Katrina

Le 28 août 2005, l’ouragan Katrina a frappé de plein fouet La Nouvelle-Orléans.  Dans son sillage, il prendra la vie de  près de 2 000 personnes et faisant plus de 100 milliards en dégâts.

La dévastation causée par l’ouragan Katrina a été telle que dans bien des cas, au lieu de reconstruire on a tout simplement décidé de délocaliser les sinistrés dans une autre ville puisqu’ils puissent se refaire une nouvelle vie.  Des victimes de Katrina ont été relocalisées aussi loin qu’à Salt Lake City dans l’Utah.  La majorité des gens qui ont ainsi été délocalisés était des Afro-Américains.  À l’époque, cela avait scandalisé la gauche qui y a vu une manifestation de racisme, je me rappelle la Bazzo à Radio-Canada qui parlait d’une seconde tragédie…

Dix ans plus tard, des chercheurs se sont intéressés au sort des gens qui ont été délocalisés par Katrina, voici les grandes conclusions:

  • On estime que la délocalisation a permis d’augmenter le revenu médian des familles de 4 400$.
  • Les familles délocalisées se sont retrouvé dans des quartiers avec une plus grande diversité ethnique i.e. ils ne vivaient plus dans un ghetto.
  • Le taux d’emploi a aussi augmenté de manière importante.
  • On a aussi observé une diminution significative d’un indice qui sert à mesurer la prédisposition d’une famille à la pauvreté chronique.
  • La mobilité sociale a aussi été augmentée; des gens qui étaient sous le seul de la pauvreté en Nouvelle-Orléans ont pu accéder à la classe moyenne.

L’ouragan Katrina a été une tragédie, mais les gens qui ont survécu au désastre peuvent aujourd’hui se consoler en se disant que cet ouragan leur a permis de briser les chaînes de leur pauvreté.