Antagoniste


8 juillet 2015

La main invisible et le gaz de schiste Économie Environnement États-Unis

PétroleIl s’est passé quelque chose de remarquable dans l’industrie du gaz de schiste aux États-Unis en juin…

Le mois dernier, pour la première fois depuis 7 mois, l’industrie du gaz de schiste a recommencé à forer des puits !  La dernière fois que l’on a creusé des nouveaux puits de schiste aux États-Unis le prix du baril de pétrole était à 70$, le mois dernier le baril de pétrole a oscillé entre 50$ et 60$.

Comment expliquer ce renversement de tendance ?  Optimiste démesuré ou spéculation sur une éventuelle hausse des cours du pétrole ?

Pas du tout.  Depuis la baisse généralisée du prix du baril de pétrole, les ingénieurs du schiste sont retournés à leur ordinateur avec un objectif bien précis: faire baisser les coûts de production et ils ont réussi au-delà des espérances !  Il y a un an, on estime qu’il en coûtait à l’industrie 60$ pour extraire un baril de pétrole de schiste.  Aujourd’hui, on estime que ce prix a été ramené à 40$ du baril !  Bref, même avec un baril de pétrole à 50$, l’industrie du pétrole de schiste est maintenant capable de faire de l’argent !

La main invisible a encore une fois frappé et les entrepreneurs se sont adaptés aux conditions du marché !


8 juillet 2015

Bulletin de fin d’année Économie En Chiffres Québec

La semaine dernière, le ministère des Finances du Québec a publié le dernier rapport mensuel des opérations financières du Québec pour l’année financière 2014-2015 (l’année financière débute le 1er avril et se termine le 31 mars de l’année suivante).

Ce rapport coïncide aussi avec la première année au pouvoir des libéraux, ce qui permet l’inévitable comparaison avec le PQ qui était au pouvoir l’année précédente.  Voici donc comment le PLQ et le PQ se sont tirés d’affaire lorsqu’ils ont dirigé le Québec (surplus ou déficit pour chacun des mois de l’année financière):

Finance Québec

Globalement, on peut voir que les libéraux ont eu un contrôle beaucoup plus serré des finances publiques, pour 9 des 12 mois, le PLQ a un meilleur bilan que le PQ.

Si on reprend les données du graphique ci-dessus, mais en calculant le déficit cumulé à la fin de chaque mois, voici ce qu’on obtient:

Finance Québec

On peut voir que tant le PLQ que le PQ ont passé leur année « dans le rouge », mais encore une fois, la situation est moins catastrophique avec les libéraux. Au final, l’année financière 2014-2015 (PLQ) s’est terminée avec un déficit de 1,811 milliard de dollars.  Chez les péquistes, l’année financière 2013-2014 s’était terminée avec un déficit de 2,824 milliards de dollars, soit 1,013 milliard de plus que les libéraux !

Autre élément à considérer…  Même si la bonne gauche a braillé toutes les larmes de son corps pour dénoncer un supposé saccage des services publics, je vous rappelle que le Québec a quand même fait un déficit de 1,811 milliard de dollars cette année…

Source:
Ministère des finances du Québec
Rapport mensuel des opérations financières


8 juillet 2015

Qui veut faire l’ange fait la bête… Économie Gauchistan Revue de presse

American Journal of Public Health

The Unintended Consequences of Changes in Beverage Options and the Removal of Bottled Water on a University Campus
American Journal of Public Health

Objectives. We investigated how the removal of bottled water along with a minimum healthy beverage requirement affected the purchasing behavior, healthiness of beverage choices, and consumption of calories and added sugars of university campus consumers.

Methods. With shipment data as a proxy, we estimated bottled beverage consumption over 3 consecutive semesters: baseline (spring 2012), when a 30% healthy beverage ratio was enacted (fall 2012), and when bottled water was removed (spring 2013) at the University of Vermont. We assessed changes in number and type of beverages and per capita calories, total sugars, and added sugars shipped.

Results. Per capita shipments of bottles, calories, sugars, and added sugars increased significantly when bottled water was removed. Shipments of healthy beverages declined significantly, whereas shipments of less healthy beverages increased significantly. As bottled water sales dropped to zero, sales of sugar-free beverages and sugar-sweetened beverages increased.

Conclusions. The bottled water ban did not reduce the number of bottles entering the waste stream from the university campus, the ultimate goal of the ban. With the removal of bottled water, consumers increased their consumption of less healthy bottled beverages.

Avis aux gauchistes qui pensent pouvoir contrôler la vie des gens…

À l’Université du Vermont, quand on a voulu faire plaisir aux enverdeurs en interdisant la vente de bouteille d’eau sur le campus, les gens ont simplement consommé des boissons sucrées en plus grand nombre… Bref, les gens ont produit autant de déchets, mais leurs choix étaient moins santé…