Antagoniste


25 juin 2015

Activisme médiatique Économie États-Unis Gauchistan

PropagandisteAux États-Unis, quand vous donnez a un parti politique, vous devez donner votre profession.  Par la suite, ces informations sont rendues publiques ce qui permet d’en extraire une foule de chiffres intéressants

Par exemple, chez les gens qui ont le métier d’activiste, il y a 88 démocrates pour chaque 12 républicains.

Du côté des journalistes, on retrouve aussi 88 démocrates pour chaque 12 républicains !

Vous avez bien lu, les journalistes sont tout aussi biaisés que les activistes !  Voilà qui explique bien des choses…

P.-S. N’allez pas croire que le résultat serait meilleur au Québec…  Par contre, si seulement ~22% des Américains font confiance à leurs médias, cette proportion atteint 59% au Québec !


25 juin 2015

On ne copie pas Silicon Valley ! Économie États-Unis Revue de presse

The New York Times

Aided by the Sea, Israel Overcomes an Old Foe: Drought
The New York Times

European countries have tried to replicate the critical mass of a Silicon Valley with technology centers like Oxford Science Park in Britain, “Silicon Allee” in Berlin and Isar Valley in Munich, and “Silicon Docks” in Dublin.

They all want a Silicon Valley,” Jacob Kirkegaard, a Danish economist and senior fellow at the Peterson Institute for International Economics, told me this week. “But none of them can match the scale and focus on the new and truly innovative technologies you have in the United States. Europe and the rest of the world are playing catch-up, to the great frustration of policy makers there.”

There are institutional and structural barriers to innovation in Europe, like smaller pools of venture capital and rigid employment laws that restrict growth. But both Mr. Kirkegaard and Professor Moser, while noting that there are always individual exceptions to sweeping generalities about Europeans and Americans, said that the major barriers were cultural.

Often overlooked in the success of American start-ups is the even greater number of failures. “Fail fast, fail often” is a Silicon Valley mantra, and the freedom to innovate is inextricably linked to the freedom to fail. In Europe, failure carries a much greater stigma than it does in the United States. Bankruptcy codes are far more punitive, in contrast to the United States, where bankruptcy is simply a rite of passage for many successful entrepreneurs.

Europeans are also much less receptive to the kind of truly disruptive innovation represented by a Google or a Facebook, Mr. Kirkegaard said. He cited the example of Uber, the ride-hailing service that despite its German-sounding name is a thoroughly American upstart. Uber has been greeted in Europe like the arrival of a virus, and its reception says a lot about the power of incumbent taxi operators.

Message à tous les politiciens (il y a en a au Québec) qui pensent pouvoir recréer Silicon Valley à grand coup de subventions et de crédit d’impôt, ça ne fonctionne pas !

Silicon Valley ne pourra jamais être recréée par des politiciens puisque la pierre angulaire sur laquelle Silicon Valley s’est construite, ce n’est pas quelque chose que l’on peut reproduire par des politiques fiscales. Silicon Valley c’est d’abord et avant tout une culture qui a pu s’épanouir dans un environnement à l’abri des politiciens…


23 juin 2015

L’arnaque du recyclage Économie Environnement États-Unis Revue de presse

The Washington Post

American recycling is stalling, and the big blue bin is one reason why
The Washington Post

Once a profitable business for cities and private employers alike, recycling in recent years has become a money-sucking enterprise. The District, Baltimore and many counties in between are contributing millions annually to prop up one of the nation’s busiest facilities here in Elkridge, Md. — but it is still losing money. In fact, almost every facility like it in the country is running in the red. And Waste Management and other recyclers say that more than 2,000 municipalities are paying to dispose of their recyclables instead of the other way around.

In short, the business of American recycling has stalled. And industry leaders warn that the situation is worse than it appears.

The Houston-based company’s recycling division posted a loss of nearly $16 million in the first quarter of the year. In recent months, it has shut nearly one in 10 of its biggest recycling facilities. An even larger percentage of its plants may go dark in the next 12 months, Steiner said.

