Le Figaro

Accusé de harcèlement sexuel, le président du Giec démissionne
Le Figaro

Il est accusé de harcèlement sexuel. Ranendra Pachauri, 74 ans, a démissionné de la présidence du Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat (Giec). «Le Giec a besoin d’une direction forte, du temps et de l’attention pleine et entière de son président dans un avenir immédiat, ce que, dans les circonstances actuelles, je pourrais être dans l’incapacité de fournir», justifie l’économiste indien dans un courrier adressé mardi au secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. La plainte le visant a été déposée par une femme de 29 ans. Elle travaille dans son centre d’études de New Delhi. La plaignante l’accuse notamment d’avoir envoyé des courriers électroniques, des SMS ou des messages instantanés via l’application WhatsApp. Lui rétorque que sa messagerie et son téléphone ont été piratés.

Le passage de Ranendra Pachauri à la tête du Giec aura été marqué par l’attribution du prix Nobel de la Paix en 2007. Mais, la même année, la réputation de l’organisation avait été écornée par les erreurs contenues dans le 4e rapport des experts sur le climat. L’organisme de l’ONU, réunissant plus de 3000 scientifiques, a produit depuis sa création en 1988 cinq rapports de synthèse des connaissances. Publié en octobre, le dernier en date propose divers scénarios de gravité variable dont le plus pessimiste prévoit une hausse globale des températures à la fin du XXIe siècle de 3,7 à 4,8°C par rapport à 1850-1900. Dans sa lettre, Ranendra Pachauri précise avoir eu l’intention de quitter «volontairement» son poste en novembre dernier, considérant alors que son «travail était accompli». Son mandat arrivait à son terme, il devait quitter la présidence en octobre.

Sans commentaire…