Antagoniste


26 janvier 2015

La vocation perdue Économie En Chiffres Québec

Par les temps qui courent, le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, se débat comme un diable dans l’eau bénite pour améliorer l’accès aux soins de santé en voulant obliger les médecins à travailler un peu plus fort.

Quand on prend connaissance des chiffres relatifs à la pratique médicale au Québec, force est de constater que le ministre Barrette a raison de vouloir réformer le système:

Santé Québec

Depuis 2005 (date à laquelle les statistiques sont disponibles), le nombre d’omnipraticiens par habitant a augmenté de 8,3%.  Par contre, la prestation de service est en baisse constante, une chute de 15,8% des actes médicaux par habitant et de 23,9% pour les actes médicaux pratiqués par les omnipraticiens.

Autre élément intéressant, l’évolution des coûts des actes médicaux depuis 2005:

Santé Québec

Depuis 2005, le coût moyen d’un acte médical a augmenté de 70,3% !

Pour résumer, au Québec, nous avons de plus en plus de médecins qui nous coûtent de plus en plus cher, mais qui travaillent de moins en moins…  Résultat, même si les coûts du système de santé explosent, les gens ont de moins en moins de soins.  On peut comprendre le ministre Barrette de vouloir renverser la vapeur.

En fait, tout le monde connaît le véritable problème de la profession médicale au Québec, mais personne n’ose le dire: être médecin c’est une vocation, les gens qui désirent avoir une « qualité de vie » ou une vie familiale assidue ne sont pas à leur place dans les facultés de médecine…

En passant, je tiens à lever mon chapeau au ministre Barrette, de très loin le meilleur ministre du gouvernement libéral. Un type qui a décidé de faire de la politique non pas pour se faire des amis, mais pour défendre bec et ongle des idées qu’il croit juste.  C’est une qualité rare de nos jours chez un politicien.

Source:
Ministère de la Santé et des Services sociaux
RAMQ – Services médicaux – années 2005 à 2013 (tableau SM21)


22 janvier 2015

Paradis fiscal Canada Économie En Chiffres International

Un petit graphique tout simple que vous pourrez utilisé chaque fois qu’un gauchiste vous dira que les corporations au Canada ne payent pas d’impôts…

Impot Canada

En rouge, on retrouve le Canada avec un taux de 26,3%.  La gauche sera sans doute surprise d’apprendre que c’est un taux supérieur à celui de la moyenne de l’OCDE (25,3% en noir) !

Mais l’argument de la gauche s’écroule vraiment quand on compare le Canada à leurs pays chouchous (en jaune).  Les Pays-Bas (25,0%), le Danemark (24,5%), la Suède (22,0%), la Finlande (20,0%) et l’Islande (20,0%) ont tous un taux d’imposition des corporations inférieur au Canada !

En bref, c’est tout un chapitre du petit catéchiste gauchiste qui vient de partir en fumée.

Source:
OCDE
Corporate and capital income taxes


21 janvier 2015

Sécurité pétrolière En Chiffres Environnement International

Quelques chiffres pour les gauchistes qui essayent de faire croire au bon peuple québécois que la fin du monde nous guette si jamais on laissait un plus grand nombre de pétroliers circuler sur le fleuve St-Laurent…

Dans un premier temps, voici le nombre de marées noires causées par des pétroliers depuis les années 70:

Petroliers

Dans les années 70, il y avait annuellement en moyenne 24,5 marées noires d’importances causées par des pétroliers, soit environ 2 par mois !  Aujourd’hui, ce nombre est passé à 1,8, soit une à tous les 6 mois à l’échelle de la planète !  Bref, les déversements d’importances sont devenus rarissimes, et ce, même si le transport par pétroliers a augmenté.

De manière plus détaillée, voici les quantités de pétrole déversées par les pétroliers depuis 1970:

Pétroliers

À l’échelle du globe, depuis la fin des années 90, on peut presque dire que les déversements associés aux pétroliers sont devenus une chose du passé.  Malgré le nombre croissant de pétroliers qui naviguent sur nos océans, de moins en moins de pétrole est déversé si bien que depuis 2010, on peut parler de quantité négligeable.