The problems of recycling in America are both global and local. A storm of falling oil prices, a strong dollar and a weakened economy in China have sent prices for American recyclables plummeting worldwide.

The numbers speak for themselves: a three-year trend of shrinking profits and rising costs for U.S. municipalities — and little evidence that they are a blip.

Trying to encourage conservation, progressive lawmakers and environmentalists have made matters worse. By pushing to increase recycling rates with bigger and bigger bins — while demanding almost no sorting by consumers — the recycling stream has become increasingly polluted and less valuable, imperiling the economics of the whole system.

J’ai toujours considéré le recyclage comme une grosse arnaque. Si nos vidanges avaient de la valeur, des gens voudraient nous les acheter ! Pourtant, le recyclage ce n’est pas une source de revenus, c’est quelque chose qu’il faut payer via nos taxes municipales.


22 juin 2015

Mémo pour les péquistes Économie États-Unis Québec

Immigration

Dans la ville de New York:

  • 40% des résidents sont nés dans un autre pays
  • 60% des résidents parlent une langue autre que l’anglais à la maison
  • 20% des gens inscrits sur des listes électorales sont des citoyens naturalisés

À New York, contrairement au Québec, il n’y a pas beaucoup de nationaleux; à New York l’immigration est vue comme une grande richesse et dans les faits, New York est aussi une ville beaucoup plus riche que celles du Québec…

P.-S. Inutile de me répondre la sottise (souvent répéter dans les médias depuis une semaine) voulant que le Québec accueille déjà plus d’immigrants que les États-Unis, quand on tient compte de l’immigration illégale ce n’est pas le cas.


11 juin 2015

Les inégalités de richesse, un concept inutile Coup de gueule Économie En Chiffres États-Unis Gauchistan

Les inégalités de richesse, on s’en fout; la seule chose qui compte c’est la mobilité sociale i.e. une personne née dans la pauvreté peut-elle devenir riche ?  Malheureusement pour les communistes, la réponse est affirmative (situation pour les États-Unis):

Communiste
*Familles appartenant au 1er quartile

Depuis les années 70, les inégalités aux États-Unis ont explosé.  Pourtant la mobilité sociale est restée la même i.e. la proportion de gens nés dans une famille pauvre qui a pu améliorer son sort n’a pas bougé ! C’est plus de 50% des gens nés dans une famille pauvre qui sont capable d’améliorer leur sort !  Bref, la bonne gauche est encore dans le champ.

Conclusion: les gens qui sont obsédés par les inégalités de richesse soient des communistes, soit des cabochons (deux concepts non mutuellement exclusifs).

Source:
National Bureau of Economic Research
Is the United States Still a Land of Opportunity? Recent Trends in Intergenerational Mobility


8 juin 2015

Grosse défaite pour les écolos Économie Environnement États-Unis Revue de presse

Politico

EPA: Fracking’s no big threat to water
Politico

The Environmental Protection Agency’s long-awaited report on fracking dismayed liberal green groups Thursday while pleasing the oil and gas industry — the latest episode in both sides’ fraught relationship with President Barack Obama.

The study, more than four years in the making, said the EPA has found no signs of “widespread, systemic” drinking water pollution from hydraulic fracturing. That conclusion dramatically runs afoul of one of the great green crusades of the past half-decade, which has portrayed the oil- and gas-extraction technique as a creator of fouled drinking water wells and flame-shooting faucets.

Thursday’s congressionally mandated EPA report, a compilation of past studies, found isolated incidents in which water pollution was attributable to the use of fracking. But it failed to back up the idea that fracking poses a major threat to water supplies, contradicting years of activists’ warnings dramatized by images of burning tap water in the Oscar-nominated documentary “Gasland.”

