Antagoniste


3 septembre 2015

La gratuité Économie En Citations Philosophie

Margaret Thatcher

Margaret Thatcher à propos de la gratuité:

« N’oublions jamais cette vérité fondamentale: l’État n’a aucune autre source d’argent que l’argent que les gens gagnent eux-mêmes. Si l’État souhaite dépenser plus, il ne peut le faire qu’en empruntant votre épargne ou en vous taxant davantage. Il n’y a rien de bon à ce que quelqu’un d’autre paie; cette autre personne, ce sera vous. Les gens parlent de service ‘gratuit’, ce n’est pas gratuit, vous devez payer pour! »


27 août 2015

L’argent public n’existe pas Économie En Citations Philosophie

Margaret Thatcher

Margaret Thatcher à propos des politiques économique de la gauche:

« L’argent public n’existe pas, il n’y a que l’argent des contribuables. La prospérité ne viendra pas de l’invention de programmes de dépenses publiques de plus en plus somptuaires. Vous ne devenez pas riches en commandant un carnet de chèques à votre banque et aucune nation n’est jamais devenue plus prospère en taxant ses citoyens au-delà de leur capacité. »


20 août 2015

Le modèle québécois Économie En Citations France Philosophie Québec

État-Providence

En 1866, voici comment Alexis de Tocqueville décrivait le modèle français…  Près de 150 ans plus tard, on pourrait dire exactement la même chose de ceux qui osent encore défendre le modèle québécois…

« Tous les étrangers, dit-on, nous envient notre administration, et surtout l’extrême centralisation qui la caractérise. Ceci, messieurs, est un lieu commun qui, ainsi que cela arrive souvent, n’est autre chose qu’une commune erreur. Mais, ce que j’ai le droit de dire avec certitude, c’est qu’on ne trouve la trace d’aucune opinion semblable chez les deux grandes nations libres qui existent aujourd’hui dans le monde; j’ai eu l’occasion de traiter mille fois ce sujet avec les hommes les plus éclairés de l’Amérique et de l’Angleterre, et j’affirme à l’Académie que je n’en ai pas rencontré un seul qui voulût adopter pour son pays notre système administratif ni qui pensât qu’un tel système pût à la longue demeurer compatible avec la liberté. »


6 août 2015

Des vies ont été sauvées En Citations États-Unis Philosophie

Le 6 et 9 août 1945, les États-Unis utilisaient l'arme atomique pour contraindre le Japon à une reddition inconditionnelle mettant ainsi fin à la 2e guerre mondiale. La commémoration de cet événement passe obligatoirement par une dénonciation des idées reçues entourant cet événement.

William Manchester

Extrait des mémoires de William Manchester, historien et vétéran de la guerre du Pacifique:

"After the campaign on the Indonesian island of Biak, the enemy withdrew into deep caverns. Rooting them out became a bloody business which reached its ultimate horrors in the last months of the war. You think of the lives which would have been lost in an invasion of Japan’s Home Islands— a staggering number of Americans but millions more of Japanese—and you thank God for the atomic bomb."


6 août 2015

Un outil pour la paix En Citations États-Unis Philosophie

Le 6 et 9 août 1945, les États-Unis utilisaient l'arme atomique pour contraindre le Japon à une reddition inconditionnelle mettant ainsi fin à la 2e guerre mondiale. La commémoration de cet événement passe obligatoirement par une dénonciation des idées reçues entourant cet événement.

Japan Longest Day

Extrait du livre Japan’s Longest Day:

Kōichi Kido, conseiller de l’empereur Hirohito en 1945:
"We of the peace party were assisted by the atomic bomb in our endeavor to end the war."

Hisatsune Sakomizu, secrétaire du chef de cabinet japonais en 1945:
"The atomic bomb was a golden opportunity given by heaven for Japan to end the war."


23 juillet 2015

Censeurs dénués de scrupules Économie En Citations Philosophie

Revel

Tiré du livre « La grande parade – Essai sur la survie de l’utopie socialiste » de Jean-François Revel (1924-2006).

« Aucune des justifications avancées depuis 1917 en faveur du communisme réel n’a résisté à l’expérience; aucun des objectifs qu’il se targuait d’atteindre n’a été atteint: ni la liberté, ni la prospérité, ni l’égalité, ni la paix. Si bien qu’il a disparu, sous le poids de ses propres vices plus que sous les coups de ses adversaires. Et pourtant, il n’a peut-être jamais été aussi farouchement protégé par autant de censeurs aussi dénués de scrupules que depuis son naufrage. »


16 juillet 2015

Ni Marx ni Jésus Économie En Citations International Philosophie

Revel

La semaine dernière, le Pape s’est rendu en Bolivie, pour livrer une série de discours communistes; bref, le pape a jugé bon utile de nous rappeler que la gauche est une religion…  Cet épisode m’a rappelé le livre « Ni Marx ni Jésus ».  Écrit par Jean-François Revel en 1970, il y explique pourquoi il défroquait du socialisme pour embrasser le libéralisme économique, un mouvement qui tournait le dos à la religion et au communisme.  Quarante-cinq ans plus tard, la racaille communiste du Vatican a dit à ses moutons « Avec Marx et avec Jésus »…  Extrait du livre « Ni Marx ni Jésus »:

