Antagoniste


4 mai 2015

Le monde selon Dutrizac… Coup de gueule Économie Gauchistan Québec

Pierre Karl Péladeau IEDM

Vous vous rappelez de la conférence de PKP en faveur d’un état puissant et interventionniste à l’IEDM, un think tank gauchiste ?

Moi aussi j’ai oublié…  Pourtant, si on se fie à cette entrevue avec Benoît Dutrizac, pareille chose a déjà dû se produire…  À moins que…

Quelques remarques…

  • PKP reproche au gouvernement libéral de ne pas avoir mis sur pied un consortium québécois pour acheter le Cirque du Soleil…  Par ignorance ou par complaisance, Benoît Dutrizac n’a pas jugé bon demander à PKP pourquoi Québécor, sa compagnie, avait refusé de se joindre à la Caisse de dépôt pour acheter une partie du Cirque.  Si la compagnie de PKP ne voulait pas du Cirque pourquoi d’autres en auraient voulu?
  • Selon PKP, le Québec serait riche parce que la Caisse de dépôt et Investissement Québec, deux créatures gouvernementales, ont de l’argent…  PKP n’a pas réalisé que si les institutions gouvernementales sont riches au Québec, c’est parce que les Québécois sont pauvres… De plus, si la richesse du Québec dépend de la Caisse de dépôt, quelqu’un devrait dire à PKP que Québecor a appauvrit le Québec
  • Durant l’entrevue, après avoir dit qu’il croyait à un état fort et interventionniste, Benoît Dutrizac demande à PKP s’il est trop de droite pour le PQ…  Le pauvre Benoît Dutrizac, un analphabète économique, n’a pas réalisé que l’interventionnisme étatique est une pierre angulaire de l’idéologie gauchiste !  PKP ne peut pas être trop à droite pour le PQ, depuis qu’il a fait le saut en politique, PKP est devenu un membre de la bonne gauche québécoise !

L’entrevue aurait pu être intéressante et corsée.  Malheureusement, Benoît Dutrizac est un interviewer trop ignorant ou trop partisan pour faire correctement son travail…  Remarquer que les deux concepts ne sont pas mutuellement exclusifs, même qu’ils sont plutôt synergiques dans le cas de Benoît…


4 mai 2015

Le Québec: gras dur ! Arguing with Idiots Canada Coup de gueule Économie Québec

La semaine dernière, Claude Legault, un artiste inconnu à l’ouest de Cornwall, a voulu faire peur aux Québécois en nous racontant que nous vivions une période d’austérité et de coupes sauvages

La même semaine, celui que les péquistes présentent comme un « homme d’affaires », nous disait qu’il fallait imiter l’Ontario et éviter de couper avec une « tronçonneuse »…

Finalement, vendredi dernier, les hooligans syndicaux ont fait chier des milliers de Québécois en manifestant contre l’austérité i.e contre la perte de certains de leurs privilèges…

Mais comment se compare « l’austérité sauvage » du Québec avec les autres provinces, PKP a-t-il raison de dire que l’Ontario a rejeté les coupures ?

Depuis la semaine dernière, on peut facilement répondre à cette question puisque toutes les provinces canadiennes, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard, ont déposé leur budget.  La semaine dernière, c’était au tour du Manitoba et de Terre-Neuve.  Donc, comment se compare le Québec aux autres ? Voici la réponse:

Austérité Québec
*Nouveau-Brunswick & Manitoba: le budget couvre seulement l’année 2015-2016
**Île-du-Prince-Édouard: chiffres du budget 2014 pour, le budget 2015 sera dévoilé en mai

Encore une fois, on peut constater qu’il n’y a pas d’austérité au Québec. Au cours des trois prochaines années, nous allons faire partie des provinces qui augmenteront le plus leurs dépenses !

De plus, le supposé homme d’affaires du PQ a raté une belle occasion de se taire en disant que le Québec devrait imiter l’Ontario puisque les dépenses au Québec vont augmenter 2 fois plus au Québec ! De plus, l’Ontario va privatiser 60% d’Hydro-One, leur équivalent d’Hydro-Québec. PKP est ouvert à la privatisation d’Hydro-Québec ? J’en doute, c’est un nationaleux…

Je conclus en vous faisant remarquer que même si le Québec est la province la plus endettée du Canada, nous allons quand même être l’une des provinces qui va le plus augmenter ses dépenses au cours des trois prochaines années. Il n’y a pas d’austérité au Québec… Malheureusement…

Source:
Banque TD
Public Policy and Government Finances


4 mai 2015

Les réchauffistes et les jeunes Environnement États-Unis Revue de presse

Harvard Political Review

For Young Voters, Climate Change Takes a Back Seat
Harvard Political Review

Only 55 percent of survey participants agreed with the statement, “Global warming is a proven fact and is mostly caused by emissions from cars and industrial facilities such as power plants.” Twenty percent held the belief that “Global warming is a proven fact, and is mostly caused by natural changes that have nothing to do with emissions from cars,” and the remaining 23 percent who answered the question believe that “Global warming is a theory that has not been proven yet.”

Even more surprising, these numbers are the same across the board for participants between 18 and 29 years old, with 51-56 percent agreeing that global warming is a fact and is caused by fuel emissions across age groups. In fact, the age group that least agreed with the first statement was that of 18 to 20-year-olds. The assumption that younger adults are more liberal when it comes to global warming does not hold up; if anything, they are even more skeptical.

Consequently, young Americans are often unsupportive of government measures to prevent climate change that might harm the economy. Less than a third of those surveyed agreed with the statement, “Government should do more to curb climate change, even at the expense of economic growth,” and only 12 percent strongly agreed with it.

Ce sondage de l’université Harvard est intéressant à plusieurs points de vue. Premièrement, il indique que seulement 55% des Américains sont des réchauffistes, les dissidents sont nombreux.

Mais le résultat le plus intéressant concerne les jeunes. De tous les groupes d’âge, c’est chez les jeunes qu’on trouve le plus de sceptiques et de gens qui refusent qu’on sacrifie l’économie pour combattre un possible réchauffement, à peine 12% des jeunes appuient fortement cette idée.

Bref, les jeunes Américains semblent avoir une pensée critique beaucoup plus affûtée que les jeunes Québécois qui eux, semblent gober sans trop se poser de questions les écrits de l’évangile réchauffiste.