Antagoniste


27 août 2014

Les pompiers et la pyramide Économie En Chiffres États-Unis Québec

Quelques chiffres intéressants, et surprenants, sur le nombre de pompiers temps plein et le nombre d’incendies aux États-Unis depuis 25 ans:

Syndicat Pompiers

Nul besoin d’être un prix Nobel pour voir que depuis 1987, même si le nombre d’incendies a chuté drastiquement (-41,0%), le nombre de pompiers n’a cessé de croître (+42,2%)…

J’ai voulu faire le même exercice pour le Québec, mais impossible de trouver des chiffres sur une période aussi longue. Par contre, on sait qu’en 2013 il y avait 2 430 pompiers qui ont combattu 1 272 incendies. En 2008, il y avait 2 300 pompiers pour combattre 1 459 incendies. Pour résumer, depuis 5 ans le nombre de pompiers a augmenté de 5,6% même si le nombre d’incendies a été réduit de 12,8%.

La question qui brûle les lèvres: pourquoi embaucher toujours plus de pompiers si le nombre d’incendies diminue constamment ?  Tentative de réponse…

Aux États-Unis comme au Québec, les pompiers ont des régimes de retraite chromés.  Et si ces régimes de retraite étaient devenus des pyramides de ponzi à cause de leur trop grande générosité ?  Dans un système de ponzi, pour que les gens au sommet de la pyramide soient payés, on doit faire constamment entrer de nouvelles personnes à la base de la pyramide i.e. c’est les nouveaux arrivants qui payent les gens au sommet.

Se peut-il que les pompiers retraités soient au sommet de la pyramide et que pour s’assurer de garder la caisse de retraite à flot, on doive constamment embaucher de nouveaux pompiers pour engraisser cette caisse de retraite ?  Autrement dit, les contribuables payent-ils pour l’embauche injustifiée* de pompier simplement pour payer les pompiers qui sont à la retraite ?  La question se pose, car il se pourrait qu’on fasse déjà payer les contribuables en catimini pour sauver certains régimes de retraite.

*on occupe maintenant les pompiers à jouer le rôle de premier répondant au lieu d’éteindre des feux.

Sources:
National Fire Protection Association
Reports and Statistics

Service de sécurité incendie de Montréal.
Rapport des activités


25 août 2014

La franchise d’Yves Bolduc Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Au Québec, depuis 2010*, un ménage a dépensé en moyenne 347$ en livres contre 4 218$ en alcool et tabac. Autrement dit, quand un ménage québécois dépense 1$ pour un livre, il dépense 12,16$ en alcool et tabac, une mesure que l’on pourrait appeler « l’indice Bougon »…  Il va de soi qu’on cherche à avoir l’indice le plus bas possible.

J’ai donc décidé de comparer les provinces en utilisant ce très scientifique « indice Bougon », voici le résultat:

Bougon Québec

On me répondra que cette situation est imputable au monopole de la SAQ, qui vend ses produits beaucoup trop chers. C’est en partie vrai, mais les gens restent libres d’aller ou non à la SAQ, ils ont le choix de moins consommer s’ils jugent que le produit est trop cher.  Au final, le bilan est clair, le Québec est la province avec le pire bilan i.e. celle qui préfère le plus l’alcool et le tabac aux livres.  Résultat: le Québec est l’une des provinces où les gens lisent le moins au Canada.

