Antagoniste


18 décembre 2014

Il nous faut Angela Merkel ! Économie En Citations Europe

Ronald Reagan

-

Cette année, l’Allemagne est revenue au déficit zéro après s’être imposé l’austérité. Voici comment la chancelière Angela Merkel a décrit cet accomplissement lors du congrès de son parti qui s’est tenu à Cologne la semaine dernière.  Au Québec en 2015, on se souhaite des politiciens avec le même courage qu’Angela Merkel (son taux d’approbation en Allemagne est de 67%).

« L’État a vécu au-dessus de ses moyens pendant des décennies et nous avons décidé d’y mettre un terme. Nous avons cessé de vivre à crédit, car nous pensons à nos enfants et petits-enfants. »


15 décembre 2014

L’austérité, ça fonctionne ! Économie Europe Revue de presse

La Libre Belgique

-

Fitch abaisse la note de la France et maintient celle du Royaume-Uni
La Libre Belgique

L’agence de notation Fitch Ratings a abaissé vendredi la note de la France de « AA+ » à « AA » en l’assortissant d’une perspective stable, en raison notamment du dérapage budgétaire. Fitch a également qualifié de « faibles » les perspectives économiques du pays et affirmé que celles-ci pesaient sur la consolidation des finances publiques et la stabilisation du ratio de la dette.

« L’économie française devrait croître moins que la moyenne des pays de la zone euro pour la première fois en quatre ans », a souligné Fitch. L’agence estime que le programme de réformes structurelles du gouvernement « n’apparaît pas suffisant pour renverser les tendances négatives qui pèsent sur la croissance à long terme et la compétitivité ».

L’agence de notation financière Fitch a confirmé vendredi la note « AA+ » de la Grande-Bretagne en l’assortissant d’une perspective stable, citant à l’appui de sa décision la bonne reprise économique dans ce pays.

« Le Royaume-Uni bénéficie d’une reprise économique stable et solide. La forte croissance trimestrielle du PIB –en moyenne 0,8% d’un trimestre sur l’autre depuis le deuxième trimestre 2013– s’est poursuivie depuis le dernier examen en juin 2014 et a été la moins volatile parmi celle des principales économies industrialisées », souligne Fitch.

La France qui refuse l’austérité est décotée par les agences de crédit alors que le Royaume-Uni, qui a mis en place des politiques d’austérité, conserve sa cote de crédit.

Mais cela n’empêchera pas nos journalistes de dire que l’austérité c’est mauvais…


2 décembre 2014

Désinfoman Coup de gueule Économie Europe Québec

Modèle SuédoisLa semaine dernière, on a présenté à Infoman un topo de Jean-René Dufort réalisé en Suède…

Si Radio-Canada a encore les moyens d’envoyer des humoristes en Suède, c’est signe que les conservateurs n’ont pas encore assez coupé.  M’enfin, c’est quelque chose d’autre qui a retenu mon attention…  Dans son reportage, Jean-René Dufort nous parle du transport en commun en Suède, notamment du métro de Stockholm.  On nous raconte que les Suédois sont des modèles d’excellence et que Montréal devrait s’inspirer de cette ville…  Il n’en fallait pas plus pour que nos médias s’extasient

En effet, le transport en commun à Stockholm à de quoi faire l’envie des Montréalais.  Par contre ce reportage ne dit pas tout…

À Stockholm, le métro est géré par… une compagnie privée depuis 1993 !  Le dernier appelle d’offres, réalisé en 2009, a été gagné par la firme MTR, une compagnie basée à Hong Kong qui se spécialise dans la gestion des métros.  Mais ça, Jean-René Dufort n’en parle pas, ça aurait scrappé son reportage…

Imaginez si on proposait de faire la même chose à Montréal. Dans un premier temps, les gauchistes s’indigneraient de cette arrivée du secteur privée et dans un deuxième temps, les nationalistes économiques dénonceraient l’arrivée d’une compagnie étrangère dans « notre » métro…

D’ailleurs, il n’y a pas que le métro qui a été confié au privé à Stockholm. Une partie du service d’autobus est fourni par la firme Arriva, une compagnie britannique, appartenant à des intérêts allemands, qui est spécialisée dans l’administration du transport en commun. Une autre partie du service d’autobus est donné par Keolis, une compagnie française, elle aussi spécialisée dans l’administration du transport en commun. Fait intéressant, la Caisse de dépôt et placement du Québec est l’un des principaux actionnaires de cette compagnie.

