Antagoniste.net » 2015 » avril » 23

Antagoniste


23 avril 2015

Réalisations socialistes Économie En Citations Philosophie

Lawrence Reed

L’économiste Lawrence Reed à propos du socialisme:

« La seule chose que le socialisme et la redistribution de la richesse ont pu faire pour les pauvres est de leur donner beaucoup de compagnie. »


23 avril 2015

Rien de trop beau pour les artistes Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

J’avais prévu en parler en février quand la nouvelle est sortie, mais cette dernière s’est faufilée dans les mailles de mon filet…  M’enfin, puisqu’il n’est jamais trop tard pour bien faire voici donc quelques chiffres, publiés en février dernier, sur les dépenses du gouvernement en culture.

Pour l’année 2012-2013, le gouvernement a flambé 989 millions de dollars en culture…  Si on inclut les crédits d’impôt remboursables, c’est la rondelette somme de 1,3 milliard qui va mourir dans les poches de la colonie artistique…  Comme j’ai déjà dit dans le passé, il n’y a pas d’austérité pour les artistes, l’auge à cochon est toujours pleine pour les artistes.

Voici où cet argent est dépensé au Québec…

Culture Québec

On peut constater que la clique du plateau a fermement étendu ses tentacules sur Montréal et surtout sur… Québec !  En ce qui me concerne, on pourrait ramener les dépenses en culture au Québec au même niveau que Laval et on ne s’en porterait pas plus mal.

Depuis 1985, la Québec a englouti en culture 24,2 milliards de dollars (dollars de 2013), c’est l’équivalent du coût du projet de la b23aie James… Et ce n’est pas fini, chaque année le gouvernement va continuer de caler un nouveau milliard pour la culture…

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Un portrait statistique des dépenses en culture de l’administration publique québécoise


23 avril 2015

Marine Le Pen, une péquiste Coup de gueule France Revue de presse

Le Monde

Marine Le Pen à New York : « Je ne parle pas anglais, moi. Je suis française ! »
Le Monde

Marine Le Pen a beau avoir été désignée par Time parmi les cent personnes les plus influentes au monde, c’est en français que la présidente du Front national a tenté de faire passer ses messages, mardi 21 avril, lors de la cérémonie organisée par le magazine américain. « Ah non, je ne parle pas anglais, moi. Je suis française ! », lâche-t-elle, juste avant que ne débute le gala au Jazz Lincoln Center, à New York.

« Je fais partie de la majorité des Français, qui parlent peu l’anglais. En cela je suis très gaullienne : I speak very badly », plaisante-t-elle avec un accent à couper au couteau. C’est donc Ludovic de Danne, le conseiller aux affaires européennes du parti, qui a joué les interprètes, le professionnel sollicité préalablement ayant fait faux bond au dernier moment.

Même si Mme Le Pen était déjà dans la liste de Time en 2011, sa venue au gala est une première. « C’est une nomination plus politique que celle de 2011. A l’époque, il s’agissait d’une promesse. Aujourd’hui, c’est plus la conséquence d’une analyse de l’importance politique que prend le FN », fait-elle valoir. Le magazine ne dit pas autre chose, écrivant pour justifier son choix : « Il y a moins d’un an, Marine Le Pen annonçait à Time que son parti serait au pouvoir dans une décennie. Sa prédiction ne paraît plus absurde. »

Les nationaleux, qu’ils soient au Québec ou en France, sont tous les mêmes. Ils sont petits et inutiles.