Antagoniste


20 avril 2015

Un filon d’or ! Économie États-Unis

Colorado School of MinesJ’en discutais la semaine dernière, au Québec, la bonne gauche déteste tout ce qui touche l’exploitation des ressources naturelles.  La papauté du plateau considère que les ressources naturelles c’est sale, inutile et stupide…

Vraiment…

Si je vous demandais quelle université américaine donne le diplôme qui permet de décrocher le travail le plus payant, quel serait votre choix ?  Harvard ? Yale ? Princeton ? Massachusetts Institute of Technology ?

Du tout ! Sur une période de vingt ans, la 4e université avec le diplôme le plus payant aux États-Unis est la Colorado School of Mines !  Lors de ses vingt premières années sur le marché du travail, un diplômé de cette université gagne en moyenne 831 000$ de plus qu’une personne sans diplôme universitaire.  Voici les montants pour les autres universités mentionnées ci-haut:

  • Massachusetts Institute of Technology: 798 500$
  • Princeton: 795 700$
  • Harvard: 646 100$
  • Princeton: 795 700$
  • Yale: 578 500$

Travailler dans l’exploitation des ressources naturelles,  c’est payant !  Nos médias aiment bien dénigrer ce secteur économique en disant que l’avenir est dans l’économie du savoir; or, exploiter une mine, ça fait aussi partie de l’économie du savoir, ça demande de la recherche, du développement et de l’innovation !

Au Québec, nous avons la chance d’être riches en ressources minières.  Dommage que nous n’avons pas utilisé ce potentiel pour construire une université spécialisée dans ce domaine qui aurait pu devenir l’une des plus prestigieuses de la planète.  Non, au Québec on aime mieux gaspiller de l’argent dans une université comme l’UQAM qui offre un diplôme de casseur…

Source:
PayScale
College ROI Report: Best Value Colleges


20 avril 2015

Les étrangers Canada Économie En Chiffres Mondialisation

Spectacle d’un rare pathétisme cette semaine à l’Assemblée nationale quand la CAQ et le PQ, motivés par un nationalisme primaire et débilitant, ont reproché au gouvernement libéral de ne pas être intervenu dans le dossier de la vente du Cirque du Soleil.  Au Québec, le nationalisme est un des grands responsables de notre pauvreté chronique et ce n’est pas demain la veille où on sera débarrassé de ce poison…

Au Québec, quand les nationaleux apprennent que des « étrangers » veulent venir investir leur argent dans notre province, ils grimpent dans les rideaux. Ce sera encore le cas cette semaine avec la bonne gauche qui prévoit manifester contre le libre-échange.  Ils ne comprennent pas que si un étranger veut investir dans une entreprise d’ici, c’est pour la faire croître en injectant de l’argent neuf. Quand un étranger veut investir au Québec, c’est une bonne nouvelle !

C’est d’autant plus une bonne nouvelle que l’arrivée de joueurs étrangers dans notre paysage économique permet d’augmenter la compétition et c’est le consommateur qui ultimement en profitera.  Vous en doutez ?  Voici qu’elles sont les marges de profits de compagnies canadiennes et étrangères qui font affaire au pays dans quelques secteurs économiques:

Profit Étranger

Au niveau des profits, une chance que les étrangers sont là pour faire compétition à nos compagnies, cela permet à tous les Canadiens de réaliser des économies !

De plus, contrairement à ce que laissent entendre les détestables nationaleux de la CAQ et du PQ, quand un siège social passe dans les mains d’un étranger, cela peut signifier la création de nombreux emplois.  À ce sujet, voici les résultats d’une étude de Statistique Canada réalisée entre 1999 et 2005:

Mondialisation

Parmi les 164 sièges sociaux auparavant sous contrôle canadien qui sont passés sous contrôle étranger entre 1999 et 2005, seulement 21% (34) ont été fermés, ce qui a entraîné la perte de 1 709 emplois. Par contre, 38 sièges sociaux ont été ouverts suite à la prise de contrôle par des intérêts étrangers d’entreprises canadiennes, ce qui s’est traduit par la création de 2 346 emplois.  Bref, par suite de la prise de contrôle par des intérêts étrangers d’entreprises qui étaient sous contrôle canadien, il y a eu plus de sièges sociaux créés que de sièges sociaux fermés, et le nombre d’emplois créés a dépassé le nombre d’emplois perdus.

Comme je disais, au Québec, le nationalisme est un des grands responsables de notre pauvreté chronique. Ce nationalisme fait en sorte qu’ici les gens aiment mieux se fourrer entre eux que de faire de bonnes affaires avec des étrangers.

Sources:
Statistique Canada
Le contrôle étranger dans l’économie canadienne
L’emploi dans les sièges sociaux au Canada, de 1999 à 2005


20 avril 2015

Quand l’austérité est nécessaire Économie Europe Revue de presse

The Guardian

Greece at substantial risk of default, say experts
The Guardian

Greece is at substantial risk of a default, one of the world’s three leading ratings agencies said on Wednesday, as it downgraded the debt of the struggling eurozone country.

Standard & Poor’s said the drawn out negotiations between Athens and its creditors were damaging the economy and had resulted in a fresh cut in Greece’s credit rating, which is already at junk-bond status.

“Without deep economic reform or further relief, we expect Greece’s debt and other financial commitments will be unsustainable,” said S&P. It cut Greece’s rating to CCC+/C from B-/B, a level it considers puts the country at “substantial risk” of a default.

Interest rates on two-year Greek bonds stand at almost 24%, an indication that investors expect the country either to have its debt burden eased or to default.

The Syriza-led coalition has been at loggerheads with the so-called Troika of the International Monetary Fund, the European Central Bank and the European Union since coming to power in late January. Athens has been told that unless it submits a revised economic plan to Brussels, eurozone finance ministers may decide not to provide Greece with financial help to pay its debts.

Des cabochons en Grèce ont élu des communistes en s’imaginant que cela les mettait à l’abri de « l’austérité »…

Les cabochons viennent de comprendre que quand il n’y a plus d’argent, même les communistes n’ont pas le choix de mettre en place un régime d’austérité…

Que ça serve de leçon au Québécois.