Dans les eaux canadiennes, le nombre de grands déversements des pétroliers par décennie est passé de 18 dans les années 1980, à 6 dans les années 1990, à 0 entre 2000 et 2004.

En bref, ceux qui annoncent la fin du monde si jamais le St-Laurent devient une « autoroute du pétrole » sont soit ignorants, soit menteurs…  Qu’importe, vous saurez maintenant quoi leur répondre.

Source:
International Tanker Owners Pollution Federation
Oil Tanker Spill Statistics 2014


19 janvier 2015

L’intention avant les résultats Canada Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Il y a quelques semaines, le ministre Yves Bolduc a créé une véritable commotion en disant qu’il songeait à augmenter les ratios maîtres-élèves. Que voulez-vous, la bête étatique est allergique au changement et ne tolère pas la moindre remise en question.

Mais au-delà des coups de gueule des syndicats que disent les chiffres sur les ratios maîtres-élèves au Québec ? La réponse risque de déplaire à la bonne gauche.

Éducation Québec

Le Québec est la province avec les plus bas ratios du Canada alors que c’est dans l’Ouest que l’on retrouve les plus hauts. Par conséquent, on devrait s’attendre à ce que le Québec soit la province avec le moins de décrochage alors que celle de l’Ouest devrait faire piètre figure. Or, il n’en est rien…

Éducation Québec

Le Québec a le ratio maîtres-élèves le plus bas et le taux de décrochage le plus haut…  D’ailleurs, quand on regarde les chiffres, il est difficile d’établir une corrélation entre le taux de décrochage et le ratio maîtres-élèves.  Pourtant, nos bons syndicats prétendent que la qualité de l’éducation passe par de petites classes…

M’enfin, au Québec, ce qui importe, ce ne sont pas les résultats, mais les intentions.  Par conséquent, même si on sait que ratio maîtres-élèves n’est pas un gage de qualité, la machine fera tout en son pouvoir pour maintenir le statu quo.

Sources:
Sources:
MEQ
Rapport élèves-enseignant dans les commissions scolaires

Ressources humaines et Développement des compétences Canada
Apprentissage – Décrochage scolaire


15 janvier 2015

Le monde merveilleux des sciences humaines Canada Économie En Chiffres

Hier, j’ai parlé d’une étude de Statistique Canada qui présentait les niveaux de littératie et de numératie des diplômés universitaires dans chacune des provinces. Toujours dans cette étude, on donnait les résultats en fonction du domaine d’étude… J’espère que vous ne serez pas surpris par les résultats.

Education Sciences Humaines
STGM: sciences, technologies, génie, mathématiques et sciences informatiques

Je vous rappelle que pour fonctionner normalement en société on considère qu’il fait un niveau supérieur à 3 (sur une échelle de 5).

Les domaines d’étude qui ont la pire note pour la littératie sont « sciences humaines, langue et arts » et « sciences de l’éducation »…  Vous avez bien lu, les profs, les artistes et les sciences humaines sont ceux qui savent le moins lire ! On voit la même chose dans les tests de numératie, les « sciences humaines, langue et arts » et « sciences de l’éducation » sont encore dans le fond du classement.  Si on n’est guère surpris des résultats pour les « sciences humaines, langues et arts », il y a de quoi être préoccupé par celui des futurs enseignants…

J’avais déjà l’habitude d’employer l’expression « sciences humaines sans math ».  Dorénavant, si je veux être rigoureux je devrai dire « sciences humaines sans math et sans lecture ».

Source:
Statistique Canada
Étude : Les diplômés universitaires ayant des niveaux de compétence moindres en littératie et en numératie, 2012


14 janvier 2015

L’accessibilité sans la qualité Canada Économie En Chiffres Québec

Durant le printemps misérable des carrés rouges, on nous a souvent répété que le Québec avait fait le choix de l’accessibilité universitaire. Par contre, on a bien peu parlé de la qualité…

Voici les résultats d’une étude de Statistique Canada qui a évalué les niveaux de littératie et de numératie des diplômés universitaires dans chacune des provinces.  Voici la proportion de ces diplômes qui ont un niveau 2 ou moins (sur 5 niveaux), ce qui correspond aux gens qui ne maîtrisent pas les bases essentielles pour fonctionner correctement.

