Antagoniste


4 mars 2015

Le cochon payeur de taxes Coup de gueule Économie En Images États-Unis Québec

La semaine dernière, on a finalement appris le coût de construction du nouvel échangeur Turcot.  Le portefeuille des contribuables québécois sera délesté de 3,67 milliards de dollars…

Quelques chiffres à méditer…

Échangeur Turcot
Structure: Échangeur Turcot (Montréal)
Année: 2015
Coût: 3,67 milliards de dollars

Marquette Interchange
Source: Marquette Interchange (Milwaukee)
Année: 2008
Coût: 1,1 milliard de dollars (devise canadienne ajustée à l’inflation)

Dallas High-Five Interchange
Structure: Dallas High-Five Interchange (Dallas)
Année: 2002
Coût: 425 millions de dollars (devise canadienne ajustée à l’inflation)

Mais je suis persuadé que la différence de coût avec l’échangeur Turcot est entièrement imputable à nos hivers rigoureux, il est impossible qu’on paye trop cher…

P.-S. Les gens de Québec sont aussi passés à la caisse cette semaine.  À Québec, on a pris un projet de tramway de 1,5 milliard de dollars et gonflé la facture à 2,4 milliards pour ensuite faire croire aux gens qu’une dépense de 1,3 milliard pour un service rapide par bus était une dépense raisonnable…

Le Québec, terre de Caïn…


4 mars 2015

Les rigolos de l’IRIS Arguing with Idiots Économie En Chiffres Québec Revue de presse

Cette semaine, les rigolos de l’institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) ont affirmé sans rire que depuis novembre 2008, les politiques économiques du gouvernement avaient systématiquement avantagé les hommes aux dépens des femmes.

Comment ?

Selon les rigolos de l’IRIS, les programmes de relance des gouvernements auraient avantagé les hommes puisqu’ils ont stimulé les emplois dans la construction, un domaine à prédominance masculine.  Parallèlement, les programmes d’austérité auraient désavantagé les femmes parce que la fonction publique est majoritairement féminine.

C’est une bien belle histoire, mais allons voir ce que disent les faits. Débutons avec l’évolution du taux de chômage:

Emploi Québec

Depuis novembre 2008, le taux de chômage des hommes a toujours été supérieur à celui de femmes.  Nulle part sur ce graphique on ne peut voir une augmentation significative du taux de chômage chez les femmes qui serait imputable à des politiques d’austérité.  Par contre du côté des hommes c’est le yo-yo.

Voici maintenant comment a évolué l’emploi à temps plein:

Emplois Québec

En aucun moment, on ne peut voir que les hommes auraient été significativement avantagés par rapport aux femmes.  Au contraire, c’est du côté des femmes où on voit les embellis les plus importantes. Depuis novembre 2008, l’emploi à temps plein chez les femmes a progressé de 4,4% contre seulement 2,3% chez les hommes.

Les rigolos de l’IRIS affirment aussi que l’austérité a été particulièrement nuisible pour les femmes puisque les emplois dans le secteur public sont surtout occupés par des femmes, donc elles seraient les premières victimes des coupures.  Vraiment ?

Emplois Québec

Depuis novembre 2012, il n’y a eu aucune austérité, aucune réduction significative de la taille du secteur public.  On a plutôt observé une croissance nette de 85 500 emplois, soit une augmentation de 10,8%.

Bref, vous aurez compris que les rigolos de l’IRIS ont raconté absolument n’importe quoi. Mais ça n’a pas empêché nos bons médias de répéter le gospel de l’IRIS sans se poser de questions. Que voulez-vous; nos bons journalistes sont des gens bien trop occupés pour faire du fact checking, cette tâche ingrate et inutile est désormais laissée aux blogueurs sans importance…

Sources:
Statistique Canada
Tableau 282-0087
Tableau 282-0089


4 mars 2015

L’austérité, ça marche Économie Europe France Revue de presse

La Tribune

Dépenses publiques : comment l’Allemagne a creusé l’écart avec la France
La Tribune

La France atteindrait un nouveau record de dépenses publiques, alors que l’Allemagne continue de les diminuer. L’écart entre les deux pays s’est fortement accru depuis le début des années 2000. Principalement en raison d’économies sur la protection sociale en Allemagne. Notamment en matière de retraites

La France a échappé mercredi à des sanctions à Bruxelles. Les commissaires lui reprochent bien sûr de ne pas tenir ses promesses en matière de réduction des déficits publics, mais aussi et surtout de ne pas couper dans ses dépenses. Les dépenses publiques représenteraient en France près de 58% du PIB. Telle est en tous cas la dernière estimation de la commission européenne. Pour les experts de Bruxelles, les crédits publics ont probablement atteint un nouveau record en France, avec précisément 57,7% de la richesse nationale en 2014, contre 57,1% en 2013.

Rien à voir avec l’Allemagne, par exemple, où ce ratio ne cesse de diminuer (il serait tombé à 44,1%). L’écart entre les deux pays atteint 14 points de PIB, soit presque trois fois plus qu’au début des années 2000 !

Bref, l’Allemagne est un autre exemple que l’austérité ça fonctionne.