Thomas Burke, EPA’s deputy assistant administrator for research and development, denied charges by multiple green groups that drillers had deliberately stymied the study by withholding key data. The agency had “a generally very cooperative relationship with industry” over the course of its research,” Burke told reporters.

Les images de robinet qui prennent eb feu à cause de la fracturation ydraulique, des conneries inventées par des enverdeurs. Il serait bien que nos politiciens envoient paître tous les Greenpeace et Équiterre du Québec et autorise l’exploitation du gaz de schiste pour donner du travail aux gens !


27 mai 2015

Quand le Tea Party dit oui ! Économie États-Unis Mondialisation Revue de presse

The Hill

GOP turns to Tea Party to win trade powers for Obama
The Hill

House Ways and Means Chairman Paul Ryan (R-Wis.) and GOP leaders have turned to some unlikely allies to rally support for a key trade bill: Tea-Party conservatives, including some prominent names from the raucous House Freedom Caucus.

Speaker John Boehner (R-Ohio) recently tapped Rep. Tom McClintock to give the weekly GOP address, in which the conservative Californian declared: “Trade means prosperity.”

At the monthly “Conversations with Conservatives” event, Rep. Tim Huelskamp (R-Kansas) informed his colleagues he’s an unequivocal “yes” on granting President Obama so-called “fast-track” trade powers. And both McClintock and Rep. Matt Salmon (R-Ariz.) huddled with reporters in a leadership office last week to talk up the virtues of legislation to help pass Obama’s trade agenda.

“I think it promotes markets, promotes less government,” said Huelskamp, whose central and western Kansas district is rich in agriculture. “I certainly represent an area that is willing and able to trade around the world.

Dans le passé, on a souvent accusé le Tea Party de s’opposer systématiquement à toutes les mesures du président Obama parce que le Tea Party avait un fond raciste… Or, on réalise aujourd’hui que c’est complètement faux. Obama négocie actuellement un accord de libre-échange avec l’Asie et c’est grâce à l’Aide du Tea Party que cet accord sera adopté.

Quand Obama fait la promotion de mesures qui favorisent le libre-marché, le Tea Party dit oui. On peut maintenant se demander si les médias et les démocrates qui s’opposent à cet accord sont… racistes!


25 mai 2015

Le gouvernement aura toujours faim Économie Environnement États-Unis Revue de presse

The State

Oregon to test pay-per-mile idea as replacement for gas tax
The State

Oregon is about to embark on a first-in-the-nation program that aims to charge car owners not for the fuel they use, but for the miles they drive.

The program is meant to help the state raise more revenue to pay for road and bridge projects at a time when money generated from gasoline taxes are declining across the country, in part, because of greater fuel efficiency and the increasing popularity of fuel-efficient, hybrid and electric cars.

Starting July 1, up to 5,000 volunteers in Oregon can sign up to drive with devices that collect data on how much they have driven and where. The volunteers will agree to pay 1.5 cents for each mile traveled on public roads within Oregon, instead of the tax now added when filling up at the pump.

Some electric and hybrid car owners, however, say the new tax would be unfair to them and would discourage purchasing of green vehicles.

« This program targets hybrid and electric vehicles, so it’s discriminatory, » said Patrick Connor, a Beaverton resident who has been driving an electric car since 2007. State officials say it is only fair for owners of green vehicles to be charged for maintaining roads, just as owners of gasoline-powered vehicles do.

Au début, les politiciens ont dit que pour protéger l’environnement, il fallait taxer l’essence pour inciter les gens à acheter des voitures hybrides et électriques. Par contre, en délaissant les voitures qui consomment beaucoup pour des voitures hybrides et électriques, les gouvernements recueillent moins de taxes sur l’essence. Résultat: aujourd’hui, au lieu de taxer l’essence, on va maintenant taxer la distance parcourue sur les routes par votre automobile !

Peut-on avoir une plus belle preuve que les politiciens se fichent éperdument de l’environnement, tout ce qui importe pour ces rapaces c’est d’avoir un accès illimité à votre portefeuille.


