Antagoniste


9 décembre 2014

Le miroir français Économie France Revue de presse

Expansion

-

Quand les entreprises françaises prennent le large
L’Expansion

C’est un mouvement à prendre au sérieux: de plus en plus de dirigeants français s’expatrient et de grandes sociétés se délocalisent à l’étranger. Les effets de la mondialisation, dira-t-on. Oui, mais aussi les lourdeurs administratives, les pesanteurs sociales et, bien sûr, la pression fiscale.

C’est un consultant, un des spécialistes de la gouvernance d’entreprise, qui l’assure, l’air entendu : « Abstraction faite des banques, il n’est pas aberrant de dire que 40% des sociétés du CAC 40 ont leurs dirigeants installés hors de France. Pas forcément les n°1. Je vous parle des cadres de haut niveau, membres des comités exécutifs ou de direction. »

Le propos est troublant, presque incroyable, et, une fois de plus, « off ». En France, en 2014, il est toujours aussi compliqué d’évoquer l’exil des dirigeants d’entreprises ou la délocalisation de centres de décision. Pis : personne n’est capable de mesurer précisément le phénomène! Une commission d’enquête parlementaire s’est attelée à la tâche en avril dernier : six mois de travaux et 34 auditions plus tard, son président, Luc Chatel (UMP), et son rapporteur, Yann Galut (PS), sont demeurés sur des convictions irréconciliables, interprétant, chacun de leur côté, chiffres et données. De quoi s’interroger sur la réalité du pouvoir de contrôle du Parlement.

Lire sur la France, c’est un peu comme lire sur ce que serait devenu un Québec souverain…


4 décembre 2014

L’impôt et le vol Économie France

Le Figaro

-

Un tiers des Français voient dans les impôts… une extorsion de fonds
Le Figaro

Si une petite majorité des Français considèrent toujours les impôts comme un acte citoyen, une partie significative de la population les voient comme un vol, selon une étude Opinion Way. C’est une confirmation supplémentaire de la réalité du «haut-le-cœur fiscal», constaté récemment par Manuel Valls, après des années de hausses d’impôts massives. Certes, le consentement à l’impôt existe encore. Mais seule une petite majorité de Français (56%), considèrent que c’est un devoir de citoyen, qui garantit la cohésion de la société, selon un sondage OpinionWay pour la plate-forme de financement participatif Finsquare. Cette conception est surtout défendue par les plus de 55 ans et les personnes les plus aisées.

Dans le même temps, et c’est inquiétant, ce consentement vole en éclats dans une partie significative de la population. Plus d’un tiers (37%) des Français considèrent tout simplement l’impôt comme une extorsion de fonds. Rien de moins. Autre alerte, au-delà de ces catégories de contestataires, la défiance est globalement très élevée à l’égard des pouvoirs publics. Ainsi, face à un système qu’ils jugent opaque, 73% des Français préféreraient choisir eux-mêmes comment sont affectées les recettes fiscales. Et pour cause, une écrasante majorité (84%) estime que les gouvernements gaspillent l’argent des impôts. Plus d’une personne sur deux considèrent d’ailleurs qu’ils servent à alimenter le train de vie des élus. Et seule une minorité pense qu’ils permettent d’aider les plus fragiles (39%) ou les entreprises (30%).

Il serait intéressant de faire le même exercice au Québec, surtout après l’ignoble et impardonnable trahison des libéraux cette semaine.

P.-S. J’espère qu’avec leurs mesures complètement débiles visant les banques et les pétrolières le PLQ va avoir le vote des péquistes et de Québec Solidaire, car ils ont perdu le mien. Les libéraux m’ont cocufié pour la dernière fois.


3 décembre 2014

Quand les patrons manifestent Économie France Revue de presse

Star Tribune

-

French bosses, fed up with taxes and red tape, take lesson from unions and take to the streets
Star Tribune

In France, workers aren’t the only ones who take to the streets to protest — their bosses do, too.

Several thousand French business owners, particularly from small companies, demonstrated Monday in Paris to plead with the government to simplify regulations and make it easier and cheaper to hire.

Protester Jean-Pierre Hutin, a hotel owner, urged more flexibility for part-time work, while others complained that layers of taxes and labor rules have made it impossible for France to compete globally.

