Antagoniste


23 juin 2015

L’arnaque de l’achat local Économie En Vidéos Environnement

Il n’y a pas que le recyclage qui est de l’arnaque, l’achat local aussi !

L’achat local, 100% émotion, 0% raison…


1 juin 2015

Elvis Gratton, un nationaleux… Coup de gueule En Vidéos Québec

Il y a quelques semaine, PKP démontrer qu’il était un politiciens capable de ne pas « tomber dans la partisanerie la plus abjecte » lorsqu’il a traité les gens qui ne pensent pas comme lui d’Elvis Gratton (sarcasme…).

Vous savez ce qui est amusant avec les péquistes qui traitent les autres d’Elvis Gratton ?  Avec le temps, Elvis Gratton sonne de plus en plus comme un péquiste et un nationaleux économique:

Pas mal sûr qu’Elvis Gratton aurait été pour la charte et contre les étrangers qui achètent nos sièges sociaux pour voler nos jobs…


27 mai 2015

Les hommes d’affaires et l’économie Économie En Vidéos Québec

Si Milton Friedman était vivant, voici comment il expliquerait aux Québécois pourquoi les hommes d’affaires comme PKP sont nuls en économie*:

*Et puisque Milton Friedman parle anglais, les bluesnecks n’y comprendraient rien de rien…

P.-S. Pour voir l’extrait, il faut cliquer sur le lien dans le vidéo pour ensuite être redirigé sur le site de You Tube.


6 mai 2015

Un communiste en colère Coup de gueule Économie En Vidéos Gauchistan Québec

En octobre 2014, on avait eu une première indication que Pierre Karl Péladeau était un personnage colérique capable d’intimider les gens. Cette impression a été confirmée cette semaine dans un article-choc de Martin Patriquin publié dans le Maclean’s.  Depuis l’histoire a fait boule de neige et d’autres témoins se sont manifestés pour raconter avoir été victime des excès de colère de PKP (ici, ici & ici).

Par contre, c’est autre chose qui a attiré mon attention dans les articles de Martin Patriquin sur PKP…

De « Carl » à « Karl »:

Though he was a philosophy major in his university years—he changed his name from “Carl” to “Karl” in homage to Karl Marx

Ses amis…

Much of the Parti Québécois old guard has lined up behind Péladeau. Writer and former member of the Front Libération du Québec terrorist group Jacques Lanctôt, whose written love affair with Castro’s Cuba is as long as it is profound, has publicly supported Péladeau. Strident separatist Andrée Ferretti, also a long-time communist, praised Péladeau’s “political instincts” and ability to “slake the communal thirst and rid [Quebec] of its federalist and internationalist capitalist vultures.”

Ses préférences musicales…

Soon the former capitalist bogeyman was singing L’internationale, that enduring musical staple of the global socialist movement, with his fans around a pool table.

Depuis son arrivée au PQ, plusieurs personnes ont dit que PKP était de droite et qu’il faisait semblant d’être de gauche pour augmenter ses chances de devenir chef… Et si c’était le contraire. Et si en réalité PKP était de la gauche radicale ? Et si PKP avait plutôt fait semblant d’être de droite lorsqu’il était à la tête de Québecor ?


22 avril 2015

Vive le pétrole ! Économie En Vidéos Environnement

En ce jour de la Terre, prenons le temps de nous rappeler à quel point l’utilisation du pétrole a améliorer le sort de milliards d’êtres humains:

« It’s time to stop thinking about how to save the planet from human beings and resume thinking about how to improve the planet for human beings. »


9 avril 2015

Les cagoulés En Vidéos Philosophie Québec

UQAM

Aux gens de l’UQAM déguisé en cagoulé de l’État islamique et à leurs professeurs pas plus brillants…


25 mars 2015

Les fondations Économie En Vidéos États-Unis

Hier, j’ai fait référence à Singapour pour expliquer que ce pays était devenu riche en misant d’abord sur les sciences dures plutôt que les sciences molles.

