord ! On soupçonne même que les déversements du dépotoir municipal auraient rendu le saumon malade. À titre indicatif, François Roussy est devenu maire de Gaspé en 2005…

Je résume…

Pendant que le maire de Gaspé accusait injustement Pétrolia de menacer la nappe phréatique, son dépotoir municipal était en train d’empoisonner l’une des plus belles rivières à saumons en Amérique du Nord ! Ironique n’est-ce pas…

Imaginez la situation inverse, imaginez la réaction des médias si c’est Pétrolia qui avait contaminé la rivière York. On en aurait probablement parlé tout l’été et on aurait sorti le goudron et les plumes pour les dirigeants de l’entreprise. Mais puisque la rivière York a été polluée par le gouvernement, il n’y aura pas de gros scandale… C’est probablement pour cette raison que les gouvernements sont souvent de plus grands pollueurs que les entreprises privées (ici, ici et ici)

L’objectif des écologistes occidentaux est de faire du capitalisme le seul responsable de la pollution. Car nos écologistes ne sont pas des écologistes: ce sont des gauchistes. Ils ne s’intéressent à l’environnement que dans la mesure où, en feignant de le défendre, ils s’en servent pour attaquer le néolibéralisme.  Et qui incarne mieux ce « néolibéralisme » que l’industrie pétrolière…

C’est pour cette raison qu’ils diabolisent Pétrolia, mais restent apathiques quand une rivière à saumon est contaminée par un dépotoir municipal. Ce n’est pas une pollution capitaliste. Manifester contre une municipalité serait, de leur point de vue socialiste, sans utilité. Cette entreprise fatigante ne renforcerait pas leur croisade contre le capitalisme.

Il y a eu jadis un écologisme sincère, mais il a été depuis longtemps récupéré et retourné par un écologisme mensonger, devenu le masque de vieilleries marxistes coloriées en vert. Cet écologisme idéologique ne voit le danger que dans les entreprises capitalistes.


25 juin 2014

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (17-23 juin) selon Influence Communication.

La Coupe du monde de soccer de la FIFA bat présentement son plein et occupe l’actualité de bien des pays à travers le monde. Le Canada, malgré son absence de cette grande compétition, fait partie de ces pays qui y accordent beaucoup d’importance dans ses médias. En effet, la Coupe du monde devance de peu deux événements qui ont pourtant été fort important au Canada dans la dernière semaine, soit l’approbation d’Ottawa pour le projet d’oléoduc Northern Gateway et l’ensemble des analyses et commentaires sur la dernière élection en Ontario.

Au Québec, c’est tout le contraire alors que l’actualité locale vole la vedette de la dernière semaine et relègue la Coupe du Monde au 4e rang. Nathalie Normandeau, la pléiade d’artistes de la francophonie et les trois évadés de la prison d’Orsainville auront ainsi tous devancé les super vedettes du soccer international dans les médias québécois. Notons tout de même que la France semble avoir une longueur d’avance chez les supporters québécois, notamment grâce à une victoire impressionnante face à la Suisse.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: à l’exception des journalistes et des péquistes frustrés d’avoir perdu l’élection (la ligne est mince entre ces 2 groupes…), la commission Charbonneau intéresse-t-elle encore des gens ?…

Source:
Influence Communication


18 juin 2014

La médecine gauchiste Coup de gueule Économie En Chiffres États-Unis Gauchistan Québec

Vous pouvez maintenant ajouter la chimiothérapie à la longue liste de tourments qui affligent l’humanité.

Pour la plèbe, les progrès dans la lutte contre le cancer représentent l’une des avancées médicales les plus remarquables de ce siècle.  Mais la bonne gauche a été assez lucide pour découvrir le pot aux roses. La chimiothérapie a été développée par big pharma.  Avec la chimiothérapie, big pharma fait des profits.  Conclusion, la chimiothérapie c’est forcément mauvais puisque quelqu’un s’enrichit…  C’est un peu comme les vaccins, un autre complot qui enrichit big pharma.  Qu’importe si on découvre que la réduction des taux de vaccination entraîne maintenant des épidémies de rougeoles, si les vaccins permettent à big pharma de faire de l’argent, les vaccins sont donc mauvais…

Pour vraiment prendre toute la mesure des progrès dans la lutte contre le cancer qui ont été rendus possibles en partie par cette « infâme » chimiothérapie, voici une comparaison des taux de rémission pour différents cancers durant les périodes allant de 1975/1977 et 2003/2009:

Cancer Santé

Cancer Santé

Dans les années 1975/1977, le taux de rémission, tous cancers confondus, était de 49% i.e. la majorité des cancers tuait une personne en moins de cinq ans.  Aujourd’hui, nous sommes rendus à 68%, c’est désormais une minorité de cancer qui tue en moins de cinq ans !  Un progrès fabuleux !  Depuis 1990, en seulement 20 ans, le risque de mourir d’un cancer aux États-Unis a baissé de 20%Big pharma fait des profits et en retour big pharma sauve des vies !

Qu’en est-il de l’analyse coût-bénéfice des traitements de chimiothérapie ?  La journée où le gouvernement, pour économiser quelques dollars, se réservera le droit de refuser des soins à des gens, j’espère que la population aura la possibilité de souscrire à une assurance privée, car les médicaments anti-cancers les plus récents sont couverts par le privé.

Dernièrement, j’ironisais sur la possibilité de voir le gouvernement traiter des cancers avec de l’aspirine pour ensuite proposer aux gens de mourir dans la dignité…  Je n’étais pas très loin de la réalité…

Source:
CA: A Cancer Journal for Clinicians
Cancer statistics, 2014


17 juin 2014

Le grand cirque médiatique Coup de gueule Québec

La commission Charbonneau tire à sa fin et le seul mot qui me vient en tête c’est… enfin…

Au bout du compte, l’exercice sera probablement inutile et sans valeur. Beaucoup d’anecdotes ont été racontées, mais sur le fond, je doute qu’on retienne quelque chose de l’exercice qui a surtout servi d’outil de propagande pour les médias.

Un exemple ?

Voici une manchette tirée d’un gros média la semaine dernière:

Média Québec

Pourtant, enterré à la fin du texte qui accompagne cette manchette, voici ce qu’on peut lire:

La Commission a aussi présenté un courriel que Yvon Careau du PQ a envoyé au président de Roche, Mario Martel, en octobre 2008 pour l’inviter à un souper gastronomique à 1000$ en présence de Pauline Marois.

Pourtant, la manchette ne parle que de Jean Charest et du Parti libéral… Il faut aller à la toute fin du texte pour constater que le PQ ne valait guère mieux…

Consciemment ou inconsciemment, ce fut le modus operandi des médias tout au long de la commission Charbonneau. Chaque coche mal taillée des libéraux était soulignée à gros trait, alors que celle du PQ, bien que mentionnée, n’était pas autant médiatisée. Les exemples sont nombreux.

Voilà pourquoi selon moi la commission Charbonneau sera inutile. Les médias ont politisé et personnalisé cette commission. Au lieu de faire comprendre aux gens que la corruption au Québec est quelque chose d’inhérent à notre système économique, on a fait croire que c’était la faute de certains politiciens appartenant à un parti politique bien précis.

La commission Charbonneau aura été un grand cirque médiatique, mais sans plus.  On a noirci des pages, remplis des bulletins de nouvelles, mais la valeur pédagogique de l’exercice est nulle car devenue partisan.