They argued that the government needs business owners to hire. Socialist President Francois Hollande has sought to loosen labor laws but critics say it doesn’t go nearly far enough. French unemployment is around 10 percent and economic growth has stagnated, threatening to push the whole eurozone back into recession.

Les Français ont une longueur d’avance sur nous. Ici la plupart de nos entrepreneurs préfèrent ne pas faire trop de vagues…


1 décembre 2014

Bientôt au Québec ? Coup de gueule Économie France Gauchistan

Le Figaro

-

Fleur Pellerin envisage de taxer les cartouches d’encre pour aider l’industrie du livre
Le Figaro

Fleur Pellerin jette l’encre pour sauver l’industrie du livre. La ministre de la Culture envisage la création d’une taxe sur les consommables d’impression, comme les cartouches d’encre et les toners, pour financer le Centre National du Livre (CNL). Cet établissement public a pour rôle de soutenir l’ensemble des acteurs du marché du livre: les auteurs, en premier lieu, mais aussi les éditeurs, les librairies, les bibliothécaires ou les organisateurs de manifestations littéraires.

L’idée de la ministre de la Culture n’est pas neuve. Elle avait déjà été suggérée dans le cadre du rapport «Création et Internet» présenté par Patrick Zelnik, ancien président de la filiale distribution du groupe Virgin, en 2010. «Il est recommandé d’élargir l’assiette de cette taxe, seule mesure à même de donner au CNL les moyens de sa politique de numérisation», peut-on y lire. «L’élargissement de cette assiette aux consommables des appareils de reprographie (cartouches jets d’encre et laser toner) permettrait à lui seul une augmentation des moyens du CNL de 10 à 15 millions d’euros par an, même si le taux de cette taxe était ramené à 1,25%». Comme le rappelle le site Numerama, la taxe de financement numérique du CNL avait déjà été étendue en 2006 pour y inclure les imprimantes, entraînant une augmentation des recettes de 10 millions d’euros.

La stupidité de certain politicien semble être une chose infinie…


17 novembre 2014

La prison fiscale Économie France Gauchistan

Le Temps

-

La France envisage de taxer ses ressortissants où qu’ils se trouvent
Le Temps

La France pourrait bouleverser les fondements de sa fiscalité en cherchant à l’avenir à imposer ses propres ressortissants établis à l’étranger sur le seul critère de leur nationalité. Pour les quelque 160?000 Français de Suisse, dont près de 3000 bénéficieraient d’une imposition au forfait, les conséquences pourraient être considérables.

La récente convention de double imposition signée le 2 avril 2013 avec Andorre, qui doit encore recevoir l’approbation du parlement français, contient en effet une clause qui permettrait à la France, si elle devait le décider un jour, d’imposer pleinement ses ressortissants établis dans la principauté «comme si la présente convention n’existait pas». Ce texte «laisse la porte ouverte à une évolution de la fiscalité française qui aurait pour objet d’imposer les personnes de nationalité française sur ce seul critère, quel que soit le lieu de leur résidence fiscale et de la source de leurs revenus», peut-on lire dans le rapport de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale relatif à la ratification de cette convention, daté du 15 octobre dernier.

Les contribuables réalisant d’importantes plus-values en capital non imposées en Suisse seraient cependant «très lourdement taxés», tout comme les bénéficiaires actuels d’une imposition forfaitaire.

Taxer les Québécois qui ont décidé d’aller vivre ailleurs… Je suis sûr que nos politiciens en rêvent…


10 novembre 2014

Charité bien ordonnée commence par soi-même Canada Économie En Chiffres France Québec

La semaine dernière, beaucoup de Québécois ont probablement appris qu’en vertu d’une entente signée en 1978, les étudiants français qui fréquentent les universités québécoises payent exactement les mêmes frais de scolarité des étudiants d’ici et non pas le tarif normalement imposé aux étudiants étrangers.  Pour le Québec, les 12 495 étudiants français représentent une dépense de 50 millions de dollars.  Les étudiants québécois qui vont étudier en France ont aussi droit au même privilège, mais puisque l’accès se limite aux universités publiques, des institutions franchement médiocres, c’est à peine un millier de Québécois qui va étudier en France.