Il est discutable d’envoyer un humoriste en Suède aux frais des contribuables pour nous parler du transport en commun, mais si en plus on est incapable de rapporter correctement toute l’information pertinente l’histoire devient franchement honteuse.


24 novembre 2014

Changement climatique: l’Allemagne quitte ne navire Économie Environnement Europe Revue de presse

Der Spiegel

-

Germany to Abandon Strict ‘2020’ Climate Change Targets
Der Spiegel

Germany’s Vice Chancellor, Sigmar Gabriel, has indicated that the country will abandon its commitment to reducing CO2 emissions by 40 percent by 2020, from a 1990 base level. In doing so he has won the ongoing clash with his own environmental minister Barbara Hendricks over energy policy, telling her that he will tolerate no further resistance to the change of direction, according to Der Speigel.

The target has been in doubt for some time, not least because Gabriel, a former environment minister himself and current minister for economic affairs and energy, is known to be supportive of the coal industry. According to the Environment Ministry, Germany would have to find a way of cutting emissions by between 62 and 100 million tonnes of CO2 every year for the next sixteen years in order to reach the target. Shutting down coal power stations would only contribute 40 million tonnes to that target.

« It’s clear that the target is no longer viable, » Gabriel said, adding: « We cannot exit from coal power overnight. » Earlier this year Gabriel told Spiegel: « It is an illusion to believe that Germany could simultaneously move away from both nuclear and coal energy ».

Il n’y a pas que Stephen Harper qui pense que la lutte aux supposés changements climatiques n’est rien d’autre qu’un projet pour ruiner l’économie des pays occidentaux.


12 novembre 2014

La gauche corruptrice Économie Europe Philosophie

CorruptionCette semaine, on a commémoré le 25e anniversaire de la chute du mur de Berlin.  La division de l’Allemagne en une société capitaliste et communiste a eu de profonds effets sur la population qui, encore aujourd’hui, sont le sujet d’études universitaires.

Dans l’une de ces études réalisées conjointement par une université américaine et allemande, on a voulu mettre à l’épreuve l’honnêteté des Allemands au moyen d’un jeu de dés, pour ensuite leur demander où ils avaient vécu tout au long de leur vie.  Les résultats risquent de déplaire à certains…

Les auteurs ont constaté qu’en moyenne, ceux qui avaient des racines est-allemandes trichaient 2 fois plus souvent que ceux qui avaient grandi en Allemagne de l’Ouest sous le capitalisme. Les chercheurs ont aussi documenté le nombre d’années où les gens ont vécu en Allemagne de l’Est avant la chute du mur de Berlin et ils ont découvert que plus les participants avaient été exposés au socialisme, plus la probabilité qu’ils trichent était élevée.

Les universitaires concluent leur étude en affirmant que malgré les prétentions de certains, à l’effet que le libre-marché est responsable de l’apparition de comportements contraire à l’éthique, ce sont plutôt les régimes socialistes qui pourraient avoir un effet très néfaste sur le comportement des individus.

