Antagoniste


18 décembre 2014

Un Noël pauvre Canada Économie En Chiffres Québec

À la fois anecdotique et révélatrice, cette étude de la BMO réalisée le mois dernier montre à quel point l’économie du Québec est mal en point.

Dans un sondage pancanadien, on a demandé aux gens quel montant il prévoyait dépenser durant la période des Fêtes. Voici le résultat:

Noël Québec

Quand on sait que le revenu disponible des Québécois, qui a affiché son premier recul depuis 1996, est de 26 774$/habitant contre 30 746$/habitant pour le Canada, une différence de 3 9712$/habitant (15 888$ pour une famille de 2 adultes et 2 enfants), on comprend mieux pourquoi le Québec est malheureusement en queue de peloton…

Il y a des conséquences à dire non au gaz de schiste, aux pipelines, à l’uranium, à l’apatite et à l’exploitation forestière pour des raisons idéologiques; quand on prend ce genre de décisions, on accepte d’être pauvre.

Source:

Perspectives 2014 de BMO sur les dépenses du temps des Fêtes


17 décembre 2014

Bilan 2014 de l’actualité En Chiffres International Québec Top Actualité

Tradition oblige, quelques chiffres tirés du bilan annuel de l’actualité 2014 d’Influence Communication.

Les nouvelles qui ont été les plus médiatisées au Québec en 2014:

Actualité Québec

Les nouvelles qui ont été les plus médiatisées sur la planète en 2014:

Actualité Québec

Voici comment se compare le travail des médias au Québec, au Canada et à l’international:

Actualité Québec

À méditer…

  • Au Québec, la cuisine a un poids médiatique plus élevé que l’économie. D’ailleurs, au Canada et dans le monde, on parle 2 fois plus d’économie qu’au Québec.
  • Le sport, les faits divers et les nouvelles locales comptent pour 42% de nos nouvelles.  Cette proportion est de 30% au Canada et 29% dans le monde.
  • La politique fédérale, comme l’économie, est 2 fois plus présente au Canada et dans le monde qu’au Québec.
  • Le Canada et le monde parlent presque 2 fois plus de politique international que le Québec.

Les personnalités les plus médiatisées au Québec en 2014:

Actualité Québec

À méditer… Carey Price devant Barack Obama et François Legault…  Maladie…

Les personnalités les plus médiatisées à l’échelle de la planète en 2014:

Actualité Québec

Bilan de l’actualité: 2009, 2010, 2011, 2012, 2013

Source:
Influence Communication
État de la nouvelle: Bilan 2014


16 décembre 2014

Toujours plus pauvre Économie En Chiffres Environnement États-Unis Québec

Hier, on a appris que le Québec avait fracassé un autre record peu enviable, celui du plus gros chèque de péréquation. Pour l’année 2015-2016, nous aurons droit à un chèque de BS de 9,5 milliards de dollars; une hausse de 235 millions par rapport à l’année précédente.

Voyez comment la péréquation a augmenté depuis 10 ans:

Péréquation Québec

Au Québec la péréquation augmente et le seul moyen de faire augmenter la péréquation c’est en devenant plus pauvre que les autres provinces.

Le plus ironique dans cette histoire c’est que la même journée où le Québec a été humilié par ce chèque record, le BAPE nous a dit sans rire que l’exploitation du gaz de schiste au Québec ne pourrait pas nous enrichir…

Vraiment ?

En Pennsylvanie, on retrouve la formation de Marcellus qui est très riche en gaz de schiste. Voici comment a évolué l’emploi en Pennsylvanie depuis qu’on exploite cette ressource naturelle (2008):

Péréquation Québec

L’extraction du pétrole et du gaz est l’un des rares secteurs de l’économie en Pennsylvanie qui est en croissance.  Au Québec, pour des raisons purement idéologiques, le BAPE a fait un trait sur ce secteur.

Voici maintenant l’évolution des salaires:

Péréquation Québec

Depuis 2001, les salaires ont augmenté de 111% dans l’industrie du pétrole et du gaz en Pennsylvanie contre seulement 41% pour le reste de l’économie.  Les travailleurs qui exploitent les gaz de schiste gagnent près de 110 000$ par année !