Éducation Québec

Éducation Québec

Pour ce qui est de la littératie, le Québec est bon dernier…  C’est important le français au Québec… Pour ce qui est de la numératie, le Québec fait un peu mieux puisque deux provinces font pire que nous…

Bref, au Québec l’université est très accessible, mais force est de constater que si l’éducation ne coûte pas cher au Québec c’est parce qu’elle ne vaut pas cher…  M’enfin, l’éducation n’est pas la seule sphère d’activité au Québec où la Révolution tranquille a jeté les bases d’une médiocrité tranquille…

Source:
Statistique Canada
Étude : Les diplômés universitaires ayant des niveaux de compétence moindres en littératie et en numératie, 2012


12 janvier 2015

La pauvreté québécoise Canada Économie En Chiffres Québec

Juste avant de partir pour le congé des fêtes, l’Institut de la statistique du Québec a publié des chiffres extrêmement intéressants (et importants) sur le revenu disponible des Québécois pour l’année 2013.

Le revenu disponible représente la différence entre l’ensemble des revenus (rémunération du travail, transferts gouvernementaux, etc.) et les prélèvements obligatoires des gouvernements (impôt sur le revenu, cotisations aux régimes d’assurance sociale, etc.).  C’est l’argent qui reste pour consommer et épargner. Voici donc comment fait le Québec par rapport au Canada.

Revenu Disponible Québec

En gris on a les provinces canadiennes, en rouge la moyenne canadienne, en bleu les régions du Québec et en jaune la moyenne québécoise.

À l’échelle provinciale, le Québec se classe avant-dernier, devançant uniquement l’Île-du-Prince-Édouard par un maigre 335$/habitant.  On remarque aussi que les régions du Québec sont surtout concentrées dans le fond du classement; la majorité des régions québécoises sont plus pauvres que l’Île-du-Prince-Édouard !  Du côté des régions les plus riches, aucune n’est en mesure de devancer l’Ontario, elles battent à peine le Manitoba…

Autre élément préoccupant, l’écart entre le Québec et le Canada se creuse. Depuis la récession de 2009, la différence entre le Québec et le Canada est passé de 2 777$/habitant à 3 972$/habitant 2013.

Voici maintenant comment a évolué la croissance du revenu disponible par habitant dans les provinces canadiennes:

Revenu Disponible Québec

Le pouvoir d’achat des Québécois, mesuré par le revenu réel disponible par habitant, a diminué en 2013 de 0,3 %, une première depuis 1996 !  En 2013, rappelons-le, c’était le PQ qui était aux commandes du Québec (comme en 1996). En 2013, la croissance du revenu disponible par habitant a été plus lente qu’en 2012 dans l’ensemble des régions administratives, à l’exception de l’Outaouais.

Si le revenu disponible réel par habitant a reculé, c’est parce que les impôts et les cotisations aux régimes d’assurance sociale payés par les Québécois progressent plus rapidement que leurs revenus.  Si rien ne change, d’ici quelques années l’Île-du-Prince-Édouard risque de devancer le Québec nous reléguant ainsi en dernière position. Au Canada, la croissance du revenu réel disponible par habitant a été de 1,3%, loin devant le Québec.

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Revenu disponible


8 janvier 2015

Démagogie et populisme Canada Économie En Chiffres

C’est devenu une tradition à chaque début d’année, le Centre canadien des politiques alternatives, un think tank socialiste, publie une dépêche larmoyante sur les 100 PDG les mieux payés au Canada pour nous convaincre qu’ils sont trop payés, laissant ainsi faussement sous-entendre que sans ces méchants PDG, il n’y aurait pas de pauvres au Canada… Un bel exercice de populisme et de démagogie.

À titre indicatif, si on décidait de redistribuer 100% de la rémunération des PDG canadiens, on pourrait augmenter le salaire de leurs employés de… 90¢/jour !

