Antagoniste


30 avril 2015

L’aide ne fait pas le talent Économie En Citations Philosophie

Revel

L’immortel Jean-François Revel à propos de la culture. En lien avec l’actualité de la semaine

« Les avocats du protectionnisme et du subventionnisme [culturels] se contredisent. Ils font tout ce tintamarre, disent-ils, contre l’argent. Et, en même temps, ils plaident que la création est conditionnée par l’argent à condition qu’il s’agisse d’argent public. Or, si le talent a parfois besoin d’aide, l’aide ne fait pas le talent. »


30 avril 2015

La répression fiscale Canada Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Hier, Statistique Canada a publié des chiffres très intéressants sur l’économie souterraine i.e. le travail au noir.  Voici, en proportion du PIB, la taille de l’économie souterraine dans chacune des provinces:

Travail Au Noir Québec

Au Québec, 10,4 milliards de dollars transitent en dehors de l’économie officielle, ce qui représente 2,9% du PIB.  C’est loin devant la moyenne canadienne (2,3%), mais devant l’Île-du-Prince-Édouard qui arrive en dernière position (3,3%).

Fait intéressant, l’Île-du-Prince-Édouard est la seule province canadienne avec un revenu après impôts inférieur au Québec.  Autrement dit, le vieil adage voulant que trop d’impôt tue l’impôt semble une fois de plus confirmé i.e. si l’État réduit de manière trop importante le revenu après impôts de ses citoyens avec des taxes et des impôts, ceux-ci tenteront d’éviter cette répression fiscale en migrant vers l’économie souterraine…

Source:
Statistique Canada
L’économie souterraine au Canada, 2012


30 avril 2015

La marginalisation des syndicats Économie France Revue de presse

Le Figaro

À peine un Français sur trois se sent proche d’un syndicat
Le Figaro

Selon les résultats de la vague 6 de l’EcoScope, le baromètre mensuel réalisé par OpinionWay pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business, 67% d’entre eux ne se reconnaissent en effet dans aucune organisation existante. À la veille du 1er Mai, la défiance est totale.

À la veille des traditionnelles mobilisations du 1er Mai pour la fête du Travail, la rupture entre les Français et les syndicats de salariés semble définitivement consommée. Selon la dernière vague de l’EcoScope, le baromètre mensuel réalisé par OpinionWay pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business, près de sept Français sur dix se disent en effet proches d’aucun syndicat: 67% exactement.

Cette défiance est particulièrement affirmée chez les femmes (73%), les 25-34 ans (73%), les classes populaires (71%), les indépendants (77%), les salariés du privé (69%), les chômeurs (89%) et les sympathisants UMP (78%). Une vraie claque. Parmi les militants politiques, seuls les partisans de la gauche radicale et du PS ont un taux d’éloignement inférieur à 50% (respectivement 35% et 44%).

La première étape pour se sortir de la misère et de la pauvreté, c’est la marginalisation des syndicats. En espérant que les Québécois marchent dans les pas des Français…


29 avril 2015

Une histoire de violence Coup de gueule Gauchistan Québec Terrorisme

UQAM

À entendre parler nos bons médias, la violence, la haine, l’intimidation, les arrestations et les injonctions sont des fléaux relativement nouveaux à l’UQAM et au cégep du Vieux-Montréal.

Vraiment ? Notre devise n’est-elle pas « je me souviens » ? Dans les faits, ces deux institutions traînent une longue histoire de violence… Une histoire si longue qu’il est surprenant que rien n’ait été fait pour réprimer ces deux maisons d’enseignement qui ont institutionnalisé la violence. Voyez par vous-même:

Vendredi 4 novembre 1988:

La Presse
La grève à l’UQAM tourne à la bagarre

La bagarre a éclaté hier matin devant les portes de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) alors que des étudiants voulant se rendre à leurs cours se sont heurtés à d’autres étudiants qui y font la grève depuis mercredi. […]