Voilà qui pourrait expliquer pourquoi le Québec est si corrompu…

Source:
Ludwig-Maximilians-Universität München
The (True) Legacy of Two Really Existing Economic Systems


30 octobre 2014

La démagogie verte Économie En Images Environnement Europe Québec

Dimanche dernier a eu lieu à Sorel-Tracy une manifestation pour dénoncer le passage de « superpétroliers » sur le fleuve. Comme c’est souvent le cas quand les écolos se rassemblent en troupeau, ce fut un festival de la démagogie…

Premièrement, ce que les médias d’ici appellent des « superpétroliers » sont en réalité de petits « aframax », des bateaux qui font 245 mètres de long par 44 mètres de large.  Les vrais superpétroliers, nommés « Ultra Large Crude oil Carriers » (ULCC) font plus de 415 mètres de long par plus de 68 mètres de large. Bref, contrairement à ce que racontent les médias et les écolos, il n’y a pas de « superpétroliers » sur le fleuve.

Superpétrolier

Ensuite, les écolos ont voulu nous faire croire que le Québec risquait de connaître un désastre écologique, car de 20 à 30 « aframax » pourraient sillonner le St-Laurent tous les ans.  Imaginer, les gens de Greenpeace étaient tellement hystériques durant le dernier week-end qu’on a été jusqu’à dire que les 6 pétroliers qui circulaient sur le St-Laurent (tous plus petits que les « aframax ») causaient un embouteillage pétrolier sur le fleuve…

Six pétroliers font un embouteillage ?  Vraiment ?

Laissez-moi vous parler du port de Rotterdam aux Pays-Bas.  Cette infrastructure construite sur le Rhin couvre une superficie équivalente à près de 20 000 terrains de football et fait partie intégrante d’une ville qui compte plus de 1 million d’habitants.  Le port de Rotterdam est un monument au génie humain, si vous avez quelques minutes prenez le temps de faire quelques recherche sur Google, le gigantisme de ce port est tout simplement spectaculaire.

Superpétrolier

Superpétrolier

Superpétrolier

Combien de pétroliers accostent au port de Rotterdam tous les ans ?

  • 1 366 « coastal »
  • 739 « aframax »
  • 258 « suezmax »
  • 126 « VLCC »
  • 3 « ULCC »

Donc, c’est 1 126 pétroliers qui sont au moins de dimension « aframax » qui sillonnent les eaux bordant la ville de Rotterdam. Pourtant, aucune marée noire, aucun décès, aucun xénocide…  Le port de Rotterdam voit plus de pétroliers « afamax » en 2 semaines qu’il y en aura sur le St-Laurent en 1 an ! Et on voudrait nous faire croire que 20 à 30 « aframax » sur le fleuve St-Laurent représentent quelques chose d’extraordinairement dangereux ?

Les médias, les artistes et les écolos, de vrais pros de la démago !


30 octobre 2014

Quand le vert vire au noir Économie Environnement Europe France Revue de presse

Science & Vie

-

La France risque le black-out électrique dès l’année prochaine
Science & Vie

Deux rapports mettent en garde certains pays européens, dont la France, contre le risque de black-out électrique durant les prochains hivers. Concrètement, si l’hiver 2015-2016 est rude, il n’y aura peut-être pas assez d’électricité pour tout le monde en France (et dans d’autres pays européens).

Les deux rapports, la 16e édition annuelle de l’Observatoire européen des marchés de l’énergie publiée le 27 octobre par la société Capgemini, l’un des leaders mondiaux du conseil, et le Bilan 2014 publié en septembre par le Réseau de transport d’électricité (RTE, filiale d’EDF), parviennent en effet aux mêmes conclusions alarmistes. Notamment, dès l’hiver 2016-2017, en cas de pic de consommation, il pourrait manquer à la France environ 2000 méga-watts (MW), soit l’équivalent de la production de deux réacteurs nucléaires comme ceux de la centrale de Tricastin. Des coupures sont donc à craindre dont l’étendue et la durée dépendraient du manque net d’électricité mais aussi de son effet déstabilisateur sur l’ensemble de réseaux électriques interconnectés.

Mais peut-être les facteurs les plus importants du manque à venir sont la crise économique et, paradoxalement, l’exigence européenne de monter la part des énergies renouvelables à 20 % dans la production d’électricité en 2020 (et 27% en 2030).

