Hier a débuté la semaine nationale d’actions dérangeantes, le coup d’envoi des manifestations contre la fausse austérité du gouvernement libéral. Benoit Dutrizac a souligné l’occasion en donnant la parole aux pleureuses de la bonne gauche pour leur poser quelques questions softballs. Jugez par vous-même:

La même question complaisante et partisane qui revient inlassablement au fil des entrevues…

La semaine dernière, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec a dénoncé « les lignes du jour » des ministres libéraux. Moi je constate que si les ministres ont « leurs lignes du jour », il y a des journalistes « leurs questions du jour ». Des questions tellement grossières qu’il s’agit plus d’un propos éditorial que d’une question.

En passant, tout au long des entrevues, les pleureuses de la bonne gauche ont fait valoir que le gouvernement n’avait pas un problème de dépenses, mais un problème de revenu (les pleureuses ont aussi « leurs lignes du jour »).

Vraiment ?

Pour l’année fiscale en cours, qui a débuté au même moment que l’arrivée au pouvoir des libéraux, les revenus autonomes du gouvernement ont augmenté de 834 millions de dollars ! De plus, les dépenses ont augmenté de 462 millions de dollars ! Autrement dit, le gouvernement n’a pas un problème de revenu et il a continué de dépenser encore plus; l’austérité existe seulement dans la tête des pleureuses de la bonne gauche.