Tout a commencé un peu avant 10 heures, heure du début des cours à l’UQAM. Plusieurs dizaines de membres de l’Association générale des étudiants en sciences humaines, arts et lettres se sont massés devant les portes du campus principal de l’université, empêchant qui que ce soit d’entrer. Ces étudiants étaient pourtant depuis la veille sous le coup d’une injonction leur ordonnant de «cesser tout forme d’obstruction que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur des pavillons de l’UQAM». […]

C’est à ce moment-là que les policiers, qu’on avait vu plus tôt aux abords de l’université mais qui avaient disparu, sont arrivés. En les apercevant, les piqueteurs ont libéré les portes. Les agents ont pris place devant deux des entrées de l’université. A partir de ce moment-là, étudiants, employés et professeurs ont pu entrer sans être ennuyés.

Jeudi 29 mars 1990:

La Presse
33 étudiants sont arrêtés: la grève tourne au vinaigre au cégep du Vieux-Montréal

Deux étudiants ont été légèrement blessés et 33 autres ont été arrêtés, hier, alors que la police est intervenue à plusieurs reprises pour disperser les étudiants qui manifestaient devant le cégep du Vieux-Montréal.

Les étudiants du cégep sont en grève depuis une semaine pour protester contre le dégel des frais de scolarité universitaire. La direction du collège a obtenu mardi soir une injonction interdisant tout piquetage ou manifestation à moins de huit mètres des entrées, et limitant le nombre de piqueteurs à dix.

Cela n’a pas empêché une centaine de grévistes de se masser devant les portes du collège, hier matin, puis d’aller manifester à l’intérieur de l’institution. L’escouade anti-émeute de la police de la CUM est intervenue une première fois pour vider le collège.

Jeudi 25 novembre 1999:

La Presse
Manif contre Coke: 70 arrestations

Environ 150 étudiants de l’UQAM ont manifesté hier après-midi dans la rue Saint-Denis et sur le boulevard René-Lévesque pour dénoncer l’entente d’exclusivité entre Coca-Cola et l’université.

Le porte-parole de cette manifestation, Philippe Boucher, a indiqué que les étudiants voulaient sensibiliser la population à cette intrusion du secteur privé dans l’éducation et aux besoins financiers du système d’éducation. « On parle de baisses d’impôts, mais nous croyons que le gouvernement devrait plutôt réinjecter de l’argent dans l’éducation », a-t-il déclaré.

La police de la CUM a procédé à l’arrestation de 70 participants qui auraient bousculé des automobilistes et ignoré les avertissements des policiers. « Je crois qu’il s’agit de gestes isolés. Je peux vous dire que les étudiants de l’Association étudiante du module de science politique de l’UQAM que je représente voulaient que ça reste pacifique. C’est immoral d’enfermer 70 étudiants simplement pour avoir manifesté », a commenté M. Boucher.

Samedi 19 octobre 2002:

Le Devoir
Cette fois, les profs ont peur

Une grève des étudiants du département d’histoire de l’UQAM indispose les professeurs au point où ils jugent leur sécurité menacée, se disant victimes de violence verbale, d’intimidation et de menaces.

La grève étudiante à l’Université du Québec à Montréal est presque chose courante, mais celle-ci, aux dires du Syndicat des professeurs de l’UQAM et de l’administration de l’université, ne se fait pas « dans le respect des personnes, y compris de leur sécurité », tel que l’a expliqué hier le doyen de la faculté des sciences humaines, Robert Proulx, incapable toutefois de chiffrer le nombre de plaintes formulées par des professeurs ou des étudiants autour de ce conflit particulier.

« Le SPUQ ne peut demeurer indifférent à la situation de violence verbale, d’intimidation et de menaces dont ont fait l’objet plusieurs de ses membres depuis quelque temps », écrivait cette semaine le comité exécutif du syndicat à la communauté universitaire. « On a déjà connu ça, les grèves mais il faut que ce soit fait dans le respect des personnes, ce qui n’est clairement pas le cas ici », explique Marc Lagana, président du SPUQ, joint hier au téléphone.