Montrez-moi un politicien qui soutient les énergies vertes et je vais montrer un politicien qui ne sait pas compter…


22 octobre 2014

La racine du mal Économie Europe Gauchistan Revue de presse

The Economist

-

Anti-Semitism: Another cost of bigotry
The Economist

The assertion that Jews “control” finance is commonplace among anti-Semites. A new academic study* finds that people who live in areas of Germany where persecution of Jews was most intense are less likely to invest in the stockmarket, even today.

The relationship has very strong historical roots. People who live in districts from which Jews were likeliest to be sent to concentration camps under the Nazis are 7.5% less likely to invest in stocks than other Germans; those who live in districts where pogroms occurred during the Black Death (back in the 14th century) are 12% less likely to do so. Surveys also show residents of such districts are less likely to trust the financial sector.

The effect of this distrust is that German savers in such districts earn lower returns, because they have lower exposure to the stockmarket. “The legacy of Jewish persecution—distrust of finance—has hindered generations of Germans from accumulating financial wealth,” the authors argue. In other words, “Persecution of minorities reduces not only the long-term wealth of the persecuted, but of the persecutors as well.”

Un rappel que l’antisémitisme et l’anticapitalisme s’abreuvent aux mêmes sources. L’anticapitalisme des Québécois explique probablement aussi pourquoi autant de Québécois détestent Israël.


14 octobre 2014

Quand ce sont les autres qui payent Économie Europe

RichesseRésultat d’une étude assez intéressante réalisée en Suède. Dans un premier temps un groupe de chercheurs universitaires a réalisé un sondage dans lequel on demandait aux gens de se situer dans une échelle de revenu.  L’immense majorité des gens à systématiquement sous-estimé leur position relative i.e. les gens se voyaient plus pauvres qu’ils l’étaient en réalité.  Cette sous-estimation était particulièrement marquée chez les jeunes et les gens peu instruits.  Plus les gens sous-estimaient leur position relative dans une échelle de revenus, plus ils appuyaient des mesures visant à redistribuer la richesse.

Ensuite, le groupe de chercheurs a refait la même étude, mais en corrigeant les gens qui sous-estimait leur position. Les répondants qui ont appris qu’ils étaient plus riches qu’ils ne le pensaient ont réduit de manière significative leur appui aux mesures visant à redistribuer la richesse et ont accru leur soutien pour le parti conservateur suédois.

Autrement dit, la plupart des gens qui veulent plus de redistributions s’imaginent qu’ils n’auront rien à payer, car ils pensent que les riches ce sont les autres. Mais quand ils réalisent qu’ils font partie des riches et qu’ils devront payer, leur opinion change du tout au tout !

Bref, les gens sont de gauche, mais uniquement quand ce sont les autres qui payent !

Source:
Research Institute of Industrial Economics
Richer (and Holier) Than Thou? The Effect of Relative Income Improvements on Demand for Redistribution


1 octobre 2014

La logique suisse Économie Europe Revue de presse

Le Monde

-

Les Suisses votent contre un système d’assurance-maladie public
Le Monde

Les Suisses ont voté non à 61,8 % à la création d’une caisse unique publique d’assurance-maladie, selon les résultats définitifs de cette votation publiés par la Chancellerie fédérale à Berne. Pour que ce texte soit adopté, il fallait obtenir une double majorité : la majorité des votants et la majorité des 26 cantons composant la Suisse. Aucune des deux majorités requises n’a été atteinte.

La caisse unique, une initiative lancée par la gauche en Suisse, aurait remplacé la soixantaine de caisses d’assurance-maladie privées, accusées de coûter trop cher aux assurés. Les caisses maladies privées suisses étaient très opposées à ce texte, et n’ont pas manqué de faire part de leur satisfaction. « La population suisse ne veut toujours rien savoir d’une caisse maladie unique », a déclaré l’organisation Association Suisse d’Assurances (ASA), qui ajoute que le système de santé suisse « est l’un des meilleurs et des plus performants au monde ».

