Pé Cul

La semaine dernière, on a appris qu’une coalition de radio au Québec avait décidé de faire front commun contre l’ADISQ pour faire abaisser les quotas de musique francophone à la radio de 65% à 35%.

Le boss de Quebecor, toujours plus prompt à se répandre sur Facebook qu’à réfléchir, a réagi de la manière suivante:

Soupir

Pour PKP, c’est seulement lorsque le Québec sera devenu un « pays » que les Québécois pourront décider de ce qu’ils veulent entendre à la radio…

Vraiment ?

Si les radios ont décidé de former une coalition pour faire réduire les quotas, c’est précisément parce que les Québécois ont envoyé le signal aux diffuseurs qu’ils voulaient écouter moins de musique francophone.  Pas besoin d’attendre d’avoir un pays pour se faire entendre, le marché a déjà envoyé le signal !  Si les gens voulaient écouter de la musique franco, les radios ne chercheraient pas à faire diminuer les quotas.

D’ailleurs, pour ceux qui ont besoin d’une preuve supplémentaire que la musique franco est devenue marginale au Québec, voici quelques chiffres de l’Institut de la statistique du Québec publiés la semaine dernière à propos de la fréquentation des spectacles de chansons francophones et anglophones (2014):

Sous Culture

Même si les spectacles anglophones sont 52% plus chers que les spectacles francophones, ils attirent 120% plus de spectateurs ! Remarquer aussi que dans les spectacles anglophones, on donne 2 fois moins de billets gratuits…  Bref, comme je disais, la chanson francophone au Québec est devenue marginale et pour survivre, les radios québécoises doivent répondre à la demande.

De plus, il est ironique de constater que Videotron, la compagnie de PKP, offre maintenant un service de musique illimitée qui ne compte plus dans les données des téléphones intelligents… Ce service permet de contourner les quotas musicaux que le CRTC impose à la radio…

N.B. Concernant la fréquentation des spectacles,  la région de la Capitale-Nationale a connu sa plus faible fréquentation en dix ans, avec 833 000 spectateurs en 2014, en baisse de 29% par rapport au sommet de 2012 (1,2 million). L’assistance dans la région de Montréal s’établit à 3,4 millions, en hausse de 11%, par rapport à 2013.

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Statistiques des représentations payantes en arts de la scène selon la discipline, la provenance et la taille de la salle, régions administratives et ensemble du Québec