Lundi 17 mars 2008:

Le Devoir
Une injonction inacceptable: Collectif de professeurs de l’UQAM

Depuis plusieurs semaines, des associations étudiantes de l’UQAM sont en grève et pratiquent diverses formes d’actions militantes pour exprimer leur inquiétude devant la crise financière que traverse l’université et les dérives qu’impliquerait la mise en oeuvre d’un plan de redressement irréaliste.

Dans un coup de force sans précédent, l’UQAM a obtenu, vendredi dernier, un jugement de la Cour supérieure du Québec qui ordonne «aux membres des associations [étudiantes] défenderesses, à leurs représentants, officiers et à toute autre personne agissant ou non sous leurs instructions, direction, contrôle et participant ou non à leurs activités de cesser immédiatement tout attroupement ou manifestation aux accès, sorties et à l’intérieur des pavillons et résidences […] et dans un rayon de 100 mètres de ceux-ci».

Cette ordonnance est la version temporaire d’une injonction demandée par l’UQAM. L’injonction est assortie d’une peine constituée d’une amende de 50 000 $ avec ou sans emprisonnement jusqu’à un an pour qui la transgresserait. Elle fait suite à de très nombreuses interventions du Service de police de la Ville de Montréal, dont les agents ont régulièrement investi l’établissement d’enseignement depuis quelques semaines.

J’aurais pu poursuivre longtemps, il existe des dizaines d’exemples de ce type…

La violence gratuite et la haine aveugle c’est vieux comme le monde à l’UQAM et au cégep du Vieux-Montréal, ça fait partie de leur ADN.  Si les Québécois étaient un peu plus fiers, on fermerait ces deux incubateurs d’intolérance pour ensuite faire comme s’ils n’avaient jamais existé…


29 avril 2015

La fin du monde ne s’est pas produite Économie En Chiffres International Mondialisation

La fin du monde est proche, du moins selon les saintes Écritures du mouvement écologiste…

Eco-Marxiste

« La bataille pour nourrir l’humanité est terminée. Dans les années 1970, des centaines de millions de personnes vont mourir de faim. A cette date tardive, rien ne peut empêcher une augmentation substantielle du taux de mortalité. »Paul R. Ehrlich (Stanford University); 1968

« D’ici l’an 2000, le monde entier, à l’exception de l’Europe occidentale, de l’Amérique du Nord et de l’Australie, vivra une famine permanente. »Peter Gunter (Université North Texas State); 1970

Eco-Marxiste

Depuis plusieurs années, les éco-catastrophistes et les écolo-marxistes se plaisent à nous annoncer la fin du monde. Un des scénarios évoqués veut que l’humanité soit décimée par des famines de masse ayant pour origine la surexploitation agricole, la pollution, le réchauffement climatique, l’épuisement des terres arables, la surpêche, les organismes génétiquement modifiés, les pesticides, les herbicides, les engrais, la mécanisation, la disparition des abeilles et l’industrialisation de l’agriculture… Bref, ce ne sont pas les raisons qui manquent !

Malheureusement pour les éco-catastrophistes et les écolo-marxistes, les chiffres racontent une autre histoire. Voici la proportion de la population qui souffre de malnutrition depuis le début des années 90:

Malnutrition

Conclusion ? Le taux de malnutrition a été réduit de moitié depuis 20 ans et la tendance est encore nettement à la baisse.

Bref, en dépit de la surexploitation agricole, de la pollution, du réchauffement climatique, de l’épuisement des terres arables, de la surpêche, des organismes génétiquement modifiés, des pesticides, des herbicides, des engrais, de la mécanisation, de la disparition des abeilles et de l’industrialisation de l’agriculture, non seulement le nombre de gens souffrant de malnutrition n’a pas augmenté, mais il a diminué de manière drastique !