Pourquoi je vous parle de tout ceci ?  À cause d’Yves Bolduc qui a déclaré vendredi dernier que les commissions scolaires pouvaient couper dans les budgets des bibliothèques puisqu’il y avait déjà assez de livres dans les écoles.  Il n’en fallait pas plus pour enflammer l’opinion publique qui a manifesté son indignation sur toutes les tribunes disponibles.  Que voulez-vous, au Québec, à défaut de lire, on aime ça faire semblant qu’on aime les livres…

Mais le plus désespérant dans cette histoire c’est que tout le monde est passé à côté du vrai débat.  Le budget pour l’achat de livres dans les écoles du Québec est de 15 millions de dollars (8,3 millions du ministère et 6,7 millions des commissions scolaires) et personne ne s’est demandé si on en avait pour notre argent. On vit à l’époque du numérique, mais au Québec on parle encore de l’achat de livres papier et de bibliothèques scolaires…  Personne n’a parlé de réaliser des économies (et d’acheter encore plus de livres) en passant au format numérique.  Personne n’a parlé non plus de se joindre au programme scolaire d’Amazon pour créer des bibliothèques scolaires virtuelles à faible coût.

En fait, si personne n’en a parlé, c’est probablement parce que ce genre de partenariat est actuellement illégal au Québec.  Au Québec, la loi interdit formellement aux écoles de négocier des rabais lors de l’achat de livres, interdit d’avoir des économies de volumes !  Mais le ridicule va encore plus loin: une école peut uniquement acheter ses livres d’un libraire avec un permis du gouvernement et qui se trouve dans la région desservie par l’école !  Pour en savoir plus sur ce système complètement fou, je vous invite à aller lire l’excellent texte de Vincent Geloso.

Pour réaliser des économies, et acheter plus de livres, une école en Gaspésie ne peut pas négocier des rabais sur l’achat de livres avec le Costco de Montréal (par exemple).  Avec un pareil système communiste, ce n’est pas demain la veille qu’on risque d’annoncer un partenariat avec Amazon pour la création de bibliothèques électroniques.

Au Québec, la loi fait en sorte que les écoles n’achètent pas des livres pour enrichir les enfants, mais plutôt pour enrichir certains libraires.  Au Québec,  les libraires passent avant les élèves; la priorité des politiciens n’est pas de faire en sorte que les élèves puissent avoir accès au plus grand nombre de livres possible, mais plutôt de garantir un revenu à certains libraires.

Quand Yves Bolduc a déclaré qu’il y avait déjà suffisamment de livres dans les écoles, les gens se sont scandalisés.  Pourtant, Yves Bolduc a dit tout haut ce que les 125 députés de l’Assemblée nationale pensent tout bas, puisque la loi actuellement en place a pour effet d’entraver l’achat de livres par les écoles.  Pour soutenir l’existence de cette loi, il faut obligatoirement penser qu’il y a déjà suffisamment de livres dans les écoles.  Yves Bolduc a simplement été victime de sa franchise.

P.-S. La mise en place de cette loi ridicule, un héritage du PQ, a été pilotée par Denis Vaugeois. Avant et après sa carrière politique, Denis Vaugeois a travaillé dans le monde de l’édition.

*Statistique Canada compile ces chiffres depuis 2010.

Source:
Statistique Canada
Tableau 203-0021


20 août 2014

L’abus syndical Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Un régime de retraite à prestations déterminées, c’est un peu la Cadillac des régimes de retraite. Ce type de régime est conçu de sorte à fournir un revenu de retraite, peu importe les variations dans la situation économique, le rendement des placements et les taux d’intérêt. Il va sans dire que ce type de régime est très coûteux.

Voici qui a un régime de retraite à prestations déterminées au Québec (n.b. dans la catégorie « secteur privé », on ne tient compte que des entreprises de plus de 200 employés qui ne représentent que 0,8% des entreprises au Québec).

Syndicat Québec
Administration municipale – 25 000 habitants et plus

Le secteur public s’en sort beaucoup mieux que le secteur privé. De plus, garder en tête que le secteur privé ne tient compte que des entreprises de plus de 200 employés, ce qui exclut 99,2% des entreprises québécoises. Il va sans dire que plus une entreprise est petite, plus les régimes de retraite à prestations déterminées sont rares.

