Péquiste au travail

Décidément, la construction du Péladôme aura été une parfaite illustration de tout ce qui ne fonctionne pas au Québec…

Le tout a commencé avec des personnalités qui s’étaient bâties une carrière médiatique en se faisant aller la gueule sur l’importance de réduire les dépenses du gouvernement et de faire une plus grande place au privé. Finalement, à la première occasion ces gens ont trahi leurs principes puisque le cadeau gouvernemental leur était destiné… C’est un peu comme si un père de famille demandait à ses enfants de faire des sacrifices pour rembourser la carte de crédit, mais qu’à la première occasion il décidait d’utiliser l’argent ainsi économisé pour aller se saouler la gueule… Les sacrifices c’est bon pour les autres il faut croire…

Mais comme si ce n’était pas assez, hier, lors de l’inauguration, on a décidé d’ajouter l’insulte à la blessure. Voici ce qu’a raconté notre bon premier ministre:

Pour notre premier ministre, le courage c’est de dire « oui » quand on lui demande de dépenser l’argent des contribuables… Wow, tout un courage… Selon cette logique tordue, un parent qui dit toujours « oui » à ses enfants quand ils demandent des bonbons est plus courageux que celui qui apprend à dire « non »…

Désolé, mais le vrai courage ce n’est pas de dire « oui », mais de dire « non ». Et plus l’enfant est gâté pourri, plus il faudra du courage pour être capable de lui dire « non » et affronter sa crise du bacon.

Jean Charest a donné 200 millions de dollars de notre argent pour construire le Péladôme au moment où il était au plus bas, empêtré dans les scandales de la commission Charbonneau. Ce 200 millions de dollars c’était pour acheter des votes, c’était un pot de vin supérieur à tous ceux exposés par la commission Charbonneau. Ce 200 millions de dollars ce n’était pas un geste de courage, c’était un geste de désespoir.

La construction du Péladôme de Québec aura vraiment été une entreprise honteuse du début à la fin…

P.-S. Si dépenser l’argent des contribuables est un geste de courage, moi j’ai hâte d’avoir un politicien pissou qui va couper dans les dépenses et réduire les taxes & impôts.