Donc en Pennsylvanie, le gaz de schiste à créer des emplois à 100 000$ par année, mais au Québec, le même gaz de schiste ne pourrait pas enrichir les Québécois…  Pour parvenir à une telle conclusion, les gens du BAPE doivent s’imaginer que les Québécois sont moins intelligents que les Américains, il n’y a pas d’autre explication possible…

Au Québec, on se soucie de l’écosystème des bélugas, des couleuvres brunes, du chevalier cuivré, mais dans cette province de fou il n’y a personne pour se préoccuper de l’écosystème du travailleur québécois…

M’enfin, pourquoi exploiter le gaz de schiste quand on peut encaisser un chèque de BS de la part des provinces qui ont décidé d’exploiter leur hydrocarbure…

Sources:
Ministère Des Finances Du Canada
Soutien fédéral aux provinces et aux territoires

U.S. Bureau of Labor Statistics
Quarterly Census of Employment and Wages


15 décembre 2014

Le Québec pauvre Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Les médias en ont peu parlé, mais la semaine dernière c’était la première diffusion des données de la nouvelle Enquête canadienne sur le revenu de Statistique Canada.

Voici comment se classe le Québec au chapitre du revenu médian après impôt…

Pauvreté Québec

Le Québec est presque dernier, devançant à peine la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick… Nous accusons un retard spectaculaire de 22 600$ sur l’Alberta et de 6 200$ sur la moyenne canadienne…  Cette situation est particulièrement honteuse quand on tient compte du fait que notre capital humain et nos ressources naturelles auraient dû faire du Québec une province capable de se battre avec les meilleurs…  Mais voilà, le modèle québécois a tout gâché…

Mais certains diront que si le revenu médias après impôt est si faible, c’est parce que le Québec redistribue efficacement la richesse pour combattre la pauvreté.  Malheureusement, ce n’est pas le cas…

Pauvreté Québec

Malheureusement, même si le modèle québécois pige allègrement dans nos portefeuilles, le Québec fait piètre figure dans la lutte contre la pauvreté. Encore une fois, le Québec est dans le fond du classement, incapable de faire aussi bien que la moyenne canadienne…

Un rappel que dans le modèle québécois on ne paye pas des impôts pour faire reculer la pauvreté ou pour le « bien commun ».  Ici on paye des impôts pour engraisser la machine gouvernementale.

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 206-0002 & 206-0003


8 décembre 2014

Caféinomane Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Puisque les libéraux ont décidé d’insulter notre intelligence en chiffrant le prix de leur impardonnable trahison en « café », je me suis amusé à ventiler le budget du Léviathan québécois de la même manière…

Caféine Québec

En tout, une personne active au Québec doit se taper 178 cafés par semaine, soit 25 par jour, assez pour faire une crise de coeur en moins d’une semaine…

En passant, la dette augmente de 25 millions de dollars par jour, soit l’équivalent de 22 cafés par semaine par personne active…

Source:
Ministère des finances du Québec
Budget 2014-2015


4 décembre 2014

Lourdeur gouvernementale Économie En Chiffres International

Il y a quelques années, la banque centrale européenne a réalisé une étude pour comparer l’efficacité des gouvernements. Pour ce faire, 23 pays industrialisés appartenant à l’OCDE ont été comparés sur la base d’une quinzaine d’indicateurs allant de la corruption à l’espérance de vie en passant par la création d’emploi et l’éducation. Bref, une étude très exhaustive.

Armés de leur indicateur de performance, les auteurs de l’étude se sont demandé si la taille du gouvernement influençait positivement ou négativement l’efficacité de ces derniers. La gauche risque de ne pas aimer la réponse…

Gogauche

La conclusion est simple, claire et limpide.  Contrairement à ce que la gauche raconte, plus les gouvernements sont petits, plus ils sont efficaces.  La prochaine fois qu’un gauchiste vous parlera de la nécessite d’avoir un gros gouvernement, vous pourrez lui dire qu’il va à l’encontre de la science avec ses idées reçues.