Voici maintenant la pièce de résistance: la cotisation des employeurs dans les régimes à prestations déterminées, porter attention aux administrations municipales (et encore une fois, le secteur privé n’est représenté que par les entreprises de plus de 200 employés):

Syndicat Québec
Administration municipale – 25 000 habitants et plus

Dans les administrations municipales, l’employeur (nous) verse en moyenne 11 574$ dans le fonds de pension de chaque employé tous les ans !  Dans le secteur privé, cette somme n’est que de 5 776$.  De plus, même si personne n’en parle en ce moment, un ménage semble aussi s’imposer dans les entreprises publiques (Hydro-Québec, Loto-Québec, SAQ…).  La cotisation annuelle par employé de 14 466$ est tout simplement inconcevable !

On pourrait ramener tout le monde au niveau des fonctionnaires québécois, à 4 117$.  Ceux-ci ont accepté le principe des contributions 50-50 au début des années 80. À ceux qui penseraient que la cotisation reçue par les  fonctionnaires québécois est plutôt maigre, je vous réfère au premier graphique: ils sont couverts à 100% contre seulement à 48,4% pour le secteur privé (avec plus de 200 employés).

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Les régimes complémentaires de retraite : portrait des entreprises québécoises de 200 employés et plus


18 août 2014

Le capitalisme entrepreneuriale Économie En Chiffres International Mondialisation

Un entrepreneur c’est quelqu’un qui a eu une bonne idée pour simplifier la vie des gens. Un entrepreneur milliardaire c’est quelqu’un qui a eu une très bonne idée pour simplifier la vie des gens. De plus, les entrepreneurs milliardaires donnent du travail à des milliers de gens au travers leurs entreprises. Voici où se trouvent ces bâtisseurs à l’échelle mondiale:

Capitalisme

Depuis 1996, 1 723 personnes ont été répertoriées dans le classement du Forbes 400 (les 400 personnes les plus riches à l’échelle de la planète).  De ce nombre, 996 ont été des entrepreneurs, soit 57,8%.  Autre élément intéressant, aux États-Unis, 65% des milliardaires sont des entrepreneurs.  Cette proportion n’est que de 42% en Europe.

Faire campagne pour la réduction des écarts de richesse, notamment aux États-Unis, revient à faire campagne contre les gens qui ont réussi !

Source:
EconSTOR
Billionaire Entrepreneurs: A Systematic Analysis


14 août 2014

Le plat de bonbons Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Quand Jean-François Fortin a quitté le bloc en début de semaine, la majorité des Québécois s’est probablement demandé « le bloc, pourquoi ça existe encore ». La réponse est assez simple, le système de subvention aux partis politiques n’était pas encore totalement éliminé, le Bloc pourra mettre la main sur près de 570 000$ cette année… Tant et aussi longtemps qu’il va avoir un plat avec des bonbons fédéraux, il va avoir un séparatiste pour se mettre la face dans l’assiette et manger comme un cochon.

À ce sujet, voici quelle est la part du budget de chaque parti qui dépend de la subvention fédérale; autrement dit, quel parti dépend le plus de l’argent de nos taxes:

Cochons du Bloc

Le cas du Bloc relève de la tragi-comédie. Nous avons un parti souverainiste qui dépend à 64% de l’argent d’Ottawa pour survivre. Les contributions directes des Québécois à la cause bloquiste ne représentent que 36%.

En bref, le Bloc existe surtout grâce à l’argent du reste du Canada et non pas grâce à l’argent des Québécois. En ce sens, le Bloc est au diapason avec la société québécoise, une société construite sur des valeurs de dépendances et de mendicité.

La fin des subventions au parti politique est prévue pour 2015 et vous pouvez certain que le Bloc disparaîtra uniquement après avoir encaissé le dernier chèque, pas avant.