Désolé, les éco-catastrophistes et les écolo-marxistes devront reporter leur fin du monde de quelques années…

Source:
FAO
Food Security Statistics


29 avril 2015

Police nulle part, justice partout ? Économie Revue de presse

Newsweek

Driverless Cars Will Put Half Our Cops Out of Work
Newsweek

Recently, the McKinsey Global Institute published an article that predicted self-driving cars will disrupt major parts of the economy. Positive numbers from the article, such as 90 percent of all accidents would be prevented and commuters would gain 50 minutes a day of free time, were trumpeted in the news.

The press also focused on industries that would be harmed by driverless cars. The two largest industries that McKinsey noted would be hurt are auto insurers and auto repair shops. McKinsey, however, missed one of the key ways in which self-driving cars will dramatically alter society: They will have a tremendous impact on police forces around the world, potentially cutting the need for them in half.

The most recent survey from 2011 shows that 31 million people were involuntarily stopped by the police during the year. More than 85 percent of those stops were traffic related.

The most likely reason people were pulled over for a traffic violation was speeding. Autonomous cars, programmed to obey all traffic rules, would eliminate the need for enforcement of speed limits, illegal turns, running stop signs and lights and many other traffic infractions if cars drove themselves.

La voiture sans conducteur ferait disparaître les contraventions, puisque les voitures seraient programmées pour toujours obéir aux lois…

Maintenant, vous savez pourquoi le Québec n’autorisera jamais les voitures sans conducteur; quand le Code de la route sera respecté de manière infaillible par les voitures, comment les policiers pourront-ils remplir leurs quotas de contraventions ?


28 avril 2015

You didn’t build that Économie En Images

À tous ces gauchistes, sciences humaines sans math devant l’éternel, qui aux entrepreneurs disent « you didn’t build that » sous prétexte que tout ce qui existe et ce qui existera dépendent de la main du gouvernement…

Méditer ceci…

Gauchistes


28 avril 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (21-27 avril) selon Influence Communication.

Les séries éliminatoires de la LNH continuent de dominer les médias du Québec et du Canada cette semaine. La série entre les Canadiens de Montréal et les Sénateurs d’Ottawa a toutefois perdu un peu de poids médiatique cette semaine alors qu’elle passe de 8,95 % à 7,00 % au Québec et de 3,59 % à 2,52 % au Canada. Au pays, la série entre Calgary et Vancouver en a profité pour passer devant et s’octroyer le titre de série médias de la semaine au Canada !

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: rendons hommage à la carrière politique de Bernard Drainville en chanson

Source:
Influence Communication


28 avril 2015

Quand il faut payer ses comptes… Économie Europe Revue de presse

The NewYork Times

As Cash Dwindles, Greece Negotiates With Gazprom on ‘Energy Cooperation’
The New York Times

With their country running desperately low on cash, Greek officials met on Tuesday with the head of the Russian energy giant Gazprom, spurring speculation about a possible multibillion-dollar pipeline deal between Athens and Moscow.

The talks, which officials cautioned were not expected to lead immediately to a deal, came at a crucial time. The European Union is expected on Wednesday to announce antitrust charges against Gazprom, while Greece is trying to negotiate a new debt deal with its European creditors that the country needs to avoid a default.

Prime Minister Alexis Tsipras of Greece met on Tuesday afternoon in Athens with the Gazprom chief, Aleksei B. Miller. The Greek energy minister, Panagiotis Lafazanis, met with Mr. Miller earlier in the day. A spokesman for the energy minister said only that the two discussed “matters of energy cooperation.” Mr. Tsipras’s office declined to comment.

But both Russia and Greece have financial and political reasons for holding such discussions. In Gazprom’s case, it would be an effort to continue seeking an entry point to Europe for natural gas that would bypass pipelines that run through Ukraine, which is now Russia’s enemy.

For Greece, a pipeline could in theory generate billions of euros a year in revenue. But shorter term, Mr. Tsipras’s government is continuing to signal that it could tilt toward Russia if Greece, which is perilously close to running out of money, cannot reach new terms with its European lenders. Greek officials are to meet with their creditors on Friday in Riga, Latvia.

En faillite, la Grèce devra laisser passer des pipelines russes sur son territoire pour espérer faire quelques dollars.

À méditer…