19 mai 2015

Le trou noir des énergies vertes… Économie En Chiffres Environnement États-Unis

Si on m’avait donné 1¢ chaque fois qu’un gauchiste a essayé de faire croire à la population que les pétrolières étaient lourdement subventionnées par les gouvernements, aujourd’hui j’aurais beaucoup de sous…

Pour ceux qui doutent, voici les résultats d’une analyse très intéressante publiée le mois dernier aux États-Unis; la prochaine fois qu’un gauchiste vous dira que les énergies vertes sont désavantagées par rapport aux énergies fossiles parce que les grosses méchantes pétrolières sont lourdement subventionnées, montrez-lui ce graphique:

Énergies Vertes
BTU: British thermal unit, une unité de mesure de d’énergie produite

Les énergies fossiles, le charbon, le pétrole et le gaz naturel sont de loin les formes d’énergie les moins subventionnées, 2 fois moins que la biomasse, le plus proche rival.  Au total, aux États-Unis, le secteur des énergies fossile a touché 3,4 milliards de subventions contre 15,0 milliards pour les énergies vertes !

Pour ce qui est des éoliennes et du solaire, les 2 formes d’énergie verte les plus prévalentes, ce sont aussi les plus subventionnées. Dans le cas de l’éolien, ce secteur est 71 fois plus subventionné que le pétrole et pour le solaire, c’est 345 fois !

Si la gauche est vraiment contre les subventions et le gaspillage de fonds publics pour venir en aide à de riches corporations, elle devrait d’abord cibler le secteur des énergies vertes au lieu de l’industrie pétrolière.

Source:
EIA
Direct Federal Financial Interventions and Subsidies in Energy in Fiscal Year 2013


5 mai 2015

La relance par l’austérité Économie États-Unis Revue de presse

StarTribune

McDonald’s maps out revival plan: Simplified structure, more choices
Star Tribune

CEO Steve Easterbrook said Monday that he will strip away the bureaucracy at McDonald’s so the company can move more nimbly to keep up with changing tastes. The overhaul comes after McDonald’s saw its profit drop 15 percent last year, with sales dipping in regions around the world.

« The reality is our recent performance has been poor. The numbers don’t lie, » said Easterbrook, who took charge of the world’s biggest hamburger chain on March 1.

To help make the right changes more quickly, McDonald’s said it’s restructuring its business into four units led by lean management teams. The U.S. market, which accounts for more than 40 percent of operating profit, recently stripped away a level of field oversight and will be its own unit.

Another unit will be made up of established international markets such as Australia and the United Kingdom, and another with high-growth markets such as China and Russia. The countries where McDonald’s has a smaller presence will be grouped separately. Previously, the units were segmented by geography rather than market type.

McDonald’s CEO Steve Easterbrook laid out a restructuring plan that calls for selling some of its company restaurants to franchisees and cut about $300 million, around 1%, in expenses.

Pour relancer leur entreprise, les dirigeants de McDonald’s ont décidé de couper dans la bureaucratie et les dépenses. Autrement dit, McDonald’s a décidé de miser sur l’austérité !

C’est étrange, car au Québec la bonne gauche nous dit que l’austérité, ça ne fonctionne jamais…

Mais j’imagine que la bonne gauche va me dire que McDonald’s ce n’est pas comme notre bon gouvernement. C’est juste, contrairement à notre bon gouvernement, McDonald’s n’aurait pas pu avoir 36 déficits lors des 40 dernières années.


4 mai 2015

Les réchauffistes et les jeunes Environnement États-Unis Revue de presse

Harvard Political Review

For Young Voters, Climate Change Takes a Back Seat
Harvard Political Review

Only 55 percent of survey participants agreed with the statement, “Global warming is a proven fact and is mostly caused by emissions from cars and industrial facilities such as power plants.” Twenty percent held the belief that “Global warming is a proven fact, and is mostly caused by natural changes that have nothing to do with emissions from cars,” and the remaining 23 percent who answered the question believe that “Global warming is a theory that has not been proven yet.”