Sources:
Élection Canada
Rapport financier annuel
Allocations pour:  le premier, deuxième, troisième et quatrième trimestre


13 août 2014

Rentabilité énergétique Économie En Chiffres Environnement International

Quel est le moyen le plus efficace et rentable pour réduire les émissions de gaz à effet de serre associé à la production d’électricité ? Voici la réponse à cette question quand on tient compte du cycle de vie complet des différents types d’infrastructures électriques (tiens compte des coûts de construction, de fonctionnement et d’émissions de gaz à effet de serre de même que des revenus générés par la production électrique):

Énergie Verte

Si l’objectif d’Hydro-Québec est de vendre de l’électricité aux Américains pour que ceux-ci puissent fermer leurs centrales au charbon, les choix les plus rentables auraient été le nucléaire et le gaz naturel.  Chaque année, ces deux formes d’énergie dégagent respectivement des profits de 318 569$ et 535 381$ par MW d’électricité produite.  Avec l’éolien, on perd 25 332$ chaque année par MW d’électricité produite !

Je vous signale que les brillants politiciens québécois, ces puits de connaissance capable d’abreuver les masses laborieuses, ont dit non au nucléaire et au gaz pour tout miser sur l’éolien… Ce n’est pas un hasard si le Québec est devenu un îlot de pauvreté en Amérique…

Source:
Brookings Institution
The Net Benefits of Low and No-Carbon Electricity Technologies


11 août 2014

La belle vie et le cégep Économie En Chiffres Québec

Il fallait s’y attendre, la proposition des jeunes libéraux d’abolir le cégep a provoqué une levée de boucliers chez les gardiens de la révolution. Au Québec, on vit dans l’illusion que tout ce que nous avons fait depuis soixante ans est parfait et que par conséquent rien ne doit changer… Pourtant, aux dernières nouvelles, je ne connais pas de pays qui disent s’inspirer du « modèle québécois » pour réformer leur société.

Je reviens aux cégeps, normalement, une formation pré-universitaire dure 2 ans.  Au primaire et au secondaire, quand un étudiant ne peut compléter ses études dans les délais prescrits, on s’en catastrophe.  Mais au cégep, tout le monde s’en fiche, c’est comme si « la belle vie » passait avant les études…

Cégep

Dans les cégeps publics, c’est une infime minorité d’étudiants qui fait ses études dans un délai normal. Au privé, la situation est moins catastrophique, mais il y a encore place à l’amélioration.

La situation n’est guère plus rose dans les programmes de formation technique qui normalement doivent prendre 3 ans:

Cégep

Encore une fois, malgré la meilleure performance du privé, la situation reste plutôt misérable.  Sachant qu’un DEC pré-universitaire coûte aux contribuables 28 000$ et qu’un DEC technique coûte 64 000$, le gouvernement pourrait faire des économies importantes si les étudiants prenaient leurs études au sérieux et terminait leur formation dans le délai prescrit.

Et si on tient mordicus à garder les cégeps, il serait peut-être temps de mettre fin à la gratuité ou de ré-introduire la taxe à l’échec.  Quand les gens payent, il semble prendre leurs études un peu plus sérieusement comme en font foi les chiffres dans les cégeps privés.

Et pendant que la bonne gauche défend les cégeps sous prétexte qu’ils sont essentiels pour lutter contre « l’assujettissement de la jeunesse aux exigences de plus en plus délirantes d’un capitalisme mondialisé aliénant » (ça ne s’invente pas), rappelons que dans leur forme actuelle, les cégeps n’ont pas fait du Québec la province la plus riche du Canada…  Le cégep est devenu une vache sacrée, mais on dit que les vaches sacrées font les meilleurs hamburgers…

Source:
ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science
Statistiques – Obtention d’une sanction des études collégiales


7 août 2014

La haine Canada Coup de gueule En Chiffres Québec

En juin dernier, Statistique Canada a publié ses plus récentes statistiques sur les crimes haineux au Canada.  Voici ce qu’on obtient lorsqu’on fait la ventilation de ces crimes haineux en fonction de leur motivation:

La haine

Dans les médias, on parle surtout des crimes haineux commis à l’endroit des homosexuels et des musulmans. C’est très bien, ces crimes doivent être fermement dénoncés chaque fois que l’occasion se présente, mais il est surprenant de constater que les crimes haineux les plus médiatisés ne sont pas les plus fréquents.

