Antagoniste


1 septembre 2015

Un Tony Blair canadien ? Canada Économie Election 2015 En Vidéos

Quand Tony Blair est devenu chef du parti travailliste britannique en 1994, il a hérité d’un parti de gauche, ouvertement socialiste, qui était enraciné dans le paysage britannique depuis près de 100 ans… Bref, une grosse machine socialiste mue par sa propre inertie…

Portant, Tony Blair est passé à l’histoire en réformant le parti travailliste, ce qui a permis du même coup de réformer la société britannique. Court extrait d’un documentaire sur le règne de Tony Blair à la tête des travaillistes:

Tony Blair croyait aux services publics, mais contrairement à ces prédécesseurs il croyait aussi au libre marché, à la concurrence et à une saine gestion des affaires publiques…

Je pose la question: Thomas Mulcair peut-il être un « Tony Blair » canadien ?

Depuis le début de la campagne, Mulcair a imposé au NPD une migration au centre. Mulcair est favorable à l’exploitation de ressources naturelles, sensible à la lourdeur du fardeau fiscal, comprend l’importance d’équilibrer le budget

De plus, quand on lui a demandé de commenter ses propos sur Margaret Thatcher, Mulcair n’a pas répondu qu’il répudiait le secteur privé, mais plutôt en disant que sa priorité numéro 1 demeurait de fournir des services de qualités aux citoyens; il aurait pu désavouer le secteur privé dans sa réponse, il ne l’a pas fait… Une réponse qu’aurait pu aussi avoir Tony Blair…

Je repose la question: Thomas Mulcair peut-il être un « Tony Blair » canadien ?


1 septembre 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (25-31 août) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


31 août 2015

La haine des gros Canada Économie Election 2015 En Chiffres

Depuis le début de la campagne, deux des trois partis qui se disputent le pouvoir, soit le PLC et le NPD, ont annoncé que s’ils étaient élus, il y aurait peut-être une augmentation de l’impôt des grandes entreprises.

Mais pourquoi la gauche déteste-t-elle autant les grosses entreprises ? Selon la gauche, les grandes entreprises sont sales et machiavéliques alors que les petites et moyennes entreprises sont porteuses de toutes les vertus. C’est comme si pour la gauche, si une entreprise est grosse c’est forcément parce qu’elle exploite ses travailleurs.

Vraiment ? Voici la réalité:

Grandes Entreprises Canada

Grandes Entreprises Canada

Les grandes entreprises versent les plus gros salaires et en plus, leur taux de syndicalisation est nettement supérieur i.e. en plus des salaires élevés, on peut parier que les conditions de travail sont aussi supérieures à celles des PME.

Bref, bigger is better ! On est loin du cliché voulant que les grosses entreprises soient des machines servant à exploiter le prolétariat.  Donc je repose ma question: pourquoi la gauche déteste-t-elle les grosses entreprises ? D’autant plus qu’une société s’enrichit quand une PME devient une grande entreprise, pas quand une grande entreprise devient une PME !

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 281-0044 & 281-0224


27 août 2015

La sécurité des pipelines Canada Économie En Chiffres Environnement

Quand on parle des pipelines, il est facile de faire de la démagogie.  Par exemple, si je vous dis que depuis 10 ans, il y a eu 1 027 accidents & incidents impliquant un pipeline, vous allez sans doute penser que c’est un bilan absolument désastreux; c’est presque 2 accidents & incidents par semaines !

Mais si on met la démagogie de côté et qu’on analyse sérieusement les chiffres, la situation devient soudainement moins effrayante:

Pipeline Canada

L’immense majorité des déversements, 84,7%, déverse une quantité de pétrole ou de gaz inférieure à 1 m³ (1 m³=6,3 barils).  Les déversements majeurs, ceux de plus de 1000 m³, ne représentent que 2,3% des accidents & incidents !

Les médias ont beaucoup parlé de la fuite d’un pipeline qui a rependu ~30 000 barils de pétrole cet été en Alberta,  mais quand on prend connaissance des statistiques, on réalise que ce genre d’événement est trop rare pour justifier une opposition systématique à la construction de pipelines.

