Antagoniste


24 juin 2015

La petitesse des nationaleux Coup de gueule Économie Europe Gauchistan Revue de presse

Bloomberg BusinessWeek

Barcelona’s Mayor to Tourists: Go Away
Bloomberg BusinessWeek

Barcelona boasts dazzling architecture, fabulous food, abundant sunshine, and a stylish, laid-back vibe. No wonder a record 7.6 million people are expected to visit Barcelona this year. It’s now the third most visited city in Europe, behind London and Paris, and ranks No. 12 worldwide, according to the MasterCard Global Destination Cities Index released on June 3.

Barcelona Mayor-elect Ada Colau Ballano doesn’t think this is good news. Colau, who leads a coalition of environmentalists and social activists that won municipal elections in May, says the tourism surge is making the city uninhabitable for its 1.7 million residents.

Local authorities have tried to control the swarms. They require time-restricted entry tickets for such top attractions as Gaudi’s Parc Güell and the Sagrada Familia cathedral and forbid tour groups from entering La Boqueria during peak shopping times. But Colau wants to go even further. She told the newspaper El Pais on June 1 that she will place a moratorium on approving new hotel rooms and short-term rentals and will develop a plan to ensure that Barcelona doesn’t « end up like Venice. »

Barcelona’s situation isn’t yet that extreme. For one thing, it’s much bigger than Venice. Public-opinion surveys show that residents are overwhelmingly pro-tourism, except for those living in a few heavily trafficked neighborhoods, says Greg Richards, a professor at the NHTV Breda University in the Netherlands who has studied Barcelona tourism. « There is no sign of a tipping point » at which the costs of tourism could outweigh its benefits, he says. Visitors spend $13.9 billion annually in Barcelona, and the tourist industry supports an estimated 100,000 jobs.

Barcelone c’est le coin de l’Espagne rempli de nationaleux et de séparatistes. De plus, la nouvelle mairesse de Barcelone est une radicale de gauche…

Bref, Barcelone c’est pas mal comme le Québec (le soleil et l’architecture en moins…).

Au Québec ou en Catalogne, le nationalisme crée de petits territoires, peuplés par de petites nations qui brassent de petites économies. Le nationalisme, c’est le credo des gens nés pour un p’tit pain et l’évangile des gens fermés sur le monde…


22 juin 2015

La droite scandinave Économie Europe Revue de presse

The Guardian

Denmark swings to the right as centre-left coalition accepts defeat
The Guardian

Denmark’s first female prime minister, Helle Thorning-Schmidt, has conceded defeat and resigned as leader of her party after her coalition government lost the election to the centre-right opposition.

Thorning-Schmidt told party members she will step down as prime minister and leader of the Social Democratic party on Friday after Denmark became the latest European nation to experience a surge in rightwing populism.

The strong showing for rightwing parties in the Nordic nation also delivers David Cameron a potentially vital ally in Europe for his bid to renegotiate the terms of Britain’s membership of the EU. Finland and Norway already have rightwing populists in government.

The defeat for the centre left in Denmark marks a further setback for Social Democrats in Europe, who have had a miserable time in recent years, losing elections in the UK and Germany while facing disastrous poll ratings in France and Sweden.

Amusant de constater que les pays scandinaves, qui sont des modèles pour notre gogauche, basculent tous un par un à droite…


17 juin 2015

PKP, l’austérité, les infirmières et l’Islande Coup de gueule Économie Europe Québec

PKPClown

Il y a quelques semaines, lors de la visite du président islandais au Québec, PKP était tout content de nous dire que si nous étions un pays comme l’Islande, nous n’aurions pas besoin d’austérité pour assainir nos finances publiques…

Petite histoire amusante à propos de l’Islande…

Deux mois après le passage du président islandais au Québec, les infirmières de son pays ont massivement voté pour une grève générale illimitée pour obtenir des augmentations de salaire !  Après deux semaines de négociations infructueuses, le gouvernement islandais a finalement adopté une loi spéciale obligeant les infirmières à retourner travailler !