« L’excommunication dédaigneuse de toute forme de capitalisme évolutif, de la révolution industrielle et du progrès technique, au nom d’un socialisme de placard, équivaut à choisir le sous-développement pour ne pas réviser un dogme. »


9 juillet 2015

Le cancer grec Économie En Citations Europe Gauchistan

Revel

L’intellectuel Jean François Revel commentant la situation en Grèce en 1993. Oui, mille neuf cent quatre-vingt-treize…

« Pour la corruption et la dissipation, Athènes il est vrai n’a rien à envier à Paris, Madrid ou Rome. Mais ce qu’attend Papandréou de l’Europe, c’est qu’elle éponge les pertes d’une économie clientéliste qui, malgré les privatisations bien timides de la droite, reste pour 67% une économie d’État. Si indulgente soit la Commission pour les frasques de la ‘cohésion sociale’, pourra-t-elle continuer à les tolérer, alors que la Grèce vient de se voir allouer, pour les cinq prochaines années, un pactole de 175 milliards de francs de subventions? »


24 juin 2015

Le nationalisme, la doctrine de la soumission Coup de gueule En Citations Gauchistan Philosophie Québec

Hilaire Belloc

Hilaire Belloc (1870–1953), écrivain franco-britannique, à propos du nationalisme. Sans le savoir, il a décrit le Québec avec une précision remarquable…

« Nationalism has, among other evils, bred that of a powerful bureaucracy in each state: a rigid centralization, and a deplorable uniformity within each frontier exactly corresponding to the violent contrast between either side of that frontier.

The worship of the nation has been able to make men tolerate under its authority what they could never have tolerated from princes: a submission to rule, which, through sumptuary laws on food and drink, through conscription, through a cast-iron system of compulsory instruction for all on State-ordered lines, and through a State examination at the gate of every profession, has almost killed the citizen’s power to react upon that which controls him, and has almost destroyed that variety which is the mark of life. »


18 juin 2015

Les politiciens dépensiers Économie En Citations Philosophie

H. L. Mencken

Citation du journaliste et satirise Américain H. L. Mencken, alias ‘le sage de Baltimore’, à propos du travail des politiciens (qui n’est pas sans rappeler Régis Labeaume):

« No politician is ever benefited by saving money; it is spending it that makes him. »


11 juin 2015

Les fonctionnaires et les bibliothèques Économie En Citations Philosophie

Georges Clemenceau

Boutade de Georges Clemenceau, homme d’État français, à propos des fonctionnaires:

« Les fonctionnaires sont un peu comme les livres d’une bibliothèque: ce sont les plus haut placés qui servent le moins. »


4 juin 2015

La régression nationaliste En Citations Philosophie

Mario Vargas Llosa

L’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa, récipiendaire du prix Nobel de littérature, à propos du nationalisme… Réflexion qui vaut la peine d’être méditée par les temps qui courent au Québec…

« Le nationalisme est une forme d’expression collectiviste qui réapparaît toujours dans les moments de crise. Quand il y a une crise, il y a le retour à la société tribale, c’est-à-dire à cette forme de protection collectiviste, à cet enfermement. Et c’est une régression, car c’est exactement le contraire de ce qu’est la civilisation, c’est-à-dire l’intégration dans la diversité. C’est une vision tellement sectaire et limitée de la vie qu’elle produit toujours la violence, la guerre, la discrimination, le racisme. Tout cela est derrière le nationalisme. »


28 mai 2015

Le libéralisme n’a jamais été une idéologie Économie En Citations Philosophie

Revel

Tiré du livre « La grande parade – Essai sur la survie de l’utopie socialiste » de Jean-François Revel (1924-2006).

« Le libéralisme n’a jamais été une idéologie, j’entends n’est pas une théorie se fondant sur des concepts antérieurs à toute expérience, ni un dogme invariable et indépendant du cours des choses ou des résultats de l’action. Ce n’est qu’un ensemble d’observations, portant sur des faits qui se sont déjà produits. »


21 mai 2015

La haine farouche En Citations Philosophie

Revel

Tiré du livre « Le Regain démocratique » de Jean-François Revel (1924-2006).

« D’où le seul sentiment, chez les gens de l’Etat, qui fasse l’unanimité de tous les partis et dans tous les pays: la haine farouche qu’ils nourrissent pour ce qu’ils nomment avec horreur: ‘l’individualisme’. Ce mot désigne pour eux le cauchemar suprême, le soupçon qu’il subsiste quelque part un fragment de l’esprit humain qui échapperait à la sphère politique, au collectif, au communautaire, au domaine public: le leur. »


14 mai 2015

Xénophobie économique Économie En Citations Philosophie

Fernand Raynaud

Pierre Karl Péladeau qui ne peut accepter de voir des Américains acheter le Cirque du Soleil… Lise Ravary qui est catastrophée qu’un Espagnol à la tête d’une compagnie australienne fasse disparaître le nom « Alcan »…  La xénophobie économique ambiante me rappelle ce sketch de l’humoriste français Fernand Raynaud (1926-1973)… Je vous suggère d’aller le lire intégralement

« J’aime pas les étrangers parce que moi je suis français, et je suis fier d’être français… J’aime pas les étrangers, ils viennent manger le pain des français… Un jour, l’étranger a quitté le village avec sa femme et ses enfants. Et depuis ce jour là dans notre village, on ne mange plus de pain… Il était boulanger ! »