Antagoniste


22 septembre 2015

La culture obligée Canada Économie En Chiffres Québec

Pé Cul

La semaine dernière, on a appris qu’une coalition de radio au Québec avait décidé de faire front commun contre l’ADISQ pour faire abaisser les quotas de musique francophone à la radio de 65% à 35%.

Le boss de Quebecor, toujours plus prompt à se répandre sur Facebook qu’à réfléchir, a réagi de la manière suivante:

Soupir

Pour PKP, c’est seulement lorsque le Québec sera devenu un « pays » que les Québécois pourront décider de ce qu’ils veulent entendre à la radio…

Vraiment ?

Si les radios ont décidé de former une coalition pour faire réduire les quotas, c’est précisément parce que les Québécois ont envoyé le signal aux diffuseurs qu’ils voulaient écouter moins de musique francophone.  Pas besoin d’attendre d’avoir un pays pour se faire entendre, le marché a déjà envoyé le signal !  Si les gens voulaient écouter de la musique franco, les radios ne chercheraient pas à faire diminuer les quotas.

D’ailleurs, pour ceux qui ont besoin d’une preuve supplémentaire que la musique franco est devenue marginale au Québec, voici quelques chiffres de l’Institut de la statistique du Québec publiés la semaine dernière à propos de la fréquentation des spectacles de chansons francophones et anglophones (2014):

Sous Culture

Même si les spectacles anglophones sont 52% plus chers que les spectacles francophones, ils attirent 120% plus de spectateurs ! Remarquer aussi que dans les spectacles anglophones, on donne 2 fois moins de billets gratuits…  Bref, comme je disais, la chanson francophone au Québec est devenue marginale et pour survivre, les radios québécoises doivent répondre à la demande.

De plus, il est ironique de constater que Videotron, la compagnie de PKP, offre maintenant un service de musique illimitée qui ne compte plus dans les données des téléphones intelligents… Ce service permet de contourner les quotas musicaux que le CRTC impose à la radio…

N.B. Concernant la fréquentation des spectacles,  la région de la Capitale-Nationale a connu sa plus faible fréquentation en dix ans, avec 833 000 spectateurs en 2014, en baisse de 29% par rapport au sommet de 2012 (1,2 million). L’assistance dans la région de Montréal s’établit à 3,4 millions, en hausse de 11%, par rapport à 2013.

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Statistiques des représentations payantes en arts de la scène selon la discipline, la provenance et la taille de la salle, régions administratives et ensemble du Québec


22 septembre 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (15-21 septembre) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


22 septembre 2015

Les CPE c’est de la merde Coup de gueule Économie Gauchistan Québec Revue de presse

The Globe And Mail

Study raises questions about NDP’s proposed universal child-care system
The Globe And Mail

Newly released research on Quebec’s low-cost child-care system suggests children who go through it may do well academically, but have worse outcomes when it comes to health, life satisfaction and crime rates.

In a paper released Monday, a group of university researchers say that children exposed to the province’s child-care system were more likely to have higher crime rates, worse health and lower levels of life satisfaction as they have aged than their counterparts in other provinces who didn’t have access to the same type of system. The new research is likely throw a political wrench into the federal election, where the New Democrats have made bringing Quebec-style child care to the rest of the country a key plank in their platform.

In their paper made public Monday through the National Bureau of Economic Research, Kevin Milligan from the University of British Columbia, Michael Baker from the University of Toronto, and Jonathan Gruber from MIT in Cambridge, Mass., update work from 2008 to see if children in the Quebec care system kicked their troubling behaviours over time.

What the trio found instead was “striking evidence” that exposure to the program was associated with higher crime rates, with the effects most acutely seen in boys. Boys were more likely to have higher levels of hyperactivity and aggression, the researchers wrote, while girls showed declines in prosocial behaviour, which captures many altruistic activities like donating and volunteering. All of those behaviours fall under the heading of “non-cognitive” abilities, such as impulsiveness and emotional stability.

Exposure to the program was also associated with “worsened health and life satisfaction,” the study says. There was no such lasting effects on math, science and reading abilities, the researchers write.

Dire qu’au Québec on se fait croire que le monde envie nos CPE… On devrait en avoir honte de nos CPE !

Mais continuons à parler du niqab… Un débat qui ne sert à rien, mais qui semble divertir la plèbe…