Ça m’a rappelé une scène de la série John Adams.  John Adam fut l’un des pères fondateurs et le 2e président des États-Unis. Lors de la guerre d’indépendance contre l’Angleterre, Adams fut envoyé en France avec Benjamin Franklin pour convaincre la monarchie d’appuyer les Américains dans leur guerre contre les Anglais. Adams avait compris quelque chose qui échappait à l’aristocratie française. Cette chose a fait des États-Unis une grande nation…

On reconnaît le Québec dans l’attitude des Français. Le Québec est la province canadienne où les sciences molles sont les plus populaires par rapport aux sciences dures. Nous voulons être festifs et nous concentrer sur la culture, mais nous avons oublié que pour être festif et fort en culture, il faut d’abord être riche et on devient riche avec les mathématiques, la science, le commerce ou l’ingénierie…


18 mars 2015

Les Canadiens achetés par le Qatar… Économie En Vidéos France Mondialisation

Le Paris Saint-Germain (PSG), le club de soccer le plus prestigieux de France, la propriété d’un fonds d’investissement qatari depuis 2011… C’est Nasser Al-Khelaïfi qui est le directeur général du club. Ici, aurait-on laissé des gens du Moyen-Orient acheter les Canadiens ?

Discussion sur le PSG, le Qatar et la mondialisation à la télé française. Discussion que nous ne pourrions JAMAIS avoir au Québec à cause de notre analphabétisme économique et de la pensée unique ambiante anticapitaliste…

« Et si la capitale, et donc la France, réalisait que l’on peut construire quelque chose de merveilleux, de courageux, d’enthousiasmant avec du pognon venu du Qatar, des Brésiliens, des Argentins, des Italiens, un Suédois sur le terrain ? Parce qu’à la fin, c’est la capitale qui brille. Ce que l’on accepte quand des jeunes gars courent en short, ne serait-il pas temps de l’accepter pour le capital, les entreprises et l’investissement ? »

P.-S. Au Québec, on fait un caca nerveux quand un Ontarien veut acheter un câblodistributeur ou quand un américain veut acheter une quincaillerie.


17 mars 2015

Le p’tit Québec Économie En Vidéos États-Unis Mondialisation Québec

Quel est le meilleur moyen qu’un gouvernement peut prendre pour stimuler l’entrepreneuriat, spécialement dans le secteur des hautes technologies ?

Une étude publiée il y a quelques jours démontre que l’un de ces moyens consiste à favoriser l’immigration. Selon les auteurs de cette étude, aux États-Unis, les immigrants sont 2 fois plus susceptibles de fonder une entreprise que les « Américains de souche ». De plus, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ces entreprises ne se limitent pas aux emplois qui demandent peu de qualification comme les dépanneurs ou les restaurants; de plus en plus les immigrants s’impliquent dans l’économie du savoir. Par exemple, à Silicon Valley, 52% des gens qui ont fondé une entreprise étaient nés à l’extérieur des États-Unis !

Pendant ce temps au Québec, François Legault, le chef de la CAQ, a annoncé hier que les immigrants qui viendront vivre au Québec devront réussir au bout de trois ans à un examen de français sans quoi ils seraient expulsés… Voilà sans doute une mesure qui va rendre le Québec plus attrayant que Silicon Valley aux yeux des jeunes ingénieurs chinois et indiens…

Au fait, suis-je le seul qui a remarqué que depuis quelque temps la CAQ ne parle plus beaucoup d’économie ? On parle d’une police des foulards, d’une police du français, d’une police des valeurs québécoises, mais plus d’économie…

M’enfin, peut-on les blâmer ? Au Québec l’économie n’intéresse personne. Au Québec, on est pauvre, mais ce n’est pas grave, du moment qu’on reste entre nous

Source:
Ewing Marion Kauffman Foundation
How Local and State Governments Can Rev Up Business Creation


16 mars 2015

On n’arrête pas le progrès Économie En Vidéos France Revue de presse

Le Figaro

Paris a perdu 83 librairies depuis 2011
Le Figaro

À la demande de la Ville de Paris, l’Atelier parisien d’urbanisme a présenté une carte de l’évolution des commerces dans la capitale entre 2011 et 2014. La baisse du nombre d’établissements consacrés aux livres s’amplifie.