Après avoir manifesté avec les infirmières du Québec, verra-t-on PKP en faire autant avec leurs homologues islandaises, le pays modèle du chef du PQ ? Chose certaine, le PLQ semble en voie d’imiter le gouvernement islandais, ce qui devrait plaire à PKP…

P.-S. Contrairement à ce que la gogauche raconte, il y a eu beaucoup d’austérité en Islande: 30% de plus qu’en Irlande et 2 fois plus qu’au Royaume-Uni…


16 juin 2015

La sagesse des Suisses Économie Europe Revue de presse

Le Monde

La Suisse dit non à l’impôt national sur les successions
Le Monde

Le vote est sans appel : avec plus de 70 % de « non » selon les résultats partiels, les Suisses s’opposent en bloc à l’introduction d’un impôt national sur les successions. Le référendum, lancé par une coalition de gauche composée notamment du Parti socialiste et des Verts, proposait d’imposer à hauteur de 20 % les successions supérieures à deux millions de francs, soit 1,9 million d’euros.

Un tiers des fonds récoltés aurait contribué à financer le système des retraites. Mais l’idée n’a pas séduit les électeurs, qui ont préféré maintenir en l’état la situation actuelle. En Suisse, les successions sont imposées différemment dans chaque canton : en Valais par exemple, au cœur des Alpes, les héritiers directs n’en paient aucun contrairement au canton de Vaud, dans la région de Lausanne. Les taux sont cependant très faibles, en comparaison internationale.

Mais en supprimant ces différences au sein même de la Suisse, la gauche entendait lutter contre la concurrence fiscale et mieux répartir les richesses dans le pays. La droite, au contraire, craignait qu’un taux fédéral unique ne crée un handicap pour les PME, moteurs de croissance.

« De nouvelles charges et une insécurité juridique accrue auraient été une forme de poison pour nos entreprises », a rappelé l’organisation patronale Economiesuisse. Dans le camp d’en face, la députée socialiste Jacqueline Badran se désole : « La population pense que les personnes très riches sont utiles à la société », dit-elle au journal 24 Heures.

L’impôt national sur les succession est une mesure phare proposée par Thomas Piketty. Encore une fois, ses idées mordent la poussière !

En passant:

En septembre 2010, lors d’un référendum, 59% des Suisses ont dit non à un impôt minimum pour les riches.

En novembre 2013, lors d’un référendum, 65% des Suisses ont dit non à l’imposition d’un plafond salarial pour les dirigeants de compagnie pour réduire les écarts de richesses.

En mai 2014, lors d’un référendum, 76% des Suisses ont dit non à une hausse du salaire minimum.

En septembre 2014, lors d’un référendum, 62% des Suisses ont dit non à la création d’un système de santé entièrement public.

En juin 2015, lors d’un référendum, 70% des Suisses ont dit non à un impôt national sur les successions.

Si ces 5 référendums avaient eu lieu au Québec, je suspecte qu’on aurait eu exactement les résultats inverses. Ce n’est pas un hasard si les Suisses sont riches et que les Québécois sont pauvres…


15 juin 2015

L’austérité fonctionne, une nouvelle preuve Économie Europe Revue de presse

The Wall Street Journal

European Central Bank Economists Find That Austerity Works
The Wall Street Journal

A new paper published by European Central Bank economists argues that it is generally a good idea for countries that need to enact budget cuts and slash fiscal outlays to get it done quickly, as this can reduce the total fiscal pain and stabilize debt more quickly.

“Simulations using plausible assumptions suggest that frontloading consolidation reduces the total consolidation effort and stabilises the debt ratio more quickly, although it does imply larger short-term reductions in output,” write the authors in a paper.

The paper looks at the impact of fiscal consolidation on a country’s output, or what economists call the “fiscal multiplier.” The authors conclude that “even in the presence of a large fiscal multiplier, fiscal consolidation could initially lead to a higher debt ratio, but this effect will typically be reversed within a few years.”

The ECB paper will probably be well received in those eurozone capitals that have “done their homework” (as the Germans like to say) and sharply cut spending in crisis years but are now starting to see their economies return to growth. And it echoes other research the ECB has published backing Europe’s austerity approach.

The Baltic States, as well as Ireland and Spain have worked hard throughout the crisis to cut their deficit levels. For example, Lithuania posted a government deficit of 9.1% of GDP at the peak of the crisis in 2009. In that year, the country’s GDP fell by nearly 15%, but it has grown steadily since then.