Bureau de la sécurité des transports du Canada
Statistiques pipelines


26 août 2015

La souveraineté imaginaire Canada Économie Election 2015 Québec Revue de presse

Montreal Gazette

Independent Quebec will have its share of federal assets, PQ and Bloc say
Montreal Gazette

An independent Quebec would have its own coast guard with bases in the Îles-de-la-Madeleine, Gaspé and Rimouski, and CF-18 fighter jets, said Bloc Québécois Leader Gilles Duceppe and PQ Leader Pierre Karl Péladeau on Tuesday.

The two men are fresh off a bike tour of the Gaspé. They have been travelling and campaigning together this summer, with Péladeau inviting Duceppe to attend his party’s pre-session caucus meeting in Rimouski.

“Quebec will have to have its coast guard,” Péladeau told reporters at the meeting, adding Quebec will also want its share of other federal assets, such as Canada Post outlets, bridges and airports. “These are contributions that were made by Quebecers since Confederation in the hundreds of billions of dollars, so it belongs to us.”

Asked if an independent Quebec should have its own army, Péladeau said it was too early to say.

“As I promised during the (PQ) leadership campaign, there will be a Quebec research institute that will outline the merits of independence,” he said.

J’imagine que la première chose qu’on fait dans une république de bananes nouvellement indépendante est de saisir des installations militaires. M’enfin…

Je veux surtout attirer votre attention sur la réponse de PKP quand on lui demande de détailler le projet séparatiste. Presque systématiquement, il répond que ce sera un « institut de recherche » qui devrait déterminer les mérites de la séparation… Autrement dit, le chef du PQ, un type qui est obsédé par la séparation du Québec, est incapable de justifier son option politique… Il a besoin d’un « institut de recherche » de recherche pour lui dire pourquoi il est séparatiste…

C’est comme si un journaliste demandait à Stephen Harper pourquoi il est de droite et qu’il répondait qu’il allait fonder un institut de recherche pour trouver des raisons…

Bref, on comprend que pour le boss de Quebecor, la séparation du Québec c’est plus une affaire d’émotions que de raison…


25 août 2015

Les oeufs de Stephen Canada Économie Election 2015

Harper PétroleDepuis le début de la campagne, un slogan revient souvent pour attaquer le bilan les conservateurs…  « Stephen Harper a tous mis ses oeufs dans le pétrole », une manière de dire que si l’économie canadienne va mal en ce moment, c’est parce que les conservateurs ont tout misé sur le pétrole (des exemples ici, ici, ici ou ici).

Or, cette affirmation est complètement ridicule puisque, pour reprendre l’analogie, Harper ne possède pas d’œufs ni de paniers…

Ce n’est pas Harper qui « a misé » sur le pétrole, ce sont des investisseurs privés qui ont librement décidé de mettre de leur argent dans différents projets pétroliers.  Des gens ont mis « leurs œufs » dans « le panier » d’une autre personne; le premier ministre n’a rien à voir dans cette décision d’affaires. Harper aurait dû faire quoi? Interdire les investissements dans le pétrole? Interdire ces investissements nous aurait rendus plus riches?  Les gens qui critiquent Harper sont-ils en train de nous dire qu’ils souhaitent donner au premier ministre du Canada le pouvoir de décider où les gens peuvent investir leurs économies?

Si on avait interdit l’exploitation pétrolière il y a quelques années, notre économie serait de facto plus diversifiée et à l’abri de la récession actuelle. Par contre, une telle décision aurait eu pour conséquence de nous appauvrir.


25 août 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (18-24 août) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


24 août 2015

L’héritage de Stephen Harper Canada Election 2015 Philosophie

Sunset

Le 11 juillet, quelques semaines avant le déclenchement des élections fédérales, j’ai prédit la défaite de Stephen Harper…  Pour être plus clair, j’ai prédit que le parti conservateur se dirigeait vers l’abattoir… Selon moi, le NPD va gagner la prochaine élection, il sera majoritaire, et le parti libéral devrait recueillir plus de votes que le parti conservateur.  Bref, les conservateurs se dirigent vers l’abattoir. Et vous savez quoi?  C’est normal…

J’aimerais bien que Stephen Harper obtienne un autre mandat majoritaire, mais il faut être réaliste: dans une démocratie, un gouvernement ne peut pas s’accrocher au pouvoir pendant mille ans, même dans les dictatures ça n’arrive pas.  La défaite des conservateurs devait arriver un jour où l’autre, nous avons atteint ce point, il ne faut pas chercher plus loin.  Ce n’est pas une question de politiques publiques ou un complot des médias, c’est tout simplement l’alternance du pouvoir…  Vouloir lutter contre ça c’est comme se mettre dans le milieu du fleuve en espérant empêcher les marées.