Source:
European Central Bank
Public sector efficiency: An international comparison


3 décembre 2014

Sous-performance Canada Économie En Chiffres Québec

Le Québec est une province riche en ressources naturelles et disposant d’un riche capital humain. Par conséquent, nous devrions être parmi les provinces les plus riches du Canada. La réalité est tout autre…

Basés sur les rapports d’impôts produits au fédéral, voici la proportion de la population qui gagne entre 0 et 29 999$, on peut parler de gens pauvres…

Économie Québec

Voici maintenant les gens avec un revenu entre 30 000$ et 99 999$, la classe moyenne:

Économie Québec

Et finalement les « riches » avec un revenu supérieur à 100 000$:

Économie Québec

Le Québec a plus de pauvres que la moyenne canadienne, moins de classe moyenne que la moyenne canadienne et moins de riches que la moyenne canadienne…  À chaque fois, au lieu de se battre avec les meilleurs, le Québec est condamné à faire un peu mieux que les provinces de l’Atlantique.

La formule est devenue un cliché, mais encore une fois on peut résumer la situation du Québec en disant que nous sommes pauvres en riches, mais riches en pauvres…  M’enfin, c’est le genre de chose qui arrive dans les provinces où les bélugas deviennent plus importants que les honnêtes travailleurs

Source:
Fraser Institute
Go West, Young Adults: The 10-year Western Boom in Investment, Jobs, and Incomes


1 décembre 2014

La fin du monde En Chiffres Environnement International

Comment les politiciens et les lobbys écolos vendent-ils leurs salades sur le réchauffement climatique ? En nous faisant peur bien sûr.  On nous fait croire que si nous ne voulons pas payer leurs nouvelles taxes, le ciel finira par nous tomber sur la tête.

Vraiment ?

Voici quelques chiffres sur les désastres climatiques depuis 2004:

Réchauffement Climatique

Réchauffement Climatique

Réchauffement Climatique

Les émissions de gaz à effets de serre augmentent, mais le nombre de désastres climatiques diminue…

Les émissions de gaz à effets de serre augmentent, mais le nombre de personnes affectées par les désastres climatiques diminue…

Les émissions de gaz à effets de serre augmentent, mais les dommages matériels causés par les désastres climatiques diminuent…

N’en déplaise aux catastrophistes/environnementalistes, on n’a pas besoin de payer leurs nouvelles taxes, car la fin du monde n’est pas pour demain…

Sources:
Red Cross
World Disasters Report 2014 – Focus on Culture and Risk

CDIAC
Global Fossil-Fuel CO2 Emissions


27 novembre 2014

Les mathématiques et les artistes Coup de gueule Économie En Chiffres En Vidéos Gauchistan Québec

Il ne faut pas en vouloir à Daniel Boucher. Daniel Boucher est un artiste et les artistes sont des gens qui préfèrent les émotions aux chiffres.

Quand Daniel Boucher trouvera 2 minutes pour laisser ses émotions de côté, il pourra constater qu’il n’y a pas d’austérité au Québec:

Austérité Québec

Il n’y a pas d’austérité au Québec et il n’y a jamais eu d’austérité au Québec, les dépenses ne font qu’augmenter. Au mieux, on diminue légèrement le taux de croissance des dépenses, comme si une voiture décidait d’accélérer à 25 km/h en direction d’un mur au lieu d’accélérer à 30 km/h. Dans les 2 cas, on accélère toujours en direction d’un mur !

P.-S.1 Lors de la mise à jour économique de Nicolas Marceau et durant la campagne électorale, le PQ a fixé l’atteinte du déficit zéro pour l’année 2015-2016. C’est la même cible que les libéraux. J’ai une question pour les péquistes qui critiquent les mesures de fausse austérité des libéraux: comment auriez-vous fait pour atteindre le déficit zéro en 2015-2016 si vous refusez de simplement ralentir l’augmentation des dépenses?

P.-S.2 Les péquiste qui dénoncent l’endettement de Jean Charest dans les dernières années de son mandat, sont-ils en train de dire que le keynésianisme est une mauvaise chose, contredisant ainsi leur idole Paul Krugman ?

Source:
Ministère des finances du Québec
Budget 2014-2015


26 novembre 2014

Les médias, les villes et les chiffres Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Dimanche dernier, le gouvernement a rendu public le rapport Robillard sur la révision des programmes gouvernementaux.  Dans ce rapport, la commission suggère de couper 1,3 milliard dans les transferts du gouvernement du Québec dans les municipalités.