L’austérité fonctionne, in your face les cabochons de la gogauche !


10 juin 2015

L’industrie des pâtes et papiers est sauvée ! Économie Europe Gauchistan Québec Revue de presse

The Globe And Mail

Grexit and the mysterious case of the near doubling of Fortress Paper shares
The Globe And Mail

A mysterious spike in the shares of a small Canadian pulp and paper stock is rumoured to foretell an exit of Greece from the euro zone.

Fortress Paper’s stock has taken off in recent days despite the lack of any material catalyst, aside from speculation the company is positioned for a deal to print new Greek banknotes.

Greece would only require such a service, of course, were it to withdraw or be expelled from the European Economic and Monetary Union, a fate the country may yet avoid. Linking the stock’s near-doubling to the potential return of the drachma is pure conjecture, but it’s gotten some attention in the absence of any major improvement in Fortress’s operations, its financials or the market it serves.

A portion of the surge in share price may be explained by modest improvements in the woeful global market for dissolving pulp, Fortress’s core line of business. But this is not the first time a spike in Fortress’s trading activity coincided with an escalation of the Greek debt crisis.

Some economists have called for Greece to introduce a parallel currency or return to the drachma should it default on its debt and/or leave the currency union. Its tenuous financial position doesn’t preclude either outcome.

Which is where Fortress Paper could, conceivably, come in.

Le titre boursier de Fortress Paper, une compagnie implantée au Québec, explose en ce moment en bourse parce que si la Grèce fait faillite, elle devra imprimer de l’argent sur du papier produit par cette compagnie !

Avec le niveau d’endettement des gouvernements à travers le monde, j’aurais presque envie de dire que l’industries des pâtes et papiers a un bel avenir devant elle !


9 juin 2015

Les séparatistes sont TOUS les mêmes Coup de gueule Europe Revue de presse

Daily Express

Michelle Mone blasts Nicola Sturgeon over the SNP’s ‘vitriolic cybernats’
Daily Express

Underwear magnate Michelle Mone has blasted the leader of the SNP after being subjected to what she said was a ‘vitriolic’ hate campaign by the party’s supporters. The 43-year-old said she would leave the country after being bombarded with abuse after supporting the ‘No’ campaign in last year’s referendum.

She said: « I found myself caught up in a growing, and extremely vitriolic social media hate campaign after becoming one of only a few business leaders to come out in favour of both nations remaining together. »

« For the first time, I didn’t feel safe in Scotland. I have absolutely no problem with people expressing an opinion, but if you are going to be disrespectful, I don’t want to hear it.

« I was called a ‘****’, a ‘cow’, a ‘slut’, as well as being told, ‘I’m going to get it’ and ‘We’ll come and get you’.

« There is only so much negativity a person can take and, now I’ve moved out of Scotland I feel as if a huge weight has lifted off my shoulders. « I can cope with personal threats and abusive tweets, but the hate shown to anyone who stands up for the Union, or who demonstrates the entrepreneurial passion Scotland is famous for the world over, led me reluctantly to reach the decision to relocate. My increasing international commitments mean it makes more sense for me to live in London, too. »

Le nationalisme c’est exactement la même chose que le fanatisme religieux.


4 juin 2015

L’austérité en pays nordique Économie Europe Revue de presse

Bloomberg BusinessWeek

Finland Unveils Plan to Plug Budget Hole as Cabinet Formed
Bloomberg BusinessWeek

Finland’s new government announced an economic plan that includes across-the-board spending cuts on everything but defense to plug a budget hole and resurrect the northernmost euro economy.

Prime Minister-elect Juha Sipila of the Center Party spent three weeks hammering together an alliance, which will include Alexander Stubb of the National Coalition as finance minister and euro-skeptic The Finns Party’s Timo Soini as foreign and Europe minister. The government is set to take power on Friday.Finland has “big, painful decisions ahead,” Sipila, a self-made millionaire, said at the press briefing in Helsinki.