Bref, moi je suis rendu à parler de l’héritage de Stephen Harper…  Pour moi, l’héritage que laisse un parti politique ne se mesure pas au nombre de lois et de réformes qu’ils laissent derrière lui.  Les lois et les réformes sont des châteaux de papier qui peuvent être balayés par la brise qui porte l’arrivée au pouvoir d’un nouveau gouvernement.  Le véritable héritage d’un politicien se trouve dans le réalignement idéologique qu’il imposera à ses adversaires.

Par exemple, Ronald Reagan a laissé un héritage profond aux États-Unis, car il a obligé le parti démocrate à migrer vers la droite pour se faire élire. Ainsi, quand Bill Clinton est devenu président, il a fait la promotion du libre-échange, réformé l’aide sociale, déréglementé quelques secteurs de l’économie et équilibré le budget.  Bref, après Reagan, le parti démocrate était plus à droite qu’avant.  C’est l’héritage politique le plus significatif du 40e président des États-Unis.

En ce sens, je pense que Stephen Harper laissera un bel héritage politique. Il va sans dire que le NPD est beaucoup plus à gauche que le parti conservateur, mais le parti a été forcé de migrer vers la droite. Mulcair parle aujourd’hui de l’importance d’exploiter les ressources naturelles, d’équilibrer le budget, de la loi & l’ordre et de fardeau fiscal.  En bref, ce qui serait catastrophique pour le Canada ce n’est pas que le NPD gagne la prochaine élection, mais que Mulcair laisse un héritage politique comparable à celui d’Harper.

P.-S. Je suis Montréalais (d’adoption) et de droite. Donc, quand les conservateurs parlent de construire le pont Champlain en PPP et d’y mettre un péage, j’applaudis. Par contre, je me demande parfois si le futur péage sur le pont Champlain ne servira pas à payer toutes les osties de bébelles du petit maire à l’autre bout de la 20… Parce que lui, on ne lui demande jamais de payer pour ses niaiseries, c’est toujours gratis… Bref, ça ne me dérange pas d’avoir un péage sur Champlain, du moment que je n’ai pas l’impression de me faire avoir parce que d’autres ne payent rien.


20 août 2015

Qu’est-ce qu’un scandale ? Canada Election 2015

Double Standards

Au parti libéral, un scandale c’est quand on dépense frauduleusement des millions de dollars provenant des contribuables pour des commandites:

La Presse
332 millions engloutis dans les commandites entre 1994 et 200
Nouvelles générales, mercredi 25 mai 2005, p. A1

Ces découvertes comptables proviennent du travail titanesque effectué depuis avril 2004 par la firme de juricomptables Kroll Lindquist Avey, qui a déposé hier son rapport de 300 pages devant la commission Gomery. On a ainsi appris que le gouvernement fédéral avait en fait englouti 332 millions en commandites entre 1994 et 2003, bien plus que les 250 millions retracés par la vérificatrice générale Sheila Fraser. La différence s’explique par la période de temps plus large étudiée par les juricomptables, qui sont remontés jusqu’en 1994, alors que Mme Fraser faisait commencer son enquête en 1997. […]

Des 332 millions versés en commandites, plus de 44 %, soit 147 millions, ont été donnés aux agences de communications en commissions (22,6 millions) et en frais de production (124,8 millions). Groupe Everest a reçu la plus grande part des commandites, avec 67,6 millions, suivi de Lafleur Marketing (65,5 millions) et Groupaction (60,8 millions).

Au Bloc québécois, un scandale c’est quand on utilise d’une de manière inappropriée l’argent des contribuable pour payer du personnels politique:

La Presse
Utilisation « inappropriée », mais aucune sanction
Politique, mercredi 28 novembre 2012, p. A5

Le comité chargé d’adopter et d’appliquer les règlements de la Chambre des communes estime que Gilles Duceppe a fait une utilisation « inappropriée » des fonds parlementaires mis à sa disposition. Mais l’ancien chef du Bloc québécois ne fera l’objet d’aucune sanction disciplinaire, puisque le règlement « n’était pas formulé clairement ».