L’image de carte postale du Paris et de ses boutiques vient d’être décortiquée par l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur). Ce recensement à permis de dénombrer plus de 62.000 commerces dans la capitale, une densité spectaculaire par rapport à Londres et aux grandes villes de province. Au sein de cette croissance, toutefois, les évolutions sont contrastées. Sur l’évolution annuelle, on constate une certaine stagnation des commerces de loisirs. D’après le rapport, la baisse des librairies et de la presse, comme de la photographie, s’amplifie par rapport à la période précédente 2007-2011. En effet, le nombre de librairies a chuté de 10% avec la fermeture de 83 établissements.

Cette baisse importante s’explique en partie par l’impact du e-commerce, explique le rapport, même s’il est difficile d’évaluer la véritable influence d’Internet. L’emplacement de ces librairies est également un facteur important et tous les arrondissements parisiens ne sont pas touchés de la même manière. Les V et VIe arrondissements bénéficient encore d’une protection particulière.

Pour protéger ses librairies, la France a mis en place un prix minimum et une loi anti-Amazon.

Malgré tous, les gens délaissent les librairies pour l’achat en ligne et le livre numérique. Espérons que les technophobes nationalistes du Québec vont en prendre bonne note.


9 mars 2015

Put Your Money Where Your Mouth Is Coup de gueule Économie En Vidéos Québec

Visage à 2 faces

Dans un article ayant pour titre « Les Québécois doivent mettre fin aux affrontements », publié en début d’année, voici ce que Louis Audet, le grand patron de Cogeco, déclarait au sujet de l’économie du Québec:

L’homme d’affaires, qui a succédé à son père il y a plus de 20 ans, estime que le Québec traverse un passage obligé. La province doit couper des dépenses car ses revenus sont insuffisants et sa dette excessive. Louis Audet reconnaît toutefois que la situation actuelle n’est pas facile pour personne.

«Des crédits d’impôt sont disparus pour les entreprises et tout le monde fait un effort d’une façon ou d’une autre, a exprimé le président et chef de la direction de Cogeco et de Cogeco Câble. Malheureusement, dès qu’un groupe est touché, il monte aux barricades. Si tout le monde monte aux barricades, rien ne va changer» […]

Une plus grande ouverture des Québécois aux investissements étrangers aiderait également l’économie québécoise, soutient le dirigeant, convaincu que les manifestations font fuir les investisseurs.

«Si des étrangers voient des Québécois qui protestent dans la rue pendant un an, ils n’auront pas le goût de venir investir chez nous», a affirmé M. Audet, concluant que, dans une société gagnante, tous les groupes poussent dans la même direction.

Vendredi dernier, on a appris que ce même Louis Audet a donné 500$, la contribution maximum prévue par la loi, à ce candidat à la chefferie du PQ:

En 2014, Louis Audet avait déclaré que le projet de charte était une « stratégie d’exclusion xénophobe » et une « démarche humiliante tant pour les Québécois »…

Un cas classique de bottines qui ne suivent pas les babines… Ça semble être la norme dans le « Québec inc ».

P.-S. Le patron de RadioX a aussi donné 500$ à PKP…

Doit-on dire « Québec inc » ou « guidounage inc » ?


25 février 2015

L’argent des riches et des vieux Canada Économie En Vidéos

Hier, la bonne gauche était dans tous ses émois…

Imaginez-vous que la bonne gauche a appris que le CELI profitait surtout aux Canadiens âgés et aux riches.  Quel scandale que d’apprendre qu’un outil facilitant l’épargne est surtout utilisé par des gens qui peuvent épargner…  Sans blague, la semaine prochaine va-t-on publier une grande étude démontrant que les baisses d’impôts sont surtout utiles aux gens qui payent de l’impôt ?

Avant de déchirer sa chemise à propos des CELI, il faudrait se poser la question suivante: que font les banques avec l’argent qui est déposé par des épargnants ?  Milton Friedman répond brillamment à cette question:

Les gens qui épargnent prennent la décision de reporter leur consommation alors que les gens qui empruntent prennent la décision de devancer leur consommation. Autrement dit, l’épargne des uns est l’investissement des autres. L’argent qui se retrouve dans les CELI ne dort pas dans la voûte d’une banque, il circule dans l’économie, il crée des emplois en étant investi dans une entreprise ce qui permet du même coup au déposant de faire profiter son épargne.