Even more surprising, these numbers are the same across the board for participants between 18 and 29 years old, with 51-56 percent agreeing that global warming is a fact and is caused by fuel emissions across age groups. In fact, the age group that least agreed with the first statement was that of 18 to 20-year-olds. The assumption that younger adults are more liberal when it comes to global warming does not hold up; if anything, they are even more skeptical.

Consequently, young Americans are often unsupportive of government measures to prevent climate change that might harm the economy. Less than a third of those surveyed agreed with the statement, “Government should do more to curb climate change, even at the expense of economic growth,” and only 12 percent strongly agreed with it.

Ce sondage de l’université Harvard est intéressant à plusieurs points de vue. Premièrement, il indique que seulement 55% des Américains sont des réchauffistes, les dissidents sont nombreux.

Mais le résultat le plus intéressant concerne les jeunes. De tous les groupes d’âge, c’est chez les jeunes qu’on trouve le plus de sceptiques et de gens qui refusent qu’on sacrifie l’économie pour combattre un possible réchauffement, à peine 12% des jeunes appuient fortement cette idée.

Bref, les jeunes Américains semblent avoir une pensée critique beaucoup plus affûtée que les jeunes Québécois qui eux, semblent gober sans trop se poser de questions les écrits de l’évangile réchauffiste.


27 avril 2015

L’argent des communistes Chine Économie États-Unis

ChineLa gauche aime bien justifier son antiaméricanisme primaire en disant que la politique aux États-Unis est réservée à une petite élite très riche qui utilise ensuite le système pour devenir encore plus riche. Le cliché est vieux comme le monde…

Aux États-Unis, le titre du politicien le plus riche revient à Darrell Issa, un républicain qui a fait fortune avec des systèmes d’alarme.  La fortune de Darrell Issa est évaluée à 448,4 millions de dollars.  C’est beaucoup d’argent, mais si Darrell Issa était un politicien chinois, il se classerait seulement en…  166e positions.  La fortune du politicien chinois le plus riche, Zong Qinghou, est évaluée à plus de 19 milliards de dollars.

Au total, les politiciens chinois cumulent une fortune de 463,8 milliards de dollars contre seulement 4,3 milliards pour les politiciens américains.

Étrangement, c’est le régime ayant recours à la main visible de l’État qui a produit les politiciens les plus riches… M’enfin, il n’y a rien de bien étrange quand on y pense: un gouvernement qui, au nom du bien commun, est assez gros pour concentrer le pouvoir et l’argent va forcément enrichir ceux qui détiennent le pouvoir ! Preuve qu’il est plus sage de miser sur la bonne vieille main invisible du marché.

Source:
New York Times
Billionaire Lawmakers Ensure the Rich Are Represented in China’s Legislature


27 avril 2015

La désélectrification des transports Économie Environnement États-Unis Revue de presse

USA Today

Hybrid, electric vehicle owners shift to SUVs
USA Today

Owners of gas-electric hybrids and battery electric vehicles are less and less likely to trade for another one, according to data from auto buying and research site Edmunds.com. Even more surprising: they are increasingly likely to shift to SUVs.

The disenchantment with clean-air fuel savers appears to be the result mainly of relatively low fuel prices, though there also seems to be a decline in their being seen as « special. »

« For better or worse, it looks like many hybrid and EV owners are driven more by financial motives rather than a responsibility to the environment, » says Edmunds.com Director of Industry Analysis Jessica Caldwell. « Three years ago, when gas was at near-record highs, it was a lot easier to rationalize the price premiums on alternative fuel vehicles. But with today’s gas prices as low as they are, the math just doesn’t make a very compelling case. »

And it’s bad news for automakers, who need to sell more and more alternative-power vehicles to meet tightening federal fuel-economy rules. To avoid a backlog, General Motors recently cut the prices of its Spark EV and Cadillac ELR extended-range electric and temporarily halted production of its Chevrolet Volt plug-in car. Toyota’s Prius gas-electric hybrid is down 7.7%; the plug-in version, fell 61.4%, Autodata says.