Comment les médias ont-ils réagi ?  D’une manière extrêmement prévisible…

Dans l’ensemble des médias, on a dit que cette recommandation ne tenait pas la route puisque si les municipalités voient leurs transferts être réduits de 1,3 milliard, celles-ci n’auront d’autre choix que d’augmenter les taxes municipales pour aller chercher l’équivalent de cette somme d’argent.  Personne dans les médias n’a abordé le problème sous un autre angle; personne ne s’est demandé si les municipalités avaient non pas un problème de revenus, mais plutôt un problème de dépenses…  Les municipalités devaient être très contentes de voir nos bons médias parler d’une hausse de taxe au lieu de questionner leurs dépenses. Ainsi, on fait croire aux gens qu’une hausse de taxes est inévitable puisqu’il n’existe aucun gras à couper dans les administrations municipales.

La réalité est tout autre, les municipalités du Québec ont perdu le contrôle de leurs dépenses.  Si jamais le gouvernement décide de couper 1,3 milliard, les maires pourraient facilement absorber le choc en coupant dans le gras au lieu d’alourdir le fardeau fiscal de leurs citoyens.  Voyez par vous-même:

Municipalité Québec

Municipalité Québec

Gardez en tête que tous les montants présentés ci-dessus sont ajustés pour tenir compte de l’inflation et malgré tout, en 3 ans seulement, on observe une croissance partout.  Si le gouvernement décide de couper les transferts aux municipalités, celles-ci, au lieu d’augmenter les taxes, pourraient simplement résorber la perte en ramenant leur niveau de dépenses par habitant à ce qu’il était en 2009.  Après tout, en 2009, personne ne mourrait dans les rues parce que les municipalités ne dépensaient pas assez…

D’ailleurs, quand on voit Montréal gaspiller 3 millions pour des Bixis, Québec flamber 5 millions pour un cyclotron ou l’ensemble des municipalités claquer 843,1 millions pour la culture, on réalise rapidement que nos élus municipaux ont beaucoup trop d’argent à leur disposition.  Ce n’est pas un hasard si les employés municipaux sont les mieux payés du Québec.

Source:
Centre sur la productivité et la prospérité du Québec
Palmarès des municipalités


24 novembre 2014

Ils ont choisi la pauvreté Canada Économie En Chiffres International Québec

La semaine dernière, l’Institut Fraser a publié le résultat d’une enquête menée auprès de 710 dirigeants de l’industrie pétrolière pour savoir quels étaient les endroits dans le monde les plus ouverts aux investissements pétroliers et gaziers. Encore une fois, le Québec se retrouve en compagnie des républiques de bananes…

Voici l’indice de développement pétrolier et gazier, pour les provinces canadiennes et les pays scandinaves (pays souvent cités en exemple…) avec des gisements d’hydrocarbures; le Québec est l’un des rares endroits dans le monde qui a sciemment choisi de rester pauvre en refusant d’exploiter ses richesses naturelles…

Québec Pétrole
Les notes ont été ramenées sur 100.

Quelques constatations:

  • Le Québec est très confortablement installé dans sa grande médiocrité, les plus proches poursuivants récoltent 2 fois plus de points…  Nous sommes vraiment dans une classe à part, dommage que c’est dans la classe des cancres.  Encore pire, le Québec a reculé par rapport au dernier classement en passant d’un score de 22,9 à 20,5.
  • Comparé aux pays scandinaves, souvent cité en modèle, le Québec a l’air d’une république soviétique: un score de 20,5 au Québec contre 70,3 en Norvège.
  • Les pays scandinaves dament aussi le pion de nombreuses provinces canadiennes ! Par exemple, les Pays-Bas (80,6) font mieux que l’Alberta (73,4) !

Si les provinces de l’Ouest et les pays scandinaves sont riches et que le Québec est pauvre, ce n’est pas à cause du pétrole, mais plutôt parce que le socialisme et l’éco-catastrophisme n’ont pas infecté leur économie; là-bas, on exploite le pétrole et le gaz alors qu’ici on multiplie les moratoires pour faire plaisir à quelques hippies.