Le gouvernement était opposé à la réforme, et s’est félicité du rejet du texte. « Nous n’avons pas de déficit en Suisse, c’est un système en bonne santé, bien sûr on peut critiquer un manque de transparence chez certains assureurs, mais un système contrôlé par l’État ne résoudrait pas de tels problèmes », a déclaré Ivan Slatkine, un des responsables du parti libéral (droite).

En septembre 2010, lors d’un référendum, 59% des Suisses ont dit non à un impôt minimum pour les riches.

En novembre 2013, lors d’un référendum, 65% des Suisses ont dit non à l’imposition d’un plafond salarial pour les dirigeants de compagnie pour réduire les écarts de richesses.

En mai 2014, lors d’un référendum, 76% des Suisses ont dit non à une hausse du salaire minimum.

En septembre 2014, lors d’un référendum, 62% des Suisses ont dit non à la création d’un système de santé entièrement public.

Si ces 4 référendums avaient eu lieu au Québec, je suspecte qu’on aurait eu exactement les résultats inverses. Ce n’est pas un hasard si les Suisses sont riches et que les Québécois sont pauvres…


9 septembre 2014

L’exemple écossais Économie Europe Revue de presse

The Guardian

-

Billions of pounds wiped from value of Scottish firms after yes vote leads independence poll
The Guardian

The value of major Scottish companies has fallen by billions of pounds after the stock market was spooked by polling giving the yes vote a lead ahead of the referendum. As Scottish minsters played down the significance of the YouGov poll that found yes had a narrow lead in the independence campaign, Edinburgh-registered Lloyds Banking Group – which owns Bank of Scotland – was the worst hit, with shares falling by £1.7bn, or 3.3% by lunchtime.

Traders, meanwhile, reacted by sharply downgrading shares in major Scottish companies. Shares in RBS, also Edinburgh-based, fell by 2.8% – or £1.1bn – while the energy giant SSE’s shares lost 2.7%, or £400m. Currency market jitters over the impact of a yes vote on 18 September also intensified in the wake of the YouGov poll, with the value of the pound falling almost two cents against the US dollar to $1.614, a 10-month low. It has lost 6% since mid-July.

As traders braced themselves for further shifts towards yes in polls due within days, the Nobel prize-winning economist Paul Krugman said Scottish voters needed to « be very afraid » about the risks of independence.

Un simple sondage donnant une légère avance au camp du « oui » a fait perdre des milliards à l’économie écossaise… Une victoire des séparatistes écossais la semaine prochaine pourrait bien être la manière la plus efficace de tuer ce qui reste du mouvement indépendantiste au Québec, car tous seraient capables de constater le chaos économique associé aux projets indépendantistes.


3 septembre 2014

Médecins sans frontières Économie Europe Revue de presse

The Times of London

-

Most common last name for doctors is Khan
The Times of London

Khan is now the most common surname for doctors in Britain. It is followed by Patel, also from the Indian sub-continent, ahead of the plain English names Smith and Jones. Ahmed is in sixth place and Ali is ninth.

The figures, extracted from the General Medical Council’s register, reflect the depth of the contribution to Britain’s health from doctors whose families originated in the Commonwealth.

According to the British Association of Physicians of Indian Origin, there were only 1,000 Indian doctors in the National Health Service in 1948 when it was founded. Today there are 40,000 from the sub-continent.

There are nearly 270,000 doctors registered with the General Medical Council regulator. Its figures show more than one third gained their primary qualification outside the UK, with the biggest numbers from India, Pakistan, South Africa and Nigeria. Britain saw an influx of Asian doctors in the 1960s and 1970s when the government invited medics from India, Pakistan and Bangladesh to solve an NHS staffing crisis.

Je doute que le « débat » sur la charte de Bernard Drainville ait attiré au Québec des médecins étrangers… Heureusement pour le Québec, le PQ n’existe plus.