The biggest reductions will be made to benefits, a total of more than 1 billion euros by 2020, and social and health-care spending will be cut by about 450 million euros. Education spending will be lowered by about 560 million euros and development aid by 200 million euros. “Austerity will limit domestic demand in the short run but the structural measures should boost confidence and growth over the longer term,” said Pasi Kuoppamaki, chief economist at Danske Bank A/S in Helsinki, in a note.

More than 1 billion euros of impact will come from freezing indexation on various state payments, such as many social benefits, grants to municipalities and funding for universities, which will now remain at current levels.

J’en parle parce qu’au Québec, on aime bien citer les pays scandinaves en exemple.

Du côté de la Finlande, on a de l’austérité, la vraie; pas une version édulcorée comme au Québec…


28 mai 2015

Les suédois ont compris ! Économie Environnement Europe Revue de presse

The Washington Times

Sweden to relocate entire city to meet China’s needs
The Washington Times

To feed China’s growing appetite for raw materials, this venerable mining town 90 miles north of the Arctic Circle is poised to become a cutting-edge Tomorrowland as it prepares to move buildings, residents and even a century-old wooden church to a new location a few miles away.

Over the next 10 years, Kiruna officials plan to demolish the apartments and most other buildings in this town of 18,000 residents and then rebuild them as far as three miles away — all part of an ambitious $375 million project to make way for the expansion of a giant iron mine as demand from China has suddenly made extraction here worth the investment.

Twenty-four hours a day, powerful electric rail locomotives pull containers of iron ore from Kiruna and across the border to Norway and on to the Atlantic Ocean for export to fast-growing Asia, the Middle East and elsewhere. The mine now needs to expand to access more ore at ever-deeper levels.

“The economic future of the city depends on us mining deeper,” said Kiruna Councilwoman Marianne Nordmark. But mining destabilizes the ground, making it unsafe for surface dwellings. Cracks are already visible throughout Kiruna’s streets. Between the dangers already posed by the mine and LKAB’s need for expansion, officials opted to pull up stakes and relocate the town en masse to a nearby wooded area.

En Suède, pour satisfaire les Chinois, on va déplacer un village entier pour pouvoir agrandir une mine. Les Suédois, contrairement aux cabochons de Québécois, ont compris que creuser des mines c’est une excellente chose.

Pendant ce temps au Québec, des couleuvres brunes peuvent paralyser des chantiers de construction…


26 mai 2015

La rigueur anglo-saxone Économie Europe Revue de presse

The Independent

David Cameron announces pay freeze for ministers to ensure Cabinet ‘plays its part’
The Independent

Government ministers will face a further five years of frozen pay, David Cameron has announced, insisting that the Cabinet “will all play [their] part” in balancing the books.

The move will save £4m by 2020 and the Prime Minister said it sent a clear signal that he was intent on showing that his “all in this together” approach continued.

Mr Cameron said the decision to freeze ministerial pay for the duration of the parliament was part of his “one nation” approach to tackling the deficit and becoming a country where “all hard-working people can get on”.

“We can’t pretend there’s not still a long way to go,” he said. “We’ve halved the deficit as a share of the economy – but there’s still half of it left to pay off. So we will continue to take the difficult decisions necessary to bring spending down and secure our economy.

“As we go about doing that, I want people to be in no doubt: I said five years ago we were all in this together, and five years on, nothing has changed.”

Voilà ce qui explique en partie pourquoi les Britanniques ont réélu le gouvernement qui leur a promis l’austérité il y a quelques semaines, parce que les conservateurs sont cohérents et rigoureux dans leur atteinte du déficit zéro.

Ce n’est pas comme au Québec où d’un côté on parle de rigueur et de l’autre on augmente le salaire des députés tout en donnant des millions pour qu’un artiste supposément talentueux puisse se payer un théâtre.


20 mai 2015

La résistance conservatrice Économie Europe Revue de presse

Courrier International

Royaume-Uni. Les tories déclarent la guerre à la BBC
Courrier international

La BBC est dans le collimateur du nouveau gouvernement conservateur de David Cameron. Jugée biaisée, la chaîne risque de perdre une partie de ses financements et d’être soumise à une surveillance plus stricte. La nomination de John Whittingdale en tant que ministre de la Culture est considérée par la presse conservatrice comme une attaque ouverte contre la BBC, en ajoutant que la chaîne le mérite bien.