Overall, only 45% of this year’s hybrid and EV trade-ins have involved the purchase of another alternative-power vehicle, Edmunds data show. That’s down from slightly more than 60% in 2012 and is the first time the rate has fallen below 50%. Too, the data show that 22% of people who traded in their hybrids and EVs so far this year bought new SUVs. That’s up from 18.8% last year and close to double the 11.9% rate three years ago, Edmunds.com says.

Donc, non seulement les gens qui avaient une voiture électrique ou hybride ne renouvellent pas leur contrat de location, en plus ils préfèrent se procurer un VUS…

Et dire que les cabochons du PQ essayent de faire croire au monde que le Québec va devenir riche avec « l’électrification des transports »…


22 avril 2015

La bullshit verte Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Environnement États-Unis Québec

En ce jour de la Terre, vous allez probablement entendre un paquet d’enverdeurs, avec un profil de sciences humaines sans math, raconter que le Québec doit dire non au pétrole parce que l’économie verte est la seule qui peut créer la richesse.

Vraiment ?

Je me suis amusé à comparer l’évolution, depuis un an, des actions de TransCanada et Enbridge, deux compagnies canadiennes de pipelines qui sont considérés comme l’antéchrist au Québec, à deux géants de l’économie verte soit Tesla, le constructeur de voitures électriques et First Solar, un leader dans l’énergie solaire.  Voici le résultat:

Économie Verte

Si la prospérité passe par l’économie verte, pourquoi TransCanada et Endbridge, les deux compagnies de pipeline diabolisées par la bonne gauche, font mieux que leurs chouchous écologiques ?

Dire que les péquistes s’opposent aux pipelines parce qu’ils pensent que c’est l’électrification des transports qui peut nous amener la prospérité… Une autre bonne idée à mettre dans la même catégorie que les CPE…

Source:
Google Finance
Stock market quotes


20 avril 2015

Un filon d’or ! Économie États-Unis

Colorado School of MinesJ’en discutais la semaine dernière, au Québec, la bonne gauche déteste tout ce qui touche l’exploitation des ressources naturelles.  La papauté du plateau considère que les ressources naturelles c’est sale, inutile et stupide…

Vraiment…

Si je vous demandais quelle université américaine donne le diplôme qui permet de décrocher le travail le plus payant, quel serait votre choix ?  Harvard ? Yale ? Princeton ? Massachusetts Institute of Technology ?

Du tout ! Sur une période de vingt ans, la 4e université avec le diplôme le plus payant aux États-Unis est la Colorado School of Mines !  Lors de ses vingt premières années sur le marché du travail, un diplômé de cette université gagne en moyenne 831 000$ de plus qu’une personne sans diplôme universitaire.  Voici les montants pour les autres universités mentionnées ci-haut:

  • Massachusetts Institute of Technology: 798 500$
  • Princeton: 795 700$
  • Harvard: 646 100$
  • Princeton: 795 700$
  • Yale: 578 500$

Travailler dans l’exploitation des ressources naturelles,  c’est payant !  Nos médias aiment bien dénigrer ce secteur économique en disant que l’avenir est dans l’économie du savoir; or, exploiter une mine, ça fait aussi partie de l’économie du savoir, ça demande de la recherche, du développement et de l’innovation !

Au Québec, nous avons la chance d’être riches en ressources minières.  Dommage que nous n’avons pas utilisé ce potentiel pour construire une université spécialisée dans ce domaine qui aurait pu devenir l’une des plus prestigieuses de la planète.  Non, au Québec on aime mieux gaspiller de l’argent dans une université comme l’UQAM qui offre un diplôme de casseur…

Source:
PayScale
College ROI Report: Best Value Colleges