Antagoniste


28 janvier 2015

Vivre l’obstruction des républicains ! Économie États-Unis Hétu Watch

RécessionDurant la grande récession, les démocrates avaient prolongé la durée des prestations de chômage de 47 semaines peu de temps après l’arrivée d’Obama au pouvoir. En 2013, le congrès, alors contrôlé par les républicains, s’est rebellé et la prolongation est passée de 47 semaines à 0 !

Il va sans dire qu’à l’époque, la bonne gauche a déchiré sa chemise; on avait prédit une hécatombe économique…  Le célébrissime Paul Krugman avait même été jusqu’à dire que les coupures des prestations de chômage allaient faire augmenter le nombre de chômeurs !

Un an plus tard, quel a été le résultat réel de ces coupures ? Qui des républicains ou de la bonne gauche a eu raison ?  Une étude de l’université d’Oslo menée aux États-Unis en 2014 permet de répondre à cette question.

Selon cette équipe de chercheurs, la fin de l’extension des prestations de chômage a entraîné l’an dernier la création de 1,8 million d’emplois.  De ce nombre, on estime que presque 1 million de ces emplois ont été remplis par des gens qui seraient restés sur le chômage si l’extension n’avait pas été annulée !  En bref, les républicains ont eu raison et la bonne gauche a eu tort.

Encore une fois, on peut remercier l’obstruction du parti républicain pour la relance de l’économie aux États-Unis !  Notez aussi que cette étude donne raison à la réforme du gouvernement Harper.

Source:
National Bureau of Economic Research
The Impact of Unemployment Benefit Extensions on Employment: The 2014 Employment Miracle?


13 janvier 2015

Le parti des riches Économie États-Unis Hétu Watch Revue de presse

Politico

Blue billionaires on top
Politico

Democrats spent much of the 2014 campaign castigating Republican big money, but, it turns out, their side actually finished ahead among the biggest donors of 2014 – at least among those whose contributions were disclosed.

The 100 biggest donors of 2014 gave nearly $174 million to Democrats, compared to more than $140 million to Republicans, according to a POLITICO analysis of reports filed with the Federal Election Commission and Internal Revenue Service.

Donors who gave mostly or exclusively to Democrats held down 52 of the top 100 spots, including that of the biggest by far – retired San Francisco hedge fund billionaire Tom Steyer, who spent $74 million helping Democratic candidates and groups.

Overall, the 100 biggest campaign donors combined to give $323 million in 2014, according to POLITICO’s analysis. That was almost as much as the $356 million given by the estimated 4.75 million people who gave $200 or less – a comparison that underscores the growing giving power of the ultra-rich in American politics.

Cette nouvelle est intéressante pour deux raisons. Premièrement, on apprend que le parti du 1% c’est le parti démocrate, ce qui contredit complètement le narratif des médias. Deuxièmement, on apprend que l’argent en politique ce n’est pas tout puisque même si le 1% a favorisé le parti démocrate, le parti républicain a remporté une victoire historique en 2014. Encore une fois, les faits contredisent le narratif des médias.


24 novembre 2014

Imaginez si… Coup de gueule États-Unis Hétu Watch

SyndicalleuxImaginez si Stephen Harper faisait adopter à la chambre des communes un projet de loi sur la privatisation du système de santé canadien.

Imaginez que la personne responsable de sa rédaction du texte de loi déclare qu’elle l’a volontairement complexifié de manière à pouvoir berner plus facilement la population canadienne. Imaginez que cette personne déclare aussi que le manque de transparence a été un moyen très efficace pour faire adopter sa loi.  Imaginez que cette personne déclare par la suite que ces actions étaient justifiées puisque les Canadiens étaient trop stupides pour comprendre à quel point sa loi était bonne, par conséquent il était légitime de leur cacher la vérité.  Imaginez que cette personne dise par la suite avoir agi sur ordre du premier ministre Harper…

Si une pareille chose devait se produire, ce serait un scandale qui laisserait des traces profondes dans le paysage politique.  Les médias auraient tôt fait de passer à la moulinette le parti responsable de cette vaste supercherie.

L’histoire que je raconte n’est pas fictive, c’est l’histoire de l’Obamacare et de Jonathan Gruber, un personnage clé dans la rédaction du texte de cette loi (ici, ici, ici et ici)…  Mais dans cet exemple bien réel, puisque le scandale touche le parti démocrate, il n’y aura pas de conséquences


19 novembre 2014

Obama ne fait plus partie de l’équation Économie Environnement États-Unis Hétu Watch Revue de presse

Bloomberg BusinessWeek

Poll: Americans Want GOP Congress, Not Obama, to Set National Agenda
Bloomberg BusinessWeek

Times have changed. A new Gallup poll finds that a large majority of Americans would like the Republican-controlled Congress, rather than President Obama, to set the direction for the country in the coming year, a marked change from 2012, when a slim majority said they preferred for Obama to guide the agenda.

