Antagoniste


6 juillet 2015

La Grèce et le Québec Économie Europe Gauchistan Québec

Souvlaki & PoutineSi la Grèce était une province canadienne qui recevait autant de péréquation que le Québec, elle recevrait 12,6 milliards d’Ottawa par année. Ironiquement, la semaine dernière la Grèce a déclaré faillite pour n’avoir pu honorer le remboursement de 2,1 milliards de dollars de dette…

Voilà qui expose une réalité qui horripile la bonne gauche, la situation du Québec n’est pas très différente de la Grèce.

Au final, les Grecs ont reçu un bailout de 335 milliards de dollars canadiens.  Pour une population de 11 millions d’habitants, ce plan de sauvetage représente donc 30 455$/habitant.

Au Québec, nous avons la chance de profiter d’un bailout perpétuel du fédéral, soit les paiements de transferts et de péréquation.  Depuis 2000, le Québec a reçu du fédéral 213 milliards de dollars ce qui représente une somme de 26 562$/habitant !

En bref, uniquement depuis 2000, le Québec a presque reçu autant  d’argent d’Ottawa que les Grecs ont reçu avec leur bailout !

Certaines personnes seront sans doute tentées de me répondre que la comparaison est odieuse puisque le Québec envoie chaque année plusieurs milliards de dollars en taxes et impôts à Ottawa.  C’est juste.  Mais je réponds à cet argument en disant que non seulement le Québec reçoit plus du fédéral qu’il ne donne (15,8 milliards de plus en 2013), mais qu’en plus les Grecs devront rembourser, avec d’intérêt, l’intégralité des 335 milliards de dollars qu’ils ont reçus.  Le Québec est plus chanceux que la Grèce, puisque le fédéral n’a jamais demandé au Québec de rembourser les sommes excédentaires reçues.

La question n’est pas de savoir si le Québec risque un jour de connaître le même sort que la Grèce puisque le Québec est déjà comme la Grèce !  Mais, contrairement à la Grèce, le Québec a un sugar daddy beaucoup plus conciliant…


6 juillet 2015

La richesse des Québécois selon Luc Godbout Canada Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Il y a deux semaines,  Luc Godbout a publié des chiffres relativement intéressants sur l’évolution des revenus des ménages québécois depuis 1976.  Ces chiffres montrent que si pour l’ensemble des ménages le portrait n’est pas reluisant, chez plusieurs types de ménages la progression des revenus plutôt spectaculaire.

Étonnamment, cette étude a été froidement accueillie tant à gauche qu’à droite. Cela m’étonne puisque les chiffres de Luc Godbout sont bons, il n’y a rien à redire de ce côté.  Tout ce que Luc Godbout a fait, c’est de reprendre intégralement les données de Statistique Canada, ce que je fais plusieurs fois par semaine sur mon blogue (sauf que dans mon cas, quand je reprends les chiffres de Statistique Canada je n’ai pas la prétention d’appeler ça une étude…)

M’enfin, comme je disais, aussi bien à gauche qu’à droite, les gens ont été sceptiques face à « l’étude » de Luc Godbout, il ne pouvait concevoir que les Québécois se soient enrichis depuis 35 ans…  Par exemple, réagissant à cette « étude », j’ai entendu Dutrizac dire dans son émission qu’avec la facture du câble qui augmente les gens sont plus pauvres…  Le pauvre Benoit ne réalise pas qu’en 1976 beaucoup de Québécois étaient trop pauvres pour se payer le câble…

Voici donc les fameux chiffres de Statistique Canada qui ont été repris par Luc Godbout pour être transformés en « étude » (évolution du revenu médian en dollars constants entre 1976-2011):

  • Ensemble des ménages: -3,4%
  • Ménages de 2 personnes et plus: -10,3%
  • Ménages de personnes âgées:+25,8%
  • Couple sans enfant: +4,0%
  • Famille biparentale: +32,6%
  • Famille monoparentale: +60,7%
  • Personne seule: +25,1%

Comme j’ai dit, ces chiffres sont rigoureusement vrais et il n’est pas inutile de décomposer les ménages en différents types de famille pour analyser l’enrichissement des gens, puisque la composition des ménages a énormément changé depuis 1976 (les familles sont devenues plus petites, ce qui impacte grandement leurs revenus).

Par contre, cela ne signifie pas que « l’étude » de Luc Godbout est sans reproches, derrière ces chiffres j’ai l’impression qu’on veut surtout nous convaincre que le modèle québécois fonctionne puisque des gens se sont grandement enrichis depuis 35 ans.  Or, si on tient vraiment à analyser l’enrichissement des Québécois, il aurait fallu se comparer aux autres provinces au lieu d’uniquement se comparer à nous même comme le fait Luc Godbout.  Cette comparaison est facile à faire, ces chiffres existent déjà chez Statistique Canada !  Aucun média n’a jugé bon fouiller ces chiffres histoire de fournir un portrait encore plus complet de la situation…  Paresse, ignorance ou manque de curiosité…

M’enfin, j’ai pris le temps de sortir ces chiffres histoire de comparer le Québec aux autres provinces canadiennes pour chaque type de ménage, voici donc les résultats de mon « étude »:

Revenus Québec

Revenus Québec

Revenus Québec

Revenus Québec

Revenus Québec

Revenus Québec

Revenus Québec

Vous avez maintenant un portrait complet de la situation.

S’il est vrai de dire, comme Luc Godbout le fait, que beaucoup de ménages québécois se sont enrichis depuis 35 ans, il faut aussi dire que dans presque toutes les catégories le Québec s’est enrichi beaucoup moins vite que le Canada.  À l’exception des familles monoparentales, le Québec est dans le fond du classement dans toutes les catégories. Somme toute, la bonne nouvelle de Luc Godbout cachait une énorme mauvaise nouvelle.

Bref, pendant que le reste du Canada court, le Québec lui se contente de marcher.  Encore une fois, le modèle québécois tant aimé par nos politicos a eu des conséquences catastrophiques sur les Québécois…  C’est un modèle qui nous a rendus médiocres et qui continuera à nous rendre médiocres tant et aussi longtemps qu’on s’obstinera à l’appliquer.

Source:
Statistique Canada
Tableau 202-0702


6 juillet 2015

Tout est taxable ! Coup de gueule Économie États-Unis Gauchistan Revue de presse

ChicagoSun-Times

Get ready to pay more for Netflix: Chicago sneaks ‘cloud tax’ onto books
Chicago Sun-Times

Chicagoans will soon be hit with a “cloud tax” for digital entertainment services — that’s 9 percent added onto streaming services such as Netflix and Spotify.

Netflix’s streaming plans range from $7.99 to $11.99, while Spotify’s premium service costs $9.99 a month. The city would collect 9 percent from those plans monthly. In total, the city expects it will collect $12 million a year from the tax.

The city enacted the change in the amusement tax on Wednesday but won’t begin collecting until Sept. 1 in order to allow the affected businesses time to make changes.

The city’s amusement tax isn’t anything new. Chicagoans pay the tax for everything from going to the movies, seeing a play or concert or attending a basketball game. A citywide audit, in which “online services” is listed, prompted the change to add digital entertainment to the list of city amusements. “In an environment in which technologies and emerging industries evolve quickly, the city periodically issues rulings that clarify the application of existing laws to these technologies and industries,” mayoral spokeswoman Elizabeth Langsdorf said in a statement.

Pour nos politiciens tout est taxable, même le « cloud »…

Je vois déjà nos politiciens québécois saliver à l’idée d’imposer une telle taxe en nous disant que c’est pour nous protéger de la méchante culture non québécoise…