Les deux groupes les plus stigmatisés sont les noirs et les juifs, pourtant ce ne sont pas ces crimes haineux qui sont le plus médiatisés.  M’enfin, on comprend peut-être pourquoi le Hamas est présenté de manière si favorable dans nos médias.

À titre indicatif, 58% des crimes haineux à caractère religieux ont visé des tenants de la religion juive, alors que 11% ont été commis contre des musulmans. Pourtant, au Canada, il y a presque 2 fois plus de musulmans que de juifs. Avant de vouloir culpabiliser l’Occident pour sa supposée attitude islamophobe, on devrait plutôt s’attaquer à l’antisémitisme qui est encore et toujours trop présent dans nos sociétés.

Autre élément intéressant, le Québec est la 2e province avec le plus haut taux de crime haineux à l’endroit des religions (l’Ontario est 1ere).  Mais ces chiffres sont ceux de l’année 2012, avant la vague de folie qui s’est emparée du Québec lors du « débat » sur la charte du PQ.

Statistique Canada
Étude : Les crimes motivés par la haine


6 août 2014

Harper Derangement Syndrome Canada Coup de gueule En Chiffres Québec

Quel est le problème des conservateurs au Québec ? La réponse est plutôt simple: les médias, leur partisanerie et leur pensée unique.

Cette partisanerie et cette pensée unique ont atteint leur apogée à la fin du mois de juillet 2014 quand on a appris que le méchant Stephen Harper avait aboli le prix Thérèse Casgrain en… 2010…  Si on abolit le prix Nobel de médecine, mon petit doigt me dit qu’il ne faudra pas 4 longues années avant de s’en rendre compte…  M’enfin…

De l’abolition de ce prix, Lise Ravary dira qu’il s’agit d’une rupture de Stephen Harper avec le mouvement « progressiste-conservateur », le triomphe de la « droite dure » et du conservatisme à l’américaine sur la « droite douce » et les « traditions libérales ».  Pourtant, le prix Thérèse Casgrain avait déjà été aboli dans le passé, en 1990, par nul autre qu’un progressiste-conservateur et p’tit gars du Québec, Brian Mulroney.

Ensuite, on dit que le méchant Stephen Harper aurait fait disparaître Thérèse Casgrain des billets de cinquante dollars pour la remplacer par un hibou…  Ce qui est complètement faux.

Mais c’est ce passage qui m’a le plus interpellé:

«L’œuvre» de Stephen Harper a depuis longtemps dépassé la bonne gestion de l’économie canadienne pour devenir une tentative de réécrire l’histoire du pays, pour la purger tous les éléments qui faisaient du Canada un des pays les plus admirés dans le monde. Son côté consensuel, modéré, pragmatique, libéral, avec un petit L.

Il existe un mythe profondément ancré chez nos élites québécoises qui veut que depuis que Stephen Harper est devenu premier ministre, le Canada soit perçu comme un État voyou sur la scène internationale.

Vraiment ?

Canada

Un sondage réalisé dans 27 pays pour la BBC dans les mois qui ont suivi l’élection de Stephen Harper a montré que 54% des gens avait une opinion positive du Canada contre 14% qui avait une opinion négative. Quelques années plus tard, en 2013, le sondage de la BBC indique que 55% des gens ont une opinion positive du Canada contre 13% qui ont une opinion négative. Autrement dit, depuis l’élection des conservateurs, la réputation internationale du Canada est demeurée inchangée ! Même qu’en 2013, le Canada était le pays dans ce sondage qui avait le moins d’opinions négatives !

Voilà qui tranche avec l’opinion de nos chroniqueurs qui voudraient bien nous faire croire que le Canada est devenu un paria sur la scène internationale.