C’est la décision rendue hier par le Bureau de régie interne (BRI) de la Chambre, près de 10 mois après les révélations de La Presse selon lesquelles M. Duceppe avait payé pendant plusieurs années le salaire annuel de 100 000$ du directeur général de son parti à même le budget accordé par les Communes pour le fonctionnement de son cabinet à Ottawa.

Au NPD, un scandale c’est quand on dépense illégalement des millions de dollars provenant des contribuables pour des bureaux satellites:

La Presse
Le NPD sommé de rembourser 2,75 millions
Politique, jeudi 5 février 2015, p. A10

C’est que les 68 députés du NPD visés disposent de 90 jours pour rembourser à la Chambre des communes les salaires versés à des employés qui travaillaient dans ces bureaux satellites de Montréal à même le budget de fonctionnement de leur bureau parlementaire. […]

Le BRI [Bureau de régie interne] a conclu que les employés de ces bureaux effectuaient des tâches de nature partisane, ce qui est interdit pour des salariés de la Chambre.

Au parti conservateur, un scandale c’est quand un chef de cabinet fait un chèque personnel de 90 000$ pour rembourser les contribuables:

La Presse
Le chef de cabinet d’Harper a remboursé le sénateur Duffy
Politique, jeudi 16 mai 2013, p. A18

Le chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper, Nigel Wright, a signé un chèque personnel de 90 000$ afin de rembourser les allocations de logement empochées indûment par le sénateur conservateur Mike Duffy.

Le réseau CTV a rapporté mardi soir que M. Wright, un ancien dirigeant de la haute finance de Bay Street, est intervenu afin d’aider le sénateur conservateur, nommé à la Chambre haute par Stephen Harper en 2008, à rembourser les contribuables. Le bureau du premier ministre a confirmé à La Presse que l’intervention de M. Wright a consisté à faire un chèque personnel

Maintenant vous savez quelle est la définition d’un scandale en fonction du parti politique.

Moi des histoires de scandales comme ceux du parti conservateur, j’en prendrais toutes les semaines…


20 août 2015

Le libre marché contre la corruption Canada Économie Mondialisation Revue de presse

The Globe And Mail

Ukraine PM calls on Canadian investors to help displace oligarchs
The Globe And Mail

Ukraine’s Prime Minister is calling on Canadian investors to take part in a massive privatization of state assets organized by Kiev as a way of weakening the power of wealthy oligarchs blamed for spreading corruption in his country.

Arseniy Yatsenyuk cited, for instance, Ukrainian businessmen who have been “sitting like vampires” on the country’s publicly owned energy sector.

Mr. Yatsenyuk spoke to The Globe and Mail Tuesday after he joined Prime Minister Stephen Harper in Chelsea, Que., to announce that Ukraine and Canada had struck a free-trade deal.

Ukraine is preparing to spin off billions of dollars of government enterprises – including power generation and distribution assets and chemical plants – and the government wants Western investors to bring more orderly business methods to the Eastern European country.

“I don’t want Ukrainian tycoons to buy these state-owned enterprises,” Mr. Yatsenyuk said. “We would be happy to see Canadian folks buying Ukrainian assets and bringing into Ukraine good corporate governance, new investment and new jobs.

“That is what I asked the Canadian Prime Minister: ‘Please tell your investors and your businesses to jump into Ukraine.’”

Je vous parle de cette nouvelle, qui date déjà de quelques semaines, parce que le commie qui écrit dans le journal à PKP avait écrit que l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Ukraine était mauvais, puisque l’Ukraine était un pays corrompu. Le pauvre homme n’a pas encore compris que le libre marché, et la compétition qui en découle, est le remède le plus puissant pour combattre la corruption.

Notez aussi que les politiciens ukrainiens semblent beaucoup plus intelligents que les nôtres, ils ont réalisé qu’une économie se développe avec des investissements étrangers et ils veulent que les Canadiens participent à la privatisation de leurs infrastructures. Ici, tous nos politiciens sont trop arriérés pour comprendre ce principe économique de base, surtout les nationaleux du PQ qui sont allergiques à tout investissement étranger dans notre économie.