Au moment où le gouvernent déploie des efforts considérables pour équilibrer le budget, il est intéressant d’analyser les frais de scolarité payés par les étudiants étrangers au Canada et au Québec (années la plus récente, statistiques non disponibles pour certaines provinces):

Scolarité français

Scolarité français

Scolarité français

Scolarité français

Au Québec, les frais de scolarité ne sont pas uniquement bas pour les Québécois, mais aussi pour les étrangers, dans plusieurs cas, 2 fois moins cher qu’au Canada.

Que peut-on en conclure ?  De deux choses l’une; soit nos universités sont médiocres et nous ne pouvons pas changer plus aux étrangers pour un diplôme qui n’a pas beaucoup de valeur, soit nos universités sont aussi bonnes que les autres, mais que les Québécois sont très généreux.

Dans un cas comme dans l’autre, c’est un problème quand on a 270 milliards de dettes.

Sources:
Statistique Canada
Tableaux: 477-0021, 477-0022, 477-0023 & 477-0024


30 octobre 2014

Quand le vert vire au noir Économie Environnement Europe France Revue de presse

Science & Vie

-

La France risque le black-out électrique dès l’année prochaine
Science & Vie

Deux rapports mettent en garde certains pays européens, dont la France, contre le risque de black-out électrique durant les prochains hivers. Concrètement, si l’hiver 2015-2016 est rude, il n’y aura peut-être pas assez d’électricité pour tout le monde en France (et dans d’autres pays européens).

Les deux rapports, la 16e édition annuelle de l’Observatoire européen des marchés de l’énergie publiée le 27 octobre par la société Capgemini, l’un des leaders mondiaux du conseil, et le Bilan 2014 publié en septembre par le Réseau de transport d’électricité (RTE, filiale d’EDF), parviennent en effet aux mêmes conclusions alarmistes. Notamment, dès l’hiver 2016-2017, en cas de pic de consommation, il pourrait manquer à la France environ 2000 méga-watts (MW), soit l’équivalent de la production de deux réacteurs nucléaires comme ceux de la centrale de Tricastin. Des coupures sont donc à craindre dont l’étendue et la durée dépendraient du manque net d’électricité mais aussi de son effet déstabilisateur sur l’ensemble de réseaux électriques interconnectés.

Mais peut-être les facteurs les plus importants du manque à venir sont la crise économique et, paradoxalement, l’exigence européenne de monter la part des énergies renouvelables à 20 % dans la production d’électricité en 2020 (et 27% en 2030).

Montrez-moi un politicien qui soutient les énergies vertes et je vais montrer un politicien qui ne sait pas compter…


16 octobre 2014

Nouvelle victoire pour le privé Économie France Revue de presse

Le Figaro

-

Une opération coûte moins cher en clinique qu’à l’hôpital
Le Figaro

Nouvelle pierre dans le jardin des hôpitaux publics. Contrairement aux idées reçues, le coût d’une opération chirurgicale serait moindre en clinique qu’à l’hôpital, même en prenant en compte les dépassements d’honoraires du chirurgien. «Les tarifs des interventions du secteur privé, dépassements d’honoraires compris, sont inférieurs de 8% en moyenne à ceux du secteur public», rapporte dans une étude présentée jeudi, et publiée dans la revue Droit social, le syndicat des chirurgiens libéraux Le Bloc. Seule exception, l’Île-de-France, où le privé reste plus cher.

Si les cliniques sont plus économiques pour la collectivité, le patient peut percevoir l’inverse. En effet, si le public est plus cher, c’est parce que les actes chirurgicaux qu’il facture à l’Assurance-maladie, et dont le patient n’a jamais connaissance, sont jusqu’à 30% supérieurs à ceux des cliniques. En revanche, les dépassements d’honoraires, plus fréquents dans le privé, sont payés directement par le patient ou par sa complémentaire santé.

Si l’hôpital public est plus cher, c’est pour une multitude de raisons. Dans un rapport récent la FHF met en cause les «effets délétères sur la situation des établissements» du passage aux 35 heures.

Si en France, un pays socialiste, on peut trouver des hôpitaux privés, on attend quoi au Québec pour faire de même, surtout que cela pourrait coûter moins cher aux contribuables !


6 octobre 2014

Phase terminale Économie France Revue de presse

The Guardian

-

John Lewis boss: ‘France is sclerotic, hopeless and downbeat … it’s finished’
The Guardian

John Lewis’s managing director has described France as “sclerotic, hopeless and downbeat” and advised British entrepreneurs doing business in the country to pull out.

