Antagoniste


30 septembre 2015

Ce qu’il faut savoir à propos des manifestations Coup de gueule Europe

Manifestation

Laissez-moi vous parler de la Catalogne, cet endroit que 98% des péquistes ne peuvent localiser sur une carte, avec le 2% restant qui pensent que l’on parle d’une couverture…

Mais soyez sans crainte, je ne veux pas parler des nationaleux arriérés catalans, m’enfin pas directement…

Le 11 septembre dernier, les séparatistes catalans ont fait une énorme manifestation, 1,4 million de personnes sont descendues dans les rues, apparemment pour demander leur « indépendance ».  Une manifestation de 1,4 million de personnes pour une population de 7,5 millions c’est 18,6% de la population. C’est une proportion énorme, c’est l’équivalent d’une manifestation de 1,5 million de personnes au Québec.

Bref, quand j’ai vu cette gigantesque manifestation, je me suis dit que les séparatistes allaient facilement gagner leur élection référendaire en récoltant au moins 80% des votes…  Or, lors de l’élection qui s’est tenue dimanche dernier, ils ont plutôt dû se contenter d’un petit 47,8% des votes…  Même pas 50%

La leçon à tirer de cette histoire, les gens qui se déplacent dans les manifestations, même quand elles semblent énormes, appartiennent toujours à la minorité bruyante…  C’est un peu comme une ligne ouverte dans une radio de Québec où tout le monde appelle pour dire qu’il déteste le Canadien, mais que le soir du match presque tout le monde se présente avec un chandail du CH

Tâchons de ne pas l’oublier quand la racaille syndicaleuse manifestera cet automne au Québec…  Ils sont minoritaires !


30 septembre 2015

Les subventionnés Économie En Chiffres Québec

Ceux qui ont l’estomac assez solide pour lire le Facebook du boss de Quebecor ont sans doute remarqué que le chef du PQ aime beaucoup les subventions… On se demande bien pourquoi…

Que ce soit les Centres locaux de développement, Investissement Québec ou la Caisse de dépôt et placement du Québec, PKP est friand des institutions qui utilisent l’argent durement gagné par les contribuables pour garnir le plat de bonbon des subventionnés de l’État… On dirait que pour PKP, un entrepreneur ce n’est pas quelqu’un qui a une bonne idée, mais quelqu’un qui reçoit un chèque du gouvernement…

M’enfin, voici quelques chiffres tirés du deuxième rapport sur la révision permanente des programmes qui montre à quel point les organismes subventionnaires au Québec sont loin d’être aussi utiles qu’on pense:

Subvention Québec

On constate facilement que les subventions au Québec, elles sont faites pour une petite clique de privilégiés. On comprend facilement pourquoi les libéraux ont décidé de faire un certain ménage, un ménage qui sera salutaire pour l’économie du Québec.

Il est aussi bon de se rappeler qu’au Québec l’impôt des entreprises rapporte ~3,2 milliards de dollars et que le gouvernement distribue en subventions ~3,4 milliards de dollars.  Bref, au lieu d’entretenir une vaste bureaucratie subventionnaire qui va aider une petite clique de privilégiés, on devrait abolir complètement les subventions et l’impôt des entreprises.  Ainsi le gouvernement pourrait économiser et toutes les entreprises sans discrimination pourraient en profiter !

Source:
Commission de révision permanente des programmes
Deuxième rapport de la commission – Cap sur la performance


30 septembre 2015

Réfugiés imaginaires Environnement International Revue de presse

The Daily Telegraph

New Zealand deports would-be first ever ‘climate change refugee’
The Daily Telegraph

Ioane Teitiota argued for four years he should stay in New Zealand because of rising seas that threaten to deluge Kiribati, making it unsafe for him and his family

New Zealand has deported a Pacific islander who launched a failed bid to become the world’s first climate change refugee, the man’s supporters said Thursday.

Ioane Teitiota was sent to Kiribati on Wednesday after exhausting all avenues of appeal in his four-year battle to stay in New Zealand. Mr Teitiota, 39, had argued that he should not be sent back to Kiribati as rising seas threaten to deluge the island nation of 100,000 people, making it unsafe for him and his family. His pastor, Reverend Iosefa Suamalie, confirmed Mr Teitiota’s departure after the expatriate Kiribati community’s last-minute pleas were turned down.