19 août 2015

Les p’tits pains du PQ Arguing with Idiots Canada Coup de gueule Économie En Chiffres États-Unis Québec

Cette semaine, les péquistes ont fait un caca nerveux d’une extraordinaire proportion quand Philippe Couillard a osé déclarer qu’il était fédéraliste.  Pauvres péquistes, ils ont déjà été oubliés que si le PLQ a été élu en 2014 c’est précisément pour cette raison…  M’enfin…

Et pendant ce temps, le boss de Quebecor a voulu nous convaincre que la séparation c’était une bonne chose parce que le Québec avait le 27e PIB/habitant le plus élevé de la planète…   Il faut vraiment être né pour un p’tit pain pour s’imaginer qu’une 27e place est quelque chose d’honorable…  Il n’y a pas de médaille de bronze pour la 27e place, pas plus que pour la 26e…  Une 27e place met le Québec à la traîne de la majorité des pays industrialisés…  Mais cette performance semble satisfaire le boss de Quebecor…

Mais pour s’amuser un brin, et surtout pour pouvoir comparer des pommes avec des pommes, imaginons que tous les États et provinces de l’Amérique du Nord décident de devenir un pays.  En pareil car, où se classerait le Québec ?  Voici la réponse:

Quebec Loser

Le modèle québécois a fait du Québec l’un des endroits les plus pauvres en Amérique du Nord, 57e position sur 61… Et les péquistes voudraient faire un pays avec ça… Il faut vraiment être né pour un p’tit pain pour être fier d’un bilan économique aussi médiocre.

Source:
OCDE
OECD Regions at a Glance


18 août 2015

Les subventions Canada Économie Election 2015 États-Unis Mondialisation

Subvention AgricoleDans le débat sur la gestion de l’offre, les défenseurs de ce système injuste font souvent valoir l’argument qu’un pareil système est nécessaire pour se protéger des Américains qui subventionnent massivement leur agriculture.

Vraiment ?

Selon un rapport de l’OCDE publié vendredi dernier, pour la période 2012-2014, les subventions agricoles au Canada ont représenté 11,2% du revenu des agriculteurs. Aux États-Unis, cette proportion est de… 8,2% ! Vous avez bien lu, contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, l’agriculture au Canada est plus subventionnée que celle aux États-Unis ! Donc non seulement les Canadiens sont appauvris par le système de gestion de l’offre, mais en plus ils doivent payer des taxes et des impôts pour soutenir un programme de subventions plus généreux que celui des Américains ! Bref, on se fait avoir de tous les côtés !

De plus, il faudrait comprendre que si les subventions canadiennes à l’agriculture sont néfastes pour les contribuables canadiens, les subventions américaines nous avantagent !

Pourquoi ?

Les États-Unis, en subventionnant leurs produits agricoles, font en sorte que ces derniers sont moins chers. Résultat: j’économise lorsque je fais mon épicerie. En bref, si les Américains sont assez bêtes pour payer des taxes dans le but de réduire ma facture d’épicerie, c’est leur problème, ce n’est pas moi qui vais leur dire d’arrêter !

Par contre, pas question qu’on utilise mes taxes pour subventionner les producteurs d’ici afin que les Américains payent leurs aliments moins chers…

Source:
OCDE
Agricultural Policy Monitoring and Evaluation 2015


18 août 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (11-17 août) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: PKP/Snyder… La monarchie des pauvres

Source:
Influence Communication


17 août 2015

Le cartel agricole Canada Économie Election 2015 En Chiffres Mondialisation

La campagne électorale fédérale est encore jeune, mais pour le moment on ne voit pas de ballot question poindre à l’horizon, mais soyez certain que d’ici le 19 octobre, un enjeu finira bien par polariser l’électorat.

Si j’avais à parier 2$ sur la ballot question de la prochaine élection, je miserais sur la gestion de l’offre, un système qui est de plus en plus contesté par les négociations du partenariat transpacifique.

Au Canada, la production de lait, de volailles et d’oeufs est contrôlée par le gouvernement via un système de gestion de l’offre. Ce système permet au gouvernement de limiter la quantité de lait, de volailles et d’oeufs produite dans les fermes de manière à créer une rareté. Cette rareté permet au gouvernement d’exercer un contrôle des prix et de garantir aux agriculteurs un revenu élevé.