La nomination de ce féroce critique de la chaîne est vue comme une contre-attaque de la part des conservateurs à la suite de la couverture de la campagne électorale de la BBC, explique The Times. Selon le journal, les conservateurs sont “en colère”, car la manière de traiter la campagne aurait été biaisée et clairement en faveur des travaillistes. De plus, en amont du référendum sur l’adhérence du Royaume-Uni à l’Union européenne (UE), qui devrait avoir lieu avant 2017, les conservateurs craignent que la couleur de la chaîne ne soit en faveur de l’UE, note le journal.

The Daily Telegraph salue cette nomination qui, espère le journal, mènera à un traitement de l’information plus équilibré. Dans un éditorial, le titre note que “la BBC n’arrête pas de diffuser des reportages et des commentaires qui suggèrent que la politique d’austérité est négative, que les dépenses publiques sont raisonnables, que l’Europe est une bonne chose et qu’il ne faut pas s’inquiéter de l’immigration et de l’Etat providence. Pourtant, il ne semble pas y avoir un vrai débat au sein de la BBC sur ces sujets. Or cela devrait changer.

Au Royaume-Uni, les conservateurs ont compris qu’une chaîne publique avec un biais idéologique représentait une menace pour la démocratie. Le gouvernement de David Cameron, fort de sa majorité, semble avoir décidé de crever l’abcès une fois pour toutes.

Dommage qu’au Canada les conservateurs n’ont pas eu le même courage au lendemain de leur élection en 2011…


19 mai 2015

Le crédo des gens nés pour un p’tit pain Économie Europe Revue de presse

Le Figaro

L’AC Milan sous pavillon chinois ?
Le Figaro

Après la Thaïlande, la Chine. Le futur de l’AC Milan semble s’écrire à l’Est. Le propriétaire du club lombard, Silvio Berlusconi, négocie en effet avec des émissaires du gouvernement chinois pour la vente du club, a-t-il assuré samedi dans une interview à La Gazzetta dello sport. «Au-delà du rapport créé à l’époque sur la scène politique, (le président chinois) Xi (Jinping) a montré un grand respect pour le foot italien», a dit l’ex-président du Conseil italien. Il a ajouté qu’il ne savait «pas comment allait se développer» les négociations entre les candidats chinois et thaïlandais à l’entrée dans le capital du club rossonero.

Début mai, Berlusconi semblait prêt à céder de 49 à 51% de ses parts à l’homme d’affaires thaïlandais Bee Taechaubol. La piste semble s’être refroidie depuis, bien que le dirigeant italien ait appelé M. Bee son «ami». Plusieurs médias italiens évoquaient à l’époque une négociation autour de 500 millions d’euros. Berlusconi, qui avait racheté l’«Associazione Calcio Milan» le 20 février 1986, a évoqué le 10 mai «trois coalitions» d’hommes d’affaires chinois intéressées par son club.

De plus en plus de millionnaires étrangers s’intéressent aux clubs italiens. L’Inter, l’autre grand club de Milan, est propriété de l’homme d’affaires indonésien Erick Thohir depuis novembre 2013. L’AS Rome appartient à l’Américain James Pallotta depuis juillet 2011. Plus bas dans la hiérarchie du calcio, Bologne (2e division) a été racheté en octobre par l’Américain Joe Tacopina, et le club de Venise, (4e div.) est aux mains du Russe Youri Korabline depuis mars 2011.

Au Québec, pendant que nos nationaleux font un caca nerveux autour de la disparition du nom « Alcan », un enjeu complètement stupide, en Europe on est ouvert sur le monde et on fait du business avec le reste de la planète. Là-bas, même si le soccer fait partie de l’ADN des Italiens, personne ne se scandalise de voir des étrangers acheter des clubs. Le nationalisme est en train de mourir partout sur le globe, sauf au Québec semble-t-il…

Le nationalisme économique a fait du Québec une petite province, peuplée par une petite nation qui brasse une petite économie. Le nationalisme, c’est le crédo des gens nés pour un p’tit pain.