Andy Street said France was “finished”, adding: “I have never been to a country more ill at ease … nothing works and nobody cares about it.”

He made his comments, reported in the Times, at an event in London marking the end of a John Lewis competition for startup companies. Earlier this week he was in Paris to pick up a retail award for his company. He told the gathering of entrepreneurs that the award was “made of plastic and is frankly revolting”. “If I needed any further evidence of a country in decline, here it is. Every time I [see it], I shall think, God help France,” he said.

Street advised his audience: “If you’ve got investments in French businesses, get them out quickly.” The eurozone’s second largest economy is struggling for growth under president François Hollande and the country is not budgeting to come within the EU’s 3% budget deficit target until 2017. The French economy has been hampered by low growth and poor tax receipts in recent years.

Les choses ne sont pas très différentes au Québec, ne reste plus qu’à trouver un patron qui osera dire ce qu’il pense vraiment du ruineux modèle québécois.


24 septembre 2014

La prophétie française Économie En Images France Gauchistan

La France c’est comme le Québec, mais sans la péréquation pour leur sauver le cul. Par conséquent, leur déchéance à quelques années d’avance sur nous…  Voici ce qui guette le Québec tant et aussi longtemps qu’on n’aura pas jeté aux ordures le modèle québécois:

Le socialisme, une machine à broyer les Hommes…


8 septembre 2014

Le fond du baril… Coup de gueule France Revue de presse Terrorisme

Libération

-

Nouveaux ennuis judiciaires pour Dieudonné
Libération

Selon RTL, la procédure fait suite à l’une des dernières vidéos publiées par Dieudonné sur son compte YouTube. D’une durée de 19 minutes, elle revient notamment sur la décapitation du journaliste américain James Foley par les djihadistes de l’Etat islamique.

Une exécution prétexte à de nombreuses plaisanteries : «Apparemment, la décapitation en mondovision sur Internet, c’est pas leur truc», sourit Dieudonné. «Moi, ce que je trouve étrange, c’est que la décapitation ça symbolise avant tout le progrès, l’accès à la civilisation. En France on a quand même décapité [le roi] en place publique, devant le peuple. C’est pour ça que je suis étonné qu’on fasse tout ce foin.» Et l’«humoriste» d’appeler les parents de la victime à se «détendre».

Notant que «les cadres de la mafia des Rothschild sont montés au créneau», Dieudonné développe une lecture complotiste de l’événement : «J’en ai parlé à mon directeur de la publication [Germain Gaiffe, meurtrier détenu à Poissy, ndla], il m’a dit : ‘De toute façon cette histoire ça pue l’arnaque encore une fois, c’est pour justifier l’intervention [occidentale contre l’Etat islamique, ndla].’» Une théorie que diffusent aussi certains sympathisants de Dieudonné, tels que Noël Gérard, alias «Joe le Corbeau» : sur son site, on peut ainsi lire que «de nombreux internautes [sic] et des experts médico-légaux considèrent que la vidéo [de la décapitation] est un montage à base d’effets spéciaux».

L’occasion est bonne pour rappeler que Dieudonné a déjà été très fréquentable au Québec


28 août 2014

L’ethno-socialisme Économie En Citations France Gauchistan

Dominique Reynié

Le politologue français Dominique Reynié à propos du Front national. Sa description me rappelle un certain parti québécois…:

« Seul se distingue le Front national qui propose le grand repli, l’Etat providence, encore et toujours, mais cette fois grâce au nationalisme. C’est un programme de chauvinisme social, une sorte d’ethno-socialisme, le socialisme pour les ‘petits Blancs’. »


14 juillet 2014

Le prix de l’hystérie Économie Environnement États-Unis France Revue de presse

Les Echos

-

Chimie : le gaz de schiste américain menace 10.000 emplois en France
Les Echos

Les industriels de la chimie le disent depuis de nombreux mois, la révolution des gaz de schiste aux Etats-Unis constitue une grave menace pour leurs sites en Europe. Ce cri d’alarme peut désormais s’appuyer sur des données chiffrées : rien qu’en France, si rien n’est fait, 10.000 emplois directs et 32 sites industriels sont directement menacés d’ici à 2018, selon l’étude réalisée à la demande de l’Union des Industries Chimiques (UIC) par le cabinet Carbone 4.