Sources:
World Public Opinion
BBC Global Poll (2007)
BBC Global Poll (2013)


4 août 2014

La loi et l’ordre Canada Économie En Chiffres

Comme c’est le cas tous les étés, Statistique Canada a rendu publics ses chiffres sur la criminalité. Comme c’est le cas depuis quelques années, les chiffres montrent un recul appréciable.

Cet été, les médias n’ont presque pas parlé de la divulgation de ces chiffres, probablement parce qu’ils ne supportaient pas le narratif qu’on entend depuis plusieurs années, à savoir que l’agenda de la loi et l’ordre de Stephen Harper est inefficace.

Voici comment a évolué la criminalité au Canada dans les 7 ans qui ont précédé l’arrivée au pouvoir des conservateurs et dans les 7 années qui ont suivi l’arrivée au pouvoir des conservateurs:

Criminalité Canada

Comme un peut le voir, dans les 7 années qui ont précédé l’arrivée du gouvernement conservateur, il y avait une quasi-stagnation des taux et de l’indice de la gravité de la criminalité. Dans les 7 années qui ont suivi l’arrivée du gouvernement conservateur, la diminution des taux et de l’indice de la gravité de la criminalité a été beaucoup plus substantielle (comparaison des pentes des régressions linéaires).

Le phénomène est encore plus spectaculaire quand on regarde la criminalité chez les jeunes contrevenants (vous vous rappelez sans doute tout le mal qu’on a dit sur ce projet de loi):

Criminalité Canada

En bref, il est impossible de dire, comme le fait la gauche, que « la loi et l’ordre » est une politique inutile puisque la criminalité est en baisse constante depuis que les conservateurs sont au pouvoir. On pourrait débattre longtemps pour savoir s’il s’agit d’une simple corrélation ou d’une relation de cause à effet, mais, chose certaine, le bilan des conservateurs est enviable.

Source:
Statistique Canada
Tableau 252-0052


21 juillet 2014

Le Québec défocussé Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Depuis le début du mois de juillet, deux histoires ont monopolisé l’attention des médias: la prime du docteur Bolduc et les voyages de Jean-François Lisée.

La prime reçue par Yves Bolduc s’élève à 215 000$ et les voyages de Jean-François Lisée ont totalisé 214 894$. Au moment d’écrire ce billet, depuis le début du mois, la dette du Québec a augmenté de 500 000 000$ (25 000 000$ par jour):

Niaisage Médiatique

Bolduc et Lisée, des petits points d’une totale insignifiance dans une mer d’encre rouge…  Mais la dette, tout le monde s’en fiche, ça ne fait pas de bonnes « clips » pour les médias, alors on s’attarde sur les points insignifiants…

Certains diront que cette mer d’encre rouge est constituée d’une myriade de petits points insignifiants.  Ce n’est pas faux, mais c’est passer à côté du problème que personnaliser le débat autour de Lisée et Bolduc (par exemple). Pendant qu’on focus sur le petit point vert de Bolduc et le petit point bleu de Lisée, des dizaines de milliers de petits points rigolent parce que personne ne leur porte la moindre attention. Focusser sur un seul point, c’est l’arbre qui cache la forêt.

Le problème ce n’est pas la prime de Bolduc ou les voyages de Lisée.  Ces deux personnages sont insignifiants dans le grand ordre des choses.  Le problème c’est notre système de santé rendu si inefficace qu’il faut donner des primes aux médecins qu’ils soignent les gens.  Le problème c’est l’existence du Ministère des Relations internationales, une structure bureaucratique inutile et coûteuse qui existe seulement pour que le Québec puisse faire semblant d’être un pays.

Mais pour nos médias, il est tellement plus facile de personnaliser le débat au lieu de débattre des vrais enjeux. Au lieu de parler du privé en santé ou d’abolir un ministère inutile, on invite Éric Caire au téléphone pour remplir dix minutes de radio avec un chamaillage puéril qui ne mène nulle part. Bref, même si la CAQ a remplacé le PQ, le travail de l’opposition ça reste du gros niaisage (et quand le PLQ retournera à l’opposition, ce sera aussi du gros niaisage) parce que les médias aiment ça le niaisage (d’où leur passion pour la commission Charbonneau).