« Who do you want to have more influence over the direction the nation takes in the next year—Barack Obama or the Republicans in Congress? » Gallup asked 828 U.S. adults.

Fifty-three percent of those surveyed said they wanted Republicans in Congress to have the greater influence, 36 percent said Obama, and 8 percent, well, didn’t seem to care, answering « same/neither. » In 2012, by contrast, 46 percent of Americans said they wanted Obama to have more influence.

Lorsque les nouveaux sénateurs républicains, élus le 4 novembre dernier, seront assermentés le 20 janvier 2015 et que le sénat deviendra enfin républicain, j’espère que le président Obama en prendra bonne note, spécialement quand le vote pour le pipeline Keystone gagné par le nouveau parti au pouvoir.


18 novembre 2014

Libérez-nous des syndicats ! Économie États-Unis Hétu Watch

SyndicalleuxÀ la fin de l’année 2012, Rick Snyder, le gouverneur républicain du Michigan, a promulgué une loi de type « right-to-work ». Concrètement, cette loi abolit l’équivalent américain de la « formule Rand »; dans les états « right-to-work », il n’y a pas de syndicalisation forcée, les travailleurs sont libres de ne pas payer leurs cotisations syndicales s’ils jugent que leur syndicat fait un mauvais travail.

Il va sans dire que l’adoption de cette loi avait indigné la gauche. Des politiciens démocrates avaient annoncé que l’adoption d’une telle loi allait faire couler le sang, d’autres avaient prédit que l’affaiblissement du pouvoir syndical allait obligatoirement se traduire par une diminution des salaires.

Deux ans plus tard, on constate que la loi n’a pas été la source de violence, mais qu’en est-il des salaires ?  Ont-ils diminué ?

Absolument pas, depuis l’adoption de la loi, les salaires au Michigan sont passés de 38 291$ à 39 215$, une hausse de 834$ (+2,2%) qui correspond à la 9e plus forte augmentation dans les États américains durant cette période !

Bref, l’abolition de la « formule Rand » a été une bonne chose pour les travailleurs michiganais.

D’ailleurs, le gouverneur Rick Snyder a été réélu le 4 novembre dernier en récoltant 51% des votes.


13 novembre 2014

Mythe gauchiste Économie États-Unis Hétu Watch Revue de presse

Chicago Tribune

FBI: Violent crime drops, reaches 1970s level
Chicago Tribune

U.S. violent crimes including murders fell 4.4 percent in 2013 to their lowest number since the 1970s, continuing a decades-long downturn, the FBI said on Monday.

The law enforcement agency’s annual Crime in the United States report showed the country had an estimated 1.16 million violent crimes last year, the lowest number since 1.09 million were recorded in 1978.

All types of violent crimes were lower, with murder and non-negligent manslaughter off 4.4 percent to 14,196, the lowest figure since 1968. Rape was down 6.3 percent and robbery fell 2.8 percent, the Federal Bureau of Investigation data showed.

The violent crime rate last year was 367.9 for each 100,000 in population, down 5.1 percent from 2012. The rate has fallen every year since at least 1994, the earliest year for readily accessible FBI data, and the 2013 figure was about half the 1994 rate.

Property crimes fell 4.1 percent to an estimated 8.63 million last year, the 11th straight yearly decline. Losses from property crimes excluding arson were calculated at $16.6 billion, the FBI said.

Aux États-Unis, les inégalités augmentent sans cesse et la vente d’armes à feu bat des records. Inégalité et arme à feu, selon le gospel gauchiste, c’est la tempête parfaite pour faire exploser la criminalité.

Pourtant, la criminalité aux États-Unis ne cesse de diminuer pour rejoindre des niveaux qui n’avaient pas été vus depuis au moins 40 ans. Encore une fois, la gauche était complètement dans l’erreur avec ses raisonnements tordus.


10 novembre 2014

Acheter une élection Environnement États-Unis Hétu Watch Revue de presse

Los Angeles Times

Tom Steyer gets little payoff for millions spent on green issues
Los Angeles Times

Environmentalists had something in their arsenal for Tuesday’s election they never did before: a billionaire benefactor willing to empty his pockets of tens of millions of dollars to bring climate change to the forefront of political debate and elect candidates committed to fighting global warming.

But California hedge fund titan Tom Steyer’s $74-million bet — most of it from his own wallet — yielded little payoff. On Tuesday, voters elected the most hostile Congress environmentalists have faced in years.

The Republicans who won control are already making plans to roll back President Obama’s signature emission reduction efforts, green-light the controversial Keystone XL pipeline that would transport Canadian tar sands oil to the U.S. Gulf Coast, and cancel subsidies for renewable energy.

Even Steyer’s strategists acknowledge that climate change is not a top-tier issue now. The question is whether it ever will be. Advocates such as Freed say the push seems to be futile, and well-funded green political groups should shift their strategy to more narrowly focused efforts with bipartisan appeal. They might start, he said, by being more open to such GOP-favored options as nuclear energy.