Mais depuis la récession, qui s’en est le mieux tirée, les PDG ou les travailleurs ?  Il est possible de répondre à cette question en analysant les chiffres produits par le Centre canadien des politiques alternatives au fil des ans:

Socialiste Canada

Socialiste Canada

La récession n’a eu aucun impact négatif sur les travailleurs, leurs salaires ont toujours augmenté depuis 2007. Par contre, du côté des PDG, la récession s’est fait durement sentir avec une baisse importante du salaire entre 2007 et 2009.  Depuis, les salaires des PDG sont en hausse, mais ils sont toujours en deçà des niveaux observés avant la récession.

Ce qu’on peut voir c’est que les revenus des PDG, contrairement à ceux des travailleurs, sont sujets à d’importantes variations qui sont fonction de la croissance économique. Même en période de récession, les travailleurs sont quand même capables de s’en tirer avec des augmentations alors que du côté des PDG les baisses sont brutales.

En bref, contrairement à ce qu’affirme la gauche, il est faux de dire que les riches sont à l’abri des récessions. Quand l’économie se plante, les PDG sont sévèrement punis; quand l’économie prend du mieux, ils sont récompensés. Une belle démonstration de l’action de la main invisible.  On pourrait dire que les travailleurs, en retour d’un salaire moins élevé, ont une plus grande sécurité de leur revenu alors que les PDG ont sacrifié cette sécurité en échange de plus gros salaires. C’est comme investir dans un placement risqué: si ça réussit alors le rendement sera bon, mais on court aussi plus de risque de perdre son investissement.

Sources:
Canadian Centre for Policy Alternatives
Banner Year for Canada’s CEOs: Record High Pay Increase
A Soft Landing: Recession and Canada’s 100 Highest Paid CEOs
Recession-Proof: Canada’s 100 best paid CEOs
Canada’s CEO Elite 100: The 0.01%
Overcompensating: A Fact Sheet on Executive Pay in Canada
All in a Day’s Work? CEO Pay in Canada
Glory Days: CEO Pay in Canada Soaring to Pre-Recession Highs


7 janvier 2015

Le prix de l’indépendance Canada Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Durant le rush du temps des fêtes, l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) a publié l’édition 2014 des « comptes économiques des revenus et dépenses du Québec ».

Encore une fois, les nouvelles sont mauvaises pour les péquistes, on pourrait même dire qu’elles sont mortelles pour leur option… Voici ce que dit l’ISQ sur les recettes et dépenses de l’administration fédérale au Québec. Les recettes représentent les taxes, impôts tarifs et cotisations prélevées au Québec par le fédéral et les dépenses représentent l’ensemble des transferts et des subventions du gouvernement fédéral au Québec.

Les BS du PQ

Pour l’année 2013, ce sont les chiffres les plus récents, le gouvernement canadien est venu chercher un grand total de 44,061 milliards dans les poches des Québécois via des taxes, impôts et cotisation de toute sorte. Par contre, ce même gouvernement a dépensé au Québec 61,892 milliards de dollars via ses programmes sociaux, subventions aux entreprises, paiements de transfert au gouvernement et particulier, etc. Donc au final, le gouvernement fédéral perd de l’argent au Québec, le manque à gagner est de 15,832 milliards de dollars. En bref, si demain matin le Québec devenait indépendant, la province serait moins riche de 15,832 milliards de dollars.

Autrement dit, pour que l’indépendance soit à coût nul pour le Québec, le gouvernement devrait aller chercher 15,832 milliards de dollars dans les poches des Québécois, soit l’équivalent de 1 927$/habitant à chaque année (ce qui représente 7 709$ pour une famille de 2 adultes et 2 enfants). Ce n’est pas donné l’indépendance…

P.-S. Cette année, le Québec va recevoir la somme record de 9,5 milliards en péréquation, un programme qui est exclusivement réservé aux provinces pauvres.  Autrement dit, même si le Québec ne représente que 23% de la population, nous allons recevoir 55% de la péréquation.

