Antagoniste


6 mai 2015

Un communiste en colère Coup de gueule Économie En Vidéos Gauchistan Québec

En octobre 2014, on avait eu une première indication que Pierre Karl Péladeau était un personnage colérique capable d’intimider les gens. Cette impression a été confirmée cette semaine dans un article-choc de Martin Patriquin publié dans le Maclean’s.  Depuis l’histoire a fait boule de neige et d’autres témoins se sont manifestés pour raconter avoir été victime des excès de colère de PKP (ici, ici & ici).

Par contre, c’est autre chose qui a attiré mon attention dans les articles de Martin Patriquin sur PKP…

De « Carl » à « Karl »:

Though he was a philosophy major in his university years—he changed his name from “Carl” to “Karl” in homage to Karl Marx

Ses amis…

Much of the Parti Québécois old guard has lined up behind Péladeau. Writer and former member of the Front Libération du Québec terrorist group Jacques Lanctôt, whose written love affair with Castro’s Cuba is as long as it is profound, has publicly supported Péladeau. Strident separatist Andrée Ferretti, also a long-time communist, praised Péladeau’s “political instincts” and ability to “slake the communal thirst and rid [Quebec] of its federalist and internationalist capitalist vultures.”

Ses préférences musicales…

Soon the former capitalist bogeyman was singing L’internationale, that enduring musical staple of the global socialist movement, with his fans around a pool table.

Depuis son arrivée au PQ, plusieurs personnes ont dit que PKP était de droite et qu’il faisait semblant d’être de gauche pour augmenter ses chances de devenir chef… Et si c’était le contraire. Et si en réalité PKP était de la gauche radicale ? Et si PKP avait plutôt fait semblant d’être de droite lorsqu’il était à la tête de Québecor ?


6 mai 2015

La fiesta albertaine Canada Économie En Chiffres Gauchistan

Quand c’est le party, quand les gens font la fête et s’amusent ferme, personne ne veut que ça s’arrête.  Les gens sont prêts à tout pour que la fête continue, quitte à boire la moindre goutte d’alcool qui leur tombe sous la main en espérant ainsi préserver leur état festif…

Finalement, les Albertains ne sont pas différents des autres, eux aussi veulent poursuivre leur party coûte que coûte…

Quand on regarde les dépenses du gouvernement albertain en proportion de leur richesse, on voit une province frugale qui semble plus raisonnable que le Québec:

Alberta Communiste

Quand Ralph Klein a été élu en 1992, les dépenses du gouvernement en proportion de la taille de l’économie ont fortement diminué.  Ainsi, quand on analyse la taille du gouvernement albertain en fonction du PIB, le secteur public de cette province est presque 2 fois plus petit que celui du Québec: 12,3% vs. 19,4%.

Ces chiffres tendent à démontrer que l’Alberta a un gouvernement beaucoup moins gourmand et omniprésent que le Québec…  Mais l’Alberta est très riche, ce qui a pour effet de biaiser un peu les chiffres.  Si on analyse la taille du gouvernement en fonction des dépenses par habitant, voici ce qu’on obtient:

Alberta Communiste

On peut voir que la très dépensière Alberta a subi une cure minceur à partir de 1992 avec l’arrivée de Ralph Klein, mais à partir de la fin des années 90, les dépenses par habitant sont reparties à la hausse !  En 2013, l’Alberta dépensait l’équivalent de 10 340$ par habitant, soit 1 689$ de plus que le Québec qui fait osciller la balance à 8 642$ !

Bref, l’Alberta a depuis longtemps un gouvernement plus gros et omniprésent que le Québec.  C’était un gros gouvernement que les Albertains avaient les moyens de se payer grâce à leur dynamisme économique, mais voilà que la baisse du pétrole fait en sorte que le gouvernement est devenu trop gros…

Mais comme je disais, les Albertains ne sont pas différents des autres, eux aussi veulent poursuivre leur party coûte que coûte…  Pour éviter que la fiesta se termine, les Albertains ont donc voté pour le parti qui s’est présenté devant les électeurs avec les bras chargés de bouteilles d’alcool…  Résultat, un admirateur d’Hugo Chavez a été élu député pour le NPD avec 62% des votes…  Par contre, avec un party aussi arrosé, il y aura une gueule de bois historique…

Sources:
Ministère Des Finances Du Canada
Tableaux de référence financiers

Statistique Canada
Tableau 051-0001 & 384-0037

Banque du Canada
Taux et statistiques


6 mai 2015

Le Québec ne fait pas partie de l’équation Canada Économie Revue de presse

The Daily Telegraph

Snow storms and ice hockey: Billionaires flock to the world’s new luxury homes hotspot
The Daily Telegraph

Toronto is towering above the rest of the world’s luxury property markets, as the only city to record an acceleration in the sales rate of high-end homes from 2013 to 2014.

The Canadian city, well known for its economic stability, experienced a 37pc increase in the sale of luxury penthouses, apartments and houses in the 12 months to the end of December, after just a 4pc rise in the previous year, outstripping San Francisco, Sydney and Miami, according to a report from Christie’s international real estate group.

The study, which ranks the top 10 urban centres by the growth in sales of exclusive properties, found that the rate also slowed in Los Angeles, New York and Paris, while transactions declined in London, Dubai and Hong Kong last year.

Sales growth has now steadied in all cities, apart from Toronto. “This was Toronto’s second best year on record, but it wasn’t just a function of supply and demand,” said Mr Conn.

“This is one of the most stable financial and governmental systems in the world. It’s the major economic hub in Canada, with a net influx of people and an incredible rate of growth. The perception is it’s a safe place to invest, still relatively cheap, with an attractive rate of return.”

Rappelons que le parti politique qui a le plus contribué au développement économique de Toronto est le… PQ !

Toronto est devenue la métropole du Canada, déclassant Montréal, quand le PQ a été élu en 1976, ce qui a provoqué un exode massif de capitaux vers la ville reine. Toronto devrait avoir une statue pour rendre hommage à René Lévesque…

Bref, les riches n’achètent pas de maison au Québec, mais en Ontario… M’enfin, j’imagine que ça plaît aux communistes du PQ et de Québec Solidaire.