Rev Suamalie said the future was uncertain for Mr Teitiota’s wife and three New Zealand-born children, who are expected to follow him to Kiribati next week.

John Key, the prime minister, this week said Teitiota’s argument lacked credibility and he had to abide by New Zealand’s laws.

« I’m sure people feel for the guy… (but) in my eyes, he’s not a refugee, he’s an overstayer, » he said.

Dans le débat francophone, il paraît que la Dussault a dit qu’il y avait des milliers de réfugiés climatiques…


29 septembre 2015

Les pauvres Économie États-Unis

Fast-FoodUne idée reçue largement rependue chez la bonne gauche veut que les pauvres soient stupides…

Par exemple, la gauche s’imagine que si vous êtes pauvre, vous allez vous goinfrer de malbouffe. C’est pour cette raison que la bonne gauche tient absolument à bannir les fast-foods aux abords des écoles, surtout celle dans les quartiers pauvres.

Le problème avec ce raisonnement ?  Il est complètement faux !

Une étude publiée la semaine dernière par le Centers for Disease Control montre qu’il n’existe aucune corrélation entre la consommation de malbouffe et le revenu des familles; même que pour les familles les plus pauvres, le pourcentage de calories consommées provenant de la malbouffe est inférieur à celui des familles les plus riches.  Cette réalité est observable aussi bien chez les enfants que les adolescents.

Bref, les pauvres n’ont pas besoin d’être maternés par la bonne gauche.

Source:
Centers for Disease Control and Prevention
National Health and Nutrition Examination Survey


29 septembre 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (22-28 septembre) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


29 septembre 2015

Quand l’Espagne parle du Canada, du Québec et des Nordiques… Europe Philosophie Revue de presse

El Pais

Barça is not Catalonia
El país (in english)

There is a certain kind of Brit who loves Spain and is captivated by Spanish soccer. But having more than enough entertainment with the porcine predicaments of their prime minister and such like, they don’t normally demonstrate the least bit of interest in Spanish or Catalan politics. Suddenly, though, learning through the media that Catalonia is flirting with independence, and that the famous clásico match between Barcelona and Real Madrid could disappear, has left them disconcerted. They want to know more. So in an attempt to clear up doubts and encourage understanding between nations we here today offer a guide, in Q&A format, for those Britons and other foreigners perplexed about the current Spanish political scene.

Q. So, just like in soccer then. But if they’re crazy about jamón from Extremadura and Huelva, why don’t the Catalans want cities as beautiful as Trujillo, Córdoba, Seville, Granada and Segovia to remain part of their cultural heritage?

A. Because they don’t travel to these places. They don’t value them and they hate giving them money from their taxes. Nationalism obstructs the mental channels that reason flows along. That goes for Spanish nationalism, too.

Q. Is there Spanish nationalism?

A. Yes. Nationalism is competitive, paranoid and classifies the human beings of the rival identity as if they were insects. Which is why you hear people in Madrid or Cádiz say that “the Catalans” are all one way, and people in Barcelona or Girona say “the Madrileños” are all another. Nationalism is defined more by antagonism towards the other than the love that one feels for one’s homeland. One example: a fervent Barça fan is happier when Real Madrid loses than when their own team wins.

Sans le savoir, un journal espagnol commentant la situation en Catalogne résume parfaitement bien ce qui se passe ici…

On aborde les thèmes de l’élection fédérale (paranoïa entourant les réfugiés syriens et le niqab), on parle de l’obsession du PQ (charte et nationalisme) et on commente même la situation du hockey au Québec (la haine maladive du Canadien)…


28 septembre 2015

C’était la faute du gouvernement Économie États-Unis Gauchistan

PharmaceutiqueLa semaine dernière, vous avez peut-être entendu parler de Martin Shkreli.

Martin Shkreli est un gestionnaire de hedge fund qui a acquis les droits du daraprim, un médicament prescrit aux sidéens pour combattre les infections parasitaires. Aux États-Unis, le daraprim est un médicament qui se vendait 13,50$ par comprimé, après s’en être porté acquéreur, Martin Shkreli a fait passer le prix à 750$.  Il va sans dire que nos bons médias ont été scandalisés, si bien que Martin Shkreli a décidé de reconsidérer sa décision.

Le problème avec cette histoire ?

Les médias, toujours aussi ignorant et/ou idéologique, n’ont pas identifié le bon coupable.