27 août 2014

Efficacité énergétique Économie Environnement Europe Revue de presse

The Daily Telegraph

-

Wind farm ‘needs 700 times more land’ than fracking site to produce same energy
The Daily Telegraph

A wind farm requires 700 times more land to produce the same amount of energy as a fracking site, according to analysis by the energy department’s recently-departed chief scientific advisor.

Prof David MacKay, who stood down from the Government role at the end of July, published analysis putting shale gas extraction “in perspective”, showing it was far less intrusive on the landscape than wind or solar energy.

His intervention was welcomed by fracking groups, who are battling to win public support amid claims from green groups and other critics that shale gas extraction will require the “industrialisation” of the countryside. Prof MacKay said that a shale gas site uses less land and “creates the least visual intrusion”, compared with a wind farm or solar farm capable of producing the equivalent amount of energy over 25 years.

He rated each technology’s “footprint” against six criteria covering aspects of land use, height, visual impact and truck movements to and from the site. The shale gas site or “pad” was the “winning” technology on three measures, solar farms won on two, while wind farms did not win any. None was deemed to have “won” on truck movements as all types generated “lots” of traffic.

Au Québec, on a imposé un moratoire sur les gaz de schiste et on a dépensé sans compter pour construire des éoliennes… On est vraiment zozo…


21 août 2014

Le racisme États-Unis Europe Hétu Watch Revue de presse Terrorisme

The Guardian

-

Antisemitism on rise across Europe ‘in worst times since the Nazis’
The Guardian

In the space of just one week last month, according to Crif, the umbrella group for France’s Jewish organisations, eight synagogues were attacked. One, in the Paris suburb of Sarcelles, was firebombed by a 400-strong mob. A kosher supermarket and pharmacy were smashed and looted; the crowd’s chants and banners included « Death to Jews » and « Slit Jews’ throats ». That same weekend, in the Barbes neighbourhood of the capital, stone-throwing protesters burned Israeli flags: « Israhell », read one banner.

In Germany last month, molotov cocktails were lobbed into the Bergische synagogue in Wuppertal – previously destroyed on Kristallnacht – and a Berlin imam, Abu Bilal Ismail, called on Allah to « destroy the Zionist Jews … Count them and kill them, to the very last one. » Bottles were thrown through the window of an antisemitism campaigner in Frankfurt; an elderly Jewish man was beaten up at a pro-Israel rally in Hamburg; an Orthodox Jewish teenager punched in the face in Berlin. In several cities, chants at pro-Palestinian protests compared Israel’s actions to the Holocaust; other notable slogans included: « Jew, coward pig, come out and fight alone, » and « Hamas, Hamas, Jews to the gas. »

Across Europe, the conflict in Gaza is breathing new life into some very old, and very ugly, demons. But according to academics and Jewish leaders, this time it is different. More than simply a reaction to the conflict, they say, the threats, hate speech and violent attacks feel like the expression of a much deeper and more widespread antisemitism

Au lieu d’inventer des histoires de racisme aux États-Unis, nos bons médias devraient nous parler du vrai racisme qui déferle en ce moment en Europe…


18 août 2014

Folies éoliennes Économie Environnement Europe

Bloomberg BusinessWeek

-

German Utilities Bail Out Electric Grid at Wind’s Mercy
Bloomberg BusinessWeek

Germany’s push toward renewable energy is causing so many drops and surges from wind and solar power that more utilities than ever are receiving money from the grids to help stabilize the country’s electricity network.

Twenty power companies including Germany’s biggest utilities, EON SE and RWE AG, now get fees for pledging to add or cut electricity within seconds to keep the power system stable, double the number in September, according to data from the nation’s four grid operators. Utilities that sign up to the 800 million-euro ($1.1 billion) balancing market can be paid as much as 400 times wholesale electricity prices, the data show.

Germany’s drive to almost double power output from renewables by 2035 has seen one operator reporting five times as many potential disruptions as four years ago, raising the risk of blackouts in Europe’s biggest electricity market.

Avis aux politiciens québécois: l’énergie éolienne, c’est un échec partout !