Antagoniste


17 mars 2015

Le p’tit Québec Économie En Vidéos États-Unis Mondialisation Québec

Quel est le meilleur moyen qu’un gouvernement peut prendre pour stimuler l’entrepreneuriat, spécialement dans le secteur des hautes technologies ?

Une étude publiée il y a quelques jours démontre que l’un de ces moyens consiste à favoriser l’immigration. Selon les auteurs de cette étude, aux États-Unis, les immigrants sont 2 fois plus susceptibles de fonder une entreprise que les « Américains de souche ». De plus, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ces entreprises ne se limitent pas aux emplois qui demandent peu de qualification comme les dépanneurs ou les restaurants; de plus en plus les immigrants s’impliquent dans l’économie du savoir. Par exemple, à Silicon Valley, 52% des gens qui ont fondé une entreprise étaient nés à l’extérieur des États-Unis !

Pendant ce temps au Québec, François Legault, le chef de la CAQ, a annoncé hier que les immigrants qui viendront vivre au Québec devront réussir au bout de trois ans à un examen de français sans quoi ils seraient expulsés… Voilà sans doute une mesure qui va rendre le Québec plus attrayant que Silicon Valley aux yeux des jeunes ingénieurs chinois et indiens…

Au fait, suis-je le seul qui a remarqué que depuis quelque temps la CAQ ne parle plus beaucoup d’économie ? On parle d’une police des foulards, d’une police du français, d’une police des valeurs québécoises, mais plus d’économie…

M’enfin, peut-on les blâmer ? Au Québec l’économie n’intéresse personne. Au Québec, on est pauvre, mais ce n’est pas grave, du moment qu’on reste entre nous

Source:
Ewing Marion Kauffman Foundation
How Local and State Governments Can Rev Up Business Creation


17 mars 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (10-16 mars) selon Influence Communication.

Semaine fort chargée en crises et controverses au Québec cette semaine ! Malgré le retour du DG Jacques Turgeon, le centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) demeure le sujet de l’heure dans les médias du Québec, puisque la crise au CHUM occupe le premier rang de l’actualité de la province pour une deuxième semaine consécutive. Outre ce dossier, ce sont dans l’ordre les histoires plutôt tristes ou négatives de Joël Legendre (5e rang), les propos controversés de Jean Tremblay (8e rang) et la mise en accusation de l’ancien entraîneur de ski Bertrand Charest (12e rang) qui ont retenu l’attention, sans oublier la défaite du Québécois Jean Pascal à la boxe et les déboires du CH. Heureusement que le triomphe du film Mommy de Xavier Dolan au gala des Prix Jutra est revenu ensoleiller le portrait médiatique ! Au Canada, ce sont surtout des nouvelles liées à la politique fédérale qui ont occupé le plus d’espace médiatique. En effet, le projet de loi C-51 est fortement critiqué à travers le pays, le premier ministre Stephen Harper se retrouve sous les feux de la rampe pour des propos controversés sur le port du niqab lors des cérémonies d’assermentation de la citoyenneté canadienne et la mission canadienne en Irak pourrait se voir prolongée au même moment où le Canada pleure le retour du corps du Soldat Doiron, décédé en Irak. Tout comme au Québec, la remise des prix Juno permet d’offrir un peu de positif dans ce palmarès. Est-ce qu’un second mois consécutif avec un Vendredi 13 pourrait être la cause de toutes ces nouvelles négatives ?

Actualité québécoise

Actualité canadienne

Source:
Influence Communication


17 mars 2015

La droite l’avait prédit… Économie États-Unis Revue de presse

Seattle Magazine

Why Are So Many Seattle Restaurants Closing Lately?
Seattle Magazine

Last month—and particularly last week— Seattle foodies were downcast as the blows kept coming: Queen Anne’s Grub closed February 15. Pioneer Square’s Little Uncle shut down February 25. Shanik’s Meeru Dhalwala announced that it will close March 21. Renée Erickson’s Boat Street Café will shutter May 30 after 17 years with her at the helm.

Though none of our local departing/transitioning restaurateurs who announced their plans last month have elaborated on the issue, another major factor affecting restaurant futures in our city is the impending minimum wage hike to $15 per hour. Starting April 1, all businesses must begin to phase in the wage increase: Small employers have seven years to pay all employees at least $15 hourly; large employers (with 500 or more employees) have three.

Since the legislation was announced last summer, The Seattle Times and Eater have reported extensively on restaurant owners’ many concerns about how to compensate for the extra funds that will now be required for labor: They may need to raise menu prices, source poorer ingredients, reduce operating hours, reduce their labor and/or more.

Washington Restaurant Association’s Anton puts it this way: “It’s not a political problem; it’s a math problem.”

Quand Seattle a annoncé l’an dernier qu’elle allait imposer un salaire minimum à 15$, la droite avait annoncé que cette mesure loufoque allait entraîner des mises à pied. La bonne gauche a refusé d’y croire.

Aujourd’hui on peut dire: la droite avait raison.