Antagoniste


9 septembre 2015

Honteux du début à la fin Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

Péquiste au travail

Décidément, la construction du Péladôme aura été une parfaite illustration de tout ce qui ne fonctionne pas au Québec…

Le tout a commencé avec des personnalités qui s’étaient bâties une carrière médiatique en se faisant aller la gueule sur l’importance de réduire les dépenses du gouvernement et de faire une plus grande place au privé. Finalement, à la première occasion ces gens ont trahi leurs principes puisque le cadeau gouvernemental leur était destiné… C’est un peu comme si un père de famille demandait à ses enfants de faire des sacrifices pour rembourser la carte de crédit, mais qu’à la première occasion il décidait d’utiliser l’argent ainsi économisé pour aller se saouler la gueule… Les sacrifices c’est bon pour les autres il faut croire…

Mais comme si ce n’était pas assez, hier, lors de l’inauguration, on a décidé d’ajouter l’insulte à la blessure. Voici ce qu’a raconté notre bon premier ministre:

Pour notre premier ministre, le courage c’est de dire « oui » quand on lui demande de dépenser l’argent des contribuables… Wow, tout un courage… Selon cette logique tordue, un parent qui dit toujours « oui » à ses enfants quand ils demandent des bonbons est plus courageux que celui qui apprend à dire « non »…

Désolé, mais le vrai courage ce n’est pas de dire « oui », mais de dire « non ». Et plus l’enfant est gâté pourri, plus il faudra du courage pour être capable de lui dire « non » et affronter sa crise du bacon.

Jean Charest a donné 200 millions de dollars de notre argent pour construire le Péladôme au moment où il était au plus bas, empêtré dans les scandales de la commission Charbonneau. Ce 200 millions de dollars c’était pour acheter des votes, c’était un pot de vin supérieur à tous ceux exposés par la commission Charbonneau. Ce 200 millions de dollars ce n’était pas un geste de courage, c’était un geste de désespoir.

La construction du Péladôme de Québec aura vraiment été une entreprise honteuse du début à la fin…

P.-S. Si dépenser l’argent des contribuables est un geste de courage, moi j’ai hâte d’avoir un politicien pissou qui va couper dans les dépenses et réduire les taxes & impôts.


9 septembre 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (1-7 septembre) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: c’est étonnant que la visite du Péladôme ne se retrouve pas dans le top 5 anglophones… Au lieu de parler de l’inauguration de la 8e merveille du monde, les incultes du Canada anglais ont plutôt préféré parler de la crise des migrants en Europe, un sujet insignifiant…

Source:
Influence Communication


9 septembre 2015

Paradis imaginaire Économie International Revue de presse

Daily Mail

Syrian refugees in Uruguay say they want to move elsewhere
Daily Mail

Five families of Syrian refugees granted asylum in Uruguay last year protested outside the president’s offices on Monday, demanding they be allowed to leave the South American country in search of better jobs, even back in the Middle East.

Uruguay accepted the 42 Syrians fleeing civil war in October 2014, but the families said they felt the leftist government had failed to deliver on a promise of good incomes. « I am not afraid to go back to Lebanon, » said 36-year-old Aldees Maher, whose family had initially sought safety in a refugee camp across the border from Syria. « I want a place that guarantees me, my family a life. »

In Uruguay, a secular country with a tiny Muslim population of about 300, the refugees receive housing, health care, education and financial support from the government. Even so, they have struggled to settle in and relations with locals have been strained.

« I don’t have any way of getting a job to earn enough money and look after the family. Before we came, the embassy told us we could earn $1,500 a month, » said Maher.

The refugees hold an identity and travel document that is recognized internationally, but other states can deny them entry.

Au Québec on parle beaucoup d’accueillir des réfugiés syriens, mais rien ne garantit qu’ils voudront rester ici…