Syndicat Québec

Cette semaine, un syndicat de professeurs est sorti dans les médias pour nous faire pleurer… Sous prétexte qu’ils s’occupent des enfants, il serait inadmissible que ceux-ci fassent leur juste part pour équilibrer les finances du Québec via un gel de leur salaire.

Ce que nos bons syndicats ne disent pas, c’est que même si le gouvernement décrète un gel de leur salaire, celui-ci peut quand même augmenter. Comment ? Simplement en accumulant des années d’ancienneté pour grimper dans l’échelle salariale !

Pour le travail d’enseignant au primaire, on compte 17 échelons salariaux (oui, 17) ! Voici comment évolue le salaire d’un professeur au Québec:

Syndicat Québec

Donc, même si on gèle le salaire des professeurs, il est toujours possible de toucher une augmentation de salaire non négligeable simplement en grimpant dans l’échelle salariale. Entre le premier et le dernier échelon, le salaire augmente de 94,7% !

Et pour ceux qui sont déjà au sommet de l’échelle salariale, donc qui ne peuvent plus augmenter leur salaire, dites-vous qu’avec un salaire de 75 729$ par année (2 mois de vacances), vous êtes bien placé pour faire un petit sacrifice au nom du bien commun des Québécois.  Ça ne devrait pas poser de problèmes puisque les syndicats aiment ça la solidarité et le bien commun.  De plus, si on devait toujours augmenter le salaire des professeurs, il y aurait un danger de marchandiser l’éducation. La bonne gauche n’aime pas ça la marchandisation de l’éducation.

Source:
Conseil du trésor
Échelles salariales: Commissions scolaires