Antagoniste.net » 2015 » mai » 07

Antagoniste


7 mai 2015

Le modèle québécois en 55 mots Économie En Citations France Philosophie

Revel

Tiré du livre « La Grande parade » de Jean-François Revel (1924-2006). On y parle de la France, mais on aurait pu dire la même chose du Québec…

« Dans une société où les inégalités résultent non de la compétition ou du marché, mais de décisions de l’État, le grand art économique consiste à obtenir de la puissance publique qu’elle dévalise à mon profit mon voisin, si possible sans que celui-ci sache à qui va la somme qu’on lui prend. »


7 mai 2015

Le début de la fin ? Canada Économie En Chiffres Environnement Gauchistan

Hier, lendemain de l’élection d’un gouvernement socialiste en Alberta, le prix du pétrole sur le marché mondial est resté stable. Par contre, c’est une tout autre histoire pour les compagnies pétrolières albertaines…  Voici comment leur valeur a évolué sur le marché de Toronto au lendemain de l’élection des gauchistes albertains:

Alberta Communiste

Comme au Saddledome, c’est un « Sea of Red »…

En 2012, j’avais souhaité une victoire du « Wildrose alliance » puisque ce parti voulait revoir le programme de péréquation et tant que le Québec recevra de la péréquation, nous continuerons d’être pauvres, car nous ne serons pas incités à changer notre modèle.

Peut-être qu’avec le NDP majoritaire en Alberta, on arrivera au même résultat.  Mais cette fois-ci parce que l’Alberta va devenir trop pauvre pour faire vivre le Québec…  L’élection des gauchistes en Alberta pourrait être le début de la fin du programme de péréquation.

M’enfin, notons qu’il aura fallu moins de 24 heures après l’élection du NPD pour que la nouvelle première ministre fasse des appels téléphoniques pour essayer de rassurer les pétrolières.

Source:
Google Finance
Stock market quotes


7 mai 2015

C’est con un gauchiste… Coup de gueule Économie France Gauchistan Revue de presse

Marianne

Pour Rebsamen, reconnaître les mauvais chiffres du chômage, c’est « faire le lit de l’extrême droite »
Marianne

Invité ce matin au micro de France Info, le ministre du Travail et de l’Emploi a avancé une bien curieuse justification pour persuader les auditeurs que les nouveaux mauvais chiffres du chômage étaient, en fait, un signe « encourageant » : prétendre le contraire, donc dire la vérité, ce serait faire « le lit de l’extrême droite »…

Le journaliste se demande alors comment le ministre peut trouver là le moindre indicateur de réjouissance. « François Rebsamen, vous avez fait preuve de… Allez on va dire de créativité… Pour nous faire avaler la pilule du chômage : vous avez vu un signe « encourageant » dans le record du mois de mars (la barre des 3,5 millions de chômeurs franchie). Pourquoi ne pas dire tout simplement : « C’est pas bon », « Ca ne va pas » ? »

Ben oui tiens, pourquoi ? Attention, le réponse de François Rebsamen vaut sont pesant de cacahuètes : « On peut toujours se complaire dans une sorte de défaitisme, de déclinisme, de pessimisme… Et faire ainsi – c’est le cas de ceux qui le font, souvent – le lit de l’extrême droite. » Accordons au ministre de l’emploi qu’il possède une bonne dose de créativité dans cette façon de justifier la nécessité de systématiquement nier la réalité.

J’ai l’impression d’entendre un péquiste défendre le modèle québécois…