Pour prendre la pleine mesure de la détérioration des conditions économiques au Québec pour les entreprises pétrolières et gazières, voici l’évolution de l’indice québécoise:

Pétrole Québec

La descente est tout simplement vertigineuse !  En 2013, le Québec est battu par des pays tels que le Cambodge, le Bangladesh, le Kazakhstan et le Myanmar.  En fait, le Québec fait à peine mieux que la Syrie, un pays ravagé par une guerre civile (20,5 vs. 16,5).  À l’échelle mondiale, le Québec occupe le 133e rang sur 156 pays.

Et à tous ceux qui se questionnent sur l’utilité d’avoir une industrie pétrolière et gazière florissante, voyez par vous-même…

Québec pétrole

Les gens qui travaillent dans le domaine de l’extraction minière et pétrolière gagnent 2 304$/semaine, plus du double de la moyenne de tous les secteurs, qui se chiffre à 910$/semaine.

Au Québec nous avons dit non au gaz de schiste car nous avons décidé être pauvre.

Les idiots de Québécois ne veulent rien couper, même pas les conservatoires en région, et ils ne veulent pas développer leurs ressources naturelles comme le gaz de schiste. Donc, quand le gouvernement décide d’augmenter les tarifs des CPEs, personne n’a le droit de chialer. Lorsque les idiots de Québécois auront été assez saignés par les gouvernements, ils réaliseront peut-être qu’on peut vivre sans des conservatoires en régions et que tout comme les Américains, nous pouvons nous enrichir avec le gaz de schiste.

Pendant ce temps à Ottawa, l’austérité a permis à Harper de dégager des surplus qui seront utilisés pour réduire le fardeau fiscal des familles. Mais au Québec, on ne veut pas d’austérité, alors payez!

Sources:
Fraser Institute
Global Petroleum Survey 2014

Statistique Canada
Tableau 281-0027


20 novembre 2014

Le débat public Économie En Chiffres Québec

Un préjugé très rependu au Québec veut que les méchants think tanks de droite aient des poches très profondes alors que les gentils think tanks de gauche doivent se battre pour se faire entendre…

Vraiment ?

Voici quelques chiffres sur l’Institut Économique de Montréal et Équiterre:

Think Tank Québec

Contrairement aux préjugés largement rependus dans la population, au Québec c’est la gauche qui à d’énormes moyens, en partie grâce à l’argent des contribuables.

À lui seul, le financement gouvernemental d’Équiterre est plus élevé que la masse salariale de l’IEDM, une différence de 50% ! D’ailleurs, le financement gouvernemental d’Équiterre est passé de 605 198$ en 2010 à 1 541 469$ en 2013, une progression de 155% en 3 ans !

Mais plus fondamentalement, il est anormal, voire carrément nocif pour la démocratie, que le gouvernement finance des groupes de pression dont un des objectifs est d’influencer l’opinion publique.  Pourquoi les impôts des gens qui ne partagent pas l’idéologie d’Équiterre servent-ils à financer Équiterre ?  Que les gouvernements laissent cet argent dans nos poches et les gens financent la cause qui les tient le plus à coeur; qu’on laisse les idées libres de compétitionner entre elles au lieu d’en favoriser une avec l’argent des contribuables.


19 novembre 2014

Les réfugiés économique Canada Économie En Chiffres Québec

Dans un premier temps, voici quelle a été la durée moyenne du chômage chez les 25-34 ans dans les provinces canadiennes entre 2004 et 2013:

Enfer Québec

Ensuite, voici le solde migratoire des 25-34 ans pour la même période:

Enfer Québec

Conséquence d’une économie merdique, les jeunes, que l’on dit être la force et l’avenir des nations, quittent vers les provinces avec une économique dynamique… Notez que le Québec a presque autant d’expatriés que l’Ontario malgré une population beaucoup plus petite (13,7 millions vs. 8,2 millions).

Et pendant ce temps, des Québécois sont assez idiots pour penser que TransCanada complote pour les appauvrir…  Le Québec, une terre de Caïn…

Source:
Fraser Institute
Go West, Young Adults: The 10-year Western Boom in Investment, Jobs, and Incomes


17 novembre 2014

Les garderies en folie Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Au Québec, chaque fois qu’il est question de politiques publiques, on passe souvent à côté des vrais débats. Le dernier exemple en liste: les CPE.  Certains voudraient moduler les tarifs en fonction des revenus, d’autres pensent plutôt qu’il faudrait faire payer tout le monde également, mais une constante demeure, tout le monde semble considérer que les CPE ont un problème de revenu et non pas un problème de dépenses.