Le Québec est défocussé, on se scandalise pour des peccadilles au lieu de voir la situation dans son ensemble. Au Québec, gaspiller 1 million de dollars est un crime abominable.  Mais gaspiller 100 millions de dollars pour nourrir un modèle dépassé, c’est une statistique.


16 juillet 2014

Les « BS » de l’énergie Économie En Chiffres Environnement International

Bien que minimes, les médias aiment bien dénoncer les « subventions » aux pétrolières. Pourtant, si nos bons médias désirent dénoncer le gaspillage, ce sont les énergies vertes qui devraient être l’objet de leurs récriminations.

Voici dans quelle proportion sont subventionnées les industries pétrolières et celle des énergies vertes aux États-Unis:

Subvention Pétrole

L’industrie pétrolière américaine a profité de 4 milliards de subventions et a produit en retour 58 200 milliards de BTU. L’industrie des énergies vertes, avec 14 milliards en subvention, a produit seulement 8 100 milliards de BTU !

De plus, si la gauche tient absolument à dénoncer les subventions aux pétrolières, ce n’est pas les États-Unis ou le Canada qui devraient être le centre d’attention, mais plutôt dans les 12 pays suivants qui à eux seuls sont responsables de 75% des subventions à l’industrie pétrolière à l’échelle mondiale:

  • Iran
  • Arabie Saoudite
  • Russie
  • Inde
  • Chine
  • Venezuela
  • Égypte
  • Émirats Arabes Unis
  • Indonésie
  • Mexique
  • Algérie
  • Irak

À lui seul, l’Iran subventionne son industrie pétrolière à hauteur de 82 milliards. De plus, il existe un point commun entre ces 12 pays responsables de 75% des subventions aux pétrolières: dans tous ces pays, le pétrole a été nationalisé ! Vous avez bien lu, bien que la gauche déteste les subventions aux pétrolières, les pays qui subventionnent le plus les pétrolières sont des régimes de gauche ! Notons que le Venezuela, un autre pays chouchou de la gauche, verse 22 milliards de dollars par année à la PDVSA (la compagnie étatique exploitant le pétrole), c’est le double du budget de la santé dans ce pays !

Que l’on parle d’énergie verte ou de nationalisation du pétrole, le constat est le même: c’est dispendieux d’être de gauche…

Source:
EIA
Direct Federal Financial Interventions and Subsidies in Energy in Fiscal Year 2010


14 juillet 2014

L’effet Labeaume Canada Économie En Chiffres Québec

La ville de Québec a toujours été une locomotive économique pour la province, notamment depuis le début des années 2000. Très souvent dans le passé, cette ville a été à l’abri des soubresauts économiques de la province.

Par contre, depuis le début de l’année, les choses ne tournent plus aussi rondement à Labeaumegrad… Voici l’évolution du taux de chômage depuis janvier 2013, remarquer la tendance inquiétante depuis quelques mois…

Chômage Québec

Certes, la ville de Québec se tire encore très bien d’affaire quand on regarde uniquement le taux de chômage.  En juin, celui-ci était de 5,4% contre 8,3% et 7,9% pour la ville de Montréal et la province de Québec respectivement.  Ce qui est inquiétant c’est la tendance depuis quelques mois, le taux de chômage augmente beaucoup plus rapidement dans la ville de Québec qu’a Montréal ou dans la province. En bref, l’économie semble se dégrader très rapidement dans la Capitale nationale, et ce, malgré la présence de la fonction publique qui normalement agit comme un tampon quand l’économie est difficile.

D’ailleurs, la ville de Québec a longtemps été la championne canadienne du plus bas taux de chômage, au début de l’année, elle revendiquait toujours ce titre.  Voici qu’elle est la situation maintenant:

Chômage Québec

Québec, qui a déjà été confortablement en première position doit maintenant se contenter d’une 4e position, à égalité avec Calgary.