Le daraprim est un médicament vieux de 62 ans, autrement dit, aucun brevet ne limite sa fabrication. Demain matin, votre beau-frère pourrait produire et vendre du daraprim et faire compétition à Martin Shkreli.  Par contre, pour ce faire votre beau-frère devra se soumettre à un processus réglementaire si long et si coûteux qu’il risque d’abandonner en cour de route.  Martin Shkreli n’a pas vraiment acheté les droits du daraprim, ce qu’il a acheté c’est surtout la licence de la FDA pour produire ce composé.  Martin Shkreli a profité de la réglementation en place qui fait en sorte que l’obtention de licence de production est si difficile, que le gouvernement crée des monopoles !

À titre indicatif, en Inde le daraprim est vendu par comprimé !2828

Bref, la réglementation de la FDA c’est un autre cas où qui veut faire l’ange fait la bête !


28 septembre 2015

L’effet libéral Canada Économie En Chiffres Québec

Lundi dernier, j’ai parlé de l’embellie de l’indice de confiance des PME depuis que Philippe Couillard est devenu premier ministre.  Dans les jours qui ont suivi la publication de ce billet, on a publié le nouvel indice pour le mois de septembre et bonne nouvelle, la situation du Québec s’améliore encore !  Pour la 1re fois en 4 ans, la performance du Québec surpasse  celle du Canada pour un 3e mois consécutif.

Pour mesurer la performance économique du Québec depuis  que les libéraux sont au pouvoir, on peut aussi regarder les chiffres du « Centre d’analyse et de suivi de l’indice Québec ».  Ce centre mesure la performance des principales entreprises inscrites en bourse dans chacune des provinces canadiennes.  Voici comment se compare le Québec au reste du Canada:

Économie Québec

Non seulement le Québec est en territoire positif, mais nous sommes aussi la province qui a le mieux performé, un exploit quand on regarde à quel point la saignée a été abondante ailleurs au Canada !  Le Québec a fait 3 fois mieux que l’Ontario, le plus proche poursuivant.

On peut aussi évaluer la performance du Québec en bourse en regardant la progression du « First Asset Morningstar National Bank Québec Index » (QXM), un fonds négocié en bourse qui est constitué d’entreprise québécoise:

Économie Québec

Encore une fois, le Québec s’en tire mieux que les autres.

Somme toute, quand le philosophe de Quebecor dit que le Québec a besoin de mettre de côté « l’austérité » et de dépenser sans compter pour relancer l’économie du Québec, il fait la démonstration qu’il est peut-être très bon en sciences humaines, mais complètement nul en math.

Sources:
Centre d'analyse et de suivi de l'indice Québec
Centre d’analyse et de suivi de l’indice Québec

First Asset
First Asset Morningstar National Bank Québec Index ETF


28 septembre 2015

Pour l’amour du sport Économie États-Unis Revue de presse

Bloomberg Business Week

NFL Wants Players to Pay for Los Angeles Stadium
Bloomberg BusinessWeek

The National Football League is asking its players to help finance any new stadium in Los Angeles, a prerequisite to putting a team in the No. 2 U.S. media market for the first time since the Raiders and Rams bolted in 1994.

The NFL players union, which confirmed the talks, typically assumes some of the cost of stadium financing through what are called stadium credits, negotiated in the collective bargaining agreement. However, team owners have exhausted the credits approved in the existing contract, which runs through 2020. Any additional money from players — as for a proposed stadium in L.A. — must be approved on a one-off basis.

How much the players would pay for either stadium is unclear. The ultimate amount of a stadium credit is affected by several things, including how much projected revenue the proposed facility would generate.

Still, two executives from NFL teams said the credit could be worth about $300 million if two teams share the stadium. The executives requested anonymity because the league hasn’t commented on talks with the players association.

On n’arrête pas de nous dire à quel point les joueurs de jockey ont hâte de jouer à Québec et qu’ils souhaitent tous le retour des Nordiques…

Parfait, puisque les joueurs de la NHL sont en amour avec Québec qu’on fasse comme la NFL; que la ligue exige que l’association des joueurs participe au projet, on pourrait leur demander de débourser 200 millions pour rembourser la part du gouvernement provincial dans le projet…

Put your money where your mouth is… Après tout, ce n’est pas normal que des contribuables payent des impôts pour venir en aide à des millionnaires du sport. Merci à la NFL de l’avoir, dans une certaine mesure, compris.