Et si, au lieu de plumer une fois de plus les pauvres contribuables québécois, on décidait plutôt de s’attaquer à la colonne des dépenses…

CPE Québec
Rapports annuels de gestion: programme 2; éléments 2, 3 & 4

Lors de la création du programme, il en coûtait 5 685$ au gouvernement par place dans les garderies subventionnées; 15 ans plus tard, la même place coûte désormais 10 510$, presque le double !  Depuis la fin des années quatre-vingt-dix, le nombre de places dans les CPE a augmenté de 130%, mais les coûts du système ont augmenté de 326% !  Je le répète, les CPE n’ont pas un problème de revenus, ils ont un problème de dépenses.

Comment peut-on expliquer une pareille perte de contrôle ? C’est simple, le gouvernement a vendu ce nouveau programme à la population en disant que le budget serait raisonnable. Une fois les contribuable entrés dans la cage à homard, on a laissé les coûts explosés en se disant que de toute manière, le contribuable ne pourrait pas sortir de ladite cage…

Si le coût par place en garderie s’était maintenu au même niveau qu’au moment de la création du programme, nous aurions pu économiser 10,1 milliards de dollars, ce qui représente environ 1 231$ par Québécois (4 923$ pour une famille de 2 adultes, 2 enfants).

Une bonne partie de l’explosion des coûts peut être imputée à la syndicalisation des garderies.  À titre indicatif, voici combien coûte à l’État le fonds de pension des gardiennes:

CPE Québec

En 2013-2014, les coûts ont littéralement explosé, plus de 80 millions de dollars alors que quelques années auparavant on était sous la barre du 50 millions. À titre indicatif, une somme de 80 millions de dollars correspond à l’impôt sur le revenu de 25 000 québécois, l’équivalent de la population de Thetford Mines.

Pour éviter que les Québécois passent encore une fois à la caisse, on ne doit pas augmenter le revenu des CPE, mais couper dans leurs dépenses.  Pour ce faire, la première étape consiste à faire reculer l’emprise des syndicats sur les CPE, si les syndicats ont envahi les CPE ce n’est pas pour le bien de nos enfants, mais pour celui de leurs membres, ce qui est très différent.

Source:
Ministère de la Famille et des Aînés et de la Condition féminine
Rapports annuels de gestion


12 novembre 2014

L’effet libéral Économie En Chiffres Québec

Lors de la dernière élection, les troupes de Philippe Couillard ont fait valoir que chasser le PQ du pouvoir pouvait, à lui seul, améliorer la situation économique du Québec.  Quand on voit le bilan apocalyptique de l’emploi au Québec, on est porté à croire que cet effet ne s’est jamais matérialisé (notez que personne n’a osé défendre les libéraux en disant que sans eux, ça aurait été pire. Cet argument idiot a été très populaire du côté de la gauche pour défendre le bilan économique de Barack Obama).

Mais quel bilan peut-on faire après 7 mois au pouvoir ?  Au-delà de l’emploi, comment s’est comportée l’économie ?

Voici les résultats des analyses produites par l’Institut de la statistique du Québec dans laquelle on compare les périodes équivalentes de l’année 2013 (PQ au pouvoir) et 2014 (PLQ au pouvoir depuis avril 2014):

Effet Libéral

Dans 8 des 10 catégories, on peut constater une nette amélioration, ce qui tend à montrer qu’il y a eu un certain « effet libéral ». En 2013, pour aucun des indicateurs, le Québec n’avait une performance supérieure au Canada.  En 2014, le Québec bat le Canada dans 3 indicateurs (mises en chantier, permis de bâtir et ventes manufacturières). Par contre, le PLQ ne peut faire mieux que leurs prédécesseurs au chapitre de l’emploi, l’indicateur le plus médiatisé et le plus important pour la population.

Bref, on peut constater que « l’effet libéral » existe, mais cet effet, pour le moment, n’a pas eu d’impact concret pour les familles québécoises…

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Stat-EXPRESS : Bulletin hebdomadaire des indicateurs économiques conjoncturels