Bref, il est où le problème avec les CELI ?


17 février 2015

Les médias mal-biaisés Canada Coup de gueule En Vidéos Gauchistan

Hier, Stephen Harper a causé tout un émoi dans la colonie journalistique présente sur les réseaux sociaux pour avoir déclaré lors d’une entrevue que beaucoup d’employés de Radio-Canada détestaient les valeurs conservatrices.

On se demande bien ou le premier ministre a pu aller chercher ce genre d’idée, après tout on sait tous que Marie-France Bazzo, la morning woman de la Première chaîne respecte énormément les gens de droite…

On voit bien que les gens de Radio-Canada sont très ouverts…

Plus sérieusement, il est bon de relire ce texte de Julie Miville-Dechêne, écrit au moment où elle était l’ombudsman de Radio-Canada:

Magazine Trente
Pour un engagement sérieux à l’égard de la diversité dans les grands médias

Il n’y a pas assez de diversité d’opinions et de diversité culturelle dans les grands médias québécois. Le Québec, avec ses 7,6 millions d’habitants, est une petite société. Cette réalité démographique nuit à la diversité.

Parlons d’abord des journalistes. Les plus influents appartiennent souvent à la génération des baby-boomers. Et la grande majorité d’entre eux – jeunes ou vieux – partagent la même idéologie. Ces Québécois « de souche » ont surtout étudié les sciences humaines et ont été contestataires dans la mouvance nationaliste et/ou de gauche. Souvent, leur façon de voir le monde comporte, par exemple, les éléments suivants : préjugés favorables envers les syndicats, antiaméricanisme, anticléricalisme, etc. Cela ne les empêche pas de s’être embourgeoisés au fil des ans, grâce notamment à des conventions collectives de plus en plus généreuses. […]

Remarquez que ce phénomène du « trop petit nombre » ne touche pas la classe journalistique plus que les autres. La preuve nous en est donnée chaque jour par les médias lorsque nous écoutons les experts sollicités pour nous éclairer. Les mêmes têtes reviennent. Un exemple : à lui seul, Steven Guilbeault, ex-directeur de Greenpeace au Québec, a été entendu 120 fois à la radio et à la télévision de Radio-Canada en 2007.

Autre réalité : les commentateurs qui filtrent les nouvelles politiques et les interprètes pour notre bénéfice, sauf exception, tous dans le même bouillon. On a souvent l’impression, par exemple, que nos chroniqueurs vedettes se parlent ou s’échangent des textos chaque jour sur leurs BlackBerry, car leurs points de vue se ressemblent. Le nombre de chroniqueurs et de columnists augmente. Est-ce un gage de diversité ? Pas vraiment. […]

Au Canada anglais, le National Post est un journal conservateur, de droite, et son grand rival, le Globe and Mail, est plutôt centriste. On peut donc lire, dans ces deux quotidiens, des points de vue très variés sur une foule de sujets. Au Québec, la page éditoriale du journal La Presse fait écho aux idées de centre droit, mais, dans l’ensemble des médias, le débat se réduit généralement à un affrontement entre souverainistes et fédéralistes.  Et les deux options se définissent depuis longtemps comme étant soit de centre gauche, soit de gauche centriste. En d’autres mots, c’est blanc bonnet et bonnet blanc. Il y a donc tout un débat d’idées qui n’a jamais pu se faire chez nous et qui nous a sauté au visage le jour où Mario Dumont et la droite ont failli remporter les élections..

Si Radio-Canada était un média de droite fédéraliste, Pierre Karl Péladeau ne dénoncerait pas les coupures des conservateurs…


11 février 2015
4 février 2015

Que le cirque commence! En Vidéos Gauchistan Québec

Aujourd’hui, c’est le début officiel de la course à la chefferie du PQ…

Un freak show qui va durer trois mois et pendant lesquels on va parler de trucs qui intéressent seulement les médias…

M’enfin, voici un petit vidéo qui résume assez bien de quoi aura l’air cette campagne…

Trois mois de campagne résumés en quatre minutes.