Mauvaise passe ou mouvement de fond, seul l’avenir nous le dira. Chose certaine, avoir un maire qui fait exploser le compte de taxes, les dépenses de la ville et dont le travail à temps partiel consiste à insulter les hommes d’affaires ne doit pas aider…

Source:
Statistique Canada
Tableau 282-0116


10 juillet 2014

Gaétan Barrette a raison Canada Économie En Chiffres Québec

Le ministre Gaétan Barrette ne s’est pas fait d’amis, hier, quand il a déclaré que les jeunes médecins, contrairement à ceux de sa génération, n’étaient pas les plus travaillants…

Joseph Dahine, le président de la Fédération des médecins résidents du Québec, a déclaré que les propos du ministre pouvaient être qualifiés de « stéréotypes » et de « clichés ».

Vraiment ?

Quand on demande aux médecins de famille québécois combien de patients leur pratique compte-t-elle, voici le résultat en fonction de l’âge:

Santé Québec

Toujours en fonction de l’âge, voici le nombre de patients vu par les médecins québécois durant une semaine type (en dehors des heures de garde):

Santé Québec

Les chiffres sont clairs et le verdict est sans appel: les « vieux » médecins travaillent plus que les « jeunes » (et ce, même si on tient compte des heures de garde). N’en déplaise aux médias, le ministre Barette avait raison.

Question de s’amuser un peu, regardons les mêmes indicateurs, mais pour chaque province…

Santé Québec

Le Québec, confortablement en dernière position…

Santé Québec

Encore une fois, une confortable dernière position…  Et cette médiocre performance ne peut pas être expliquée par les heures de garde puisque le Québec est la deuxième province où les médecins ont le moins d’heures de garde !

Bref, si au Québec avoir 1 500 patients c’est un travail à temps plein pour un médecin de famille, dans le reste du Canada c’est plus un boulot à temps partiel…

Source:
Sondage National Des Médecins
Sondage national des médecins


9 juillet 2014

Et si le gouvernement était une famille… Économie En Chiffres Québec

Lundi, j’ai présenté les chiffres pour l’année financière qui vient de se terminer. Cette année correspond à la dernière du PQ au pouvoir.

Mais dans tout ce capharnaüm de chiffres où les millions et les milliards fusent de partout, il est parfois difficile de prendre toute la mesure des sommes qui sont impliquées. C’est pourquoi j’ai décidé de reprendre les chiffres de l’année financière qui vient de se terminer et de l’appliquer à une famille qui aurait un revenu de 60 000$. Voici ce que ça donne:

Budget Québec

Les « gains à la loterie » font référence aux transferts du fédéral, les « revenus de placements » aux revenus des entités consolidés, les « dépenses courantes » aux dépenses de programme, le « REER » au versement dans le fonds des générations et les « intérêts sur la carte de crédit » au service de la dette.  Notez que le « bilan de l’année » ne contient que des « dépenses d’épicerie » i.e. ce n’est pas de l’endettement pour s’acheter un actif comme une maison.  De la même manière, le « total sur la carte de crédit » contient uniquement de la mauvaise dette (c’est la somme des déficits cumulés), ce chiffre représente uniquement du crédit à la consommation.

Notez qu’avec ce budget, les grands-parents de notre famille ont été placés dans un établissement qui sert uniquement des repas à 2$; la famille est trop pauvre pour leur offrir quelque chose de mieux…

Bref, même en étant très chanceuse à la loterie, notre famille est incapable de boucler son budget…  Vous en connaissez beaucoup des familles qui pourraient soutenir ce rythme de vie?  Si le gouvernement était une famille, ça fait longtemps que l’huissier serait passé pour partir avec les meubles…

Source:
Ministère des finances du Québec
Rapport mensuel des opérations financières