Avez-vous remarqué que lorsqu’il est question d’argent en politique américaine, nos bons médias font immédiatement référence au parti républicain, surtout aux méchants frères Koch

Pourtant, lors des dernières élections de mi-mandat aux États-Unis, ce sont les réchauffistes qui ont dépensé des dizaines de millions pour changer le cours de l’élection. Notez que tous ces millions ont été complètement inutiles puisque les candidats réchauffistes ont mordu la poussière presque partout. Voilà qui confirme ce que j’ai toujours dit, l’argent à lui seul ne fera jamais gagner une élection.

Terminons en disant qu’il est rassurant que les écolos aient été tassés du pouvoir lors de la dernière élection, une excellente nouvelle pour l’économie canadienne.


6 novembre 2014

La mort du parti républicain En Chiffres États-Unis Hétu Watch

Il y a presque deux ans croyez-le ou non, le très crédible et objectif Richard Hétu avait annoncé la mort du parti républicain

Pourtant, mardi dernier, c’est le parti démocrate qui a été envoyé à l’abattoir lors des élections de mi-mandat.  Le parti dont on annonçait la mort a connu sa meilleure performance depuis au moins 70 ans !  Voici comment a évolué la composition du Congrès américain depuis 1901:

Politique Américaine

Il faut remonter en 1945 pour voir une pareille domination du parti républicain, et encore à cette époque la montée républicaine avait été très éphémère. En ce moment, on voit plus une domination qui rappelle plus celle des années 20, il y a 90 ans !  On est loin de la domination démocrate qui s’est étalée du début des années 50 jusqu’au milieu des années 90.

Mais ce n’est pas tout…

Quand on parle de politique américaine, on fait presque toujours référence à la scène fédérale, oubliant que ce qui se passe dans les États est souvent bien plus important pour les électeurs. Un peu comme au Canada, les gouvernements provinciaux ont plus d’impact dans la vie des gens que le gouvernement fédéral.

La politique dans les États américains est bipartite, le parti républicain et démocrate monopolise la scène. Dans presque tous les États, les électeurs doivent élire un gouverneur, une chambre des représentants et un sénat. On dit qu’un gouvernement a une majorité absolue quand le gouverneur, la chambre des représentants et le sénat sont contrôlés par le même parti.

Depuis 1938, voici comment a évolué le nombre d’États avec des majorités absolues républicaines et démocrates:

Politique Américaine

Non seulement le parti républicain n’est pas mort, mais avec ses 24 majorités absolues, il maintient une domination jamais vue depuis 1938 !  Du côté démocrate, avec uniquement 6 majorités absolues, le parti égale sa pire performance. Nous sommes très loin de la situation qui a prévalu dans les années 70, 80 et 90; trois décennies avec moins de 10 majorités absolues républicaines alors qu’il n’était pas rare de voir les démocrates en compter plus de 20.  Au niveau des États, c’est plus de 4 000 républicains qui ont été élus hier, un record absolu tous partis confondus.

Mort le parti républicain ? Avouez qu’il y a de quoi rire !

Notez aussi que le Michigan, la Floride et le Wisconsin sont restés républicains. Dans ces trois États, on avait passé des lois pour briser les reins des syndicats.

Source:
National Conference of State Legislatures
Party Composition of State Legislatures


6 novembre 2014

Les femmes, les noirs et le parti républicain États-Unis Hétu Watch Revue de presse

New York Magazine

Big Firsts From the 2014 Midterm Elections
New York Magazine

Mia Love, first black Republican woman elected to Congress. The former Saratoga Springs mayor, a Mormon convert, lost her first congressional bid in 2012, but made a strong comeback this time around, winning her race against Doug Owens in Utah’s 4th Congressional District. Joni Ernst, first female veteran in the U.S. Senate. The Republican is also the first woman to represent Iowa in congress. Shelley Moore Capito, first female senator from West Virginia. Capito, Ernst, and others are helping the GOP combat the assumption that it is a party of white men. Carl DeMaio, first openly gay Republican in Congress. The final tally is still being counted in California’s 52nd Congressional District, but DeMaio is leading despite numerous sexual harassment allegations. Tim Scott, first black senator elected from the south since reconstruction. The South Carolina Republican won Tuesday’s election after serving out the last two years of Jim DeMint’s term. Elise Stefanik, first 30-year-old woman in Congress. Stefanik is the youngest woman ever to serve in congress, and the first Republican to win in New York’s 21st Congressional District. Congress will have 100 female members for the first time ever. This is thanks, in part, to the many successes of Republican women in the midterm elections.

Grâce à la vague républicaine, il n’y a jamais eu autant de femmes au Congrès américain.

Mais ne compter pas sur Richard Hétu pour vous en parler, il est trop occupé à consoler sa peine…