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec (Tableau 4.2, p.59)


18 décembre 2014

Un Noël pauvre Canada Économie En Chiffres Québec

À la fois anecdotique et révélatrice, cette étude de la BMO réalisée le mois dernier montre à quel point l’économie du Québec est mal en point.

Dans un sondage pancanadien, on a demandé aux gens quel montant il prévoyait dépenser durant la période des Fêtes. Voici le résultat:

Noël Québec

Quand on sait que le revenu disponible des Québécois, qui a affiché son premier recul depuis 1996, est de 26 774$/habitant contre 30 746$/habitant pour le Canada, une différence de 3 9712$/habitant (15 888$ pour une famille de 2 adultes et 2 enfants), on comprend mieux pourquoi le Québec est malheureusement en queue de peloton…

Il y a des conséquences à dire non au gaz de schiste, aux pipelines, à l’uranium, à l’apatite et à l’exploitation forestière pour des raisons idéologiques; quand on prend ce genre de décisions, on accepte d’être pauvre.

Source:

Perspectives 2014 de BMO sur les dépenses du temps des Fêtes


17 décembre 2014

Bilan 2014 de l’actualité En Chiffres International Québec Top Actualité

Tradition oblige, quelques chiffres tirés du bilan annuel de l’actualité 2014 d’Influence Communication.

Les nouvelles qui ont été les plus médiatisées au Québec en 2014:

Actualité Québec

Les nouvelles qui ont été les plus médiatisées sur la planète en 2014:

Actualité Québec

Voici comment se compare le travail des médias au Québec, au Canada et à l’international:

Actualité Québec

À méditer…

  • Au Québec, la cuisine a un poids médiatique plus élevé que l’économie. D’ailleurs, au Canada et dans le monde, on parle 2 fois plus d’économie qu’au Québec.
  • Le sport, les faits divers et les nouvelles locales comptent pour 42% de nos nouvelles.  Cette proportion est de 30% au Canada et 29% dans le monde.
  • La politique fédérale, comme l’économie, est 2 fois plus présente au Canada et dans le monde qu’au Québec.
  • Le Canada et le monde parlent presque 2 fois plus de politique international que le Québec.

Les personnalités les plus médiatisées au Québec en 2014:

Actualité Québec

À méditer… Carey Price devant Barack Obama et François Legault…  Maladie…

Les personnalités les plus médiatisées à l’échelle de la planète en 2014:

Actualité Québec

Bilan de l’actualité: 2009, 2010, 2011, 2012, 2013

Source:
Influence Communication
État de la nouvelle: Bilan 2014


16 décembre 2014

Toujours plus pauvre Économie En Chiffres Environnement États-Unis Québec

Hier, on a appris que le Québec avait fracassé un autre record peu enviable, celui du plus gros chèque de péréquation. Pour l’année 2015-2016, nous aurons droit à un chèque de BS de 9,5 milliards de dollars; une hausse de 235 millions par rapport à l’année précédente.

Voyez comment la péréquation a augmenté depuis 10 ans:

Péréquation Québec

Au Québec la péréquation augmente et le seul moyen de faire augmenter la péréquation c’est en devenant plus pauvre que les autres provinces.

Le plus ironique dans cette histoire c’est que la même journée où le Québec a été humilié par ce chèque record, le BAPE nous a dit sans rire que l’exploitation du gaz de schiste au Québec ne pourrait pas nous enrichir…

Vraiment ?

En Pennsylvanie, on retrouve la formation de Marcellus qui est très riche en gaz de schiste. Voici comment a évolué l’emploi en Pennsylvanie depuis qu’on exploite cette ressource naturelle (2008):

Péréquation Québec

L’extraction du pétrole et du gaz est l’un des rares secteurs de l’économie en Pennsylvanie qui est en croissance.  Au Québec, pour des raisons purement idéologiques, le BAPE a fait un trait sur ce secteur.

Voici maintenant l’évolution des salaires:

Péréquation Québec

Depuis 2001, les salaires ont augmenté de 111% dans l’industrie du pétrole et du gaz en Pennsylvanie contre seulement 41% pour le reste de l’économie.  Les travailleurs qui exploitent les gaz de schiste gagnent près de 110 000$ par année !

