Antagoniste


16 septembre 2015

Vidéo de chats Économie En Vidéos

J’ai réalisé que depuis que j’administre ce blogue, je n’ai jamais posté de vidéo de chat. Cette erreur est maintenant corrigé:

Tout parallèle entre ce vidéo et l’actualité québécoise est purement fortuit.


16 septembre 2015

Québec contre Montréal Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Faites le test…

Demander à un enfant gâté pourri de lui décrire son quotidien…  Il vous répondra invariablement qu’il est la cible des pires privations, qu’il est victime d’une négligence quasi criminelle et que ses parents lui empoisonnent la vie sans raison précise…  Plus l’enfant est gâté, plus il dressera un portrait sombre de sa situation…

Cette semaine, Richard Martineau s’est comporté comme un enfant gâté.  Voici ce qu’il écrivait le dimanche dernier dans le Journal à PKP:

« Depuis le temps que les résidents de Québec voient passer le plat de bonbons sous leur nez sans pouvoir piger dedans («Un stade pour Montréal, une Grande Bibliothèque pour Montréal, une Maison symphonique pour Montréal…»), c’est maintenant à leur tour de plonger. »

La belle ville de Québec, l’éternelle victime des sales Montréalais…  La ritournelle est connue, on peut l’entendre presque à tous les jours dans certaines radios de Québec qui aiment jouer à la victime pour mieux casser du sucre sur le dos de Montréal…  Cette activité puérile semble les rassurer…

Mais est-ce vrai ?  Est-ce que Montréal a pigé dans le plat de bonbon obligeant Québec à se contenter d’une assiette vide ? Il est facile de répondre à cette question, les chiffres existent depuis 1998:

Québec Montréal

Il y a les faits, et il y a la fiction. Dire que Montréal a pigé dans le plat de bonbon aux dépens de Québec c’est de la fiction. La réalité c’est que depuis 1999, Québec a toujours reçu plus d’argent que Montréal, une tendance lourde depuis 2007. En 2014, les dépenses provinciales en infrastructures représentaient 3 294$/habitant dans la région de Québec contre 2 122$/habitant à Montréal, un écart considérable de 1 172$/habitant.

Voici le portrait global depuis 1998 (année à partir de laquelle les statistiques sont disponibles):

Québec Montréal

Depuis 1998, si le gouvernement provincial avait dépensé autant par habitant dans la Métropole que dans la région de Québec, Montréal aurait reçu 21,5 milliards de plus ce qui représente une dépense moyenne de 1,3 milliard, chaque année, depuis 1998.  Pour vous donner une idée de la magnitude de cette somme, avec 1,3 milliard on peut construire 3,6 centres Videotron.  Si le gouvernement avait fait construire 3,6 centres Videotron chaque année depuis 1998, je pense que Montréal aurait aussi un des taux de chômage les plus bas au Canada.

Bref, avant de jouer à la victime et d’accuser Montréal d’être responsable de tous les maux de la planète, la région de Québec devrait se rappeler qu’elle a été extraordinairement choyée depuis plus d’une décennie et que maintenant, puisque le plat de bonbons est vide, Montréal devra se contenter des miettes.

La prochaine fois que les « vedettes » de radio de Québec trouveront une peccadille pour chier sur Montréal et traiter ses habitants de débiles légers, on pourrait leur rappeler ses chiffres ?

Sources:
Institut de la statistiques du Québec
Dépenses en immobilisation et en réparation du secteur public, par type d’organisme, régions administratives et ensemble du Québec
Estimation de la population des régions administratives selon le groupe d’âge et le sexe, au 1er juillet, Québec

Banque du Canada
Taux et statistiques


16 septembre 2015

Le joyau québécois Canada Économie International Québec Revue de presse

Montreal Gazette

McGill top Canadian university according to new international rankings
Montreal Gazette

McGill University maintained its position as the top-ranked Canadian university in the world even if it dropped down a few notches in the overall standings released in this year’s QS World University Rankings.

Three Canadian universities placed within the top 50 of the survey compiled by the service based in London. According to a statement it issued Monday, it bases its methodology on six indicators including academic reputation, employer reputation and faculty-to-student ratio.

McGill ranked 24th among the 3,539 institutions considered for inclusion this year, which actually represented a slight drop, from 21st last year. The University of Toronto finished 34th and the University of British Columbia placed 50th. Both of those universities dropped several spots in the rankings compared to last year. Université de Montréal also dropped, from 83rd last year to 115th this year. QS attributed a new methodology used for this year’s survey as the reason for the drop in the international rankings for Canada’s top universities. The change includes a modified approach in how it measures citations per faculty, a way of assessing research impact.

Despite the change in methodology, Concordia University’s place increased significantly. This year’s survey places it in a grouping ranked between 411 and 420. Last year it placed in a group rated between 461 and 470.

The top-ranked university in the world was the Massachusetts Institute of Technology, followed by Harvard University and the University of Cambridge.

L’université McGill est non seulement la meilleure université canadienne, c’est aussi la 24e meilleure université de la planète ! Pour retrouver une autre université québécoise dans le classement, il faut descendre en 115e position pour y voir l’Université de Montréal. Bref, l’université McGill fait partie des rares joyaux québécois qui font l’envie des autres pays sur la scène internationale. Si vous voyagez au Japon, vous risquez bien plus de tomber sur quelqu’un qui admire l’université McGill que les CPE québécois…

Pourtant, en début d’année, le boss de Quebecor a trouvé le moyen de dénigrer ce joyau en tenant les propos suivants: « l’État, devraient être plus attentives à ces considérations [de langue et culture] davantage importantes que jouer dans le pseudo palmarès des meilleures universités du monde ». Que ferait le boss de Quebecor avec ce joyau s’il devient premier ministre ?

P.-S. L’université Laval se classe en 324e position. Mais c’est pas grave, à Québec ils ont le plus bel aréna de la planète.