« L’énergie est l’un des grands facteurs de compétitivité de notre industrie », a rappelé Philippe Goebel, président de l’UIC, en présentant le rapport de Carbone 4, rappelant que la chimie représente 20 % de l’électricité et 40 % du gaz consommés en France. Or l’écart constaté entre l’Europe et les Etats-Unis, où le prix du gaz naturel a été divisé par quatre suite au boom des gaz de schiste, conduit déjà à un écart de compétitivité que Carbone 4 chiffre à 800 millions d’euros par an dans la production de polyéthylène (la matière première de nombreux plastiques), ou de 450 millions pour le PVC.

Au total, 117 milliards de dollars d’investissements ont été annoncés, selon l’American Chemistry Council, qui menacent de nombreuses usines en France et en Europe. La filière éthylène, où 11 millions de tonnes supplémentaires (un tiers de la capacité actuelle) pourraient être produits aux Etats-Unis en 2017-2018, mais aussi les segments de l’ammoniac et de la chlore-soude, sont particulièrement concernées. « Des pans entiers de l’industrie chimique française sont en danger », insiste Philippe Goebel.

On savait déjà que le refus irrationnel d’exploiter des gaz de schiste avait eu comme conséquence de ne pas créer des emplois. Maintenant, on apprend que cette hystérie pourrait aussi nous coûter des emplois qui existaient déjà !

Il y a un prix à écouter les écolos…


9 juin 2014

La fiscalité française Coup de gueule Économie France Revue de presse

Le Figaro

-

Les hausses d’impôts ont rapporté deux fois moins que prévu
Le Figaro

Il serait utile que les parlementaires consacrent au moins autant d’attention «à la façon dont le budget est exécuté» réellement chaque année qu à l’examen du projet de loi de finances (PLF) à l’automne, comme c’est le cas dans les autres grands pays, estime Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes. Cela permettrait en effet de ne pas répéter certaines erreurs, sous-entend le haut magistrat, qui a présenté ce mercredi à la commission des finances de l’Assemblée nationale son rapport sur la gestion budgétaire de l’Etat en 2013.

Principal problème, le déficit de 2013 dépasse de 12,56 milliards le chiffre prévu dans la loi de finances initiale (LFI). Cet écart «particulièrement élevé» s’explique en partie par une prévision de croissance (0,8 %) trop optimiste, mais pour les trois quarts par des prévisions de recettes manquant de prudence, estiment les Sages de la rue Cambon. Avec un montant de 284 milliards, les recettes fiscales ont certes encore bondi pour la quatrième année consécutive. Mais, alors que le gouvernement avait anticipé une hausse de la fiscalité de 30 milliards, elle s’est en réalité «limitée» à 15,6 milliards. Un manque à gagner de 14,6 milliards. Les mesures nouvelles ont a peu près rapporté autant que prévu, contrairement, à législation constante, à l’impôt sur les sociétés, l’impôt sur le revenu et la TVA. A tel point que cela, «soulève la question de la qualité et de la sincérité des prévisions de recettes fiscales», souligne la Cour. Plus globalement, ajoute-t-elle, les résultats montrent, qu’en «période de faible croissance, l’effort fiscal ne peut suffire pour réduire le déficit budgétaire».

Avouer que les similitudes sont grandes avec le rapport du vérificateur général du Québec. La semaine dernière semaine, il a dénoncé dans un rapport la comptabilité créative du régime péquiste qui a laissé un trou de 4 milliards de dollars dans les finances publiques.


22 mai 2014

L’enfer français Économie En Chiffres France Gauchistan International

Le journal allemand Die Welt a publié un sondage assez révélateur sur l’État pitoyable de l’économie française. Dans ce sondage, on a questionné des investisseurs pour déterminer le taux d’approbation des leaders de 9 pays. Voici le résultat:

Investisseurs

Vous avez bien vu…  Les investisseurs font plus confiance à  une économie plombée par les sanctions internationales et présidée par un leader autocrate qui a dirigé le KGB qu’à un politicien socialiste français…  C’est tout dire !

Notez aussi que la Grèce est devant la France. Mais cela n’empêchera pas les « sciences humaines sans math » du Québec de bêler que l’austérité ne fonctionne pas…