Donc en Pennsylvanie, le gaz de schiste à créer des emplois à 100 000$ par année, mais au Québec, le même gaz de schiste ne pourrait pas enrichir les Québécois…  Pour parvenir à une telle conclusion, les gens du BAPE doivent s’imaginer que les Québécois sont moins intelligents que les Américains, il n’y a pas d’autre explication possible…

Au Québec, on se soucie de l’écosystème des bélugas, des couleuvres brunes, du chevalier cuivré, mais dans cette province de fou il n’y a personne pour se préoccuper de l’écosystème du travailleur québécois…

M’enfin, pourquoi exploiter le gaz de schiste quand on peut encaisser un chèque de BS de la part des provinces qui ont décidé d’exploiter leur hydrocarbure…

Sources:
Ministère Des Finances Du Canada
Soutien fédéral aux provinces et aux territoires

U.S. Bureau of Labor Statistics
Quarterly Census of Employment and Wages


15 décembre 2014

Le Québec pauvre Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Les médias en ont peu parlé, mais la semaine dernière c’était la première diffusion des données de la nouvelle Enquête canadienne sur le revenu de Statistique Canada.

Voici comment se classe le Québec au chapitre du revenu médian après impôt…

Pauvreté Québec

Le Québec est presque dernier, devançant à peine la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick… Nous accusons un retard spectaculaire de 22 600$ sur l’Alberta et de 6 200$ sur la moyenne canadienne…  Cette situation est particulièrement honteuse quand on tient compte du fait que notre capital humain et nos ressources naturelles auraient dû faire du Québec une province capable de se battre avec les meilleurs…  Mais voilà, le modèle québécois a tout gâché…

Mais certains diront que si le revenu médias après impôt est si faible, c’est parce que le Québec redistribue efficacement la richesse pour combattre la pauvreté.  Malheureusement, ce n’est pas le cas…

Pauvreté Québec

Malheureusement, même si le modèle québécois pige allègrement dans nos portefeuilles, le Québec fait piètre figure dans la lutte contre la pauvreté. Encore une fois, le Québec est dans le fond du classement, incapable de faire aussi bien que la moyenne canadienne…

Un rappel que dans le modèle québécois on ne paye pas des impôts pour faire reculer la pauvreté ou pour le « bien commun ».  Ici on paye des impôts pour engraisser la machine gouvernementale.

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 206-0002 & 206-0003


8 décembre 2014

Caféinomane Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Puisque les libéraux ont décidé d’insulter notre intelligence en chiffrant le prix de leur impardonnable trahison en « café », je me suis amusé à ventiler le budget du Léviathan québécois de la même manière…

Caféine Québec

En tout, une personne active au Québec doit se taper 178 cafés par semaine, soit 25 par jour, assez pour faire une crise de coeur en moins d’une semaine…

En passant, la dette augmente de 25 millions de dollars par jour, soit l’équivalent de 22 cafés par semaine par personne active…

Source:
Ministère des finances du Québec
Budget 2014-2015


4 décembre 2014

Lourdeur gouvernementale Économie En Chiffres International

Il y a quelques années, la banque centrale européenne a réalisé une étude pour comparer l’efficacité des gouvernements. Pour ce faire, 23 pays industrialisés appartenant à l’OCDE ont été comparés sur la base d’une quinzaine d’indicateurs allant de la corruption à l’espérance de vie en passant par la création d’emploi et l’éducation. Bref, une étude très exhaustive.

Armés de leur indicateur de performance, les auteurs de l’étude se sont demandé si la taille du gouvernement influençait positivement ou négativement l’efficacité de ces derniers. La gauche risque de ne pas aimer la réponse…

Gogauche

La conclusion est simple, claire et limpide.  Contrairement à ce que la gauche raconte, plus les gouvernements sont petits, plus ils sont efficaces.  La prochaine fois qu’un gauchiste vous parlera de la nécessite d’avoir un gros gouvernement, vous pourrez lui dire qu’il va à l’encontre de la science avec ses idées reçues.

Source:
European Central Bank
Public sector efficiency: An international comparison