La gestion de l’offre c’est un enjeu idéal pour la gauche et les nationaleux puisqu’il est hautement émotif.  En parlant de la gestion de l’offre, on peut parler de concept absurde comme la souveraineté alimentaire (ici, ici & ici), dire que nos agriculteurs font pitié, que les méchantes grosses compagnies internationales menacent nos charmantes petites fermes familiales et que le capitalisme sauvage va nous empoissonner avec des pesticides et des OGM (vous voyez le genre de rhétorique boboche).

Bref, la gauche et les nationaleux pourront faire peur au monde. Et pendant que les gens seront terrorisés par le lait des Américains, le « cartel agricole » va continuer de leur vider les poches en leur faisant croire que c’est pour leur bien…

Pour bien réaliser à quel point la gestion de l’offre est un système qui dépouille des millions de consommateurs pour faire plaisir à quelques milliers d’agriculteurs, voici l’évolution des prix du lait, de la volaille et des oeufs au Canada et aux États-Unis depuis 20 ans:

Gestion de l'offre

Au Canada, depuis 1995 le prix d’un litre de lait a augmenté de 86% contre seulement 23% aux États-Unis.

Gestion de l'offre

Au Canada, depuis 1995 le prix d’un Kg de poulet a augmenté de 104% contre seulement 48% aux États-Unis.

Gestion de l'offre

Au Canada, depuis 1995 le prix d’une douzaine d’oeufs a augmenté de 110% contre seulement 92% aux États-Unis.

Pendant combien de temps encore la population va-t-elle accepter de soutenir un système qui pénalise autant de monde pour profiter à si peu de gens ?

À lire aussi sur ce sujet:

Sources:
Statistique Canada
Tableau 326-0012

U.S. Bureau of Labor Statistics
Consumer Price Index-Average Price Data

Federal Reserve Bank of St. Louis
Canada / U.S. Foreign Exchange Rate


17 août 2015

Vivre au Québec Canada Chine Économie Mondialisation Québec Revue de presse

South China Morning Post

Millionaire migration to Canada didn’t fall after investor scheme’s axing – it rose, new data reveals
South China Morning Post

It was last year that Ottawa turned off the tap of its millionaire migration scheme, the federal immigrant investor programme (IIP), which has been dominated by rich mainland Chinese. Announced last February, the closure came into effect last summer.

Citizenship and Immigration Canada (CIC) spreadsheets demonstrate that, yes, immigrant investor visa approvals under the federal IIP plunged 42 per cent as the scheme wound down, falling to a mere 2,541 applicants and family members in 2014. Yet, astonishingly, overall investor immigrant approvals nationwide were up by 7.2 per cent, hitting 8,762 approvals, the most since 2011.

How? Because, even while Ottawa was hitting the brakes on millionaire migration, the province of Quebec (which runs its own IIP) was hitting the accelerator. And l’accélérateur was winning. In 2014, Quebec approved a bumper 6,221 millionaire migrants and family members, a whopping 62 per cent increase compared to 2013. It was a near-record year, surpassed only by the 6,292 approvals in 2011.

Quebec’s programme matters to Vancouver, because 89 per cent of Quebec investor immigrants do not end up living there, according to federal data. Most likely end up in Vancouver, assuming those 89 per cent disperse in a fashion similar to their counterparts in the federal scheme. At this point thanks should go to Richard Kurland, the Vancouver immigration lawyer who has been a relentless pursuer of data that CIC does not prefer to release as a matter of course. The CIC spreadsheets that he shared with me this week were only obtained under access to information requests. The spreadsheets demonstrate in clear fashion how Quebec has historically approved a majority of Canada’s millionaire migrants, and has likely approved a majority of those who end up in Vancouver.

Avant de penser de faire du Québec un pays, ça serait bien de faire du Québec autre chose qu’une porte d’entrée au Canada pour les immigrants investisseurs. Quand on sait que 89% des immigrants investisseurs qui arrivent au Québec décident d’aller vivre ailleurs au Canada, c’est parce qu’il y a quelque chose de pourri dans le modèle la province…