Faites le test…

Demander à un enfant gâté pourri de lui décrire son quotidien…  Il vous répondra invariablement qu’il est la cible des pires privations, qu’il est victime d’une négligence quasi criminelle et que ses parents lui empoisonnent la vie sans raison précise…  Plus l’enfant est gâté, plus il dressera un portrait sombre de sa situation…

Cette semaine, Richard Martineau s’est comporté comme un enfant gâté.  Voici ce qu’il écrivait le dimanche dernier dans le Journal à PKP:

« Depuis le temps que les résidents de Québec voient passer le plat de bonbons sous leur nez sans pouvoir piger dedans («Un stade pour Montréal, une Grande Bibliothèque pour Montréal, une Maison symphonique pour Montréal…»), c’est maintenant à leur tour de plonger. »

La belle ville de Québec, l’éternelle victime des sales Montréalais…  La ritournelle est connue, on peut l’entendre presque à tous les jours dans certaines radios de Québec qui aiment jouer à la victime pour mieux casser du sucre sur le dos de Montréal…  Cette activité puérile semble les rassurer…

Mais est-ce vrai ?  Est-ce que Montréal a pigé dans le plat de bonbon obligeant Québec à se contenter d’une assiette vide ? Il est facile de répondre à cette question, les chiffres existent depuis 1998:

Québec Montréal

Il y a les faits, et il y a la fiction. Dire que Montréal a pigé dans le plat de bonbon aux dépens de Québec c’est de la fiction. La réalité c’est que depuis 1999, Québec a toujours reçu plus d’argent que Montréal, une tendance lourde depuis 2007. En 2014, les dépenses provinciales en infrastructures représentaient 3 294$/habitant dans la région de Québec contre 2 122$/habitant à Montréal, un écart considérable de 1 172$/habitant.

Voici le portrait global depuis 1998 (année à partir de laquelle les statistiques sont disponibles):

Québec Montréal

Depuis 1998, si le gouvernement provincial avait dépensé autant par habitant dans la Métropole que dans la région de Québec, Montréal aurait reçu 21,5 milliards de plus ce qui représente une dépense moyenne de 1,3 milliard, chaque année, depuis 1998.  Pour vous donner une idée de la magnitude de cette somme, avec 1,3 milliard on peut construire 3,6 centres Videotron.  Si le gouvernement avait fait construire 3,6 centres Videotron chaque année depuis 1998, je pense que Montréal aurait aussi un des taux de chômage les plus bas au Canada.

Bref, avant de jouer à la victime et d’accuser Montréal d’être responsable de tous les maux de la planète, la région de Québec devrait se rappeler qu’elle a été extraordinairement choyée depuis plus d’une décennie et que maintenant, puisque le plat de bonbons est vide, Montréal devra se contenter des miettes.

La prochaine fois que les « vedettes » de radio de Québec trouveront une peccadille pour chier sur Montréal et traiter ses habitants de débiles légers, on pourrait leur rappeler ses chiffres ?

Sources:
Institut de la statistiques du Québec
Dépenses en immobilisation et en réparation du secteur public, par type d’organisme, régions administratives et ensemble du Québec
Estimation de la population des régions administratives selon le groupe d’âge et le sexe, au 1er juillet, Québec

Banque du Canada
Taux et statistiques