14 mai 2015

J’avais raison et les gauchistes avaient tort… Économie Europe Gauchistan Revue de presse

The Wall Street Journal

Greece Falls Back Into Recession
The Wall Street Journal

Greece slipped back into recession in the first quarter, European Union data confirmed on Wednesday, showing how the confrontation between the Athens government and its creditors and uncertainty about the country’s ability to pay its debts is taking a fresh toll on its battered economy.

Political uncertainty has been weighing on Greece’s economy since late 2014, reversing a tentative recovery that began early last year.

Greece’s snap elections in January, which resulted in the election of a new government led by the radical-left Syriza party, have led to a monthslong standoff between Athens and its lenders—the rest of the eurozone and the International Monetary Fund—about the conditions of fresh bailout aid.

Uncertainty about whether Greece’s government might default on its debts this summer, potentially leading to the country’s exit from the euro, has unnerved businesses, consumers and bank depositors. The country now finds itself back in the downturn that has wiped out a quarter of its economic output since 2008.

The EU’s executive arm, the European Commission, recently reduced its forecast for Greek GDP growth in 2015, saying it now expects the economy to expand 0.5%, instead of an earlier, more optimistic forecast of 2.5% growth.

Quand les Grecs ont élu des gauchistes en début d’années, j’ai dit que ce serait une autre occasion de démontrer que la gauche, ça ne fonctionne jamais.

Résultat ?

Les Grecs ont élu des gauchistes, les gauchistes ont mis fin à l’austérité et la fin de l’austérité a signifié un retour en récession du pays.

Amis gauchistes, comme d’habitude vous aviez tort et comme d’habitude j’accepte vos excuses.


13 mai 2015

Le modèle norvégien Économie Environnement Europe Québec

Cauchemar hippieLes péquistes aiment beaucoup la Norvège.

Quand vient le temps de citer un pays à imiter au niveau des politiques énergétiques, tant Pierre Karl Péladeau, qu’Alexandre Cloutier, que Martine Ouellet ou Bernard Drainville nous parle du modèle norvégien…  Bien sûr, on encense ainsi la Norvège pour mieux cracher sur les sables bitumineux de l’Alberta; les péquistes ont toujours été inconfortables avec les provinces anglophones plus riches que le Québec…

Petite anecdote amusante pour les bons péquistes au sujet de la Norvège…

Depuis 1990, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de +18,0% en Norvège.  Si on utilise 2000 comme année de référence, on observe plutôt une diminution de -0,3%.  Du côté du Canada, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de +17,1% depuis 1990 et elles ont diminué de -3,9% depuis 2000 !

Vous avez bien lu, le méchant Canada a mieux fait que la bonne Norvège !  Mais parions que les péquistes ne louangeront jamais le modèle canadien…

Source:
EIA
International Energy Statistics: Norway & Canada


12 mai 2015

La gauche, des mauvais perdants Coup de gueule Europe Revue de presse Terrorisme

The Guardian

Anti-austerity protesters take to UK streets after Tory election victory
The Guardian

Anti-austerity campaigners launched impromptu protests across Britain, less than 48 hours after David Cameron was returned to power with a parliamentary majority.

Fifteen people were arrested and the Metropolitan police said that four officers and a member of police staff had been injured during the protests.

Activists used Twitter and other social media to arrange the meeting on Saturday afternoon in Whitehall outside Tory party headquarters. Police officers shut Whitehall for several hours while they tried to contain the demonstrators.

A Met spokesman said they were investigating claims that some of the protesters had sprayed anti-Tory graffiti on the the monument to the women of the second world war on Whitehall.

Singer Charlotte Church announced her involvement with a tweet that said: “If you still have fire in your belly over yesterday’s result come and join us in an anti-austerity rally!” In an interview with Wales Online, Church said: “This week the UK masochistically condemned itself to five years of Tory rule.”

Quand la gauche perd une élection ou une bataille politique sur un enjeu précis, il n’est plus rare de voir des extrémistes poser des gestes de violence… Je vous signale qu’on ne voit jamais ce genre de chose à droite. Quand la droite perd, il n’y a pas d’émeutes, on accepte le verdict.

Pourtant, la gauche aime bien dire que la droite est faite de « jeunes hommes en colère »…