Il y a quelques semaines, J.-Jacques Samson, l’inénarrable apologiste de PKP et de Régis Labeaume, avait ceci à dire à propos de la construction d’un nouveau stade de baseball à Montréal:

« Le coût d’un nouveau stade est évalué à quelque 500 M$. Une étude menée en 2013 pour le compte de la Chambre de commerce de Montréal établissait à 335 M$ la contribution qui devrait venir de l’État.

La Ville de Montréal, pour sa part, vit aux crochets du gouvernement du Québec. Elle a bien d’autres priorités.

Il faut par ailleurs que des investisseurs privés réunissent au moins un autre 500 M$ pour l’achat d’une franchise existante qui deviendrait disponible. »

Il est plutôt désespérant de constater qu’une personne qui a défendu bec et ongle la construction d’un aréna de 400 millions financé à 100% par le public à Québec se dit contre un investissement similaire à Montréal…  On pourrait parler de principes élastiques qui vont dans le même sens que les intérêts de son employeur…

M’enfin, c’est autre chose qui a retenu mon attention, à savoir que Montréal vivrait aux crochets du gouvernement du Québec.

Vraiment ?

Allons voir ce que disent les chiffres des dépenses d’immobilisation (béton, asphalte…) réalisées par le provincial:

Immobilisation Québec

Montréal vit-elle aux crochets du gouvernement ?  Disons simplement que ce n’est pas la région du Québec avec le plus de quêteux…  En moyenne depuis 2010 les dépenses d’immobilisation à Montréal ont été de 1 822$/habitant contre 1 7358$/habitant pour l’ensemble du Québec.  Bref, Montréal se trouve sur la moyenne, loin derrière le Nord-du-Québec, la Côte-Nord et la Gaspésie.  De plus, Montréal est l’une des régions du Québec qui payent le plus d’impôt.

Mais encore plus intéressant, la région que J.-Jacques Samson décrit comme vivant aux crochets du gouvernement reçoit moins d’argent du gouvernement que la région de Québec, 2 835$/habitant contre 1 822$/habitant, une différence de 1000$/habitant !  La chose ne devrait surprendre personne, puisque depuis son élection comme maire de Québec, Régis Labeaume est devenu un maître dans l’art du quêtage !

Bref, il serait temps que les gens de la région de Québec cessent de regarder les autres régions du Québec avec un air condescendant et qu’ils réalisent qu’ils sont choyés de bénéficier des largesses du gouvernement.

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Profils statistiques des régions administratives et des MRC