Le Monde

Japon : et si c’était la fin de la rémunération à l’ancienneté ?
Le Monde

Et si le Japon était à la veille d’une « révolution » sociale, en tout cas prêt à tourner une page historique en ce qui concerne les relations entre les salariés et leurs entreprises ? Une chose est sûre : confronté à la baisse de la population active, le pays est en passe de repenser la rémunération du travail. Le toujours dominant système de rémunération à l’ancienneté est ainsi peut-être en train de vivre ses derniers jours. L’annonce faite, le 27 janvier, par Toyota en atteste.

Le constructeur automobile a dévoilé un projet prévoyant de réduire le poids de l’ancienneté et d’intégrer plus de mérite dans les salaires de son personnel, tout en mettant aussi en place des avantages pour les employés ayant des enfants. 60 % des salariés devraient être concernés.

Dès janvier 2016, ces employés devraient passer deux fois par an un entretien d’évaluation, suivis d’ajustements salariaux. L’objectif est d’attirer de jeunes talents, alors que la part des plus de 50 ans devrait passer à 30 % en 2035, contre 20 % aujourd’hui.

Je me demande si un jour le Québec sera assez mature pour avoir ce genre de débat…